Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un an de mandat pour Trump : un an de harcèlement médiatique (entre autres)

Il y a un an, Donald Trump remportait l’élection présidentielle américaine face à Hillary Clinton. Cette victoire surprise et ce début de mandat à rebondissements ont inspiré de nombreuses couvertures de journaux au graphisme provocant et hors-norme, à l’image de ce début de présidence.

 

[...]

Pour retracer cette année post-élection, nous avons replongé dans les « unes » de journaux de la presse internationale au parti-pris graphique frappant.

 

Le choc de l’élection

 

 

Un président sans envergure

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

 

Une fois n’est pas coutume : un débat télévisé non-hystérique sur la première année de mandat du président américain

 

L’Empire et ses réseaux prêts à tout contre Trump,
chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 






Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Trump a un QI de 156.

     

    Répondre à ce message

  • #1835915
    Le 8 novembre à 20:19 par toto la ciboulette
    Un an de mandat pour Trump : un an de harcèlement médiatique (entre (...)

    J’ai été agréablement surpris par Bercoff qui a bien reporté les notions d’assécher le marais, et dans l’ensemble les intervenants ne se sont pas trop ridiculisés sans faire bien sur aucun commentaire positif sur le Donald.

    Ils ont bien sur omis de parler des derniers chiffres du chômage et de tout ce qui pourrait être à l’avantage de Trump ; il ne faut pas trop rêver.

     

    Répondre à ce message

  • Eh oui ! ce n’était pas celui qu’ils attendaient et qu’ils avaient annoncés ces chers merdias, donc faut bien cracher dessus puisque la défaite est resté en travers de la gorge . Tant que vous direz du mal de Trump c’est qu’il fait l’inverse de vos idées néfastes et ravageuses .Donc tout va bien madame la marquise, les chiens aboient, et la caravane passe..

     

    Répondre à ce message

  • #1835958

    Le débat : de voir ses bobos avec leur petite voix analyser un pays qu’ils ne connaissent pas à part les centre-villes de Washington et de New York me fait toujours penser à un sketch des Inconnus. Bergoff est le spécialiste de Trump en Europe, car il a pu lui parler pendant 40 minutes en tête-à-tête. Décidément, ces gens ne comprennent pas encore ce qu’il leur ait arrivé, car le réel leur ait inconnu.

    Voici un petit résumé après un an de Trump :
    - Merkel s’est prise une veste aux élections. Elle est en fin de règne. Pour quelqu’un qui devait reprendre le flambeau de la lumière du monde il y a un an, elle se retrouve avec un parti anti-immigration comme troisième force politique du pays.
    - Les Autrichiens et les Tchèques ont suivi les Polonais, les Hongrois et les Slovaques : on vote national et anti-UE.
    - Les Anglais ont viré les derniers Tories mondialistes du centre-ville de Londres aux dernières élections.
    - L’Espagne est en voie de dislocation.
    - L’Italie voit Berlusconi, ami personnel de Poutine, revenir dans la course.
    - Le Portugal est en reprise économique grâce à la défiscalisation des riches résidents étrangers, comme Madonna qui a "migré" à Lisbonne dernièrement, car elle trouve ce pays merveilleux.
    - Les taux de satisfaction des dirigeants "autoritaires" à la Trump atteignent des sommets : Poutine en Russie, Duterte aux Phillipines à plus de 80 pour cent.
    - Pour se maintenir au pouvoir, les élites françaises mondialistes ont provoqué un coup d’état et trafiqué les élections afin de mettre un employé de banque à l’Elysée qui n’a enrayé ni les déficits publics et commerciaux, ni le chômage.

    Aux Etats-Unis, le pays est en plein boom économique. La bourse atteint des records. Le taux de chômage baisse de mois en mois. Toutes les élections nationales intermédiaires ont été remportées par des Républicains pro-Trump (la dernière dans l’Utah mardi soir malgré un concurrent conservateur indépendant fils d’un ancien sénateur républicain). Bien entendu, aucun écho, car la presse fait ses choux gras avec les élections de gouverneurs démocrates en Virginie et au New Jersey (états qui ont voté massivement pour Hillary Clinton)...c’est comme si on disait que la gauche tremble car la droite a gagné des élections intermédiaires à Neuilly et dans le XVIème.

    Oui, le monde a changé et il ne va pas s’arrêter. La révolution populiste est...en marche.

     

    Répondre à ce message

  • Trump ne peut rien faire, donc on ne peut pas juger sa politique, celle d’oblablague était celle des élus décadents dont il n’était qu’un simple chancre donc pour l’instant 1-0. Avec l’hilarpie il y aurait eu la 3e G.M. pour sauver le capitalisme, pense pas que ce soit mieux.

