Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire : La guerre de Crimée, premier conflit moderne

Premier conflit moderne, avec ses tranchées et ses photo-reporters, la guerre de Crimée a engagé la France de Napoléon III aux côtés de l’Angleterre contre l’Empire Russe.

 

Partant de la désintégration de l’Empire Ottoman, ce conflit impopulaire aura vu les armées s’enliser, dans le froid et la faim, décimées par les maladies, pour des résultats contestables.
Que faisait la France dans cette guerre, comment a-t-elle débuté, et que doit-on en retenir ?
C’est ce que Christopher Lannes vous propose de découvrir dans ce nouvel épisode de La petite Histoire.

 

Du XIXe siècle à la Crimée d’aujourd’hui,
plongez-vous dans l’histoire avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1826544

    Vu le dernier Christopher Lannes hier 3 fois, car, comme presque tout le monde, je ne connaissais rien à cet épisode important de l´histoire récente. En effet, on apprend que plus de 90 000 soldats francais, sont morts pour rien. Un épisode glorieux de plus, de la glorieuse République. Avec cette première petite algarade dans les tranchées, on a une mise en bouche de la guerre de 1914, 1,5 million de morts.

    Ce qui me dépasse, c´est tout ces gauchistes, républicains, héritiers de toutes ces boucheries inutiles, pour la France pas pour certains financiers ; et qui continuent toujours et toujours, a voté contre le fascisme, pour le renouveau, les femmes, la liberté d´expression, les chances pour la France, Obono, Garrido... C´est très dépressif d´en avoir conscience.

    Qui connaissait l´origine de Malakoff ou du pont de l´Alma ? Personne pour ainsi dire.

    Étudier l´histoire est Le point central dans la destruction ou non, d´une civilisation. Si on connait l´histoire on connait son identité, et l´on doit un moment s´intéresser aux acpects économiques, sociaux, démographiques - 90 000 morts sur 32 millions d´habitants c´est colossal -, politique...

     

    Répondre à ce message

    • #1826564

      Tolstoï y etait au siege. Jeune officier aux idees courtes et moeurs legeres. Tolstoï avant Tolstoï, Je vous conseille les conferences a la radio television suisse données sur la vie de Tolstoï par Henri Guillemin. Ca se trouve sur le net.

       
  • #1826577

    Je ne suis pas historien mais il me semble que les raisons de cette guerre ne sont pas très bien expliquées.
    Jacques Bainville prend comme ligne conductrice de l’histoire anglaise moderne, l’équilibre des pouvoirs des nations en Europe, toute nation devenant trop puissante est leur ennemi, de là les guerres napoléoniennes (le vrai pas le petit !).
    Cette géopolitique sera reprise plus tard sous une forme transformée par les USA, la politique du containment encore à l’oeuvre aujourd’hui, les français sont donc si on suit cette logique, de simples supplétifs, comme quoi, l’histoire repasse parfois les mêmes plats.
    Du côté russe, on peut lire leur histoire moderne comme une politique du désenclavement, de là l’importance vitale de la Crimée pour eux.

     

    Répondre à ce message

  • #1826626

    Dans le canton de Vaud (Suisse) le "malakof" se mange ! C’est une sorte de croûte au fromage. Il y avait de nombreux soldats suisses avec les troupes françaises et anglaises pendant la prise de Sébastopol.

     

    Répondre à ce message

  • #1826642

    Les errements diplomatique de Napoléon III : y a de quoi faire une video là dessus. Même si je sais que ce fut pour lui une façon de "casser" le traité de 1815, cette guerre nous couté plus qu’elle nous a rapporté.... rapporté quoi d’ailleurs ? L’honneur ? En plus de nous mettre à dos les Russes, qui nous auraient bien aidé contre la menaçante Prusse.

     

    Répondre à ce message

  • #1827150

    Intéressant comme toujours. Mais un petit reproche amical à Christopher Lannes : il aurait pu (et du) faire allusion au naufrage de la Sémillante et à ses 800 disparus au large de Bonifacio sur les récifs des îles Lavezzi destinée à emmener des renforts en Crimée.

     

    Répondre à ce message