Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Gru, un Trump en version russe ?

Vous vous rappelez comment les médias dominants avaient éreinté le candidat Trump à la présidence en 2016 ? On a eu droit à des flopées de révélations sur ses faux cheveux, ses mains aux fesses, fraudes fiscales et j’en passe ; des flopées de sondages prouvant que la nation voulait Hillary et détestait Trump, des articles d’opinion pour vous persuader que seules des raclures racistes d’extrême droite pouvaient avoir l’idée de voter pour lui. Ils avaient même sorti une couverture (dans le supplément hebdomadaire de Time, à moins que ce ne soit Newsweek) pour souhaiter la bienvenue à Madame le Président. Et puis le jour du décompte des voix est arrivé.

 

C’est ce qui me revient en mémoire tandis que je suis le déferlement d’attaques dans les médias russes et sur les réseaux sociaux contre le candidat à la présidence Pavel N. Grudinine (on l’appelle Gru, tout simplement). La télévision d’État est censée, par sa charte, jouer un rôle neutre dans la campagne électorale. Ils s’y sont tenus pendant une semaine, une fois que son nom est rentré dans la course. Au cours de cette semaine, la popularité de Gru a crevé le plafond, atteignant presque la côte du président Poutine. C’était tout à fait imprévu pour le Kremlin, dont les savants sorciers s’attendaient à ce que Gru fasse une percée modeste, utile pour raffermir la légitimité douteuse des prochaines élections.

Quand ils ont reconnu l’ampleur de leur erreur, ils ont transmis une consigne à leurs chaînes vassales, et Gru est devenu la cible de leurs attaques quotidiennes. Sur huit candidats, Gru est le seul qui est toujours évoqué négativement. Soit ils n’en disent que du mal, soit ils n’en disent rien, exactement comme pour Trump à l’époque.

Un vieux candidat chevronné, le nationaliste Zhirinovsky, se voit attribuer de grandes tranches horaires à la télé, avec un seul et unique message : « À bas Gru ». Ses attaques féroces sur Gru sont répercutées dans chaque émission préélectorale, tous les soirs.

Il y a un déflecteur, un tout petit parti trotskiste, les « Communistes russes » dont le seul but dans la vie est de prendre des voix au Parti communiste mainstream (KPRF). C’est un parti virtuel qui disparaît après les élections pour revenir à la vie juste avant les suivantes. Il y a des âmes innocentes, dans la Russie profonde, pour voter pour eux, convaincues que c’est le « vrai » parti communiste. Ils sont violemment anti-Gru, et submergent Facebook avec leurs diatribes contre « ce pas vraiment communiste de Gru ».

Pourtant, Gru n’est pas un candidat banal. Patron prospère d’une entreprise agricole qui s’appelle le Sovkhoze Lénine, c’est un bon exemple de ces industriels russes aussi appelés « patrons rouges », c’est-à-dire d’anciens gérants d’usines soviétiques et d’entreprises qui se sont ajustés au nouveau système. Ils produisent pour la consommation locale, et leurs intérêts ne rejoignent pas ceux des oligarques de Poutine (ou de Boris Eltsine). Ces gens-là ont fait fortune en important des biens de consommation et en exportant des matières premières, et ils sont à la base du pouvoir de Poutine.

Les producteurs, tant industriels qu’agricoles, veulent plus de mesures protectionnistes et des crédits bon marché, ils veulent encourager le pouvoir d’achat des Russes ordinaires, ce qui veut dire augmenter les salaires et pensions. Leurs fortunes reposent sur les revenus des travailleurs russes ordinaires. Ils ne sont pas satisfaits du président Poutine, et encore moins de son gouvernement dirigé par M. Medvedev.

Gru est devenu le candidat d’une pléthore d’organisations qui vont de la gauche à la droite ; il est soutenu par les nationalistes russes, mais son soutien principal vient du KPRF. C’est une combinaison de Sanders et de Trump, pour les ouvriers, contre l’immigration, pour des barrières protectionnistes et des prêts à faible taux d’intérêt pour les petits producteurs. Un homme qui s’est construit seul, issu de la classe moyenne plutôt huppée, sans être un milliardaire, mais riche quand même ; et il ne fait pas peur aux Russes de la classe moyenne qui seraient saisis d’effroi à l’idée de soutenir un vrai rouge au couteau entre les dents.

L’organe officiel de prédiction, le Centre de Recherche Russe sur l’Opinion Publique VTSIOM (ВЦИОМ ) annonce que 79 % de l’électorat va voter pour Poutine et seulement 7 % pour Grudinine, mais sur le terrain, le ressenti est bien différent. Il y a quelques sites qui permettent au peuple d’exprimer leurs préférences par des votes ; le plus grand étant http://president-rf.ru/, ce sont déjà 180 000 personnes qui ont voté Gru, et seulement 30 % Poutine. Sur d’autres sites, Gru remporte de 30 à 80 % des intentions de vote.

Difficile de prédire le résultat, il reste encore plus d’un mois avant la date des élections, mais le résultat de VTSIOM paraît déjà trop bas pour justifier la féroce campagne dont Gru fait l’objet. S’il ne devait obtenir que 6 à 7 % des suffrages, les fraudeurs décisifs, c’est-à-dire l’administration présidentielle, ne se feraient pas de souci et n’activeraient pas leurs usines à trolls et leurs machines à rumeurs pour arrêter Grudinine. Il semble qu’il ait des chances de gagner la bataille, à condition que les élections soient à peu près limpides.

Poutine aura été un bon président, et un président populaire, mais il a ses limites. Il se sent encore obligé de respecter le pacte qu’il avait conclu avec feu le président Eltsine ; il continue à combattre la mémoire soviétique, il est entouré de copains qui roulent sur l’or ; il ne défend pas la production locale sauf pour ce qui relève de l’industrie de l’armement. Il a bien travaillé pendant longtemps, mais on sent que le pays est mûr pour un changement de la garde.

Le maître en cours préparatoire peut bien être formidable, tôt ou tard, il faut que l’enfant découvre aussi de nouveaux instituteurs. Gru est le premier à passionner les Russes depuis 1996, et il se pourrait bien qu’il fasse un malheur.

 

La gauche russe est différente

Grudinine a le soutien de la gauche et de la droite, des ouvriers et des patrons, des communistes et des nationalistes. Comment cela a-t-il pu advenir ? La raison principale c’est que la gauche russe est bien différente de la gauche européenne. Les Russes sont bolcheviks. La gauche occidentale est surtout menchevik.

Lire la suite de l’article sur plumenclume.org

Retrouvez Israël Adam Shamir chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

 

Israël Adam Shamir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1901286
    le 15/02/2018 par Anonymous19
    Gru, un Trump en version russe ?

    Ses (I.S.) positions personnelles lui font perdre toute objectivité.
    Ca doit lui rappeler sa jeunesse quand il militait pour le grand soir...

     

    • #1901400
      le 15/02/2018 par Aven
      Gru, un Trump en version russe ?

      On pourrait te retourner le compliment.. Mais la différence avec toi, c’est que Shamir connait la Russie


    • #1901621
      le 15/02/2018 par Anonymous19
      Gru, un Trump en version russe ?

      Shamir connait la Russie et a de grandes qualités.
      Mais 3 pages sur le gentil bolchévisme, laisse-moi rire...


  • #1901288
    le 15/02/2018 par europhobe
    Gru, un Trump en version russe ?

    Intéressant comme article ! Et comme rien n’est ni tout blanc ni tout noir, on voit bien ici que Poutine souhaite conserver sa place, raison pour laquelle il a fait virer Douguine. Alors d’un côté on a l’impression que sa politique commence à s’essouffler, mais de l’autre on a pas tellement d’exemples de bons leaders encore meilleurs que leur prédécesseur. Généralement quand un grand homme part, derrière c’est la chute du pays pour au moins 50 ans. "Gru" ferait-il exception à la règle en remplaçant Poutine ? Une part de moi a envie d’y croire, et l’autre regarde l’histoire et se dit qu’il y a quand même peu de chances que ça arrive qu’il faudrait mieux garder Poutine pour le moment.

     

    • #1901663
      le 15/02/2018 par VORONINE
      Gru, un Trump en version russe ?

      Treve de reverie ...Poutine sera réélu, il a le soutien de plus de 70 %du corps électoral , meme si parmi eux certains voteront pour un autre candidat .Au cours de son prochain mandat , V.V.Poutine mettra le pied à l’étrier à son successeur, qui sera un homme dans les quarante ans, pour copier et plaire à l’occident , et assurer la durée et la stabilité dont la Russie a toujours eu besoin .


