Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"La franc-maçonnerie est à la manœuvre derrière l’idéologie qui veut imposer l’euthanasie"

Le "droit à mourir", aboutissement des droits de l’homme...

Entretien avec Serge Abad-Gallardo, ancien haut fonctionnaire ayant passé plus de vingt ans au sein du Grand Orient de France et désormais converti au catholicisme.

« La franc-maçonnerie est à la manœuvre derrière l’idéologie mortifère qui tend à vouloir imposer l’euthanasie dans la loi française. »

 

 

Voir aussi, sur E&R :

La vérité sur la franc-maçonnerie, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La FM est "à la manœuvre " derrière toutes les mesures qui depuis 50 ans détruisent la cellule familiale, l’autorité parentale, l’état ,L’enracinement, par la contraception , l’avortement, le mariage homo, la PMA, la GPA, l’euthanasie….Toutes ces grandes "avancées" , lorsqu’elles parviennent à la vue du public naif , sont déjà ficelées et arrètées en loge depuis dix ans, La duplicité et la "fraternité " de la classe politique fait le reste .

     

    • Mieux, la loi autorisant le divorce en France fut adoptée le 20 septembre 1792 par l’Assemblée nationale et modifiée par des décrets de 1793 et 1794. Puis abrogé sous la Restauration le 8 mai 1816. Il fut rétabli sous la IIIè république, avec la loi du 27 juillet 1884.
      Comme la tentative d’introduire la crémation avec un projet de loi au conseil des cinq-cents le 11 novembre 1797. C’est à la fin du XIXè siècle et en Italie que l’impulsion va se faire en 1876 avec " la società di cremazione ". À Varèse, Brescia, Mantoue, Monza et d’autres... Le temple crématoire de Milan fut inauguré en 1884.
      Parce que l’église a toujours honoré le corps du défunt et répugne à l’incinération. C’est pour nier la résurrection des corps lors du jugement général et pour le symbole du feu éternel.

      C’est vraiment avant, pendant et même après la vie ! Par contre, Badinter félicité par Daniel Keller en 2015 pour son combat contre la peine de mort. Dit de lui : " Que c’est un maçon sans tablier, il vaut mieux ça qu’un frère avec son tablier sans être maçon ".
      Dans cette culture de mort, ne chercheraient-ils pas à criminaliser en plus le pays ?...


    • On ne le répètera jamais assez : allez assister à quelques tenue blanches ouvertes du GODF dans votre secteur et vous allez pisser de rire à la réponse que les gonzes peuvent vous faire au sujet des questions (les fumeuses que vous évoquez) à l’étude des loges. Sauf trois avocats rompus à la rhétorique, au droit, son contournement et à la jurisprudence, un sociologue et un D.R.H. qui savent se faire anguilles, les autres ne valent pas Nénesse du bar qui répète ou donne son avis sur l’actu BFM et ONPC, si ce n’est qu’ils ont l’impression d’en être.
      Allez lire leur planches sur l’Internet : pas trop vous risquez de sombrer.
      Mettez leur Todd, Chouard, Soral, Asselineau, Aberkane, Jancovici, Drac, Sigaut et autres aficionados du même panel, qui creusent leur sujet de prédilection et les gugusses tomberont de stupéfaction.
      C’est la même zone dans toute structure pyramidale, rares sont ceux qui dépassent le niveau 3, l’immense majorité se contentant, elle, du niveau 1 de celle de Maslow : pour autant, ils et vous les estimez au niveau 5. Quelle marade... et encore au-dessus.
      Pour ce qui est de l’accompagnement des malades en fin de vie, c’est Jean Leonetti (par credo - il est toubib-cardio) qui est à la manoeuvre : à contrario, le rare de sa famille à ne pas être frangin et dont l’ascension politique dépend de concours de circonstances et autres opportunités : qui n’ont même rien à voir avec la Corse dont il est descendant. Etc., etc..
      Jancovici est celui qui explique le mieux la manière d’atteindre les « sommets » pour ses doléances. Auquel cas contraire le sommet s’en fout : mais à un point que vous soupçonnez guère.

      C’est comme si vous confondiez le client de la Banque avec celui qui imprime la monnaie virtuelle engendrée sur le dos du premier.
      Considérez ce cirque comme un lobby tel que les autres petits lobbies (moins que les chasseurs en nombre par exemple) car vous risquez de vous tromper de cible le jour ou vous devrez tracer une mire à la base du visuel.


    • @Sedetiam
      Vous me donnez l’occasion de narrer cette authentique anecdote, vécue cet été.
      Mairie de Rouen, mois d’août dernier. Je m’y rends afin de demander deux choses : une liste des associations locales et la loge maçonnique de la ville. Ma première interlocutrice, mignonnette d’une vingtaine d’années, me donne l’adresse de la Maison des Associations pour la première requête. La seconde, inédite pour elle, l’amène à se tourner vers sa collègue d’expérience, une quinqua jusque là polie et correcte. Lorsque cette dernière prend le relais et que je lui explique ma démarche, à savoir prendre contact avec la franc-maçonnerie locale, son ton a radicalement changé ! Après une recherche douteuse, elle me tend un papier où était noté les coordonnées, tenez-vous bien, de la loge nationale de Paris ! Je m’étonne qu’elle n’ait pas l’information demandée, elle me rétorque à nouveau qu’il faut contacter à Paris, dans une hostilité et un malaise plus que palpables...
      J’invite les gens à faire l’expérience aux quatre coins de France, si ça se passe comme je l’ai vécu, ça vaut le détour et ça en dit long...


    • Je suis pour la séparation de l’église maçonnique et de l’Etat.


  • Je retiendrai de cet excellent entretien la formule suivante : « La franc-maçonnerie est un hédonisme. ». Et ici macabre.


  • La contrainte est bel et bien une autonomie quant elle se transcende par les actes bienveillants au quotidien, des hauts faits c’est le contraire exact de l’hédonisme : les hédonistes âgés, qui ne supportent pas leur apparence vieillissante, sont les prisonniers narcissiques de leur reflet flétri, de leur individualisme forcené, d’une certaine amoralité voire une perversion dans le raffinement et la recherche des plaisirs matériels, de chair, de lucre… C’est le signe d’une obsession, d’une soumission totale car inachevée, incomplète : ne s’étant pas réalisés qu’au travers de masques sociétaux, elles éprouvent de grandes difficultés parce qu’elles n’ont rien réalisé pour l’autre, elles ne brillent plus dans le spectaculaire, dans la futilité, c’est insupportable car elles prennent conscience qu’elles sont et ont toujours été des masques morts.

    Les gens, qui accompagnent les autres personnes en fin de vie, voient jaillir l’âme pure du mourant dans ses derniers instants, là il n’y a plus de filtre, plus de parodie. C’est à cet instant de beauté humaine que les gens partent en paix, le devoir bien accompli. Ceux qui témoignent de ce moment ne sont pas forcément des catholiques.

    De Roy Batty le super esclave répliquant, renégat Nexus-6 de Blade Runner :

    « J’ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire. De grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion. J’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la porte de Tannhäuser. Tous ces moments se perdront dans l’oubli comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir. »

    La blanche colombe (son âme pure) s’envole en paix, c’est beau.

     

    • Ce genre de cas doit tout de même être rare car ce qui définit l’incroyant et en fait un soldat maçon c’est bien le désespoir ! Quelques âmes un peu artistes et spirituelles peuvent avoir cette vision mais l’incroyant ou le tiède est par définition désespéré ou il le sera au crépuscule de sa vie car comme dit St Thomas d’Aquin :

      - " Le péché de désespoir provient quelquefois de la luxure qui inspire à l’homme charnel du dégoût pour toutes les choses divines ; d’autres fois il provient de l’apathie spirituelle qui affaiblit et terrasse tellement le courage de l’homme qu’il regarde comme impossible le bien difficile qu’il aurait à faire.

      Il faut répondre que l’objet de l’espérance est le bien difficile, mais possible à obtenir par soi ou par un autre. On peut donc désespérer d’obtenir la béatitude de deux manières : 1° parce qu’on ne la considère pas comme un bien difficile ; 2° parce qu’on ne croit pas possible de l’obtenir par soi ou par un autre. Si nous ne considérons pas les biens spirituels comme des biens ou s’ils ne nous paraissent pas d’un grand prix, nous sommes amenés là principalement parce que nous sommes attachés surtout aux jouissances corporelles, parmi lesquelles les délectations sensuelles tiennent le premier rang. Car il résulte de l’amour de ces plaisirs que l’homme prend à dégoût les biens spirituels et qu’il ne les espère pas comme des biens très élevés ; et c’est ainsi que le désespoir est l’effet de la luxure. — Ce qui fait qu’on ne considère pas la béatitude comme un bien difficile qu’on peut acquérir par soi ou par les autres, c’est l’excès de l’abattement qui, en dominant sur la volonté de l’homme, le porte à croire qu’il ne pourra jamais s’élever à un bien quelconque. Et comme le dégoût est une tristesse qui déprime l’âme, il s’ensuit que le désespoir naît aussi de ce défaut ".

