Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La solution de François Bayrou face à la chute de la natalité française : encore plus d’immigrés

Le problème est-il la couleur de peau ou la capacité à fabriquer des Français ?

Les Guadeloupéens, les Martiniquais sont (plus ou moins) noirs et français, ce n’est donc pas la couleur de peau le problème. La machine à fabriquer des Français, à partir de l’école, est grippée, on le sait, elle est même quasiment en panne. Pourquoi ? Parce que soudainement les immigrés seraient devenus infrancisables ?

Pas forcément, sauf que le nombre compte : il est plus difficile de gérer une classe composée à 30 ou 40 % de primo-arrivants qu’une classe ethniquement homogène, c’est une réalité que les profs du 93 connaissent. Enfin, ceux qui restent en poste, car le turn-over est important.

Non, ce qui compte encore plus, c’est la fin de la volonté politique de franciser les nouveaux arrivants, on appelle ça l’antiracisme, l’anticolonialisme (car franciser les Africains qui arrivent chez nous serait du colonialisme éducatif !), et ça fait beaucoup de mal à une nation qui se communautarise.

Le problème est double : d’abord, le nombre, ensuite le communautarisme. Si les Françaises d’origine non immigrées font moins de bébés, ce n’est pas qu’elles n’aiment pas faire des enfants sur les conseils des écolos, comme le souligne Laurent Alexandre, c’est que les conditions sociales ne le permettent plus, et Le Gallou a raison d’insister sur la politique familiale qui a été abandonnée par le politique. Comme par hasard !

Le nombre ralentit la dissolution des migrants dans la nation, car il faut un certain temps pour digérer des étrangers (300 000 à 400 000 par an), et pour ne rien arranger, le communautarisme interdit toute digestion : les communautés deviennent étanches, ce qui est mauvais signe (ignorance mutuelle, violences possibles).

Le trop-plein d’un coup et le communautarisme sont donc les deux ennemis de l’unité nationale. Or, c’est justement ce que visent nos dirigeants politiques, qui veulent encore plus d’immigrés, et encore plus de communautarisme à l’américaine. C’est le sens du « respect » des autres cultures, même étiques, désormais enseigné à l’école.

On n’est donc pas sortis de l’auberge, sauf si on sort les politiques de l’auberge (on appelle ça une révolution), justement. Ce sont eux – et on ne parle même pas de l’effet de ciseaux désastreux du couple formé par le regroupement familial et l’avortement de masse, qui sont arrivés, comme par hasard au mitan des années 70... – qui ont mené la France où elle est aujourd’hui.

Par calcul politico-économique à courte vue (des ouvriers pas chers, mal payés et peu formés, histoire de conserver les profits sans moderniser l’outil de travail, tout en empêchant la résurgence communiste) et par volonté politique profonde de détruire le modèle social français.

Et là, on touche à une autre couche que Bayrou et Le Gallou se gardent bien de dénoncer dans l’article de Sputnik qui suit.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Face au risque d’effondrement démographique, François Bayrou prône notamment l’ouverture des frontières. Alors que la crise de Covid-19 a dangereusement fait chuter le taux de natalité en France, le recours à davantage d’immigration est une option éculée qui s’est avérée catastrophique par le passé, avance l’essayiste Jean-Yves Le Gallou.

 

« François Bayrou pose ce diagnostic avec cinquante ans de retard ! », lance d’emblée Jean-Yves Le Gallou au micro de Sputnik.

Le dirigeant de la fondation Polémia n’en démord pas : la solution proposée par François Bayrou pour « assurer le renouvellement des générations » et sauver le modèle social français est selon lui « un peu la même que celle qui était posée dans les années 70-80, où on expliquait qu’il fallait faire venir des immigrés pour payer les retraites. » Dans une note transmise à l’AFP, le haut-commissaire au Plan propose notamment un « pacte national pour la démographie ».

« Assurer notre avenir démographique » passe par « deux voies : avoir plus d’enfants ou accueillir des personnes d’autres pays », écrit le président du MoDem, pour qui « la France devra jouer des deux leviers dans des proportions raisonnables qui garantissent le maintien de la cohésion nationale. »

Pour Jean-Yves Le Gallou, auteur de L’invasion de l’Europe (Éd. Via Romana, 2020) et ancien eurodéputé du Front national, le recours à l’immigration, même pour un motif lié à l’emploi, ne peut être une solution pour la relance économique et démographique du pays.

« L’immigration de travail se transforme très vite en immigration familiale et en immigration d’aides sociales », avance notre interlocuteur. « Il est évident que des immigrés de langue et de culture différente ne peuvent pas se substituer aux Français ou cela porte un nom : cela s’appelle le “Grand remplacement” ! », ajoute-t-il, reprenant sans crainte et à son compte le syntagme de l’écrivain controversé Renaud Camus.

Après le « baby boom », le « baby crash » ?

Si la baisse des naissances est une tendance lourde depuis plusieurs années en France (l’indicateur conjoncturel de fécondité diminue depuis six ans, pour s’établir à 1,84 enfant par femme en 2020, contre 2 entre 2006 et 2014), la crise de Covid-19 pèse de tout son poids sur la courbe démographique du pays. En 2019, le solde naturel (les naissances moins les décès) en France était de 141.000, soit le plus bas niveau depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2020, année marquée par le Covid-19 et les confinements, le solde naturel est estimé à 67.000. « Il manquerait 40 à 50.000 naissances par an pour assurer le renouvellement des générations », résume François Bayrou dans sa note.

« Vraisemblablement, en 2021 ou en 2022, le solde naturel en France ne sera plus positif. En 2021, l’effet du confinement a déjà produit sur les mois de décembre, de janvier et de février 40.000 naissances de moins par rapport à l’année précédente », corrobore Jean-Yves Le Gallou.

La perspective d’un « baby-crash », par opposition au « baby-boom » des années 50, se confirmerait donc. Selon l’INSEE, le nombre de naissances enregistrées en France en janvier 2021 a diminué de 13 % par rapport à janvier 2020. Une chute « sans commune mesure avec les baisses qui ont pu être observées dans le passé », selon l’institut de statistiques.

Sauf que dans le même temps, le solde migratoire, lui, continue sa poussée. Pour la seule année 2020, « il est estimé de manière provisoire à + 87.000 personnes », rappelle François Bayrou. Cela sans compter l’immigration illégale. Dans son livre Immigration : ces réalités qu’on nous cache (Éd. Robert Laffont), le haut fonctionnaire Patrick Stefanini estime que la France compte environ « 900.000 étrangers en situation irrégulière sur son sol. » De plus, poursuit l’ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration de Nicolas Sarkozy, depuis 2016, le solde migratoire des immigrés est supérieur au solde naturel. « Entre 2000 et 2015, la population de l’UE a crû de 20 millions, dont un cinquième seulement en raison du solde naturel », écrit-il.

 

Abandon des politiques familiales

Si la France veut sauver son modèle social, basé notamment sur le financement des retraites par répartition, Jean-Yves Le Gallou opte sans hésiter pour la première option suggérée par François Bayrou, à savoir une refonte complète de la politique familiale en faveur de la natalité. « Les politiques de soutien à la famille ont été dégradées dès l’époque Chirac et sur-dégradées à l’époque Hollande, avec une conséquence sur le taux de fécondité », dénonce-t-il.

« La solution, c’est une aide aux familles déconnectée du revenu. Il faut compenser la charge de l’enfant : cela supposerait de rétablir les quotients familiaux dans leur intégrité et d’aider les familles à partir du deuxième enfant », plaide le président de la fondation identitaire Polémia.

Pessimiste, Jean-Yves Le Gallou n’envisage toutefois pas une sortie du « paradigme immigrationniste » dans les années à venir.

« Derrière le baratin pour tromper les électeurs, toute la politique des pouvoirs politique, judiciaire et médiatique consiste à faciliter l’immigration en France. Il suffit de voir la façon dont on a changé la jurisprudence pour éviter une condamnation à ce paysan de la région de Nice qui aide des clandestins [Cédric Herrou, NDLR] », illustre-t-il.

Le débat du Figaro sur la natalité (à partir de 18’20)

 

L’importance de la démographie

 






Alerter

158 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Plus il y a d’immigrés, plus on taxe le français pour financer l’installation de l’immigré.
    Et plus on taxe le français moins il fait d’enfants.
    C’est un cercle vicieux.

    L’amorce de tout cela a été et reste l’assistanat ! Assistanat qui a permis à l’Etat de capter 50-55 % de la richesse du pays !

    Maintenant quoi faire ?

    Faut savoir que parmi les assistés il y a les vieux retraités (12 millions !) ; la masse de RSA ; d’AAH, de mères isolées etc etc.

    La solution (1)serait une légère ou forte inflation rongeant les revenus de l’assistanat que l’on ne revaloriserait pas évidemment.
    La fin du regroupement familiale sur notre sol (2).
    La fin de l’immigration non choisie (3)
    La remigration des étrangers délinquants avec leur famille (4)
    L’indépendance pour la France par rapport à Mayotte, les Antilles, la Réunion, la Calédonie (5).

     

    Répondre à ce message

    • L’assistanat sera la norme dans un pays où tout ou presque a déjà été construit.
      Si les français consommaient comme il y a 2 générations, et se satisfaisaient du nécessaire, il y aurait 60% de chômage, et non pas 25%.

      Il n’y a pas d’autre solution que l’"assistanat" - qui n’en n’est pas d’ailleurs - pour éviter la guerre civile. Le fait est que 10% de la population active suffit à produire l’essentiel, et donc que le modèle actuel ne fonctionne plus car il n’a pas été conçu pour la situation qui est désormais la nôtre (et je ne parle même pas de l’allongement de la durée de la vie).

      Cet assistanat, par conséquent, n’en n’est pas. Et faute de l’avoir, vous auriez des gangs de type US en France, et une situation pré-révolutionnaire (c’est de la France dont on parle).

       
  • #2728218
    Le 19 mai à 09:26 par Un Français autochtone et patriote
    La solution de François Bayrou face à la chute de la natalité française : (...)

    De mon point de vue, pour illustrer l’immigration massive, au lieu de présenter des fillettes métisses, il faudrait plutôt montrer une photo d’un bateau rempli de JEUNES SUBSAHARIENS. Il faut toujours garder à l’esprit que L’IMMIGRATION est très majoritairement jeune et MASCULINE. S’il y a quelques femmes, elles viennent avec leur mari et enfants. Tous ces hommes immigrés, qui sont en plus, souvent, très dragueurs, viennent concurrencer fortement les hommes blancs dans leur recherche d’une femme qui convienne, ce qui n’est pas si facile. D’autant plus, que les publicités produites par Publicis de Bleustein-Badinter les promeuvent beaucoup en montrant quasi systématiquement un homme noir avec une femme blanche. L’immigration masculine explique pourquoi les femmes sont, en moyenne, moins défavorables à cette immigration massive. Pour conclure, l’immigration masculine noire fait ainsi encore plus d’hommes célibataires blancs et ainsi donc provoque une dénatalité d’enfants blancs remplacés par des nouveau-nés métis.

     

    Répondre à ce message


    • L’immigration masculine explique pourquoi les femmes sont, en moyenne, moins défavorables à cette immigration massive.



      les femmes surfent sur la misere sexuelle et affective des hommes en les mettant en conqurence exactement comme les boomers surfent sur la bulle de l’immobilier : eux aussi sont favorables a l’immigration et a la démographie lapineuse qui fait monter le prix de leurs biens (loi de l’offre et de la demande)

       
    • Les fillettes métisses ce sont les rejetons des françaises qui ont accueilli les migrants avec leur pancartes Welcome Refugees. C’est le resultat. De l’antiracisme extrême qui amène aux pattes écartées de ces peronnelles.

       
  • Les classes à problèmes du 93 composées exclusivement d’allogènes sont ethniquement homogènes....

     

    Répondre à ce message

  • Tout ça est à mettre en parallèle avec les objectifs déclarés de Bill Gates, le sauveur de l’ humanité !

    Si le lapsus de Sir John Bell est effectivement révélateur, l’ importation massive de populations immigrées et non-vaccinées sera une véritable " chonce " pour la démographie fronçaise !

