Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La chronique juridique de Damien Viguier #4 – Le confusionnisme

Droit dans les oreilles

La chronique juridique de Damien Viguier est l’une des nombreuses émissions d’ERFM.

 

Présentation de ce quatrième épisode :

Damien Viguier recense toutes les situations où la confusion est entretenue entre les catégories, négation de la réalité des frontières, artifice systématique. Il explique que c’est la même logique du chaos et de la confusion qui est à l’œuvre dans des domaines aussi différents que la distinction entre adulte et enfant, le contrôle des frontières ou la lutte contre l’homophobie.

 

Écouter l’émission :

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Retrouvez Damien Viguier
avec les formations E&R (saison 2020-2021) :

 

Formez-vous sur tous les sujets avec Damien Viguier et Kontre Kulture :

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Me Viguier,le confusionnisme s’accompagne nécessairement d’un nouveau "lexique" adéquat, la fameuse novlangue chère à Orwell dans 1984.
    Pourriez-vous nous donner 1 ou 2 exemples de formule juridique qui illustreraient ce confusionnisme dans votre matière, le droit ?
    Bien que l’interprétation de ce droit est, je pense, plus le terrain d’expression de ce confusionnisme.
    Merci pour vos éclairages, une boussole dans la jungle comme dirait "l’autre".


  • Merci Maître Viguier


  • Merci maître de mettre sous nos yeux l’evidence d’un monde qui évolue à petit pas vers la destruction du réel.


  • "essayer de trouver un sens ... trouver la cohérence" ok je m’y attelle : confusionisme n’est pas un mot très adapté car les gens ne sont pas confus en fait : ils dénoncent le mal et de façon très précise : le mal c’est la frontière, la différence sexuelle, la différence d’espèce. Pourquoi ? parce que marquer des différences c’est fasciste, c’est mal. Pourquoi est-ce que c’est mal ? Dès que l’objet de pensée est l’humain global (frontières, immigration, races, différence sexuelle, etc.) les gens savent qu’il faut se mettre à parler au nom du Bien ou sinon on est détruit au niveau global ie socialement (Soral, Dieudonné, Le Pen). Le Bien a été défini par le rabbi Jésus : c’est d’avoir une relation négative au positif, d’inverser les valeurs. Le réel, la différence, ie le positif, c’est mal, ça doit être aboli, c’est pour ça qu’ils sont contre la frontière, la différence sexuelle, etc. Ca n’est pas du confusionisme, c’est purement et simplement l’enseignement du messie juif : il ne doit y avoir ni homme ni femme etc. Evidemment tous ces débiles n’ont aucune conscience qu’ils ne sont que des zombies christiques, ils ont juste besoin d’être dans le troupeau et du bon conté du manche.


  • A partir du moment où un bouquin vieux de plus de 2000 ans stipule qu’à la fin des temps tout le monde il sera beau et il sera "gentil" après la venue du Messie, que la capitale de ce monde sera où vous savez et que les patrons seront qui vous savez, il est évident que ce projet surnaturel passe par la déconstruction de ce que la loi naturelle engendre. A savoir la diversité, les barrières naturelles,les mécanismes de reproduction indispensables à la survie, et les inévitables conflits qui s’y rattachent.
    Donc on égalise tout par le bas, pour le bien commun bien entendu, et on donne les clés à une minorité en quête de bien être et d’immortalité in fine.
    Exit Dieu.