Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’anti-terrorisme version Trump

Si la nouvelle stratégie anti-terroriste des États-Unis ne change pas grand-chose dans cette lutte, elle modifie en profondeur les règles de travail du Pentagone et du secrétariat à la Sécurité de la Patrie. Il ne s’agit pas tant d’une rationalisation de ce qui a été construit depuis 2001 que d’une redéfinition des missions de l’État fédéral.

 

La Maison-Blanche a publié, le 4 octobre 2018, la nouvelle « Stratégie nationale contre-terroriste » (National Strategy for Counterterrorism) [1]. Ce document est présenté comme une rupture avec ce qui a précédé en la matière, le texte antérieur datant de l’administration Obama, avait été diffusé en 2011. En réalité, il s’agit d’un compromis entre le président Trump et le Pentagone.

 

Préambule

Le terrorisme est une méthode de combat à laquelle toute armée se réserve le droit de recourir. Les cinq puissances permanentes du Conseil de sécurité en firent un usage ciblé durant la Guerre froide.

À cette période, les actes terroristes étaient soit des messages d’État à État, soit des opérations secrètes visant à inhiber un protagoniste. Aujourd’hui, ils sont généralisés. Ils ne participent plus au dialogue secret entre des États, mais visent à les affaiblir.

À titre d’exemple pour nos lecteurs français, rappelons que durant la guerre civile du Liban, le président François Mitterrand commandita l’attentat contre le Bureau de la conscription militaire de Damas, faisant 175 morts, en rétorsion de l’assassinat de l’ambassadeur de France à Beyrouth, Louis Delamarre. Ou encore, en 1985, le président Mitterrand fit sauter un bateau de Greenpeace, le Rainbow Warrior, faisant 1 mort, parce que sa présence empêchait la poursuite d’essais nucléaires dans le Pacifique.

 

Ambiguïtés

Trois ambiguïtés restent permanentes dans la rhétorique US depuis 2001 :

- La notion de « Guerre Mondiale contre le terrorisme » (GWOT), formulée par George Bush Jr., n’a jamais eu le moindre sens. Le mot « terrorisme » ne désigne pas des ennemis, mais une méthode de combat. La « guerre au terrorisme » n’a donc pas plus de signification que la « guerre à la guerre ». Il s’agissait en fait d’annoncer ce que Donald Rumsfeld a appelé la « guerre sans fin » : c’est-à-dire la stratégie de l’amiral Arthur Cebrowski de destruction des structures étatiques des pays non connectés à l’économie globalisée.

- Le développement des organisations musulmanes qui pratiquent le terrorisme s’appuie sur une idéologie, celle de l’islam politique, défendue et propagée par la Confrérie des Frères musulmans. Simultanément, une variante de cette idéologie est propagée par certains courants iraniens, même si ceux-ci ne font que rarement usage du terrorisme. Il ne sert à rien de lutter contre le symptôme (la multiplication des actes terroristes) sans lutter contre la maladie (l’islam politique).

- Le mot « terrorisme » est devenu péjoratif. Il est souvent employé à propos d’organisations qui ne pratiquent qu’exceptionnellement cette méthode de combat, mais que la Maison-Blanche souhaite diaboliser (par exemple le Hezbollah).

 

Évolution de l’anti-terrorisme

- Lancée par le président Bush Jr. après les attentats du 11 septembre 2001, la guerre mondiale au terrorisme n’a pas atteint son but affiché. Bien au contraire, le nombre d’actes terroristes dans le monde n’a cessé de décupler. Tout ce tintamarre n’a été qu’une excuse pour instaurer une surveillance généralisée des citoyens US (Patriot Act et création du secrétariat à la Sécurité de la Patrie) et pour justifier des guerres d’agression (Afghanistan, Irak).

- Le président Obama a toiletté ce système. Il a mis fin à certaines pratiques (par exemple l’usage de la torture) et n’a pas utilisé cette rhétorique pour justifier les agressions contre la Libye et la Syrie. Il a enterré la polémique sur les attentats du 11 Septembre, a maintenu le Patriot Act et a développé les agences de surveillance de la population. Il n’a évoqué la guerre au terrorisme que pour créer un vaste système d’assassinats ciblés, souvent opérés par drones. Simultanément, il a mis en scène la « mort » d’Oussama Ben Laden pour réintégrer ses compagnons dans le dispositif initial de la CIA. Il s’est ainsi appuyé sur Al-Qaïda pour les opérations au sol en Libye et en Syrie. Finalement, il a soutenu la création d’un Califat à cheval sur l’Irak et la Syrie, tout en prétendant combattre Daech.

- Le président Trump, qui avait prévu de mettre fin à l’usage du terrorisme par les Alliés, a été contraint de modifier ses objectifs après la démission forcée de son conseiller de Sécurité nationale, le général Michael T. Flynn. En définitive, il a contraint les pays du Golfe à cesser de financer des armées terroristes, a mis fin au Califat en tant qu’État, et a inscrit la lutte contre le terrorisme parmi les objectifs de l’OTAN.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] National Strategy for Counterterrorism, The White House, October 2018.

Thierry Meyssan, sur E&R :

Retrouvez Thierry Meyssan chez Kontre Kulture :

Lire également :

 
 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2063720
    Le 16 octobre à 18:06 par l8897
    L’anti-terrorisme version Trump

    " Défense nationale"
    Où commence-t’elle ? Quelles sont ses limites géographiques ? (Meyssan admet qu’Israel fait parti des limites des USA)

    Quand aux terroristes/mercenaires, c’est laissé à la libre appréciation de chacun... justement parceque les limites de la "défense nationale" ne sont pas explicitées.

     

    Répondre à ce message

  • #2063743
    Le 16 octobre à 18:37 par J. Prodis
    L’anti-terrorisme version Trump

    America first everywhere.
    Avec l’ingérence commerciale et leurs sanctions qui tuent autant que les massacres de populations, la propagande culturelle et les délits financiers que s’autorisent les USA, cela montre que la conception de leur territoire veut s’étendre au monde entier et qu’ils ne respectent plus le droit, les lois. Cette " America First " sous domination sioniste, est la continuation du projet mondialiste. C’est du first fucking.

     

    Répondre à ce message

    • #2064060
      Le 17 octobre à 07:05 par kader
      L’anti-terrorisme version Trump

      ingérence commerciale et les sanctions on peut le faire nous aussi
      en faisant des achats éthiques

      il y a des pays que les états nous obligent à boycotter comme l’iran ou la russie

      mais c’est nous qui remplissons notre panier.

      Le boycott est une arme tellement puissante qu’elle est interdite pour Israel.

       
  • #2063748
    Le 16 octobre à 18:44 par Le king
    L’anti-terrorisme version Trump

    En somme, le président américain fait...exactement comme avant, seuls les mots changent.

     

    Répondre à ce message

    • #2064123
      Le 17 octobre à 10:34 par Bayinnaung
      L’anti-terrorisme version Trump

      Quand on a un président comme Macron, le mieux ne serait-il pas de rester silencieux sur les choix électoraux des autres peuples ?
      On est pas crédible pour faire la morale aux autres.

       
  • #2064084
    Le 17 octobre à 08:55 par Syzygy
    L’anti-terrorisme version Trump

    Il n’est de terrorisme que d’Etat ! Encore des élucubrations pour les gogos !

    Les attentats le sont sous faux drapeau, celui de l’islam, bien sûr ! Les Frères musulmans ne sont rien d’autre des Franc-maçons sous le contrôle du MI-6.

    Quant à la mise en oeuvre des attentats en UE, voyez du côté de Mons, l’OTAN et demandez le réseau GLADIO !

    Avez-vous constaté qu’aucun attentat n’a eu lieu dans les ex-pays communistes ? Peut-être parce que GLADIO n’y a pas pied et se retrouverai face à face avec le FSB ?

     

    Répondre à ce message

  • #2064120
    Le 17 octobre à 10:31 par culturovore
    L’anti-terrorisme version Trump

    Les internautes sur ce site voient dans les choix politiques de Trump une continuité alors que c’est une rupture.

    Après 11/9 la constitution américaine et l’habeas corpus ont été mis de côté par les représentants de l’état profond (marche vers une dictature dont la finalité est la mise en place du NWO).

    Trump fut mis en place par le Pentagone (une centaine de généraux ont signé une pétition de soutien à sa candidature) pour remettre la démocratie en place.

    L’ennemi de Trump est l’état profond, et c’est cet ennemi qu’il combat à l’intérieur. Ce même ennemi qui dicte ses lois à Bruxelles qui les impose aux nations européennes.

    N’oubliez pas que pour des journalistes américains, le NWO est très avancé en europe (dictature technocratique et oligarchiques de gens non élus au service de leurs intérêts mettant en place une gouvernance mondiale sur un peuple d’esclaves au service du grand capital et des banksters).

    Wall street, pire qu’en 2008 va s’effondrer bientôt avec les trilliards de fausse monnaie injectés par la Fed dans une économie qui ne vit que de la dette (fabriquée).

    Va s’en suivre un effondrement mondial du système financier, en réalité chaos mondial programmé pour créer une guerre civile généralisée tant en europe qu’aux USA, avec pauvreté et famine généralisée (pas moi qui le dit mais les organismes de protection civile).

    Le but est de contraindre les peuples à réclamer une intervention militaire de l’ONU (aux ordres de l’état profond) pour rétablir l’ordre aux USA et en europe. Cela exigera des mesures autoritaires et la mise en place d’un pouvoir fort. Ce sera l’avènement d’une dictature mondiale qui prendra ses bases sur les USA et l’europe ; C’est pour cela que les événements chaotiques et que des lois liberticides aujourd’hui s’accélèrent, ne le voyez-vous pas ?

    Afin que n’interviennent pas aux USA en cas de troubles sociaux des forces étrangères onusiennes qui seraient appelées ainsi qu’une garde civile aux ordres financée par l’état profond, Trump redirige avec les Pentagone ses forces militaires vers l’intérieur avant la grande explosion économique.

    De même Trump a évoqué la création du "force spatiale". Personne n’a relevé qu’il a bien précisé "distincte de l’US Airforce". Une grande partie de l’’USAF est au main de l’état profond (Nasa, NSA, DARPA, complexe militaro industriel). Il veut aussi les contrecarrer sur leur terrain. Il tente de restaurer la démocratie et soutient israel car son électorat est évangéliste, pas sioniste

     

    Répondre à ce message

    • #2064336
      Le 17 octobre à 17:04 par Le king
      L’anti-terrorisme version Trump

      Il n’y aura pas d’effondrement du système, encore moins de guerre civile ou de famine. On cherche à nous faire peur, pour que chacun accepte son sort. L’effondrement qu’on nous promet est telle cette menace de guerre nucléaire du temps de la guerre froide : c’est fait pour sidérer les populations et faire en sorte qu’elles acceptent l’autorité des politiques...

       
    • #2064473
      Le 17 octobre à 21:42 par culturovore
      L’anti-terrorisme version Trump

      @ King

      L’effondrement du système est programmée depuis belle lurette, depuis 1913 ou les banksters ont décidé de gouverner par la captation de l’impression de la monnaie, puis confirmé en obligeant des états à abandonner leur souveraineté en empruntant aux mêmes banksters, avec accélération en 2008 par crise des CDS puis depuis avec les trilliards de fausse monnaie injectés par les banques centrales dans l’économie mondiale qui va droit dans le mur.

      La BCE vient de déclarer que les banques européennes sont en faillite ! Si la Deutsch bank met la clé sous la porte, toutes les autres vont s’effondrer. Un système économique ne peut perdurer sur de la fausse monnaie, donc l’explosion est inévitable.

      Sauf et si et seulement si la Banque Mondiale et le FMI libèrent les dizaines de milliers de tonnes d’or qu’ils ont en réserve pour rétablir l’étalon

       
    • #2064610
      Le 18 octobre à 02:05 par Michelly58
      L’anti-terrorisme version Trump

      @Culturovore Ils ne peuvent pas libéré quelque chose qu’ils n’ont pas en leur possession.

       
  • #2064768
    Le 18 octobre à 11:26 par culturovore
    L’anti-terrorisme version Trump

    @ Michelly58

    La Banque Mondiale est dépositaire de l’or des peuples, renseignez-vous. Notamment les milliards d’or dont était détenteur le président philippin Marcos.

     

    Répondre à ce message