Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Artsakh (Karabakh) sera-t-il le tombeau d’Erdoğan ?

Le conflit du Haut-Karabakh trouve certes son origine dans la dissolution de l’URSS, mais il a été relancé par la volonté du président turc. Il est peu probable que celui-ci ait pris cette initiative sans en référer préalablement à Washington. C’est aussi ce qu’avait fait le président Saddam Hussein avant d’envahir le Koweït, tombant par ambition dans le piège qui lui était tendu et provoqua sa chute.

 

 

Un conflit très ancien, gelé depuis 30 ans

Le peuple turc se définit comme issu des « enfants du loup des steppes », c’est-à-dire comme descendant des hordes de Gengis Khan. Il compose à la fois « un peuple et deux États » : la Turquie et l’Azerbaïdjan. La renaissance politique de la première engendre donc automatiquement l’arrivée de la seconde sur la scène internationale.

Bien sûr cette renaissance politique ne signifie pas une résurgence de la violence des hordes barbares, mais ce passé n’en a pas moins forgé les mentalités, malgré les efforts de nombreux politiciens qui, depuis un siècle, tentent de normaliser le peuple turc.

Dans les dernières années de l’époque ottomane, le sultan Habdulhamid II voulut unir le pays autour de sa conception de la foi musulmane. Il ordonna donc l’élimination physique de centaines de milliers de non-musulmans. Celle-ci fut encadrée par des officiers allemands qui acquirent lors de ce génocide une expérience qu’ils mirent ultérieurement au service de l’idéologie raciale nazie. La politique ottomane d’épuration fut poursuivie à plus grande échelle par les Jeunes Turcs au début de la République, particulièrement contre les orthodoxes arméniens [1].

Le meurtre étant une addiction, il ressurgit sporadiquement dans le comportement des armées turques. Ainsi, en mars 2014, celles-ci escortèrent des centaines de jihadistes du Front al-Nosra (Al-Qaïda) et de l’Armée de l’islam (pro-Saoudiens) jusqu’à la ville de Kessab (Syrie) pour y massacrer la population arménienne. Les jihadistes ayant participé à cette opération ont été aujourd’hui envoyés tuer d’autres Arméniens au Karabagh.

Ces massacres cessèrent en Azerbaïdjan durant la brève République démocratique (1918-20) et la période soviétique (1920-90), mais ils reprirent, en 1988, à la faveur de l’effondrement du pouvoir moscovite.

Précisément durant la période soviétique, conformément à la politique des nationalités de Joseph Staline, une région arménienne fut jointe à l’Azerbaïdjan pour former une République socialiste. Aussi lorsque l’URSS fut dissoute, la communauté internationale reconnut le Karabagh, non pas comme arménien, mais comme azéri. La même erreur a été commise dans la précipitation en Moldavie avec la Transnistrie, en Ukraine avec la Crimée, en Géorgie avec l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. Il s’ensuivit immédiatement une série de guerres dont celle du Haut-Karabakh. Il s’agit là de cas où le droit international s’est développé à partir d’une erreur d’appréciation au début des conflits, comme en Palestine, qui n’a pas été rectifiée à temps, aboutissant à des situations inextricables.

Les Occidentaux s’interposèrent pour prévenir un embrasement général. Cependant l’exemple de la Transnistrie atteste que ce fut reculer pour mieux sauter : ainsi les États-Unis recoururent-ils à l’armée roumaine pour tenter d’anéantir la Pridnestrovie naissante [2].

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE, à l’époque CSCE) créa le « Groupe de Minsk », coprésidé par les États-Unis, la France et la Russie, pour trouver une solution, ce qu’il ne fit jamais : la Russie ne voulait pas choisir entre ses anciens associés, la France voulait jouer à l’importante et les États-Unis voulaient maintenir une zone de conflit à la frontière russe. Les autres conflits, créés lors de la dissolution de l’URSS, ont d’ailleurs été délibérément attisés par Washington et Londres avec l’agression de l’Ossétie-du-Sud par la Géorgie en 2008 ou le coup d’État de l’EuroMaïdan visant entre autres à expulser les Russes de Crimée, en 2014.

L’attaque de la République d’Artsakh (Karabakh) par l’Azerbaïdjan et la Turquie avait été justifiée par le discours du président azéri, Ilham Aliyev, lors de l’assemblée générale de l’ONU, le 24 septembre [3]. Son idée principale était que le Groupe de Minsk avait qualifié le statu quo d’inacceptable, mais que « les déclarations ne sont pas assez. Nous avons besoin d’actions ». Il ne pouvait être plus clair.

Conformément à l’idéologie de sa famille, il chargeait au maximum ses adversaires, attribuant par exemple le massacre de Khojaly (1992, plus de 600 victimes) aux « terroristes arméniens » alors qu’il s’agissait d’une opération noire durant une tentative de coup d’État dans son pays ; en tous cas cela lui permit de présenter de manière biaisée les actions de l’ASALA (Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie) dans les années 70-80. Il soulignait que quatre résolutions du Conseil de sécurité ordonnent le retrait des troupes arméniennes, jouant sur l’homonymie entre la population arménienne du Karabakh et l’État voisin de l’Arménie ; une manière comme une autre de passer sous silence que le Conseil enjoignait aussi l’Azerbaïdjan d’organiser un référendum d’auto-détermination au Karabakh. Il accusait, non sans raisons, le nouveau Premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, d’être un des hommes du spéculateur George Soros, comme si cela effaçait ce qui avait précédé.

Le conflit ne pourra cesser qu’après un référendum d’auto-détermination dont l’issue fait peu de surprise. Pour le moment, il profite à ceux qui, comme Israël, vendent des armes à l’agresseur.

 

 

Pour Erdoğan, la guerre de trop ?

Ceci étant posé, analysons le conflit actuel sous un autre angle, celui des équilibres internationaux en conservant à l’esprit que l’armée turque est déjà illégalement présente à Chypre, en Iraq et en Syrie ; qu’elle viole l’embargo militaire en Libye et désormais le cessez-le-feu en Azerbaïdjan.

Bakou s’organise pour repousser encore l’inévitable échéance. L’Azerbaïdjan a déjà obtenu le soutien du Qatar qui supervise aussi sur ce terrain d’opération le financement des jihadistes. Selon nos informations, ils seraient au moins 580 à avoir été acheminés depuis Idleb (Syrie) par la Turquie. Cette guerre coûte cher et KKR, la puissante société de l’États-uno-Israélien Henry Kravis, semble impliquée comme elle l’est toujours en Iraq, en Syrie et en Libye. Comme lors de la déstabilisation de l’Afghanistan communiste, les armes israéliennes pourraient être acheminées via le Pakistan. En tous cas, en Turquie des affiches fleurissent plaçant côte à côte les drapeaux des trois pays.

Plus étonnant encore, le président Aliyev a reçu le soutien de son homologue biélorusse, Alexandre Loukachenko. Il est probable que celui-ci agit en accord avec le Kremlin, ce qui pourrait annoncer un soutien plus visible de la Russie à l’Arménie orthodoxe (la Russie, la Biélorussie et l’Arménie sont toutes trois membres de l’Union économique eurasiatique et de l’Organisation du traité de sécurité collective).

Étrangement, l’Iran chiite n’a pas pris position. Pourtant, bien qu’ethniquement turcs, les Azerbaïdjans sont le seul autre peuple chiite au monde car ils ont appartenu à l’empire Safavide. Le président Hassan Rohani l’avait inclus dans son projet de Fédération chiite présenté lors de sa seconde campagne électorale. Ce retrait donne l’impression que Téhéran ne souhaite pas entrer en conflit avec Moscou, officiellement neutre. D’autant que l’Arménie joue un rôle non-négligeable dans le contournement de l’embargo US face à l’Iran.

Côté arménien, la diaspora aux États-Unis procède à un intense lobbying au Congrès afin de rendre le président Erdoğan – dont le pays est pourtant membre de l’OTAN – responsable du conflit devant un Tribunal international.

Dans le cas d’un accord tacite entre Moscou et Washington, cette guerre pourrait se retourner diplomatiquement contre président Erdoğan, désormais insupportable aux Deux Grands. Comme jadis le président iraquien Saddam Hussein qui passa brutalement du statut de valet du Pentagone à celui d’ennemi public n°1 lorsqu’il crut avoir l’autorisation d’envahir le Koweït, le président turc a peut-être été encouragé à la faute.

