Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La pilule à gogos

La théorie du genre est un passe-temps talmudique qui n’intéresse que les championnes olympiques de la carrière universitaire, un sport cérébral tordu pour dames peu avenantes, qui laisse le gros des mortels fort froid. On suppose que ces gens-gentes-là sont sérieusesx, qu’elles-ils cherchent des choses importantes, qu’ils-elles font des « sciences humaines », et que, quelque part, elles-ils doivent bien trouver quelque chose...

Mais on ne paierait pas les universitaires les plus inventifves s’il n’y avait pas un retour sur investissement à en escompter. Alors que dans tous les pays occidentaux, après les manœuvres pour imposer le mariage gay, s’instaurent sournoisement des décrets et règlements afin que la théorie du genre devienne un enseignement obligatoire depuis la maternelle, l’enjeu se clarifie : il s’agit de favoriser l’industrie de la procréation, laquelle ne peut s’implanter et s’étendre qu’en dévastant la procréation naturelle, et en modifiant profondément la conscience naturelle des gens en matière d’identité sexuée.

 

Le bébé-business

Une fois que l’on prend conscience de cette dimension économique, mercantile, prédatrice, visant un marché mondialisé, c’est à dire un nouveau sommet du projet capitaliste de marchandisation totale de l’être humain, tout à la fois réduit en esclavage en tant que producteur, contraint à la consommation sur un marché entièrement captif, et privé de toute liberté d’expression de sa volonté, l’analyse du phénomène du « gender » trouve son cadre bien réel, bien cruel, extrêmement vexant pour ceux qui se croyaient jusqu’à maintenant sujets faisant des « choix » : ce n’est pas une vague idéologie fumeuse ni marginale : c’est une étape clé pour le développement de l’industrie de la procréation.

Le site planetoscope.com suffit pour constater l’essor fabuleux que peut prendre la chose en France et en Europe. Le frère du président Paul Bismuth en personne avait été mentionné dans l’affaire de l’Arche de Zoé, un vaste réseau de vol d’enfants tchadiens pour des « adoptions », voire transmutation en gibier à prostituer ou en stock d’organes sur pied, on ne le saura jamais. Les enquêtes entreprises par des chercheurs africains ont fait tout de suite l’objet de toutes les attentions des pouvoirs « publics » : silence radio. Mais quand même, il en reste la trace sur certains sites [1].

Bref, allez, les jeunes, allez fouiller dans les bilans comptables de toutes les boîtes qui font du baby business, c’est le moment, on a besoin de dossiers étoffés pleins de chiffres et de courbes, tant sur ce qui se fait légalement que plus discrètement. Mais les conclusions, même sans chiffres, on les a déjà : la France fait incontestablement partie des pays de pointe pour l’exploitation d’un secteur de pointe. GPA, PMA, transvasement de gosses de pays pauvres dans des familles riches de pays riches, etc., n’ont qu’un problème à régler : la demande n’augmente pas assez vite à leur goût.

 

Les eugénistes se frottent les mains

Halte-là, me dira-t-on ! Qu’est-ce que vous racontez ? À l’Onu, à l’Unesco, dans toutes les hautes sphères où on étudie des macro-choses, on se lamente : trop d’humains sur la planète, même Monsanto avec ses scientifiques projets de bouffe entièrement transgénique n’arrivera jamais à les nourrir tous ; la seule solution : réduire la population, mais en douceur, dans le respect des droits de l’homme.

Et les écolos d’en rajouter, dans leur sabir : il n’y a pas que les multinationales qui peuvent être nuisibles et doivent être encadrées, horreur, les affamés chez eux dévastent les réserves naturelles, et ces gouvernements d’incapables, en Afrique, en Amérique latine, qui sont infichus de mettre de l’ordre là-dedans. Là c’est la ligne Soros qui s’exprime : que des fondations sages s’emparent de tous ces territoires, par-dessus la souveraineté des États, car tout ce gâchis dépasse les frontières, la survie de la planète est en jeu.

Bref les eugénistes d’obédience diverse mais bien-pensants poussent des cris d’orfraie, et ils sont inattaquables, car leur combat est indissociable de la lutte pour la santé des peuples, disent-ils. Si leur objectif était vraiment de réduire la population pour le bien de l’humanité, ne serait-il pas logique qu’ils protestent contre le bébé-business ?

Or bien au contraire, on découvre que tous les organes supranationaux, composés d’industriels de la marchandise humaine, des commerciaux qui vont avec, et des prestigieux embrasseurs d’humanité, sont de mèche parce qu’ils ont une idée commune qui ne doit pas atteindre la conscience des peuples, sous aucun prétexte. Il s’agit de TOUT rationaliser, afin de contrôler la reproduction à l’échelle mondiale, et de faire avaler la pilule à ceux qui risqueraient de faire obstacle. L’invention de la pilule, dès le départ, s’inscrit dans le même schéma : limiter le nombre des indésirables, les pauvres du tiers monde, mais en douceur, avec leur consentement, sous la bannière de la libération de la femme.

 

Les premiers résultats

Une génération plus tard, alors que ce sont les femmes des pays riches qui se sont ruées sur la pilule, nos autorités occultes cachent soigneusement ce qui constitue leur grand espoir, ce que chaque gouvernement interdit que l’on fasse savoir au peuple : au bout de 40 ans de pilule, d’innovations constantes dans le domaine de la contraception, et de libéralisation maximale de l’avortement, la stérilité progresse rapidement ! Les hormones pissées par les dames du monde entier continuent d’agir en douce dans l’alimentation de tous : les hommes s’empressent de devenir femmelettes, et les femmes, espèrent nos ministresses, choisiront bientôt de devenir toutes maçonnes, sauf les ministresses et autres femmes de cabinet, pas folles. On est sur la bonne voie ! La fertilité baisse, et les magnats du bébé business tapotent fébrilement leurs calculettes : bientôt les hétéros n’arriveront plus du tout à se reproduire par la méthode ancestrale.

La déprime des hommes et des femmes, quand ils font les comptes de tous les avortements qu’ils ont favorisés, souhaités, encouragés et exécutés dans la chair de leur chair, finit de les écraser. Pour s’en remettre, ils engraissent les psys et les labos de psychotropes. Pas de danger qu’ils relèvent la tête et entreprennent des révolutions, sourient nos Méphistos au pouvoir ! Si vraiment ils y tiennent, au final, à faire des gosses, insinuent doucement les planificateurs de notre avenir, vers quarante ou cinquante ans, qu’à cela ne tienne, nos usines à bébés sur mesure sont là qui les attendent, parfait, on sait où les orienter, par ici la monnaie.

Jusqu’à l’entrée en scène de Farida Belghoul, tout allait bien dans le meilleur des mondes, celui d’Aldous Huxley, que nous concoctaient dans le plus grand cynisme nos inénarrables élites.

L’année dernière, la bataille contre le mariage gay mobilisait bien au-delà de la droite. Instinctivement, chacun rejetait ce projet qui nous tombait dessus, monstrueux et ridicule, comme disait Thierry Meyssan. Le choc de l’absurdité nous empêchait de comprendre. Cette année, l’offensive officielle sournoise sur le thème du « genre » a d’abord paru une bévue de ministres qui ne savaient pas ce qui se mijotait, et qui ont commencé par nier les faits. Farida Belghoul, Béatrice Bourges et Alain Escada, s’entourant des meilleurs chercheurs, les ont démasqués. Il s’agit bien d’une campagne concertée, au niveau de l’enseignement obligatoire, à partir de l’école primaire, avec un gros investissement dans les labos de recherche du CNRS... L’énormité du mensonge officiel réveille chacun. Voir tous les dossiers, très précis, sur civitas-institut.com.

 

La bonne vieille logique coloniale

Le capitalisme ne peut prospérer qu’après avoir anéanti les modes de production et de consommation traditionnels. C’est la démarche typiquement coloniale mise en œuvre pour développer la culture de la canne à sucre afin d’alimenter les voitures en éthanol, pour prendre un exemple récent. Premièrement, ravager les cultures vivrières et les échanges normaux dans les sociétés traditionnelles, là où on veut s’implanter. Alimenter quelques guerres entre voisins pour faire fuir tous ceux qui le peuvent est une des méthodes meilleur marché pour ce faire, sans trop se faire remarquer. S’emparer des matières premières, du territoire, des villages désertés après avoir brûlé tout ce qui pouvait résister, rien de plus facile après cela. Et vendre au prix fort les denrées qu’on va produire avec de la main d’œuvre réduite en esclavage par la faim, de préférence importée d’autres régions pour s’assurer de sa docilité, c’est le moindre des profits escomptés. Cela a très bien marché dans les colonies, cela marche encore partout où les États sont à la merci des puissants corrupteurs étrangers et où les armes circulent.

On recule d’épouvante à l’idée que nos magnats, ceux-là mêmes qui nous permettent de vivre dans la surabondance de biens désirables, veulent maintenant étendre leur empire au domaine de la reproduction humaine, car on sait bien que leur appétit sera insatiable. On se rassure en se disant que ce n’est pas possible, qu’on est des citoyens conscients, qu’on est en démocratie. Effectivement, si le but à atteindre est bien toujours le même, l’expansion d’un marché au détriment de la nature, au prix de l’éradication sans état d’âme des traditions et des droits des habitants naturels de chaque pays, dans nos pays dits « développés », les moyens doivent être un peu plus sophistiqués.

 

Sodome et Gomorrhe, toujours

Sans les lobbys LGBT, la situation serait bloquée. Grâce à eux, à une propagande soft bien étudiée, nos néo-esclavagistes tiennent le relai indispensable. L’habitude de se sentir un devoir de protéger toute minorité souffrante devrait suffire à persuader chacun de soutenir peu ou prou les inventions qui sont soutenues par ces groupuscules. Et la théorie du genre est un produit 100% LGBT, comme l’a établi Mediapart [2]. Les LGBT singent et soutiennent toutes les récriminations des lobbys holocaustiques afin d’apparaître comme les martyrs des masses antisémites autant qu’homophobes. Si la société consent d’elle-même à entrer dans la nasse, nous sommes cuits.

Nos contremaîtres UMPS sont payés par les grosses pointures de la mafia du bébé-business, dont les ambassadeurs sont les groupuscules LGBT. La fonction de ceux-ci consiste à faire exploser les repères traditionnels en matière de filiation. C’est le but avoué de la théorie « queer », c’est le changement de civilisation imprudemment admis par Mme Taubira. Les néo-esclavagistes qui nous gèrent à une échelle complètement supranationale prétendent nous déposséder de notre nature, de notre sexe, de notre idéal en matière d’amour et de famille, de notre progéniture ; que les bébés soient fabriqués par eux, en fonction des lois d’un marché qu’ils créeront et gèreront à leur profit.

L’argumentaire religieux, tant chrétien que bouddhiste, juif, musulman, animiste, agnostique ou dignement athée contre la théorie du genre en tant que satanique métastase de l’orgueil hideux de Sodome et Gomorrhe, révolte contre le projet divin, rencontre l’adhésion de chacun, au niveau de ses angoisses métaphysiques, de sa conscience, de ses intuitions, de ses hontes secrètes, de sa fidélité à ses aïeux, de sa mauvaise conscience pour tous les ratages familiaux vécus, rarement assumés comme fautes personnelles, mais encaissés comme défaites toujours douloureuses.

