Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La France éclatée : les cités…

Une interpellation qui tourne mal à Villeneuve-la-Garenne amène une série de violences urbaines : c’est un scénario devenu classique depuis 50 ans. Tout cela n’a pas dépassé le seuil habituel et les médias ont facilement escamoté les incidents. Mais il intervient à un moment-clé dans la gestion calamiteuse de l’épidémie de Covid-19 par le gouvernement notamment dans les cités.

 

La réponse du pouvoir en place apparaît, quant à elle, inadéquate : une fermeté de façade, d’une part, accompagnée d’un semblant d’état d’urgence que l’État déliquescent ne peut – ou ne veut – faire appliquer correctement, et, d’autre part, des concessions assorties d’un discours lénifiant à l’égard des zones urbaines « sécessionnistes ».

Pourtant, nous aimerions comprendre ce qui s’est joué durant ces semaines dans les banlieues, comment nous en sommes arrivés là et surtout quel avenir nous attend, car nous avons l’impression d’être entrés dans un état d’urgence permanent et que cette situation d’exception est en passe de devenir le mode de fonctionnement du Système.

Une fois écartées les explications des pleureuses médiatiques associatives, des militants du communautarisme indigéniste ou des matamores sécuritaires du libéral-conservatisme, la situation qui s’offre à nous est celle d’un pays éclaté, d’une société morcelée dont la crise que nous traversons révèle toute l’ampleur.

 

Une histoire de la violence

L’histoire des violences urbaines modernes débute dès 1971 à Vaulx-en-Velin. Le décor est déjà planté : une cité HLM (La Grappinière, dans la périphérie lyonnaise) où s’entasse une population hétérogène de pieds-noirs, harkis et immigrés de fraîche date venus du Maghreb. Le scénario des événements deviendra lui aussi classique. Des actes de petite délinquance donnent naissance à un climat de tension entre les habitants ; des jeunes désœuvrés organisent des rodéos sauvages au cœur de la cité. En 1979, cela aboutit à l’intervention de la police pour rétablir le calme à la suite d’incendies de voitures et de bâtiments publics. Pendant plusieurs nuits, les forces de l’ordre affrontent des bandes de jeunes.

Durant l’été 1981, ce sont les premières émeutes aux Minguettes dans la ZUP de Vénissieux. L’événement deviendra national avec la médiatisation des incidents par la télévision. La France entière découvrait alors le problème des banlieues. Le phénomène se propagera ensuite à l’ensemble des grandes villes. À partir des années 1990, la violence explosera sporadiquement dans les quartiers. Dès lors, les gouvernements successifs vont devoir gérer cette situation ; « la politique de la ville » du Parti « Socialiste » sera aussi impuissante que l’approche répressive de la droite pour résoudre le problème.

Le pouvoir, de plus en plus teinté d’idéologie ultra-libérale, va progressivement renouveler son approche de la question sécuritaire : bien conscient que le Système qu’il incarne mène irrémédiablement à la décomposition sociale des couches populaires, le pouvoir va comprendre qu’il peut utiliser l’insécurité pour augmenter son contrôle de la population au moment où il ne peut plus lui garantir la sécurité. « Les rues se vident, l’espace public se délite, chacun se replie sur sa sphère privée, meuble ses soirées en regardant la télévision : quoi de plus favorable à l’exercice de l’autorité ? «  [1] En laissant les délinquants agir à sa place, le pouvoir fait d’une pierre deux coups : l’ordre se défait, mais le désarroi même qui en résulte débouche paradoxalement sur une relégitimation du pouvoir, car celui-ci apparaît comme l’ultime rempart contre le désordre triomphant . Il va gérer les crises au mieux de ses intérêts et laisser la tension monter tout en renforçant ses fonctions répressives.

L’insécurité n’est donc plus combattue et la fonction dévolue à la police n’est pas de combattre l’insécurité mais – ce qui est différent – de contrôler et de surveiller les personnes [2]. Ainsi se multiplient les lois et dispositifs liberticides (caméras de surveillance, biométrie, fichage…) au moment où la vie des couches populaires est pourrie par une insécurité bien réelle et non par un « sentiment » d’insécurité, comme le prétendent les biens-pensants.

