Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Italie : ce que prévoit le premier "budget du peuple"

 

Sauf surprise, le Parlement italien devrait adopter le premier budget présenté par la coalition populiste. En voici les principales mesures.

 

Sous l’œil attentif de Bruxelles, le Parlement italien s’apprête à adopter le premier budget présenté par la coalition populiste arrivée au pouvoir en juin, qui prévoit pour 2019 un déficit public à 2,04% du PIB.

Ce « budget du peuple », comme l’a baptisé le gouvernement, compte 32 milliards d’euros de dépenses supplémentaires et de baisses d’impôts, mais en raison de la dette publique colossale, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) ont dû limiter leurs mesures phares sous la pression de Bruxelles et des marchés financiers.

Voici les principaux points de ce projet :

 

Réforme des retraites

Le texte assouplit les conditions de départ en retraite, une promesse phare de la Ligue, avec 3,9 milliards d’euros budgétés en 2019 et 8,6 milliards en 2020.

Alors que la loi actuelle prévoit un départ à 67 ans, une « quota 100 » permet de partir à compter de 62 ans et 38 années de cotisations. Le gouvernement estime que 85% des quelque 400.000 personnes concernées en 2019 en profiteront et espère libérer ainsi des emplois pour les jeunes.

Comme promis, le texte prévoit aussi une réduction des retraites dites « dorées », mais le gouvernement a aussi ajouté la semaine dernière une limitation progressive de l’indexation sur l’inflation des pensions supérieures à 1.500 euros net par mois.

 

Revenu de citoyenneté

Promesse phare du M5S, ce revenu mensuel de 780 euros est destiné à 1,7 million de familles les plus modestes et vise à favoriser leur réinsertion. Sa dotation initiale de 9 milliards d’euros pour 2019 a été réduite à 7,1 milliards. Le M5S promet les premiers chèques dès avril mais la mise en place du dispositif s’annonce complexe et ses conditions assez strictes.

 

Amnistie fiscale

Voulue par la Ligue, cette amnistie concernera finalement des personnes n’ayant pas payé des impôts qu’elles avaient déclarés correctement ou sous-déclarés entre 2000 et 2017. Le gouvernement propose aussi une mini-flat tax de 7% pour les retraités de l’étranger, italiens ou non, décidant de venir ou revenir vivre dans les petites communes du sud du pays.

 

Réforme fiscale

Les impôts seront ramenés à 15% pour plus d’un million d’auto-entrepreneurs et artisans ayant un chiffre d’affaires de moins de 65.000 euros.

Parallèlement, le gouvernement introduit en particulier une « web tax » de 3% pour les entreprises qui vendent des biens, des services ou de la publicité sur Internet, ce qui devrait rapporter 150 millions en 2019, et 600 millions une fois le système fonctionnant à plein régime.

Au final, le total des taxes sur les sociétés sera en hausse. Si les banques et les assurances vont être les plus touchées par les hausses, les organisations à but non lucratif voient aussi leur taux d’imposition doubler. Le gouvernement a cependant promis de revenir sur cette dernière mesure dès janvier.

Lire l’article entier sur bfmtv.com

Comprendre pourquoi le nationalisme fait peur aux européistes
en lisant sur Kontre Kulture

 

L’Italie à la pointe du populisme populaire, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Jusqu’en 1981, l’Impôt sur les bénéfices des sociétés était en France à 50 %, c’était le taux des Trente Glorieuses, ça n’empêchait pas les investissements ni les bénéfices.


  • #2112935

    Ce budget n’a de révolutionnaire que le nom.
    Au contraire, le gouvernement italien agit là comme collabo de Bruxelles en n’osant pas trancher le noeud gordien. Et vous savez pourquoi ? Parce que les outils techniques sont aux mains de Bruxelles ; le gouvernement italien ne pourrait rien faire même s’il le voulait ; les incantations de Salvini sont du théâtre...

     

    • #2113107

      Excellente remarque, c est pour cette raison qu il est indispensable de :

      Sortir de l’UE
      Sortir de l’OTAN
      Sortir de l’ EURO

      A partir de ce moment là on en aura plus rien à foutre des outils techniques de Bruxelles...


    • #2113304

      Ce budget n’a de révolutionnaire que le nom.



      C’est toujours mieux que les "réformes de Macron" ou "la législation sociale allemande".
      Certains diront que quand on a un Macron comme président, il est malvenu de faire la morale aux autres peuples qui essaient, eux, de s’en sortir.



      Au contraire, le gouvernement italien agit là comme collabo de Bruxelles



      Je ne savais qu’on appelait collabo quelqu’un à qui on a mis le couteau sous la gorge pendant des semaines : ou alors doit-on appeler une victime de viol une complice.

      Il serait sage d’arrêter d’insulter tout un peuple comme certains courageux ne cessent de le faire, bien cachés sur internet.



      les incantations de Salvini sont du théâtre...



      C’est exactement le contraire : Salvini est très abile encore une fois. En ne pouvant appliquer tout ce qui a été promis, il fait monter le grogne au sein du peuple italien contre Bruxelles et il isole les partisans de 5 étoiles qui voulaient se rendre en rase-campagne.

      Il faut arrêter la naïveté 5 minutes et redevenir réaliste : quand Salvini sera seul maître à bord, il pourra enfin redonner sa pleine souveraineté à l’Italie.


    • @Bayinnaung : tout à fait d’accord, le gouvernement Italien va dans le bon sens : que Bruxelles n’en ait pas fini de lui mettre des bâtons dans les roues est une chose, mais faire comme @leking et se contenter de vomir parce que TOUT n’arrive pas tout cuit tout seul, c’est juste se livrer à de l’aboiement stérile voire même nocif...


    • #2114087

      @ Kelki

      Merci !


  • La dette italienne dépasse le PIB mais attention ! elle est possédée pour les 2/3 par les Italiens, alors que la dette française est possédée pour les 2/3 par les "non résidents"... Ca change tout : la majorité du fric italien reste en Italie, la majorité du fric français part à l’étranger .

     

    • Merci pour cette remarque qui fait toute la différence. Elle est une référence directe à la Souveraineté, surtout quand les infrastructures et industries de pointe passent dans des mains étrangères.
      Que dire de la main-mise sur la gouvernance du pays France par l’Etranger !!


    • Il faut rentrer dans le détail quand même, en 2017 la dette italienne appartenait à :

      39,9% à des établissements financiers italiens
      35,9% à des investisseurs étrangers
      19% à des banques centrales
      5,2% à des investisseurs nationaux


    • #2113527

      Comme au Japon où l’essentiel de la dette du pays détenu par les Japonais eux mêmes.


  • #2112942

    Attendez nous les ritals, on arrive, puis l’Europe, puis le monde !


  • Voilà un premier pas qui va tout à fait dans la bonne direction …..
    A quand la même chose en France ???

     

  • #2112962

    Je me demande ce qui est pire : les eurocrates qui prennent plaisir à réduire en esclavage les peuples souverains, tout en se faisant passer pour de pauvres victimes, de bons travailleurs face à des "parasites latins".

    Ou les roitelets des leçons de morales, les géopoliticiens du net, bien français, hélas, qui osent juger l’héroïque petit peuple italien qui, lui, n’a pas voté pour un Macron mais bien pour un populiste.

    En tout cas, bravo à vous, italiens : vous êtes une inspiration pour les gilets jaunes et pour tous les peuples voulant la liberté dans le monde.


  • #2113074
    le 01/01/2019 par rappel économique
    Italie : ce que prévoit le premier "budget du peuple"

    pas de taxes sur les importations ? aucunes mesures de relances industrielles ? Difficile de voir clairement en quoi ce budget est "révolutionnaire"...
    Rappel : pour s’enrichir, un peuple doit être capable de produire ce qu’il consomme, sinon c’est qu’il doit s’endetter pour importer de l’étranger.

     

    • L’italie est bourrée de petite et grosses PME. Elle n’a pas besoin de relance industrielle. Juste d’une monnaie adaptée. Sous ce rapport les italiens sont dans une situation infiniment meilleure que nous, qui ne produisons plus rien ou presque.


  • #2113115

    A la lecture de cet empilage de décisions, dont bon nombre ne sont que de simples mesurettes, on reste quand même sur sa faim.

    De toute façon il sera très difficile aux gouvernements antisystèmes de différents pays d’Europe de prendre des mesures conséquentes et tangibles pour le mieux être de leur population tant qu’ils resteront dans ce carcan antipeuple qu’est l’UE


  • #2113173

    Un budget de bon sens ! Mais de nos jours, époque où 2+2=5, le simple bon sens est classé comme facho, populiste, subversif... !


  • #2113188

    A propos d’Italie, ils vont sortir de l’obligation vaccinale, eux.
    Une info qui ne fait pas la Une de nos médias :
    https://changera.blogspot.com/2018/...
    (Document source en lien dans l’article)
    Les gilets jaunes devraient s’intéresser à ce sujet
    https://www.youtube.com/watch?v=lRs...


  • #2113224

    Ouais, disons-le tout de suite pour que ce soit clair, c’est un budget fasciste, nous sommes en Italie ?

    Et bien en fait il n’en est pas si éloigné que ça, car plus proche des aspects "socialisants" des chemises noires que du libéralisme chic et choc des Démocrates (ex-de gauche), l’Histoire réelle ayant beaucoup d’humour parfois...


  • #2113330

    Je me souviendrai toujours de la phrase de Salvini comme « ami d’Israël » et le fait qu’il appartienne à un parti régionaliste (et donc faisant le jeu du mondialisme) qui voulait l’independance d’une région du nord d’Italie il y a encore très peu de temps.
    À méditer.

     

    • #2113529

      Personne de haut placé en Occident peut se proclamer ouvertement ennemi d’Israël, anti-sioniste...il est facile derrière l’écran de notre ordinateur de se proclamer anti-sioniste, de lâcher des petits commentaires subversifs judéo-critiques sur Youtube...mais dès lors que l’on sort du confort petit bourgeois de sa piaule pour mettre un pied dans le monde réel on se rend compte que les choses sont complètement différentes !
      Nous devons faire preuve de discernement en observant ce que font concrètement ces politiciens qui par certaines de leur déclaration semblent avoir exprimer leur allégeance à Israël. Par exemple un Trump a été très loin dans les déclarations fracassantes philosémites, mais dans les faits il a pour l’instant mener la politique la plus "antisémite" que n’importe quel autre président américain de ces 40 dernières années !
      Donc si il faut être prudent soyons aussi fins, faisons preuve de discernement avant de jeter des anathèmes.


    • #2113645

      Vous avez lu la deuxième partie de mon message ?


  • En quoi ce budget est révolutionnaire ? En rien. C’est de la demi relance avec de la demi austérité. Le gouvernement italien s’est couché, comme la Grece de Tsipras. Dommage. Mais comprehensible, ils ont du recevoir une pression terrible...


Commentaires suivants