Mais l’argumentaire religieux ne suffit pas à convaincre, parce que le reconnaître implique de se reconnaître pécheur, ce qui n’est ni facile, ni agréable, ni populaire, ni vendeur. On brandit contre les empêcheurs de baiser en rond la liberté comme bouclier, on invoque la vocation libertaire de la gauche populaire, libertine de l’aristocratie droitière.

 

On reste marxistes...

Heureusement, Marx et Engels, toute la tradition révolutionnaire de gauche, et le féminisme qu’ils ont encouragé, puis Lénine, avec Rosa Luxembourg, avec Clara Zedkin, accourent à notre aide, avec leur langage clair, leurs raisonnements solides.

Avec la liquidation des partis communistes et l’évolution du monde du travail, la réduction du secteur primaire et secondaire dans le marché du travail, la dévitalisation de l’agriculture et de l’industrie, l’évaporation de la classe ouvrière, le patronat mondial a cru pouvoir proclamer la fin de la lutte des classes, du moins comme moteur de l’histoire dans les pays riches.

Pourtant, notre combat s’inscrit dans l’histoire des luttes de libération des opprimés. C’est bel et bien un patronat mondialiste qui, achetant les politiques, veut nous arracher l’âme, avec une propagande nous réduisant au statut de stupides bêtes de sexe, statut infiniment dégradant, tout en prétendant qu’il s’agit là de progrès, ou encore d’augmentation de notre éventail de plaisirs naturels, le tout faisant l’objet du consensus de toute population civilisée, ou plutôt, comme ils disent « développée », comme une tumeur se développe sans limites.

Nous nous réclamons de la tradition ouvrière, du combat pour notre dignité : non, nous ne sommes pas des esclaves de notre cul ou de leurs sophismes, pour leur plus grand profit ! Et nous nous servons à nouveau de nos outils éprouvés : la grève, pour commencer. La Journée de retrait de l’école est une grève des parents. Comme toute grève, elle peut devenir très dangereuse pour le patronat qu’elle démasque. C’est cette logique qui explique la répression disproportionnée qui se met en place. En Allemagne, il y a des parents qui vont en prison pour avoir refusé l’enseignement déstructurant du « genre », en fait de l’encouragement à la pratique pornographique.

 

... et féministes

À Cologne, les résistants français, russes et allemands se sont retrouvés, le dimanche 22 mars, à l’ombre de la plus ancienne cathédrale d’Europe, pour lancer une campagne à l’échelle européenne contre la théorie du genre. C’est à Cologne que la philosophe Edith Stein choisissait d’entrer au Carmel en 1920. Avant cela, comme toute femme d’exception, elle s’était battue pour la promotion légitime des femmes. Son cheminement précéda de peu celui d’une Simone Weil ou de la socialiste espagnole Maria Zambrano : toutes trois, et avec elle bien d’autres femmes philosophes, universitaires, courageuses, révoltées et honnêtes, avaient embrassé la défense des humiliés, des pauvres, des prolétaires, et la cause des femmes bafouées ; logiquement elles rejetaient tout despotisme cynique comme celui qu’incarnait à leur époque le nazisme hitlérien. Mais les savants hitlériens comme les savants juifs européens ont été recyclés aux USA dès la fin de la guerre, et maintenant le despotisme cynique s’appelle démocratie occidentale.

Nous nous réclamons des plus anciennes luttes pour les droits des femmes. Comme les femmes combattantes de toutes les époques, nous refusons que les enfants soient arrachés à leurs mères dévorées par la nécessité de gagner leur pain à la sueur de leur front. Comme les premières d’entre elles, nous refusons que les femmes soient traitées en bétail, en vagues couveuses : nous les femmes revendiquons notre facette maternelle vitale, même si elle n’est pas la seule, et notre devoir d’éduquer nous-mêmes nos enfants dans le respect de la maternité et de la paternité. De tout temps, les femmes ont réclamé le droit à l’instruction pour pouvoir éduquer correctement les enfants. C’est toujours de cette responsabilité qu’il s’agit.

Au temps de sainte Thérèse d’Avila, autre femme fondatrice de dignité, de justice et de progrès pour les femmes, puis au temps de Flora Tristan, le respect des femmes passait par la reconnaissance de leurs droits en tant que personnes, et non pas seulement en tant que mammifères. Au XXIe siècle, avec la généralisation de la contraception, il n’y a plus lieu de protéger les femmes contre trop de maternités, dans nos pays ; mais il est temps de les protéger contre les illusions répandues par les lobbys pharmaceutiques et médicaux : non, la contraception et l’avortement ne sont pas des pratiques anodines sans conséquences, leurs effets secondaires sont de graves pathologies individuelles et collectives, alors que la grossesse et l’enfantement ne sont pas des maladies, mais au contraire la plus rayonnante manifestation de la santé d’une femme ! [3]

Et nous refusons la tyrannie d’une infime minorité, l’infâme lobby LGBT prétendant imposer ses sophismes à tout le peuple, et piétiner à son profit l’art de la perpétuation de l’espèce. Nous, féministes, continuons à penser qu’il faut se battre pour empêcher les hommes de céder à des pentes fatales : autrefois, c’était l’alcoolisme qui menaçait les ménages misérables et mettait les familles en danger. Désormais c’est l’irresponsabilité de l’hédonisme sans frein : les femmes comme les hommes, devraient, selon le « progrès », ne pas plus voir plus loin que leur plaisir, comme les hommes, et traiter les gosses comme des bagages qu’on peut laisser à la consigne.

Nous, les féministes qui en avons vu d’autres, et qui avons triomphé de bien d’autres mauvaises volontés, savons voir la puérilité de ces conduites addictives, incontrôlées ; et comme nous savons apprendre aux enfants à maîtriser leurs caprices, nous allons apprendre aux adultes infantilisés à se reprendre en main, en leur montrant quels pouvoirs tyranniques et bien réels abusent de leur vacuité et de leur faiblesse.

Nous, féministes, sommes épouvantées par la trahison des soi-disant écologistes, incapables de se battre pour faire respecter le principe le plus universel de la nature, celui de la complémentarité des sexes, le degré zéro du bio. L’accès au pouvoir politique les a corrompus jusqu’à la moelle, ils ne sont plus capables de voir les menaces qui pèsent sur l’espèce humaine toute entière, si ses mystérieuses, ancestrales, animales parades amoureuses cessent de faire naître les enfants « au petit bonheur », comme des champignons, comme des dons merveilleux de la nature, au profit de fabricants cyniques et froids.

Nous, féministes, sommes solidaires des opprimés du monde entier. Olympe de Gouges se battait pour la libération des esclaves dans les colonies françaises. Nous nous battons pour le droit des peuples à résister à la colonisation forcée des esprits, contre l’intrusion de notre culture pornographique dans leurs univers spirituels propres. Nul ne nie que l’Occident répand chaque fois et partout sa propagande comme première étape de ses guerres de conquête, et la propagande soi-disant éducative du gender (en anglais ça fait plus sérieux) est une arme de destruction spirituelle massive. Le minimum du tiers-mondisme, du sens du respect dû aux les peuples non-européens, consiste à les protéger de nos vices ! Aucun héritier de la militance anti-impérialiste ne peut se voiler la face. C’est la guerre contre les pauvres qui atteint un nouveau degré de sophistication : tuer spirituellement des populations entières, les réduire en esclavage mental au nom de la combinaison des deux principes du monde occidental : la liberté pour le plaisir. Il faut parler de guerre, car la consommation des drogues de synthèse sophistico-rationaliste se veut obligatoire, elle veut s’imposer par l’école, les lois, les ONG, l’ONU...

Avec Farida Belghoul, qui a l’immense mérite de convoquer la conscience des chrétiens et des musulmans ensemble, et tant de gens qui cherchent les mots justes pour dire ce qu’ils savent et qu’on veut nier, nous nous adressons à toutes les consciences de gauche, celle des hommes et des femmes qui savent que l’exploitation des prolétaires par la tyrannie de l’argent continue de peser sur l’avenir de l’humanité, tous ceux qui se savent écrasés par la volonté de profit d’une infime minorité, meurtrière, féroce et férocement occidentale.

L’ennemi, aujourd’hui comme hier, c’est le capital, qui veut vous voler votre force de reproduction physique et spirituelle, qui veut vous voler la maîtrise de vos engendrements et enfantements, et vos droits sur vos enfants, un capital avilissant qui s’avoue comme tel, avec l’ignoble projet de faire passer la pornographie au rang de matière scolaire obligatoire.

Reprenez confiance dans votre conscience, dans votre tradition spirituelle et familiale, dans votre intuition. Ce n’est pas parce qu’on ne trouve pas ses mots qu’on n’a pas de sentiments primordiaux. Il faut leur obéir, c’est notre santé mentale et morale qui est attaquée de toute part. Se sentir appartenir à la gauche, parce qu’on aime par dessus tout la liberté et qu’on a pour moteur la révolte contre l’injustice que les trop puissants imposent aux majorités, aux masses, aux multitudes, c’est sain, c’est le contrepoids nécessaire à la sensibilité de droite qui guide les responsables, les autorités, ceux qui ont du pouvoir, éventuellement légitime, bien entendu. Nos ennemis, ce ne sont pas les gens de droite, indispensables pour faire tourner la machine de la société, mais les usurpateurs du pouvoir souverain du peuple, qu’ils montrent les crocs ou se déguisent en bêlants agneaux. Ils ne nous font pas peur, et ils ne nous attendrissent pas non plus. Nos ennemis, ce sont les corrupteurs d’enfants qui veulent faire d’eux des larves, des larves face aux tentations qu’ils leur servent sur un plateau, à l’école même, apparemment pour rien. Il s’agit en fait de nous endetter à vie, sur plusieurs générations, car plus nous « maîtriserons notre fertilité », comme on dit, plus nous nous rendrons stériles, et eux sauront nous rendre dépendants jusqu’à la mort, de compensations misérables.

Lorsque Farida Belghoul s’est mise à ameuter les parents d’élèves au sujet de la fameuse théorie, les politiques tenants de la chose ont aussitôt battu en retraite, découvrant la nullité théorique de la chose, et le grand danger si le peuple découvrait qu’effectivement, le militantisme pour la chose relève avant tout du contrôle mental des peuples, par les politiciens les plus rusés et les plus rapaces, ceux qui veulent vraiment que leur empire s’étende à la planète entière, et atteigne les tréfonds de l’intimité. Ces aspirants à la domination mondiale travaillent de concert avec ceux qui veulent vendre toujours plus, toujours plus loin, et avec les médiats qui ne vivent que de la publicité pour des nouveautés, pimentées de polémique et de cul.

Eh bien non, la pilule ne passe pas.

Maria Poumier

 

Revoir l’analyse d’Alain Soral sur la destruction de la famille et de la civilisation (extrait de l’entretien d’octobre 2012) :

 

Pour découvrir et rejoindre l’action des Journées de retrait de l’école de Farida Belghoul :
- jre2014.fr
- facebook.com/jre2014

Voir aussi, sur E&R :
- La prochaine Journée de retrait de l’école aura lieu le 31 mars 2014
- Une nouvelle "usine à bébés" découverte au Nigeria

Notes

[1] http://www.alterinfo.net/Arche-de-Zoe-Le-depute-Ngarlejy-YORONGAR-ecrit-a-Sarkozy_a13368.html, http://www.voltairenet.org/article152777.html‎, et d’autres articles sur les mêmes sites.