      Donc, tant que son corps est vigoureux il ne se soucie que très peu de la mort alors qu’elle peut arriver à tout moment. ( la parabole des vierges sages et des vierges folles ). Il ne nous préviendra pas. Mais il tombera en désespoir dès que ses jouissances et idolâtries ne seront plus accessibles, par la vieillesse ou la pauvreté.
      Il y a un fatalisme intrinsèque à l’incroyant puisqu’il est l’auteur de sa fin. Son ego doit être donc surdimensionné, c’est sa seule chance. L’exemple Alain Delon.


    • @France occupée

      Très belle intervention.
      Merci !!!


  • Ben là-dessus je comprends la franc-maçonnerie. La démographie explose, et tout le monde veut vivre à l’occidentale, avec confort et loisirs.... même le Tiers-monde, d’ou les migrants. Tout le monde veut vivre à proximité des métropoles, avec accès à l’emploi, à la santé, aux loisirs, à sa communauté, et aux opportunités d’une grande ville.... On veut plus s’occuper des vieux, on voudrait que l’Etat le fasse pour nous. Bref, c’est le merdier.
    La vieillesse est un naufrage, comme disait un certain De Gaulle. Pas si sûre. Tout dépend de quelle vieillesse. La vieillesse vient avec son lot de cadeaux : retraite, temps, loisir, famille..... mais passé un certain stade, c’est couches, démence, dépendance physique totale, et n’être rien d’autre qu’un poids pour sa famille.
    Hormis un principe religieux infondé, rien ne justifie d’imposer une telle souffrance à un humain. Je maintiens que la mort peut être un cadeau.... et puis cette vie n’est qu’un passage, pourquoi s’y accrocher à ce point quand elle n’a plus de sens ? Je suis peut être narcissique, mais j’ai envie que mes proches gardent de moi une image joyeuse, ou j’ai encore ma dignité.
    Je suis pour le droit à partir paisiblement, sans avoir à le faire seule, de la manière la plus douce possible, sans drame, avec le sourire et quelqu’un qui me tienne la main.
    A ceux qui expliquent que tout le monde peut se suicider tout seul sans faire chier le monde, et bien non. Je suis une femme, je n’ai pas le courage de me suicider seule. Non seulement c’est d’une tristesse absolue, mais en plus certaines maladies, certains états avancés rendent le suicide impossible.

     

    • Vieillir çà se prépare...J ai 50 passés et je fais pas mal de sport ; mange sain et essaie d avoir des pensées et activités cérébrales saines. Pas le temps de développer mais votre commentaire est d’une tristesse déconcertante.


    • Vous êtes, avec tout mon respect, en plein dans l’idéologie de notre société sans Dieu. L’homme est son propre Dieu, l’homme est sa propre fin. Cette pensée nous mène directement à la mort. La mort des enfants indésirables dans le sein de leur mère, la mort des personnes inaptes, la mort des personnes dont on a décidé qu’elles ne seraient pas heureuses, la mort des personnes dépendantes devenues inutiles et dérangeantes à nos yeux. Comment voulez-vous avoir la paix dans ce monde où les mères peuvent légalement tuer leur propre enfant dans leur ventre ?
      On aura beau s’agiter dans tous les sens, manifester avec les gilets jaunes, se révolter contre telle ou telle injustice, tant qu’on ne protégera pas l’enfant à naitre, la fin de vie, la faiblesse, tant qu’on ne s’occupera pas charitablement de nos pauvres ... non la paix est impossible. Si on ne change pas, la violence, la tristesse et la désolation sont devant nous.
      Pour la défense de la vie, j’encourage tout le monde à participer à la Marche pour la Vie le dimanche 20 janvier à Paris. C’est la plus importante manifestation car elle dénonce de façon chirurgicale le mal de notre société. Ce mal qui nous ronge.


    • A quoi bon discuter avec des gens persuadés dans le progrès, allant jusqu’à ne plus accepter la fin de toute vie, chose dont même le cosmos n’ y échappe pas.
      Votre désir de suicide pour échapper à la partie automne de votre vie n’est en fait là que par le désir mercantile de certains et votre pouvoir de le payer, en tout cas c’est comme ça que ça fonctionne. Devant la morale naturelle, celle des cycles nous ne pouvons échapper à notre sort, avec le progrès de choisir le moment de sa mort, il est juste question de remettre entre les mains le sort de l’avenir de nos enfants. Cette idée d’abréger sa vie à sa guise ne s’arrêtera pas à vous, bien au contraire son développement se fera sur nos futures génération en devenant un marché. Les couches, la lourdeur de son corps, la souffrance etc...sont ce su’on nomme dans le langage du bon sens, la vieillesse, chose effrayante pour vous mais indispensable à la mémoire de nos enfants afin qu’ils puissent s ’en remettre à une entité supérieur, avec votre conception, le dieu mamon aura encore de beaux jours devant lui. Beaucoup de personnes âgées meurent pendant leur sommeil, ne vous en déplaise, un vrai crime pour nos futurs donneurs de mort.


    • Élisa, si "la mort peut être un cadeau" n’hésitez pas c’est Noël...

      J’ai un membre de ma famille qui s’est suicidé, il a attendu que sa femme aille se coucher avant lui, sans éteindre la télé, il est allé cherché sa corde et il s’est pendu à une poutre dans son garage, lui n’a pas hésité (environ 68 ans)... Faut être au bout du rouleau pour avoir comme dernière d’image en tête la gueule d’Arthur ou finir sur un gag de Gad Elmaleh...

      Donc arrêtez votre caprice deux secondes : si "plus personne ne s’occupe des vieux", postulez à un EHPAD ou si vous n’avez pas le diplôme requis, demandez à vos voisins âgés s’ils ont besoin d’aide (ils disent toujours oui), VOUS PENSEREZ MOINS À VOUS !

      C’est le sens du mot religion (relier) que vous y croyiez ou pas, faites, c’est tout.
      Le message du Christ est un message d’espoir : il démontre par sa rédemption qu’après l’effort et la souffrance qu’on se donne les moyens d’affronter, l’on renaît.
      Arrêtez de vous apitoyer, et faites en sorte de renaître à chaque seconde...
      Quand vous serez de l’autre côté - quand on y sera tous - on se dira : c’est dommage, avec le temps que j’avais j’aurais pu faire beaucoup plus pour ceux qui souffraient davantage que moi et que je n’avais pas vu !

      Alors Dieu demandera !! "Qu’as-tu fait pour moi ?" Il voudra dire par là, aussi : qu’as-tu fait pour les autres, qu’as-tu fait pour ces autres qui t’entouraient quand tu étais sur Terre, Élisa ?!
      Étant donné que nous sommes tous une parcelle de Lui - mais beaucoup l’ignorent, beaucoup L’ont oublié.
      Oui le monde est un vaste merdier ! Mais c’est parce qu’il faut incarner soi-même cette lumière, cette chaleur, qu’il faut ensuite révéler chez le coeur d’autrui qu’il a lui-même oublié, comme vous. Ainsi par l’échange, on se replace dans l’espace-temps du Réel, dans ce continuum du Beau, du Bien, du Vrai.

      Nous sommes tous assaillis par de véritables satanistes qui n’ont pas le même dieu, mais à la fin c’est Marie qui gagne, uni-vers-el(le). Avec ou sans vous.
      Mais le suicide n’est pas la solution : il ne vous amène pas au même endroit que pour ceux qui auront combattu, vous êtes prévenue.

      Maintenant, agissez, avec Amour et Joie, Force et Honneur.


    • Je suis très critique vis-à-vis de la franc-maçonnerie (légalisation du divorce, de la contraception, de l’avortement, abolition de la peine capitale et aussi derrière le "mariage" homosexuel et j’en passe), mais pour le coup je suis d’accord avec Elisa.
      Et pour ajouter quelque chose à ce qu’elle dit, j’ai bien aimé ce qui est dit par le Docteur Kevorkian (dans le film "La vérité sur Jack"). « Garder les morts en vie, c’est comme ça que les hôpitaux et les industries pharmaceutiques gagnent de l’argent. »
      Je ne vois pas ce qui justifie de s’opposer au droit de mourir dignement. Moi-même, j’ai toujours dit que le jour où je serai incontinent ou dépendant physiquement, il serait temps de mettre fin à mes jours.


    • @Mathieu Picard
      Jacques Attali souhaiterait que les gens soient euthanasiés à l’instant ou ils ne sont plus productifs. Pour au moins éviter de promouvoir cette idéologie et d’enrichir les labos, il vaudrait mieux se pendre dès que vous sentirez que vous ne serez plus productif pour votre famille et pour la société.
      C’est l’intérêt de l’hédonisme et de la paupérisation générale en payant toujours plus, refus d’être amoindri et de la fin qui approche et charge énorme pour les enfants. Prévoyez le coup ! La crémation coûte 5000 euros ou pour le cercueil, pierre tombale et place, il faut compter environ 10000 euros.
      Pour les pauvres, le top serait donc l’immolation.


    • @Elisa
      Le problème qui se pose ici est que la franc-maçonnerie souhaite imposer l’euthanasie en l’intégrant dans la loi.
      Que ceux qui veulent se suicider le fassent en leurs âmes et consciences, personne ne les retient. Par contre, un suicide imposé s’appelle un meurtre.


    • @France occupée
      Merci pour votre très beau message.


    • La mort est un cadeaux ?
      Mais la mort n’existe pas ma pauvre enfant... Et si vous refusez d’affronter cette vie vous souffrirez au centuple et pour l’éternité dans l’autre vie !! Alors relevez vous un peu et affrontez les épreuves !


    • @matador : "la vieillesse se prépare" on est d’accord, mais ca a ses limites. Passé un certain âge, aucune préparation ne vous aidera. Je l’ai vécu avec mes grand-parents. Mon grand-père était hyper-actif, athlétique, passionné de sport, d’échecs et de politique.... mais passé 90 ans, il n’arrivait plus marcher, portait des couches et avait Alzheimer.
      Mon commentaire est peut être triste, mais désolée de devoir vous rappeler que la vie est tragique.


    • @Guillaume : vous êtes comme les anti-religieux et les gauchistes, vous perdez votre esprit critique parce que vous refusez de nuancer. Je ne suis pas aveuglément pour le "progrès", mais vous osez le rejeter complètement, bien au chaud chez vous, avec le confort moderne, une connexion internet, un ordinateur, et toute cette médecine diabolique qui viendra vous sauver au moindre malaise.
      Ne déformez pas mes propos.... qui parle d’immortalité ? Le suicide, assisté ou non, est une fin de vie. Les animaux se suicident parfois.... les animaux tuent aussi leur petits quand ils les pensent trop faibles, pour leur épargner des souffrances qu’ils ne pourront surmonter.... donc arrêtez de propager cette idée stupide que l’euthanasie, l’avortement, ou le suicide ne sont que le fruit de la société moderne. Ils sont le fruits d’une condition humaine, qui malgré le progrès, reste encore insoutenable.
      Que mes enfants changent mes couches et passent plus de temps avec moi qu’avec leurs enfants est nécessaire ? Vraiment ? Vous voyez, c’est ce fanatisme qui a fait que tellement de personnes se sont détournés du christianisme.
      Et on ne parle pas ici d’automne de la vie, on parle d’hiver sibérien.


    • @France occupée : Quelle condescendance, quel manque d’humilité dans votre commentaire. On est pas obligé de se parler en sarcasmes. Vous semblez être tellement convaincu d’être meilleur que moi, juste parce que vous êtes catholique ultra-pratiquant. Votre défense d’une certaine morale vous fait perdre votre compassion, et on retombe dans cette religion déguelasse ou tout le monde se prend pour Dieu en jugeant les autres.
      POur le suicide dans votre famille, j’en suis sincèrement désolée, mais ce n’est pas le sujet ici. Vous décrivez un acte d’un egoisme extrême, qui a été fait de la pire façon possible pour les proches, au point ou on peut se poser des questions sur la santé mentale de la personne. Restons sur le sujet de l’euthanasie.
      Merci pour votre suggestion de réorientation, mais encore une fois, essayons d’élever le débat. Nous ne parlons pas ici de moi, mais de la société en général. Arrêtez les attaques personnelles.
      Vous ne semblez pas réaliser ce que veut dire s’occuper d’une personne âgée, voir deux. Les femmes de la classe populaire travaillent, doivent s’occuper des enfants.... or une personne tres âgée très dépendante demande du plein-temps. Je ne parle pas de toutes les personnes dont les parents n’ont pas fait leur boulot de parent, et quand la vieillesse s’installe, se mette soudain à vouloir renouer avec leurs enfants (j’oubliais que dans les religions traditionnelles, les parents ont tous les droits et les enfants doivent les vénérer en toutes circonstances.... idéologie qui é généré des parents médiocres et egoistes pendant des millénaires). A l’époque, les familles vivaient en clan, dans la même maison, ou à proximité l’un de l’autre. Les frères et soeurs pouvaient se relayer auprès des parents. On est plus du tout dans ce mode de vie.
      "Vous penserez moins à vous"... vous ne me connaissez pas, et le fait que vous êtes catholiques, ne fait pas de vous un être moralement supérieur. J’en ai connu des religieux qui utilisaient la religion pour juger tout le monde, donner des leçons de morale... un peu comme les gauchistes aujourd’hui.
      "Arrêtez de vous apitoyer...". Je pense que nous avons le droit de nous apitoyer, en tant qu’humain. On vient au monde tout faible, plongé dans un monde ultra-hostile, au sein d’une espèce egoiste et cruelle, qui a besoin d’inventer des religions pour s’aimer. On doit accepter que certains naissent avec tout, l’amour, le matériel, la santé, et d’autres avec rien.