Les mesures sécuritaires ne visent pas à garantir la sécurité du peuple, mais celle de la « Nouvelle Classe » oligarchique qui nous gouverne. Bien à l’abri dans leurs quartiers protégés, elles assiste au naufrage de notre société et en empoche le bénéfice. Dans ce contexte il n’est pas étonnant de voir l’État renoncer à sa figure classique d’incarnation de la souveraineté. Si l’État moderne issu progressivement de la disparition de l’ordre féodal a bien été un instrument de domination de classe, il n’en a pas moins été un lieu de stabilisation du lien social, amortissant parfois même les appétits de tel ou tel intérêt particulier ; ne serait-ce que dans la mesure où la bourgeoisie devait tenter globalement d’assurer l’existence d’un ordre qui lui fut commun au sein d’un espace national. De là l’insistance en philosophie politique moderne du thème du contrat, fondant la citoyenneté et garantissant la sécurité des individus par la mise en place de la Souveraineté (lumineusement théorisée par Hobbes au XVIIe siècle). Ce schéma fut certes longuement miné de l’intérieur par ce que Carl Schmitt appelle « les puissances indirectes » : celles de l’Église et des groupements d’intérêts, reparus sous la forme moderne des « puissances de la société » : autant de partis politiques, syndicats, associations qui se sont approprié par voie parlementaire le pouvoir de légiférer avec mainmise sur l’État de droit, pensant avoir ainsi réussi à atteler le Léviathan à leur carrosse. Cette tâche leur a été facilitée par un système constitutionnel dont le schéma fondamental était un catalogue des libertés individuelles… « Les institutions et les concepts du libéralisme sur lesquels reposait l’État de droit positiviste se transformèrent en armes et en positions de pouvoir au service de puissances éminemment non libérales. » [3].

Néanmoins, jusqu’à une période relativement récente, le rapport de forces entre des conceptions politiques opposées pouvait encore laisser espérer que, malgré la domination de classe de la bourgeoisie, certains intérêts du prolétariat pouvaient encore être défendus au sein d’un pays articulant son existence autour d’une souveraineté étatique.

Mais depuis l’offensive tous azimuts de la mondialisation, il devient clair que la fonction du pouvoir politique et étatique est essentiellement dirigée contre l’existence du peuple qu’il était censé préserver. En conséquence, nous voyons fleurir une propagande constante mettant en avant les vertus d’un républicanisme vide de tout contenu réel et l’idée d’une citoyenneté réduite à sa plus simple expression d’acquiescement à un cirque mondialiste prétendument multiculturel. La puissance dite publique n’a plus qu’une fonction, celle de dissoudre l’existence historique des peuples dans des flux migratoires planétaires porteurs de malaises profonds sur le plan identitaire, vecteurs de chaos social et accélérateurs de la dissolution du lien social. Par contre la répression fonctionne à merveille à l’encontre de ceux qui osent remettre en question la pensée unique, avec des forces policières fin prêtes pour réprimer les luttes réelles que le prolétariat pourrait déclencher (comme dans le cas des Gilets jaunes).

 

 

Généalogie de la racaille

Il était normal qu’une société folle, qui se propose de ménager son avenir uniquement en généralisant l’emploi de « camisoles » individuelles et collectives, produise des phénomènes de violence comme les émeutes d’octobre-novembre 2005, consécutives à la mort de Zied Benna et Bouna Traoré, poursuivis par la police , à Clichy-sous-Bois. Cette vague de violence agit comme la preuve que le « vivre ensemble » n’est plus possible et que l’éclatement de la société française est désormais consommé. Les années 2000 vont voir la mise en place d’une division nouvelle entre une France métropolitaine mondialisée et une France périphérique qui fuit les centres urbains devant l’insécurité et la spéculation immobilière. Cette relégation géographique sera progressivement aussi une relégation sociale avec la crise de 2008 et la mort lente des classes moyennes.

Dans ces vastes bouleversement sociaux des années 2000 qui ne sont visibles qu’avec vingt ans de recul, une catégorie sociologique va prospérer : « la racaille » ! Le phénomène connaîtra sa naissance symbolique avec les raids sur les manifestations anti-CPE parisiennes de 2005. De très jeunes banlieusards passèrent à tabac et rackettèrent des lycéens manifestant contre la loi Fillon. Dans Marianne n° 413 (semaine du 19 au 25 mars 2005), Frédéric Ploquin affirme que « les manifestations lycéennes de ces dernières semaines ont vu émerger un nouveau profil de "casseurs", qui n’ont pas grand chose à voir avec leur aînés ». Autres remarques pertinentes dans le même article : « Le "casseur" version 2005 est jeune, en général mineur. […] Il se distingue par son uniforme, pantalon ample, sweat à capuche, baskets, qui sont les signes extérieurs de sa tribu. Il se prend au sérieux, mise sur la peur qu’il inspire aux autres et parvient facilement à se convaincre que la vraie vie ressemble aux clips de 50 Cent, légende vivante du gangsta-rap nord-américain, ce rap dont les héros sont de grands criminels doublés de fieffés misogynes. […] Courageux mais pas téméraire, il ne s’en prend plus aux vitrines des magasins, ni aux symboles du capitalisme, à la différence de ceux qui l’ont précédé. Il s’attaque aux plus vulnérables, afin de s’approprier un bien dont il pourra tirer un profit immédiat. […] Il peut se targuer d’avoir traumatisé des milliers de lycéens de la région parisienne, aux premières loges de cette razzia des temps modernes, le 8 mars dernier. Au point que plusieurs milliers d’entre eux ont décidé de sécher la manif suivante. Au point, pis encore, que Lou, une jeune métisse franco-camerounaise, avoue avoir, pour la première fois, eu "honte de [sa] couleur". »

La « racaille » (expression qui a fait couler beaucoup d’encre pour pas grand chose) n’est-elle pas le produit de la société de consommation ? « Le caractère prétendument redoutable des racailles marque leur extrême fragilité face à une société qui leur a donné un rôle social qu’ils acceptent sans broncher ». La violence actuelle n’est plus révolutionnaire, elle traduit simplement la misère psychologique et intellectuelle dans laquelle nous sommes tombés. Un examen clinique de cette population montrerait que nombre de racailles sont des débiles mentaux, des bas-du-front facilement manipulables.

Les gros bonnets de la drogue s’appuient sur une main-d’œuvre acculturée, intellectuellement déficiente, bien souvent issue de familles éclatées, incapable de se socialiser et immédiatement disponible dès le collège ; population dont les troubles psycho-sociaux seront aggravés par les drogues et un argent facile qui renforcera leur servilité auprès des gros trafiquants.

Les rêves des cailleras sont ceux que leur fournit la société de consommation ; leurs frustrations naissent de l’insatisfaction de leurs besoins de marchandises. Ils ne veulent pas changer la société, mais simplement s’y intégrer pour pouvoir reproduire les mêmes schémas. L’exemple le plus frappant est peu être le rap business made in Skyrock (où une musique de révolte avec un message fort pour les noirs américains est devenue un produit de consommation nourrissant les fantasmes des pseudos « bads boys » de nos cités). Promu par les médias des classes dominantes (radios, vidéos sur le net, TV), il véhicule l’idéologie du Système dans ce qu’elle a de plus vulgaire.

Même si elles sont souvent issues des classes populaires, les racailles méprisent plus que tout les prolétaires (que ces derniers soient Français ou immigrés, jeunes ou âgés). Leur idéal étant de s’enrichir par tous les moyens, elles sont parfaitement à l’aise dans l’actuel Système, et il n’y aucune chance de les voir un jour s’attaquer au capitalisme. Alain Tizon et François Lonchampt remarquent avec pertinence que ces « inutiles violents […] n’ont jamais rien remis en cause dans un monde dont on oublie souvent qu’ils partagent les valeurs essentielles (la loi du plus fort, la concurrence, l’agressivité, la réussite…) » [4].

L’émergence du groupe des « islamo-racailles » est l’aboutissement du phénomène. C’est le même mécanisme qui alimente le business du hallal et met en scène un rigorisme de pacotille. Sans surprise, on retrouve les mêmes profils de désœuvrés et de loosers dans ses rangs. L’arrogance que ce groupe affiche par rapport au reste de la société ne cache pas sa faiblesse spirituelle et sa soif de reconnaissance juteuse par les institutions. Les « islamo-racailles » ont sûrement plus fait pour rendre l’islam intolérable à toute la société française que des heures d’émission d’Éric Zemmour (qui surfe avec brio sur la dénonciation du phénomène sans en tirer toutes les conséquences)…

 

 

Un antiracisme de façade

Le discours dominant – des médias de l’oligarchie aux militants indigénistes – impute la violence des racailles à la discrimination qu’ils subissent en inversant les données du problème : c’est en quelque sorte de leur propre faute si ces « salauds de Français » se font agresser ! La condition de ces « jeunes » de banlieue serait-elle si tragique que toute la Nation devrait se pencher à leur chevet et compatir éternellement à leurs problèmes ?

À Rébellion nous considérons qu’il y a effectivement discrimination : discrimination de classe, celle qui fait que lorsque votre force de travail n’est plus suffisamment rentable pour maintenir un taux de profit suffisant à la valorisation de capital, vous êtes considéré comme n’existant plus pour celui-ci ! La discrimination est un choix, celui fait par le libéralisme afin de sauvegarder le système capitaliste qui dicte ses exigences de délocalisation vers des pays où le prolétariat résiste peu et où il subsiste avec le minimum vital, voire… C’est aussi le choix que fait le libéralisme de piller le tiers-monde en provoquant l’immigration de populations miséreuses vers un Eldorado prometteur d’un avoir illusoire dans lequel elles perdront tout leur être.

Mais qui se soucie des causes véritables de l’état de décomposition sociale dans lequel nous vivons ?

La réponse donnée officiellement par la droite et la gauche confondues est toujours idéologique : la cause, c’est le racisme ! Un tel aveuglement dans le jugement montre bien la déliquescence autant que la duplicité de la classe dominante et son attachement indéfectible aux misérables intérêts auxquels elle s’est vouée corps et âme. Il nous est demandé d’acquiescer sans sourciller à la disparition de notre spécificité en acceptant de voir l’Europe submergée par des dizaines de millions de personnes débarquant d’autres continents. Mais quelle est la légitimité de tels bouleversements démographiques ? Personne ne nous le dira car il n’y en a aucune…

Il existe pourtant un calcul réalisé par la bourgeoisie depuis les années 1970, celui de faire pression à la baisse sur les salaires des travailleurs européens et celui peut-être encore plus essentiel à ses yeux, de noyer un prolétariat encore potentiellement combatif au sein de populations hétéroclites, sans tradition ouvrière de lutte et de créer un chaos rampant dans la société afin de toujours mieux contrôler le niveau de riposte aux exactions du Capital.
Comment ne pas voir que la violence observée ces dernières semaines dans les cités n’est en rien l’expression de revendications sociales ou de luttes contre l’exploitation capitaliste, mais qu’elle est provoquée par la rupture de l’approvisionnement en drogue et la fin des multiples trafics qui mettent au « chômage » toute une population de marginaux vivant sur le dos des quartiers.

La logique, que l’oligarchie arrive peu à peu à imposer en France et en Europe, est une logique racialiste sur fond de décomposition du lien social : promotion de la « discrimination positive » contre l’idée d’effort et de mérite, culpabilisation des peuples accueillants, multi-ethnisme consubstantiel au monothéisme de marché et au messianisme libéral, occultation du clivage de classe au profit d’affrontements interraciaux. Nous assistons à une lente désintégration de notre continent où diverses communautés s’affrontent. Nous sommes plutôt face à une situation explosive dans laquelle l’oligarchie navigue à vue, dépassée qu’elle est par les conséquences de décisions dont elle pensait pouvoir maîtriser les effets collatéraux.

L’instrumentalisation des immigrés par le discours du système ne doit pas cacher son hypocrisie. Car, chez le bobo bien-pensant ou le macroniste ultralibéral, on aime bien les immigrés à condition qu’ils restent à leur place de main d’œuvre métropolitaine (comme livreurs d’Uber-eat ou femmes de ménage), qu’ils retournent dans leur cité-dortoir et ne gênent pas le vivre-ensembles dans les parties communes des immeubles des beaux quartiers des métropoles. Les gagnants de la mondialisation veulent rester dans leur bulle, confinés entre eux, là où il faut montrer patte blanche (avoir de belles idées humanistes et un bon portefeuille) pour rentrer dans leur monde.

 

 

Ni flics, ni racaille : les mauvais jours finiront…

Nous ne défendons donc pas l’ordre capitaliste, mais simplement le droit pour les classes populaires de ne pas être englouties dans une barbarie croissante générée par les métastases du Capital. Nous ne sommes solidaires ni des voyous en cols blancs au pouvoir ni des voyous affublés de Nike vivant d’économie souterraine. Nous sommes seulement solidaires de nos compatriotes qui subissent les violences des bandes organisées de la petite délinquance et des bandes organisées de la finance et de l’industrie. La seule réponse adéquate à la situation de pourrissement actuel est une réponse sur le terrain de classe : celui de la lutte socialiste et révolutionnaire contre la mondialisation capitaliste.

Pompier pyromane, l’oligarchie alimente le pourrissement social et sème les graines de la violence. Cette violence est généralement bien limitée et contrôlée ; des espaces ou des moments sont ainsi réservés à son expression (des émeutes des banlieues au hooliganisme). Elle est surtout vidée de tout contenu politique et est au mieux l’expression d’un néotribalisme de bande ou, pire, du pur vandalisme.

« Le lumpenprolétariat », cette armée de réserve du capital que Karl Marx décrit comme se mettant au service du pouvoir dans les périodes troubles, est toujours prêt à agir. On l’a vu en marge des émeutes des Gilets jaunes : les « racailles » servent la répression et décrédibilisent tout mouvement populaire authentique. Les « caïds » des quartiers servent aussi à préserver la « paix sociale » à leur manière. Les « affaires » n’aiment pas le désordre.

« La difficulté majeure pour ceux qui tentent de résister à l’asservissement marchand réside dans l’abrutissement général des masses » [5]. Que faire face à cela ? Par delà la peur et le dégoût, il appartient à tous ceux qui sont assez courageux et lucides pour prendre conscience de l’impasse de cette société, de monter en première ligne. D’affirmer qu’ils ne sont pas dupes et d’aider à une prise de conscience collective.

Faire prendre conscience de ces enjeux auprès de la population est déjà un défi. Les Gilets jaunes ont imposé leur marque. Même si la répression policière et juridique, en ce cas-là, n’avait pas traîné, nous constatons aujourd’hui, à la faveur de la crise sanitaire que nous traversons, que « le roi est nu ». Une dialectique s’engage entre un pouvoir qui ne pourra éternellement confiner ses assujettis et une vague de mécontentements qui risque de l’emporter. L’avenir reste ouvert et l’espoir permis.

 

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Notes

[1] Eric Werner « L’avant guerre civile »- Edition de l’Age d’homme 1999.

[2] Voir l’article « Violences dans les banlieues : l’arme du pouvoir » de Fabrice Trochet sur le site le Grain de Sable ( http:www.legraindesable.com/)

[3] Carl Schmitt. Le Léviathan dans la doctrine de l’État de Thomas Hobbes. P.134, 135. Éditions du Seuil.

[4] François Lonchampt, Alain Tizon, Votre révolution n’est pas la mienne, cité par le site Sinistre Spectacle.

[5] Voir le texte très influencé par les « situs », Les mutants, sur le site de rap alternatif Rapace : http: //rapaces.zone-mondiale.org/pages/comm8.htm ou https://www.bvoltaire.fr/racailles-...

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2475709

    l’économie morale n’est la meme pour toute la population à l’interieur d’un meme pays.


  • #2475792
    le 02/06/2020 par Mcqueen
    La France éclatée : les cités…

    Excellent article qui met en avant des vérités tellement importantes pour comprendre le défi sociétal qui nous est posé.

    L’alliance de la racaille du haut avec celle du bas. Chacune profitant de l’autorité de l’autre pour conserver son pouvoir & ses avantages. Il ne pourra pas y avoir de changement tant qu’on ne s’occupera pas définitivement de l’un de ces deux problèmes.

    C’est marrant car l’on retrouve ce phénomène du "lumpenprolétariat" à n’importe quelle échelle : dans des entreprises, dans des associations... Il y a toujours des personnes lâches & faux-culs (= le Système) pour "s’allier" avec des cas sociaux (= la masse abrutie) et les manipuler, pour renverser les personnes honnêtes et indépendantes qui sont en infériorité numérique.

    Il faut multiplier les exemples, si nous sommes nombreux à aller en 1ère ligne comme expliqué en conclusion de l’article, la balance penchera en notre faveur. C’est la clé de la victoire.


  • #2475800
    le 02/06/2020 par François
    La France éclatée : les cités…

    Superbe article !
    Mais je tiens à ajouter ceci ; à St Denis, il y une association (Urban Jeunesse Academy) qui fait un travail formidable sur le terrain, il y a quelques semaines j’ai rencontré une camarade proche de cette association qui m’expliquait, récemment, un fléau prenait de plus en plus d’ampleur dans les cités : la prostitution de jeunes filles issues de ces secteurs difficiles, souvent mise au tapin et protéger par des racailles de leurs quartiers, alors qu’auparavant, ils étaient voisins, camarades de classes, de l’école élémentaire, jusqu’au collège, faisant, ensemble, le chemin de l’école...

     

    • #2475819
      le 02/06/2020 par curieux
      La France éclatée : les cités…

      C’est terrible... La cité est une sorte d’enclos, si vous venez de là ça fait pas bien sur un CV, ensuite prostitution, drogue...
      Par chez moi, il y a plus de mendiants depuis le déconfinement qui viennent vous solliciter directement dans la rue la main tendue (au lieu d’être assis avec un carton).
      Le pire c’est que le "sur-gouvernement" a besoin de cette misère et de ces frustrations pour faire monter le chaos et la division (pour mieux régner).
      Macron est à mille lieues de ces préoccupations, il sait qu’il doit juste "laisser couler".