[2] Un blog lié à Mediapart, ndlr : http://blogs.mediapart.fr/blog/christophe-lemardele/070214/theorie-du-genre‎

[3] Comme bien des gens, Jean-Luc Mélenchon est partagé entre ses instincts d’homme normal et généreux, et les contraintes de sa position. Son air toujours grincheux et ses colères l’honorent. Il fait souvent de mauvais choix, et puis se trahit, son bon naturel reprend le dessus. En voici un excellent exemple :

« Pourquoi êtes vous opposé aux “mères porteuses” ? Jean-Luc Mélenchon : Parce que le corps des femmes n’est pas un instrument de production. Parce quand vous m’aurez montré une grande bourgeoise qui accepte contre rémunération de faire un enfant à une famille de pauvre, la discussion aura un sens. Ça n’est pas vrai. Cela n’existe pas. Il ne peut pas être question d’accepter la marchandisation du corps humain. On ne me racontera pas d’histoire, c’est à ça qu’on arrive à la fin. Et si le corps d’une femme est un instrument de production, alors la question de sa propriété est reposée. »

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/07/01/interview-au-magazine-tetu/

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #768188
    le 26/03/2014 par neutre
    La pilule à gogos

    C’est le Talmud qui donne l’explication du "baby business" : les Juifs et Juives se considérant seuls comme des Hommes et des Femmes, considérant "les autres" comme des animaux, ils en pratiquent l’élevage, en toute bonne conscience talmudique, et les "animaux", terrorisés, ne pipent mot .

     

  • #768193
    le 26/03/2014 par impartial
    La pilule à gogos

    Vous imaginez des chrétiens ou des musulmans vendre des bébés ? Impossible, c’est un commerce très louche, criminel en fait, où les talmudistes se sont engouffrés en masse, un trafic qui va leur permettre, SANS TRAVAILLER, de faire de l’argent, la seule chose qui les intéressent . La loi du mariage pour tous a été votée précisément dans ce but, par un Parlement qui ne représente plus le peuple Français depuis...1958, depuis que les Juifs (comme Michel Debré) ont supprimé la Proportionnelle .


  • #768200
    le 26/03/2014 par Bébert
    La pilule à gogos

    Il est possible que les hommes de ce pays, la France, réagissent, car la propagande homo est en train de provoquer leur virilité en la mettant en doute . Ce qui explique que les homos, jusqu’ici ignorés et méprisés, se font de plus en plus insulter, voire agresser, d’autant plus qu’ils ne craignent plus d’exhiber leur fameuse "différence" . Il est possible que les sionistes qui veulent nous transformer en bisexuels obtiennent l’effet inverse : une recrudescence de virilité et, pourquoi pas, de naissances, ce qui les contrarieraient énormément .

     

    • #768337
      le 26/03/2014 par vladimir poutine
      La pilule à gogos

      c’est faux ,leur dégénérescence c’est du travail aux corps qui conduit a la féminisations des hommes qui est de plus en plus visible dans la société .

      soral est d’ailleurs un des premier a appuyé sur ce sujet et je conseille a tout le monde de lire le livre d’alain sur la féminisation .


  • #768209
    le 26/03/2014 par solaine
    La pilule à gogos

    Aïe yaï yaï ! Bravo à l’auteur de cet article qui doit être lu par le plus grand nombre afin que la majorité des populations du monde entier soit consciente qu’il faut mener une lutte acharner contre la volonté à terme de la marchandisation du corps humain que nous concoctent les élites mondialistes...
    Qu’on soit homme ou femme, ne succombons pas aux sirènes de la liberté totalement dépravée (sans foi ni loi), ne laissons pas les capitalistes mondialistes (qui sont un peu dingues, donc fous !) nous tenir avec la puissance de l’argent ! Il en va de la survie de l’humanité toute entière !
    Merci à Farida, à Alain et à tous les autres pour votre travail d’éveil des conscience...


  • #768230
    le 26/03/2014 par RachRach
    La pilule à gogos

    Je voudrais aussi dire au gens qui vive que de credit de ne pas se rendre eux méme esclave des banque , car par leur puissance et pouvoir il pouront vous faire vivre dans la rue et prendre vos enfant si vous vous rebellé, soyer libre de vous méme et ne dépender de personne , croyé moi vous dormirais mieux .


  • #768237
    le 26/03/2014 par damoines
    La pilule à gogos

    Qu’est-ce que c’est que ces salades ? Imposer la théorie du genre pour limiter la population voir la réduire et en même temps faire ses emplettes en Afrique dans des baby centers ? En quoi cela peut réduire la population mondiale sinon la blanche, car c’est LA le but ultime...la mixité forcée !

     

    • #768477
      le 26/03/2014 par billardfrancais
      La pilule à gogos

      le but ultime ? une élite qui cherche à renverser le christianisme doucement, avec souffrance.. qui veut mettre en place la loi du talmud royal et gouverner sur la terre, en pervertissant l’humanité et voir souffrir les "sous hommes". Pervertir la société jusqu’à ce que cela en devienne ennuyeux Alors, cette élite se retournera contre ses serviteurs, qu’elle jugera gênant et en trop bonne santé. Elle leurs enlèvera tous leurs droits et privilèges, les présentera comme des monstres ; elle instaurera une nouvelle croyance qui se rapprochera de loin du christianisme, façon témoins de jéhovah, pour la contrôler. l’élite se laissera oppresser, afin d’être à nouveau chassée, persécuter de partout pour ses déviances ; elle retrouvera petit à petit sa noirceur ; retournera dans la pénombre et mettra en place de nouveaux rites, avoir des secrets et enfin... enfin... elle pourra retrouver les joies de la lamentation.

