Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire : Bonaparte et le coup d’État du 18 Brumaire

Nous sommes en août 1799. La campagne d’Égypte tangue entre le fiasco militaire et la conquête culturelle réussie. Malgré les revers et la chaleur, Bonaparte est fixé : il faut rentrer en France. Dans l’hexagone, la situation est dramatique. Les territoires conquis par le jeune général ont été perdus, le Directoire offre un visage pitoyable de corruption et de désordre. Le fruit est mûr, et le peuple le réclame. L’aigle s’apprête à prendre son envol.

 

 

Redécouvrir l’histoire avec Kontre Kulture :

La Petite Histoire, sur E&R :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1886061

    Il faut savoir que c’est au moins le 5e coup d’État depuis celui du 14 juillet 1789 au cours duquel les hommes du duc d’Orléans ont assassiné puis décapité le maire de Paris pour le remplacer par Bailly, et permettre à La Fayette de créé la Garde nationale qui était le bras armé de la Bourgeoisie pour évincer la terreur les autorités légitimes, privatiser les Biens nationaux (hôpitaux, collèges, etc..), puis mettre au pouvoir le Comité de salut public. Le Directoire avait aussi pris le pouvoir avec un coup d’état, remplaçant le titre de roi par celui de directeur qui était en usage exclusivement pour la Compagnie des Indes, et autres compagnies de banques, de commerce et de manufacture.

    Contrairement à ce que disent les livres d’histoire, Bonaparte n’était pas un "petit caporal", mais un très brillant officier, qui avait réussi les concours très difficiles d’accès à l’École militaire, puis à celle d’artillerie, l’équivalent actuel de Saint-Cyr et de Polytechnique. Il était issu de la branche corse d’une famille d’ancienne noblesse toscane alliée aux Comnène, raison pour laquelle l’empereur d’Autriche avait pu accepter de lui donner sa fille en mariage.

    Bonaparte a entièrement restauré la paix, la prospérité et les institutions traditionnelle de la France, répudié les 2/3 de la dette avec la loi du Tiers consolidé, redressé les finances et l’économie, et établi un blocus du commerce anglais. Ce sont les Anglais qui ont fomenté dans toute l’Europe l’hostilité qui a obligé Napoléon à la guerre.

    Il faut lire les "Conversations sur le christianisme" de Napoléon à Sainte-Hélène (2014, Éditions du Rocher), on y voit qu’il était un catholique sincère.

    "Je ne vois dans Lycurge, Numa et Mahomet, que des législateurs, qui, ayant le premier rôle dans l’État, ont cherché la meilleure solution du problème social ; mais je ne vois rien là qui décèle la divinité ; eux-mêmes n’ont pas élevé leur prétention si haut. Il est évident que la postérité seule a divinisé les premiers despotes, les héros, les princes des nations et les instituteurs des premières républiques. Pour moi, je reconnais les dieux et ces grands hommes pour des êtres de même nature que moi. Leur intelligence, après tout, ne se distingue de la mienne que d’une certaine façon : ils ont primé, rempli un grand rôle dans le temps, comme je l’ai fait moi-même.
    Il n’en est pas de même du Christ. Tout de lui m’étonne ; son esprit me dépasse et sa volonté me confond. Entre lui et quoi que ce soit au..

     

    Répondre à ce message

    • #1886317

      Napoléon était Franc Maçon -comme toute sa famille-.
      Dans toutes les capitales conquises il implanta des loges maçonniques.
      Selon Nesta Webster, ses victoires à Marengo et Austerlitz ont été acquises grâce à des trahisons de FM chez l’ennemi. On avait déjà vu ça moultes fois : "victoire" de Valmy pendant la révolution, victoire des insurgents américains contre les anglais ...

      Napoléon n’était donc absolument pas un catholique sincère.
      Un des premiers buts de la secte était d’enlever au Pape son indépendance. Napoléon s’y employa.
      Février 1808 - le général Miollis s’empare de Rome ; Napoléon publie un décret qui réunit tous les Etats du Pape à l’empire français.
      Pie VII est enlevé du Quirinal, tandis que les cardinaux sont internés à Paris ou enfermés dans les prisons de l’Etat.
      Prisonnier lui aussi, le doux vieillard subit l’assaut de la violence et de la fourberie pour obtenir l’annulation du Concordat pour en signer un autre faisant abandon quasi-complet de sa juridiction sur l’Eglise de France.

      Napoléon ruine l’Eglise en France et partout où il peut en Europe
      Tout en établissant l’égalité des cultes, partout où ses armes le portaient Napoléon expulsait les religieux et vendait les biens ecclésiastiques.
      Les Etats séparés de l’Eglise, et l’Eglise romaine privée de souveraineté temporelle, telles sont les deux préoccupations les plus constantes de la Franc-maçonnerie, le double objet de ses plus continuels efforts.

      L’on sait à quel point la propriété est nécessaire à l’indépendance ; le clergé n’en aura plus. Ses biens, les plus légitimes fussent-ils, ne lui seront point rendus ; il sera réduit à la condition de salarié, et l’on ne se fera point faute de lui couper les vivres pour lui rappeler sa sujétion.
      Mais on sait par quelle savante tactique cette liberté a été restreinte de jour en jour.

      Le gouvernement est chargé de fournir au clergé le vivre et le couvert, mais le Concordat lui accorde le choix des personnes à élever aux dignités ecclésiastiques :
      • Le premier Consul nommera, les archevêques et évêques des nouvelles circonscriptions.
      • Le premier Consul choisira les nouveaux évêques aux sièges devenus vacants.
      • Les évêques nommeront aux paroisses et ne choisiront, que des personnes agréées par le gouvernement.
      Les gouvernants se firent un devoir de désigner -sciemment- des incapables et même des indignes.
      Et Bonaparte empêcha les Ordres religieux de se reconstituer.
      ...
      Thémistoclès

       
    • #1886378

      toujours regrettable Mr PL de déformer ou de ne pas tout dire....
      comment un Corse désargenté de Corte peut financer, équiper, armer des campagnes de 500.000 hommes....
      ....en créant la "Banque de France" qui n’a rien "de France" puisque aux mains de personnes privées qui, en échange du financement de ses campagnes ont en retour le droit unique de battre monnaie....
      Pompidou fit de même, résultat la France est endettée (2.400 milliards d’euros ce jour) c’est à dire les français, au profit....des mêmes.

       
    • #1886437

      Napoléon n’était absolument pas catholique, il l’a dit lui même a Bertrand quand il était a Saint-Hélène au moment de rédiger ses mémoires.

      C’était en outre un égocentrique susmentionné (totalement contraire au christianisme) avare et imbu de lui même. Il a certes fait claquer le drapeaux de la France dans toute l’Europe mais au prix de la vie de centaines de milliers de paysans français morts pour quelle résultat aujourd’hui ? Autre que le retard démographique qu’ont connu par la suite nos campagnes aujourd’hui vide ?

      N’oublions pas que Napoléon a rétabli la loi (dont le nom m’échappe aujourd’hui) qui permettait aux riches de s’acheter un pauvre pour qu’il aille se battre à sa place. Sans parler du rétablissement de l’esclavage.

      Bref, on peut être OK pour l’hagiographie mais n’en rajoutons pas trop non plus quand ce n’est pas nécessaire.

       
    • #1887915

      Un grand homme. Une configuration pulsionnelle complexe. Il appartient à la lignée des grands législateurs de l’Histoire. On comprend le ressentiment des Anglais...

       
  • #1886062

    Napoléon ou comment la République est prête à tout pour se conserver...la dictature et un relatif retour de l’autorité religieuse qu’elle hait tant.

     

    Répondre à ce message

  • #1887092
    Le 25 janvier à 20:04 par lejoueurdego
    La Petite Histoire : Bonaparte et le coup d’État du 18 Brumaire

    Commentaires avisés des uns et des autres !
    Mais Vive la Petite Histoire,qui est aussi Notre Grande Histoire !

     

    Répondre à ce message

  • #1887679
    Le 26 janvier à 15:25 par 2 Sucres pour Gilbert
    La Petite Histoire : Bonaparte et le coup d’État du 18 Brumaire

    Vive le Roy, vive Louis XX.

     

    Répondre à ce message