    • #2475820
      le 02/06/2020 par Lopetteprolétariat
      La France éclatée : les cités…

      L’époque des grands frères, puis celles des petits frères qui bachent leurs soeurs avec de la bâche d’ensilage de la tête aux pieds....avec la sauvagerie de cette société de merde capitaliste... C’est devenu celle des frères parasites qui gagnent leur vie avec le cul de leurs soeurettes !
      Nos anciennes citées d’ouvriers et de petits commerçants des années 60 ont bien changées


    • #2475833
      le 02/06/2020 par Yjack
      La France éclatée : les cités…

      Je ne suis pas de Seine saint Denis mais je confirme que cette génération est "sans foi ni loi", plus aucune valeurs morales, de respect d’entraide. Récemment je suis descendu les voirs ces fameuses racailles comme on les appelles au beau milieu de la nuit <2h 3h même 5h du matin) ... Résultat après des heures de dialogue, plusieurs jours d’affilé, tu rentres chez toi il recommence de plus belle, n’ont aucune paroles. Je tiens pour responsable la police également, qui contacté par plusieurs locataires, préfère faire passer ces derniers pour des parano, et lorsque par miracle ils se décide à se déplacer, aucune contravention pour tapage, les drogués ne sont pas inquiété ils repartent et eux reprennent de plus belle. Yne précision pour ceux qui utilisent le terme "islamo racailles" ou ceux qui persiste à mélanger ce genres d’individus avec une quelconque religion, ils m’ont bien affirmé en pleine face (je le savais déjà) ne pas pratiquer dutout la religion, et même certains sont réticents à l’évocation de valeurs religieuses. Un petit clin d’œil d’œil pour les "racistes" , je leur ai déclaré moi même que je ne voyais pas comment on pouvait ne pas l’être en voyant ça, mais il faut être lucide et ne pas mélanger d’honnêtes gens avec ces fléaux.


    • #2475840
      le 02/06/2020 par Juliette
      La France éclatée : les cités…

      Quelle horreur ! En effet, beaucoup d’associations se démènent dans les quartiers. Sans elles (qu’il faut bien dire souvent soutenues par le communisme municipal) tout aurait explosé depuis bien longtemps.


    • #2476477
      le 03/06/2020 par Stef
      La France éclatée : les cités…

      Rien que le nom de ton association ça pue la manip’. On leur fait faire quoi pour changer ? Des loisirs ? Du foot ? Du rap ? Et payés par nos impôts ëncore.
      Trouve moi une association qui les fait défiler en rang serré au pas cadencé sous le drapeau français et on en reparle. Vivement que crèvent toutes ces associations qu’on voit enfin ces trous à rats pour ce qu’ils sont : des zoos destinés à nous détruire comme sont les métastases d’un cancer.


    • #2476660
      le 03/06/2020 par Charlotte aux Fraises
      La France éclatée : les cités…

      Les associations du vivre -ensemble, c’est curieux qu’il y ait autant de cas sociaux dans des villes où il y a pléthore d’éducateurs payés par les impôts pour les aider.
      Comment aider une personne qui n’a aucune volonté ?
      Je me demande si c’est pas plutôt ces travailleurs sociaux qui cherchent à se soigner eux même, ce qui expliquerait leur inefficacité.
      En tout cas ces associations au profil de mafia (secte Richenou) ont bien compris comment faire du fric (charity business) en attirant les problèmes dans leur commune. Dans certaines associations on peut apparemment se faire un max de fric sans être capitaliste...
      Le diable se cache dans les détails.


  • #2475815
    le 02/06/2020 par Sionistan anciennement France
    La France éclatée : les cités…

    Un pouvoir impuissant à gauche comme à droite ? Non : un pouvoir soumis ! (à qui, on le sait - Goldnadel pointe du doigt l’extrême-gauche...)

    En 2005 la victime s’appelait déjà Traoré ? Congruence !

    Il va falloir autrement qu’une loi pour remettre la France en état : mais un vrai coup de balai. Les racailles se sont bien trop ancrées dans une identité culturelle pour pouvoir en sortir tout seuls ! (rodéos-rap-shit)

    La natalité en France est de 1,8 donc c’est foutu, pourtant ils arrêtent pas de construire des HLM, c’est pour qui ?


  • #2475846
    le 02/06/2020 par FRANCE LIBERTE
    La France éclatée : les cités…

    Quand un membre est atteint de la gangrène, une seuls solution : le couper !

