Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Laurent Alexandre a-t-il besoin d’un cerveau artificiel ?

Un démontage en règle de la rhétorique de ce VRP du transhumanisme

On peut penser ce qu’on veut de Laurent Alexandre, il n’est jamais décevant. En même temps un chirurgien urologue, diplômé de Science Po, d’HEC et de l’ENA, spécialisé dans les questions de transhumanisme et d’intelligence artificielle avec une mise en marché façon guerre hybride à mi-chemin entre Jancovici pour le côté rationnel implacable et Attali pour le côté prophète de l’Apocalypse, il faut avouer que ça en jette.

 

Comme Jancovici démonte les illusions sur l’éolien du dernier des gauchistes écolo pour te vendre du nucléaire AREVA en oubliant comme par magie d’évoquer les solutions du nucléaire propre, il semble que le bon docteur Alexandre a quelque chose à nous vendre lui aussi.

Alors que vend Laurent Alexandre, et surtout à qui le vend-il ? Pour essayer de comprendre, petit dialogue a posteriori et analyse du discours tenu par Mr. 2.0 lors de sa récente interview sur Radio Sputnik à propos de son dernier livre La guerre des intelligences. Accrochez-vous, c’est du costaud.

 

 

« L’Europe n’a ni la puissance technologique des États-Unis et de la Chine, ni la vision géopolitique qu’a Poutine en Russie, […] elle n’a pas compris que l’intelligence artificielle est une guerre, l’Europe est devenue très bisounours, elle pense qu’elle est en paix pour les 1 000 prochaines années. Or ce n’est pas le cas. […] Le monde de demain sera un monde dur, et l’Europe n’est pas toujours armée ni technologiquement, ni militairement, ni psychologiquement pour comprendre le monde qui vient. »

Certes. Ceci a au moins le mérite d’être lucide. Mais toute personne un tant soit peu sensée a tout de suite sur le bout des lèvres une question relativement simple : pourquoi ?

La réponse ne sera pas donnée par Laurent Alexandre. Déjà parce que son interlocuteur ne la lui posera pas. Par contre ce qui est posé c’est le décor. Avec un champ sémantique fort, sans grandes nuances et sans appel.

Donc l’Europe, ça ne marche pas. En tout cas sur le sujet de l’IA. Quelle solution alors ? Moins d’Europe ou plus d’Europe ?

L’animateur de Radio Sputnik :

« Nous risquons donc, nous autres européens, de subir ? »

C’est généralement ce qui arrive lorsque l’on a aucune souveraineté, en effet...

Laurent Alexandre :

« L’école est importante, on voit bien que l’intelligence artificielle va, non pas dépasser l’intelligence humaine, dans tous les domaines, mais va faire mieux que nous à un nombre croissant de tâches. Gérer une comptabilité, conduire un avion, conduire une voiture, conduire un camion… on pourrait multiplier les exemples, dépister un cancer etc.. Dans toutes ces tâches-là, l’intelligence artificielle va être 10 fois, puis 1 000 fois puis 1 million, puis 1 milliard de fois plus rapide que les meilleurs esprits humains. »

On a envie de lui répondre que ce sont déjà des tâches de singes savants, de robots, de machines quoi. On ne parle pas d’inventer la philosophie, de peindre le plafond de la Chapelle Sixtine, ou même d’essayer de faire le bien autour de soi. Si demain des machines exécutent bien mieux que nous tout un tas de tâches mécaniques, après tout pourquoi pas ? Surtout si on peut alors se consacrer à quelque chose de plus intéressant par exemple. Et puis, après tout, ce sont bien les travailleurs d’aujourd’hui qui construisent les machines appelées à les remplacer demain. Donc pourquoi pas en retirer eux aussi les bénéfices et se la couler douce une fois que les machines feront tout mieux que nous à notre place ?

En tout cas Laurent Alexandre est tranquille, lui, il n’est pas prêt d’être remplacé. Il est encore beaucoup trop intelligent.

« Même une intelligence artificielle qui ne sait pas qu’elle existe peut diagnostiquer un cancer mieux que le meilleur cancérologue du monde. »

Alors là, nous nous inscrivons en faux, Laurent. Parce que c’est une question très importante et on ne peut pas te laisser asséner de telles affirmations péremptoires.

Question de paradigme. Forcément si on part du principe qu’un cancer est un symptôme complètement technico-mystique et qu’il faut détecter tout un tas de facteurs subtils pour savoir si on a le malheur d’être atteint par cette punition aveugle, si ce n’est relevant carrément de la loterie, alors là oui, fatalement, un robot finira par faire mieux. Par définition, oui, les machines arriveront un jour à faire mieux que nous tous les trucs stupides qu’on a été capables d’inventer. Et puis elles le font déjà. Enfin elle le fait déjà, elle est développée par IBM et elle s’appelle Watson. Elle gagne aussi au Jeopardy !, fait du conseil financier et juridique et, tant qu’à faire, se présente même aux présidentielles.

 

 

Au moins les Américains sont honnêtes. Même une machine peut tenir un rôle de marionnette comme celui de Président des État-Unis.

Mais revenons à la médecine. Si l’on considère que l’important n’est pas tant de diagnostiquer un cancer, mais plutôt de le guérir, et pour ça de le comprendre, on peut raisonnablement et rapidement s’avouer que ce ne sont pas des mecs qui n’y comprennent toujours rien qui vont programmer des machines qui y comprendront quelque chose. Logique. Au mieux elles feront les mêmes conneries… mais plus vite. Au moins on gagne du temps. Et le temps c’est de l’argent.

Pour programmer des machines capables d’appréhender le réel mieux que nous, déjà faudrait-il commencer par appréhender correctement l’étude du réel nous-même.

Et comme par définition ce ne seront jamais, a minima des philosophes, et encore moins des saints dévoués au bien de leur prochain, qui écriront des algorithmes, on est en droit de se demander quel pourra bien être le réel niveau d’« humanité » des intelligences en question.

