Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Henry Kissinger cité dans un brûlot anti-Trump : à la Maison Blanche, "c’est la guerre entre juifs et non-juifs"

Fire and Fury : le livre polémique sur Donald Trump

Dans ce livre, selon son auteur Michael Wolff, l’ancien conseiller des présidents Nixon et Ford Henry Kissinger aurait déclaré « c’est la guerre entre juifs et non-juifs » à propos de la Maison Blanche en général et du conflit entre Jared Kushner (plus son épouse convertie Ivanka Trump) et Steve Bannon en particulier.

 

Bannon, écarté par Trump, se serait servi de Wolff pour diffuser des informations compromettantes sur le président en poste. Toujours selon Wolff, les deux hommes seraient en conflit très dur et Bannon prédit que l’affaire russe va « éclater sur la tête de Trump (surnommé Don Junior) comme un œuf sur la télé nationale ».

Le président y est qualifié par son entourage professionnel de « crétin », de « fou » et de « paranoïaque ». Si l’on en croit Wolff, qui va dans le sens du Trump bashing – le journaliste est lui-même issu de la presse la plus mainstream et la plus opposée à Trump –, un contre-pouvoir mène une guerre interne sans répit contre Trump. Même l’entourage du président serait vent debout contre lui !

 

JPEG - 143.2 ko
Dans cette caricature, Trump présente sa nouvelle senteur Feu et Colère, « le parfum d’une incompétence dingue »

 

Wolff donne l’image d’un président seul contre tous, isolé, reclus, entêté, coupé du réel, branché uniquement sur Twitter et ses « trois postes de télévision », une espèce de Führer 2.0 dans son bunker de Berlin lors de l’arrivée des Russes.

« Dans cet ouvrage, dont plusieurs rédactions dont l’Agence France-Presse ont obtenu une copie, Steve Bannon dénonce, entre autres, l’attitude de Donald Trump Jr., ce qui a provoqué la colère du locataire de la Maison-Blanche. Jugeant qu’il a commis une “trahison” en rencontrant une avocate russe durant la campagne, il donne de facto du poids à l’enquête en cours du procureur spécial Robert Mueller sur les liens supposés entre Moscou et l’équipe Trump, qui empoisonne la présidence de ce dernier. Fidèle à son style provocateur, Steve Bannon a assuré après la publication d’une série d’extraits au contenu explosif qu’il soutenait toujours l’ancien magnat de l’immobilier. » (Le Point)

Justement, un grand chapitre du livre est dédié à l’affaire russe, ce cheval de bataille des anti-Trump depuis son élection, le moyen par lequel le pouvoir profond veut faire plonger celui qui ne veut pas entrer en guerre avec la Russie. La relation cordiale Trump-Poutine a effectivement mis les néoconservateurs en feu et furie... titre du livre de Wolff. À ceci près que ce dernier veut parler d’une autre guerre, intestine celle-là.

 

Michael Wolff sera-t-il condamné pour fake book ?

C’est d’ailleurs la seule information solide qui ressort de ce livre de déclarations non vérifiées : la Maison Blanche est écartelée entre deux tendances, les choix politiques de Trump et la résistance de cet agglomérat de puissances qu’on appelle pouvoir profond. Il comprend la banque, les médias, le divertissement, le renseignement et les groupes de pression du type AIPAC. C’est pour cela que la phrase attribuée à Kissinger prend un sens dangereux.

Aveu tardif (le conseiller des princes a 94 ans) ou calcul de la part de Kissinger, le Machiavel américain, cet homme aux mains pleines de sang qui a été blanchi par un Nobel de la Paix ? Sa déclaration, si elle est exacte, fait de Trump le résistant numéro un à la puissance sioniste américaine. Et donc son ennemi irréductible, à la manière d’un JFK.

Est-ce pour cela que le 45e président des États-Unis a peur d’être empoisonné ?

- La rédaction d’E&R -

 


 

Fire and Fury : Inside the Trump White House (qu’on peut traduire en Le Feu et la Fureur : à l’intérieur de la Maison Blanche de Trump), un livre écrit par Michael Wolff, journaliste au Hollywood Reporter, raconte les coulisses de la première année au pouvoir de Donald Trump, marquée par un « chaos » permanent.

 

 

Avant même sa sortie, prévue mardi 9 janvier aux États-Unis, ce livre a déjà déclenché la colère du président Donald Trump. Selon le Washington Post, l’avocat personnel de Donald Trump, Charles Harder, veut empêcher la sortie du livre. Dans une note envoyée à Michael Wolff et à son éditeur Henry Holt, les avocats de Trump évoquent de possibles poursuites, notamment pour diffamation, ajoute le Post. Sur Twitter, le président américain a critiqué un livre « rempli de mensonges », et assuré qu’il n’avait accordé « aucun accès à la Maison Blanche » à Michael Wolff. Face à ces pressions, l’auteur et l’éditeur de l’ouvrage ont décidé d’avancer la publication du livre à vendredi 5 janvier. Franceinfo fait le point sur ce livre explosif.

 

18 mois d’enquête et d’entretiens

Michael Wolff est un journaliste de 64 ans. Au cours de sa carrière, de plus de quarante ans, il a tenu des postes de chroniqueurs notamment pour New York Magazine et Vanity Fair et a déjà écrit sept livres, rapporte ABC News. Il a été deux fois lauréat du prix National Magazine, section commentaire, en 2002 et 2004. Son livre le plus connu, sorti en 2008, est consacré à un autre magnat, Rupert Murdoch (The Man Who Owns The News).

[...]

Pour ce nouveau livre, le New York Magazine, qui a publié mercredi des extraits du livre, explique que la rédaction de l’ouvrage découle de dix-huit mois d’entretiens avec des membres du staff de Donald Trump et avec le président lui-même. Michael Wolff aurait pris ses quartiers dans la Maison Blanche rapidement après l’inauguration de Donald Trump et aurait, depuis, conduit plus de 200 interviews. Il a pu occuper « quelque chose comme une place semi-permanente sur un canapé de l’aile ouest [de la Maison Blanche] », explique-t-il.

Pendant son briefing quotidien à la presse, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a expliqué que Donald Trump « ne s’était jamais assis » avec Wolff et que les deux hommes n’avaient eu qu’une « brève conversation », rapporte NPR. Elle a ajouté que la présence de Michael Wolff à la Maison Blanche était généralement à la demande de l’ancien conseiller Steve Bannon. Dans un communiqué, elle a affirmé que le « livre est "truffé d’affirmations fausses ou trompeuses, de la part d’individus qui n’avaient ni accès ni influence à la Maison Blanche ».

Dans l’introduction du livre, Michael Wolff admet que « beaucoup d’informations sur ce qu’il s’est passé à la Maison Blanche de Trump sont contradictoires ; beaucoup, dans le style trumpien, sont simplement fausses ». Ces contradictions ou cette prise de liberté avec la vérité constituent « le fil » du livre, dit-il, ajoutant avoir publié « la version des évènements qu’[il croyait] vraie ».

 

Donald Trump dans sa chambre à 18h30, face à ses trois écrans TV

Le livre, d’après les extraits qui ont été obtenus et publiés mercredi par le Guardian, le Washington Post et le New York Magazine, est rempli d’anecdotes croustillantes, risibles et parfois invraisemblables sur Donald Trump.

[...]

C’est le portrait d’un homme paranoïaque, cloîtré dans ses quartiers, que nous laissent entrevoir les premiers extraits du livre. Tellement paranoïaque qu’il aurait interdit au personnel de ménage de ramasser les objets dans sa chambre, et surtout interdit à quiconque de toucher à sa brosse à dents, car il redouterait d’être victime d’un empoisonnement.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

L’Empire et ses réseaux prêts à tout contre Trump,
chez Kontre Kulture :

Le Trump bashing, depuis le 1er jour, sur E&R :

 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est fou quand même ce pays, ou la plupart des gens et de toutes communautés confondues, sont à 90% à peu près, chiffres non officiels, circoncis pour des raisons médicales ou sexuelles devenues la norme.

     

    Répondre à ce message

  • Pour faire simple , Bannon qui fut l’un des acteurs majeurs de la victoire du president , s’est vu mettre sur une voie de garage une fois l’autre élu , au profit du gendre et ses amis , dont on connaît la souche . ( sa fille et ses petits enfants font partis désormais du sérail ) , les liens du sang ont eu raison de l’honnêteté : c’est pas nouveau ! Mais bien inquiétant quand cela peut concerner des milliards d’etres humains !

