Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire : 1515... Marignan !

La bataille de Marignan, en septembre 1515, oppose les troupes du roi de France François Ier aux mercenaires suisses soldés par le duc de Milan et le pape Léon X. Si le roi s’y illustre en souverain guerrier, chargeant à la tête de ses troupes, la victoire ne tient qu’à l’arrivée décisive de renforts vénitiens. Pour autant, la propagande française immortalisera cette victoire et lui donnera son retentissement si singulier. Malgré tout, le rêve italien de François Ier ne durera pas...

 

 

Redécouvrir l’histoire avec Kontre Kulture :

La Petite Histoire, sur E&R :

 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1898732
    Le 11 février à 14:21 par Edward
    La Petite Histoire : 1515... Marignan !

    D’ailleurs, c’est cette France là : Monarchique, Catholique, Panache ; cette France avec comme symbole la Fleur de Lys (emblème de noblesse et de prestige) qui est respectée dans le monde entier.

    Cette France des grands hommes : Cardinal de Richelieu, Saint Louis, Napoléon, Louis XIV, Colbert, Mazarin, Jeanne d’Arc, Lully et j’en passe qui émerveille le monde.

    Pas cette république décadente.

    Alain Soral, Dieudonné, Vincent Lapierre, Pierre Hillard, Marion Sigaut et les autres représentent bien cette Grande France avec un grand F.

     

    Répondre à ce message

    • #1899096
      Le 11 février à 21:07 par Jay
      La Petite Histoire : 1515... Marignan !

      La relation de la France avec l’Eglise n’est pas une histoire d’amour.
      8 rois excommuniés, dont Henri IV et louis XIV.

       
    • #1899168
      Le 11 février à 22:28 par Edward
      La Petite Histoire : 1515... Marignan !

      @Jay

      C’est vrai mais l’Histoire est faite de disputes et de réconciliations. La France, étant la fille ainée de l’Eglise, elle se réconciliera avec l’Eglise (la vraie, j’entends bien).

       
  • #1898749
    Le 11 février à 14:44 par lemecnormal
    La Petite Histoire : 1515... Marignan !

    Victoires et défaites,la France s’est faite au fil de l’épée...Il parait que François Ier
    se faisait servir ,à ses banquets,par des femmes aux seins nus,ah que n’ai-je vécu à cette époque !

     

    Répondre à ce message

  • #1899130
    Le 11 février à 21:44 par Eric95
    La Petite Histoire : 1515... Marignan !

    Edward a écrit : "... cette France avec comme symbole la Fleur de Lys (emblème de noblesse et de prestige)..."

    Edward, les trois fleurs de lys qu’arboraient sur leur blason les rois de France symbolisaient les trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité.

     

    Répondre à ce message

    • #1899166
      Le 11 février à 22:26 par Edward
      La Petite Histoire : 1515... Marignan !

      Ce qui fait un emblème de noblesse (de mon point de vue, j’entend) puisque le royaume de France suivait ces 3 vertus, ce qui a aussi fait son prestige.

       
  • #1899637
    Le 12 février à 23:36 par H.W. de Loèche
    La Petite Histoire : 1515... Marignan !

    C’est un peu court ! Mais normal considérant le format.
    Les Suisses dans cette affaire n’étaient pas des mercenaires. La Confédération des XIII Cantons avait sa politique italienne. Depuis 1500 l’actuel Tessin, Canton suisse au sud des Alpes et de langue italienne et sa propriété, prise au Duché de Milan. Un Sforza est Duc de Milan, mais il est la marionnette des Suisses, particulièrement du Cardinal Schyner, un Valaisan grand ordonnateur de la politique du Pape.
    Je me permets quelques précisions et ajouts concernant la bataille. L’artillerie de campagne de François I n’est pas une nouveauté. On la voit apparaître de manière efficace et organisée dans les Guerres de Bourgogne dans l’armée du Duc. Et déjà contre les Suisse qui sauront la défaire. L’argent de François parvint à diviser les Suisses. Environ un tiers des Confédérés se retirent (principalement les bernois, le Canton le plus puissant) après la promesse du Roi de France de payer la dette due pour l’aide des Confédérés dans les Guerres de Bourgogne. A noter que la paix perpétuelles dura non pas jusqu’à la Révolution, mais est toujours en vigueur, même si elle n’est pas renouvelée comme il en était l’usage à chaque avènement d’un nouveau souverain. Elle fut célébrée récemment à Paris au Sénat. Suite à Marignan et au versement promis par le Roi pour la dette de Bourgogne (Berne) et des indemnités aux vaincus (si, si !) Les Suisses changèrent de camp et furent les plus fidèles alliés de la Monarchie jusqu’au massacre des Tuileries. Encore un mot sur la bataille. Les Suisses se retirèrent emportant morts et blessés et s’en retournèrent au nord des Alpes pour partie et les autres restant à Belinzone ou dans le Val d’Osola après avoir livré Milan.

     

    Répondre à ce message

    • #1899881
      Le 13 février à 14:03 par Alex Trêm’droatt, Alex Trêm’gosh
      La Petite Histoire : 1515... Marignan !

      Ce fut un exploit de vaincre les suisses à l’époque ; ils étaient les guerriers les plus réputés et les plus crains d’Europe ... et encore aujourd’hui, personne ne songerait vraiment à attaquer la Suisse, dernier pays du continent à avoir une armée où le soldat est sensé payer de sa poche son équipement, ce qui le rapproche de l’hoplite grec (un guerrier-artisan qui se bat pour sa cité et qui sait pour quelle raison il va partir à la guerre ; guerre qu’il ne fait pas parce qu’il en a reçu l’ordre mais parce qu’il a calculé que l’intérêt de sa cité et ses propres intérêts se recoupaient).

       
  • #1901572
    Le 15 février à 17:29 par nicolasjaisson
    La Petite Histoire : 1515... Marignan !

    Il faudrait raconter les campagnes du connétable de Bourbon passé aux Impériaux après avoir été dépouillé de ses fiefs par François Ier. Ses victoires contre les Français ont servi de modèle à Bonaparte lors de ses campagnes d’Italie. C’est beaucoup plus intéressant que 1515, Marignan. Vous pourriez aussi raconter comment Bayard traitait les arquebusiers qui avaient le malheur de tomber en son pouvoir. Les guerres d’Italie ont vu beaucoup d’innovations militaires qui ont fait école ensuite dans toute l’Europe, notamment auprès de Gustave II de Suède qui saura mettre à profit les innovations dans l’art d’utiliser la cavalerie équipée d’armes à feu contre les carrés d’infanterie et mettra au point les premières stratégies combinées inter-armes qui feront école en France avec la création des corps d’armée interarmes par Gribauval.

     

    Répondre à ce message