Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’empereur géo-économique Xi Jinping a quinze ans d’avance

Alors que la presse occidentale s’est moquée de la grand-messe du Congrès du Parti communiste chinois, Alfredo Jalife prend très au sérieux les annonces du président Xi. Loin de le comparer à un empereur, il voit en lui un des hauts fonctionnaires qui ont fait la Chine millénaire. Il observe la poursuite du projet de la route de la soie et la volonté affichée d’y associer des investisseurs occidentaux via une souscription en dollars. Il note également la réforme de la structure de commandement des armées en vue de leur développement.

 

Quelques jours avant le début de sa tournée asiatique, Donald Trump a félicité en termes dithyrambiques Xi Jinping, qui venait d’être agréé comme chef suprême pour un second quinquennat lors du XIX° congrès du Parti communiste chinois (PCC) : il l’a qualifié de « roi ».

L’ignorance de Trump est légendaire, car dans la tradition six fois millénaire de la Chine le titre de roi n’existe pas, il n’y a eu que des mandarins et des empereurs. Selon le Washington Post, Trump a rendu hommage à Xi comme le mandataire le plus puissant que la Chine ait eu depuis un siècle. Plus donc que Mao Zedong et que Deng Xiaoping ? L’avenir le dira.

Xi Jinping, que je qualifierais plutôt de mandarin, est à ce jour empereur en matière géo-économique, car il tient les rênes du pays qui a le PIB réel le plus élevé au monde [1], selon le World Factbook de la CIA. On s’attend à ce qu’en termes de PIB nominal, la Chine dépasse vers 2020 tant l’Union européenne que les USA, qui sont au premier et second rang respectivement. La Chine a les plus grandes réserves en devises, avec 3,1 billions de dollars, face aux 774 milliards de l’UE (quatre fois moins), et 117 milliards des USA (26 fois moins).

En une semaine, le magazine néolibéral global The Economist, contrôlé par les banquiers Rothschild, a été erratique dans sa taxonomie intéressée : il a d’abord qualifié l’empereur global Xi d’homme le plus puissant au monde, puis a catalogué Vladimir Poutine comme le nouveau tsar, cent ans après la révolution communiste d’octobre 1917 [2]. Pour The Economist Xi a plus d’influence que Donald Trump, ce qui devrait rendre le monde prudent, et juge de façon négative, parce que cela ne convient pas aux intérêts de la perfide Albion, qu’il ne faut pas « s’attendre à ce que Xi change la Chine ou le monde (sic) dans le sens du mieux ».

Selon The Economist, l’armée du pays le plus puissant de la planète, les USA, souffre d’avoir un dirigeant plus faible à l’intérieur et moins efficace à l’étranger, alors que Xi est le moteur dominant de la croissance mondiale. Avec la route de la soie, la Chine va investir des billions de dollars à l’étranger en lignes ferroviaires, en ports, centrales électriques et infrastructures [3].

De fait, les stratèges de Trump, tant Henry Kissinger que Steve Bannon, savent que les investissements en infrastructures chinoises vont lui faire gagner la partie en Eurasie, face aux USA, qui manquent de ressort musculaire au niveau économique [4].

Mais du point de vue classique de la stabilité géostratégique trilatérale entre Chine, USA et Russie, c’est Pékin le maillon faible, sur le plan militaire ; c’est pour cela que dans les jours qui ont suivi sa nomination militaire, Xi a exhorté à construire une armée forte au centre de la nouvelle ère du socialisme à la chinoise.

Dans la liturgie chinoise, Xi a été confirmé comme secrétaire général du Comité central du PCC. Mais il agit en outre comme président et chef de la Commission militaire centrale emblématique, qui représente le véritable pouvoir derrière sa structure hiérarchique. Xi a donc exhorté les forces armées à se préparer pour constituer une armée de catégorie mondiale pour les années 2050 [5].

Le South China Morning Post de Hong Kong qui appartient à Jack Ma, patron de la célèbre entreprise chinoise de vente sur internet Alibaba, révèle que Xi a ébranlé le commandement militaire de la Chine en créant une commission plus réduite directement sous ses ordres, comme étape dans la modernisation accélérée des forces armées.

Lire l’article entier sur voltairenet.org

Notes

[1] On distingue le PIB réel, c’est-à-dire tenant compte des variations de la monnaie, du PIB nominal, calculé selon les prix courants.

[2] “A tsar is born”, The Economist, October 26, 2017.

[3] « La nueva ruta de la seda de China : ¿plan Marshall optimizado ? », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 14 de mayo de 2017.

[4] « Kissinger y Bannon "forman proyecto de alarma contra China" », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 4 de octubre de 2017.

[5] “Xi calls for building a strong army”, Xinhua, October 27, 2017.

Comprendre l’intérêt de la multipolarité avec Kontre Kulture :

Xi, l’étoile (rouge) montante de la scène internationale, voir sur E&R :

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1833930
    Le 5 novembre à 17:57 par Abraracourcix
    L’empereur géo-économique Xi Jinping a quinze ans d’avance

    Il y a un aspect de la question chinoise qui n’est jamais évoqué et qui pourtant me parait fondamental : pour la première fois depuis 20 siècles, une entité "impériale" non chrétienne va prendre la place de première puissance mondiale.
    Tous les paradigmes moraux qui sous-tendent la géo-politique de la civilisation occidentale vont devenir obsolètes.
    Voilà qui nous promet des temps intéressants...

     

    Répondre à ce message

    • #1834011
      Le 5 novembre à 20:08 par Borntogrowl
      L’empereur géo-économique Xi Jinping a quinze ans d’avance

      Ah parce que wall street et la city c’est chrétien ? Première nouvelle...

       
    • #1834295

      La banque et l’usure... des conceptions chrétiennes, évidemment.

      A ce compte là autant dire que la pornographie est un divertissement culturel chrétien et le terrorisme un sport coranique de haut vol.

      Se soumettre aux valeurs marchandes chinoises vous apparaît comme une promesse de temps intéressants ? Sachez que la chine est le modèle social de référence de l’empire. La seule promesse qui vous attends, c’est la division de votre salaire par 10.

      Temps intéressants à venir, en effet.

       
    • #1834393

      En 1500 la Chine et l’Inde étaient déjà les premières puissances économiques mondiales.
      Faut se décentrer un peu de l’histoire de l’Europe...
      L’empire romain n’est pas plus puissant que l’empire de Chine à la même époque.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Relat...

      De fait la Chine n’a jamais été dominée ou a toujours dominé, à l’exception d’une courte parenthèse de 450 ans.

       
    • #1835039

      Le peuple élu ou les fils du tian (le ciel) niveau narcissisme c’est kif kif.

       
  • #1834194

    Delamarche disait dans une interview récente que la Chine est surendettée et que les riches ont planqué leurs capitaux ailleurs. Ça n’est pas contradictoire avec la vision à long-terme de Xi, mais ça nuance un peu le propos.

     

    Répondre à ce message