     

    Répondre à ce message

  • Les médias finissent le plus souvent par brûler ce qu’ils ont adoré, entrainant un désamour du public pour l’idole ainsi détrônée.
    Trump ne risque pas de subir ce revirement de situation, ce qui, à long terme, pourrait lui être favorable aux yeux du "petit" peuple. Les happy few du sud de Manatthan et ailleurs, eux sont de toute façon largués.

     

    Répondre à ce message

  • Honnêtement, qui aurait tenu le coup avec un tel harcèlement médiatique et de certains pouvoirs à la manœuvre ? Bien peu.
    Cet homme fait preuve d’un savoir-faire et d’une intelligence bien plus grande que l’hystérie narcissique qu’on veut lui faire endosser. Passer derrière "Saint Obama" n’est pas une mission de tout repos. C’est plutôt le parcours du combattant permanent.

     

    Répondre à ce message

  • #1836156

    C’EST bien beau tout cet acharnement idéologique via Donald trump : n’empeche qu’il faudrait un mec comme lui a la tete du pays (ou poutine) attention, je ne souhaite pas avoir une politique a la russe ou a l’américaine : MAIS,je perle d’envergure du bonhomme : un type qui n’a point peur d’appeler un chat:un chat concernant(entre autres)le terrorisme ou l’immigration ou les dérives lgbt (poil au pied).
    en gros et pour parler de manière triviale : un mec qui ai des couilles pour affronter le mal qui nous gangrene et en l’occurrence , ce mal se nomme l’intégrisme, l’obscurentisme,le fanatisme basique religieux, l’arcaisme merdique que nous subissons depuis trop longtemps.
    OUI un type qui aurait l’amour de son pays, l’amourde ce travail de longue haleine de redresser la France.
    ET sans oublier,tout le gauchisme islamo immigrationniste mondialiste et son coté ultra libérale qui poussent cette idéologie a vouloir que notre pays soit multiculturelle : c’est a dire sans culture véritabe : un brouillon de gens, une bouillabesse de culture : culture ? la culture de la connerie : je chis sur le rap, je chis sur la tv réalité, je pisse sur le foot, je pisse sur le fait qu’il faut s’abaisser et meme so froc devant le pauvre, le maudit, le si gentil immigré, de celui qui vient d’ailleurs et va apporter une chance pour la France : mon cul !
    il faut que nous nous donnions la possibilité de ne plus donner une parcelle de place a ces gens qui sont issu de l’immigration et qui sont en train de grapiller petit a petit nos commerces, nos quartiers, nos villes : il faut que nous ragagnons du monopole vianos commerces : et en cela, il faut que les maires, que les administrés, que les commerçants qui partent ne vendent pas comme des foireux aux premiers venus qui vont payer cash leurs boutiques.
    CAR, n’oublions jamais que nous avons notre part de responsabilités dans le fait que notre pays parte en couille.

     

    Répondre à ce message

  • En commençant la vidéo (le blabla), je me disais :

    "Tiens, c’est drôle ça, il semble que l’Occident se divise en 2 camps, les pro-Donald/Kim et les anti-Donald/Kim... mais, euuh..."

    Au-delà du fait que j’en ai rien à carrer ni de l’un, ni de l’autre, et que l’issue du combat ne fait aucun doute (USA uber alles), il apparaît que ce "petit monde" est massivement et cliniquement schizophrène, et ça, c’est un problème.

    Quant j’ai soumis ce rapport schizo entre l’Europe et Israël avec moultes références à Norman Finkelstein, le fameux politologue "juif antisioniste" a pris le temps de me répondre ceci en gros :

    "Çui qui dit c’est çui qui est !". Point barre.

    Carrément illuminant.

    Comme considérer que la colonisation et l’universalisme, français et chrétiens par exemple, sont des bienfaits, et en même temps, en attribuer la responsabilité unique aux "juifs".

     

    Répondre à ce message

  • #1836189

    Cette nuit, je rêvais que je jouais de la vielle à roue dans un groupe avec Donald Trump ! Improbable.
    Ce matin, j’apprends que c’est le premier anniversaire de sa présidence.
    Je me rappelle très bien, il y a un an, avoir dormi la télé allumée, déjà persuadé de sa victoire, me réveillant 30 secondes de temps en temps juste pour voir paniquer les journalistes.
    Cela dit, le bonhomme en question ne me fait ni chaud ni froid : ce sont surtout ses adversaires qui m’agacent !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents