Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

National-sionisme : Steve Bannon lance une académie "judéo-chrétienne" en Italie pour former une "élite populiste"

La chartreuse de Trisulti devrait devenir en 2019 une « académie pour la défense de l’Occident judéo-chrétien » cofondée par l’américain Steve Bannon – qui se qualifie lui-même de « chrétien sioniste » – et le britannique Benjamin Harnwell.

 

 

Steve Bannon dirigerait les programmes de cette « académie » qui ambitionne d’accueillir ses 200 premiers « étudiants » durant l’été 2019. Ce qui n’est pas gagné ! En France, le projet similaire lancé par Marion Maréchal (Le Pen) est loin de connaître l’engouement escompté malgré l’importante couverture médiatique obtenue. D’autre part, l’autre projet européen porté par Steve Bannon, à savoir la très sioniste Fondation « The Movement – Le Mouvement » présidée par son ami belge Mischaël Modrikamen en vue de coordonner les partis populistes européens, ne parvient pas à prendre son envol malgré, là-aussi, une gigantesque couverture médiatique.

La première grande réunion événement de « The Movement – Le Mouvement » ne cesse d’être reportée. Il n’y aura rien en novembre comme cela avait été précédemment annoncé. Modrikamen parle maintenant du mois de janvier sans avancer une date précise. Steve Bannon a beau redoubler d’efforts pour sillonner l’Europe afin de rallier mouvements et personnalités populistes à cette Fondation, les refus s’ajoutent aux prudents « on verra plus tard ».

Rappelons que, dans cette affaire, Bannon n’est pas maître du jeu. La Fondation « The Movement – Le Mouvement » qu’il représente a été imaginée sans lui en Israël, en marge du Jerusalem Leaders Summit auquel participait Mischaël Modrikamen. C’est Modrikamen qui en est le président, avec son épouse comme deuxième administratrice et la très intime amie de Nigel Farrage comme troisième administratrice. Or ce Modrikamen, très imbus de lui-même, a réussi à se mettre à dos de nombreux élus européens, y compris parmi les plus acquis au national-sionisme, ce qui est un comble. Du coup, le PVV, parti néerlandais de Geert Wilders ne veut pas collaborer au projet tant que Modrikamen le dirigera. Et au Vlaams Belang, parti nationaliste flamand, on qualifie Modrikamen de « charlatan ».

Mais, de son côté, Bannon continue d’exécuter tranquillement sa mission. Et il peut compter pour cela sur l’aide d’un autre personnage, Benjamin Harnwell. Ce sujet britannique est un ancien attaché parlementaire de l’eurodéputé conservateur anglais Nirj Deva. Benjamin Harnwell est aussi le fondateur du Dignitatis Humanae Institute, un think tank conservateur.

 

 

Présenté par plusieurs médias du système comme « traditionaliste » ou proche des « intégristes », Benjamin Harnwell est tout simplement un conservateur sioniste qui utilise systématiquement l’expression « judéo-chrétien ».

Sur le site de son Institut Dignitatis Humanae (DHI), parmi les rares articles publiés, on trouve ceci :

« DHI appelle la Maison Blanche à nommer sans délai un nouvel envoyé spécial américain chargé de surveiller et combattre l’antisémitisme »…

Lire l’article entier sur medias-presse.info

 


Non au national-sionisme !


 

Refusez l’arnaque du national-sionisme
en signant la pétition « Non au national-sionisme ! »
 :

 

Pour ne pas tomber dans le piège sioniste
tendu aux nationalistes européens,
lire sur Kontre Kulture

 

Le national-sionisme sauce Bannon, sur E&R :

 






Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents