Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

Entretien avec Francis Cousin réalisé le 6 septembre 2017.

(pour ceux qui ont déjà visionné la première partie de la vidéo ici, la suite de l’entretien débute à partir de la 21ème minute)

 

 

Retrouvez Francis Cousin chez Kontre Kulture :

À lire pour comprendre, chez Kontre Kulture :

Francis Cousin, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

75 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1800443

    Merci Francis pour ton travail et ton partage. Si il faut s’accrocher pour te suivre, après plusieurs visionnages de tes vidéos et tout de même quelques lectures, quand l’étincelle de la compréhension jaillit dans notre cerveau, quel bonheur..

     

    • #1800651
      le 13/09/2017 par FONTANELLA Romain
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      Il est le Christ !


    • #1800669

      Donc le capitalisme engendre tous les phénomènes anthropologiques d’après le raisonnement. Alors quel est l’utilité pour le capital de détruire l’Europe qui est hyper productif ? Et l’Occident en entier au passage ?


    • #1801047

      Camarades, je lis les commentaires et je me rends compte que beaucoup ne comprennent pas in fine ce qu’aimerait nous transmettre Francis, bien que cela soit CLAIREMENT exposé à partir de 30mn..


  • #1800477

    Il est vraiment obsédé par ce qu’il a lu ... .
    Il a peut être pas compris que le développement démographique et la surpopulation sont un concept qui tend a être dépassé ... , bien que utilisé encore par " le fétichisme de la marchandise " ( cf George Soros et ses 500 millions pour faire venir des migrants ... ) .
    Avec la raréfaction des ressources naturelles , les projets a l’ordre du jours par les banksters , le sommet de la criminalité de réseau c’est plutôt la réduction de population et la stérilisation du troupeau ( ondes gsm 4g , 5g et autres , linky , les vaccins , nourriture frelaté ... ) et le reste ... . Aussi appelé nouveau désordre mondial .

     

    • #1800551

      Il a pas tord quand il dit qu’on perd notre temps lorsqu’on va papoter sur facebook et sur internet ... .


    • #1800596

      " Il est vraiment obsédé par ce qu’il a lu ... "
      Drôle de terme que celui d’obsession. Je dirais qu’il a visiblement travaillé d’arrache-pied sur des grands textes avec une humilité et une pénétration dont beaucoup d’entre nous feraient bien de s’inspirer plutôt justement que de juger à l’emporte-pièce.


    • #1801123

      Un comm de troll grossier (sans doute un pléonasme) est passé à la trappe hier soir. Je lui épargnerai un outing forcé, par pitié pour les faibles d’esprit. Mais il ne faudrait pas qu’il insiste, ici ou ailleurs :-)


    • #1804210

      Je me suis mal exprimé dans ma phrase j’aurai du dire " qu’on a l’impression qu’il reste concentré sur l’étude de Marx " . Je vous demanderais donc svp de supprimer mon commentaire , qui n’avait pas lieu d’être ...
      Cordialement


  • #1800479

    Merci à Francis Cousin, son propos est des plus intéressant. Il ne reste plus qu’à lire maintenant, et il y a du travail.

     

  • #1800481

    entendre un discours comme celui-là j’ai un peu de mal je trouve ça assez narcissique et masturbatoire ( c’est bien t’es instruit et tu as compris le fonctionnement) pour info je me vois pas lire du Marx Debord Hegel après ma journée de boulot et pas le niveau c’est de l’université populaire c’est bien mais........fais pas chier et va sur le ring

     

    • #1800540

      L’ignorance c’est la force.


    • #1801952

      assez d’accord, lire du Marx du Hegel ou du Debord c’est pour les intellos qui ont le temps
      quant t’es dans la précarité et la radicalité, pas besoin de lire pour comprendre qu’on se fait mettre, Il il faut juste agir et surtout se méfier de ceux qui ont trop lu car ce sont en général eux qui récupèrent la mise
      (mais je vois mal notre ami Cousin (pas plus que Lénine) réparer un groupe électrogène).
      Cela dit j’aime bien Cousin, il est assez poétique (quand on a le temps)


  • #1800482

    Cousin peut être une porte d’entrée pour lire Marx mais lorsqu’on lit vraiment l’oeuvre de Marx on ne peut que se détacher du cousinisme qui est plutôt un situationnisme(qui est une interprétation très spécifique de Marx).
    Surtout c’est une interprétation qui ne peut pas supporter la contradiction ni le débat, car à part sur E&R on ne peut discuter nulle part de ce qu’il dit, ni débattre(les commentaires de ses vidéos sont la plupart du temps bloqués), et lorsque M.Cousin se retrouve par exception dans un débat comme celui avec M.Chouard il n’y a juste aucun débat possible, et l’antidogmatisme de surface cache un dogme encore plus intouchable...