    • @France occupée : (SUITE) On doit accepter d’être dans un monde ou on doit se bouffer les uns les autres pour survivre. On doit sans cesse se battre contre nos instincts biologiques, qui pourtant ont bien été conçus par Dieu selon vous. On doit se battre, pour que tout nous soit repris d’un coup, ou tout doucement...et surtout, on doit accepter l’absence de sens totale de notre existence.

      "Alors Dieu demandera !! "Qu’as-tu fait pour moi ?" Il voudra dire par là, aussi : qu’as-tu fait pour les autres, qu’as-tu fait pour ces autres qui t’entouraient quand tu étais sur Terre, Élisa ?!" Encore une fois, vous ne me connaissez pas. Il ne vous viendrez pas à l’esprit que je ne m’inquiete pas QUE pour moi quand je parle d’euthanasie, que ma démarche comporte autant, peut être plus de compassion que vous.... Nous parlons aussi de personnes atteintes de maladies, qui doivent parfois vivre avec une douleur continue. Par ailleurs, si Dieu me demande ça, je lui dirais que j’ai pas été la plus egoiste, mais que comme tout le monde, j’essayais de survivre !

      "dans l’espace-temps du Réel"... mais qu’est ce que ça veut dire ?
      Vous êtes tellement convaincus que le progrès, c’est Satan. Le progrès n’est que la continuation de l’instinct de survie. Devions nous rester à l’état complètement sauvage pour ne pas défier Dieu ? Accepter la mortalité infantile, les épidémies, la nature hostile ? Vous jouissez d’un certain confort qui est le fruit du progrès. Vos nombreux enfants n’ont pas une chance sur deux de mourir avant 8 ans grâce au progrès. La surpopulation, l’augmentation de la longévité sont le fruit du progrès. Je crois en un Dieu, mais pas en un Dieu qui nous punit pour tenter de survivre et d’alléger notre souffrance. Dieu nous a créés intelligents, curieux, ingénieux.... et on devrait rester cons et impuissants, se laisser faire en serrant les dents ? C’est complètement irrationnel.
      "Mais le suicide n’est pas la solution : il ne vous amène pas au même endroit que pour ceux qui auront combattu, vous êtes prévenue." Mais qu’est-ce que vous en savez ?!!! Si le dieu de la compassion met en Enfer un père qui se suicide après avoir perdu sa femme et ses enfants dans un accident, ou une jeune fille qui est trop fragile pour ce monde, on est plus dans l’Amour du tout. Je ne crois pas en un Dieu qui punit.


  • Les cathos sont recroquevillés sur des traces de sacré résiduelles dont la seule réalité sont les interdictions qu’ils infligent aux gens. La vie des gens appartient aux gens, pas aux envies de surnaturel des cathos.

     

    • Les cathos dont je suis te laissent libre. Où voyez-vous qu’ils vous infligent des interdictions ? A moins que ce soit votre propre conscience qui vous parle. L’Eglise n’impose rien, elle propose une conduite en adéquation avec le message du Christ à ceux qui le désirent.


    • Le sacré « résiduel », c’est nouveau, ça vient de sortir ! Mais peut-être que « résiduel » c’est encore trop pour certains ! Et bien sûr nous vivrions au milieu de « cathos » qui imposeraient leurs vues aux gens, et pas du tout au milieu d’adulescents nombrilistes qui ne fonctionnent qu’à coups de moi je et de ne veux ci je veux ça et qui ne pensent rien au-delà de leur propre petite personne (quant à l’au-delà tout court, on n’en parle évidemment même pas), et en cela parfaitement raccord avec les agendas politiques actuels. Pathétique.


