Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Coupe du monde de football 2018 : la CIA cherche-t-elle à saboter l’organisation russe ?

Mikhaïl Saakachvili serait à la solde de la CIA qui chercherait à saboter la tenue du Mondial en Russie et à influencer la présidentielle de 2018, estime une politicienne géorgienne. Les officiels russes n’ont pas tardé à commenter cette déclaration, soulignant que toutes les tentatives d’ingérence dans les affaires russes étaient vouées à l’échec.

 

L’ex-président géorgien Mikhaïl Saakachvili travaille dans le cadre d’un projet « très sérieux » de l’Agence centrale de renseignement américaine (CIA) destiné à compromettre la tenue de la Coupe du monde de football prévue en 2018 en Russie, a déclaré dans une interview au quotidien russe Nezavissimaya Gazeta l’ancienne présidence du parlement géorgien et femme politique, Nino Bourdjanadze.

« Nombreux sont ceux qui brûlent d’envie de retirer à la Russie le championnat du monde de football et d’exercer une influence sur l’élection présidentielle en Russie. Ces forces veulent faire en sorte que l’Ukraine, la Moldavie, peut-être la Géorgie et la Russie aient de sérieux problèmes. Saakachvili est le candidat parfait pour mettre en œuvre un tel plan », a-t-elle déclaré.

Elle a précisé ne pas savoir exactement ce que Saakachvili pouvait faire. «  Mais si la situation s’aggrave en Ukraine et des processus déstabilisants s’y déclenchent, cela affectera la Russie qui devra prendre des mesures de représailles, des mesures diplomatiques, [prendre] des mesures politiques. Ce qui se passe en Ukraine affecte la Russie en tout cas », a expliqué la femme politique.

Cette déclaration de Mme Bourdjanadze n’a pas tardé à susciter la réaction de sénateurs russes. Ces derniers retracent les liens qui unissent Saakachvili et la CIA, mais se disent persuadés que toutes les tentatives pour déstabiliser la situation en Russie sont vouées à l’échec.

Konstantin Kossatchev, président de la commission internationale du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), a déclaré à Sputnik qu’il n’était pas étonné par les propos de Mme Bourdjanadze – la présidentielle et la coupe du monde de football feront inévitablement l’objet d’une « activité externe ». Selon lui, le format peut aller des tentatives pour priver la Russie du droit d’organiser cette manifestation sportive jusqu’à celle pour profiter de sa tenue pour influer sur la situation en Ukraine.

Le sénateur russe Frantz Klintsevitch se dit à 100 % d’accord avec Nino Bourdjanadze : « Mikhaïl Saakashvili dans son incarnation actuelle du "rebelle ukrainien" est un produit des services spéciaux américains », a-t-il déclaré.

« Je suis enclin à la croire parce qu’elle connaît la personne dont elle parle. Tout sa vie est une série continue de réincarnations, de changement de masques nourrie par un seul désir – être toujours au premier plan de l’histoire, c’est-à-dire faire parler de lui », a expliqué M.Klintsevitch.

Toutefois, souligne-t-il « toutes les tentatives pour déstabiliser la situation en Russie n’ont pas d’avenir. La politique intérieure du pays n’est définie que pas ses citoyens et par les organes du pouvoir qu’ils ont formé », a-t-il conclu.

Voir aussi, sur E&R :

Qui en veut à Poutine ? Lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1804429

    Poutine dérange trop d’intérêts financiers de par le monde... Tout ce que la finance internationale et leurs sous-fifres aux ordres peut compter est lâchée avec pour mot d’ordre : faire chier Poutine !

    Ca ne me déplairerai pas que l’ex tovaritch polkovnik (camarade colonel) de l’ex-KGB se souvienne des leçons apprises autrefois... rigueur, discrétion, efficacité...

     

    Répondre à ce message