     

    • #1800703

      Les situationnistes ont proscrit le terme "situationnisme" car ca n’a aucun sens par rapport au sens de la construction de situations.

      Lisez donc la revue International situationniste et le Rapport sur la construction de situations, ça vous évitera de faire la démonstration de ce que dénonce Cousin : le manque d’instruction.

      La propagande est à l’idéologie ce que la réclame est à la marchandise. L’expression abstraite insensée du sens pratique qui s’est perdu.


    • #1800711

      C’est beau de répéter mot pour mot les commentaires d’un mec qui surfe sur la vague Cousin pour faire son business à base de "moi au moins, je cite mes sources".
      A moins que ce soit vous-même ? En tout cas, il y a beaucoup trop de similitudes pour que ce soit un hasard, on a cliqué sur la même vidéo recommandée...

      La vidéo de Chaigneau est un mix entre du sincère et du baratin commercial, comme il le dit lui-même dans sa vidéo.
      Il verse le même mépris pour vous en disant que les gens ne font que répéter bêtement.
      Avez-vous lu Marx vous-même ?


    • #1800740

      Ah,le culte du debat.
      Est il encore possible d’exposer une idée ou une vision du monde sans avoir a en débattre ?

      Qu’on soit en accord ou en désaccord avec tout ou partie c’est bien naturel, mais est ce qu’il faut absolument en débattre publiquement ? Ca apporte quoi ?

      Même dans les sciences il y a finalement assez peu de débat.
      Et en philosophie, où pourtant on devrait voir les bienfaits du débat, et bien on les voit rarement.
      Et au final Cousin "participe au débat" même sans le vouloir, alors...


    • #1800851

      Ludd

      C’est une expression communément admise même si au départ c’était un terme utilisé par les adversaires. Et puis s’arrêter sur cela pour tenter de décrédibiliser mon propos, et omettre le reste dans sa globalité c’est de l’ordre du sophisme...
      Mais c’est un procédé cousiniste que de dire ceci est débile, ceci est bon, n’écoutez pas, ne réfléchissez par vous même... D’ailleurs il ne se gêne pas pour dire que Clouscard c’est la merde par exemple ou que Gramsci, Lukacs ça n’a pas tellement d’intérêt...
      Faut réfléchir deux minutes et arrêter de boire ses paroles, c’est un gros boulot de lire Hegel, Marx mais c’est nécessaire pour comprendre la particularité du cousinisme qui est encore une fois une interprétation bien spécifique... d’ailleurs c’est pas pour rien qu’il ne traine jamais avec des communistes, il est tout le temps avec des mecs de droite...


    • #1800858

      Noume

      Evidemment que j’ai lu Hegel, Marx, je ne prononcerais pas sur le sujet sinon... Il y a plusieurs contradictions majeures dans le cousinisme...
      Cousin se revendique de Hegel mais il est complètement anti-hégelien, si le vrai c’est le Tout il ne faut pas tout balancer à la poubelle, il faut conserver et dépasser, c’est le principe de l’Aufhebung.
      Et puis sur le naturalisme achevé, l’abolition de l’Etat, l’argent, son interprétation de la dialectique est grossière, comme si on allait abolir d’un seul coup par un réveil soudain provoqué par la magie des conditions objectives(vu de manière mécaniste sans aucun apport concret)...il suffirait simplement de prendre conscience sans rien faire de concret(très anti hégélien également)


    • #1800884

      Marx a eu plusieurs passages dans sa vie où il a pu croire naïvement en certains espoirs qui se sont plus tard avérer avoir été des illusions. Néanmoins, Sur la question juive, Critique du programme de Gotha, Manuscrits de 44, Guerre civile en France, ... plus on lit Marx plus on s’écarte du léninisme et plus on se rapproche de M. Cousin, je ne vois pas vraiment de quoi vous parlez.
      L’exemple le plus explicite et frappant étant sans doute le Discours sur la question du libre-échange et son dernier paragraphe qu’on peut être parfaitement incapable de comprendre si l’on suit l’acceptation "classique" de Marx.

      Sur la question du sacro-saint débat, ce rituel des égos modernes des religieux de l’idéologie.
      La pensée est une logique, et la logique est un tout où tout se tient en cohérence.
      Ce n’est pas l’addition des résultats d’un débat subjectiviste sur les objets A, B, C et D qui formera une pensée. C’est précisément l’approche inverse, celle qui renverse les égos et le phénomène pour déceler la vision matricielle du monde.
      On a beau ne pas être d’accord avec M. Cousin, il est indéniable qu’il a une des pensées les plus holistiques et cohérentes qu’on ait pu voir.