     

    Répondre à ce message

  • Allez savoir ce qui se passe vraiment dans ce pays de dingos.
    Si Bannon a réellement contribué au livre, je suis perplexe. Les Etats-Unis sont comme un poulet sans-tête qui continue de courir.
    La lucidité est la meilleure qualité à cultiver en ces temps incertains.

     

    Répondre à ce message

  • Guerre de palais ... les Sionistes ne sont pas heureux ... Trump se fait enfumer... Tout va exploser.

     

    Répondre à ce message

  • D’abord un grand merci a Soral et a son equipe.

    Les menaces du Lobby : Trump en recoit, mais Marine LePen aussi.
    Je trouve les commentateurs ici un peu durs avec Marine LePen. Vous etes caches
    derriere votre PC et vous n’ avez pas eu de bombe dans votre salon quand vous aviez 10 ans. En resume, elle fait ce qu’elle peut. Maintenant, on est d’ accord
    que Alliot est juste un gigolo de bas etage. Quant-a Collard et Menard ce sont des serviteurs de l’ Empire qui sont recompenses par un fromage, mais ils ne doivent pas commettre d’ incartades :
    car alors c’est l’ accusation d’ antisemitisme, puis l’ empire revele les dossiers qu’ il a sur eux, et enfin, on les retrouve suicides aves deux balles derriere la tete.
    Cherchez le documentaire en anglais "Clinton body count" ou on voit que l’ empire fait du nettoyage autour des Clinton, y compris des gardes du corps qui parlaient peut etre trop. Une ciquantaine de morts bizarres ou de suicides. J’ai vu deux versions de ce documentaire et j’ ai telecharge celle de 50 minutes qui est la meilleure et qui dresse juste une liste factuelle et macabre.

     

    Répondre à ce message

  • Ca souffle à 310 km/h aux states, l’état profond va t il s’en sortir ?
    Les forces du bien gagnent chaque jour un peu plus de terrain à travers le monde et le rideau n’en finit plus de tomber

     

    Répondre à ce message

  • A la Maison Blanche Kissinger nous dit que "c’est la guerre entre juifs et non-juifs" le tout rapporté par Michael Wolff ne manque pas de piment. On n’en sort pas et c’est toujours la même chose et il est évident que le brûlot de Wolff en bon juif qu’il est une occasion de dégommer Trump et de continuer la guerre..

     

    Répondre à ce message

  • #1874878

    Bannon et Trump, en réalité c’est comme ce que devraient être Soral et Collomb.

    Les anglo-saxons réfléchissent toujours à l’après. C’est comme ça que l’on se fait prendre a chaque fois par ces mêmes Anglois...

     

    Répondre à ce message

  • Je n’ai pas encore vu de raisons d’arrêter penser que Trump n’est d’aucun camp (sauf celui de son nombril) et qu’il réagit simplement aux diverses manipulations qu’il subit, en provenance de tous les bords.
    La réflexion de Kissinger sur la guerre des juifs et non-juifs à Washington n’est évidemment pas un scoop pour moi, mais il faudrait savoir qui, selon lui, appartient à quel camp.
    La question n’est pas si évidente. Je me dis que pour un juif américain qui jouirait d’une position éminente et très confortable à New-York ou Washington, le projet israélien ressemble à une galère en comparaison de la vie en Amérique.

     

    Répondre à ce message

  • En fait le bouquin est consultable sur Internet.
    La phrase de Kissinger est dans la 120 ème page du pdf
    Or donc, il est impossible de savoir précisément ce que voulait dire Kissinger. L’auteur cite la phrase de Kissinger, sans la moindre info concernant son contexte. Elle est assénée par l’auteur comme si elle concernait le conflit entre Bannon d’une part, et Kushner plus Kohn d’autre part. Mais est-ce bien le cas ? Bannon, dont le media Breitbart est systématiquement pro-Israêl et anti-Hezbollah, est bien loin d’être un représentant d’un camp "non-juif" ;

    Sinon, le livre est assez pénible, rédigé dans un anglais cahotique, et on sent que l’auteur ne sait pas toujours lui-même à quel moment il est en train de produire du bullshit.
    En même temps, de ci, de là, d’intéressants tableaux impressionnistes (à défaut d’être de méticuleuse photographies) de la pétaudière. Intéressants parce que cohérents et vraisemblables. Et, inquiétants.
    Et je commence à comprendre pourquoi certains, dont je sais très bien qu’ils prient tous les soirs pour la destruction des USA, persistent à encenser Trump.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents