Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Laissez nos enfants tranquilles" : Viktor Orbán dénonce un livre de contes LGBT

La publication d’un livre de contes traditionnels revus à l’aune de différentes sexualités a fait sortir la classe politique de ses gonds, dont le Premier ministre.

 

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a pris position contre un livre pour enfants mettant en scène des personnages homosexuels, appelant à « laisser nos enfants tranquilles ».

« La Hongrie a des lois sur l’homosexualité, qui reposent sur une approche exceptionnellement tolérante et patiente », a déclaré le dirigeant souverainiste lors d’une interview à la radio publique.

« Mais il y a une ligne rouge à ne pas franchir », a-t-il poursuivi, fustigeant un « acte de provocation ». « Pour résumer mon opinion : laissez nos enfants tranquilles », a-t-il lancé.

Viktor Orban était interrogé au sujet d’un manuel publié par une association de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT) et adaptant des contes et légendes célèbres avec des personnages issus de minorités marginalisées (handicapés, pauvres, Roms, LGBT...). Ainsi, dans une histoire, Cendrillon est lesbienne, dans une autre un tueur de dragons est transgenre.

Un mouvement spontané de la société civile a demandé le retrait du livre du marché, et une élue d’extrême droite en a même déchiré une copie en conférence de presse.

 

Comparable aux censeurs nazis

L’association des libraires et des éditeurs a condamné ces réactions, les comparant à l’attitude des censeurs « nazis et communistes », tandis que le manuel profitait de cette publicité involontaire pour se hisser en tête des ventes.

Revenu au pouvoir en 2010, le Premier ministre souverainiste a instauré une ère conservatrice dans un pays qui se voulait plutôt avant-gardiste : l’homosexualité y avait été dépénalisée dès le début des années 1960 et l’union civile entre conjoints de même sexe reconnue dès 1996.

Viktor Orban a franchi une nouvelle étape avec son projet de « nouvelle ère » culturelle, lancé en 2018, visant à défendre les valeurs chrétiennes et traditionnelles. Parmi les mesures les plus emblématiques de sa politique, la Hongrie, membre de l’Union européenne depuis 2004, avait retiré en 2018 les études de genre de la liste des enseignements universitaires, un champ de recherche interdisciplinaire sur les rapports sociaux entre les sexes.

La même année, la comédie musicale Billy Elliot d’Elton John avait été déprogrammée de l’Opéra national faute de réservations après une campagne des médias progouvernementaux, qui accusaient l’oeuvre de promouvoir l’homosexualité.

 

Transgenres interdits

En mai dernier, Budapest a interdit l’inscription du changement de sexe à l’état civil et la reconnaissance juridique de l’identité de genre des personnes transgenres, malgré de nombreuses protestations internationales.

Le Parlement européen a activé en septembre 2018 une procédure dans le cadre de l’article 7 du traité de l’Union pour violation des valeurs de l’UE, qui peut en théorie déboucher sur des sanctions.

La Hongrie en résistance, voir sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Oui, bien sûr, si nous ne sommes pas dans la marginalité homosexuelle sans en faire profiter les gamins ,parce que c’est surtout primordial, eh bien nous sommes des vilains nazis et des vilains communistes .Je ne vois pas très bien ce que vient faire le nazisme le dedans, mais comme c’est l’insulte suprême et très à la mode , il ne faut pas hésiter .Donc la perversion c’est anti-nazi et anti-communiste .je n’étais pas au courant, Je ne savais pas .

     

    Répondre à ce message

  • Quelqu’un est deja allé en Hongrie ?
    Je cherche un pays dans lequel la propagande mondialiste est moins présente.

     

    Répondre à ce message

  • Il faut répéter sans fin, que le LGBT-isme et le féminisme sont des outils sionistes pour faire éclater la cellule familiale qui est la base de toute société.
    Les homosexuels étaient classés au CMI jusqu’en 1990 comme des pervers sexuels pathologiques. Ils devraient donc tous être soignés en asile psychiatrique.
    Dans la nature, les chercheurs n’ont pas trouvés de ces déviences... elles relèvent donc de l’anormalité.

     

    Répondre à ce message

    • Joe Biden il y a une demi-douzaine d’années avait fait une gaffe lors d’un dîner auprès de la communauté juive : il leur avait dit que sans eux il n’y aurait pas eu de mouvement LGBT. Voici le transcript qui a fuité au grand dam des duplices : « I bet you 85 percent of those changes, whether it’s in Hollywood or social media are a consequence of Jewish leaders in the industry, (...) "The influence is immense, the influence is immense. And, I might add, it is all to the good. »

      Cela dit il y a déjà eu dans les civilisations disparues, des pratiques homosexuelles, qu’on associait autrefois aux Grecs ou à l’Orient, et qui correspondent en fait à la décadence ainsi que le montrent les historiens des civilisations... et dont témoigne aussi la Bible hébraïque au sujet de Sodome !

      Il existe, paraît-il un moyen de "provoquer" l’homosexualité chez les animaux : en concentrant les mâles entre eux dans un espace étroit, comme un hangar, on finira par observer certains tenter de monter leurs voisins. Mais aussitôt remis en liberté, la pulsion de ces bougres est aussitôt réfrénée par un bon coup de corne des congénères ; ce que chez les humains raffinés on appelle des "microagressions".

       
  • L’enfant c’est sacré, il ne faut pas y toucher .

     

    Répondre à ce message

  • Un homme normalement constitué quoi ! Des burnes ,et des valeurs . Il nous faut le même modèle.

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour a tous,

    Je vis en Hongrie depuis 2012.
    Je suppose que beaucoup d’entre vous, tout comme mon propre père, pensez qu’Orban est un authentique patriote.... et franchement j’y croyait aussi.
    Mais la Hongrie en général et plus particulièrement Budapest, est REMPLI d’enseignes internationales, de fast-food américains (un record en Europe), de banques chinoises, américaines, allemandes, etc, des supermarchés venant des memes pays.... Bref en hongrie, presque RIEN n’est hongrois

    Et Orban ne fait absolument rien contre cela, par bêtise ou par lâcheté je m’en fous le résultat (ou plutôt la manque de résultat) est la.

    Un dernier exemple est que mon père me répète toujours "oui mais Orban lutte contre l’UE". C’est vrai mais la non plus Orban ne fait RIEN pour s’émanciper des noooommmmbreuses aides financières de l’UE et de l’Allemagne.

    Bref Orban me donne l’impression d’etre un mec qui "sait" mais qui n’ose pas aller au conflit, qui manque, comme dirait le "prez", de couilles de gauche, de courage....

     

    Répondre à ce message

    • Oui en effet j’étais choqué lors de ma dernière visite du changement de Budapest. Orban joue double jeu il encaisse les subventions européennes et conserve le plein emploi avec les investissements allemands. Il ne faut pas se mentir l’économie hongroise appartient à l Allemagne comme autrefois dans l’empire austro hongrois. Les autres villes hongroises échappent au mondialisme : Szeged, Pecs ne sont pas des vitrines du mondialisme.

      NB : le gros soucis reste la natalité

       
    • M’ouais. Ton tableau est exagéré, voire biaisé.
      Puisque tu dis d’y vivre depuis 2012 (université Soros ?), je te dis que j’y suis né et hongrois je le suis.

      Si et absolument si ! Orban est un authentique patriote. Ce que tu lui reproche est irrationnel et je crois que tu le sais vu tes intentions.
      Il n’est évidemment pas raisonnable d’attendre qu’un petit pays puisse faire façe sur tous les fronts au projet mondialiste. Ce serait suicidaire. Il mène le combat dans les domaines où il peut compter sur un consensus national, c’est à dire compter aussi sur la communauté juive (ashkenaze) qui y vit depuis un millénaire. Que ça plaise ou non, il doit les avoir de son côté pour défendre le pays efficacement sur le plan ethnique (anti-migrants) et éthico-culturel (lgbtqx), sans ameuter l’intégralité de ses enemies potentiels. Il n’est pas dans la situation d’un Trump et même lui ne peut se permettre tout ce qu’il souhaiterait.
      Quant au fast-food à l’américain, ça n’a jamais vraiment pris en Hongrie où l’on aime manger traditionnel. C’est beaucoup moins répandu que dans les pays d’Europe occidentale.
      Pas de resultat ? N’ose pas aller au conflit ? C’est faux. La preuve c’est ce contenu même. Sans parler des conflits extrêmement véhéments au Parlement européen vers 2012 au sujet de la nouvelle constitution. Il l’a parfaitement défendu seul contre tous les Cohn-Bendit et cie.
      Qu’il ne s’émancie pas des "no...mbreuses" aides financières et de l’Allemagne, dis-tu ?... Là c’est même pas cohérent.

      Bon on a compris que tu ne le portes pas dans ton coeur. Donc, vu le contexte hongrois tu es dans le camps adverse. Et pas à droite bien sur, mais dans le camp adverse véritablement adverse, qu’est la gauchiasse mondialiste de la pire espèce, celle soutenue et finacée par Soros et Cie, pour lesquelles travaille tout un tas de troll communautaire sur le net, afin de salir l’image d’Orban et de ce qu’il représente.

      Donc, ton diatribe contre Orban semble suspect à plusieurs égards (à la fois quant au style et au contenu), et semble plutôt viser la confusion de genre, ce qui est une signature en soi. A prendre avec des pincettes...

      Un Hongrois (qui aime la France).

       
    • #2564292

      @attila, quand je vois la population russe, hongroise ,allemande ou française collé à un téléphone intelligent, en attendant la 5g, on appelle cela quoi ? Des mondialiste patriotes ? Un vrai patriote devrais dire stop au progrès, pas juste jouer le jeu de savoir si des gouinasses prennent le pouvoir ? Ou si dans la constitution, des taffioles ont le droit de se marier ( même si cela bousille le cerveau de nos enfants ),puisque de toute façon, c’est internet et l’information qui ont le pouvoir. Il faut regarder au dessus, juste avant le soleil.

       
    • @Jay

      Sur les relations Hongrie-UE, le cercle Aristote présidé par PY Rougeyron ne dit pas autre chose (désolé @Attila mais les faits sont là). Orban ne crachera jamais sur les subventions de l’UE (donc de l’Allemagne).

      Quant au reste, c’est de l’esbrouffe médiatique. Franchement y a rien ! Je ne vous comprends pas camarades ; c’est quoi le problème, pourquoi vous énerver ? D’être insulté par Cohn-Bendit ? par le New York Times ? C’est tout ? Y a pire dans la vie.
      Et encore Orban, tout comme Poutine, est relativement gentil envers les LGBTetc : on leur demande de ne pas faire les ****** devant les enfants. Personne ne veut interdire la pédérastie (encore que).

       
    • @Jérômeproudhon
      C’est vrai. La pression s’abat de toute part. Comme dit un slogan de Q : "The storm is upon us".
      Le projet mondialiste vise la soumission totale des nations (ça c’est quasiment acquis par les agents politiques en place) et aussi des individus en tentant de désintégrer ce qui peut les unire et de potentiellement y résister : la famille et les relations sociales. L’offensive LGBT effrénée vise la corruption généralisée des moeurs et des valeurs traditionnelles et l’organisation de l’invasion migratoire, les attentats sous faux drapeaux, la guerre biologique (dont le C9 est le 1er acte) le chaos et la stupeur paralysants. Pendant ce temps, se déploient dans les coulisses les technologies de contrôle, de contrainte et de répression, comme le 5G et ses applications, ses prolongements, pour être court, orwelliens. La liste des ignominies préparées contre l’Humanité est longue.
      Bien sur, la Hongrie, avec Orban, est actuellement dans un stade de national-sionisme, avec tous ses composants, tout à fait zemmouro compatibles.
      Ce n’est pas ma position, pas ma culture, pas mes convictions. Mais contre l’action mortifère des gaucho-libéro-mondialistes, c’est mieux que rien. Et en tout cas en Hongrie, plus, ce n’est pas vraiment possible, en tout cas pour un temps.
      Beaucoup dépendra, aussi en France, des élections américaines...

       
    • @Paul82
      Il n’a pas de quoi. Je suis tout à fait sincère.
      Par contre, franchement, vous connaissez des politiques qui "crachent sur les subventions de l’UE" pour des raisons idéologiques, souvairainistes ? Ca s’appelle quitter l’Union. Pour ça, les conditions doivent être réunies. Bien que personellement je le souhaite.
      C’est pour cela que ce genre de reproche n’est pas cohérente.
      Comment est géré l’EU, l’argent versé par les Etats membres, comment sont gérés les subventions, c’est une autre question. Et il faut aussi arrêté de dire qu’il s’agit de cadeau. Cet argent sert entre autre à faire entrer les multinationales. C’est étroitement lié au fonctionnement même de l’UE.

      Quant au qualificatif "d’esbrouffe médiatique", on aimerait bien en voir un peu en France. Ca ferait beaucoup de bien dans l’actuelle unanimité LGBT triomphante.
      Donc, encore une fois, on peut regretter des demies-mesures, mais il n’est ni réaliste ni sincère, de lui en demander plus dans la configuration de l’échiquier politique actuelle.

       
  • N’y aurait il pas comme une volonté de pervertir les futures générations.
    On n’ose y croire...

     

    Répondre à ce message

  • C’est justement le but : briser les équilibres naturelles durablement en programmant les etres humains en devenir.

    Voir les conférences de Mancy ou l’école de Francfort..... (toujours les mêmes à la manœuvre)

     

    Répondre à ce message

  • Le probleme c’est qu’avec les satanistes la notion de "nos enfants" n’existe pas, nous sommes a leurs yeux du betail sans droit.

     

    Répondre à ce message

  • Nazis et communistes ! absolument pas compatible !
    L’argument minable par excellence. Quelle bande de cons !.

     

    Répondre à ce message