  • #1800484

    Je me suis accroché mais je n’ai rien compris. J’ai un QI normal mais là franchement c’est pénible pour moi.

     

    • #1800591

      Non, ton analyse prouve que tu es en bonne voie. Insiste, tu vas comprendre.


    • #1800686
      le 13/09/2017 par Robespierre
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      Commence par noter qu’alors que la machine est censée remplacer le travail humain, et nous libérer de lui ainsi que le souhaitent tous les mythes fondateurs, on a vu au contraire au XIXe siècle la durée du temps de travail s’allonger. « Si un laboureur dépose sa pioche, il rend inutile pour tout ce temps un capital de 18 pence. Quand un homme quitte la fabrique il rend inutile un capital qui a coûté 100.000 liv. st. »

      Qu’est-ce qu’une machine ? C’est du travail humain cristallisé, du travail « mort » comme le dit Cousin. Des humains ont pensé puis construit la machine. Au cours de ce processus, une partie de la valeur de leur travail leur a été volée. La valeur produite par leur travail ne leur a pas été intégralement restituée. C’est la plus-value : la valeur de la machine excède les salaires versés. Le capitaliste qui a acheté cette machine, ou est resté en sa possession, va s’en servir pour accélérer l’entreprise de spoliation. Des ouvriers vont produire des marchandises à partir de la marchandise précédente qu’est la machine. Le vol d’une partie d’un premier travail, la construction de la machine, va permettre d’extorquer encore plus de sur-travail au service du propriétaire de la machine.

      En apparence cela bénéficie à tout le monde. Les marchandises plus nombreuses sont moins chères. L’ouvrier peut donc acheter plus de marchandises avec le même salaire. En réalité le travailleur se paupérise. L’exploiteur s’enrichit plus vite que l’ouvrier et la répartition de la valeur, produite par l’action intellectuelle ou matérielle de l’homme — on ne le répétera jamais assez ce qui rend le monde plus humain c’est l’action humaine — est de plus en plus inégalitaire. Le Capital n’est autre chose que la cristallisation et la distribution inique de la valeur produite par le travail collectif des hommes. C’est le mouvement perpétuel vers la privatisation du bien commun.

      Cousin devrait insister plus sur le fait que le fond de l’affaire n’est pas économique. Il est ontologique, il pose la question de l’être. Le véritable problème réside en ce que l’homme, dans une vision capitaliste, doit être réduit à l’état de machine. C’est la machine première, la seule productrice de valeur, qui ne sera jamais assez aliénée, domestiquée, réifiée aux yeux de qui croit que la valeur s’identifie à l’argent.


    • #1800736

      Cher Monsieur, Brives 19 à raison, écoutez la vidéo encore une fois, puis une troisième si nécessaire, et vous allez finir par comprendre, que ce qu’ explique le père cousin est assez logique. Il a une maîtrise parfaite de son vocabulaire, sans parler de son sujet, et bien qu’il essaye d’être le plus pédagogue possible pour mettre son propos à portée de tout le monde, il faut écouter plusieurs vidéos (après il faudra passer à la lecture il a raison, la lecture développant l’esprit critique), pour s’habituer à son vocabulaire. Bon courage et bonne lecture.


    • #1801223
      le 14/09/2017 par Marxiste ? Affirmatif
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      @ Robespierre, la marchandise qui était produite antérieurement par le travail humain remplacée par la machine, coûte moins cher, puisque la fraction de travail humain a diminuée.
      Il y donc une baisse de valeur par unité produite.
      Le capitaliste s’y retrouve en massifiant la production.
      Toutefois ce même capitaliste est concurrencé, ce qui l’oblige à éjecter de plus en plus de travailleurs (baisse tendancielle du taux de profit), on comprends à partir de là que les fameux gains de productivité accélèrent le chômage de masse.


  • #1800491

    "Il faut lire pour comprendre"
    Cet assertion confirme bien que les philosophes ne servent à rien.

    Cousin nous dit donc "pas de comprenhension sans lecture" .... autrement dit les sociétés qui n’ont pas accédé à l’écriture/lecture ne comprennent rien.

    Soit ! Les batisseurs de mégalithes au néolithique n’ont rien compris, et mon grand père paysan non plus.

    En plus de servir à rien, ils brouillent les catégories de compréhension en l’occurence.

     

    • #1800535
      le 13/09/2017 par Borntogrowl
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      Il faut contextualiser ton propos je pense.
      Depuis que le capital existe, l’Histoire n’est qu’un lent pourrissement où tout se délite de manière exponentielle et notamment lorsqu’on parle d’"intelligence" humaine, ou plutôt de compréhension du monde. C’est le peuple de notre temps qui doit lire car il est encore plus déconnecté du réel. Ton grand-père aura certainement moins besoin de lire que nous car il y a de fortes chances qu’il soit moins stupide.


    • #1800611

      Cousin dit dans une autre vidéo (une conférence de mémoire), que lorsque la crise terminale du capital aura lieu et lorsque le communisme universel aura été établi, il n’y aura plus besoin de livre.

      Donc il ne parle pas dans l’absolu, il parle du livre en tant qu’outil de transmission d’un savoir.
      Hors il a déjà parlé de communautés de Papouasie où chaque membre connaissait pas moins de plusieurs centaines de plantes médicinales, il y a donc une transmission de savoirs essentiels hors du cadre de la lecture et il n’a jamais prétendu le contraire.


  • #1800498

    Je suppose que la republication de cette vidéo (déjà publiée le jeudi 7 septembre sur E&R) est faite en conscience. Cependant, je me demande pourquoi cette insistance. Si c’est parce que ça n’a pas été bien compris (ce que je peux comprendre, car c’est difficile à suivre), alors je pense que ça mériterait un décryptage en langage moins jargonnant et plus pédagogique, par exemple sous forme de texte accompagnant la vidéo.

     

  • #1800563
    le 13/09/2017 par demi-couillon
    Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

    Francis, si les Français sont des couillons car ils ne lisent pas assez et ne peuvent pas comprendre "le tout" de la "religion" marxiste, je dirais que ceux qui ne voient pas que le capitalisme est un outil de domination dirigé par une petite communauté le sont tout autant. Ah, on peut reconnaître à la communauté de lumière ce talent de manipulation qui consiste à dire 99% de vérité en omettant l’essentiel. Pour compléter mon désaccord de fond avec vous, j’ajoute que le communisme n’a pas besoin d’être international pour exister et que j’adhère plus tôt au concept de monde multipolaire (nations indépendantes) régi par une entité mondiale représentative (une ONU totalement réformée). Et je rejoins M.Viguier sur ce point :" encore faut-il pour cela admettre qu’il pourra y avoir inévitablement ici où là des désaccords et des guerres qui devront être réglés par cette entité". Toute uniformisation du monde est une utopie qui ne pourra s’établir et se pérenniser que par la force (dictature mondiale).

     

    • #1800620

      Je dis bravo.
      C’est de l’évidence.
      C’est pas la peine de se mettre la tête à l’envers !


    • #1800694
      le 13/09/2017 par Robespierre
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      « Inter » et « Multi » ne signifient pas la même chose.

      Le communisme a pu souhaiter être « international ». McDonald’s a réussi à être une compagnie « multinationale ».


    • #1800714

      Avec des "nations indépendantes" INDÉPENDANTES et régies par personne.


    • #1800769
      le 13/09/2017 par Demi couillon
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      Merci Rivarol. Arbitrer est le terme plus approprié (selon ma pensée )


    • #1800991

      Si la femme de Cousin fait partie de la communauté dont vous parlez, ça doit être difficile pour lui d’admettre l’évidence (bien que ce ne soit pas vraiment une excuse).

      Marx c’est comme Freud : surfait.
      Bon ok, en moins pire quand même.

      Mais croire qu’on peut tout expliquer en partant de ça, c’est ridicule.

      Pour certains, réduire la société humaine à des classes est déjà niais.

      Certains auteurs du moyen âge soulignent que bien que la plupart des gens y étaient agriculteurs (en location de terre ou en nom propre), la plupart exerçaient également des activités d’artisanat (non salarié, donc en indépendant), des activités de commerces (ils pouvaient être patron ici), par exemple.

      Ce n’est que l’époque "moderne", c’est à dire surtout autour de la première guerre mondiale, qui a cantonné les gens dans un certain type d’activité, que l’on appelé "classe".

      Sauf que déjà, aujourd’hui, de "classes" il ne reste plus grand chose.
      Quand on voit le brassage culturel dans un peu tous les boulots.
      Il n’est pas si rare de rencontrer des mecs de tout horizons faire un boulot de manutention, par exemple. Boulot qui sera passager. Est-ce qu’on peut parler de classe ?

      Ok, les très friqués, très bourgeois (dont fait partie Cousin, sa femme et ses enfants), on les rencontre rarement, mais
      est-ce qu’un "fils de" plein aux as qui fait l’éboueur parce qu’il en a envie fait partie de la "classe ouvrière" ? lol

      Weber voit la classe comme une strate parmi d’autres pour identifier un type de population. C’est déjà mieux.

      Pour moi, Marx n’est un outil du communisme qui vise à diviser pour mieux régner. "Vous contre les méchants patrons". (et quand on est patron ET salarié ? Ou indépendant ? C’est juste un exemple parmi d’autres)
      C’est le pendant du capitalisme, qui avec ce prétexte des "classes" entend faire advenir une autre mondialisation infâme, sans âme (pas au sens religieux : je suis athée), et sans saveurs.

      Cette propension à l’universalisme totalitaire (si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous. Si vous ne comprenez pas (( =ne vous mettez pas à genoux devant le dogme)), c’est que vous êtes débile) qu’on retrouve sans arrêt toujours chez les gens de la communauté de lumière...

      D’ailleurs, vous pensez vraiment que si Marx n’en faisait pas partie ("malgré lui"), on en ferait tout un pataquès comme c’est le cas aujourd’hui ?


  • #1800568

    Je trouve son discours assez clair, a ceux qui disent ne rien comprendre, peut-etre etes vous trop jeune. Sinon essayez d’en ecouter une de temps a autre, le vocabulaire est recurrent et une fois un concept compris il vous ouvre les clefs d’autres.


  • #1800697

    Cousin, le retour.

    Que ceux qui comprennent expliquent aux autres.

    Merci.

     

    • #1801518

      Allez hop ! ma BA du soir : Que ceux qui ne comprennent pas se concentrent attentivement (voir exclusivement) sur le titre de l’article : Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"


  • #1800724

    Sérieux, il est sympa Francis.
    Il a tout bien lu, tout bien compris et il pense qu’il va contre le capitalisme et sa chute auto-destructrice et finale apocalyptique. Il est balèze le gars.
    Dans tout ce qu’il dit, j’ai compris qu’il ne peut rien non plus, même s’il a tout lu et tout compris, c’est juste qu’il ne peut se l’avouer.

    Peut-être ai-je mal compris, s’il avait une explication en 2 minutes, voir 3 de son rôle à contre-courant de l’histoire, je suis preneur.

     

    • #1800754

      Je me réponds à moi-même car j’ai posté un peu vite le dernier commentaire.

      Aussi, je pense que Francis arrive au "connais-toi toi-même". L’ homme apparaitra dans ton toute son humanité et sa spiritualité, et que donc, il sera à des kilomètres du capital.
      Cela rejoint toutes les formes de religions et de mysticismes bien comprises, loin des dogmes et des temples, produits de la marchandise en mouvement ;) !


    • #1800850

      @ Jesus57

      M. Cousin n’a jamais prétendu jouer un rôle décisif contre le capitalisme, si ce n’est celui de réarmer les gens par la co-naissance, ce qui est bien la seule chose que l’on puisse faire.
      En revanche il a toujours dit qu’il y avait en chacun de nous une souffrance générique qui témoignait d’un reste humain profondément in-achetable qui se manifeste de temps à autres quand on est à l’écoute de soi. Autrement dit nous avons tous une potentialité de dépassement de l’aliénation, un sentiment profond et inaltérable. La plus explicite et immédiate étant peut-être l’amour (le vrai).


  • #1800747
    le 13/09/2017 par Всем Славянам
    Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

    Il est bien gentil le Francis mais il a évacué Dieu du combat comme les natios ou tous les partis politiques !
    Sans Dieu (NSJC) pas de victoire possible
    Vive le Christ-Roi

     

    • #1801141

      Pour Marx la religion c’est l’opium du peuple, du shit, de la m....démenti par le retour de la religion dans le débat politique et social d’ou son matérialisme dissolvant ;Prolo demmerde toi avec les forces productives, conditions objectives , économie,réalité matérielle ; A mettre en parallèle avec le travail de L. Guyenot.
      La critique de Marx est un préalable à toute avancèe théorique .Pour la libération il y a encore du boulot.


    • #1801189

      Cousin a raison, mais il n’est qu’un homme. Il peut se tromper car aucun homme ne peut élaborer un discours complet sur un sujet donné qui répond à toutes les questions avec les détails et la clarté nécessaires. D’ailleurs aux hommes, on préfère les mythes parce qu’on peut les charger de tout ce qu’on veut.



      ... mais il a évacué Dieu du combat



      Et pourtant Dieu n’est pas évacué, mais il est au centre de son discours. Dieu est une idée et une aspiration qui vient combler une réalité sentie mais non explicitée. L’idée est préférée ainsi, parce qu’elle donne de la latitude à chacun de se projeter sur elle sans rencontrer de résistance ou de contradictions qui puisent le remettre en cause ou remettre sa réalité en cause et surtout son aliénation à une réalité qu’il croit sienne. Dieu est cette entité sur laquelle on se projette. Il ne peut être qu’à notre image qui peut être bonne ou mauvaise, mais là n’est pas le débat

      Vous savez que sur la tête d’une aiguillée, on peut écrire une encyclopédie, alors qu’est-ce que cela pourrait être d’un sujet qui aborde le tout que d’aucuns appellent Dieu pour s’accepter dans leur monstruosité ou dans leur mansuétude souvent fragile et mal vue. Dieu n’est pas la seule idée sur laquelle on se projette, il y en a bien d’autres que nos nécessités et notre fragilité pouvant s’exprimer dans l’horreur s’il le faut, nous imposent, car tout commence par la négation des évidences. Tout le débat d’ici est moins pour contredire les propos de Cousin, mais pour nier les évidences les plus criardes. Les évidences font peur et je le comprends, elles heurtent de plein fouet nos convictions de parias asservis, que l’on soit maitre ou esclave.


  • #1800776

    Pour qui il se prend celui-là ?

     

  • #1800777

    Très intéressant ! Maîtriser le logos est admirable, et ce qu’il dit peut se transposer à d’autres sujets. Mais, il y a beaucoup de matérialisme dans son discours... ça me fait penser à un musicien-expert de musique classique, mais incapable d’improviser sur un standard de Charlie Parker.


  • #1800791

    Moi ton Cousin deux minutes et c’est bien.


  • #1800800

    Cousin dit quand meme pas mal n’importe quoi, quand il part dans son délire radical de la baisse structurelle du taux de profit en mouvement. C’est très prétentieux de traiter d’ânes tous ceux qui ne lisent pas marx et debord. Son catéchisme marxiste est très loin d’expliquer le monde aussi bien qu’ il le croit, avec ce jargonnage recurrent qui ne veut rien dire

     

  • #1800812

    Un détail qui me gène, c’est qu’il parle du capital comme d’une personne : " le capital veut ou fait... "

    Le capital est un principe, un système, un concept... il n’a pas de désir ni d’action.
    Derrière le capital, il y a des capitalistes, donc des gens avec des structures physiques, physiologiques, psychiques, génétiques... qui eux veulent et font des choses.

    Le capital est insaisissable, les capitalistes le sont.

     

    • #1802050

      Moi, j’arrive bien à saisir cette vie du Capital qui a sa propre volonté mais répartie entre nous tous. Jung appelle ça un inconscient collectif, et dans la tradition ésotérique, un égrégore.


  • #1800822

    Donc depuis le néolithique, nous sommes aliénés et subissons jusqu’à la fin des temps ce mode de vie.

    Donc être sédentaire c’est être capitaliste par essence ... ?

    Je vous propose ceci comme thèse, le capitalisme de production sédentaire est normal et positif quand il est équilibré et que les richesses sont partagées pour être investi dans la recherche fondamentale et technologique et le développement durable.

    Tandis que le capitalisme financier nomade est totalement opposé, ne produit rien et sert d’instrument de pouvoir et va aliéner totalement le capitalisme de production.

    A mon sens, le résumé que vous faites prétend à dire que toutes formes de production est négative, mais sans cela, serions nous vivant ? Serions-nous ici à en discuter avec Internet ?

    Et si vous permettez, quel est le projet de vie d’un homme dans une société dans laquelle on refuse toute évolution en collectivité ? Vivre comme les indigènes en amazonie ?

    J’essaie de comprendre ce que vous dites au travers de Marx et de Hegel. Car en effet, je partage l’anticonformisme et toutes formes de hiérarchie artificielle mais je respecte la naturelle instinctivement.


  • #1800830
    le 13/09/2017 par ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement
    Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

    Il a raison, mais je n’ai pu comprendre ses propos parce que j’ai un passé et beaucoup de lectures. En bref je lui reproche le jargon, un jargon qui a des origines historiques mais qu’il faut savoir expliquer aux nouveaux.
    Exemple :
    Croissance arithmétique et géométrique = aujourd’hui croissance proportionnelle et exponentielle.
    Dialectique à la place de lutte ou combat.
    Radical à la place de révolutionnaire.
    Caducité = fin finale.
    Pour faire long sans raison = "la terminaison des années 70", à la place de "la Fin des années 70". Etc.
    C’est bien d’avoir raison, mais faut aussi rester simple.

     

    • #1801217

      Il a tort, doublement !

      Sur la forme : un discours au verbiage incompréhensible au commun des mortels (y a consensus là dessus).
      Sur le fond : expliquer le monde social (donc politique) à partir de l’exégèse de texte pseudo-scientifique est un contre-sens.

      Son délire sur l’évolution de la population n’a ni queue ni tête. Cette évolution est le résultat de décision politique (cf Chine avec transition vers la politique à deux enfants, cf la Russie avec la politique de natalité, cf la France(/Europe) avec politique d’anti natalité).

      Le résultat de décision politique donc de rapport de force. POINT.

      A la marge, sa sortie sur les suites est ridicule on est d’accord.
      Puisqu’il s’agit d’aider : évolution, dynamique, changement etc ... linéaire vs non-linéaire.


  • #1800886

    Cousin entretient l ’ espoir de la révolution radicale qui dit il a échoué depuis le néolithique : mais ça va enfin arriver avec la crise financière : huit mille ans c ’est pas trop tôt .

     

    • #1802090
      le 15/09/2017 par Biquette belliciste
      Francis Cousin : "Il faut lire pour comprendre"

      enfin on a eu depuis le néolithique, les néonazis, depuis peu on a le néorural ,moi je bois du néo-vin le beaujolais, tout en étant un néofasciste, pas sûr ,pas certain, que tes prévisions me rassurent !!!!!!!!!!!


  • #1800975

    M Cousin a un talent certain et aussi une propension à évacuer les questions difficiles à expliquer en nous renvoyant à notre défaillance culturelle. Je suis bon prince, je ne dis pas qu’il n’y a pas de réponses mais qu’une pensée doit pouvoir se faire comprendre à minima. Sinon on est plus dans la philosophie, on est dans l’ésotérisme...

    impossible d’éclaircir ceci : La machine ne produit pas de valeur etc... Aucune réponse satisfaisante depuis 3 ans...

     

    • #1801001

      @zeze

      ça part du principe que c’est le travail humain qui donne de la valeur, dans le sens également où c’est ce qui est rare qui en a.
      S’il n’y a pas de "travail", donc de peine, dépensée pour produire, forcément la valeur de l’objet diminue rapidement.
      Plus un même objet reste longtemps à n’être produit que par la machine, plus son prix de vente diminue (sans parler des économies d’échelles en production de masse).

      En réalité, c’est faux, ou partiellement vrai.
      D’une part car une machine ne fonctionne pas toute seule (il faut à minima l’entretenir, de l’énergie pour fonctionner, la programmer et la mettre à jour pour qu’elle reste compétitive), mais surtout d’autre part il existe quantité de productions faites par la machine dont le prix ne décroit pas d’un centime, voire même il augmente, et enfin, la plupart des objets ne sont pas 100% fait avec la machine, il y a le plus souvent une part de travail manuel dedans.

      Par exemple, le bien célèbre Iphone.
      Son prix ne cesse d’augmenter, hors la plus grosse partie du prix de vente ne s’explique pas par le coût de revient du travail manuel d’assemblage (qui augmente pourtant), qui est moindre que le coût de certains composants (fabriqués à la machine), moindre que le coût de la publicité, et moindre que le surcoût engendré par le désir d’achat des "fanboy" d’Apple.
      Donc cet exemple décrédibilise complètement cette phrase si chère à Cousin.

      Cependant, l’idée n’est pas mauvaise, et compréhensible dans une certaine mesure. C’est juste que tout n’est jamais noir ou blanc.


    • #1801990

      @zeze

      Impossible d’éclaircir ceci : La machine ne produit pas de valeur etc... Aucune réponse satisfaisante depuis 3 ans.

      « (...) Comme tout autre élément du capital constant, la machine ne produit pas de valeur, mais transmet simplement la sienne à l’article qu’elle sert à fabriquer. C’est ainsi que sa propre valeur entre dans celle du produit. Au lieu de le rendre meilleur marché, elle l’enchérit en proportion de ce qu’elle vaut. » Marx


  • #1801084

    Plutôt que de lire, il ferait mieux d’écrire.
    Il raconterait moins de conneries.

     

    • #1801106

      Ah bon vous êtes sûr ?! Déjà il écrit (comme quoi en plus d’être bête vous ne savez pas de quoi vous parlez), ensuite quand bien même il n’écrirait pas, ce serait alors un drôle de conseil de lui suggérer de le faire puisqu’a vous entendre il écrirait dès lors fatalement les " conneries " qu’il raconte. La logique et vous, ça fait deux. Du coup, plutôt que d’écrire des conneries, et des vraies celles-là, vous feriez bien mieux de la fermer :-)


    • #1801205

      Je n’appelle pas ça écrire.


    • #1801445

      Vous n’appelez pas cela écrire mais c’est pourtant bien de ça dont il s’agit. Mais il est normal que vous l’ignoriez puisque vous parlez sans savoir et dans le vent pour ne pas changer. " Moi ton cousin deux minutes et c’est bien " (sic). Il ne manque plus qu’un " z’y va " pour couronner le tout.


  • #1801096

    Cousin est toujours intéressant mais son matérialisme qu’il rapporte à Marx et Hegel est étrange : Cousin cite beaucoup Hégél que je lis en ce moment . Et ce n’est pas du tout la vision de Cousin . Hegel dans " lectures " exalte le Christ et le don qu’il a fait aux hommmes de leur faire comprendre que Dieu EST le Logos ( l’ordre du monde , Sa logique , ses lois ,....) . Dieu manifeste ce Logos dans sa création : le cosmos, La nature et l’homme bien sur . Cet ordre divin est universel en espace et en temps ; il s’étend donc aux sociétés humaines et à leur histoire . De ce fait , Le matérialisme de Marx n’est qu’un épiphénomène ou un instrument de Dieu à un moment donné d’abandon du spirituel en prélude à son retour dans la gloire .

     

    • #1801313

      On parle bien d’ « hégélianisme athée » chez Ludwig Feuerbach, non ?


    • #1801426

      Oscar, entre autres exergues au chapitre V de son livre "commentaires sur l’extrême radicalité des temps derniers", F. Cousin cite un passage tiré de l’Evangile de Jean :

      "En le fondement de l’être était le LOGOS, et le logos était le DEDANS du mouvement du divin, et le logos était le divin".


  • #1801506

    On l’a tous fait mais tout de même, beaucoup de gens (sans même parler du troll Rivarol, quand je pense que tous ses commentaires inutiles passent...) critiquent sans n’avoir rien compris.
    Entre celui qui dit que Marx et Cousin sont marxistes (faux, nul, zéro), celui qui ne comprend pas le langage tout simplement, le fait que le capital, c’est pas "le patron" ou "le banquier" mais c’est nous tous, un Système dont nous sommes tous les rouages esclaves, tous aliénés (d’où l’intérêt de la lecture, intérêt que n’ont pas les non-aliénés, primitifs, non atteins par ce système)... C’est vraiment la réaction du bourrin complexé par l’intello, qui a des envies de lui casser la figure.

    En tout cas ce cher Cousin, je ne sais pas s’il se trouve dans une impasse de radicalité conceptuelle ou s’il s’humilie et progresse toujours... mais l’aspiration profonde de l’Homme et la finalité de l’Histoire, ce n’est pas de vaincre le capital pour revenir à une communauté de l’être, mais c’est de vaincre le Temps et la Mort, deux dictatures insurmontable liées à ce qu’on appelle MAL, et là le Logos est impuissant et tourne en rond dans son incarnation éphémère dans quelques brillants cerveaux humains, c’est concrètement à Dieu et au sacrifice de son Fils qu’il faut s’en remettre, avec la même humilité.

    Ce qui n’évacue pas curiosité à mon avis, et l’intérêt de lire sur les expériences radicales etc., pourquoi pas, même si je pense profondément que tout ceci n’est que de la verbalisation de ce qu’on a au fond du cœur, tous. Au fond, on sait.


  • #1801513

    C’est là où j’ai du mal avec ce discours, en quoi vaincre le capital et mettre fin au Système serait synonyme de vaincre le mal ? Est-ce le Capital qui a été à l’origine du premier meurtre d’Abel par Caïn ? Mon aspiration profonde, mon rêve, c’est l’éradication du Mal, qu’il n’en reste plus aucune trace spirituelle ni matérielle. Le système marchand, l’argent etc., tout ça n’est qu’une créature de ce Mal (qui ne génère pas que du mal, mais souvent aide à révéler du bien aussi). L’humanité porte en elle le péché originel également, elle n’a pas besoin de son aliénation pour autogénérer du mal. Mais elle a aussi en souvenir le Bonheur originel, le fait qu’elle soit à l’image de son Créateur, qu’elle soit née immortelle dans un Paradis, et que son aspiration ultime est de refermer cette parenthèse noire pour retourner à son origine.

     

    • #1801944

      Est-ce le Capital qui a été à l’origine du premier meurtre d’Abel par Caïn




      non pas exactement le capital mais c’est bien un "progrès" dû à une révolution : c’est l’agriculteur sédentaire qui "tue" le pasteur nomade.


  • #1802057

    Autant j’apprécié énormément Francis Cousin, autant je ne suis pas d’accord sur ce point avec lui... et il se contredit lui même d’ailleurs. Tout est écrit dans le livre de la nature vivante, et nul besoin de passer par les livres pour nous faire accéder à une conscience humaine élevée. Ce qui est curieux, c’est qu’il a lui même dit à certains moments que certains paysans qui n’avaient jamais rien lu étaient bien plus proches de la conscience radicale que des doctes en philosophie.

     

Commentaires suivants