Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

Retour sur la vie de Robert Edward Lee, généralissime des armées confédérées et figure charismatique de la guerre de Sécession américaine.

 

 

Découvrir l’histoire avec Kontre Kulture :

La Petite Histoire, sur E&R :

 






Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1835638
    Le 8 novembre à 12:36 par Fabien
    La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

    Merci pour ce petit cours bien utile.
    Moi qui croyait que le général Lee avait tuer le président Kennedy !

     

    Répondre à ce message

  • #1835734
    Le 8 novembre à 15:10 par La rochejaquelein
    La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

    Lire sur le sujet « Le blanc soleil des vaincus » de Dominique Venner. Un livre éclairant et très bien écrit, sur une guerre qui fut celle d’un Nord impérialiste sur les états du sud, plus aristocratique par l’esprit et les moeurs, et moins dur avec leurs esclaves que ne l’était le nord avec leurs ouvriers. Bien loin donc, de l’habituelle lecture d’une case de l’oncle Tom libéré par un capitalisme pétrit de compassion pour la condition de l’esclave du sud. Une bonne analyse en fin d’ouvrage sur les raisons de l’apparition du KKK. Lee fut un chef de guerre et un homme d’honneur comme il en existe peu dans l’histoire.

     

    Répondre à ce message

  • #1835984

    Drôle de titre .Avant de lire l’ article, voici ce que ce titre m’ inspire : "Droite des valeurs" = général Lee, "Gauche du travail" = les esclaves dans les plantations."

     

    Répondre à ce message

  • #1835987
    Le 8 novembre à 22:49 par késako
    La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

    Deux jours avant l’investiture de Lincoln en tant que 16e président, le Congrès, composé uniquement des États du Nord, a adopté avec une majorité écrasante le 2 mars 1861, l’amendement Corwin qui accordait une protection constitutionnelle à l’esclavage. Lincoln a approuvé l’amendement dans son discours inaugural en disant : « Je n’ai aucune objection à ce qu’il soit immédiatement applicable et irrévocable. »

    C’était clair que le Nord n’était pas prêt à partir en guerre pour mettre fin à l’esclavage au moment où, à la veille de la guerre, le Congrès américain et le futur président étaient sur le point de rendre inconstitutionnel l’abolition de l’esclavage.

    Nous avons ici la preuve totale et absolue que le Nord voulait bien plus le maintien du Sud dans l’Union que l’abolition de l’esclavage.

    Si la vraie préoccupation du Sud était de maintenir l’esclavage, le Sud n’aurait pas refusé la protection constitutionnelle de l’esclavage qui venait de leur être offerte sur un plat d’argent par le Congrès et le Président. De toute évidence, pour le Sud, le problème n’était pas l’esclavage.

    Le véritable problème entre le Nord et le Sud ne pouvait pas être réglé sur la base d’arrangements sur l’esclavage. La vraie question était économique, comme l’ont démontré DiLorenzo, Charles Beard et d’autres historiens. Le Nord a proposé de préserver l’esclavage de manière irrévocable, mais le Nord n’a pas envisagé d’abandonner les tarifs élevés et la politique économique que le Sud considérait comme hostile à ses intérêts.

     

    Répondre à ce message

  • #1836095
    Le 9 novembre à 11:15 par Jean-Elie
    La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

    C’était un grand Guerrier. Son fils a tourné dans des films de Kung-fu...

     

    Répondre à ce message

  • #1836453
    Le 9 novembre à 19:23 par Bison
    La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

    Tant qu’a célébrer un général qui a gagné des batailles, pourquoi ne pas plutôt privilégier un héros qui saura aller dans le sens d’une réconciliation plutôt qu’un personnage sujet à polémique ?

     

    Répondre à ce message

    • #1836941
      Le 10 novembre à 13:35 par karimbaud
      La Petite Histoire : le général Lee, l’honneur du Sud

      @Bison........et pourquoi devrions-nous nous " coucher " à chaque fois que des officines communautaristes nous enjoignent de le faire !?...Le général Lee était homme bien plus vertueux que tous ces moralisateurs de la 25 ème heure...je l’ai déjà dit et répété dans des posts ici-même, ce sont les barrières douanières et la paupérisation du Sud par le Nord qui sont à l’origine de la sécession des états confédérés ( dommage que mon message-hommage à Lee n’ait pas été retenu !! )...et la libération des esclaves n’étaient pas et de loin, la priorité de l’administration Lincoln ( l’obsession de Lincoln et on comprend son point de vue basé sur la realpolitik, était de maintenir à tout prix l’Union ), le manichéisme sirupeux de notre époque hypocrite fait décidément bien des dégâts ...j’invite les personnes intéressées ou passionnées comme moi par cette période à se procurer le dvd : " The American Experience, The civil war " documentaire légendaire et très respecté aux States et ailleurs, qui en 4 dvd de près de 11 heures raconte la genèse, le pourquoi du comment et le sort des armes à travers le destin de divers soldats des deux camps et de différentes personnalités ( lettres d’humbles hommes de troupes mais aussi mots de grands écrivains contemporains comme Herman Melville, Ralph Waldo Emerson, Walt Whitman ou Nathaniel Hawthorne...), avec des citations profondes et une musique sublime, qui par le biais de la dure réalité de la guerre et des morts, éclaire d’un jour à la fois " romanesque et terriblement humain ces heures grandioses et tragiques qui ont façonné une nation jusqu’à lui " redonner " comme une seconde naissance .