  • #1901323
    le 15/02/2018 par anonyme
    Gru, un Trump en version russe ?

    Surprenant et Ecrasant.

    Shamir pourtant très psychologue prétend que X ou Y, grâce à ses énormes qualités, peut remplacer Vladimir Poutine !

    Il feint d’ignorer que Poutine est un homme de pouvoir, qu’il a fait ses preuves dans une totale adversité, qu’il ne se reniera jamais, tout juste ré-orienterait-il légèrement ses objectifs et ses méthode.

    Comment peut-on parier sur un politicien brillant dans un contexte de guerre mondiale ?

    Combien de fois n’a t-on pas vu ce même pari s’achever en implosion.
    Ça a été le cas en France avec Giscard suivant de Gaulle. On a vu la trahison de Giscard.
    On a vu les piètres performances d’un Mitterrand pourtant adversaire absolu et intraitable de de Gaulle.
    On a vu les trahisons de Sarkozy malgré son abattage et sa verve dialectique.

    Il est quasiment IMPOSSIBLE de prédire si un politique révèlera toutes ses qualités au pouvoir - Sauf s’il est esclave de l’Oligarchie !

    Thémistoclès


  • #1901324
    le 15/02/2018 par Gilbert
    Gru, un Trump en version russe ?

    Poutine remportera les élections, peu importe ce que les gens votent.


  • #1901443
    le 15/02/2018 par Ouvreles2yeuxp
    Gru, un Trump en version russe ?

    Poutine continue de combattre la mémoire soviétique ? Mais putin, encore heureux. Replonger la Russie dans l’horreur des camarades Lenine and co et c’est le KO mondial


  • #1901454
    le 15/02/2018 par LB
    Gru, un Trump en version russe ?

    Pas d’accord, je préfère largement Poutine... Même s’il n’est pas parfait, on ne peut pas se permettre de se jeter dans l’inconnu en acceptant de le remplacer...

     

    • #1901568
      le 15/02/2018 par paramesh
      Gru, un Trump en version russe ?

      tu crois pas que ce serait plutôt aux russes de décider ce qui est bon pour eux.
      La politique extérieure c’est pas tout, et à l’intérieur, Poutine est totalement libéral (la finance internationale tient toujours la banque centrale russe).


  • #1901739
    le 15/02/2018 par ambrose
    Gru, un Trump en version russe ?

    Poutine reste le meilleur candidat pour le peuple russe ( et pour les autres peuples ! ) au plan international mais ici Israel Adam Shamir analyse les conditions d ’un redressement des partis de vraie gauche en occident ; il évoque la gauche russe restée " bolchevique ", du côté des travailleurs , pour la Majorité , centrée sur les fondamentaux de la gauche (rapport capital - travail , producteurs contre rentiers et banquiers " en oppossition avec la gauche européenne "cornaquée par les juifs " , fausse gauche qui a les faveurs des médias et de leurs milliardiares , s ’ accordant parfaitement avec l ’oligarchie , défendant les victimes de discrimination (bourgeoises féministes , juifs comme Soros , gay ) contre les travailleurs blancs " Maîtres de l ’ ordre patriarcal " , pseudo gauche menchevik qui fait le travail pour ses Maîtres , "gauche toxique sortie des labo du capital " . Bref , Israel Adam shamir espère en un revival de la vraie gauche avec Corbyn, Sanders, Mellenchon et peut -être Gru .


  • #1901831
    le 15/02/2018 par Eric95
    Gru, un Trump en version russe ?

    Gru c’est aussi le nom du méchant dans le film d’animation intitulé Moi, moche et méchant...


  • #1901956
    le 16/02/2018 par davideduardo
    Gru, un Trump en version russe ?

    Que cet homme soit sincere ou pas, cela montre une apettence du peuple russe pour plus de social et un peu moins de liberalisme.
    Poutine devrait écouter ce cri et s essayer a un peu plus de social comme degaulle a essayé de faire : sécurité sociale, participation des salariés aux entreprises, aides sociales diverses, protectionnisme...
    comme tout bon président devrait le faire, etre au dessus des clivages.
    Il n y a pas que la geopolitique dans la vie !