Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Alsace, au service de la LICRA, s’élève contre la conférence d’Alain Soral et Me Viguier à Mulhouse

On savait la PQR – la presse quotidienne régionale – inféodée à tous les pouvoirs possibles : l’économique local, le politique local, et le réseautaire local. Ce qu’on ne savait pas, c’est que L’Alsace allait prendre le chemin de La Voix du Nord dans la délation et la déformation des faits. Que la direction de ce quotidien jette un œil sur les ventes décroissantes de l’ex-grand quotidien du Nord, et qu’elle fasse le rapprochement avec la partialité affichée...

 

 

Malgré-nous un jour, Malgré-nous toujours ?

« L’endroit choisi n’a pourtant rien de très mystérieux – ou plutôt le lieu initial : selon plusieurs sources concordantes, il s’agissait de la salle du Lerchenberg, au cœur du quartier mulhousien de Dornach. L’endroit avait en effet été loué ce samedi de 16 h à 20 h, sous un nom tellement passe-partout qu’il sonnait furieusement comme celui d’un faux-nez. Alerté en amont, le conseil de fabrique, propriétaire des lieux, s’est alors ému de la situation auprès du loueur… Lequel a préféré annuler la location, ce jeudi en toute fin de journée. De son côté, la ville de Mulhouse, qui ne dispose d’aucun pouvoir de police dans un lieu privé, avait prévenu la police nationale, par crainte de voir survenir des troubles à l’ordre public. »

 

Une conférence de Soral & Viguier est donc prévue à Mulhouse ce samedi 4 mai 2019. N’écoutant que son courage, le journaliste de L’Alsace (quotidien qui a fusionné avec les Dernières Nouvelles d’Alsace, dites les DNA, sous la pression du Crédit Mutuel, propriétaire des deux titres) annonce le lieu probable de la réunion, tout en relayant les propos alarmistes de la LICRA locale, en évoquant un possible « trouble à l’ordre public ». Un trouble à l’ordre public que les associations communautaires entretiennent depuis qu’elles ont la justice, la police, le politique et les médias dans leurs poches.
Il suffit d’annoncer le trouble pour que le trouble s’installe. Du côté des conférences d’E&R ou d’Alain Soral, il n’y a jamais eu de trouble, comme dans les spectacles de Dieudonné. Une fake news de plus à mettre au crédit du Système et de ses larbins, qui reprennent sans réfléchir ou en tremblant les éléments de langage du CRIF ou de la LICRA.

La pression de la LICRA locale sur les autorités françaises, en la personne du procureur Edwige Roux-Morizot, ne gêne en revanche pas du tout le journaliste de L’Alsace. Une association communautaire antifrançaise qui fait pression sur le pouvoir juridique c’est normal, sain, ce n’est pas un trouble à l’ordre public. Or c’est un trouble à l’ordre public, au sens premier du terme. Cette intrusion du communautaire religieux dans l’ordre de la République laïque une et indivisible devrait au contraire être dénoncé sur le champ, et par tous les journalistes.

Or que voit-on ? Les journalistes s’aplatir comme des limandes devant cette petite terreur sournoise, qui utilise tous les champs possibles pour distiller ses injonctions, ses préférences, ses intérêts. L’intérêt des Français là-dedans ? Il ne compte pas. Seul compte l’intérêt de la LICRA et du pouvoir profond qu’elle représente. La liberté d’expression ? Celle de la LICRA, uniquement, les Français n’ont qu’à s’aligner comme les journaux se sont alignés. Collabos ? Oui, sûrement, comme en 40 ! Et le journaliste de L’Alsace est dépité de voir que les ordres de la LICRA relayés par ses soins ne sont pas toujours écoutés en haut lieu, là où il reste encore un semblant de justice.

« Rien ne dit pour autant qu’Alain Soral renoncera à sa venue à Mulhouse, lui et ses acolytes disposant encore de 24 heures pour tenter de trouver un lieu de repli dans les parages… Une interpellation de l’intéressé à cette occasion semble en revanche exclue, même si Me Rodolphe Cahn, président de la section locale de la Licra, a plaidé en ce sens dès mardi dernier, auprès de la procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot. Extrait de son courrier daté du 30 mai [On suppose qu’il s’agit du 30 avril, NDLR] :
“M. Alain Soral sera présent dans le ressort du tribunal de Céans, […] le 4 mai 2019. Je tiens au nom et pour le compte de la Licra à vous en faire officiellement part […]. Il est constant que le jugement rendu par le tribunal de grande instance de Paris est exécutoire, de sorte qu’il vous appartient, à partir du moment où M. Alain Soral est présent dans le ressort du tribunal de grande instance de Mulhouse, de mettre cette décision à exécution”.

Las : les services de la procureure Edwige Roux-Morizot lui ont en retour indiqué que rien ne serait mis en œuvre pour interpeller Alain Soral, faute du nécessaire “feu vert” de la chancellerie – ce même feu vert qui a déjà manqué au parquet parisien, mi-avril… »

On se dit qu’une presse pareille mérite son sort : le dépérissement.

Nous n’avons pas relevé toutes les contre-vérités et les qualificatifs infâmes employés par le journaliste à l’encontre de Me Viguier et d’Alain Soral, la bassesse se suffisant à elle-même. On retiendra les deux premières phrases de l’article, qui valent tout le reste en équivalent soumission et désinformation :

« Le visuel est visible sur de nombreux sites internet de la “fachosphère” : “Leçons de droit n° 5, Pédocriminalité, réseaux & Code pénal, Alain Soral et Damien Viguier, Mulhouse, le 4 mai 2019, 16 h”. “Leçons de droit” ? L’expression est assez audacieuse de la part de deux récents repris de justice… »

Rappel de la définition du repris de justice : qui a fait l’objet d’une ou de plusieurs condamnations pénales...

Le journaliste n’a heureusement pas rappelé que celui qui était encore il y peu le président de la LICRA nationale est aujourd’hui le défenseur, on allait dire le protecteur, de l’ignoble assassin Nordahl Lelandais. Mais on ne critique pas ceux qui dominent. Il est plus facile de s’en prendre à un homme traqué qu’à un puissant réseau qui peut tout se permettre. Comme de mettre des journalistes au chômage.

 

Un petit reportage sur le quotidien L’Alsace (attention, ce journaliste n’est pas celui qui a commis l’article pro-LICRA) avec les sujets « Miss France » ou « animaux » qui marchent bien :

À ne pas manquer, sur E&R et à Mulhouse :

Alain Jakubowicz et Nordahl Lelandais, sur E&R :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents