Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Humours : Florence Foresti & Alban Ivanov, Jean-Marie Bigard et Dieudonné

Quand le vin est tiré, il faut le boire. Et boire le calice jusqu’à la lie. C’est ce qui est arrivé à Florence Foresti, la courageuse animatrice de la soirée désastreuse des César 2020, une 45e cérémonie qui sentait bon la fin de règne d’un milieu fermé arrivé au bout de ses contradictions. Ne pas manquer les petites intrusions de Foresti dans le lexique guttural de Dieudonné...

 

 

Le sketch Godwin de Florence Foresti & Alban Ivanov dans la droite ligne du racisme antifrançais de Canal+

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, Ivanov est celui qui a incarné le petit Français crétin et lourdingue dans la farce malheureusement antifrançaise – car le film est en soi très réussi – du duo communautaire Toledano-Nakache, Le Sens de la fête.

 

 

C’est bien qu’Alban Ivanov continue à jouer les crétins sur scène, ça nous rappelle l’image que le cinéma dit français veut donner des Français : un peuple lourd, bête à manger du foin, facilement manipulable par les sentiments, mais dangereux quand il se cabre, voir la vendetta anti-people des Gilets jaunes.

 

De la télé antifrançaise au cinéma antifrançais

Le cinéma français contemporain, et ça n’étonnera personne quand on sait qui le finance depuis 35 ans, depuis 1984 exactement et la naissance de la chaîne payante Canal+, en même temps que celle de SOS Racisme – deux vrais jumeaux, et ce n’est pas une coïncidence –, est un cinéma de télévision, destiné à la télévision, et du niveau de la télévision. C’est pourquoi on ne voit plus de grands films comme on en avait encore dans les années 70.

La mainmise de Canal+, chaîne aujourd’hui désertée par le peuple, sur le cinéma français, a formaté tous les genres, et particulièrement le drame et la comédie. Les drames se sont réduits à des histoires de cul de la bourgeoisie parisienne, les films comiques à des sketches à rallonge sur ces pauvres cons de Français, les goyim ou les petits Blancs. C’est ça, le fond idéologique du cinéma dit français : le racisme social anti-Français, anti-pauvres et anti-Blancs, autrement dit anti-Front national.

 

« Au moins pendant que vous regardez Canal Plus, vous n’êtes pas devant la télé »

Et comme pour la chaîne Canal+, qui sans aucune honte a vécu sur un grand pied des largesses des abonnés modestes de la France profonde, qui n’avaient pas les moyens d’aller chaque semaine au cinéma, le cinéma français est un cinéma fait par des nantis sans ou contre la France profonde. Une affiche disait « quand vous êtes devant Canal, vous n’êtes pas devant la télé » ; aujourd’hui on peut dire, quand vous êtes au cinéma, vous êtes devant la télé. Et c’est ce qui vide les salles, malgré les promotions quasi permanentes à base de cartes mensuelles. Qui sont d’ailleurs au même tarif que Canal+ !

Du côté de l’humour anti-Canal, ça respire un peu plus la liberté d’expression. Les thèmes brûlants sont abordés dans cette émission de TVL qui reçoit Bigard en grande pompe. Nous sommes à 1’26’42 et on entre dans le dur : les juifs, Dieudonné, l’humour, Desproges, Proust – Gaspard, pas le pédé mondain –, Gardin, celle qui a le vent en poupe et la carte, ce qui lui permet de ne pas subir l’ostracisme appliqué à Dieudonné...

 

L’horreur cinématographique :

Bigard en campagne :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ivanov il s’inspire de Laspalès et ça se voit . Cela dit le sketch avec Foresti est très drôle . Merci .

     

    • Serieux ? Très drôle ? Genre hilarant ? Ça doit être de la très bonne alors que vous fumez. Moi depuis "le cancer" de Dieudo j’ai jamais plus rigolé vraiment. Genre avec le bide. Tout ça ne vaut pas un rictus de malaise.


    • J’ose le dire F. Foresti m’a fait rire.. Je m’attendais à un vrai coup d’éclat mais Il n’y en n’a pas eu.


