Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Amérique se sert-elle de l’Iran pour affaiblir l’Arabie saoudite ?

L’Amérique est fidèle à sa stratégie d’affaiblissement de ses adversaires mais aussi de ses partenaires, car l’Amérique n’a pas d’amis : elle n’a que des ennemis, fabriqués pour les besoins de la cause pentagonale, et des vassaux, qui obéissent en renâclant.

 

Dans la crise permanente du Proche-Orient, nous sommes dans un moment de crise, c’est-à-dire une crise dans la crise, un pic dans la parabole avec les tensions du détroit d’Ormuz en particulier, du golfe Persique et du Yémen en général. Mais la géopolitique mondiale est le plus grand trompe-l’œil que l’homme ait jamais inventé. L’Amérique a choisi l’Iran comme ennemi principal, mais l’Iran, d’une certaine façon, est corrélé à la Russie et à la Chine, qui ne sont pas attaquables directement. Ce qui n’est pas une raison pour ne pas augmenter la pression sur le maillon faible de l’axe des non-alignés...

 

 

La Russie est menacée via ses anciens satellites, soit la ceinture de fer de l’OTAN qui se resserre autour de la partie eurasiatique du continent, tandis que le grand rival chinois est menacé via la mer de Chine (Corées, Senkaku, Hong Kong, Taïwan, Philippines) et la route de la soie terrestre, qu’il s’agit de déprotéger en renforçant l’emprise US sur les ex-Républiques soviétiques d’Asie devenues islamistes.

C’est pourquoi l’Afghanistan, qui ne présente aucun intérêt économique pour les États-Unis, est un axe géostratégique qui ne peut être abandonné : il est la route directe entre la Chine et l’Iran. Il sert en outre de station d’écoute de la CIA contre la Chine, et de foyer où le renseignement américain organise une partie de l’agitation islamiste du Xinjiang contre le pouvoir central pékinois...

 

 

En cette mi-septembre 2019, un fait majeur a cristallisé toutes les oppositions : la capacité pétrolière d’ARAMCO, c’est-à-dire le poumon économique de l’Arabie saoudite, grand fournisseur de pétrole à l’Occident, a été touchée. Ce ne sont pas deux mais dix drones qui ont été lancés théoriquement du Yémen (même si les Américains ont d’abord dénoncé un lancement à partir de l’Iran, puis de l’Iraq), pour frapper les cibles d’Abqaiq et Khurais en territoire saoudien.
Rappel, selon Le Dauphiné :

« Le site d’Abqaiq, situé à 60 kilomètres au sud-ouest de Dahran, principal siège du géant pétrolier, abrite la plus grande usine de traitement du pétrole d’Aramco, selon son site internet.

Khurais, à 250 kilomètres de Dahran, est l’un des principaux champs pétroliers de l’entreprise publique qui prépare son entrée en bourse, initialement prévue pour 2018 mais reportée en raison de la chute des cours du brut sur le marché mondial. »

 

Conséquence, la production saoudienne baisse de moitié (même si les livraisons sont compensées par les réserves), la production mondiale baisse de 5 % et le prix du brut augmente d’autant, ce qui arrange la production américaine de pétrole bitumineux, qui était devenue non rentable avec un prix du brut trop bas. Les faillites se multiplient aux États-Unis dans ce domaine. De là à voir un calcul économique de Trump...

« Le pétrole de schiste a souvent été présenté comme l’eldorado énergétique du futur capable de rassasier l’économie mondiale. Avec 8,5 millions de barils/jour, le schiste US pourrait encore augmenter d’un million b/j d’ici à la fin de l’année.
Cependant, dans les coulisses, le tableau est moins rose. Les faillites s’accumulent et le manque de retour sur investissement exaspère Wall Street. Un sondage sur 29 compagnies pétrolières actives dans le schiste montre qu’elles ont perdu 2,5 milliards de dollars durant le premier trimestre de cette année. [...]

Globalement, les producteurs de schiste ont atteint un cash flow négatif de 184 milliards $ depuis 2010. Il est difficile de trouver une industrie qui jongle avec autant de pertes.

Depuis la crise pétrolière de 2014, 174 entreprises de pétrole et de gaz de schiste ont demandé l’ouverture de faillites afin de restructurer plus de 100 milliards $ de dettes. [...] Au début de ce mois [juin 2019, NDLR], Weatherford a demandé la protection d’une mise en faillite afin de restructurer sa dette de 6,7 milliards $. Avec un baril dans la zone des 55$, la contamination va se propager. » (blogs.letemps.ch)

 

En moins de trois jours, depuis le bombardement des sites d’Aramco (14 septembre 2019), le baril est passé de 55 à 62 dollars.

 

 

Mais surtout, la défense saoudienne a fait la preuve de sa vulnérabilité : les drones sont passés comme une lettre à la Poste, malgré un survol estimé à plusieurs heures (ils font du 200 km/h en moyenne) !

« Il y a notamment les drones dits « tactiques », la plupart du temps propulsés par des moteurs à hélices, que les militaires utilisent en particulier sur des théâtres d’opérations pour faire de la reconnaissance de zone. Certains font plusieurs centaines de kilogrammes et peuvent alors parcourir quelques dizaines, voire quelques centaines de kilomètres. Ces drones qui ne sont pas destinés à l’origine pour l’attaque peuvent néanmoins, pour certains, être adaptés pour emporter des charges explosives. Ils deviennent alors des “drones-suicide”. Pour frapper les installations pétrolières en Arabie saoudite, depuis l’Irak et plus encore depuis le Yémen, il fallait pouvoir parcourir ce type distance. » (Le Figaro)

Le quotidien ajoute que les systèmes défensifs actuels n’ont pas été prévus pour les drones, qui sont de plus programmables et adaptables... Les petits drones sont plus difficiles à intercepter :

« Comme les missiles de croisière, ils peuvent voler à très basses altitudes (de 10 à 100 mètres) et ainsi échapper aux radars. Mais ils sont beaucoup plus légers que ces derniers – seulement quelques centaines de kilogrammes contre plus d’une tonne – et sont donc encore moins détectables. De la même façon, leur propulsion le plus souvent à hélice dégage beaucoup moins de chaleur que les réacteurs des missiles, ce qui limite leur détection par infrarouge. En matière de détection et d’interception, il y a aujourd’hui un véritable angle mort. Des drones tactiques préprogrammés peuvent ainsi permettre de réaliser de véritables attaques surprises. »

 

Ces cartes nous permettent de représenter des trajectoires de drones lancés des territoires contrôlés par les Houthis du Yémen vers les deux sites de traitement pétroliers saoudiens. De partie ouest du pays (en rouge) symbolisée par Sanaa jusqu’aux deux sites touchés Abqaiq et Khurais, il y a respectivement 1 600 km et 1 400 km, soit au moins 7 à 8 heures de vol pour des drones chargés d’explosifs !

Les Salmane et leurs princes ont beau avoir transformé une grande partie de la manne pétrolière en matériel militaire, ils sont incapables de défendre leur pays. Ce que résume Ouest-France :

« L’Arabie saoudite a investi des milliards de dollars dans du matériel militaire lourd, mais son arsenal s’est révélé inefficace contre les Houthis. Les miliciens utilisent à merveille les tactiques de guérilla du “faible au fort”. Si les puits de pétrole du royaume, essaimés sur une vaste zone géographique, sont une cible difficile, ses installations de traitement sont beaucoup plus exposées.

Surtout, les quatre années d’intervention militaire saoudienne au Yémen, ponctuées de bombardements aériens meurtriers y compris sur des cibles civiles, ont radicalisé les Houthis et les ont poussés à solliciter une aide accrue de l’Iran. Ce n’était pas le cas au début de la guerre civile yéménite en 2014. Clairement, les miliciens rebelles disposent d’un armement de plus en plus sophistiqué. »

 

Les Saoudiens et la stratégie salmanienne sont pris à leur propre piège. Le Royaume n’a jamais été aussi fragilisé. Les analyses proposées par E&R depuis le début des années ben Salmane sur une fin possible de ce pays et un dépeçage par le haut (soit l’axe américano-sioniste avec le projet NEOM) prennent une autre dimension. Et dans ce Grand Jeu, la position américaine est beaucoup plus complexe que ce que les sorties de Trump veulent bien faire croire : si l’allié saoudien ne pèse plus rien, il pourra être déchiqueté, et l’Iran pourra servir de prétexte. Jusqu’à présent, l’« amitié » américano-saoudienne n’a tenu que sur un deal « pétrole contre protection ». Si le régime saoudien s’effondre, l’ARAMCO (Saudi Arabian Oil Company, premier producteur de pétrole mondial, qui pèse 360 milliards de dollars) pourrait changer opportunément de mains, mais dans la coulisse.

L’information selon laquelle les Saoudiens chercheraient à obtenir eux aussi le système de défense anti-missile S-400 prend une autre ampleur : et si l’ennemi du Royaume n’était pas l’Iran mais l’Amérique, qui entretient la tension entre les frères ennemis de l’Islam ?

Toujours à la pointe de la géopolitique mondiale, avec un humour consommé, le président russe a de nouveau proposé son système de défense aux Saoudiens !
L’échange insolite est relaté par RT :

« “Vous êtes frères par sa miséricorde. Et ce qui sépare les gens et débouche sur des conflits doit passer à l’arrière-plan. Il faut préserver cette proximité spirituelle au premier plan et c’est le Coran [qui dit] qu’il faut rejeter toute violence pour protéger sa famille son pays.
Il faut que les autorités saoudiennes prennent leurs responsabilités et qu’elles suivent les préceptes du Coran. Mais elles peuvent aussi acheter des systèmes antiaériens à la Russie de la même manière que l’Iran l’a déjà fait en achetant les systèmes de missiles russes S-300, et de la même manière que la Turquie l’a déjà fait en achetant les systèmes de missiles russes S-400.”

“Mais il faut acheter le S-300 ou le S-400 ?”, s’est alors esclaffé le dirigeant iranien. »

 

Si cela se réalisait – des S-400 en Arabie –, quel renversement d’alliances par rapport à la réunion du Quincy en 1945 entre le roi Abdel Aziz ben Saoud et le président Franklin D. Roosevelt ! Autant dire un cauchemar pour les faucons de la Maison-Blanche et du Pentagone...

Dernière interprétation de la crise, une ingénierie sociale ou construction de réalité pour le coup qui frise le complotisme : les drones auraient été lancés par des groupes manipulés par Israël, afin de précipiter Américains et Saoudiens dans une guerre conjointe contre l’Iran, au moment d’une réélection de plus en plus difficile pour Benyamin Netanyahou ! Pour l’instant, rien de tangible ne vient corroborer cette version.

Le précédent d’une attaque de drones houthis sur des oléoducs saoudiens (14 mai 2019) :

 

Conclusion

Les États-Unis affaiblissent l’Iran au moyen de l’Arabie saoudite, c’est un fait. Mais ils affaiblissent aussi l’Arabie saoudite au moyen de l’Iran. Vont-ils les projeter l’un contre l’autre au profit d’Israël ? L’avenir nous le dira. Et l’avenir proche, ce sont les élections israéliennes et surtout, les réélections américaines. Déjà !

La presse française ne répercutant globalement que la version israélo-américanophile des faits, voici la version pro-iranienne du site Parstoday.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Guerre au Yémen, suite et fin ?

Depuis que le secrétaire d’État US a cru bon d’accuser l’Iran d’avoir attaqué les deux raffineries d’ARAMCO à l’est saoudien, l’axe Riyad-Washington n’a cessé de changer de version.

Les Américains ont d’abord prétendu que les explosions étaient provoquées par des « missiles balistiques iraniens » tirés depuis l’Irak par les Hachd al-Chaabi avant que Pompeo, craignant d’apporter un nouveau coup aux relations déjà largement ternies avec l’Irak, n’y revienne, et retire ses propos lors d’un contact téléphonique avec le PM irakien.

Lundi au soir, vin le tour de l’Arabie saoudite, quasi pétrifiée par l’inefficacité de ses armements made in US : son ministère des A.E a prétendu que les attaques menées samedi 14 septembre avaient impliqué des armes « de conception iranienne » mais au stade où en est l’enquête, Riyad ignore toujours d’où les missiles ont été tirés.

« L’enquête se poursuit et tout indique que les armes utilisées lors de ces deux attaques provenaient d’Iran », a déclaré Al-Maliki à la presse, ajoutant qu’il enquêtait maintenant sur « la localisation des tirs ».

Cette énième mise en scène anti-iranienne de l’axe Washington-Riyad et qui vise avant tout à dévier l’opinion internationale du spectaculaire et historique bond en avant d’un peuple démuni qui en l’espace de 5 ans est sur le point de devenir une puissance de drone et balistique à vaincre l’industrie militaire US, se déroule sur fond des tweets mi-figue mi-raison de Donald Trump.

Alors que dans ses premières réactions, il disait savoir qui avait fait le coup et être prêt à engager une « riposte militaire » pour « protéger l’allié saoudien » et plus que lui, « le pétrole du royaume » et empêcher une hausse des cours en cette période préélectorale, Trump a déclaré lundi que l’Iran semblait être « responsable de l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes » mais qu’après tout il préférait « éviter un conflit militaire avec Téhéran ». Il a même réitéré sa volonté et son intérêt pour la diplomatie en minimisant le choc de l’attaque sur le marché mondial du pétrole et en disant que « l’Amérique n’avait pas besoin du pétrole du Moyen-Orient ».

 

Un début de lâchage de l’acolyte saoudien ?

Fort possible. L’éditorialiste de Raï al-Youm, Abdel Bari Atwan ne l’écarte pas :

« C’est une Amérique qui a refusé de riposter à la destruction de son RQ-4 abattu par le CGRI ? Comment voulez-vous qu’elle venge l’Arabie saoudite. Car si le coup au drone d’Ansarallah a été à même de provoquer un chamboulement du marché et à pousser Washington à puiser dans ses réserves stratégiques, qu’en sera-t-il d’une première vague de missiles iraniens qui s’abattraient sur les autres raffineries des Salmanes ? »

Pour le reste, Riyad semble ne se faire trop d’illusions : si les Saoudiens ont déclaré qu’ils « réagiraient avec force à ces agressions », ils se sont également abstenus de blâmer directement l’Iran et n’ont pas appelé à des représailles immédiates. Histoire de ne pas laisser l’épisode dégénérer en conflit plus vaste, une semaine à peine avant que les dirigeants du monde ne se réunissent aux Nations unies pour l’Assemblée générale. À Washington, Trump espère toujours rencontrer Rohani. Mais là aussi, la voie se bloque : le Leader de la Révolution islamique vient de rejeter tout dialogue avec les USA à quelque niveau que ce soit tant que l’Amérique continuera à empêcher le pétrole iranien de se vendre « normalement ».

 

Alors la guerre au Yémen suite et fin ?

L’analyste du monde arabe dit avoir reçu un coup de fil du porte-parole de l’armée yéménite, le général Saree. L’intéressé se moque bien du résultat de l’enquête saoudienne :

« Les 10 drones qui ont visé les deux raffineries saoudiennes sont de fabrication yéménite. Ils étaient munis d’un prototype de moteur entre le moteur ordinaire et à réaction. Ils étaient conçus de matière propre à dévoyer les plus puissants radars de l’arsenal saoudien. La base qui les a lancés se trouve au Yémen. Ansarallah [la branche politique des Houthis, NDLR] ne ment jamais. La prochaine étape de notre opération nous permettra de nous emparer de 500 kilomètres carrés des territoires saoudiens et de capturer de centaines de soldats des Salmanes. Quand nous rendons hommages aux braves gens qui nous ont aidés à réaliser notre frappe du 14 septembre, nous ne parlons pas des chiites de l’est saoudien, mais bien des gens au sein de l’armée et du régime des Salmanes. »

Une chose est sûre : en l’absence d’un véritable système de défense aérienne et antimissile, d’une armée qui sache se battre, le royaume devra réellement repenser son alliance avec les États-Unis et surtout la poursuite de la guerre contre une puissance émergente qui s’appelle Ansarallah.

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je vais commenter la partie E&R puis celle de ParsToday.

    - Les Américains n’ont aucun intérêt a une montée des cours du pétrole, au contraire : si ça ferait du bien à leurs producteurs locaux, ça fait plus de mal à leur économie en général. Trump ne cesse de dire depuis 2 ans que les cours sont trop haut.

    - Soyons franc, les houtis n’ont pas la capacité de fabriquer seul des engins, drones ou missiles, capable de viser un site à 1000km.

    Ne cachons pas notre joie de la collaboration entre les membres de l’Axe de la Résistance.

    Ah oui, l’entité sioniste a encore frappé Abu Kamal, à la frontière syro-irakienne, hier soir

     

    • le prix des drones ne doit être pas si élevé que cela après faut trouver quelqu’un pour vous le vendre


    • Relisez l’article, le porte-parole de l’armée yéménite, le général Saree dit : "Ils étaient munis d’un prototype de moteur entre le moteur ordinaire et à réaction"
      AMHA, il faut tradire par Turbopropulseur !
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Turbo...
      Ou par mini-turbine, comme celles présentées par l’Iran au dernier salon de l’armement, en Russie .
      Donc, ce sont peut-être des drones assemblés au Yémen, avec des élément fournis par l’Iran .


    • @fajs
      Oui, l’expression bizarre devrait être traduite concrètement par "turbopropulseur". Mais un turboprop est encore plus compliqué qu’un turboréacteur, puisque c’est un turboréacteur qui est connecté sur une sorte de boite de vitesse qui accepte en entrée, disons pour l’exemple, du 80 000 tours/minute. Donc l’investissement pour maitriser un tel problème ne se justifie pas lorsqu’il ne s’agit que de puissances modérées, de l’ordre de quelques dizaines de chevaux. En tout les cas, je n’ai jamais vu de mini turbopropulseurs, alors que les miniturboréacteurs étaient déjà dans le marché des hobbyistes il y a 25 ans.
      Bref, soit le général s’est emmêlé les pinceaux, soit il a volontairement essayé de noyer le poisson, afin de ne pas orienter vers l’hypothèse la plus vraisemblable techniquement, c’est-à-dire le turboréacteur provenant des iraniens (au minimum : les plans, et le rotor car la fabrication de ce dernier est impossible sans machine-houthis sophistiquées).


  • La bonne nouvelle, c’est le « printemps saoudien » qui s’annonce face aux restrictions. Peut être que la société civile va renommée son pays : l’Arabie et reprendre le contrôle de celui-ci. Dieu affiche au grand jour la vraie nature des criminels.


  • Pourquoi aurait-il besoin de se compliquer ainsi la vie alors qu’il leur suffirait de renverser les Saoud ? L’opinion publique américaine n’aime pas l’Arabie Saoudite, il ne faudrait pas faire preuve de trésor d’ingéniosité pour trouver à un prétexte et convaincre l’opinion public de la nécessité de bombarder Ryad...Où alors le plan est d’à la fois affaiblir la Saoudie et l’Iran en les poussant à l’affrontement ? La Saoudie ne tiendrait pas 2 semaine contre l’Iran et ses alliés irakiens, syriens, libanais...Et les autres pays arabes ne bougeront pas le petit doigt pour venir en aide aux Saoud...


  • Parce que ya des gens qui croit que des houthi qui vivent la guerre a domicile et qui sont frappé dune famine peuvent faire des attaque chirurgical sur des sites pétrolier hypersécurisé a l’autre bout de la région ?
    faut se poser la question ancestrale , a qui profite le crime ? les ricains sont les plus gros vendeurs et producteur de pétrole au monde, des fluctuation a la hausse font gagner des centaine de milliard de $ au USA , y compris les contrats de restauration des infrastructures touchés .
    sur le plan politique c’est un strike avec la diabolisation des iraniens et le maintien en laisse des pays du golfe impuissants et apeurés .

     

    • Si les Médias mainstream annoncent officiellement que l’attaque a été revendiquée par les Houthis, déjà, c’est signée :

      - ce n’est pas eux LOL


    • Ben oui.. et l’Europe rien du tout... comme d’habitude.. mdr

      Vous ne vous dites jamais qu’on est les plus gros producteurs et consommateurs de la planète par hasard, que les colonies américaines, russe et israélienne sont à 99% européennes, et toutes les agences et organisations mondiales, la colonisation globale et les guerres mondiales, la télé,le ciné, la voiture, le plastique, l’atomique, non, aucun rapport ??

      Bref, pour info, 99% des ressources qui transitent par les Routes de la Soie depuis 2000ans sont à destination de l’Europe.... mais attention, sans incidence ou hégémonie hein ! mdr


    • Les plus gros producteurs de petroles sont l’Arabie Saoudite, les Emirats, le Venezuela, la Russie...
      Les US sont tres loin derriere...


  • J’ai bien apprécié l’article de Gordon Duff - ancien marine - traduit sur RI :
    https://reseauinternational.net/let...
    avec en prime : « La question qu’il faut toujours se poser en ces circonstances : cui bono ? A qui profite le crime ? Ni au Yemen ni à l’Iran. » réflexion signée Elodie ; et : « Pour savoir qui a organisé l’attaque il faut examiner les sentiers de la bourse de Londres et Wallstreet afin d’identifier sur une semaine les mouvements boursiers contradictoires et dans les dernières minutes les changements inattendus, comme pour le 11 septembre 2001. » réflexion signée joszik.
    J’ai aussi apprécié Poutine vanter les S400 lors du sommet d’Ankara sur Idlib tout en évoquant l’esprit pacifique du Coran à l’adresse de l’auditoire dont Hassan Rohani ,presque hilare, et Recep Tayyip Erdogan, mi-figue et mi-raisin, ce qui est normal étant donné l’armée Turque ne cesser d’empiéter et agresser son voisin Syrien, avec là aussi en prime sur Youtube : « Poutine gère c’est incontestable. » signé Rirabien Ki Ri Ra, et : « Poutin qui fait rire les Mollahs iraniens... mashallah ! » signé Mean Buckwheat.
    Je vous recommande aussi l’article suivant :
    https://lesakerfrancophone.fr/lahur...

     

    • "Cui bono ? Pour savoir qui a organisé l’attaque il faut examiner les sentiers de la bourse de Londres et Wallstreet afin d’identifier sur une semaine les mouvements boursiers contradictoires"

      Mais pourquoi dire "il faut" comme si on avait trouvé le moyen de résoudre le problème. On en est loin. Enquêter sur les mouvements de bourse, ce n’est qu’une piste, et ce n’est pas la plus féconde a priori, à moins d’avoir préalablement réussi à démontrer la vraisemblance supérieure de l’une de ces deux hypothèses :
      - soit que le coup ne peut pas avoir été organisé par les houthis
      - soit que les houthis, en plus d’être les organisateurs, auraient spéculé en bourse sur l’évènement
      En l’état, le résultat le plus probable, c’est qu’on perdra son temps sur cette piste, parce que c’est bien les houthis et ils n’ont pas spéculé.

      Par contre, ceux qui ont alterné les prévisions alarmantes et les prévisions plus rassurantes quant aux conséquences économiques de l’attaque ne sont pas bien éloignés des milieux qui spéculent...


  • Cela peut être,aussi,une manière de refiler un bon bol d’oxygène à l’industrie américaine chancelante du pétrole de schiste...une remontée automatique des cours dans un temps limité pour éviter la faillite...Qui en est l’auteur ?...Mais,surtout,Trump est il au courant ?


  • il est toujours bon de rappeler que l’Algérie ne fait aucunement partie
    de cette coalition satanique chapeautée par l’Arabie Saoudite
    et dont par contre fait partie prenante le Royaume Chérifien du Maroc !

     

  • Des types capables de détruire des tours en tuant des milliers de personnes et réussissant à faire porter le chapeau à une bande de bédouins lobotimisés pour, ensuite , envahir et detruire le Moyen-Orient , sont tout à fait capables d’organiser des attentats sous fausse bannière ( le mossad à fait bien pire ) contre les enturbannés du golfe afin de permettre à satanyhaou de gagner les élections et par la même occasion de pousser le gros Trump à bombarder l’Iran !


  • "L’Amérique se sert-elle de l’Iran pour affaiblir l’Arabie saoudite ?"
    Quelle déception de lire ça sur sur site !

    L’Arabie saoudite (je parle des dirigeants) c’est Israël et donc les USA.

    Si vous n’avez pas compris ça vous n’avez rien compris !

     

  • Oui je suis tout à fait d’accord avec l’article de E&R, ça sent le démantèlement de KSA


  • Quelques détails en vrac :
    - tant que l’Iran est souverain et en un seul morceau, je doute de l’intérêt pour les US ou Israël de la partition de l’Arabie. Les zones chiites (très pétrolières), et la colonie barheinie pourraient basculer dans le camp de la puissance Iranienne. Je crois plus à un équilibre de la menace réciproque entre l’Iran et l’Arabie, équilibre volontairement entretenu par les US afin d’être pour l’Arabie le protecteur indispensable.
    - le troll de Poutine est complètement dans l’esprit d’un autre coup récent et fort peu reporté :
    Lorsque le Département de la Défense américain a constaté officiellement l’échec du programme de recherche entrepris par Boeing et Raytheon sur les missiles hypersoniques, Poutine a téléphoné à Trump et proposé que les US se fournissent simplement en Russie.
    - je me demande d’où le Figaro tire son histoire de drones à hélice volant à 200km/h. Les houthis avaient il y a quelques semaines diffusé les photos de leur exposition de matériel militaire, et en premier plan, un missile de croisière ayant l’apparence extérieure d’un Tomahawk, en plus petit. Le turboréacteur, au dessus de l’arrière du fuselage était clairement identifiable. Et la surface des ailes était trop petite, en proportion du fuselage, pour un engin volant seulement à 200km/h.


  • " Ils étaient munis d’un prototype de moteur entre le moteur ordinaire et à réaction. "

    Hahaha. Quand les propagandistes abordent le terrain technologique, ils perdent toute crédibilité. C’est probablement parce qu’ils sont avant tout recrutés dans la filière langue (de vipère).


  • A l’intention de ceux qui croient au false flag, je vous invite à constater par vous même et en ligne directe les déclarations iraniennes, qui attribuent bien la réalisation des attaques aux houthis.
    - @jzarif, le twitter de Javad Zarif, Ministre des Affaires Etrangères
    - les agences de presse Mehr ou Tasnim
    - et naturellement PressTV avec l’article "Une DCA défaillante, les USA ont arnaqué Riyad" intéressant puisqu’il renchérit sur le troll de Poutine, pour dire au fond, aux Saoudiens : "regardez les US ne sont pas capables de vous protéger"
    Mon avis : ce n’est pas vraiment une question d’efficacité du matériel. En réalité les US ne possèdent pas le matos ad hoc contre ce genre de menace (mais les russes si, avec les BUK par exemple). La raison en est qu’il n’imaginaient pas qu’elle puisse les concerner, ce qui n’était pas faux dans leur cas jusqu’à peu de temps. D’ailleurs ils étaient déjà en train de remédier à ce manque dans leurs défenses, d’après cet article paru le 9 Aout : https://www.thedrive.com/the-war-zo...
    Pour autant, il y avait des solutions d’attente, plus chères mais quand même moins couteuses que les dégâts dans la raffinerie.
    Par exemple, un awacs repère ce qui vole en rase-motte, et un chasseur (même un appareil d’entrainement serait bien suffisant) est maintenu en permanence en capacité de décollage immédiat ; Alors les missiles de croisière, deux fois plus lents et incapables de manœuvre d’esquive, se font tirer comme des faisans d’élevage par le chasseur.
    Et, si ce n’est pas celle-ci, il y avait dans tous les cas une solution qui aurait pu être appliquée. La raison en est que, à la louche, 20 jours d’arrêt x 5 millions de baril x 50$ = 5 milliards de manque à gagner. Quand une telle somme est en jeu, le financement du remède peut être très généreux, et le champ des possibilités techniques devient alors très vaste.


  • "Lundi au soir, vin (sic) le tour de l’Arabie saoudite... "

    L’oubli du thé.... à la menthe.



  • « La presse française ne répercutant globalement que la version israélo-américanophile des faits, voici la version pro-iranienne du site Parstoday. »



    Excellent commentaire de la rédaction qui pourrait conclure systématiquement ce genre d’affaires internationale en général comme cet exemple :

    vision israélo-américanophile : url associée

    vision pro opposants aux israélo-américanophile : url associée

    vision neutre vis-à-vis du conflit israélo-américanophile VS pro opposants : url associée

    Cela donnerait sur le long terme une vision selon les 3 points de vue ( 3 propagandes).

    Pour la Rédaction d’ER, c’est simple à identifier car ils ont l’habitude depuis le temps qu’ils font le travail.
    Pour le quidam moyen, cela permettrait d’avoir une vision éclairée selon des points de vue différents qui peuvent chacun être cohérents selon leurs objectifs.


Commentaires suivants