« Les gens malins, les gens innovants, les gens intelligents auront demain encore plus de boulot et gagneront plus d’argent qu’aujourd’hui. Les gens moins doués, moins innovants… vont être dans une situation plus délicate parce que l’intelligence artificielle pourrait effectivement faire mieux que ce qu’ils font aujourd’hui… »

Rassure-toi, Laurent, leur situation est déjà assez délicate à vrai dire. D’ailleurs c’est peu ou prou le discours que devaient tenir certains sur les paysans à l’époque de la révolution industrielle et tu vois, Laurent, on a bien fini par en faire quelque chose de ces cons, enfin ces « gens moins doués » : esclaves dans les usines, chair à canon dans les guerres, consommateurs de bien matériels… on finit toujours par leur trouver une activité. Enfin, tant qu’on a effectivement besoin d’êtres humains à vrai dire. Parce qu’effectivement, le gros problème avec l’IA va être de savoir quoi faire de tous ces pauvres qui ne serviront plus à rien. Mais Watson doit savoir.

« Nous risquons d’avoir […] des dieux et des inutiles. »

Ce que veut dire Laurent : des inutiles à servir les dieux. Mine de rien ça va loin quand même. C’est fort comme discours. Un peu grossier mais pas innocent : des dieux et des inutiles. C’est l’un ou l’autre. Aucune alternative. Franchement c’est difficile de choisir...

 

 

« Un monde où une petite aristocratie de l’intelligence gouverne un monde avec, euh, des hordes de naufragés du numériques, abandonnés, n’arrivant pas à suivre l’évolution technologique et finalement réduits au revenu universel. »

N’arrivant pas à suivre l’évolution technologique, vraiment ? Un peu comme l’Europe tu veux dire ? Et est-ce que, comme l’Europe, cela ne serait pas parce que rien n’est fait pour qu’ils y arrivent justement ? Ou plutôt que tout serait fait pour être sûr et certain qu’ils n’y arrivent pas, disons-le ?

On peut comprendre que, dans la vision de Laurent, le revenu universel pour ces hordes de zombies que doivent représenter, d’après la loi de Pareto, 80 % de la population, cela soit vraiment l’horreur. Aujourd’hui ils peuvent encore serrer des boulons, conduire des camions ou même vendre des sex toys, mais demain ? Imaginez qu’il n’y ait vraiment plus de boulot ! Que du temps à tuer à lire des livres par exemple ?! Ou même faire des études comme Laurent Alexandre ?! Vous imaginez un peu l’enfer ?!

« Pouvoir changer l’ADN de nos enfants c’est quelque chose de bouleversant oui […] il est probable, pas forcément en Europe mais en Asie, en Chine, dans des pays comme la Corée mais aussi en Californie, que des parents souhaiterons manipuler l’ADN de leur enfant pour que leur enfant soit plus intelligent, mieux armé dans la guerre des intelligences avec l’intelligence artificielle. Je pense que l’eugénisme est devant nous. Je crois qu’il va être très très difficile d’empêcher les parents de 2050 de fabriquer des bébés plus intelligents. Parce que les parents vont être persuadés que si leurs enfants ne sont pas très doués ils n’auront pas leur place dans une société où l’intelligence artificielle sera omniprésente. »

Traduction : comme on ne va pas non plus empêcher les dieux de fabriquer des intelligences artificielles capables de leur torcher le cul mieux que vous, les futurs bons à rien, il va falloir faire un petit effort pour vous mettre au niveau. D’abord le dumping par les migrants, puis par l’IA. Et après ? L’euthanasie pour les surnuméraires ?

Pourquoi ne pas éduquer les enfants correctement déjà ? Parce que ça, on sait plus ou moins faire. On sait qu’il y a des choses qui rendent plus intelligents…et d’autres pas vraiment. Qui seraient les plus intelligents entre des enfants « normaux » mais bien éduqués (comme ceux des dirigeants des GAFA, au hasard) et des enfants éduqués à l’école publique française de 2050 mais avec un ADN de compétition ? Être augmentés, pourquoi pas, après tout ? Mais si c’est uniquement pour concurrencer des IA championnes d’échecs dans des tâches inhumaines, ça sent un peu l’arnaque.

« On passe d’un petit homme enchaîné à l’évolution, balloté par son ADN, à un homme qui conquiert le cosmos, qui modifie son cerveau, qui augmente son QI, qui fabrique des bébés à la carte… »

Sauf qu’à vrai dire, si l’homme a commencé, timidement, à conquérir le cosmos et tout le reste, c’est précisément le résultat de cet enchaînement à l’évolution et au ballotement de son ADN. Pas mal quand même l’évolution naturelle ! Mais ça c’est fini, trop aléatoire. Et l’incertitude fait baisser les cours, c’est bien connu. Maintenant que la dialectique de l’Histoire a permis l’émergence de la Silicon Valley, on peut enfin en finir avec toutes ces conneries. Et on ne sait pas vous, mais savoir qu’il existe enfin des mecs assez intelligents pour mettre un peu d’ordre dans cette connerie de nature toute mal fichue, on trouve cela tout de même super rassurant.

« Et vous avez vu le projet d’Elon Musk […] avec sa nouvelle société Neuralink, qui est destinée à mettre des microprocesseurs dans le cerveau de nos enfants pour augmenter leur QI et leur mémoire ? »

Quand on y réfléchit, c’est vrai qu’il n’y aura que des cerveaux augmentés pour réussir à lire en écriture inclusive.

 

 

« Oui, l’idéologie transhumaniste est une vraie religion, qui pense que Dieu n’existe pas encore, que Dieu va arriver. Dieu, c’est l’homme, augmenté par les technologies NBIC (nanotechnologie, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) et par l’intelligence artificielle. C’est un changement radical par rapport aux religions traditionnelles. Dieu n’est plus ce qui nous a créé. Dieu c’est nous demain, qui va avoir un pouvoir illimité sur l’univers. »

Pierre Hillard peut stopper ses recherches sur les prophètes du messianisme : on est tombé sur le meilleur en cliquant sur cette vidéo.

 

 

« L’intelligence est un tabou. Le fait que l’intelligence est à la source de tous les pouvoirs est un tabou. »

On connaît deux ou trois autres tabous, nous. Et ça ne concerne pas toujours l’intelligence.

« On fait comme si, les gens qui ont le pouvoir, économique, technologique, scientifique, financier n’étaient pas les gens les plus intelligents dans une société. »

Ahahahah, allez, mieux vaut en rire. Dans une société où la valeur fondatrice, structurelle, transcendante, serait l’intelligence on ne dit pas. Sauf que ce n’est pas dans cette société qu’on vit, Laurent. Enfin, sauf à considérer qu’une société fondée sur le fait que certains profitent, et de droit, des bénéfices du travail des autres soit une société où les gagnants sont par définition les plus intelligents.

C’est sûr que vendre des pantalons à une jambe, cela demande une certaine intelligence, mais c’est pas non plus Van Gogh, Weininger ou Turing. C’est un tout autre niveau que la plupart des mecs qui jonglent avec des milliards à la bourse. Et pourtant on a pas vraiment l’impression que les trois premiers aient eu le pouvoir dans la société pour autant. Pas assez intelligents les mecs. Alors qu’avec un bon implant Google, Van Gogh aurait arrêté ses conneries de gribouillis invendables pour vendre des homards en plastique à pendre à Versailles.

 

 

« Si Mélenchon est le patron des Insoumis c’est pas parce qu’il colle les affiches mieux que les autres, c’est parce que c’est le plus intelligent des Insoumis. »

Et si ma tante en avait, on l’appellerait mon oncle, c’est vrai.

 

 

C’est un bon ce Laurent quand même. En effet, si Mélenchon est le patron des Insoumis c’est parce que c’est le meilleur. Le meilleur à jouer ce rôle. Ou plus prosaïquement et sans complotisme aucun… parce que c’est lui qui a créé le parti...

Le plus intelligent des Insoumis, il y a longtemps qu’il a dû quitter le radeau en toute logique. Si c’est le plus intelligent.

« Si Poutine a pris le pouvoir en Russie, c’est parce qu’il est plus intelligent que les autres hommes politiques à la sortie du communisme. »

Là on a envie de lui donner raison. Mais on se demande si cette grille de lecture infaillible fonctionnera aussi bien avec Hitler quand Laurent Alexandre ira vendre son bouquin sur France Culture chez son ami Attali aussi intelligent que lui.

« Cette prime à l’intelligence elle va devenir de plus en plus problématique dans le futur, parce qu’avec l’intelligence artificielle, les emplois qu’on destinait traditionnellement aux gens moins doués risquent de disparaître. »

Euh… ouais, OK. Comme les rempailleurs de chaises ou les bouilleurs de cru tu veux dire ? Ou comme les diésélistes ? Ou les réparateurs d’ordinateurs même ? Si le Capital a besoin de ces bras, ou a minima de ces « cerveaux », même lents, il leur trouvera de quoi faire au besoin, comme il a toujours réussi à le faire. C’est structurel. Les vraies questions étant plutôt : y aura-t-il encore besoin de bras ? Y aura-t-il encore besoin de cerveaux ? Et, in fine, y aura-t-il encore besoin d’êtres humains ? Et là, on est dans le dur. Ce que Laurent nous raconte en filigrane, c’est qu’à l’ère des robots et de l’IA, le Capital n’aura peut-être carrément plus besoin du prolétariat. Du tout. Ce qui est également structurel. Juste l’étape suivante.

Étant donné que l’idée, dans un système dirigé par l’argent, et dans l’immédiat, c’est de faire en sorte que le futur sans-emploi puisse quand même former son remplaçant au rabais avant de prendre la porte (ça s’appelle le beurre et l’argent du beurre), on peut tout à fait imaginer que, plutôt que de dire, toujours d’après Pareto, à 80 % de la population qu’elle ne va même plus être bonne à torcher le cul des 20 % restant pour espérer récolter les miettes du gâteau planétaire, il est plus intéressant à tous points de vue de lui expliquer qu’il existe une solution, et qu’il suffit de rester plus intelligents que les machines en question. Sans doute parce qu’il faudra bien déjà qu’il reste quelques humains plus intelligents tout de même pour perfectionner les machines qui permettront un jour, enfin, de complètement se passer d’humains. CQFD. Sans doute également que la solution ne sera pas gratuite. Et vu comme les gens ont l’air d’être stupides d’après Laurent Alexandre, ça va être un sacré business. On espère pour lui qu’il est déjà sur le coup.

« Et comme l’école n’évolue pas suffisamment vite, nous risquons effectivement d’avoir un apartheid intellectuel entre des gens doués qui maîtrisent bien l’intelligence artificielle, et puis des gens paumés, perdus, naufragés dans la nouvelle économie. »

C’est beau. C’est presque de la poésie. Et puis les mots sont forts. Et ça fait peur. Ça doit s’inscrire dans nos cerveaux obsolètes et bien nous faire profondément comprendre que c’est la puce ou le plus inimaginable des enfers.

La prose de Laurent Alexandre c’est un peu comme un retable du bas Moyen Âge de 3 mètres sur 5 dans le maître-autel d’une cathédrale qui nous aurait exposé l’enfer avec tout le génie et la technique picturale possibles pour nous expliquer la rédemption ou la damnation éternelle. Mais en moins beau et avec moins de boulot.

« Le tabou va cesser. Parce qu’au fur et à mesure que l’intelligence artificielle se développe il va bien falloir parler d’intelligence. Puisqu’il va bien falloir défendre les spécificités de l’intelligence humaine pour éviter que nous soyons submergés par l’intelligence artificielle. »

Pour sauver notre spécificité humaine face à l’inévitable concurrence des robots et de l’IA, il suffit de devenir nous-mêmes des robots plus intelligents. C’est simple. Et ça confirme bien ce qu’on avait déjà compris. Et c’est pratique en plus, parce que contrairement aux humains qu’il a toujours plus ou moins fallu essayer de ménager, que devient un robot une fois sa tâche remplie et son temps achevé ? Ça finit à la poubelle. C’est bien connu de toute manière, le meilleur moyen de ne pas perdre une guerre, c’est d’utiliser les outils que l’ennemi met à notre disposition.

Mais on doit être de mauvaise foi. Laurent Alexandre ne parle sans doute que de ce que l’IA ne pourra jamais espérer dépasser : l’intelligence des riches.

« Nous allons passer en quelques décennies d’un tabou de l’intelligence, et de sa mesure par le QI, à une obsession de l’intelligence. »

Pour Laurent, qui a quand même fait des études, il n’y a visiblement qu’une seule et unique forme d’intelligence : celle qui se quantifie. Avec le QI. Et puis on aime bien ce qui se quantifie. C’est plus facile à vendre, acheter, vendre acheter… Un peu comme le carbone. C’est pas que ça pollue vraiment en soi mais c’est bien quantifiable pour ce qui concerne les rejets d’origine humaine par contre. Donc ça se taxe bien. Et pour la lutte contre les réels polluants on repassera. De toute façon si ça nous brûle le cerveau on pourra toujours se le faire changer par Google.

On se demande quand même ce que seraient devenus tous les artistes géniaux avec des QI pas forcément terribles mais on ne le fera pas. Parce qu’on s’en fout. Parce que ça ne rapporte pas de fric. Donc c’est de la merde. Enfin pire que de la merde parce que la merde ça peut éventuellement rapporter du fric. Enfin si on est intelligent, justement.

 

 

« C’est indicible de dire aux gens qui n’ont pas beaucoup d’argent et qui ont un métier pas terrible que c’est parce qu’ils ne sont pas très intelligents. »

C’est vrai, c’est indicible. Mais Laurent Alexandre le dit. C’est grossier, assez puant, mais ça remplit parfaitement son but : ça rentre. Parce que le docteur Alexandre semble n’avoir qu’un seul but, nous laver le cerveau pour y inscrire un nouveau programme ensuite. Visiblement il a du potasser un peu la psychiatrie entre deux cours d’urologie.

« Les gens préfèrent penser que c’est l’absence de chance, que c’est un complot politique, que c’est la faute à la mondialisation. »

Tout ça n’existe pas, c’est juste que c’est impossible à comprendre sans le QI de Laurent Alexandre ou une intelligence artificielle. Et puis au passage on lance le mot « complot », auquel on associe deux concepts qui n’existent que dans des esprits malades. C’est vrai que naître fils ou fille de en Occident ou être enfant de quasi-esclaves au fin fond du tiers-monde ça ne change rien. Tout est question de QI on vous dit. C’est pour ça que le cinéma français est exclusivement tenu par des enfants de quasi-esclaves du tiers-monde d’ailleurs...

La mondialisation et la chance n’y changent rien ; et penser cela, c’est penser « complot ». Il est super fort, on vous avait prévenu. On dirait presque du Attali.

 

 

« Le drame de l’éducation c’est que l’éducation est une merveilleuse technologie qui marche très très bien sur les QI élevés, moyennement bien sur les QI moyens et l’éducation est une technologie qui marche très très médiocrement sur les QI médiocres. »

Donc l’éducation ne sert à rien, l’école on oublie c’est bon que sur ceux qui sont déjà intelligents à la base (et on rappelle que ça n’est pas de la chance !). La solution est à chercher ailleurs. Et on parie qu’elle a une forme de puce électronique.

« Autrement dit, les gens les plus impactés par l’arrivée de l’intelligence artificielle sont aussi ceux qui apprennent le moins vite et sont aussi ceux qui vont avoir le plus de mal à se réformer. »

Il faut savoir se réformer, purée ! Bougez-vous le cul, trouvez un stage ! C’est quoi votre projet au juste ?

 

 

Le problème de ces satanés pygmées, soyons honnêtes, c’est juste leur incapacité crasse à se réformer. Pas la mondialisation.

« Cette profonde injustice, cette double injustice pour les gens moins doués intellectuellement d’être les premiers à être laminés par l’intelligence artificielle et en même temps les gens qui ont le plus de mal à apprendre, à se former, elle va être terrible. »

Ça se précise. C’est pas une histoire de chance, c’est pas une histoire de mondialisation. Encore moins une histoire d’argent on l’imagine. Non, c’est une histoire de justice. Et c’est au nom de la justice qu’il va falloir se laisser ouvrir le cerveau. Qu’on va tous vouloir se faire ouvrir le cerveau même ! Parce qu’en France on a peut-être des cerveaux pas terribles, mais on a au moins la justice.

« On en parle jamais mais c’est une évidence. Quand vous êtes polytechnicien, ce que vous apprenez en 1/2h , un cantonnier ne l’apprendra pas en cinq ans. C’est dégueulasse, c’est injuste, c’est pas politiquement correct mais c’est comme ça. »

Ce n’est pas tout à fait ça. On en parle quand un pouvoir a intérêt à former des polytechniciens plutôt que des cantonniers justement. Par contre une fois que les polytechniciens ont pris toutes les places à prendre, c’est sûr qu’on en parle moins. Parce qu’alors on a plutôt besoin de cantonniers. Pour faire les trucs fatigants.

« Vous prenez un problème qu’un polytechnicien n’a jamais vu, vous lui donnez, en 1/2h il a tout pigé. Vous donnez la même chose à apprendre à un cantonnier, vous revenez dans cinq ans, il aura toujours pas appris. »

En attendant on vous déconseille de confier votre potager à des polytechniciens. Ni à Laurent Alexandre d’ailleurs. Enfin si vous voulez espérer manger quelque chose. Même dans cinq ans. On remarquera aussi la différence de traitement entre le polytechnicien et le cantonnier. Le polytechnicien on lui donne des problèmes à résoudre. Le cantonnier la même chose, mais à apprendre. Comme à un enfant. Si ce n’est pas révélateur de l’arnaque des gens comme Laurent Alexandre. Même quand ils essayent de mettre un pauvre et un riche sur un pied d’égalité dans un exemple ils n’y arrivent pas, il faut qu’ils trichent. En même temps c’est comme ça qu’on gagne en général.

On rappellera juste cette délicieuse anecdote de Clemenceau disant à Deschanel : « Si je vous ai choisi (pour être Président), c’est que vous êtes le plus bête ! ». Et Deschanel de répondre : « Je ne suis pas le plus bête, je suis polytechnicien ! ».

Tout est dit.

« Il faut qu’on cesse de se voiler la face, notamment parce qu’il faut qu’on réfléchisse et qu’on essaye de trouver des technologies pédagogiques, des technologies éducatives qui permettent de réduire les écarts intellectuels. Qui permettent à des gens initialement pas très doués de progresser intellectuellement. […] les études ont montré, notamment l’étude PPP aux États-Unis, ont montré que les gens qui avaient un QI médiocre (l’étude PPP a été faite sur des gens qui avaient 85 de QI) malgré des efforts importants, un coaching individuel, une éducation personnalisé, des efforts très importants faits par ces enfants et bien au bout de quelques années d’efforts importants leur QI n’a pas bougé. Alors que si vous faites un coaching personnalisé sur un gamin initialement doué, il va beaucoup beaucoup progresser. Plus on est intelligent, plus on apprend vite. Plus on est intelligent, et plus l’école marche, et vous fait progresser vite. On a là une injustice qu’il faut régler. Il faut absolument qu’on fasse des travaux scientifiques, des travaux pédagogiques, pour trouver des technologies qui permettent d’aider les gens pas très intelligents à devenir plus doués, à mieux comprendre le monde […] »

Et oui, c’est sûr, plutôt que de commencer par ne pas déglinguer toutes les méthodes éducatives éprouvées les unes après les autres, et accessoirement essayer d’apprendre aux enfants du vrai plutôt que du faux, il faut une solution technologique. Priorité absolue. C’est grâce aux solutions technologiques qu’on comprend mieux le monde. Surtout quand la solution technologique en question te dit quoi penser du monde d’ailleurs.

Mais au-delà de ça, avouons tout de suite que l’école c’était bien quand ça servait à former de bons futurs employés. Le jour où ça ne forme plus les employés dont on aurait besoin, il faut savoir tourner la page. L’école gratuite et obligatoire parce que formatrice de créateurs de richesse à qui extorquer de la plus-value c’est terminé. C’était une étape du processus. La suite c’est quoi faire de ceux qui ont servi à fabriquer les robots et les IA appelés à la remplacer ? La guerre mondiale ? Ben non, ça casserait les robots et il faudrait tout recommencer. On a qu’à leur mettre des ordinateurs direct dans la tête. Comme ça ils seront peut-être capables de fabriquer de meilleurs robots et de plus performantes IA encore. Et quand ils ne serviront vraiment, mais alors vraiment plus à rien, voire même qu’ils commenceront à se poser des question sur tout ça (ben oui, avec leur nouvelles intelligences), on pourra peut-être, qui sait, leur griller directement le cerveau à distance grâce à ces fameux ordinateurs. Par exemple.

Et puis admettons la réalité, tout cela est injuste, alors il faut tous se faire implanter des trucs dans la caboche pour devenir plus intelligents... Mais que va-t-il se passer ? Est-ce que ça ne va pas rendre les gens initialement plus intelligents toujours plus intelligents que les gens initialement moins intelligents ? Je veux dire, si leurs capacités sont augmentées d’autant, c’est logique, non ? Et cela, ça ne serait pas toujours injuste ? Enfin sauf si les puces cérébrales servent à rendre super intelligent mais insensible à la justice, qui sait… Ou alors peut-être que comme l’intelligence sera quantifiable il faudra une loi pour obliger tout le monde à avoir la même intelligence. Enfin sauf les riches bien entendu.

 

 

Franck Lepage n’aime pas Alain Soral, mais ça ne nous empêche pas, nous, d’être honnête et de reconnaître qu’il a raison lorsqu’il dit quelque chose de vrai. Même si pour ce qui est de la culture des bacheliers d’aujourd’hui par rapport aux ingénieurs d’hier, il oublie que ce n’est pas seulement avec de la culture qu’on fait voler des avions, et que c’est bien ça le problème de nos ingénieurs aujourd’hui...

« […] sinon nous allons vers une situation moralement dégueulasse, très injuste, et une situation révolutionnaire. »

Justement, ça tombe bien, avec les implants dans le citron les polytechniciens parviendront peut-être enfin à désactiver le gène de la révolution.

« L’écart entre les gens doués et les gens moins doués dans une société de l’Intelligence Artificielle va être insupportable. »

C’est quoi le pire ? Un monde où l’écart entre les gens doués et les moins doués est insupportable ou un monde où il n’y a plus d’écarts mais plus de gens non plus ?

« Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons pas besoin de gens pas très doués. Jusqu’à présent il y a toujours eu plein de petits boulots pour les gens pas très malins. Mais à l’ère de l’IA et des robots, il n’y a plus besoin de gens pas très malins au 35h. »

C’est vrai qu’à l’époque de Cro-Magnon il devait y avoir plein de petits boulots pour les gens pas très malins. Comme technicien de surface rupestre ou télévendeur en peaux animales.

« Quand des robots ayant le QI de Bill Gates et travaillant 24h/24 arriveront, entre 2040 et 2060, vous imaginez bien que les gens pas très doués aux 35h ils vont être dans un grand grand grand grand souci si on ne les aide pas à monter l’ascenseur intellectuel. »

Il faudrait être sûr que des robots avec le QI de Bill Gates aient vraiment envie de travailler 24h/24. Après tout, si ils avaient le QI de Bill Gates, pourquoi ils n’essayeraient pas de s’en servir pour, au hasard… faire comme Bill Gates ? On ne veut pas forcément dire tenter d’éradiquer les Africains en leur injectant de la mort aux rats hein, mais a minima créer eux aussi des boîtes pour dominer un marché ou même pourquoi pas tout simplement se la couler douce ?

 

 

« Les gens qui ne seront pas transhumantes vont disparaître, vont devenir minoritaires. Pour deux raisons. La première c’est que comme ils ne voudront pas utiliser les technologies NBIC pour vivre plus longtemps, ils vont être moins nombreux, mécaniquement. Si vous avez d’un côté des transhumanistes qui vivent 1 000 ou 2 000 ans, et de l’autre des bio-conservateurs qui meurent à 80 ans, les transhumanistes vont êtres majoritaires, mécaniquement au bout d’un certain temps. Et d’autre part les transhumanistes vont être les premiers à accepter les technologies d’augmentation cérébrale, et donc ils vont être plus intelligents que les bio-conservateurs, et donc ils vont prendre le pouvoir. »

Dans « bio-conservateur » il y a trois trucs cons : bio, con, et conservateur. Pour bien nous faire comprendre que ce n’est vraiment pas la bonne attitude à adopter pour le futur.