    • #2398555

      C’est clair que c’est difficile de trouver quelqu’un hilarant après Dieudonné !
      Par exemple, aujourd’hui, documentaire (hallucinant) sur LCP intitulé Le Descendant, et le type un moment pour justifier les colonies en Cisjordanie, il prend la Torah sur son étagère pour montrer "c’est marqué ici, peuple élu, cette terre t’a été promise…" – comment ne pas penser au sketch de Dieudonné avec le colon et son buldozer, "page 15 ! cette terre t’a été promise, voilà, fais pas ch… le monde". Trop fort comme Dieudonné est accroché à la réalité, et ça arrive de dizaines de fois, alors d’autres petits joueurs…
      Le documentaire en question :
      https://www.publicsenat.fr/article/...


  • Le Sens de la fête, une "... farce malheureusement antifrançaise" ?
    Pouvez vous m’expliquer ? Je n’y ai vu qu’un très bon film, bien joué.

     

    • C’est à force d’être baigné dans l’antifrance du matin au soir que vous ne la voyez même plus. Les acteurs français à l’époque c’était autre chose, il y en avait même qui se respectaient et qui n’étaient pas juste des bouffons.


    • Que les acteurs français d’autre fois étaient d’un autre niveau, cela ne fait pas l’ombre d’un doute, mais je demande juste que l’on m’explique même sommairement pourquoi ce film est antifrançais ?


    • Je n’ai pas vu le film mais généralement, quand vous on parle de film anti-français, on fait allusion à un film qui dénigre plus ou moins subtilement la culture française, ou met en avant des archétypes de français extrêmement dévalorisants.

      Je vous ai donné les grandes lignes, à vous de faire le boulot. Moi je ne perds pas de temps avec ça avec les merdes subventionnées, même si une fois de temps en temps, j’admets qu’on puisse voir une demi-molle s’esquisser timidement.


    • En fait ce film vous vend, ou cherche à vous vendre aux forceps et comme tant d’autres, tout ce que de plus en plus de gens rejettent légitimement et dont ils ne veulent plus. C’est en ce sens que j’ai perçu ce film et c’est peut-être l’interprétation de ce que l’article qualifie d’anti-français. Comme dit Chicandier, c’est ça mon analyse !


    • Oui comme Embrassez qui vous voudrez.
      Un formidable film ou le modèle est la servante qui se fait trousser par Elbaz, ou le vieux Dutronc s’en va un jeune noir, pendant que Rampling la femme de Dutronc, devierge un ado, et Lou Doillon part avec une chance pour la France puis plein d’autres mecs à New-York. Les deux gros cons sont deux fragiles français, Michel Blanc obsédé par sa femme qui finit en psychiatrie et l’autre suicidaire amoureux de sa femme que l’on autorise à survivre.

      Et des centaines d’autres horreurs. Il y a un an dans l’avion Air France je me suis fait un medley de l’anti-france-avec Air France !- . Qu’est- ce que j’ai fait au bon dieu 2 ? Et meilleur, un film ou E Devos connaît une histoire d’amour avec un africain dit "migrant".

      LIRE d’urgence Hervé Ryssen, Psychanalyse du judaïsme. Lecture obligatoire.
      On ne va plus Jamais au cinéma de la même façon ensuite.


    • Personnellement, le film je l’ai vu, donc je peux en parler, et j’avoue ne pas trop comprendre en quoi il serait anti-français.
      D’accord, le Ivanov joue le rôle du jeune un peu bête comme il y a tant aujourd’hui, mais moi j’y ai surtout vu un hommage aux petits entrepreneurs qui travaillent comme des dingues pour s’en sortir et faire de leur mieux, alors oui effectivement Bacri est de la communauté, il est secondée par une noire, le couple blanc est un peu catho-bourgeois-condescendant, mais bon, il n’y a pas de propos outranciers à l’égard de la France pas comme dans le film « qu’est ce qu’on a fait au Bon dieu » qui nous sert tous les clichés sur les méchants racistes français