    • Vous ne connaissez rien de la foi sincère des catholiques. Croyants qui sont loin de représenter une masse uniforme, malgré la même foi. La majorité silencieuse vit sa foi dans la discrétion, l’humilité, la prière, la foi profonde, et n’impose rien. Au contraire, cette grande discrétion peut devenir un défaut dans un monde qui lui, ne se gêne pour ouvrir sa gueule contre le catho sans trop réfléchir, un peu comme vous.


  • La franc-maçonnerie est par essence l’un des lieux d’avant-garde de l’impérialisme du progrès de la marchandise...


  • "J’ai des devoirs envers Dieu"...
    C’est lui qui te l’a dit ?

     

  • Si vous faites des recherches à la BNF sur les cartes officielles de la "France", vous découvriez un fait très étonnant. Le nom "France" n’apparait pas avant le 17e siècle... ou lorsqu’il apparait semble plutôt désigner une région, comme on pourrait comprendre clairement aujourd’hui sur une carte que l’Aquitaine désigne une région et non un pays.

    Les territoires qui forment la supposée France sont jusque là réunis sous le terme Galliae... étrange, non ? L’hypothèse paraitra farfelue pour certains mais la France serait bien une invention pure des Franc-maçons. Les rois de France auraient été en réalité... Rois des Gaulois.

    “Pour liquider les peuples, on commence par leur enlever leur mémoire. On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire. Puis quelqu’un d’autre écrit d’autres livres, leur donne une autre culture, leur invente une autre histoire. Ensuite, le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est, et ce qu’il était. Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite.“ Milan Hübl, historien tchèque.

    Certains pensent que la réécriture de l’histoire et des livres commence en 1945.. or cela date depuis bien plus longtemps. Ce qu’il faut donc bien comprendre, c’est que la France est une construction franc-maçonnique. C’est leur pays ou presque car il y a un espèce de substrat de tripes gauloises qui les font considérablement chier et dont il n’arrive pas à tuer l’âme malgré les siècles de blanchissement et de réécriture de l’histoire.

     

    • Pas grave ! De la lettre et l’esprit, c’est toujours l’esprit qui l’emporte. Et quand je dis esprit, je pense intuition, intelligence...
      Les institutions (Église, FM, République...), malgré leurs constructions sémantiques, volontaires ou non, sont toujours bancales parce que trop restreintes, trop exclusives.
      Ce qui compte c’est de faire peuple sur un territoire donné, l’esprit français existe bien et son noyau reste hermétique aux idéologies, car forgé du socle historique qui est le nôtre (bien avant les Mérovingiens), bien plus stable que l’anglo-saxon judéo-protestant d’où provient cette franc-maçonnerie.


  • Ce qui me dérange ce n’est pas tant que les francs mac aient des idées farfelues que les fait qu’ils se sentent autorisés a fourrer leur nez partout pour nous dire comment on doit faire les choses.


  • plein de Franc-mac ont des familles détruites, divorce, coupés de leurs enfants,... et ils ne voudront pas l’avouer par arrogance, rentrer dans la franc-maçonnerie c’est faire exploser son narcissisme, il faut savoir qu’ils sont obsédés par l’image qu’ils donnent, on peut dire qu’ils sont complètement englobés par la société du spectacle.
    Ils sont totalement soumis au libéralisme-libertaire, soumis à l’argent et à leurs envies.

     

    • Vous avez quelques étude universitaires qui se recoupent sur le sujet ? Ou juste un avis de zinc de comptoir ?


    • Oui, mon père (mort depuis peu), son meilleur ami qui n’était en fait qu’un arriviste, mon oncle, mon cousin (sa femme est partie avec le copain de sa mère et ils ont même fait un enfant).
      Alors oui ça part en couille dans les familles franc-mac, à jouer avec Satan, voilà ce qui arrive.


    • @ fela kuti,
      Voici pourquoi je vous demandais quelque étude universitaire sur le sujet :
      En France il est 50 millions d’adultes : soyons sages et imaginons qu’il ne s’en trouve que la moitié en capacité de former un couple, ce qui nous offre une fourchette très basse, soit 25 millions.
      45% des « mariages » finissant en divorce, selon votre théorème familial, cela nous fait 11 250 000 personnes : occultons les couples homosexuels dont les revendications sont récentes et divisons par 2 pour séparer les hommes, des femmes, puisque là aussi la F.M. n’est entrée en mixité qu’il y a peu. Soit 5 625 000 bonshommes... célibataires, divorcés, dépacsés, décapsulés, ce que vous voulez.
      Or le GODF (maçonnerie sociétale) annonce 55 000 membres actifs environ. Actifs dans quels cuIs d’autrui, on ne le sait pas, mais cela ne fait que 1% de votre bazar...
      À quelles tribus, sectes, gangs, associations (de malfaiteurs), assemblées et autres appartiennent donc vos disjonctés de la famille ancestrale qui se perd : soit les 5 570 000 bonshommes restants (si vous n’accusez pas, en plus, les femmes en responsabilité) ?
      Passée la galéjade et votre agacement infondé, je vous invite à lire E. Todd afin de descendre de votre marronnier si vous souhaitez, pour le bien de la société, jouer les redresseurs de tort en bonne âme, science et conscience ; il explique assez bien ce « dérèglement » que d’aucuns appellent décadence en cherchant chez leurs voisins, (parfois chez la voisine - mariée -, je vous l’accorde) le poids de leur propre responsabilité.
      Pour votre info., la troisième République était maçonnique à un point que vous ne vous imaginez guère, comparativement à notre siècle contemporain : pour autant si vous lisez quelques rituels accessibles sur le Net, vous constaterez que ceux qui en écrivaient la teneur (J-B A. Blatin 1841-1911 par exemple), étaient pour le moins patriarcaux avec un sens de la famille qui nous échappe désormais...
      Par ici, dans cette région la plus méridionnale « de France » méditerranéenne où la famille - aux saveurs latines - est la plus encensée par les bons sens populaires d’ici et de là, se trouve être un particularisme que les notaires connaissent bien : détenir le record du plus grand nombre d’indivisions qui se soldent sur la longue durée et un coût exhorbitant, par un partage judiciaire, faute d’accords amiables.


    • Ce que je veux dire c’est que les FM sont les représentants, les disciples, des moines de la religion/idéologie dominante, le libéralisme libertaire, du coup ils ne peuvent qu’en subir les conséquences.


  • Il y a une différence entre donner la mort et cesser de maintenir artificiellement la vie d’une personne qui devait mourir . La question est celle de la toute puissance de la science matérialiste qui s’oppose a la réalité spirituelle . Mon droit est de refuser les soins de la médecine démoniaque , ils vont pas me priver de ma mort ces cons avec leur science bidon . Par contre en toute conscience aller se faire euthanasier, c’est un suicide , avec une vie de fantôme a la clée .


  • Je veux pouvoir CHOISIR ma fin de vie. 89% des français sont favorables à une évolution de la loi sur la fin de vie (sondage La Croix janvier 2018). Je suis gilet jaune et je n’ai rien à cirer des franc macs.

     

  • Ah non ! Je suis contre l’état nazi ! Faut pas déconner quand même !


  • Combien de catholiques affirmeraient fièrement que Dieu seul décide du destin des hommes ? Débranchez donc les machines...
    Il faut savoir que si l’euthanasie était légale, elle concernerait majoritairement des patients inconscients, des "légumes" sous perfu depuis des lustres.
    Pardonnez moi le langage mais, quitte à alimenter un moulin, ce débat me semble moins importent que celui sur l’avortement

     

  • La quete maconnique est dans son essence spirituelle. Ceux des franc - massons qui vous disent le contraire, a savoir que sa mission serait politico-sociale, de gauche, pour la republique, liberale de moeurs etc... sont des bernes, des fanatiques du materialisme, ou bien des menteurs, des falsificateurs, des opportunistes et des traitres, des subversifs a faute de mieux, en bref des individus nuisibles. Il est certain que depuis le XVI, XVII, XVIII siecle, il s’est passe bien des choses aussi a ce propos.


  • L’euthanasie existe déjà mais porte un autre nom : chimio"thérapie"


  • E&R, vous devez inviter Serge Abad-Gallardo à faire une conférence ! Cet homme est un habitué des conférences (il y en a plusieurs sur youtube) et est un bon orateur.
    Il a toujours un témoignage éclairé et construit, avec des infos de l’intérieur...

    C’est ce genre de conférences dont l’association a besoin maintenant, pour rentrer dans les détails, comprendre qui est l’ennemi en face. De l’information militante.


Commentaires suivants