Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La culture scientifique est à reconquérir

La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert. Cette parole d’André Malraux, alors Ministre des affaires culturelles ne trouve pas encore son application dans le domaine de la transmission scientifique. Depuis plusieurs années, on assiste à une remise en cause croissante de l’universalité, de la valeur culturelle et de l’impact social du travail scientifique. L’incertitude normale, constitutive des premières étapes de tout développement scientifique ou technologique suscite parfois des inquiétudes. Des postures idéologiques fondées sur une défiance croissante vis-à-vis des processus d’acquisition des données scientifiques les alimentent. Dans ce relativisme culturel, la connaissance sociale de la science s’éloigne des considérants scientifiques.

 

Déjà en janvier 2008, une tribune d’académiciens, dans Le Figaro, s’inquiétait des freins portés à l’innovation en raison de cette atmosphère de suspicion. En 2013, Robert Badinter, Jean-Pierre Chevènement, Alain Juppé et Michel Rocard sonnaient l’alerte dans les colonnes de Libération, dénonçant l’impossibilité de conduire des débats scientifiques réellement ouverts et contradictoires sans être entravés par des minorités bruyantes, parfois violentes. L’incendie volontaire du centre de culture scientifique la Casemate en novembre dernier, au cœur de la technopole grenobloise, revendiqué par des minorités anti-progressistes, est un délit qui doit nous inquiéter. S’attaquant à l’expertise, la contestation se déplace dorénavant sur le terrain des symboles de la culture scientifique. L’atteinte démocratique est totale puisqu’elle touche l’essence même de la civilisation.

[...]

Or, la précaution ne signifie pas résistance au changement mais elle a pour visée la protection de la santé des personnes et de l’environnement. Oter de façon systématique les vaccins, les produits pharmaceutiques, les micro-ondes, les compteurs électriques, la viande rouge, les fertilisants, le gluten, les satellites météorologiques et les outils de télécommunication à l’humanité aurait certainement des effets plus négatifs que positifs et constituerait dès lors une grave atteinte à l’esprit de la constitution. Il faut ainsi apprendre à faire la part des choses entre les effets réels d’une action, et ce qui relève de la légende sociale.

[...]

La représentation nationale reconnaît une prise en compte insuffisante de l’expertise scientifique dans les processus de décision politique. De la biologie de synthèse aux nouvelles biotechnologies, les rapports de l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sont très peu commentés. Ainsi, le succès d’essais cliniques chez des petites filles atteintes de leucémies incurables aux US en 2013 et en 2015 au Royaume-Uni par les nouveaux outils de la modification ciblée du génome n’a eu que peu d’impact social.

[...]

Une structure de médiation qui assisterait les médias sur des sujets controversés doit être fondée. Les étudiants, toutes disciplines confondues, doivent être sensibilisés à la vulgarisation scientifique. Il importe de développer des médiations numériques pour s’adapter à la nouvelle économie de l’information à l’ère des réseaux sociaux. De nombreuses chaînes s’affirment sur Youtube, animées par des médiateurs sachant combiner le plaisir de la démonstration et de l’explication comme dans les musées scientifiques, avec celui de l’histoire culturelle des sciences comme dans les musées d’art. C’est à cette condition seule que le futur scientifique deviendra un présent offert par le passé, pour reprendre en le paraphrasant, André Malraux.

Lire l’article entier sur huffingtonpost.fr

Sciences et politique,
à lire sur Kontre Kulture

 

Tout est science, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1908109

    L’hyppocrisie scientifique dans toute sa splendeur... donc dites merci au scientifique pour leur conservateurs chimique, la destruction et la polution des sols agricoles ( au passage le suicide des agriculteur), merci egalement pour la tv et les resaux sociaux ( c’est vrai que ca rpproche tellement les gens etc......

    " Il ne faut pas oublier que le gain de temps au quotidien, la modernisation de la cuisine et du ménage, la conservation des mets, la révolution agricole, la communication, l’univers des loisirs ainsi que l’allongement moyen de l’espérance de vie de 70% depuis le début du vingtième siècle sont directement issus des acquis scientifiques et technologiques."


  • #1908122
    le 26/02/2018 par Borderline
    La culture scientifique est à reconquérir

    En résumé les conservateurs gagnent du terrain dans le domaine des sciences aussi. Vite, il faut subventionner des Usul scientifiques.