    Il faut raser toutes ces cités et renvoyer chez eux ceux qui ceux qui ne branlent rien pour la société, quelque-soit le temps qu’il ont vécu en France et la génération : y a pas mille solutions !

     

    • #2475883
      le 02/06/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
      La France éclatée : les cités…

      "Il faut raser toutes ces cités et renvoyer chez eux ceux qui ceux"

      c’est facile de dire ça,

      mais tu t’es juste énervé sur un clavier d’ordinateur
      "renvoyer chez eux" : la plupart sont désormais nés en France, tu les "renvoies" où ?

      moi, je veux bien entendre tout et n’importe quoi, les discours racistes, etc...
      mais essayez au moins d’avoir un minimum de cohérence dans vos propos

      et puis ce fantasme permanent sur "les cités" :
      t’as des quartiers pavillonnaires qui recèlent de tout un tas d’enculés

      mais à la télé, on t’a dit "les cités", alors toi, tu répètes...


    • #2476286
      le 02/06/2020 par Mid
      La France éclatée : les cités…

      Faudrait aussi renvoyer les 10 000 médecins algériens des hôpitaux publics. Les nombreux boulangers
      tunisiens qui font aujourd’hui les bonnes baguettes françaises,
      à 4h du mat ainsi que tous ces étrangers qui prennent les boulots dont personne ne veut.
      Pour les cailles de banlieue, faut juste serrer la vis, gentiment,
      mais sûrement, et ça ira...


    • #2476773
      le 03/06/2020 par Le français
      La France éclatée : les cités…

      Ca fera plus d’emplois et d’apparts disponibles et moins d’emprunt de dette, moins de dépenses de police/justice/rénovation en tout genre et moins de violence, la sortie du désespoir remontera aussi probablement la natalité chez les français, bref, que des trucs dont on veut pas nous puisqu’on veut crever, d’où l’intérêt de poursuivre dans la voie du mélange des cultures jusqu’à disparition des blancs ou guerre ethnique, parce que si Attali le veut c’est que c’est bien pour nous.


  • #2475857
    le 02/06/2020 par la justice à nous
    La France éclatée : les cités…

    le dernier bastion qu’ils tentent de faire tomber parce qu’eux ont compris que pour lutter contre toutes ces racailles en cravate : 2 solutions
    - les armes
    - rester en clan et solidaire


  • #2475882
    le 02/06/2020 par Question
    La France éclatée : les cités…

    La question est : pourquoi les mondialistes ont ils choisi de faire venir en Europe des africains en masse et non des personnes originaires d’autres continents/pays ?

     

    • #2475904
      le 02/06/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
      La France éclatée : les cités…

      parce que ces personnes ne disposaient pas d’une éducation "européenne"
      elles étaient manipulables et corvéables (ils leur avaient fait croire au paradis)
      et éventuellement à retourner contre le peuple d’accueil, une fois l’arnaque effectuée, dans sa première phase

      c’est au bled, qu’il aurait fallu le construire, le paradis,
      en restant chez vous, fiers de vos origines

      pis aujourd’hui, on t’envoie des missiles, des drones, des attentats,
      t’as le cul farci de mensonges, tout le monde


    • #2475951
      le 02/06/2020 par sam
      La France éclatée : les cités…

      La réponse est : la géographie et le bon sens


  • #2475886
    le 02/06/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
    La France éclatée : les cités…

    "les cités, les racailles"

    mais les racailles élues au pouvoir ?

    d’un côté, tu craches sur les pauvres comme toi,
    et de l’autre, tu vas voter pour faire élire des racailles pires

    la pire cité, c’est l’élysée
    mais on t’a dit c’est le "palais présidentiel" :
    alors, tu te couches comme un clebs

    pt’être même tu veux une carte postale, une photo souvenir, un pin’s dans le cul


  • #2475895
    le 02/06/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
    La France éclatée : les cités…

    "un cirque mondialiste prétendument multiculturel"

    effectivement, une culture, c’est ancré dans des racines
    si on prend juste la gastronomie, par exemple, à travers le monde

    les nems, la choucroute, la paëlla, etc...

    et puis non : t’as un "menu" mc donalds

    la dernière fois que je suis allé dans un "restaurant" mc donalds
    j’avais juste commandé un café et un p’tit cornet de frites
    avec un verre d’eau, s’il-vous-plaît

    c’était dégueulasse, tout
    comme c’était au Luxembourg, à Paris,
    j’ai traversé, je me suis rendu dans le jardin, j’ai jeté des frites par terre :
    même les pigeons n’en ont pas voulu


  • #2476052
    le 02/06/2020 par Zobi Lepénis
    La France éclatée : les cités…

    le spécialiste des cités et le banlieusard du 93 Palm Beach
    va encore monopoliser à lui tout seul le débat ...
    dès lors qu’il s’agit de parler au nom des racailles des cités !
    c’est pas de leur faute...ni celle des parents...ni des dealers...
    ni des musulmans radicalisés islamistes...
    ni des voleurs, des violeurs et des braqueurs...
    si tout ça est arrivé c’est uniquement de la faute et à cause de la société !
    et des policiers Français racistes et Lepénistes ...blablabla...gnagnagna !

     

    • #2476213
      le 02/06/2020 par Juliette
      La France éclatée : les cités…

      Ce n’est pas du tout ce que j’ai lu...


    • #2476512
      le 03/06/2020 par Nyhotan
      La France éclatée : les cités…

      Il fait tellement l’ancien sur ces sujets là, toujours à poétiser une réalité pourtant simple...

      Pal Beach, tu es français c’est ça ? T’as des gosses ? Si oui, inscris les au foot dans ton 93 chéri, et reviens nous voir.


  • #2476171
    le 02/06/2020 par Rafik
    La France éclatée : les cités…

    Le nombrilisme français est légendaire... Le phénomène "racaille " n’est pas propre aux cités française et la racaille n’est pas une race (maghrébin et noire entre autre ) mais bien un phénomène sociale résultant du pouvoir libéral sans frontière. La racaillisation de la nouvelle génération montante n’est que la stratégie de couper l’herbe sous les pied d’un possible élan révolutionnaire dirigé vers l’oligarchie.ce n’est que soldat de la classe dominante prêt à gangrené chaque société occidentalise .... Nous retrouvons ce modèle de soldat partout y a cas voir ; Brésil avec leur favelas et l’Amérique latine en.général l’Europe de l’est l’Italie l’Espagne aussi enfin l’Europe à quelques exceptions prêt..... Je vie en Algérie et ce phénomène est bien aussi présent ici qu’ailleurs au Maghreb ou au moyen orient en Asie aussi donc s’il vous plait sortez de votre nombrilisme et regardez autour de vous la racaille est un soldat mondialiste ni plus ni moins

     

    • #2476405
      le 03/06/2020 par Praxis
      La France éclatée : les cités…

      On s’en fout d’ailleurs nous c’est nôtre pays qui nous intéresse et ceux qui pourrissent la vie des français au quotidien ;tu es sur ER ici pas sur bab el oued tv. L’immigration maghrébine en France a abaissé le niveau dans beaucoup de domaines : culturel,économique, social, civilisationnel .


  • #2476855
    le 03/06/2020 par Marcguimeud
    La France éclatée : les cités…

    Rien à cirer de ces territoires et de ces populations primitives, je vis en Bretagne au bord de la mer au sein de ma communauté blanche, nous vivons très bien et nous protégeons notre bien être.


  • #2479809
    le 08/06/2020 par crachetonvenin2
    La France éclatée : les cités…

    Macron Emmanuel étant inepte dans la gestion du haut de gamme français et quasiment bourgeois avec cette espèce de grande maladie internationale aussi mais traitée "à la française" .. appelée "Covid" ..., la problématique territoriale en suspens avec ces zones urbaines tant décriées et critiquées montre une sorte d’impossibilité de comprendre quoi que ce soit à cette si fameuse "politique" gouvernementale "pour que cela aille mieux".
    En effet, ... Macron Emmanuel, dès que cela devient compliqué même dans sa propre boutique comme Sarkozy aussi d’ailleurs ..., est incapable de sortir du rôle de Père de la Nation malgré son jeune âge et sa mine un peu enfantine.
    La dureté de la vie dans ces zones urbaines et périphériques ne pouvant être comprise par l’Elysée et ses sbires complétement déconnectés de la réalité française même dans un domaine "de prédilection" comme le médical urgent et donc "high-tech".
    Les gens qui travaillent pour de vrai et quand même dans ces zones ou qui y interviennent sont ils et elles des personnes avec le label "Président de la République" directement ... puisqu’en dessus d’eux et elles ... règne l’incompétence ?
    Qui peut parler de politique "des banlieues" ... ? Celles et ceux qui y ont des activités honnêtes ou alors .... les politiques qui doivent descendre de leurs comptes bancaires ?
    Devrait on organiser des élections avec un Président pour chaque zone urbaine défavorisée plutôt que ?
    La prochaine pour 2022 .... ???


Commentaires suivants