Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’élection américaine en direct (partie 6) : la dernière ligne droite

Bien que les médias s’efforcent de ne pas le dire, Joe Biden n’est pas à ce jour le nouveau président des Etats-Unis. Donald Trump est non seulement le président en cours de mandat, mais il pourrait être aussi son propre successeur. Tout va se jouer dans cette dernière ligne droite qui mène au 20 janvier 2021. Trump va-t-il déjouer tous les pronostics défavorables qui saturent les ondes matin, midi et soir et sortir victorieux du combat qu’il mène contre un pouvoir profond protéiforme et redoutable ? On pourrait considérer ces derniers jours comme un extraordinaire et haletant spectacle si ce n’était, peut-être, l’avenir du Monde qui s’y jouait.

 


 

23h45 - La foule a été évacuée en douceur par les policiers. Foule non violente et respectueuse du Capitole qu’ils ont pour partie envahi. On est très loin des émeutes gauchistes, antifas ou Black Lives Matter. Le couvre-feu débute dans un quart d’heure.

***

23h15 - La nuit tombe doucement sur Washington, la foule se disperse mais reste encore présente autour du Capitole. Le couvre-feu débute dans 45 minutes.

***

23h00 - Le toujours rassurant et optimiste Alexis Cossette nous explique pourquoi Mike Pence n’a rien fait pour obstruer les élections (élections, à cette heure, avortées).

 

 

 

 

***

22h45 - Fin de partie progressive pour les partisans de Trump. Le SWAT, unité d’intervention des forces de police aux États-Unis, évacue le Capitole. Cependant la session permettant de valider les élections a été interrompue, ce qui retarde l’élection officielle de Joe Biden et permet peut-être la mise en place d’une stratégie par le camp Trump.

 

***

22h30, 16h30, heure américaine - A 18h, heure américaine, le scandaleux couvre-feu imposé par le maire rentrera en vigueur. Soit dans 1h30. Plus aucune personne ne devra se trouver dans la rue.

***

22h25 - Donald Trump intervient en direct sur Twitter, rappelant qu’il y a eu une fraude massive, mais demande à ses partisans de rentrer chez eux dans le calme face à la méchanceté du camp adverse, afin d’éviter des blessés.

Comme pour montrer encore son pouvoir tant dénoncé par le président, alors même que Donald Trump cède et appelle ses partisans au calme, Twitter interdit de citer ou retweeeter cette vidéo.

 

***

22h15 - Une personne blessée par balles au Capitole (vidéo ci-dessous d’une personne sortie sur une civière). Des élus dénoncent « une tentative de coup d’Etat ». Joe Biden fait un discours et appelle Donald Trump à intervenir publiquement pour arrêter le siège du Capitole.

Même si beaucoup habitent dans des contrées éloignées et très pauvres, on peut tout de même regretter que sur les 75 millions d’électeurs de Donald Trump, seuls quelques dizaines de milliers soient venus à Washington. Qu’ils eussent été seulement même 100.000 devant le Capitole à cette heure-ci, même non armés, et l’histoire eut été changée.

***

22h00 - Pour l’avocat pro-Trump Lin Wood, des antifas se sont mêlés à la foule des trumpistes. Notre connaissance aiguisée du phénomène antifa nous amène à penser comme lui, au vu des images que nous avons pu visionner à l’intérieur du Capitole. Méfiance.

 

***

21h50 - 1.100 militaires de la Garde nationale sont mobilisés au Capitole.

 

***

21h45 - Quelques images surréalistes d’un Sénat vide et investi par des partisans de Donald Trump.

 

 

***

21h40 - Les manifestants se font arrêter au Capitole :

 

 

Une femme est sortie en sang sur une civière :

 

***

21h30 - La démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Et ces images nous rappellent qu’on ne peut rien faire contre un peuple en colère. Quelques couloirs du Capitole dans le cas présent, mais bien davantage si le nombre est suffisant.

 

 

***

21h25 - Un manifestant annonce la victoire de Donald Trump à la place de Nancy Pelosi :

 

 

L’image est symbolique, mais par ailleurs les policiers du Capitole semblent nerveux :

***

21h20 - Les images en direct de l’intérieur du Capitole où la foule est entrée, gazée par les lacrymogènes de la police :

***

21h05 - Donald Trump a tweeté, en direction des insurgés présents au Capitole : « Soutenez SVP nos forces de police du Capitole. Ils sont réellement du côté de notre pays. Restez pacifiques ! ».

 

***

21h00 - L’arrêt des décomptes au Capitole est lié à l’irruption de manifestants dans les locaux. Il y a un risque d’arrêt définitif des décomptes.

 

 

En direct du Capitole :

***

20h45 - La session conjointe du Congrès des États-Unis fait une pause avant de reprendre ses débats. En direct, et en anglais :

***

20h30 - Trump vient de tweeter : « Mike Pence n’a pas eu le courage de faire ce qu’il aurait fallu faire pour protéger notre pays et notre constitution, en donnant aux Etats la chance de certifier une série correcte de faits, et non pas des faits frauduleux ou inexacts qu’on leur a demandé de certifier auparavant. Les USA exigent la vérité ! »

 

***

20h20 (14h20 américaines) - Pendant que les débats continuent, Etat après Etat, la foule a envahi la partie extérieure du Capitole, scandant des slogans comme « Stop the steal » (Arrêtez le vol). La tension est vive.

***

20h00 (14h américaines) - Les débats s’échauffent déjà alors qu’il ne s’agit que du troisième Etat par ordre alphabétique, Etat il faut dire très contesté : l’Arizona.

D’éloquents républicains interviennent les uns après les autres, rappelant que ces élections transpirent la fraude par tout ses pores, et qu’il est scandaleux qu’on puisse les valider en l’état.

Pendant ce temps, la foule s’amasse devant le Capitole et tente d’investir les lieux.

 

***

19h00 - Au Congrès, les 50 Etats présentent leur résultats les uns après les autres, par ordre alphabétique. Si des objections apparaissent, des discussions doivent régler les litiges. Il s’agit de la « joint session », c’est-à-dire une session conjointe du Congrès des États-Unis, la réunion des membres des deux chambres de la législature du gouvernement fédéral des États-Unis : le Sénat et la Chambre des représentants.

En direct, avec une traduction partielle en temps réel en français :

***

16h00 - La plus longue journée de l’histoire récente des Etats-Unis commence. La foule s’amasse à Washington et attend l’arrivée imminente de Donald Trump pour son discours.

Suivez le Live en direct sur la chaîne américaine conservatrice Right Side Broadcasting Network :

(les points forts du discours en direct sous les vidéos)

 

 

La version avec une traduction approximative en temps réel par la chaîne NTD (version française) :

 

Les points forts, en direct (traduction E&R).

Donald Trump apparaît derrière un mur en verre blindé, ce qui n’est pas le cas de ces meetings habituels, signifiant probablement la gestion d’un risque éventuel.

Trump demande que les caméras soient tournées et filment « les centaines de milliers de personnes présentes ».

Les médias, Big Tech (réseaux sociaux), sont LE problème, ils mentent.

Nous ne nous rendrons jamais, nous n’abandonnerons jamais.

Personne ne croît que Joe Biden a été élu. Cette élection a été totalement truquée.

Beaucoup d’entre vous ont traversé le pays et je les remercie de ce mouvement extraordinaire.

Donald Trump demande encore aux caméras de la presse amie de filmer la foule, car les médias ne le feront pas.

Ils ont utilisé la pandémie pour frauder les élections, utilisant le virus chinois pour multiplier les votes à distance.

Donald Trump utilise le mot "bullshit" ("de la merde / des conneries") pour qualifier la situation. La foule, surprise par ce mot, scande "bullshit", "bullshit", "bullshit".

Nous avons créé la meilleure économie de notre histoire, nous avons rétabli le pays, en 4 ans. Nous avons fait des choses que personnes n’auraient cru possible.