  • #1908132
    le 26/02/2018 par Castanietzsche
    La culture scientifique est à reconquérir

    Tout à fait d’accord au sujet d’enseigner à enseigner.
    C’est une compétence qui se s’acquiert presque que dans les associations étudiantes (correction d’épreuves officielles, tutorat en amphithéâtre ou en classe, rédaction et correction de concours blancs, cours particuliers...) et qui est systématiquement non valorisable en UCTS.
    On forme les étudiants à jargonner et on ne valorise jamais les discours clairs et concis.
    Pire encore : on apprend de façon déstructurée. L’exception avant la règle, la nuance avant la généralité, le détail avant l’essentiel.

    Et mon métier, c’est la vulgarisation ! (je suis pharmacien)


  • #1908136
    le 26/02/2018 par Bromélia
    La culture scientifique est à reconquérir

    Super, débarrassons donc les universités de tous les économistes qui croient que l’argent fait des petits.
    Débarrassons-nous également des politiciens qui appellent « durable » un système de Ponzi qui nécessite une croissance continue dans un monde fini.


  • #1908203

    Je crois que beaucoup de mecs assez doue a l’ecole sans etre trop bons devraient resister aux appels des prof qui voudraient les orienter vers les filieres generales et qu’ils devraient aller dans les filieres technologiques. Laisser les nanas aller en histoire en psycho dans le commerce. Y a plein de maniere de s’eclater dans la technologie et pelin de debouches. Qui ne connait pas un plombier a son compte qui se fait des couilles en or, un chauffagiste qui installe des chauffe eaux solaires, des techniciens d’entretien de ponts roulants qui ont des salaires de dingue sans rien a ramener comme boulot le soir a la maison...Bien sur ca fait pas les affaires de l’ed nat parce qu’un lycee techno ca coute plus cher qu’un lycee general ou y a que tables chaise papier et livre...


  • #1908285
    le 26/02/2018 par The Médiavengers
    La culture scientifique est à reconquérir

    C’est moi ou cet article pue le double-langage ? Il faudrait tout le décrypter...
    - Déjà cet appel à des politiques qui ramènent leur (non) science et leur incompétence notoire...
    - Cet incendie pris en exemple, assez louche, et issu de la gauche. Bizarre.
    - Cette rengaine incessante d’appels à la "culture" scientifique, le fourre-tout idéal de la gauche avec les résultats que l’on connait.
    - Autres terminologie douteuse : faire appel à "l’expertise scientifique". Ce n’est pas déjà le cas ? Avec toutes les manipulations et contre-vérités proférées érigées en dogme ?
    La déification de leur science est en marche. Le but sous-jacent ici étant de mettre en coupe réglée, écarter et éliminer tout opposant sous couvert de "démocratisation" (mon cul sur la commode).
    Je conclurais avec l’envolée lyrique "L’atteinte démocratique est totale puisqu’elle touche l’essence même de la civilisation."
    J’en ai des frissons dans le dos....Passe-moi le sel....Oups, je veux dire, le chlorure de sodium.

     

    • #1908365

      La désinformation sur les vaccins, les épandages, les normes qualité et autres traçabilités bidons… bref la communication sur le progrès scientifique uniquement basée sur le gadget, le confort, le loisir notamment par l’impérieuse nécessité de posséder un téléphone mobile, une tablette,... a abouti à réifier la "science" comme un vulgaire objet de consommation toujours dans l’intérêt des mêmes en manipulant l’opinion des consommateurs.
      Par ailleurs, la science est âpre, dure, demande de l’abnégation, chauffe la tête, il faut être dure au mal, donc amène irrémédiablement à la modestie bref le contraire exact de la société du paraître, du frivole, de la comm, du marketing, du commerce, du management… Les vocations dans les sciences ont chuté auprès des jeunes : un scientifique est un éternel pubère, un geek, un bouffon,… maladroit avec les filles, limite autiste… bref carrément nul dans le sociétal, un Usul qui sait calculer quoi !
      Attention de ne pas tomber dans l’excès, à l’instar de l’éco blanchiment, le "haut de gamme" déclamé dans l’ingénierie par le patronat me donne l’impression d’une énième opération de sciencewashing : ils ne savent plus comment faire pour maintenir le bouzin.


  • #1908291

    Le drame est surtout que l’ensemble de la population souffre d’un manque de culture scientifique. L’enseignement des maths et des sciences expérimentales, même si l’on n’en fait pas son métier, apprend le raisonnement rigoureux, les liens de causalité, la charge de la preuve, la logique. Cette culture est indispensable pour ne pas être manipulé par n’importe quel discours, y compris d’apparence scientifique.
    Si cette culture était davantage répandue, la population serait moins manipulable par les médias en général. Les groupuscules qui ont leurs entrées dans les médias seraient alors moins nocifs, et les politiciens seraient mieux armés également.
    C’est sans doute pour cette raison que NVB a saboté l’enseignement des maths au collège et je n’ai pas entendu M. Blanquer dire qu’il reviendrait en arrière...
    Tout ceci est organisé sciemment...

     

    • #1908395

      Par rapport à votre point de vue je dirais que chacun voit midi à sa porte.

      Je suis gaucher par exemple et les maths ne m’ont jamais intéressées et pourtant je n’ai jamais gobé les discours qu’on essaye de me servir depuis tout petit.

      Pour info, le cerveau gauche (celui des droitiers) gère la logique, les mathématiques etc, il est spécialisé dans les partis, c’est à dire qu’il analyse chaque partie d’un problème,
      par exemple :
      un chien saute sur un chat qui était en train de manger une souris qui se nourrissait de fromage.
      Cette partie du cerveau déconstruit bien chaque éléments, le chien, le chat, la souris et le fromage, et comprend chacun de ces éléments mais est incapable de voir l’ensemble.

      C’est le cerveau droit (celui des gauchers) qui met chaque partie dans l’ordre et qui donc "rira" de l’ironie de la situation par exemple.

      Le cerveau gauche est incapable de comprendre l’humour, on le dit cerveau de la logique parce qu’il s’occupe des parties mathématiques pourtant il est prouvé que si vous faite lire l’histoire du dessus à un handicapé qui n’aurait plus de cerveau droit dans le désordre il serait incapable de s’apercevoir que la phrase n’est pas logique.
      par exemple :
      le fromage mange le chien qui mangeait la souris pendant qu’elle mangeait le chat.

      En effet le cerveau gauche, des droitiers, des "maths" comprend chaque partie, comme "ce mot est français" mais étant incapable de percevoir le tout il est incapable de dire si l’accumulation de ces mots correctes, en français est dans l’ordre ou logique...

      Bref tout ça pour dire qu’un "matheux" à mon sens est très spécialisé dans l’étude de parties mais qu’aussi utile qu’il soit, il n’en reste pas moins incapable de logique globale. Assertion auto-prouvée par de nombreuses conversations avec des matheux de mon entourage enfermés dans leur maths et dans leur "logique" incapables de réfléchir autrement que ce qui leur est servi.

      Mais ce n’est que mon humble avis de gaucher littéraire, têtu et impérieux (ba oui je contredis les versions officielles depuis tout gosse, insupportable) ;)


    • #1908781
      le 27/02/2018 par Alain Connes
      La culture scientifique est à reconquérir

      @Pedro

      Ce n’est pas parole d’évangile, mais juste un moyen de faire travailler votre cerveau de gaucher - casser les math quand on est littéraire, c’est un peu vain. C’est aussi vouloir marcher sur une jambe.

      https://www.futura-sciences.com/san...


    • #1908922

      Bonjour Alain,

      Je ne veux pas casser les maths, ni défendre un seul côté du cerveau, il est évident que nous ayons besoin des deux parties pour fonctionner correctement, je parle bien d’ailleurs d’handicapés qui auraient une partie du cerveau en moins. Le cerveau gauche analyse les partie, le cerveau droit leur donne un sens.

      Cette étude n’est pas tellement probante, il analyse l’activité du cerveau de 1000 personne de 7 à 29 ans...
      Combien de personne de moins de 20 ans et combien de plus ?
      Quels sont les exercices qu’ils leur sont proposé pendant qu’on analyse ces images etc ?

      Il faudrait analyser le cerveau d’artistes et de scientifiques dont le cerveau est déjà spécialisé donc qui ont tous plus de 29 ans pour avoir des résultats qui puissent vraiment servir.

      Analyser un cerveau en court de développement, qui n’est pas encore spécialisé, sur des gens moyens (qui ne penchent ni d’un côté, ni de l’autre) pour prouver qu’aucune partie n’est plus sollicitée que l’autre me semble aussi logique que conclure que les humains sont de très mauvais nageurs après avoir testé sur 1000 enfants de 2 à 7 ans.

      Quoi qu’il en soit, mon propos ne servait pas à dénigrer les maths, on a bien entendu besoin des deux hémisphères de notre cerveau (l’usage fait la fonction) tout comme on a besoin de nos deux jambes ou de nos deux bras ; vous vous tenez debout sur vos deux jambes, mais vous vous tenez plus sur une que l’autre, qui est la plus forte.