    C’ est la direction dystopique voulue par nos élites* En Marche vers l’ autodestruction contrôlée, l’ ordre naît du chaos, ils sont prêts à engendrer des décennies de terreur pour atteindre leur idéal !

    A moins d’ avoir étudié leur plan depuis des années, aucune personne saine d’ esprit ne peut imaginer ou envisager qu’ un tel processus machiavélique et inhumain puisse exister, si personne ne peut ou ne veut y croire, l’ incroyable reste possible ... nous subissons un génocide lent et sans souffrance, ni plus ni moins .

     

    Répondre à ce message

  • pour un libéral, une tête vaut une autre. le compte est bon. l’intégration il s’en fiche.

     

    Répondre à ce message

  • Des technocrates qui se soucient de natalité !
    Dans un pays où une femme qui allaite en public peut se fait giffler oklm....
    Mouais...... La France d’aujourd’hui ne fait pas vraiment rêver...

     

    Répondre à ce message

  • Tous nos aïeux qui ont donné leur vie pour défendre notre pays, et plus encore peut-être notre civilisation - parfois à chaque génération - sont-ils donc morts pour rien ?

    Peut-on ainsi impunément cracher sur leur tombe, et leur mémoire ?

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi La France ne fait elle pas comme l’Australie, cad d’accepter uniquement de l’immigration utile par métier recherché, plutôt que de se toquer les regroupement familiaux et inactifs qui sont directement bénéficiaires-profiteurs de nos aides sociales ?

     

    Répondre à ce message

  • Vous voulez augmenter le taux de la natalité des français, la solution est tellement simple, il faut très vite alléger le coût et les charges de vie. Quand un couple uniactif, c’est-à-dire une seule personne qui travaille, il ne faut pas supprimer le RSA ou les aides car le salaire est 1700 euros... Cette somme divisée à deux plus les charges (loyer ou crédits) le couple est ruiné. Diminuer les impôts sur tout ce qui est essentiel, faites des tranches de consommation gratuite pour aider les couples modeste à procréer ... sinon, c’est la faute de l’Etat si les français ne font pas d’enfants...

     

    Répondre à ce message

  • Les gauloises ne veulent plus enfanter, c’est un fait (du au lavage de cerveau sioniste). C’est pourquoi je me rabbat sur les chinoises qui elles sont faciles a seduire et surtout super fertiles, juste a titre indicatif elles (11 pour etre precis) m’ont donnees 14 gosses en moins de 10 ans sur place ici en Chine, ce qui est beaucoup plus rentable que de gualerer a draguer de la francaise feministe (je carricature un peu) pendant des annees pour au final ne meme pas etre sur qu’elle veuille enfanter ni se marier. Une perte de temps en somme. Je le repete, si les hommes francais veulent de la femme bien feminine et docile faut les chercher a l’etranger, alors un conseil apprenez une ou plusieurs langues etrangeres et lancer vous dans l’aventure, croyez moi que cela en vaut la peine. En tout cas ici en chine y en a la pelle.

     

    Répondre à ce message

    • les françaises sont de vrais repoussoirs a hommes.

       
    • Idem pour moi AK87, je sais pas ou tu es en chine mais ici a Hangzhou (j’imagine que cela doit etre plus ou moins pareil chez toi) les filles sont folles a l’idee de pouvoir enfanter un petit metis sino-caucasien, ce qui est tres a la mode ces dix dernieres annees en chine pour ceux qui sont jamais venu dans ce pays. A la limite oui venez mes compatriotes, on va se constituer une vrai diaspora francaise et meme pourquoi pas des quartiers francais si le nombre y est, apres tout c’est ce que les africains font depuis des annees dans la province du Guangdong, surtout a Canton et Dongguan. Alors pourquoi pas nous, et surtout qu’on a toujours infiniement plus la cote aupres des femmes asiatiques que les afro, car la plupart des asiat (surtout les chinoises) attachent beaucoup d’importance a la blancheur de la peau, meme s’il y a aussi des couple afro-chinois qui se forment, avec leur metis sino-afro qui vont de paire.

       
Afficher les commentaires précédents