Donald Trump entame un bilan de son mandat, rappelant les très bons chiffres économiques et d’emploi, avant que ne survienne le virus chinois, comme il l’appelle.

Revenant sur les élections, Trump remercie tous les gens qui ont travaillé pour les élections et se sont battus contre la fraude.

« Où est Hunter ? » demande Trump face au silence assourdissant de la presse et de la justice sur l’histoire du fils de Joe Biden, les connexions avec la Chine, l’Ukraine, et des photos compromettantes.

Donald Trump sort souvent du discours qui s’affiche sur les 2 prompteurs à sa droite et à sa gauche, et improvise régulièrement quelques incises.

La Pennsylvanie, 11 jours avant l’élection, a dit qu’elle ne vérifierait pas les signatures. Elle l’a fait pour pouvoir tricher. Alors en Pennsylvanie vous avez 200.000 votes de plus que d’électeurs ! C’est une fraude totale !

Trump revient sur les nombreuses fraudes constatées en Pennsylvanie : les morts qui votent, les votes par procuration, etc.

Si on laisse faire cela vous aurez un président illégitime et on ne peut pas laisser faire cela.

Donald Trump parle du "shadow banning", technique permettant aux réseaux sociaux de vous faire disparaître sans vous censurer totalement. Il rappelle la section 230 de la législation américaine et qu’il souhaite abroger pour ne plus donner cette puissance illégitime aux réseaux sociaux.

Le président Trump parle des guerres coûteuses pour rien comme l’Irak.

Actuellement Youtube affiche 489.280 visionnages en cours de la vidéo du Live sur la chaîne Right Side Broadcasting Network.

« J’espère que Mike Pence va se lever pour contrer ça pour le bien de notre pays. Si vous ne le faites pas je serais très déçu ».

Donald Trump continue d’égrainer les différentes fraudes dans différents Etats, en rappelant que c’est bien davantage que les quelques milliers de voix qui lui manquent en général dans les Etats-bascules (Swing States).

Donald Trump rappelle qu’en quelques minutes à peine les scores de Trump et Biden se sont inversés magiquement la nuit des élections.

Ces fraudes sont une « entreprise criminelle » !

L’écran vient de se diviser et l’on voit apparaître la session du Congrès où doivent se dérouler les votes des grands électeurs pour la nomination du président. On a pu voir Mike Pence (R., pour le Sénat) et Nancy Pelosi (D., pour la Chambre).

Nous ne devons tenir responsable Big Tech (les réseaux sociaux) d’avoir interféré dans nos élections.

Nous devons drainer le marais (drain the swamp), vous croyez que c’est simple, mais c’est vraiment un sale boulot.

Une de nos grandes tâches c’est de sécuriser les élections.

« Le meilleur est à venir ! »

Le discours de Donald Trump est terminé. Sans les scoops éventuellement attendus.

***

06h30 - Les résultats définitifs ne seront pas connus immédiatement et les scores très serrés pourraient faire l’objet de contestations. Cette journée du 6 janvier qui débute à peine aux Etats-Unis devrait être une journée historique puisqu’il s’y décidera peut-être le futur président américain. A moins que Mike Pence ne demande à repousser la certification des voix des grands électeurs dans l’attente que la Cour suprême ne se prononce.

Quoiqu’il advienne c’est aujourd’hui 6 janvier qu’un rassemblement pour le président Trump et contre la fraude électorale (« Stop the steal ») est organisé à Washington. Des centaines de milliers de personnes sont attendues. Donald Trump a fait savoir qu’il prendrait la parole à 11 heures locales depuis l’Ellipse, esplanade située au sud de la Maison-Blanche : « Je m’exprimerai lors du Rassemblement pour sauver l’Amérique demain ».

***

05h45 - Les scores sont extrêmement serrés. Les républicains ont besoin d’au moins un candidat élu pour garder la majorité de 51 sénateur contre 49 démocrates. En cas de double défaite, le Sénat serait également réparti à 50/50, et c’est la voix de Kamala Harris, la vice-présidente élue (au cas où Joe Biden serait le président) qui départagerait les cas d’égalité, donnant mécaniquement la majorité aux démocrates.

***

05h30 - Les candidats démocrates reprennent la main, dans un curieux mouvement déjà vu lors des élections présidentielles.

1.) 95 % des bureaux dépouillés

David Perdue Republican Party : 50,1 % (2 134 359 voix)

Jon Ossoff Democratic Party : 49,9 % (2 124 801 voix)

2.) 95 % des bureaux dépouillés

Raphael Warnock Democratic Party : 50,3 % (2 142 199 voix)

Kelly Loeffler Republican Party : 49,7 % (2 116 178 voix)

***

04h30 - Les écarts se creusent en faveur des deux candidats républicains.

1.) 87 % des bureaux dépouillés

David Perdue Republican Party : 51,4 % (1 966 240 voix)

Jon Ossoff Democratic Party : 48,6 % (1 856 730 voix)

2.) 87 % des bureaux dépouillés

Kelly Loeffler Republican Party : 51 % (1 951 083 voix)

Raphael Warnock Democratic Party : 49 % (1 872 072 voix)

***

04h00 - Les deux candidats républicains mènent désormais la danse avec des résultats qui ne cessent de monter. Cependant il faut rester prudent car, comme indiqué précédemment, la polarité très marquée de chaque ville, de chaque comté, peut faire basculer rapidement les résultats.

1.) 79 % des bureaux dépouillés

David Perdue Republican Party : 51 % (1 762 639 voix)

Jon Ossoff Democratic Party : 49 % (1 696 816 voix)

2.) 79 % des bureaux dépouillés

Kelly Loeffler Republican Party : 50,6 % (1 749 561 voix)

Raphael Warnock Democratic Party : 49,4 % (1 710 188 voix)

***

03h15 - Un des sénateurs sortant en lice, David Perdue, mène désormais face à Jon Ossoff, après 65% de bulletins dépouillés. La sénatrice sortante Loeffler rattrape son retard de son côté. Mais tout est encore possible dans un sens comme dans un autre, au fur et à mesure que les comtés tombent. Or, les comtés sont très polarisés, comme l’ensemble du pays, et un seul comté républicain ou un seul Compté démocrate peut faire très vite basculer le nombre de voix.

1.) 68 % des bureaux dépouillés

David Perdue Republican Party : 50,3 % (1 416 421 voix)

Jon Ossoff Democratic Party : 49,7 % (1 396 878 voix)

2.) 68 % des bureaux dépouillés

Raphael Warnock Democratic Party : 50 % (1 407 305 voix)

Kelly Loeffler Republican Party : 50 % (1 406 151 voix)

***

06 janvier 2021, 03h00 - Les élections partielles sénatoriales en cours sont cruciales pour l’avenir du pays. Si les 2 candidats républicains gagnent, le Sénat maintiendra sa majorité républicaine et pourra faire obstruction à la politique de Joe Biden si celui-ci est élu président des Etats-Unis.

En revanche, si les 2 candidats perdent, il ne reste plus aucun espoir pour le camp républicain si ce n’est de voir Trump gagner l’élection (mais il devra jongler avec une Chambre des représentants et un Sénat démocrate car en cas d’égalité au Sénat c’est la vice-présidente Kamala Harris qui départagerait les voix). Cela pourrait peut-être le pousser le président Trump à passer à la vitesse supérieure, celle dont Alexis Cossette nous parle depuis bien longtemps ?

A cette heure, après un peu plus de 50% des bulletins comptabilisés, les 2 candidats républicains perdent :

1.) 58 % des bureaux dépouillés

Jon Ossoff Democratic Party : 50,7 % (1 246 437 voix)

David Perdue Republican Party : 49,3 % (1 210 747 voix)

2.) 56 % des bureaux dépouillés

Raphael Warnock Democratic Party : 51,9 % (1 225 198 voix)

Kelly Loeffler Republican Party : 48,1 % (1 136 714 voix)

***

20h00 - Combien d’électeurs habitant au 201 Wahsington Street à Atlanta (Géorgie) ont voté le 3 novembre 2020 alors qu’il n’y habitent pas ? Des milliers ! (vidéo sous-titrée en anglais)

 

18h00 - Mike Pence sauvera-t-il le président Trump ?

***

05h00 - Sans surprise, plus de 170 dirigeants d’entreprises américaines parmi les plus grandes du pays, ont demandé lundi aux élus du Congrès de reconnaître l’élection de Joe Biden lors d’une session prévue mercredi, plaidant pour un transfert du pouvoir en bonne et due forme.

« Il est temps pour le pays d’avancer », estiment dans une lettre ces patrons de banques, fonds d’investissements, entreprises de conseil, ou encore compagnies aériennes, dont plusieurs sont cotés sur le Dow Jones, l’indice vedette de la Bourse de New York.

Parmi les signataires figurent ainsi le dirigeant de Pfizer, Albert Bourla, le directeur juridique du géant Microsoft, Brad Smith, mais aussi le patron de Goldman Sachs, David Solomon, ou encore Dexter Goei, qui dirige la filiale américaine d’Altice - groupe qui appartient au milliardaire français Patrick Drahi. A également signé cette lettre Jonathan Gray, le patron du fonds d’investissement Blackstone, dont le co-fondateur Steve Schwarzman était un fidèle soutien et conseiller officieux du président sortant, qui avait déjà déclaré que le moment de reconnaître la défaite était venu. Les responsables de Deutsche Bank USA, Mastercard, Lyft, Moody’s, ou encore Ernst & Young, ainsi que de la célèbre fédération de basket, la NBA, ont aussi signé.

Effectivement, on peut le dire, avec tous ces noms, c’est signé.

***

03h00 - Dalton, Géorgie. Donald Trump est en direct sur Right Side Broadcasting Network qui retransmet un meeting en soutien aux deux candidats républicains géorgiens pour le Sénat. La victoire de ces deux candidats est cruciale pour maintenir la majorité républicaine à la chambre haute et bloquer l’administration Biden si celle-ci arrivait au pouvoir, ce qui n’est pas encore fait.

Habitué à des scores d’audience à la hauteur de sa popularité, Donald Trump rassemble, à l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de 260.000 internautes en direct sur Youtube !

 

***

02h30 - En écho au scénario mentionné ci-dessous, d’aucuns s’inquiètent d’une option militaire. Dans l’article ci-dessous du Washington Post, les dix anciens secrétaires à la défense encore en vie affirment dans une lettre collective qu’impliquer les militaires dans les conflits électoraux serait dangereux.

 

Ashton Carter, Dick Cheney, William Cohen, Mark Esper, Robert Gates, Chuck Hagel, James Mattis, Leon Panetta, William Perry et Donald Rumsfeld sont les dix anciens secrétaires à la défense des États-Unis encore en vie.

En tant qu’anciens secrétaires à la défense, nous avons une vision commune des obligations solennelles des forces armées américaines et du ministère de la défense. Chacun d’entre nous a fait le serment de soutenir et de défendre la Constitution contre tous les ennemis, étrangers et nationaux. Nous ne l’avons pas juré à un individu ou à un parti.

Les élections américaines et les transferts de pouvoir pacifiques qui en résultent sont des caractéristiques de notre démocratie. À une exception singulière et tragique près, qui a coûté la vie à plus d’Américains que toutes nos autres guerres réunies, les États-Unis ont connu de telles transitions sans interruption depuis 1789, y compris en période de conflits partisans, de guerre, d’épidémies et de dépression économique. Cette année ne devrait pas faire exception à la règle.

Nos élections ont eu lieu. Des recomptages et des audits ont été effectués. Des contestations appropriées ont été traitées par les tribunaux. Les gouverneurs ont certifié les résultats. Et le collège électoral a voté. Le temps de la contestation des résultats est passé ; le temps du dépouillement officiel des votes du collège électoral, tel que prévu par la Constitution et la loi, est arrivé.

Comme l’ont fait remarquer les hauts responsables du ministère de la défense, « l’armée américaine n’a aucun rôle à jouer dans la détermination des résultats d’une élection américaine ». Des efforts visant à impliquer les forces armées américaines dans la résolution des litiges électoraux nous mèneraient sur un territoire dangereux, illégal et inconstitutionnel. Les fonctionnaires civils et militaires qui dirigent ou exécutent de telles mesures seraient responsables, y compris sous peine de sanctions pénales, des graves conséquences de leurs actes sur notre république.

Les transitions, que nous avons tous vécues, sont un élément crucial de la réussite du transfert de pouvoir. Elles se produisent souvent en période d’incertitude internationale concernant la politique et la position des États-Unis en matière de sécurité nationale. Elles peuvent être un moment où la nation est vulnérable aux actions des adversaires qui cherchent à tirer profit de la situation.

Compte tenu de ces facteurs, en particulier à un moment où les forces américaines sont engagées dans des opérations actives dans le monde entier, il est d’autant plus impératif que la transition au sein du ministère de la défense soit effectuée de manière complète, coopérative et transparente. Le secrétaire à la défense par intérim, Christopher C. Miller, et ses subordonnés - responsables politiques, officiers et fonctionnaires - sont chacun tenus par le serment, la loi et les précédents de faciliter l’entrée en fonction de la nouvelle administration, et de le faire sans réserve. Ils doivent également s’abstenir de toute action politique qui compromettrait les résultats de l’élection ou entraverait le succès de la nouvelle équipe.

Nous les appelons, dans les termes les plus forts, à faire comme tant de générations d’Américains l’ont fait avant eux. Cette dernière action est conforme aux plus hautes traditions et au professionnalisme des forces armées américaines, ainsi qu’à l’histoire de la transition démocratique dans notre grand pays.

Traduction E&R de l’article du Washington Post.

***

02h00 - Politique fiction vue par un juriste et universitaire : Trump et Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, pourraient être tous deux président des Etats-Unis le 20 janvier 2021. Alors, l’armée rentrerait en jeu...

 

***

01h00 -

***

05 janvier, 00h00 - Laurence Haim, notre boussole inversée, notre BHL concernant l’actualité des élections américaines, s’inquiète pour le 6 janvier à venir. En effet, cette date symbolique où se décide en principe le résultat de l’élection américaine sera surtout le jour d’une très grande manifestation en soutien à Donald Trump et contre la fraude massive (« Stop the steal » – Arrêtez le vol).

Alors si Laurence s’inquiète, nous, nous nous réjouissons et espérons de grandes choses à partir de cette date (qui sera aussi celle des résultats de l’élection très importante de la veille, le 5 janvier, pour deux postes de sénateurs en Géorgie, permettant aux républicains de maintenir leur majorité et barrer la route à Joe Biden pendant au moins 2 ans. Ou pas !).

 

***

04 janvier, 22h00 - En n’extrayant que deux ou trois phrases de leur entretien d’une heure, la presse a encore déformé volontairement les propos de Donald Trump lors de son appel téléphonique avec Brad Raffensperger. La Croix du Sud nous fait ici un résumé des propos. Il faut lire les articles qui tombent depuis quelques heures pour découvrir, s’il le fallait encore, le degré de corruption et de mensonge des médias qui retournent la situation contre le président américain. Les journalopes, dans une belle inversion du fraudé et du fraudeur, nous parlent des pressions que Trump aurait exercées sur le secrétaire d’Etat géorgien et s’interrogent même sur les suites judiciaires que cela pourrait entraîner contre le président américain...

 

***

3 janvier 2021, 17h30 - Un groupe de sénateurs républicains refuse de certifier la victoire de Joe Biden

La bataille aura donc bien lieu jusqu’au bout. Onze élus républicains du Sénat américain ont annoncé, samedi 2 janvier, qu’ils s’opposeraient à la certification par le Congrès du résultat de l’élection présidentielle, une ultime tentative pour contester la victoire de Joe Biden comme le souhaite Donald Trump.

 

Jusqu’à présent, seul un sénateur, Josh Hawley, avait fait part mercredi de son intention de contester l’élection du démocrate lors de la cérémonie de certification prévue le 6 janvier. Cette tentative de la dernière chance fait suite aux échecs à répétition essuyés par les partisans de Donald Trump devant les tribunaux pour faire invalider les résultats du scrutin dans plusieurs États-clés où Joe Biden l’a emporté.

« Le Congrès devrait immédiatement nommer une commission électorale, avec une pleine autorité pour enquêter » sur de possibles « fraudes électorales », ont affirmé dans un communiqué les onze élus de la chambre haute, faisant écho aux accusations de fraude répétées par le président Trump et par nombre de parlementaires républicains depuis deux mois. « Les allégations de fraude et d’irrégularités dans l’élection de 2020 dépassent toutes celles que nous avons connues dans notre vie », déclarent les onze sénateurs.

La commission dont ils souhaitent la création devra « conduire un audit d’urgence de dix jours sur les résultats dans les États » où les deux candidats étaient au coude-à-coude, ont demandé ces élus, menés par l’influent sénateur du Texas Ted Cruz. Si cet audit n’a pas lieu, « nous voterons le 6 janvier pour rejeter les électeurs des États disputés », ont-ils annoncé.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

***

01h00 - Une plainte pour donner un pouvoir exclusif à Pence qui deviendrait l’homme le plus fort des Etats-Unis ?

***

31 décembre, 00h00 - Le point sur les élections américaines (NDLR : la vidéo ne dure que 14’30) :

***

30 décembre, 13h00 - Le point sur les États litigieux selon l’auteur de la vidéo :

- En Géorgie, le Sénat a publié un rapport qui fait état de preuves d’une « activité illégale coordonnée ».
- En Arizona, les responsables des élections refusent de se conformer à une citation à comparaître pour vérifier les machines de vote ainsi que les bulletins de vote.
- En Pennsylvanie, l’équipe juridique de Trump fait pression pour qu’une nouvelle affaire soit entendue par la Cour suprême des États-Unis.

 

***

07h00 - Des documents accusant la famille Biden de collusion avec l’Ukraine viennent de sortir. De manière brute, nous soumettons à votre sagacité cette vidéo probablement très importante (et pour l’heure non censurée) que nous n’avons pas encore totalement décortiquée et analysée.

 

(vidéo sous-titrée en anglais)

***

06h00 - Documentaire détaillé du journal Epoch Times sur la fraude durant les élections américaines 2020. La vidéo est sous-titrée en anglais, facilitant la compréhension pour les moins anglophones de nos lecteurs.

 

***

29 décembre, 04h00 -

Mardi soir, les fonctionnaires de la Maison-Blanche ont envoyé un courriel aux membres du personnel leur disant qu’ils commenceraient à quitter leur emploi après le 4 janvier, comme c’est le cas lorsqu’une nouvelle administration commence le 20 janvier. Un courriel a été envoyé « concernant le processus de départ » par le bureau exécutif du président de la Maison-Blanche. Sous la rubrique « Dates de départ », on trouvait des indications sur les membres du personnel qui quittent leur emploi le 4 janvier. Un deuxième paragraphe donnait des instructions sur la période de paie finale.

Mais mercredi, alors que le président Trump continuait d’insister sur le fait qu’il n’avait pas perdu une élection qu’il avait perdue, les fonctionnaires ont envoyé un nouveau courriel au personnel.

« Veuillez ne pas tenir compte du message ci-dessous. Des informations mises à jour seront partagées dans les prochains jours », peut-on lire dans le deuxième courriel, tous deux obtenus par le New York Times.

Les messages contradictoires vont probablement créer une confusion pour un personnel déjà dirigé par un président qui refuse de reconnaître qu’il a perdu l’élection et qui continue à essayer de trouver des moyens de faire évoluer les résultats.

 

Traduction E&R de l’article du New York Times.

***

28 décembre, 05h00 -

 

Nous nous voyons à Washington DC, le 6 janvier. Ne l’oubliez pas. Plus d’informations à suivre !

***

Ne manquez pas les grandes analyses E&R sur l’élection !

 






Alerter

537 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Courage !
    Il nous reste l’arme absolue, celle qu’ils ne peuvent nous enlever, celle qui fait déplacer les montagnes selon les propres mots du Christ.
    Celle qui a permis a Ghandi de se libérer des britanniques,
    Celle qui a permis à JP II de faire tomber un siècle de totalitarisme.

    Dans 10 jours nous fêterons les 150 ans de l’apparition de Pontmain.
    Tel était le message de ND de l’Espérance :

    "Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

     

    Répondre à ce message

  • #2636286

    Je pense que nous avons tous passé un mauvais moment ces dernières 24h. Il est difficile d’accepter la dure réalité lorsqu’elle rend l’avenir aussi sombre qu’incertain.

    Néanmoins, et sans forcément vouloir donner raison à Heureux qui, comme Jacques Grimault, nous pouvons garder à l’esprit que :
    - Trump a clamé haut et fort "the best is yet to come" avant de lancer un assaut sur le Capitole aussi inerte que stupide stratégiquement.
    - la bête n’est toujours pas tranquille. Zuckermerde et l’oiseau bleu l’empêchent de s’exprimer sans aucune raison. Vu son humiliation, et les commentaires gauchistes insultants qui suivent chacun de ses tweets, pourquoi avoir peur de lui ?
    - Lin Wood est toujours aussi confiant qu’avant la certification de Biden, quant à la réélection de Trump et l’emprisonnement des traîtres.
    - Ron rappelle que, malgré ce qu’il se dit, Trump n’a pas encore abdiqué, et qu’il lui reste 2 semaines pour agir.

    Alors, oui, à cette heure nous avons perdu. Mais on peut imaginer que Trump représente toujours une menace pour le pouvoir profond.

     

    Répondre à ce message

    • C’est vrai que certains détails pourraient laisser entrevoir une lueur d’espoir... Au-delà de la certification des résultats, c’est assez décevant et incompréhensible que rien n’ait abouti, qu’aucune révélation n’ait été faite... Bref, une fin étrange.
      J’apprécie les propos de Lin Wood, qu’il faut désormais suivre sur Parler puisque son compte Twitter a été supprimé.

       
    • #2636417

      Enfin un commentaire qui part des faits et pas des impressions. Je rajouterai qu’on se demande bien pourquoi Pelosi demande qu’on chasse de toute urgence Trump de la Maison Blanche, comme s’il avait commis quelque acte mettant en jeu la sécurité nationale.

      Or, il n’en est rien, il a même été très respectueux des procédures (ce que d’ailleurs certains lui reprochent), et s’est contenté de parler et de proclamer ce qu’il savait, et que maintenant tout le monde sait, à savoir que cette élection a été un vaste foutage de gueule.

      Pourquoi ne peut-elle pas attendre jusqu’au 20 janvier, la vioque ? Elle a peur de clamser d’ici là ?

       
    • #2636448

      2 raisons pourraient laisser penser à une stratégie volontairement temporisée jusqu’au 20 :
      1) épuration : que tous les masques tombent. Qu’il n’en reste plus de brebis galeuse dans la bergerie trumpienne
      2) accusation : que le fait soit acté (élection) pour que le chef d’accusation puisse être porté sur tous ceux qui l’auront validé, et ne pourront plus prétendre ne pas avoir été informé. Avant cette date, chacun aurait pu retourner sa veste, et beaucoup passer entre les mailles du filet.

      Mais ce raisonnement reste idéaliste, si l’on pense que c’est le plan initial. La réalité impose des choix plus efficaces, pour quelqu’un qui combat seul contre tous. Nous ne sommes pas dans un film, où le scenario peut être tricotté pour grossir le suspense et entourer le personnage d’une aura omnipotente, maîtresse tranquille des éléments en toute sérénnité. Comme si une équipe de foot, en finale de coupe du monde, attendait la dernière minute pour essayer de mettre un but, parce qu’en théorie c’est la meilleure tactique, l’adversaire n’ayant plus le tps ensuite d’égaliser.

      Il y a un certain romantisme, pour ne pas dire une puérilité certaine, à croire que le champ du combat (politique ou autre) est un théâtre propice à ce genre de feuilleton, où tout se pense de manière omnisciente, sans risque, et qu’un esprit peut voir se dérouler son plan sans accroc, incertitudes, comme si les obstacles n’étaient rien, et qu’on pouvait se permettre de jouer avec pour un final plein de panache.
      Trump a bien essayé de l’emporter avant, mais ses ennemis l’ont contraint à remonter le terrain le long de la ligne. On verra bien s’il a mis suffisamment d’effet depuis le point de corner pour que son dernier tir soit un minimum cadré. Après, reste toujours le gardien...

       
    • #2636574

      @rectificateur
      Ils veulent l’empêcher d’agir en plus de l’avoir rendu inaudible. C’est peut-être l’indice le plus probant que quelque chose risque d’arriver avant le 20/01. En plus, vu les conditions pour faire prévaloir cet amendement, je pense qu’ils peuvent rêver. Si Pence est réellement un traître, il n’a pas la trempe d’un sataniste démocrate pour autant. Ce que Pelosi lui demande, ce serait comme si après avoir poussé le capitaine de son bateau en pleine mer, il ne se contenterait pas de le laisser à son triste sort, mais lui enfoncerait la tête dans l’eau jusqu’à ce que mort s’en suive. La méchante démocrate a vu trop de films pour savoir qu’un personnage laissé pour mort hors-champ revient toujours pour le twist-ending.

      @Tetar 1er
      Je ne comprends pas l’analogie que vous faites avec un film ou un match de foot. Personne ne demande à ce qu’il faille respecter la bienséance et les 5 actes nécessaires au bon déroulement des événements. Ni même que la narration soit omnisciente (cf. Franck Underwood). Quant au timing de "dernière minute", il faut se dire que Trump joue les prolongations avec but en or tandis que l’autre équipe s’est arrêté de jouer. En plus d’avoir acheté l’arbitre elle essaie d’arrêter le match et se déclarer vainqueur en supprimant toutes les preuves vidéos de la VAR.

      Je ne veux aucunement blesser quelqu’un en lui instillant le moindre petit espoir de quoi que ce soit, comme il est souvent reproché aux esprits optimistes de ce site. Je pointe simplement des comportements non-conformes à ce à quoi on serait en droit de s’attendre.
      Par exemple, pourquoi le Général Flynn affirme à Alex Jones que nous allons avoir des moments historiques extraordinaires dans les deux prochaines semaines à venir ?
      Ou pourquoi Trump ne désigne jamais la prochaine administration comme étant celle de Biden ? Il parle de la fin de sa première mandature, il parle d’une nouvelle administration, mais ne définit jamais les protagonistes. Peut-être n’est-il pas fair-play du tout. Peut-être ne peut-il pas dire ce qu’il pense sans être censuré. Je n’en sais pas plus que vous. Mais je m’interroge, voilà tout !

       
    • @tetar 1er
      pourquoi Flynn annonce qqchose d’historique ?
      J’avoue que je lis tout ce que je peux trouver et ça va jusqu’à des bizarreries de médiums, qui n’arrivent pas à « voir » Biden dans le bureau ovale. Je ne pige pas la nature de ce qu’ils « voient ». Mais Flynn, ces médiums et Heureux qui comme Ulysse sont cohérents. Nous sommes dans une attente, un chaos en latence.

       
  • #2636418

    Sue les files de personnes aux USA, on voit de plus en plus fleurir la phrase « voter ne les fera pas partir »

    Voter est devenu une superstition !

     

    Répondre à ce message

  • #2636529

    Sur le Capitole, la transition et le "début du commencement" :

    https://twitter.com/realDonaldTrump...

     

    Répondre à ce message

  • A peine une demi-heure après la "capsule" de Cossette (toujours et encore optimiste !) de ce soir, voici que Trump fait son retour sur twitter, il y a juste 40 minutes. Il y fait une allocution très solennelle de 2mn41, où il dit que ce fut pour lui un grand honneur d’avoir servi comme Président, qu’il faut préparer une transition paisible, etc.
    Bref c’est comme s’il sonnait la fin du match. Cependant, Cossette tweete, 10 minutes après :
    "Dans son allocution de ce soir, le Président Trump ne mentionne A AUCUN MOMENT le nom de Joe Biden.
    Il parle d’une « transition à une nouvelle administration » (avec un nouveau VP obviously), exactement comme Pompeo l’avait signifié juste après l’élection. Rien de nouveau."

    Alors, la question se pose-t-elle encore de savoir si on l’a dans le Q ou pas ? La cote devient astronomique pour dire que non et que Trump va gagner. Mais faites vos jeux, rien ne va plus !

     

    Répondre à ce message

  • #2636679
    Le 8 janvier à 09:56 par debout c’est mort
    L’élection américaine en direct (partie 6) : la dernière ligne (...)

    mais arretez de fantasmer sur un éventuel rebondissement , c’est fini les gars , Biden (le temps qui lui reste) va gouverner . point barre.

    avec la persécution médiatique qu’il a subi , certes trump a bien tiré son épingle du jeu. mais dans l’esprit global les jeux sont fait, si il "envoie l’armée" comme disent certains ou autre mouvement tardif il passera si facilement pour kim jong new

    il fallait jouer avant , c’est trop tard ! alors cosette et son "il n’a pas cité biden" c’est du flan, de l’extrapolation romanesque, d’ailleurs il devrait se mettre à écrire.

    il n’y a rien eu , RIEN DU TOUT, sur les éventuels dévoilements des démocrates "satanistes", oui peut être epstein, mais apres ? le fils biden qui se fait branler par les pieds ? les fraudes électorales ont été un flop, il faut s’y faire

    vous etes fatiguants à vous dire que rien est fait, apres le 20 janvier vous allez inventer quoi ? que trump a monté une base secrète en alaska ?

    c’est mort les gars , réveillez vous

     

    Répondre à ce message

    • #2636802

      Il est vrai qu’avec des personnages comme vous les forces "du mal" on beau jeu !!
      Comme le dit si bien Alexis Cossette les hommes de courage ne sont pas légion.
      De ma perspective Trump en est un et pour son travail de décorticage Alexis Cossette
      également.
      Je vous rappelle que D. Trump a conclu son discours sur la "transition calme" en disant :
      "Notre incroyable voyage ne fait que commencer"
      Pour les "croyants" sur ce site Jésus n’aimait pas les "tièdes" !!!

       
    • Je sais bien que la cancel culture s’attaque à l’Odyssée, on leur mettra des sirènes transex s’ils veulent, mais ça n’empêche pas de relier les points d’Ulysse

       
    • Il peut faire chaud aussi en Alaska.
      J’aime ma voiture thermique (Cayman), mais il y a aussi une électrique qui ressemble que j’aime bien.
      Penelope s’échappe de la pensée femelle.

       
    • @Revelations
      Trump a dit « voyage ne fait que commencer » ?
      c’est hyper positif. En route pour l’aventure. N’écoutons pas le chant des sirènes transex.

       
    • Pensant être réaliste, vous vous trouvez en réalité dans un état d’esprit et d’énergies négatifs faits de découragement, et de fatalisme, ce qui n’est sûrement pas une bonne posture d’évolution. (personnelle et globale),, et ce n’est vraiment pas le moment !
      Non, RIEN n’est joué. Question de posture, je dirai surtout de foi. Tout est possible. Vous n’avez pas tous les éléments ?

       
  • #2636847
    Le 8 janvier à 12:41 par Heureux qui, comme Ulysse...
    L’élection américaine en direct (partie 6) : la dernière ligne (...)

    Encore une fois, Donald Trump a fait son numéro et cela a parfaitement fonctionné.

    Après la vaste imposture des "incidents du Capitole" (fabrication par le "Deep Deep State" et ses agents) qu’il a parfaitement contenus en faisant légalement débarquer la Garde Nationale à DC, le voici qui nous annonce (en incrustation sur fond vert) son second mandat.

    Mais il est vrai que tous les cafards qui l’entourent seront congédiés, "you’re fired !" qu’il disait autrefois quand il était "populaire".

    Il a aussi gagné la guerre de la communication mais surtout il a la main sur toute l’infrastructure technologique qui est derrière, sauf peut-être localement où des attaques sont toujours possibles.

    Peut-on sérieusement penser que Zuckerberg ou Dorsey sont en mesure de "bannir" Donald Trump ou Lin Wood quand on sait que Trump est capable de faire tomber le signal de Fox News à tout moment ? Souvenons-nous du B742...

    Pour aider (un peu) à comprendre de quoi il retourne, j’invite les plus rationnels à toujours considérer ce qui doit être retenu dans la communication de nos bienfaiteurs. Si "Q" a prédit leur censure, c’est qu’ils l’organisent eux-mêmes en suivant leur plan CQFD !

    Ainsi et par exemple, quand Lin Wood nous montre son cabriolet Ford A de 1930 et nous dit "But just in case they try, I have my escape pod gassed up & ready !", ce n’est pas seulement une boutade.
    L’évocation du plein d’essence ressemble certes à du "survivalisme" mais l’essentiel est ailleurs. En effet, avec la précaution supplémentaire de débrancher préventivement la batterie, qu’est-ce qui pourrait empêcher ce véhicule de rouler en cas d’attaque par une bombe à impulsions électromagnétiques ? Rien ! Aucun circuit à protéger sur ce genre de voiture. Etrange qu’une telle information puisse filtrer s’il y a une réelle censure des méchants, non ?

    Dans la même veine, pensez-vous qu’il suffira aux agents du NOM de couper le jus pour que Trump ne puisse pas révéler massivement à la population et sur écran géant ce qui doit l’être ?
    Souvenons-nous de la Pompili qui nous annonçait il y a quelques semaines des coupures d’électricité...

    En conclusion, Trump et ses alliés ne vous donneront comme information que ce qu’ils ont décidé de vous livrer dans l’intérêt du plan. A moins de comprendre en profondeur et en silence de quoi il retourne, la masse est obligée de désespérer ou d’avoir la foi du charbonnier, c’est ainsi, il fallait y songer plus tôt.

     

    Répondre à ce message

    • @Heureux qui releve de la psychiatrie



      "Il a aussi gagné la guerre de la communication mais surtout il a la main sur toute l’infrastructure technologique qui est derrière"




      Sans rire ?
      Il n’y a rien de plus opposé à la réalité et c’est bien le fond du problème, l’alpha et l’omega.
      Trump n’a aucun canal de communication sécurisé pour donner la moindre information au public. L’ennemi maitrise ENTIEREMENT la parole de Trump et ne lui permet de dire que ce qui l’arrange lui. Le publix n’a accès qu’a un seul narratif construit.
      Pour preuve, les 2 maigres chaines TV du cable OAN et NewsMax qui essaye de surfer sur la disgrace de FoxNews sont actuellement traquées et les entreprises de cables qui diffusent leur signaux sont menacés si elles n’exclue par ces chaines. Elles vont donc disparaitrent a très court terme.
      Comment il n’y a pas une chaine TV qui explique 24h/24 la stratégie Trump facon Cossette ?
      Donc, non, l’echec de Trump viens essentiellement de là : Trump n’a pas réussi à sécuriser les communications, pas de chaine TV, pas de reseau social et c’est un point crucial à une guerre.
      Trump en 5 ans n’a jamais été capable de renverser le narratif. A chacun de ces mouvements il est passé pour un bouffon, un fou, un imbécile, même ses quelques réussites sur la paix ou l’economie ont été ettouffées.
      Tu peux divaguer tant que tu veux sur le spirituel de la lutte, mais pas sur l’aspect communication de Trump qui a été un naufrage total, du début à la fin de son mandat, qui fait que tout ça passera dans les poubelles de l’histoire, et lui et sa famille probablement prochainement en prison. C’est dramatique, mais c’est bien la comm que Trump à foiré.
      A moins que tu penses que "Q" est une reussitte en terme de communication ?
      Quand on en est à esperer l’interpretation de signeaux de fumées de messages cryptés, c’est le niveau moins 10 de la communication stratégique.
      Jamais Trump n’a réussi à apparaitre en maitrise, en contrôle se qui aurait pu lui amené des forces supplémentaires en retournant des gens de l’appareil.
      Pour conclure, maintenant la parole populiste est depuis le 6 une parole terroriste qui sera traquée en tant que tel.
      Il serait temps de se préparer à entrer dans la longue nuit qui nous attend plutôt que se mentir.

       
    • @fadge
      Dark Vador vous dirait : « votre manque de foi me consterne »

       
    • #2637384

      @fadge



      Trump n’a aucun canal de communication sécurisé pour donner la moindre information au public.



      Rien que cette affirmation montre à quelle point vous n’avez aucune idée de ce que vous racontez. Trump peut utiliser un système d’alerte national pour diffuser des informations audio, vidéo et textes à tous les Américains.

      L’Emergency Alert System (EAS) est un système d’alerte national mis en place aux États-Unis le 1er janvier 1997 (approuvé par la Federal Communications Commission (FCC) en novembre 1994)1, il a remplacé l’Emergency Broadcast System (EBS), qui avait lui-même remplacé le système CONELRAD. L’EAS est conçue pour permettre au président des États-Unis de parler aux américains dans un délai de 10 minutes.
      .
      .
      Les messages EAS sont transmis principalement via la radio et la télévision numérique terrestres et satellitaires, qui sont nécessaires pour participer au système5. Les alertes d’urgence sans fil sont un système secondaire utilisant la diffusion cellulaire pour relayer les alertes publiques vers les téléphones portables.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Emerg...

      Ai-je besoin de commenter le reste de votre post ? Non, car je n’ai pas de temps à perdre.

       
    • @FD
      J’ai foi en Dieu, pas en Q
      Sinon, allez, fiction : imaginons la phase finale du plan Q !
      Donc, d’un coup, tout autour du monde et simultanément tous les acteurs du NOM sont arretés par les agents du renseignement militaire US. Ils saississent aussi simultanément google, facebook, twitter pour bloquer les contremesures. Chaine TV prises d’assaut par l’armée pour requisition. Le site internet de la maison blanche diffuse les preuves. L’information est donné par les militaires en uniforme a la TV, ils retransmettent en direct les procès de guantanamo..
      N’ayant plus aucun canal d’information qui ne soit ne serait ce que impartial, tout cela aura tous les oripaux d’une dictature militaire, et tous les lobotomisés vont donc se lever d’un seul homme pour lutter contre le retour de la bête immonde, y compris, bon nombre des supporteurs de Trump.
      Et donc après ? l’armée tire sur le peuple ?
      C’est ca ? le plan Q ?

