Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Italie : l’européiste Mattarella impose un ancien du FMI à la tête du gouvernement

Le président italien a chargé Carlo Cottarelli, un ancien du FMI, de former un gouvernement technique. La veille, il avait refusé de valider le gouvernement de coalition de Giuseppe Conte, trop eurosceptique, entraînant sa démission.

 

Le président italien, Sergio Mattarella, a chargé ce 28 mai Carlo Cottarelli, un ancien responsable du Fonds monétaire international (FMI), de former un gouvernement technique.

« Le président Mattarella a reçu le docteur Cottarelli, auquel il a demandé de former un gouvernement », a fait savoir devant la presse le secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti, à l’issue d’une rencontre entre les deux hommes. Carlo Cottarelli a annoncé que des élections anticipées auraient lieu au plus tard « début 2019 ». Son gouvernement aura notamment pour rôle de définir le prochain budget italien.

« Je me présenterai au Parlement avec un programme qui, si j’obtiens la confiance, inclura le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019 », a poursuivi Carlo Cottarelli. Il a précisé que sans cette confiance, les élections se dérouleraient « après le mois d’août ». Il a également assuré que la situation des comptes publics italiens était actuellement « sous contrôle » et en a promis « une gestion vigoureuse ».

Alors que les élections générales italiennes ont eu lieu le 4 mars, Giuseppe Conte, proposé par les anti-Système du Mouvement 5 étoiles (M5S) et les anti-immigration de la Ligue, a renoncé ce 27 mai à devenir chef du gouvernement, après avoir été reçu par le président italien Sergio Mattarella.

 

Un ministre eurosceptique à la base du blocage

Giuseppe Conte avait été désigné le 23 mai au poste de Président du Conseil des ministres, il devait être confirmé dans ses fonctions après que la liste des ministres constituant son gouvernement ait été acceptée par le président. Or, depuis le 23 mai, Giuseppe Conte n’est pas parvenu imposer son gouvernement, faute d’accord sur la personne du ministre de l’Économie et des Finances. Le président Sergio Mattarella a refusé de placer à sa tête Paolo Savona, 81 ans et eurosceptique, entraînant la démission de Giuseppe Conte. Au sujet de l’euro, qu’il qualifie de « prison allemande », Paolo Savona estime notamment : « Taper du poing sur la table ne sert maintenant à rien. Il faut préparer un plan B pour sortir de l’euro si on y est contraint, de gré ou de force. L’autre alternative est de finir comme la Grèce. »

Carlo Cottarelli, connu pour avoir mené une politique d’austérité sous le gouvernement d’Enrico Letta en 2013, avait à l’époque hérité des surnoms de « Monsieur Ciseaux » ou « Monsieur Austérité » après avoir été aux manettes de la révision de la dépense publique italienne à cette époque.

À ne pas manquer, sur E&R :

En lien, sur E&R :

Réveil des nations et chute de l’UE, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Tremblez peuple italien, votez gentiment pour celui que l’UE veut, sinon vous aurez droit à un recadrage droite d’affaire, gauche sociétal dans votre gueule.

     

    Répondre à ce message

  • Quand Sergio Mozzarella sera destitué par changement de Constitution, que fera l’Etat-Profond OTANesque avec toutes ses bases militaires amèriCaïn-es bourrées de missiles antipopulistes Russes ? hein ?

    Ca la fout mal pour la "Der des der"...

    Forza Italia populista !

     

    Répondre à ce message

  • L’Europe c’est :
    "Face je gagne Pile tu perds"

     

    Répondre à ce message

  • Le problème c’est que l’UE est basé sur un traité
    Lors de cette élection c’est cette question claire OUI ou NON à l’UE qui aurait dû être posé aux italiens.
    Ce cadre UE est contraignant, le Président italien garant des traités ne fait qu’appliquer ses contraintes.
    Si les Italiens veulent une autre politique, il n’y a pas d’autre solution possible que de sortir de l’UE et de l’Euro.
    Pas facile à faire.
    Désastre financier mondial à prévoir pour 10 ans. Ce que je souhaite ardemment pour enfin sortir de ce système mondialisé et construire autre chose de réellement plus humain et plus respectueux de l’âme de chacun des peuples sur cette planète.

     

    Répondre à ce message


    • Ce que je souhaite ardemment pour enfin sortir de ce système mondialisé et construire autre chose



      Voulez-vous parler de Jérusalem, comme capitale mondiale ?

      Le pourrissement de la situation européenne par le système financier converge vers Jérusalem, capitale mondiale. Je sens qu’on en prend grandement le chemin. Tout s’accélère, ils l’appellent tous les jours, comme un mantra leur messie, le gang des pyjamas de Varsovie qui se lamentent (- ; Il faut absolument qu’il surgisse pour mettre leurs projets en route. Les temps sont mûrs comme dirait P. Hillard.

       
  • La Grande Mafia impose son Mafiosi ,

    Rigueur ?Vous voulez rigolez !
    Le Mafiosi est placé pour protéger le système
    mafieux de la fausse monnaie et du crédit universel
    fabricant de dettes ,de soumissions et de ruines !
    La Grande Mafia n’est forte que par son pouvoir
    de corruption et d’intimidation .L’image de rigueur
    qu’elle promeut à l’aide d’experts à sa solde ,est
    le masque de la vertu au vice du système .
    Démystifions ce masque ,qui sert d’alibi démagogique
    et politique à l’extrême gauche ,qui est l’alliée
    stratégique de la Grande Mafia .
    Le système a peur d’être mis à nu .
    C’est son talon d’Achille et sa grande peur !
    C’est le point essentiel du combat .
    ER est à la pointe de ce combat .

     

    Répondre à ce message

  • Il faut tenir en compte que dans 2 mois il y a les nominations à la tête de la RAI, des services secrets et autres ........

     

    Répondre à ce message

    • Tous les empires multi nationaux, ethniques et religieux ne peuvent etre conduits que par des dictatures , et l’UE en est une ! Personne ne s’en rend compte parcequ’elle a démarré doucement , mais le rythme se durcit , les réfractaires ( polonais,allemands, hongrois, italiens) sont montrés du doigt, les grecs sont écrasés et réduits à la misère, les anglais s’asseyent sur le BREXIT et préparent , en douce, les élections européennes de 2019 ...Dans 10 ans, l’UE sera identique à l’URSS ou à la DDR....gouvernée par des gens non élus, soutenus par une police supra nationale, et un service de renseignement européen chargé de la lutte contre les réfractaires, avec des centres d’internement et d’interrogatoires secrets , des prisonniers politiques , ROBINSON est un précurseur, plus d’information libre et indépendante, seule une presse mainstream aux mains des banquiers et oligarques, et une situation économique et sociale digne de la Corée du nord " Rien n’est à nous , tout est à eux " !

       
    • Tous les empires multi nationaux, ethniques et religieux ne peuvent etre conduits que par des dictatures , et l’UE en est une ! Personne ne s’en rend compte parcequ’elle a démarré doucement , mais le rythme se durcit , les réfractaires ( polonais,allemands, hongrois, italiens) sont montrés du doigt, les grecs sont écrasés et réduits à la misère, les anglais s’asseyent sur le BREXIT et préparent , en douce, les élections européennes de 2019 ...Dans 10 ans, l’UE sera identique à l’URSS ou à la DDR....gouvernée par des gens non élus, soutenus par une police supra nationale, et un service de renseignement européen chargé de la lutte contre les réfractaires, avec des centres d’internement et d’interrogatoires secrets , des prisonniers politiques , ROBINSON est un précurseur, plus d’information libre et indépendante, seule une presse mainstream aux mains des banquiers et oligarques, et une situation économique et sociale digne de la Corée du nord " Rien n’est à nous , tout est à eux " !

       
  • trois mois c’est long, est t il raisonnable de penser que durant les semaines précédant ce pronunciamiento oligarchique le président italien n’ait pas été informé des choix concernant la composition du gouvernement ?

    soit il était opposé, dès lors conté le présentant quand même, interprète une danse très subtile
    - on me refuse ce que je souhaite, donc je me retire étant empêché de pouvoir mener la politique pour laquelle j’ai été élu
    - si le prochain suffrage ne nous est plus favorable , cela sera du fait des électeurs ( donc de la nation )
    - quoi qu’’il arrive mattarella restant la cheville ouvrière de tout cela

    au delà des effets d’annonces, ont t ils véritablement envie de gouverner ? lorsque que l’on voit par qui la pierre d’achoppement est incarnée, on peut en douter
    un homme octogénaire, qui certes doit présenter de réelles qualités mais qui ne présente pas celle d’être irremplaçable

    accepter un pion choisit par mattarella eut permis de mettre ce gouvernement en selle, pion ""blackboulabe" donc très vite blackbouler afin de le virer, et là, dans un pays ou la combinazione est la composante nécessaire de toutes actions politiques, cette éventualité ne pouvait être considérée comme irréaliste

    quelles sont la nature et les composantes des forces qui a l’instant s’expriment ? je suis convaincu qu’elles dépassent largement ce différent ne portant que sur un seul homme

     

    Répondre à ce message

  • Il fallait tout de même s’y attendre : la Grande Loge Maçonnique d’Italie n’avait-elle pas crier que ses membres avaient le droit de continuer à occuper des postes politiques ?
    Je ne sais quelles casseroles les Franc-Maçons ont trouvés sur les membres de la coalition, ou quels membres de la coalition italienne sont franc-maçons, mais très clairement il y en a beaucoup pour qu’un ancien du FMI ( Franc-maçon ) se sente si confortable dans ce poste.

     

    Répondre à ce message

  • Mais cette façon de nommer un gouvernement par intérim à la suite des élections est-elle constitutionnelle ? Cela ressemble plutôt à un coup d’Etat des fonctionnaires internationaux, qui mettent l’Italie sous tutelle jusqu’à ce que le peuple revienne à la raison et vote comme il faut. L’armée ne réagit toujours pas à ce coup de force d’une puissance étrangère qui s’est appropriée l’Etat italien. Autrefois ce genre de situation débouchait fatalement sur une révolution nationale. C’est ce qui s ’est passé sous Weimar avec le coup de force hitlérien en Bavière et en Hongrie avec la révolution nationaliste de l’Amiral Horthy. Mais il y a bien d’autres exemples. S’ils veulent vivre libres, les Italiens doivent prendre le risque du chaos économique et financier. Même si cela doit durer dix ans, comme en Russie dans les années quatre-vingt dix, cela vaut toujours mieux que de subir l’euthanasie des banquiers internationaux. Les fonctionnaires ne seront plus payés, ni les retraités, ni les salariés, enfin tous ceux payés par le crédit bancaire, c’est-à-dire à peu près tout le monde. Autant dire qu’il faut instituer une économie de guerre passant par la nationalisation des banques et la création d’une nouvelle monnaie, tandis que l’Italie sortira de tous les traités internationaux jusqu’à la renégociation de traités bilatéraux. Après tout, "small is beautiful", à une époque où les nouvelles technologies rendent les TPE aussi productives que les multinationales industrielles. Les bonnes recettes du retour à la terre et de l’autarcie high tech ne demandent qu’à faire tâche d’huile. Ainsi l’Italie deviendrait un fantastique laboratoire de la quatrième révolution industrielle, celle où l’individu reprend le pouvoir économique qui lui a été arraché par les financiers. On se prend à rêver d’un nouvel Aggiornamento, laïc celui-là, où les Italiens prendraient l’initiative d’une nouvelle Constitution fondant un Etat libre et indépendant, qui bousculerait les positions de Goldman Sachs, du FMI et de la BCE, en se dotant de ses propres moyens de financement. Mais pour cela, il faut rompre avec les mauvaises habitudes de la dette publique et privée émise et garantie par les banques, pour créer de la vraie valeur économique au niveau des citoyens. Il est temps de refaire valoir le principe d’auto-détermination des peuples, précisément celui mis en avant et bafoué ensuite par les organisations internationales pour défendre les nations contre les Empires centraux au XIXème siècle.

     

    Répondre à ce message

  • Les Italiens sont visiblement incapables de s’en sortir par eux-mêmes. Ces gens ont toujours besoin d’un grand frère, que ce soit l’empire romain germanique, l’Autriche, l’Allemagne, ou la mafia sicilienne opérant pour le compte de la CIA. Une solution serait donc de redécouper l’Italie pour la partager entre les Etats-membres européens. Comme les banques italiennes adorent transférer leur cash en Allemagne en période d’incertitude sur la dette italienne, il serait de bon ton de restituer la Lombardie à la Bavière. La Vénétie pourrait retourner dans le giron de l’Autriche qui échangerait l’accès à l’Adriatique contre une annulation totale ou partielle des mauvaises dettes accumulées par les antiques banques lombardes tenues à bout de bras par la BCE. L’Italie du Sud pourrait constituer un début d’union euro maghrébine en s’unissant à la Libye et à la Tunisie. Après tout cette région constituait la base de l’empire vandale de chaque côté de la Méditerranée. En plus les migrants pourraient du même coup devenir européens tout en restant africains. A eux de choisir ensuite quelle sera la meilleure option pour eux, avec quand même un encouragement pour se décaler vers le Sud là où se trouve le pétrole lybien qui serait facturé en dinars or. Quant à la partie centrale, elle irait dans l’escarcelle des états pontificaux qui semblent vouloir renoncer à l’euro pour émettre une monnaie en or qui servirait de base monétaire à une économie de type monastique autarcique rurale:traditionnelle, donc sans grand besoin de moyens monétaires pour financer des échanges extérieurs. Gageons que ce sera la ruée pour venir habiter dans des villages déshéritées, dont les maisons seront mises en vente pour une somme dérisoire, à condition de respecter les bonnes pratiques de l’économie monastique, notamment la vie de prière et le commerce basé sur le troc ainsi que des règles d’hygiène élémentaire comme l’alimentation bio de rigueur, l’usage des huiles essentielles et les vêtements faits main grâce à des métiers à tisser siciliens.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents