Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Russie a-t-elle gagné la guerre des sanctions ?

Avant d’entrer dans le détail des conséquences inattendues des sanctions occidentales, le point sur l’économie russe par Alexandre Latsa :

 

 

Les sanctions étaient censées punir l’élite moscovite, mais elles ont au contraire stimulé le développement économique et le patriotisme.

 

Le débat actuel sur les sanctions contre la Russie porte sur leurs cibles et leur portée. Punissons-nous les gens dont nous voulons changer le comportement ? Infligeons-nous des souffrances aux bonnes personnes, aux responsables du chaos en Ukraine et en Crimée, des attaques contre Sergei Skripal et autres, de l’ingérence dans les élections occidentales ? Pouvons-nous nuire aux élites russes suffisamment pour faire bouger Poutine ? En avons-nous fait assez ?

Mais dans au moins un secteur les sanctions sont un cas d’école de conséquences imprévues : grâce aux sanctions, les agriculteurs russes sont on ne peut plus prospères. Les contre-sanctions ciblant les importations de produits alimentaires occidentaux – entrées en vigueur quelques jours seulement après les sanctions occidentales à l’été 2014 – ont d’abord grandement perturbés les consommateurs russes attachés aux délicieux fromages européens et aux plats préparés. Mais leur palais s’est rapidement ajusté, et la nécessité de pallier la privation des produits importés a propulsé la Russie, en 2016, au premier rang des exportateurs de blé au monde. La part étasunienne du marché mondial de l’agroalimentaire s’étiole à cause des tarifs douaniers de l’ère Trump et des guerres commerciales, et la Russie s’emploie activement et énergiquement à combler le vide.

 

Les sanctions

Début 2014, suite à l’annexion illégale de la Crimée par la Russie et à sa participation aux soulèvements séparatistes de l’est de l’Ukraine, les États-Unis, l’Union européenne et plusieurs autres pays occidentaux lui ont imposé des sanctions. En 2014, les mesures ont d’abord été diplomatiques (réduction des réunions et des pourparlers prévus) puis on est passé à des restrictions visant certaines personnes et organisations (refus de visas et gel des avoirs), et enfin, en juillet et septembre, à des restrictions visant les secteurs financier, militaire et énergétique de la Russie. Ces dernières sanctions restreignent l’accès de la Russie aux marchés des capitaux et aux prêts à faible taux d’intérêt, imposent un embargo sur les armes et interdisent l’exportation de biens à double usage à des clients militaires, ainsi que l’exportation de technologies extractives novatrices (et une autorisation spéciale est requise pour toute autre exportation liée à l’énergie). Depuis 2014, ces sanctions sont maintenues et renforcées, tout en restant dans les mêmes domaines.

En août 2014, la Russie a pris des contre-sanctions interdisant l’importation de certaines denrées alimentaires des États-Unis et de l’UE, comme le bœuf, la volaille, le poisson et les fruits de mer, les fruits et légumes, les noix, le lait et les produits laitiers, le fromage et une vaste gamme d’aliments transformés et préparés. L’interdiction était considérable et couvrait à la fois des produits de base et des articles de luxe. Elle concernait de nombreux produits alimentaires importés dont la Russie était très dépendante, et il était impossible de compenser ces pénuries en important des produits d’autres pays du fait de la vaste étendue du territoire de la Russie (et de la variété de ses régions).

 

L’impact

Les sanctions ont eu trois effets immédiats sur la Russie : une volatilité accrue des marchés des changes, ce qui a entraîné une forte dépréciation du rouble et partant des pressions inflationnistes ; un accès restreint aux marchés financiers ; un effondrement de la consommation et des investissements. Les importations ont chuté au troisième trimestre de 2014. La chute brutale des cours mondiaux du pétrole au quatrième trimestre de 2014 a probablement eu des effets encore plus profonds sur l’économie russe que les sanctions et les contre-sanctions. Fin 2014 et début 2015, les prix du pétrole ont tellement chuté (de 100 dollars le baril au deuxième trimestre 2014 à moins de 60 dollars à la fin de 2014, et encore moins au second semestre 2015) que les recettes d’exportation de la Russie ont diminué d’un tiers. Et les sanctions financières interdisaient à la Russie d’atténuer la chute du prix du pétrole en empruntant de l’argent.

D’emblée, les contre-sanctions ont eu un impact négatif annuel de 9,5 milliards de dollars en produits alimentaires, soit presque le dixième de la consommation alimentaire totale de la Russie et le quart des importations alimentaires. Avant les contre-sanctions, la production nationale couvrait moins de 40 % de la consommation russe de fruits, 80 % du lait et des produits laitiers et 90 % des légumes ; la Russie était déjà un exportateur net de céréales, pommes de terre et plantes oléagineuses. Les contre-sanctions ont supprimé 60 % des importations de viande et de poisson, et la moitié des importations de produits laitiers, de fruits et de légumes. Au total, la part des importations dans la consommation alimentaire totale s’est effondrée, passant de plus d’un tiers en 2014 à un peu plus de 20 % au deuxième trimestre de 2017.

Les prix ont tout de suite augmenté. En février 2015, l’inflation alimentaire (en glissement annuel) dépassait 23 %. Les ménages ont modifié leurs habitudes d’achat et leurs habitudes alimentaires, passant d’aliments plus chers, autrefois importés (fruits, lait/lait, bœuf), à des produits moins chers, d’origine nationale (pommes de terre, pain, poulet), et ont adopté des stratégies « d’achats astucieux » en s’intéressant davantage au rapport qualité-prix (notamment en se détournant des marques de prestige au profit des marques de distributeurs fiables). En peu de temps, la consommation s’est ajustée et redressée. En 2018, la hausse des prix des denrées alimentaires était nettement inférieure à l’inflation globale.

 

 

Certains produits alimentaires de l’UE, interdits par les contre-sanctions, ont été réexportés en Russie par d’autres pays. Au dernier trimestre de 2014, par exemple, les exportations de produits laitiers de l’UE vers la Biélorussie ont décuplé par rapport à l’année précédente, et les exportations de fruits et de poisson ont doublé, ce qui ne correspond bien sûr pas à une augmentation de la consommation intérieure biélorusse. Bien qu’elles ne représentent pas un pourcentage important du commerce alimentaire global de la Russie, ces importations secondaires ont exacerbé les tensions commerciales entre la Russie et la Biélorussie, et provoqué le rétablissement des contrôles douaniers entre les deux pays en décembre 2014, ainsi que la menace de restrictions aux importations de produits laitiers du Biélorussie dont la dernière a été proférée au printemps 2018. Probablement à juste titre, la Russie accuse la Biélorussie de servir de canal à des aliments interdits, contrefaits, de mauvaise qualité ou mal étiquetés.

 

L’industrie

Les contre-sanctions ont été une véritable manne pour l’industrie agroalimentaire russe. Elles ont légitimé et catalysé une stratégie de substitution aux importations qui avait été mise en place à la fin des années 2000 : l’objectif était d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. En d’autres termes, les sanctions ont permis à Poutine de résoudre un problème remontant à l’effondrement du secteur alimentaire dans les années 1990. Le calendrier des contre-sanctions – annoncées quelques jours seulement après les sanctions – a amené de nombreux observateurs à se demander si les listes des produits interdits n’avaient pas été élaborées bien avant, dans le cadre d’une stratégie de stimulation de la production intérieure.

Lire l’article entier sur legrandsoir.info

La Russie, modèle d’indépendance, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2180218

    J’ai rien suivi de ce que Mr Latsa a dit.
    Faut que je le réécoute... mais sans l’image.

     

    • La journaliste n’arrêtait pas de vous regarder.
      Je crois que vous lui plaisez.


    • #2180269

      pareil, impossible de suivre avec la présence de cet ange.


    • #2180307

      T’es pas le seul .... Sourire "gaulois" !!!!


    • #2180525

      Maintenant vous comprenez mieux pourquoi à l’époque les écoles n’étaient pas mixtes ? (et pourquoi le niveau des élèves s’est effondré depuis qu’elles le sont ?)


    • #2180802

      On en est là ... hé ben c’est pas gagné.

      Après bon, y’a des gens qui ne savent penser qu’avec leur bite, et pas grand chose d’autre. Surement les mêmes qui parlent de psg/om ou de michael jackson sur des articles parlant des gilets jaunes.

      Essayez de relever un minimum le niveau les gars ... surtout ici. Ou alors allez vous faire une pougnette, vous aurez l’esprit libéré pour aborder des sujets sérieux.

      Perso ce qui m’empêche de regarder la vidéo c’est l’aspect ultraformaté et tellement pas naturel ... à la première phrase de la miss j’ai quitté. Impossible de regarder une video avec des dialogues pareils. Dommage car c’est sûrement intéressant, mais j’arrive pas à faire abstraction de ce faux dialogue.


  • Oui, moi aussi j’adore le rempotage... ça va 2 minutes ! mdr

    Non, ce qu’il faut savoir pour comprendre l’essor de l’économie russe depuis 2000, c’est qu’en 2001 la Chine a officiellement activé sa collaboration avec l’UE en intégrant la World Trade Organisation, et que la Russie, qui sert logiquement de liaison, a reçu des investissement directs sans précédent en provenance des principaux pays européens ( France en tête, comme en Chine). Que depuis qu’elle a elle-même intégré cette nébuleuse Organisation en 2012, elle développe les relations chinoises avec son "Far East," et s’implique militairement sur la fameuse "Route de la Soie" historique d’Orient, une région bombardée d’est en ouest, qui relie la Chine à l’Europe, et que c’est d’ailleurs précisément pour ce faire que, des Viking à Poutine en passant par Nobel ou les moudjahidines, l’impérialisme européen l’a créée il y a 1000 ans et la contrôle toujours intégralement aujourd’hui, comme les 192 autres nations de l’ONU, Voilà, c’est tout, en fait..

    Bref, pas besoin de tenir la chandelle durant un quart d’heure sur l’économie ;)


  • #2180273

    Depuis quand des yankees décérébrés peuvent battre des joueurs d’échecs ?

    Le pire c’est qu’ils en redemandent !

    Les Russes devraient être reconnaissants envers Dieu pour avoir des adversaires aussi stupides !


  • #2180324
    le 17/04/2019 par Zeubi la mouche
    La Russie a-t-elle gagné la guerre des sanctions ?

    Elle est plus jolie que Elisabeth Lévy ou Christine Angot cette journaliste,du coup j’ai plus de mal a écouter Alexandre !
    Mille excuses

     

    • #2180547

      Côté russe, un ange (Diana) vs en France, nos démones histrioniques (Levy, Angot) aussi laides que bêtes. J’ai mal aux mirettes et la langue pendante comme Blitz le loup devant cette beauté. Quelle jolie russe au regard félin !!


  • #2180415
    le 17/04/2019 par nicolasjaisson
    La Russie a-t-elle gagné la guerre des sanctions ?

    83% de la population russe dépend de l’Etat pour ses revenus et donc de la manne pétrolière qui alimente les caisses de sa Trésorerie. Dans le contexte actuel de l’économie post-carbone c’est de la pure folie. L’Etat contrôle donc étroitement la masse salariale soumise à une forte inflation des prix à la consommation, quoi qu’en dise l’auteur. Il eut été plus judicieux de favoriser le retour à la campagne plutôt que de concentrer la population dans des mégapoles où la population doit s’alimenter dans les grandes surfaces. L’économie privée étant réduite à la portion congrue, il est naturellement hors de question de s’installer au vert du fait de la désertification industrielle qui touche de nombreuses régions, alors que les services dans les nouvelles technologies sont contrôlés par les fonds publics qui financent des parcs d’innovation dans la banlieue des mégapoles. On aurait aimé quelques chiffres à propos d’un pouvoir d’achat en chute libre dans une économie atone pompée par les dépenses militaires et la corruption budgétaire depuis une bonne dizaine d’années. Peine perdue, l’auteur ignorant superbement les sources russes comme rosstat.ru, gazeta.ru ; svpressa.ru ; Tsargrad.tv,ou les innombrables samizdat sur internet où la population essaie péniblement de se faire entendre, malgré les nouvelles lois réprimant la critique de l’Etat.

     

    • #2180509

      Je crois que tu lis trop la presse mainstream....


    • #2182048

      @francky
      Vous refusez de comprendre pour croire que tout va bien en Russie, et que la population ne souffre pas. Il est plus informé que vous sur la situation en Russie, même si le président tente de lutter contre la corruption, les libéraux qui entourent Poutine ou qui se trouvent dans l’opposition, mènent une politique d’autodestruction, beaucoup de dépenses inutiles et les gens modestes ne peuvent plus vivre convenablement. Par exemple, si en France une femme qui accouche reçoit des aides, ce n’est pas le cas en Russie, car elle reçoit 50 roubles par mois (prix moyen du pain dans une grande ville) si elle ne travaille pas, si elle veut une aide plus importante, elle doit travailler, à cause de ça la naissance est en chute libre dans le pays.
      Les prix ne cessent d’augmenter, chaque année, et de plus en plus de produits de mauvaise qualité et contrefaits sont dans les supermarchés qui appartiennent tous à des groupes occidentaux. Les commerces de proximité qui vendaient des produits de la ferme, ne cessent de fermer et des gens se retrouvent de plus en plus au chômage, mais Poutine adore attirer ces loups occidentaux qui viennent remplir leur poche en Russie. Uniquement les gens qui ont un bon salaire qui jouissent de la vie, sinon la pauvreté augmente, et les plus pauvres servent de vaches à lait pour les élites qui s’enrichissent. Non seulement, il a eu cette réforme des pensions, qui met les gens en colère, mais toutes les factures ont augmenté. Et même si vous avez un terrain, c’est une courte saison pour planter et récolter à cause du climat très rude. Il vous a dit la vérité, uniquement vous qui faites semblant de savoir, il vous a cité des médias patriotiques du pays comme Tsargard. Les grands bénéficiaires des sanctions, sont les investisseurs occidentaux, ils détiennent la majorité des entreprises agro-alimentaire comme par exemple Danone, et bénéficient d’une main-d’oeuvre à bon marché.
      La seule chose positive, la finance russe qui se porte bien, et l’industrie d’armement.
      Les russes ont l’habitude de se serrer la ceinture, mais ce n’est pas le cas des nouvelles générations, si cette situation ne s’améliore pas, le pays risque de tomber dans une révolution du même style que les gilets jaunes.


    • #2182316

      @francky
      Comme vous savez tout, bien que la France envoie ses loups d’investisseurs colonisés le marché russe, en même temps elle envoie un détachement militaire proche de la frontière russe, composé de 300 soldats, d’une unité d’infanterie de 4 chars et de 20 véhicules de combats.


  • #2180464

    A si seulement on avait un Poutine à la tête de la France !

     

  • #2180527

    Certains font croire que ce sont les investissements européens (la France en particulier) qui ont fait décoller économiquement la Russie...
    Je crois plutôt que le facteur primaire c’est le peuple russe qui possède en général un haut niveau de formation et l’entrain nécessaire, deuxièmement il y a les matières premières qui sont des ressources, troisièmement il y a la façon de gouverner le pays sous la direction d’une équipe de gens très compétents autant á l’échelle politique qu’économique, comme sécuritaire et militaire.
    En plus, les russes sont relativement discret, et á moins de suivre en permanence les nouvelles russes, ou de personnes ou pays amis, il n’y a aucune chance de savoir avec profondeur ce qui se passe sur du long terme.


  • #2180627

    J’ai l’habitude d’écouter les commentaires de Stéphane Stéfanesco, que je trouve compétent et très bien informé (il vit en Russie) sur ce qui se passe dans la patrie de Pouchkine.
    Concernant la collaboratrice, je l’ai trouvé intelligente et jolie. J’ai l’impression qu’elle gagnerait á être plus décontractée en préservant précision et spontanéité.
    Donc un bon avenir pour l’entreprise ATSAL HR Solutions, qui est une entreprise conseil pour des investisseurs étrangers qui ne connaissent pas le marché russe.


  • #2180722

    Toute société est tiraillée entre tradition et novation.

    Si elle se défie trop de la novation et s’enferme dans la tradition, elle devient arriérée.

    Si elle se jette dans la novation comme on se jette dans le vide et renie la tradition, elle devient dégénérée. (ex. USA, France, ...)

    Il semble que les Russes aient trouvé le juste milieu.

    Je crois que de cet équilibre, de cette prudence, découle la réussite russe.


  • #2181053

    Ce commentaire ne concerne que l’article de Judy Twigg qui a été proposé par le site Le Grand Soir. Si je suis d’accord sur l’analyse factuelle que constitue l’article, en revanche le paragraphe d’introduction me fait beaucoup "tiquer" car il semble prendre pour acquis toutes les accusations otaniennes contre la Russie de Poutine sorties ces dernières années : Crimée, Skripal, élections US, etc... En gros toute cette introduction est un ramassis d’affirmations sans preuves qui ne tiennent encore et toujours que parce qu’elles sont sans cesse reprises sans vérification par les agents habituels des médias mainstream.
    Du coup, je m’attendais au moins à un petit avertissement de la part du Grand Soir, visant à se démarquer de cette intro peu conforme à la ligne éditoriale de ce site d’information alternative d’ordinaire de grande qualité. Sniff... Déçu.


  • Reconnaissons cette volonté d’indépendance nationale de la Russie.Elle est presque en voie d’y arrriver.Bravo à eux.


Commentaires suivants