      Les chercheurs d’ailleurs ne remettent pas en cause la localisation spécifiques de certaines fonctions dans certains côtés, ils disent simplement que les deux côtés fonctionnent autant mais fonctionner autant ne signifie rien au niveau de la qualité ni de ce qu est activé et cela ne remet pas en question ce que je disais donc plus haut.


  • #1908536

    A reconquérir oui et vite. En commençant par les médias menteurs du climat. Vous l’avez vu passer par là, le réchauffement climatique ? Parce que moi, depuis le mois de novembre, je me gèle ! (et j’habite pas au pole nord)


  • #1908570
    le 26/02/2018 par Philippe
    La culture scientifique est à reconquérir

    "La culture scientifique est à reconquérir" et à grandement découvrir aussi, nous n’avons découvert que peu de chose ...


  • #1908978

    La finance phagocyte la science, c’est une vraie guerre de tranchées et elle s’éternise...

    Le sort réservé aux recherches de Jacques Benveniste au début des années 2000 est un cas d’école.


  • #1908987
    le 27/02/2018 par Le Malicieux
    La culture scientifique est à reconquérir

    la science est devenue un relai de l’oligarchie et s’érige de plus en plus en dogme.

    mon oeil reste sec.


  • #1910000

    C’est connu,la science,et le savoir en général,est un outil et non une fin en soi. C’est-à-dire que le savoir doit être au service du peuple et d’un projet de société agrandissant l’Homme et le libérant de la pesanteur des bas instincts. Lorsque le savoir,se mue par l’oligarchie en vecteur d’inoculation de toute sorte de venins paralysant l’intelligence et les plus beaux réflexes du citoyen,s’en est fini et de la confiance en la science et en sa grandeur. Je pense que c’est autour de ces principes de fondement,et d’autres qui relèvent de la même foi,que le débat doit se structurer et trouver des repères et jalons pour aller vers l’essentiel. L’essentiel,n’est autre que la grandeur de l’Homme,et non son asservissement par une poignée d’oligarques sans foi,ni loi.
    Si le savoir,dans une société où le pouvoir est aux mains des vrais et honnêtes représentants du peuple,n’est pas orienté pour amener les générations à se poser des questions sur la finalité de leur labeur,c’est-à-dire à clarifier les réponses aux questions clés : je suis au service de qui,pourquoi,et qui est le bénéficiaire final de mon action,...
    Le savant,le médecin,et tout détenteur d’un savoir,ou savoir-faire,qui n’a pas de réponses - et bien entendu des convictions fermes - en la
    matière,est réduit simplement en"esclave"au service d’un vaste projet occulte qui le dépasse et qui avilit,irrémédiablement le peuple.
    Pour ne pas rester trop théorique,pointons quelques éléments à gros enjeux. Et prenons les mathématiques : aujourd’hui,les"experts"de l’oligarchie se démènent pour"expliquer"à la population que les mathématiques fondamentales"ne servent à rien",et que les élèves ont besoin,à l’âge adulte,de connaître les opérations pratiques d’arithmétique et surtout comment calculer les intérêts générés par un crédit bancaire ( on retrouve la banque ). C’est,à l’évidence,une vision grossièrement mal malintentionnée,visant bien évidemment,le rabaissement des facultés intellectuelles à des niveaux médiocres,voire nulles. Soulignions que la communauté scientifique a admis,depuis longtemps,que le savoir théorique éclaire les pistes du progrès,quant aux techniques et sciences appliquées,elles traduisent ce progrès en termes de réalisations pratiques.
    Vaste débat. Contentons nous,dans cette respectable tribune,de cette réflexion condensée. ( à suivre )


  • #1910002

    ( suite et fin ) Disons,pour conclure,que les débats sérieux débouchent,presque toujours,sur cet affrontement,de dimensions bibliques,entre le Bien et le Mal. C’est pour cela qu’on peut dire,avec une certitude inébranlable,que l’instinct de l’oligarchie lui souffle que le danger le plus redoutable est l’intelligence humaine,éclairée par un savoir exempt de parasites mensongers. Et c’est pour cela que cette mafia oligarchique tente,par tous les moyens - même ceux qui relève du crime - de barrer la route au progrès et à la croissance du potentiel de l’intelligence et du génie qui naît au sein des peuples. ( Fin )


Commentaires suivants