      Avertissement : N’oublie pas que si tu gagnes contre le christianisme, la lamentation es ist vorbei !!! (c’est fini)


  • #768248
    le 26/03/2014 par Jean-Pierre
    La pilule à gogos

    Le labyrinthe

    A chaque fois que je suis confronté à ce genre de problème j’essaie de sortir de ce labyrinthe dont les parois sont constituées de la profusion et de la prolifération d’infos plus ou moins fausses qui nous sont jetées en pleine poire.
    J’ai un vieux truc pour sortir de ce labyrinthe :
    quand j’y entre je choisis un côté (le gauche par exemple) et je m’y tiens en avançant comme le petit poucet qui sème ses cailloux.
    Cela me permet de revenir en arrière quand j’ai perdu mon chemin.

    Après cette métaphore, je vais essayer ici de vous donner un regard objectif avec les quelques connaissances (j’insiste sur l’humilité de mon savoir et de cette analyse) que j’ai.

    "ON" nous a imposé d’abord imposé un système monétaire qui date de plusieurs siècles et qui, la révolution industrielle étant avenue, s’est transformé en système monétaire et financier mondial.
    Cela s’est fait de plus en plus rapidement pour en arriver aujourd’hui à ce triste constat :
    si t’as un pouvoir d’achat…si tu n"en a pas….

    "ON" nous a parallèlement brouillé les pistes par la politique (le pouvoir d’un petit nombre de décideurs), une nouvelle fois, étatique puis européenne et enfin mondiale.

    Chemin faisant, "ON" a décidé qu’il fallait endiguer le problème de la surpopulation par quelques guerres et quelques théories du genre...

    Enfin "ON" a décidé d’appliquer ces méthodes coûte que coûte même en mettant en danger notre planète et par là même ses habitants.

    Mais qui est ce "ON" ?
    Je crois qu’il est représenté par une poignée de stratèges immoraux situés en haut d’une pyramide si haute qu’ils n’ont plus la vision de ce qui se passe en bas.
    Dans les rigoles de cette pyramide croupissent des milliards de rats comme moi qui cherchent leur salut vers la lumière.
    Pourtant il existe un ascenseur pour aller voir ce qui se passe en haut, mais pour y avoir accès il faut une véritable cohésion entre tout les rats.
    Je pense que nous prenons cette direction par la force des choses mais arriveront-nous à temps avant que "ON" ai éradiqué les habitants de notre jolie boule bleue ?

     

    • #768785
      le 26/03/2014 par jojo
      La pilule à gogos

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Popula...

      Estimation haute, basé sur le modèle de croissance depuis 1950 : 12 milliards en 2050 et près de 17 milliards en 2100 ! L’Afrique passera les 2 milliards d’individus en 2035, ils vont manger quoi quand leur nombre aura doublé ? Vous pensez qu’ils crèveront moins de faim qu’aujourd’hui ? Qu’ils immigreront moins en Europe et sans rejeter sur nous la responsabilité de leur situation catastrophique comme ils le font aujourd’hui ?
      Aux USA, on mise sur le développement agricole du Kazakhstan, un pays qui a de forte capacité mais qui est aussi le territoire le plus radioactif du monde...

      C’est la surpopulation qui engendre la misère et la famine, et c’est elle aussi qui provoque la destruction de la planète par la pollution et la consommation de ressource des productions industrielles dans les zones à haut niveau de vie.
      Les graphiques sont très clairs par contre : c’est la révolution industrielle qui est à l’origine le premier responsable de l’explosion démographique humaine, suivit des progrès en médecine notamment par la généralisation de la vaccination qui a renforcé les défenses immunitaires et qui a fait qu’il n’y a pas eu de vraie pandémie mortifère depuis les années 1930, nul part dans le monde.
      Si la courbe démographique de l’humanité ne se tasse très rapidement les guerres pour le contrôle des ressources sont inévitables, ceux qui s’y refuseront auront un niveau de vie de Somaliens et crèveront de famine, et ça m’étonnerai que nos amis Africains fassent quoi que ce soit pour nous aider à survivre si on fait un tel choix, parce qu’ils sont beaucoup moins généreux que nous d’une part et qu’ils n’ont pas vraiment le niveau intellectuel pour trouver des solutions déjà à leurs propres problèmes alors à ceux des autres...


    • #769080
      le 27/03/2014 par béret vert
      La pilule à gogos

      Hé Jean-Pierre, tu fumes du shit ?
      Quel laïus !


  • #768252
    le 26/03/2014 par Guylane
    La pilule à gogos

    Nous avons bien compris que notre "civilisation" arrivait à sa fin, mais peut-on la regretter ? destructions, guerres, viols, tueries, sexe en supermarché, bébés vendus, mères-porteuses en stabulation, drogues en tous genres, alimentation empoisonnée, l’appât du gain comme seul but, mépris de la vie ....nous avons fait fausse route depuis longtemps, sans doute largement "guidés" sur la mauvaise voie ...Mon regret est que nous n’ayons pas su choisir la voie de la sagesse, de la compassion, de l’empathie, du respect de la vie et du Sacré ...
    Il est donc logique que nous soyons balayés de cette Terre comme d’autres sociétés antiques avant nous ... la Terre a besoin d’êtres qui la protègent, l’aiment et la respectent ...
    Adieu donc mes frères, même si certains d’entre nous n’ont participé que peu ou prou à cette destruction massive ...mais avons-nous eu le courage d’entrer en Résistance ?


  • #768267
    le 26/03/2014 par meumeu4
    La pilule à gogos

    Pour une fois, j’ai trouvé une divergence de vue avec Alain Soral.

    L’accouchement sous x n’est rien d’autre qu’un avortement social et
    ce n’est pas une rétro-activité juridique que d’interdire ce mécanisme de sauvage mais une continuation d’un statut d’existence de la vie humaine qui commence dès la conception, n’en déplaise à certains.

    Sur le fondement de ce principe de droits subjectifs de l’enfant, en l’espèce sur le fondement d’un droit à l’image de ses origines, on pourrait prohiber les films pornographiques mettant en scène des parturientes (femmes enceintes) qui se livrent en réunion ou non avec un acteur sexuel qui ne soit pas le père au sens biologique, une scène avec le père revêtirait celle-ci d’un caractère intrinsèquement sacré, celui de la vie et de sa fabrication !

    Le lucre même tiré d’un tel scène ne pourrait donc être en aucun cas en l’essence maléfique, l’unique condition - sine qua non - au visionage d’une telle scène étant la puberté des spéctateurs.

    Désolé, cela est cru mais c’est la vérité. NON ?

    Stéphanie

     

    • #768647
      le 26/03/2014 par MG 42
      La pilule à gogos

      Sur le fondement de ce principe de droits subjectifs de l’enfant, en l’espèce sur le fondement d’un droit à l’image de ses origines, on pourrait prohiber les films pornographiques mettant en scène des parturientes (femmes enceintes) qui se livrent en réunion ou non avec un acteur sexuel qui ne soit pas le père au sens biologique, une scène avec le père revêtirait celle-ci d’un caractère intrinsèquement sacré, celui de la vie et de sa fabrication !



      c’est deja le cas, c’est illégal en france.

      mais cette loi n’est pas vraiment appliquée bien que toujours en vigueur.


  • #768272
    le 26/03/2014 par pioneer
    La pilule à gogos

    Chère Madame, votre article force l’anti-marxiste et l’anti-féministe que j’ai toujours été à reconnaître qu’il existe un marxisme et un féminisme intelligents, auxquels toute personne sensée ne peut qu’adhérer à 200%. Merci

     

    • #768373
      le 26/03/2014 par awrassi
      La pilule à gogos

      Si vous aviez lu Marx et Engels, vous seriez encore plus convaincu de leur économie politique, mais vous ne suivriez certainement pas les féministes, un mouvement bourgeois par essence ! On résume le communisme à l’URSS et Staline, mais on ne réfléchit jamais assez au système économique et politique qu’implique le communisme : souveraineté des peuples, unions volontaires, fin de la misère, fin des guerres ... Tout cela relève du rêve si l’on croit que l’homme naît mauvais, mais tout cela reste possible si on croit le contraire et en ... Dieu ! Les religions du Livre nous disent toutes que rien ne nous appartient et que nous devons tous vivre en paix et tous profiter des bienfaits de notre créateur ! Je reste persuadé que les diatribes athées de Marx visaient l’Eglise comme institution au service des nantis, mais certainement pas contre la foi.


    • #768907
      le 26/03/2014 par Benoît
      La pilule à gogos

      Awarassi, a tout compris. L’imposture de ce qu’on entend par ’communisme’, tient en sa revendication première d’athéisme.
      Car le ’communisme’ c’est-à-dire la mise en commun des biens matériels et le refus de propriété personnelle a toujours existé dans les sociétés traditionnelles pour ceux qui s’en sentaient la vocation : ce sont les communautés monastiques.
      Mais pour y parvenir, pour trouver l’équilibre, il faut, comme dirait l’autre, pratiquer le djihad intérieur !


  • #768285
    le 26/03/2014 par TrendCat
    La pilule à gogos

    Merci pour ce très bon article.

    A la MODERATION, dernière phrase, une faute à "médias".

     

    • #769242
      le 27/03/2014 par Izaho
      La pilule à gogos

      Eh non ! Morphologiquement, on devrait bien écrire "médiats" et non "médias" comme reconnaissent même nombre d’académiciens. D’ailleurs, le terme est issu du latin "mediatio", d’où les autres dérivés : médiation, médiateur, etc. Quant au choix même de Maria Poumier ici, il se justifie par ses prises de position historiques ouvertement assumées. Merci pour sa lucidité et son immense courage.


  • #768321
    le 26/03/2014 par Aristarque
    La pilule à gogos

    Sujet du manuscrit d’un roman d’anticipation trouvé dans une poubelle : désormais toute "reproduction" naturelle est interdite, sous peine de mort par une sous-race satanique qui a décidé de marchandiser cette reproduction . Le dernier représentant d’une race qu’on croyait disparue, la race Aryenne, un nouveau Parsifal, cherche en dépit des obstacles à transmettre ses...gènes à une très belle fille, et il y ...parvient gace à sa force, son audace, sa ruse aussi . Sa descendance réussit a exterminer de la surface du globe l’engeance des batards immondes qui se l’était appropriée . Il semble que les Grands Editeurs Lévy, Cohen et Blum aient refusé le manuscrit sans donner d’explication .


  • #768336
    le 26/03/2014 par vladimir poutine
    La pilule à gogos

    farida belghoul a 100 ans d’avance .


  • #768342
    le 26/03/2014 par Bruno
    La pilule à gogos

    Bonjour,
    il y a des matins ou l’on se lève avec la bouche pâteuse et un gout merde au fond de la bouche, et puis on entrevoit une lumière et tout s’éclaire et deviens beau, possible … l’espoir, la foi en ce que nous sommes.
    Voilà Madame Maria ce que votre article a fait de ma journée. C’est l’une des meilleures proses qu’il m’a été donné de lire, si vous me permettez d’émettre un jugement ; en tout cas merci du fond du cœur pour tout cela.
    J’ai donc, sur le champ et sans votre autorisation, imprimé votre article pour le diffuser autour de moi en y ajoutant l’introduction suivante :

    Nos gouvernants, prosternés et prostrés devant les exigences économiques mondiales ne nous entendent plus !
    Ils ont même oublié qui nous sommes, ce que nous sommes … La FRANCE, le peuple de FRANCE.. ; pas le peuple qui forme des élites pour pouvoir avancer dans le monde, non ! (on en est plus là depuis bien longtemps) Le peuple qui ne compte que sur lui même, sur son histoire, son identité, sur sa force d’entreprendre, le peuple libre !
    Alors il est temps de se souvenir que la FRANCE est femme, femme du peuple ; libre et sauvage, rebelle et lumineuse ; elle a même un nom Marianne.
    Ecoutez la, lisez la, c’est gratuit, cadeau …
    Elle ne se donne pas un ‘genre’, mais il y a une pilule qui est restée en travers !


  • #768365
    le 26/03/2014 par awrassi
    La pilule à gogos

    Maria, le féminisme (même le tien) est une arme capitaliste ! Seul le marxisme a vocation à libérer ET la femme ET l’homme ! Je rappelle que les suffragettes, comme les féministes d’aujourd’hui, étaient en très grande majorité bourgeoises et lesbiennes ... Farida est, je pense, marxiste, mais certainement pas féministe !!!!

     

    • #768912
      le 27/03/2014 par reviso
      La pilule à gogos

      Mme Belghoul marxiste ?! Il me semble que vous l’avez mal écoutée. N’a-t-elle pas mis un terme à toutes ses sornettes à sa majorité ; à 21 ans, ainsi qu’elle le précise elle-même ?


  • #768417
    le 26/03/2014 par olivier
    La pilule à gogos

    Je complète avec l’analyse de Zemmour sur la féminisation et les rapports homme-femme :
    https://www.youtube.com/watch?v=kFm...

     

    • #768879
      le 26/03/2014 par vladimir poutine
      La pilule à gogos

      tres bon au début de la vidéo par contre il ce trompe quand il parle des jeunes de cités si les types ce comporte comme cela ce n’est pas du tout parce qu’ils ont peur d’elles ,pour ce venger,ou les dominer mais uniquement pour une questions de respect et de réputation car c’est tout pour eux .

      le type qui apprend que des mecs sont passer sur sa soeur sa réputation est fini et il finira par ce faire marcher dessus .par toute la cité .

      c’est la différence entre un zemmour et un soral l’un est demi libre et malhonnête et l’autre est libre et honnête .


  • #768631
    le 26/03/2014 par Christian 4TT4LI
    La pilule à gogos

    D’un point de vue purement mercantile, quoi de plus lucratif que la production et la vente de bébés ?Et d’un point de vue humain, rien de plus abject. Du jamais vu dans l’histoire de l’humanité.
    L’avenir entre dans la période la plus sombre, c’est tellement insoutenable que cela en est presque pas crédible. Et pourtant, tout se met en place irréméDIABLEMENT.


  • #768857
    le 26/03/2014 par Marie59
    La pilule à gogos

    On se doutait bien qu’il y avait un projet malthusien derrière tout cela et que nous n’étions que des sexes et estomacs sur pattes destinés à engraisser Mammon, mais ici, tout est bien expliqué et résumé. Bravo ! Ne désespérons pas, ces satanistes comprendront bientôt qu’ils ne sont plus les maîtres du monde...


  • #769293
    le 27/03/2014 par julien de
    La pilule à gogos

    Au risque d’en choquer certains, un peu d’eugénisme serait bien venu, cela permettrait de réduire la population d’une part, et d’autre part que celle-ci tende vers une amélioration de l’intelligence et de la sensibilité, car à présent, de ce point de vue, nous reculons sérieusement ; car bientôt des hordes de sauvageons vont s’étriper sur la planète pour trouver un morceau de pain.

    Je serai d’accord avec ce que disait Winston Churchill

    "La multiplication contre nature et de plus en plus rapide des faibles d’esprit et des malades psychiatriques, à laquelle s’ajoute une diminution constante des êtres supérieurs, économes et énergiques, constitue un danger pour la nation et pour la race qu’on ne saurait surestimer... Il me semble que la source qui alimente ce courant de folie devrait être coupée et condamnée avant que ne s’écoule une nouvelle année. " Winston Churchill
    2è édition ;)

     

    • #769492
      le 27/03/2014 par Louis
      La pilule à gogos

      C’était un marrant ce type.
      Quelle était son opinion pour les dépendants au tabac et à l’alccol ?


    • #769564
      le 27/03/2014 par julien de
      La pilule à gogos

      Mon cher Louis le persifleur,
      La question n’est pas de savoir si Churchill était alcoolique, fumeur, homo ou que sais-je encore.
      Lorsqu’une idée est valable, il ne faut pas chercher systématiquement des poux dans la tête de son auteur.
      Je n’apprécie pas particulièrement Churchill, pour un tas de raisons, mais sur ce point, je suis d’accord avec lui.


    • #770049
      le 27/03/2014 par Louis
      La pilule à gogos

      Il me semble que la source qui alimente ce courant de folie devrait être coupée et condamnée avant que ne s’écoule une nouvelle année. "



      S’il parle du système d’usure monétaire basé sur les pulsions de jouissance et des camés psychophates qui y crèvent leurs vies et celles des autres, je suis d’accord aussi.



      êtres supérieurs, économes et énergiques



      Pour te répondre sur le reste, il faut que je sache si tu es vivable ou non selon Churchill, parceque je ne voudrais pas offenser dans un sens ou dans un autre.
      On pourrait échanger nos "empreinte-carbone" pour commencer à nous "situer".


  • #770538
    le 28/03/2014 par issa
    La pilule à gogos

    Article clair, bien structuré, Le Pape pour lutter contre l’avortement à tout va, est peut-être un bon allié. C’est comme dans les enquêtes policières à qui profite le crime et surtout n’oublions pas l’enfer est pavé de bonnes intentions.


Afficher les commentaires suivants