Thierry Meyssan

Notes

[1] « La Turquie d’aujourd’hui poursuit le génocide arménien », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 26 avril 2015.

[2] « En 1992, les États-Unis tentèrent d’écraser militairement la Transnistrie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 17 juillet 2007.

[3] “Intervention by Ilham Aliyev the 75th meeting of the United Nations General Assembly”, by Ilham Aliyev, Voltaire Network, 24 September 2020.

En lien, sur E&R :

 
 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2562270
    Le 6 octobre à 16:52 par Système
    L’Artsakh (Karabakh) sera-t-il le tombeau d’Erdoğan ?

    Oui mais... la Turquie n’est pas l’Irak ! Si Erdogan disparaît, ça ne changerait pas grand chose pour la Turquie : on n’imagine pas l’OTAN bombarder Istanbul ou Ankara...

     

    Répondre à ce message

    • #2562411

      Hum... Permettez un doute de se que vous avancez là.

      Je vous rejoint sur un point : la Turquie n’est pas l’Irak.
      80 millions d’habitants pour l’un pour 30 millions pour l’autre, déjà.
      Ensuite l’armée turque est puissante (peut être top 10 mondial ).
      La Turquie est productrice d’armes, elle possède une industrie puissante et est très bien classé dans la production de machines outils de pointe (j’ai été stupéfait de voir des magnifiques machines de haute précision de marque turque lorsque je suis allé au salon de l’industrie).
      Maintenant concernant l’OTAN.
      Comme vous le savez, c’est officiellement une alliance militaire des pays occidentaux.
      L’intégration de la Turquie dans l’Otan est pour moi de l’hypocrisie. La Turquie contrôlant le détroit des Dardanelles, sa mission était de protéger ce détroit ainsi que la mer Égée avec la marine grecque en cas de guerre avec l’URSS. La menace communiste ayant disparue depuis, l’heure n’est plus à un affrontement direct avec les russes (tant que Trump sera au pouvoir !).
      L’Empire atlanto-sioniste a décidé de détruire chaque puissances musulmanes. Et la Turquie est la dernière force sunnite sérieuse au moyen orient ! Une fois le moyen orient totalement inoffensif, l’Empire s’occupera certainement de l’Algérie, la dernière épine du pied...
      C’est pour cela que, sans porter un jugement définitif sur Erdogan, je trouve sa stratégie incroyablement suicidaire... J’ai presque l’impression qu’il le fait exprès !
      Recrée un Empire Ottoman islamique au porte d’Israël ? Ça ne peut que finir en conflit armé...
      On ne m’enlèvera pas de la tête que ce type est manipulé.

       
    • #2562912
      Le 7 octobre à 13:43 par Système
      L’Artsakh (Karabakh) sera-t-il le tombeau d’Erdoğan ?

      abcd...
      Ca se discute ! La Turquie est comme un porte avions surplombant la Méditerranée ; une position stratégique en or pour les Américains ; pas sûr donc que Washington renonce à son alliance avec Ankara pour la céder, demain, aux Chinois ou aux Russes...

       
  • #2562308
    Le 6 octobre à 17:37 par Snayche
    L’Artsakh (Karabakh) sera-t-il le tombeau d’Erdoğan ?

    Titre et conclusion de l’article en confirmation avec un aspect de mon sentiment et une prophétie sous entendant que la Turquie sera pendant un moment aux mains du nouvel ordre mondial que ne représente pas entièrement Erdogan.

     

    Répondre à ce message

  • #2562417

    C’est l’impression que j’ai aussi. Erdogan a quand meme échappé de peu a un coup d’état, rappelons le.

    Un "super état " Turc avec une rente pétrolière et gazière (chantage énergétique ) n’arrangerait ni l’UE, ni la Russie, ni l’Iran.

    Les Arméniens du HK sont des dure a cuire, très bien armé et rompu a la guerre. Laisser Erdogan s’enliser dans ce conflit lui ferait perdre en popularité.

    D’un autre coté, on retrouve Israel qui fourni une grosse quantité d’armes a l’Azerbaïdjan dont des armes a fragmentation interdite par tout les tribunaux internationaux . Ces armes sont actuellement utilisé sur des civiles au moment ou je vous parle, et une certaine ONG qui s’appelle "amnistie internationale" vient de tirer la sonnette d’Alarme.

    On peut laisser supposer qu’Erdogan est poussé a la faute, on attend qu’il y ai des massacres a lui mettre sur le dos, et une fois que ce sera fait les sanctions économiques tomberont. A ce moment soit il partira a la retraite, soit son propre peuple lui coupera la tête.

     

    Répondre à ce message

  • #2562466
    Le 6 octobre à 21:04 par nicolasjaisson
    L’Artsakh (Karabakh) sera-t-il le tombeau d’Erdoğan ?

    Le rééquipement de l’Azerbaïdjan n’a pas pu passer inaperçu ni de la Russie ni des Etats-Unis et ce d’autant plus que les fournisseurs sont largement israéliens, que ce soit pour les drones Harpy qui se sont illustrés en Syrie contre les systèmes Pantzir ou les missiles tactiques Lora qui sont utilisés pour détruire les centrales électriques qui alimentent les foyers vivant au karabhak. L"Azerbaïdjan fait aussi un large usage des bombes à sous-munitions d’origine turque contre les populations civiles. la Russie avait amplement pourvu l’Arménie de systèmes de guerre électronique qui se sont avérés insuffisants pour contRer les vagues des drones pilotés par des opérateurs turcs qui se sont montés très efficaces contre les équipements arméniens enterrés. Il peut sembler étonnant que le meilleur ennemi de la Russie puisse s’installer ainsi dans l’arrière-cour du Caucase sans coup férir, en amenant de surcroît avec elle des centaines de mercenaires djihadistes censés servir de garde-frontières entre l’Arménie et l’Azerbazïajan. Là encore la Russie se retrouve prises au piège d’alliances opportunistes qui ne durent que le temps d’un arrangement de principe souvent contredit par les faits quelques temps plus tard. Gazprom s’est mordu les doigts d’avoir fait confiance aux Turcs qui devaient acheter le gaz acheminé par les gazoducs South Stream et Blue Stream, sous prétexte que la Turquie devait servir de plate-forme de distribution du gaz russe au Moyen-Orient. Moyennant quoi, les Turcs achètent leur gaz aux qatari sous forme de GNL.Les Turcs ont une économie aux abois dont les besoins énergétiques sont très largement inférieurs aux prévisions. Apparemment c’est la Géorgie qui sert de passerelle à la Turquie pour acheminer hommes et matériel jusqu’en Azerbaïdjan. L’ironie de l’histoire veut que les Russes se servent de l’espace aérien de l’Ossétie du sud récemment occupée depuis la guerre de 2008, pour assurer la liaison avec L’Arménie ; On comprend qu’avec de pareils amis, Poutine soit plus pressé de finaliser la construction du North stream 2, depuis l’aval donné par le Danemark à la construction du dernier tronçon, que de s(’impliquer dans un conflit périphérique. Poutine dispose cependant d’un atout de pods pour tenir en respect la Turquie, à savoir la flotte le la Caspienne récemment rééquipée de corvettes lance-missiles équipées de missiles "Calibr" parfaitement capables de démolir les bases aériennes abritant les F-16 turcs.

     

    Répondre à ce message

  • #2562560
    Le 6 octobre à 23:20 par goy pride
    L’Artsakh (Karabakh) sera-t-il le tombeau d’Erdoğan ?

    une région arménienne fut jointe à l’Azerbaïdjan pour former une République socialiste



    Il me semblait avoir compris qu’il s’agissait d’une région appartenant à l’Azerbaïdjan où furent déportés par Oncle Jo des Arméniens ?

     

    Répondre à ce message

  • #2563374

    C’est la France qui est derrière l’attaque de Tovuz cet été...elle espère depuis longtemps une confrontation turco-russe. Sachant que la Turquie est déjà très occupée en Libye, en Syrie, en Méditerrannée, en Irak...on n’arrive ni à l’arrêter, ni à l’intimider, un nouveau front infaillible celui-là, va créer l’occasion rêvée de voir les russes écraser ces dangereux turcs...

     

    Répondre à ce message

  • #2563379

    un référendum ? c’est une blague ?...un référendum après un nettoyage ethnique...
    y a un million d’azéris qui ont été chassés de la zone, sinon, couic !

     

    Répondre à ce message