    • « Personnellement, le film je l’ai vu, donc je peux en parler, et j’avoue ne pas trop comprendre en quoi il serait anti-français. »
      Je pense, comme je l’ai dit plus haut, qu’il l’est non pas explicitement mais dans l’idéologie cosmopolite et faussement humaniste qu’il vend « malgré lui ».
      Personnellement je l’ai vu aussi (en streaming, faut pas déconner !). Outre qu’il me paraît difficile de supporter un tel irréalisme de la part d’une comédie qui se voudrait dans le fond réaliste, tout m’a paru à la fois cliché (personnages inexistants car sans le moindre relief) et irrigué par toute l’idéologie humaniste de pacotille et au rabais que l’époque cherche à nous vendre au forceps. Mais je comprends malheureusement que ça marche auprès du plus grand nombre. Summum et mention spéciale (de mémoire) aux espèces d’hindous ou pakistanais (je ne sais plus), genre de sans papiers n’alignant pas deux mots de français mais charitablement embauchés malgré tout par un Bacri (toujours le même) qui se plaint des charges salariales élevées. Et j’en passe, devant vous avouer que ce genre de films n’imprimant pas trop sur le moment, il s’oublie d’autant plus vite au fil du temps.
      En même temps, c’est signé « Toledo et Nakache », les David et Jonathan du cinéma français déjà responsables (plutôt qu’auteurs) du « chef d’œuvre » Intouchable (no comment). Tout le monde est beau et gentil, aimez-vous les uns les autres, et on vous lâchera peut-être un pourliche à la fin, vers la semaine des quatre jeudi, quand on aura estimé que vous avez vraiment aimé tout le monde à notre place (parce que nous on est entre nous et qu’en plus on a piscine).
      Bref, s’il fallait lui trouver vraiment une qualité, je dirais que la photographie du film est correct et surtout qu’il donne envie pour se remettre de revoir « La Partie » de Blake Edwards avec Peter Sellers ! :-)


    • Disons que chaque film comporte son lot de symboles. Le héros, le bouffon, la blonde, le méchant, etc. Ensuite on peut jouer à coupler ça avec les "races" ou "ethnies" : mettre un arabe dans le rôle du méchant, un juif dans le rôle du héros ou de la victime, un blanc dans le rôle du bouffon ou du méchant (nazifié de préférence, ou pd ou les deux)... on influe ainsi sur les repères culturels, les préjugés et la perception de chacun.

      Ça fait plusieurs décennies que les blancs servent de bouffons dans le cinéma français. Ça ne date pas d’hier Louis de Funes, Bourvil et toute la clique ont façonnés les esprits, mais avant il y avait encore des héros que les jeunes français pouvaient prendre en guise de repères. Je ne parle pas de VanDamne ou Schwarzy, je parle de types qui ont de la profondeur et du charisme. Aujourd’hui où sont ils ? Ça fait vraisemblablement partie d’un plan de manipulation idéologique avec pour finalité la "destruction du Père". Retirez tout repère paternel à un peuple et vous supprimerez aussi ses "pairs" c.a.d la verticalité, celle qui permet au peuple de rester uni.

      Ce film avec JP Bakri en héros, Ivanov en idiot du village il manque la pute blanche qui se tape un noir et le casting sera au complet.

      On est en pleine guerre idéologique et chaque film grand public produit par des grands groupes est un nouveau châtiment pour les français. C’est la "culture goy".


    • Dans le fond, je suis d’accord avec vous, notamment sur la place du blanc qui est, et surtout sera réservé dans le cinéma.
      Et quand je dis blanc, je parle uniquement du mâle hein, on remplace James Bond progressivement par une femme, noire qui plus est.
      Pas plus tard qu’hier, je commençais une série anglaise, une équipe d’officiers spéciaux intervenait, l’ouvreur était une femme noire, le sniper une femme, et le démineur, une autre femme, tout cela en devient franchement grotesque quand on sait qu’il n’y aucune femme au GIGN ou au Raid.
      La dernière série Netflix "Unbelievable" met quant à elle en scène deux femmes policières qui sont amenées à réparer les erreurs de deux hommes blancs policiers sur le viol d’une jeune fille.
      Et oui, notre heure est passée, nous sommes en voie de disparition, tant sur le plan culturel, que sur le plan démographique, aussi bien à l’échelle du monde, qu’à l’échelle française, suffit de sortir dehors pour s’en rendre compte


  • Vous êtes encore bien gentil avec le vivre-ensembliste (de façade) « Le goût de la fête ». Eh même temps, il est clair que la baisse de niveau aussi vertigineuse que logique de la production cinématographique française nous amène sans doute et parfois à notre corps défendant à une trop grande indulgence. Personnellement, quand ça dépasse certaines bornes, je ne peux plus et ça n’arrive plus à me faire rire !