      Allez c’est à vous, donnez moi un semblant de scénario ou ça peux bien se passer

       
    • @fadge
      foi en Q et foi en Dieu, pas incompatibles... mais il ne s’agit pas de Q. J’ai merdé, perdu du temps sur des fausses pistes, mais là j’ai relié les points de Heureux qui comme Ulysse, et à part de petits détails, je vois dans quel registre on est. Je ne sais pas d’où il tire ça, qui il est, ni les conditions techniques exactes, mais je vois son truc, et en effet il vaut mieux pas rentrer dans le détail, et en effet il a donné plein de billes dans le désordre assez subtilement et il faut les relier. J’ai aidé dans un commentaire récent en parlant de ma voiture, ça semble sans rapport, mais si, je donne la direction. Si Heureux Ulysse parle de ce qu’il aimerait voir et y met sa foi et c’est tout, cela ne serait pas sympa pour ceux qui ont capté si cela ne se produit pas. Vu qu’il semble assuré à 100%, j’espère que c’est un fait prévu et pas seulement envisagé par une foi si grande soit-elle, sinon il aurait dû mettre des bémols. Ensuite, en effet la comm de Trump est subtile, cohérente avec Pompeo, transition en douceur vers une nouvelle administration mais on ne dit pas qui, et il semble bien que le plan ait pris comme hypothèse de base que tout le monde allait lâcher jusqu’à Pence. Un plan à plusieurs sorties, mais y’a encore qqchose à la dernière sortie. Je suis désolé de ne pas pouvoir détailler, je comprends votre frustration. Heureux Ulysse s’est pris quelques baffes, il a été dur en retour avec certains, parfois un peu trop peut-être. J’espère que les femmes sur ce site ont bien compris que l’expression dans le style « pensée femelle, va à la cuisine et laisse nous profiter du banquet » n’était pas une attaque de la gent féminine, mais de la pensée de type femelle dont avait déjà parlé le patron AS qqpart, un vague souvenir, pensée qui peut affecter aussi les « mâles » parfois. Le patron AS lui-même est assez hard sans grille de lecture ad hoc. Alors si Heureux Ulysse nous dit de nous détendre, détendons-nous. Techno volée revenue au bon endroit, y’a peut-être moyen de faire péter les chips (pour changer du popcorn). Je ne sais pas la technique exacte mais ça vient d’un technicien compétent et créatif.
      Par ailleurs, autre chose, la méthode de communication de Q est la meilleure qui soit lorsque le nombre de mots est limité comme sur Twitter, où j’ai perturbé certains avec des questions courtes, et ça force l’interlocuteur à une démarche de recherche personnelle, au lieu du clé en main passif. Who controls the narrative ?

       
    • @fadge
      2ème réponse sur un autre sujet que vous évoquez. La dictature peut être acceptable à titre temporaire, mais à condition de comprendre que les conditions préalables l’exigent. Si qqchose d’inacceptable et assez simple (je ne parle donc pas de se taper le 12ème amendement) est montré au peuple autochtone et étranger, si en outre cette chose non acceptable est étendue hors du pays de départ, alors la sidération des peuples rendra acceptable une « table rase », et on pourrait peut-être même espérer quelques coups de pied aux culs de certaines de nos tares locales, thuriféraires d’un avenir meilleur dans le genre Great Reset 1984 mondial auquel on finirait par arriver. A un moment donné la franchise d’un Trump doit être perçue par rapport à la fausse attitude de vierge effarouchée desdits thuriféraires. Certes, le formatage mental répétitif de haine anti Trump en France va être dur à râcler, mais en partant bien sidéré, avec un vrai great reset mental et non économique, sur un esprit bien redevenu vierge, y’a peut-être moyen de faire passer Trump pour le père Noël et ce sera le dernier des soucis s’il juge plus facile de faire les choses en mode stand alone sans contre pouvoirs, dictature quoi. Quelques ministres sans cette parodie de Sénat sans couilles, Court Suprême sans burnes et Chambre sans noisettes quoi, dans l’urgence. Après on les remettra et on se fera chier à relire cette constitution historique, on va la garder quand même, merde, quand même !

       
    • #2637573

      @ fadge :



      N’ayant plus aucun canal d’information qui ne soit ne serait ce que impartial, tout cela aura tous les oripaux d’une dictature militaire, et tous les lobotomisés vont donc se lever d’un seul homme pour lutter contre le retour de la bête immonde, y compris, bon nombre des supporteurs de Trump.



      Visiblement vous ne comprenez pas que le but – déjà en grande partie réalisé vu la censure tous azimuts, croyez moi – est de faire comprendre au peuple que la véritable dictature on est en plein dedans, et qu’elle est pire qu’une dictature militaire justement parce que c’est de l’ordre du piratage mental. Or celui-ci ayant été obtenu par sidération (9/11, décapitations en technicolor et autres joyeusetés...) il faut une autre sidération pour déprogrammer le peuple... après avoir épuisé tous les recours légaux, JUSTEMENT pour bien montrer que cette "dictature" temporaire n’a pas pour but de spolier le peuple mais au contraire de lui redonner ses droits.

      Capito ?

       
    • FD,
      puisque vous vous adressez aux femmes qui interviennent ici, je me permets de rédiger ce message pour répondre. Je n’ai aucunement été offusquée, de mon côté, par cette pique de Heureux... Je lis ses messages, attentivement, en faisant abstraction de ce genre de choses. Comme tous les autres. Ça m’a même plutot fait rire parce que j’ai souvent entendu ça, "la cuisine" (mon père est du Maghreb et d’un milieu rural, quand il est agacé, ça peut lui venir)
      Moi aussi j’ai fait une petite provoc (en essayant d’y mettre les formes) Alors !
      Si le registre femelle comporte des éléments d hystérie, de débordements émotionnels, j essaie de me tenir convenablement de ce côté. La cuisine ? Rien d insultant, c’est un lieu et une activité très noble pour les femmes. J’apprécie peu qu’on fasse du Soral sans être Soral, d’une maniere générale, pas plus.
      C est un peu contraintes et forcées que des femmes se retrouvent à une place qui ne serait pas la leur dans une société fonctionnelle. Quand nous nous sommes trouvées, femmes GJ, avec des hommes qui en étaient, montrant une virilité assurée et paisible, assumant leur rôle, je crois pouvoir dire que nous ressentions la quiétude d’un ordre naturel reprenant ses droits. A l’occasion, je me suis mise aux fourneaux avec plaisir, justement !
      Tenir rigueur à quelqu’un ou plusieurs, ici sur ER, d’un propos ou remarque, d’un tacle, jamais. On est là pour se soutenir mutuellement mais ça c’est mon côté femme.

       
    • @Nadia
      vu la nature de vos messages que j’avais bien assimilée, je me doutais que vous ne vous offusqueriez pas de la pensée femelle à la cuisine !
      Plus tôt, vous m’aviez trouvé gentil de défendre Zemmour, pas de problème et j’en remets une couche, car vu la désinformation totale des chaînes mainstream, quand il a exprimé jeudi soir, sur une émission à fort taux d’audimat, la notion de fraude massive, et l’anomalie énorme que constitue la censure des Zuckermerde et autre Twit-branleur, il m’a beaucoup fait plaisir, car c’est entré dans plein d’oreilles mainstream, et ça peut leur donner envie de chercher plus loin, jusqu’à tomber ici peut-être... ? Ou d’autres sites qui font à peu près le taf, même si c’est quand même ici qu’on va le plus profond dans le trou noir.

       
    • FD,
      oui, je me souviens pour Zemmour.
      Je lui reproche quasiment toujours la même chose, venir piller des auteurs, sites, sans les citer pour faire le beau. Ce qui pour ER est d’une rare inélégance, compte tenu de la censure médiatique.
      En un mot comme en 100, il en a dans le gilet celui la.
      Quant à ses capacités à faire entrer certaines choses dans les oreilles... ? Ça rentre, ça sort non ? C’est avant tout du spectacle. Donc ce n’est pas si étonnant.
      Cordialement.

       
    • #2638572
      Le 10 janvier à 12:58 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’élection américaine en direct (partie 6) : la dernière ligne (...)

      @ FD

      Votre explication de texte m’a bien amusé, merci. Je pense aussi que Pénélope aurait pu rédiger mon commentaire, mais peut-être de manière plus radicale. En fait, je me considère très consensuel par rapport à elle, c’est dire !
      Jamais je n’oserai par exemple faire valoir devant elle mon droit de veauter, quant à celui des femmes...
      Comme quoi, on peut être Normalienne et avoir oublié d’être idiote.

       
    • @Nadia
      bien sûr, mais Z n’a pas eu besoin d’E&R, s’alimenter sur d’autres sites moins poussés, comme Dreuz, ou même France Soir, est suffisant pour les élections USA, mais les citer est se faire taxer de complotiste.
      Quant à citer E&R, impossible, ce grand méchant loup pensez-donc... oser ne pas se réjouir frénétiquement qu’on défonce les dents d’un petit vieux qui s’interroge trop pendant qu’il promène son chien, celui dont on n’a même plus le droit de dire le nom, celui qui est au-delà du point Godwin, que moi-même je ne m’autoriserai à nommer que par son initiale, feu prof F, pardon ne me tuez pas, nous sommes au fond du trou noir. Déjà qu’on reproche à Z de considérer Pt1 coupable à 99% et non 100%...

       
    • @Heureux qui comme Ulysse
      c’était pas Nadia mais plutôt Nathalie, au verbe un peu moins direct, sur laquelle j’avais un doute quant à un potentiel choc sur la formule pensée femelle sans pré-visionnage d’AS expliquant que cette pensée n’est pas forcément reliée à la configuration XX ou XY :-)
      Pour revenir à nos méduses, finalement, en lisant des échanges plus anciens assez stratosphériques entre vous et Henri Laborieux, j’ai vu que j’avais encore quelques points à relier... les termes Stonehenge Gorgona 4197m Leon Skum, et la mention de Micron qui crâme ND, oula... j’ai du taf encore. Faut vraiment tirer la chasse, mais des fois ça se passe pas bien quand il y en a trop dans la cuvette, ça déborde au dessus. Je garde la foi (grâce à vous notamment). Je vais chercher les points. Laborieux a bien réussi. Moi aussi j’ai une certaine tendance à l’acharnement. Et vu qu’on baigne dans le jus, autant s’occuper... merci, à plus.
      PS j’ai entendu JF Cahn et Cohn Bandit faire passer pour nazi le blond qui baisse le chômage et arrête les guerres pipeau, dans une frénésie montrant qu’ils sont aux abois. Le niveau de tension est largement digne de Nikola...

       
  • Wouahhh ! Même avec les chaînes mainstream, y’a de quoi sortir le popcorn ! Laurence Haïm vient de s’offusquer que Trump dansait du disco avec sa fille avant un discours (après « l’agression terroriste contre la démocratie au Capitole »), et Pelosi fait de la friture de kraken en soulignant sa peur qu’il utilise les codes nucléaires ! N’importe quoi ! Le narratif est ultra amplifié ! C’est trop drôle, le nucléaire carrément

     

    Répondre à ce message

  • Notre ami Cossette que nous aimons tous est parti d ’un pré - supposé inexact je pense selon lequel Trump sachant que les démocrates allaient frauder ( en se saisissant du Covid pour organiser la plus vaste opération de fraude de l ’histoire des EU ) les a laissé commettre le vol électoral afin de réunir contre eux toutes les preuves qui les perdraient .ON a vu la suite ; la fraude a été niée , étouffée par les médias complices et le tribunaux et même la cour suprême ont refusé l ’examen d aucune preuve .Ainsi les démocrates ont ils fraudé , volé l ’élection et même l ’ont ils gagnée sans qu ’aucune institution de contrôle n ’y trouve à redire . Maintenant ayant pris acte de la passivité au mieux ou de la complicité au pire des institutions du pays , Cossette sans s ’inquiéter autrement , nous convie penser que tout ce qui est arrivé était prévu et que la Maison blanche se réjouit des évènements car tous les traîtres s ’ étant ainsi démasqués , les forces militaires évidemment toutes du côté de Trump vont enfin procéder à leur jugement et à la légitimation de Trump pour un second mandat .Le poblème est que Cossette , doit pour faire ce pronostic supposer que l ’armée , à tout le moins un très grand nombre de ses chefs appuient Trump indéfectiblement . On ne peut croire aveuglement à cette supposition sur laquelle Cossette glisse avec une certaine mauvaise foi .Mais bien qu ’on ne puisse suivre Cossette , force est d ’admettre que son raisonnement ne manque pas d ’une certaine logique puisque nous sommes bien face a une situation anormale et totalement , aux Etats Unis comme en France et ailleurs et que dans une situation aussi complètement anormale ou la fraude , le mensonge la folie la traîtrise règnent en Maîtres , seule des solutions elle mêmes anormales , exceptionnelles hors des clous pourront sauver le pays . Mais ce qui arrivera un jour , inéluctablement , soit le brutal réveil des peuples , n arrivera pas nécessairement dans les quinze jours qui vont suivre . Mais on peut parier que losque dans Biden entera dans la white house Cossette pourra nous dire que tel était le plan et qu ’il fallait que . . . pour que et donc que . . .

     

    Répondre à ce message

    • Ah oui oui, faut pas être pressé, acheter le maïs oui mais pour le faire péter en popcorn on verra le moment venu. Un réchaud à gaz de camping peut être utile d’ailleurs.
      Alors oui Biden en place, ou même Kama l’arnaque un peu assise dans le bureau elliptique, pourquoi pas, faut pas se presser.

      @ Heureux qui comme Ulysse :
      Petite question si possible : Ford coupé 1930 d’accord, bien vu Lin Wood, mais voiture plus récente kaput forcément ? Quelle configuration serait safe ? Ma Cayman quand même merde quand même, occase pas chère mais je l’aime bien, comme le premier modèle de feu Ferdinand Porsche d’ailleurs (Coccinelle du Peuple à la demande d’Adolf Godwin).

       
    • #2637889
      Le 9 janvier à 16:08 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’élection américaine en direct (partie 6) : la dernière ligne (...)

      @ FD

      La question n’est pas le type de véhicule choisi mais la technologie qu’il contient.
      Ainsi, tout circuit électronique doit être banni et même avec un véhicule ancien qui en est dépourvu, il est préférable d’utiliser un coupe circuit pour que rien ne demeure sous tension.
      Concrètement, pas d’allumage ou d’injection électronique pour un moteur essence et pompe classique pour un diésel.
      Après, quelques anciens véhicules militaires à allumage blindé peuvent encore être trouvés mais très difficilement.
      Il faut savoir que l’Etat qui a tout prévu ne permet plus d’acheter aux domaines des véhicules militaires réformés depuis deux ans... Et ceux qui ont su acheter au bon moment des Peugeot P4, Saviem TP3, ou Pinzgauer 6x6 ne sont pas très enclins à les céder à bon prix.

       
    • #2638194

      Le gourou qui fume la moquette est finalement très terre-à-terre... certains vont avoir le cerveau qui chauffe.

      De là à ce qu’ils s’aperçoivent que le gros blond à la mèche n’est pas qu’un mauvais catcheur amateur de belles femmes...

       
  • #2638555
    Le 10 janvier à 12:38 par Heureux qui, comme Ulysse...
    L’élection américaine en direct (partie 6) : la dernière ligne (...)

    A ceux qui considèrent encore que la vérité est ailleurs, je les invite à aller sur le compte "twitter" d’un certain "Bobby Piton" où vous trouverez un document émis par un autre utilisateur qui s’est récemment inscrit pour la circonstance (la libération) et qui se fait appeler "Kraken CH-FR". Je vous garantis l’intégrité morale et intellectuelle de son auteur qui est d’ailleurs impopulaire chez les médiocres et ne supporte pas le naufrage imposé par la pensée gauchiste.

    Les plus honnêtes conviendront que votre serviteur a tenté depuis des mois (malgré la censure qui s’applique quand on critique les héros de la dissidence anticovidienne qui en réalité sont là pour nous perdre) de vous livrer quelques pistes avant que ce document ne puisse paraître.

    Pour une fois, je demande à ceux qui ont de l’intérêt pour les vérités qu’on nous cache de le diffuser massivement et par tout moyen.
    Les coupures de courant ayant déjà commencé, faites ce qui vous semble juste.

    Courage, la libération est proche.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents