Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’esclavage, c’est aussi chez les footballeurs

Yvan Gastaut est historien de l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles), maître de conférences à l’université de Nice-Sophia Antipolis, UFR STAPS. Il a notamment co-dirigé Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France (Gallimard, 2009), La France arabo-orientale. Treize siècles de présences (La Découverte, 2013) et l’Atlas des immigrations en France. Histoire, mémoire, héritage (Autrement, 2016). Dans cette tribune, il revient sur l’ouvrage, Magique Système. L’esclavage moderne des footballeurs africains, paru aux éditions Marabout en 2018.

 

Largement étudiées par le Groupe de recherche Achac, les questions liées à l’esclavage ne cessent de rebondir dans le temps présent : il n’est pas rare de comparer certaines situations sociales à des formes modernes d’esclavage. Le monde du sport n’échappe pas à la règle : en particulier celui du football en raison des immenses enjeux économiques, financiers et politique qu’il représente.

À quelques semaines de l’ouverture de la 21e édition de la Coupe du Monde de la FIFA en Russie, l’ouvrage rédigé par deux journalistes, Barthélémy Gaillard (Vice France) et Christophe Gleize (So Foot et Society), s’interroge sur la « traite » des footballeurs africains entre Afrique et Europe. Intitulé judicieusement Magique Système, l’ouvrage est d’abord un clin d’œil au fameux groupe musical ivoirien qui connaît un grand succès dans le monde depuis le début des années 2000. Les deux journalistes s’emploient à visiter l’envers du décor du football. Pour rendre le football magique aux yeux de tous, un système d’exploitation s’est mis en place.

[...]

Bien sûr, le sujet, est loin d’être nouveau : « l’or noir » dont parlent les auteurs avait déjà sa réalité à partir de la fin des années 30 lorsque les clubs européens dans le sillage de la figure talentueuse de Larbi Ben Barek cherchent leur « perle noire ». La colonisation sert alors déjà de réservoir pour les clubs. Ces derniers ont d’ailleurs tous les pouvoirs sur ces joueurs recrutés, à tel point que la vedette Raymond Kopa s’insurge en 1963 : il parle d’esclavagisme généralisé dans le football, les joueurs professionnels n’ayant aucune liberté vis-à-vis de leur employeur.

Lire l’article entier sur achac.com

 

 

Foot et socialisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1932500

    Une question le match c’est le 27/03/18 ? Ou le 27/04 ou 27/05...
    Le foot et moi.... mais rien que pour le taekwondo et surtout la Corée du Nord.


  • La Corée du Nord pour moi sans le foot.
    Avec E&R plutôt ;-)
    Bonne initiative.
    J’espère que la vie me permettra d’y faire une virée et de pratiquer un stage de taekwondo qui sait.


  • #1932604

    Les footballeurs sont des salariés qui n’ont pas le droit à la parole.Les interviews sont toujours les mêmes : Oui on a gagner ...ou perdu, on va travailler dur pour le prochain match...une personne étant la pour les former à parler à la presse.Je trouve que le mot esclavage est un peu dur, le problème serait plus de faire rêver tout une jeunesse alors que très peu feront partis des sélectionnés. Le plus important reste que le football est un sport qui réunit tout le monde peut importe ses origines et sa classe sociale.Ce qui m’attriste c’est que j’ai conscience que l’on va politiser la prochaine coupe du monde en Russie, cela plus les spécialistes qui cracheront sur cette équipe si le résultat ne convient pas, oubliant le sport et ses valeurs, ce sport que je considère comme un des derniers rempart patriotique.

     

    • #1932691

      Cette pratique du sport ne présente aucun intérèt , comment peut on se sentir concerné par les évolutions de ces mercenaires ... ? Le foot, et d’autres sports , aujourd"hui est le seul endroit ou l’on voit des smicards et des chomeurs applaudir des multi millionnaires . Leur statut n’est pas celui d’esclaves, ils sont payés , c’est plutot celui des gladiateurs du bas empire romain : nourris, entrainés, logés , des putes à volonté, mais absence de liberté de la part du patron qui les a achetés !


  • #1932627

    On dit que le football est le reflet de la société.
    Quand on voit comment ca tourne dans le foot Français depuis quelques saisons, on voit effectivement que c’est le reflet den otre société.

    Sinon je regarde souvent les vidéos de Romain Molina, on est loin des analyses de bistrot de Lequipe21.


  • #1932703

    Je n’ai pas lu le bouquin de Gaillard et Gleyze mais ce texte est une énième pauvre analyse qui culpabilise... comme d’habitude le méchant blanc.
    En ce qui concerne ce supposé "esclavage" des footballeurs noirs, on peut se poser plusieurs questions :
    - Si l’Afrique est une telle réserve de "perles noires" pourquoi est-ce qu’aucune équipe nationale africaine n’est au niveau de la plus moyenne des équipes blanches européennes ?
    La réponse à cette question (taboue) montre que si les "perles noires" veulent devenir de bons footballeurs, elles doivent jouer avec des Blancs et si possible CHEZ les Blancs.
    Cet "esclavagisme" dont on parle ici, c’est en fait du donnant-donnant. Et que certains footballeurs réussissent et d’autres non, c’est juste la vie.


  • #1932710

    L’esclavage moderne est avant tout dans les usines (et ailleurs) , avec un smic misérable. L’ouvrier est tenu en laisse par sa condition minimum qui lui assure la survie (entre autres nombreux problèmes). Sans parler des organismes sociaux qui harcèlent les mères de familles seules ou en couple avec un conjoint irresponsable pour qu’elles travaillent pour une boucher de pain. Des footballeurs pros qui ne peuvent plus payer les factures, ou qui se suicident à cause de leur condition, je n’en connais aucun. Un peu de sérieux et de mesure...


  • #1932738

    M’sskine comme dirait l’autre...on doit verser une petite larme ? J’ai un peu de mal à m’apitoyer sur le sort d’esclaves qui pour certains s’embourbent en 1 mois à jouer à la baballe plus que pourra gagner un ouvrier en une vie entière de labeur. Si la condition du footballeur est un supplice aussi intenable ils ont cas qu’à faire comme les autres, aller à l’usine ou au Mc Do bosser ou alors prendre leur mal en patience jusqu’à la fin de leur contrat et se barrer avec leur petit pactole.
    J’ai plus de compassion pour les gosses pakistanais de 10 ans payés à coups de pompe dans le cul qui fabriquent des ballons de foot qui seront revendus une fortune dans les pays riches...que pour des gusses exploités à jouer au ballon.


  • #1932739

    Le foot était un sport comme les autres, jusqu’au jour où ils l’ont professionnalisé, et c’est là que les dérives ont commencé, parce que les gains sont devenu tellement énormes,et qu’ils ne correspondent plus à la réalité . De ce fait tout ce petit monde vient bouffer à la même auge, tellement bien qu’il y en a jamais assez, car l’appétit devient de plus en plus grand. Aujourd’hui, on ne peut plus parler de sport, mais de bizness .Le sport passe en dernier et l’argent est leur unique moteur, leur plus grande motivation .Ils ont voulu populariser un maximum de sports par l’intermédiaire télévisuel, se gavant au passage, tout ça embarqué dans le même bateau,et à partir de là , c’est terminé, tous les coups sont permis, la preuve, même l’esclavage et de la partie .


  • #1932994

    la plèbe au service des dominants

     

    • #1933638
      le 31/03/2018 par Zeubi la mouche
      L’esclavage, c’est aussi chez les footballeurs

      Oui mais
      Doit-on chialer ??



      Tongo Doumbia : délits routiers en récidive (200km/h dans Toulouse ivre )
      Lamine Gassama : "violences, outrage et rébellion sur personnes dépositoires de l’autorité publique"
      Mbaye Niang ; conduire sans permis (au volant, provoque un grave accident causant plusieurs blessés et s’enfuit)
      Godwin Okpara : Viols, torture et asservissement (« viols, torture et asservissement » sur sa fille adoptive, mineure au moment des faits)
      Soufiane Koné:Trafic de drogue ( 650 g d’héroïne, 50 g de cocaïne et sept armes à feu, dont une Kalachnikov)
      Cyril Yapi : Tentative d’assassinat (agressé sa femme à coups de batte de baseball (double fracture du crâne et écrasement du cerveau) avec la complicité de son cousin)
      Souleymane Diawara : extorsion ("extorsion de fonds et tentative, fraude")
      Paul-George Ntep ; coup & blessures volontaires ("frappé son ex-compagne au visage et à la poitrine, l’a trainée par les cheveux sur plusieurs mètres" )




      Non, parce-que eux aussi ils ont beaucoup souffert