  • Ivanov sera bien , le jour ou il aura trouvé le moyen de louer un smoking à sa taille .Ou de s’en faire confectionner un sur mesure ….Il faut investir !


  • Dans un autre extrait, Florence Foresti lance une pique à Polanski et dit : ""J’accuse", la pédophilie dans les années 70." A voir dans son contexte.
    Il faut quand même le noter. Quand même ! Merde ! ;)


  • Foresti est nulle et chiante.

     

    • Oui
      mais elle montre presque son hamster.
      Faut aimer le porno soft vulgaire...



    • Foresti est nulle et chiante.



      Idem pour Jean-Marie... J’ai plus de 40 ans, j’ai vraiment essayé d’écouter son sketch (l’Exorciste)...

      Le lance la vidéo, j’attends, j’écoute, j’attends encore, toujours rien (il récite son sketch ?) ... Arrivent des glaires fluos, un curé mort, encore du cul, et ce vrai faux public de figurants de TVL, avec leurs petits verres de vin et leurs cacahuètes, qui font semblant d’être intéressés par l’attente de cette chute qui n’arrivera jamais, tout ça, par politesse "professionnelle"...

      - ASSEZ DE CE CLOAQUE !

      Désolé, mais après plus de 10 ans de Dieudonné, de Carlin & Chappelle, l’humour soit-disant "populaire" à la "salopes, bite-cul-nichon" est une insulte pour mes synapses.

      Jean-Marie (l’autre aussi, d’ailleurs...) me donnent un malaise profond, un dégoût de l’identité culturelle française Républicaine*

      Bigarre restera du bon côté du mur, celui des vieux clichés politiques et des non-dits de banalités.

      Foresti ? Je ne connaissais pas. Non sans raison > c’est vide !

      Au mieux, l’ombre d’une d’une Chantal Lauby, elle même symbole de la pauvreté d’esprit citadine, cette fameuse décadence parisienne, sauce Anal+...

      (* je précise l’Époque, histoire de ne pas m’embrouiller avec les derniers véritables radicaux du bled...)


  • Il y à 6 mois on encensait (encore) les prestations de P.Richard, J.Villeret voir même Coluche, mais Ivanov ferait de la composition anti-française ?

    C’est peut être un des seuls acteurs de sa génération qui se distingue un peu de par son recul et la prise " à contre pied" des rôles qu’il incarne.
    (Après ce ne sont pas des rôles fantastiques non plus, mais il n’est pas responsable de l’etat de "l’industrie" cinématographique).

     

  • Il y a plusieurs choses que je n’ai pas compris...
    Le sketch de la Foresti/Ivanov, je n’ai pas trop compris ? Si quelqu’un pouvait m’expliquer...
    TVLibertés... c’est quoi leur but ? De lécher dans le sens de l’invité ? De jouer dans son registre, la blague bien graveleuse ? Dommage... J’aime beaucoup Bigard, mais il a beaucoup trop d’incohérences pour ne pas laisser passer.... Et qui me font dire qu’il faut qu’il arrête de croire être un "représentant légitime des classes populaires oppressées" lui qui a connu la débauche...
    En même temps, il n’est pas un politique. Il le dit lui lui-même mais pourquoi Diable s’évertuer à jouer dans leur registre ?
    Enfin voilà quoi...
    _

     

    • Dans Tv liberté, il y a TV...
      Donc robinet à promotion... personne n’y va pour s’y daire dézinguer, plutôt pour se retrouver "en famille". Bigard s’est simplement rendu compte qu’il fallait qu’il s’en cherche une autre. La démarche est sincère, mais le spectacle de la démarche ne peut pas l’être. C’est un des problèmes de la démocratie, qui ne vit que de spectacle. Le Roi nous demeure inconnu (il ya un joli livre là-dessus, "Sire" de Jean Raspail). C’est peut-être ça le message de Dieu, son Nom toujours vivant, toujours neuf, sur les très vieux débris des temps modernes, où tout semble s’essouffler à force de se gonfler dans le paraître.
      C’est le temps du Carême, allons plutôt écouter dans le désert


    • #2398594

      À propos du sketch tout bidon de Foresti-Ivanov, ER a essayé avec compassion d’y trouver une pointe de talent, ce qui moi m’a échappé.
      À force de cotoyer la médiocrité, on peut se mettre à l’apprécier, c’est une tendance naturelle de notre psyché, attention.
      Restons radical.


  • Il est bien gentil Bigard, mais sincèrement je ne vois pas le rapport avec les gilets jaunes . En plus Paris est vraiment la ville anti-gilets-jaunes par excellence .... la ville gogos-bobos-LGBTXYZ qui votent Macron et EEV et méprisent la France .

     

  • Bien joué TVLibertés d’avoir invité Bigard, quand le bourgeois s’intéresse au bouffon, c’est pas tous les jours.
    On reste en surface, personne ne relie les points jusqu’au lobby, il n’y a que deux religions l’islam et le catholicisme... bref, sont-ils idiots ou à ce point planqués ?

    J’y ai appris que ce ne sont pas les Parisiens qui élisent le maire de Paris !

     

  • Elle s’en est bien tirée toute la soirée mais la victoire de Polanski comme meilleur réalisateur est un affront à toutes les victimes. Et les efforts de Foresti ont été balayés par cette décision malheureuse.Mais pas seulement,le discours d’Aïssa Maïga,racialiste et culpabilisant fut très malaisant et inapproprié. Si le cinéma français ne fait pas dans la diversité !

     

    • C’est l’un des meilleurs réalisateurs effectivement.
      Maintenant, qu’il n’ait pas purgé sa peine n’a rien du cinoche mais de la réalité de certaines entités tenant la justice du monde par les burnes. Voyons si Assange bénéficiera du même traitement...


  • J’ai regardé hier soir le film Contagion que vous aviez subtilement conseillé, étonnant scénario ! L’épidémie part d’une poissonnerie à Hong-Kong avant de se répandre sur la planète !... Bon sinan le film ne vaut pas grand-chose.

     

  • Foresti, Ivanov ? Des noms etrangers, et visiblement de deux parasites.


  • bonjour,
    preuve de plus que la mission de PSYCHO MACRON est d’emmerder au maximum les français et surtout d’emmerder les français dans leur portefeuille . la solution est claire et nette et de voter MARINE LE PEN afin d’annuler cette soi-disant reforme de retraite alors qu’on réalité c’est UN projet de retraite qui A
    pour but d’appauvrir les francais , sur la videos suivante :

    https://www.youtube.com/watch?v=mK7...


  • Foresti c’était pas mal mais elle est finie à mon avis. Ivanov est plutôt bon et a un style personnel. Après toujours dérangeant de les voir à la gamelle.

    Les mecs qui critiquent Bigard sont des crétins. On aime ou pas mais c’est clairement un français authentique qui a envie qu’on soit dans le bien commun.

    Pour TVL, il faut trier, il y a du bon et du moins bon. Je pense qu’il y a plusieurs lignes en interne. Mais il y a du bon et c’est déjà pas mal.

     

    • Bigard c’est une grande gueule, qui fait d’abord ses petites affaires .
      La grande gueule c’est en effet très français, mais je ne mets pas çà au rang des qualités .
      La grande gueule c’est celle qui dit des choses vraies pour faire des choses fausses !
      Donc quand on veut suivre quelqu’un, il est plus intelligent de regarder ou il va, que de se laisser influencer par ce qu’il dit .... faute de quoi on est un crétin !


  • #2398612

    De Bigard, j’ai bien aimé le sketch (la réalité) du début : les Français ont voté NON à l’UE, ils ont eu Oui en douce et en dur. Par la suite, j’ai trouvé son humour fatigant. La prétendue "gauloiserie", c’est bien comme épice, pas plus. Tout un plat de poivre vert, ça favorise les ulcères.

     

  • J’en vois qui critiquent le sketch d’Ivanov et Foresti moi j’ai vu un gars qui se plaignait de ne pas percer dans le show bizz puis qui finissait sur un salut nazi. Les allusions aux publicités de parfum auxquelles Ivanov n’a pas accès ça rappelle Cassel, Clooney... La carrière à l’international ça rappelle Cassel. Ivanov fait semblant de ne pas comprendre pourquoi lui n’a pas accès à tout ça, pourquoi lui ne dépasse pas le rôle du bouffon puis finit sur un salut nazi. Bref je n’ai peut être pas interprété de la même manière.


  • émission interessante avec Bigard. dommage que TVL glisse parfois dans le terrain du national sionisme.


  • Pardon, mais en quoi elle est courageuse Florence Foresti ? La doxa du moment l’enjoint cette année de s’émouvoir bruyamment sur les péripéties judiciaires de Polanski d’il y a 45 ans ; elle s’y soumet bien volontiers et avec délice. Trop contente de faire partie de la meute qui bénéficie du rapport de force du moment.
    Je suis triste pour elle, et pour toutes les copines (et copains), que le jury leur ait mis une quenelle sauce écrevisse dans le fion.

     

  • Tiens, bizarre on commence à voir du E&R partout ??? Il y aurait-il de l’opportuns opportunistes ?!?!?! De, plus cela fait peu de temps que je perçois un changement de ton, inaudible certainement pour les abrutis ! Et, là ! Dans une floppée de journaux dis nationaux,(Observateurs, Parisien, Monde etc..), avec proposition d’y installée leurs applications... Quel, surprise que de voir E&R y être proposée... Personnellement, j’ai ma petite idée sur le pourquoi du comment... À, vous de vous faire la vôtre. Cordialement.


  • Patrick Timsit a dit ("pour rire")
    "Hitler était un génie !"


  • La décadence de toutes les structures représentatives héritées du passé se poursuit. Crise de la représentation politique, crise de la représentation syndicale, crise de la représentation journalistique, crise de la représentation cinématographique. Cette dernière est visible dans l’industrie mondiale de la production culturelle des idées dominantes aux USA (Epstein, MeToo, etc.) et en France (Polanski, El Maleh, Matzneff, etc.).

    La baisse tendancielle du taux de profit, entamant son cycle crisique à la fin des sixties pour devenir explosif à partir de la crise systémique globale de 2008 déclenchée par les subprimes des predators et des loups de Wall street, ne s’arrêtera pas là. Elle ira jusqu’au bout d’elle même : la destruction de toutes les structures représentatives fetichisées et de toutes les valeurs d’échange créées et sacralisées au cours de la conquête du monde par la Marchandise et l’Argent.

    La Société du Spectacle de la Marchandisation et de la Monétisation du monde nous montre en temps-réel et en 3D l’inévitable cirque de sa décadence, au centre épouvantée de l’incohérence généralisée résultant de la production sociale du non-sens. La négation réalisée de toutes les valeurs à tout mis sans dessus dessous, de transgressions en transgressions, jusqu’à l’inversion totale contemporaine. Du sacral au sacré, du sacré au profane, Homo economicus, particule atomisée de l’interaction humaine appauvrie gravitant dans le magma des foules solitaires, se découvre perdu en translation au milieu de nul part.

    En ce temps de grande dépression morale, le sérieux spectaculaire théâtralise une reprise en main par le retour frivole sur la sixième chaîne d’un animateur merdiatique de la communauté historique du temple de la marchandise, de l’argent et du contrat, grimé en nonne avec en fond des moines dansant sur la table d’un banquet de Cène. Nul César, nul Oscar pour cette vieille haine recuite multimillenaire dont le nom d’émission est un oxymore, comme le signe de l’incohérence généralisée qu’il représente et entretient. Ces animateurs humoristiques, pas plus que les autres, ne font écran au sordide cirque de cette décadence, car ils en sont l’expression.


  • l’idéologie canal+ a vérolé l’industrie du cinéma Français..ça doit être pour ça que je ne regarde que des films Français antérieurs à 1990 ou des séries américaines valorisant encore un peu la virilité, la responsabilité, le don de soi, l’abnégation et le courage... autant dire que je ne passe pas ma vie devant un écran de télé..


  • Florence Foresti a quand même pris ses responsabilités, il faut lui reconnaître ce courage pas si répandu. À l’opposé Dujardin qui tweet puis enlève son message.
    Virginie Despente, dans Libération, y va fort dans ce que beaucoup pense tout bas mais ne disent pas : Ce gouvernement, ces gouvernants, ce pouvoir corrompu qui écrase et en jouit .
    Tout cela participe des prises de conscience. Un pas puis un autre, puis un autre...


  • Comment ça se fait, que dans ce genre d’événement, jamais aucun attentat , aucun terroriste ????
    Est-ce qu’il y aurait une alliance entre les jihadistes et les terroristes de la pensée ?
    Huum ça pue la congruence, non ?


  • https://m.youtube.com/watch?v=tqdk0...
    Les Inconnus : l’interminable nuit des Escarres


Commentaires suivants