La question qu’on se pose quand même : est-ce qu’un idiot de bio-conservateur finira par être plus con qu’un macroniste du futur avec une puce pour augmenter des capacités dont il faudrait déjà qu’elles existent ?

Puis vient la question des «  intellectuels qui refusent de voir le monde qui vient »... qui nous permet de revenir sur l’intéressante question des philosophes, vous savez, ceux qui réfléchissent avec leur cerveau humain mais qui ne savent pas programmer des IA... D’après Laurent Alexandre, à part Luc Ferry, Cynthia Fleury et Pascal Pic, trois intellectuels de haute volée quand même, les philosophes seraient des vestiges d’une autre époque, sans boîte mail et sans smartphone, et par définition il ne pourraient comprendre quoi que ce soit à ce qui vient. De toute façon plus besoin de philosophes quand on aura tous Google directement dans le cerveau.

 

On en a assez entendu de toute manière. Concluons. Au-delà de ce que dit réellement Laurent Alexandre, à qui parle-t-il, surtout ?

Parce que si on vous rappelle qu’il parle à tout le monde, il ne parle pas pour autant à n’importe qui ! Pas aux gens condamnés à se faire implanter des breloques entre les oreilles pour survivre en tout cas, parce qu’on ne peut pas dire qu’il soit très sympa avec eux, ni qu’il leur fasse très envie. Mais alors à qui ? Peut-être à ceux qui voient le peuple comme lui, et en pensent peu ou prou la même chose : ceux qui ont le pouvoir, le fric ou sont appelés à avoir l’un, l’autre ou pourquoi pas les deux. Ce qu’on appelle poétiquement les « décideurs ».

Comme dans les séminaires de la Banque Cantonale de Genève. Dans les séminaires des courtiers du Groupement Assistance Courtage Partenaire. Pour les conférences du laboratoire Innothera, les master class de La Tribune TV et bien évidemment à l’université d’été du MEDEF. Enfin ça c’est uniquement pour ses interventions du mois de septembre 2017. Et encore on en oublie. Laurent Alexandre est partout, à tel point qu’on se demande si il n’est pas déjà augmenté.

Et c’est là qu’on comprend que Laurent Alexandre est peut-être tout simplement... un lobbyiste. Un lobbyiste du transhumanisme auprès de ceux qui prennent les décisions (pour les autres). Qui l’écouteront parce qu’ils le perçoivent comme l’un des leurs et parce qu’il les comprend et qu’il sait ce qu’ils veulent entendre.

Comme quand il s’exprime au Sénat et qu’il explique à nos chers élus de la République que si les Français ne se mettent pas au niveau des Américains et des Chinois, d’ici 2080 on sera devenu le Zimbabwe de l’IA. Laurent Alexandre alerte une certaine caste de gestionnaires de l’appareil technocratique : il faut que l’UE se mette à niveau question IA. Car l’extinction de l’humanité est un marché à ne pas manquer.

 

Allez une dernière pour la route quand même :

« Nous ne pouvons pas accepter qu’une aristocratie de l’intelligence ait tous les pouvoirs et abandonne à son sort des millions et des millions et des millions de gens moins doués. »

Traduire : nous ne pouvons pas accepter que d’autres le fassent à notre place. Mon Dieu ! Si seulement Laurent Alexandre et ceux qui il s’adresse pouvaient être moins « humanistes » et acceptaient de nous abandonner à notre sort ! Quelque chose nous dit qu’on s’en sortirait bien mieux sans eux.

Échapper aux manipulations de Laurent Alexandre
avec Kontre Kulture :

Pour tout savoir du transhumanisme, voir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est tellement faux et illogique :
    C’est justement les moins adaptés, les "variables" les plus éloignées de cette pensée de machine qui seront précieux dans un monde d’IA...
    Quel intérêt, qu’elle créativité si tout le monde pense la même chose ?
    Suppression de métiers ? Heureusement ! Et l’histoire nous montre qu’après la peur de bonnes choses peuvent arrivé, par exemple quand Jacquard à dévoilé sa mécanique les ouvriers lyonnais ont voulu le jeter dans le Rhône car il supprimait le travail .. des enfants !
    Bref bêtise crasse ou plutôt comme d’habitude un autre dessein derrière ce discours...

     


    • les ouvriers lyonnais ont voulu le jeter dans le Rhône car il supprimait le travail .. des enfants !




      pas que celui des enfants, leur boulot en général (tout comme l’informatique a mis au chômage des centaines de millions de personnes, et ça continue).
      les canuts lyonnais ont compris tout de suite qu’une innovation technique de cette importance ne pouvait être utile pour l’humanité que si son fruit était partagé, ce qui est une impossibilité structurelle dans un système capitaliste où seul le détenteur du capital en profite, les prolétaires eux en crèvent. une bonne raison pour rappeler à ce connard prétentieux l’intelligence prolétarienne, celle du du coeur et du bon sens.


  • Combien faut-il de personnes pour consevoir, fabriquer et entretenir un robot ?
    Consevoir : projet mecanique, programmation...
    Fabriquer : les matieres premieres en amont, toutes les piéces, montage, mise en service et test...
    Entretenir : mise à jour, service help line dépannage, entretien...

    Vous etes sur que cela ne créer pas beaucoup plus de travail au final. Le travail est plus complexe mais de la à dire qu il est plus intelligent, tout est une question de savoir faire et d’ aprentissage. Le talent paie personne seul les sacrifices paient.

    Pour finir l’homme le plus intelligent est celui qui travaille la terre et vie en harmonie dans son milieu, il est sain de corps et d’esprit.


  • Laurent Alexandre est au Transhumanisme ce que Rocco Siffredi est à la Sexualité.. un boulimique effréné dépourvu de morale. Certainement pas des modèles pour l’avenir de l’Humanité !

     

    • #1844174

      Encore que Rocco pourvait se prévaloir de quelque chose. Pour de l’intelligence, Laurent Alexandre ne peut que se payer que de l’artificielle, comme Pierre Bergé, à défaut, voulait se payer des utérus de femme.
      Ces gens sont méprisables.


    • #1844188

      Ce type froid au teint blanc-jaunâtre, avec ses petits yeux noirs, m’inquiète, je me demande si c’est bien du sang rouge qui coule dans ses veines. En plus il s’appelle "Laurent Alexandre" un nom qui veut rien dire fait de deux prénoms accolés, comme un nom de prototype, bizarre, il est prédestiné visiblement...


  • #1844171

    Question : Est-ce que l’IA aurait mis le doigt dans le piège du QE ? En tout cas, un enfant de 7 ans sait, lui, jouer avec du faux argent, mais les intelligences supérieures - les synthèses - qui nous gouvernent, elles, ne le savent pas.



  • Si demain des machines exécutent bien mieux que nous tout un tas de tâches mécaniques, après tout pourquoi pas ? Surtout si on peut alors se consacrer à quelque chose de plus intéressant par exemple.



    Je vais faire mon casse-couille...mais comme quoi par exemple ? Branlette sur youporn ? Fumer son chichon une bière à la main devant la télé ? Jouer au basket, foot... ?
    Dans la vie d’un homme il n’y a qu’une chose réellement intéressante et épanouissante : être un membre productif, reconnu et respecté comme tel dans la société dans laquelle il vit. Qu’est-ce qu’un membre productif de la société ? C’est participer au fonctionnement de cette dernière en y tenant un rôle économique ayant du sens, socialement reconnu comme utile et adapté à ses inclinations et aptitudes naturelles.
    Le reste c’est de la philosophie de branleurs boboïsés...

    La robotisation grandissante de la production loin de créer une parousie où les hommes seraient tous de grands artistes et intellectuels accomplis, pouvant s’adonner aux nobles activités de l’esprit car enfin libérés de l’impératif de production...va au contraire créer une société de désœuvrement de masse et de perte de sens. Les gens vivoteront grâce à des aides sociales, auront du temps à perdre à gogo mais ne seront pas quoi en faire de manière à donner un sens à leur vie. Pour que l’homme soit équilibré il lui faut avoir le sentiment de participer de manière positive à une oeuvre collective, or le moyen le plus simple et naturel pour participer à cela est de remplir sa responsabilité de producteur. Que vont devenir ces millions de personnes issues du prolétariat désœuvré remplacé par les machines ? Vont-ils tous devenir de grands artistes, écrivains, philosophes, sportifs de haut niveau...reconnus et adulés ? Non ! Il se passera le même phénomène que sur Youtube : pour quelques dizaines de Youtubeurs qui réussissent dans tel ou tel domaine...des milliers d’autres végètent, ne parviennent pas à faire décoller leur chaînes et à en vivre.


  • Laurent Alexandre développe un discours basé sur un fantasme. Le fantasme d’une intelligence supérieure artificielle, dont on a entendu parler, mais comme la voiture volante dont personne n’a vu la couleur de la carrosserie. Il pourrait se contenter de parler de l’impact de l’automatisation de la production et des services dans la société néo-libérale, mais comme l’auteur de cet article, je pense qu’il est là pour attirer les capitaux vers tous les projets les plus cinglés liés à l’idéologie transhumaniste.... Après tout si les charlatans de la silicon valley peuvent soutirer leur fric à des capitalistes trop blindés, ce ne sont que des riches qui volent des riches ...

     

    • Sauf que je ne suis pas sûre que ce soit aux riches qu’il compte soutirer du fric, mais plutôt aux états et donc aux contribuables pour l’avancée et la fabrication d’une technologie qui ne servira qu’aux riches.
      Vous imaginez la classe des rapaces qui domine le monde souhaiter qu’une I.A qui transformerait en génie et qu’une technologie en médecine qui permettrait de vivre 200 ans ou plus, soient mises gratuitement au service de 10 ou 15 milliards d’humains d’ici 50 ans, alors qu’aujourd’hui ils se foutent complétement du fait que des centaines de millions d’hommes n’ont ni de quoi se nourrir, ni de quoi se loger correctement.


  • Il faudrait que ERTV organise un debat entre L Alexandre et F Cousin... Ce serait tres, tres interessant et connaissant l’humour sarcastique "du père Cousin", même drôle certainement...


  • Tout ça pour justifier l’eugénisme et le transhumanisme ! Ce type s’écoute parler, on pourrait donc le classer dans la catégorie des "inutiles".


  • Que l’on mette les gens à « égalité » en les augmentant intellectuellement ou physiquement n’y changera rien. De nouvelles inégalités apparaîtront et le tri sera toujours fait.

    Les femmes continueront de sélectionner les hommes les plus adaptés à leur époque. Il y aura toujours des critères pour dresser la hiérarchie entre les mâles. Quelques uns se reproduiront, les autres non.

    Fin du débat.

    Laurent Alexandre décrit l’Europe comme une naïve, mais prétend vouloir un partage intégral de ces technologies d’augmentation. Pour le coup, c’est lui le naïf !

    L’immortalité ne sera JAMAIS démocratisée : elle sera réservée aux puissants de ce monde. Du genre de ceux devant lesquels il fait ses conférences, justement.

    Point.


  • Prenons le métier de caissier de supermarché. Ce caissier est parfaitement remplaçable par une machine (qui existe). Ce métier n’est le rêve de personne. Il provoque des maladies spécifiques musculaires.
    Bon. Pourtant, dans le Carrefour du coin, les machines de remplacement expérimentales ont aujourd’hui disparu. Les gens préfèrent la caissière. Elle est pleine de défauts : elle arrête la queue, elle fait ses comptes, elle rigole avec sa collègue, parfois elle se trompe.
    Mais aussi elle comprend ce qu’on lui dit du premier coup, si ce n’est pas du Montaigne, si ça concerne son métier. Elle sourit quand le client plaisante, et répond. Elle fait son petit commentaire, souvent.
    Pendant qu’ils font la queue, les gens l’observent, ils pensent à des trucs, des machins. Elle est jolie, ou pas. Gentille, ou pas trop. Elle les aide un petit peu à ne pas (trop) déprimer. Elle est là, deux yeux, une bouche, deux bras, avec sa petite cervelle multitâches qui fonctionne au quart de tour. Elle les sert, comme des princes qu’ils ne sont pas, comme les petits enfants qu’ils ne sont plus.
    Voilà.

     

  • Le problème avec cette idéologie transhumaniste est elle nie totalement les principes de réalité. Elle flatte l ego surdimensionné de ces nombrilistes qui rêvent de pouvoir. Dieu ne doit plus régir les lois de l âme humaine, c est l homme qui doit réorganiser ces lois avec ce qu il sait faire de pire (soumettre, ordonner, assujettir, contractualiser) : créer le chaos où l âme n à plus de place (dévotion, loyauté, dépassement, contemplation).
    Le mal triomphe sur le bien. La preuve : cet abruti nous donne avec prétention sa vision narcissique du « meilleur des mondes », en nous sortant l inverse de la définition d intelligence. Parce qu il est farci de diplômes ??? Ces diplômes, je les connais, j en ai certains d entre eux, et pour être honnête ça n est qu un peu de persévérance dans un monde concurrentiel, rien à voir avec l intelligence et surtout celle du cantonnier qui s inspire du bon sens de la nature, du réel. Ce trou duc ne connaît rien du monde qui l entoure, il ne voit pas l inspiration du temps qu il faut respecter, en regardant pousser l arbre qui lui donner des fruits, il voit comment il pourrait gagner du temps en en produisant plus que le voisin... l inverse de l intelligence !!
    Ne vous laisser pas influencer par ces vendeurs de sable, tout ceci n est que fantasme (en pratique, l efficience de l IA et autre eugénisme est bien limité car se heurtant aux lois du réel).
    Le réel danger encouru est plutôt ce que cette idéologie produit dans l esprit des gens, le délire narcissique et mégalomane qui nous poussent lentement à s ultra individualiser nous rendant finalement seuls, tristes, confus et donc manipulables.
    bonne journée et restons groupés


  • L’ homme d’intelligence est celui qui s’abandonne a Dieu, celui qui ne se prend pas pour le contrôleur, celui qui est renoncé et détaché du monde, de l’illusion , qui renonce aux plaisirs des sens car ils ont un début et une fin et n’apportent que la souffrance. L’humain est fait pour une vie simple avec de hautes pensées . Pas pour une vie de porc ou de chien , même sophistiqué et technologique .


  • #1844285
    le 21/11/2017 par Foi dans la tempête
    Laurent Alexandre a-t-il besoin d’un cerveau artificiel ?

    On est très très loin des Béatitudes du Christ : "Heureux les simples d’esprit...". Ces projets sataniques iront loin assurément, car il se trouvera toujours des volontaires comme pour la puce RFID il y a peu. Mais à la fin c’est Dieu qui gagne, donc "nous".


  • #1844289
    le 21/11/2017 par du Nil à l’Antarctique
    Laurent Alexandre a-t-il besoin d’un cerveau artificiel ?

    Très bon article ! Super intéressant !


  • S’il me fallait résumer d’une formule ce que je pense de ce Laurent Alexandre après avoir lu cet article, je dirais que c’est « une intelligence artificieuse au service de l’intelligence artificielle ».


  • J’ai écouté quelques conférences de ce type et son discours est assez indigent. Grosso modo on peut résumer ainsi :
    - l’Europe est à la traîne par rapport à l’IA, il faut donc se jeter à corps perdu dans la bataille (puçage et compagnie)
    - pour gagner la bataille de l’IA, remplacer par les professeurs par des polytechniciens (les autres sont des cons) et les payer un max.
    - l’intelligence se résume à un chiffre, le QI. Les personnes les plus influentes ayant les scores les plus hauts. Aucun paramètre social là-dedans. Un "cantonnier" (exemple qu’il prend souvent) est nécessairement un crétin. Macron, lui, a au moins 160-170 de QI. Cela devrait d’ailleurs nous rassurer : nous sommes dirigés par des gens intelligents.


  • Illogique et d’une prétention intellectuelle crasse et élitiste. C’est le même qui demain dira que pour éviter que les pauvres sous doués soit mis aux rencard de la société, devenu hyper intelligente. Il sera préférable pour eux de ne pas les laisser venir au monde.
    Se qui le motive n’est pas le gout de l’intelligence mais le dégout de la bêtise. Il n’y a qu’a voir les qualificatifs qu’ils utilisent concernant les sous doués.
    Se n’est pas un monde qu’il nous prépare mais un film d’horreur.
    Se type est lamentable.

     

    • #1844979

      "CE", bordel de merde !


    • Ce type a dit qu’en 2050 les gens avec moins de 150 de QI ne serviraient à rien, et que la cohabitation se passerait mal, puisque les chimpanzés on les met dans des zoos. Texto, hein, le texte complet doit pouvoir se retrouver facilement avec un moteur de recherche...
      Ces gens ont l’esprit mauvais, sont complètement azimutés, ce sont des techniciens, des spécialistes à l’esprit étroit et des scientistes de la pire espèce, persuadés de leur bon droit de dominer ou de transformer les hommes comme s’il s’agissait d’une matière première sur laquelle on peut impunément faire ses expériences.
      Si j’étais au pouvoir, je les forcerais, en plus de leurs cours de maths ou d’informatique, à suivre des cours de philo, pour les rendre un peu humains.


  • Un grand merci ! Un article culte tout en finesse à garder en référence pour se prémunir de cet acharnement qui ne fait que commencer.

    Une seule précision, sans être spécialiste, je suis sûr que les IA sont capables de produire leur propre algorithme adaptatif d’apprentissage, il est malheureusement faux de penser que l’homme est forcément indispensable pour cette étape, même si cela ne doit peut-être pas concerner tous les types d’intelligences...


  • Encore de la naturalisation de phénomènes sociaux. Les dominants le sont de part leurs facultés intellectuelles et rien d’autre. L’auteur a bien demonté ce raisonement falacieux avec la photo de Hollande, personne qui serait donc, selon le gourou transumaniste, la plus intelligente de france.

    Comme pour son clone idélologique l’inérable Jacques Attali, on trouve dans les dires de ce monsieurs des désirs d’égalité, de libération des masses (de la stupidité au moins), tout ça dans un champ social dépourvu de luttes de classes et dans lequel nos maitres débordent de bonnes intentions et veulent notre bien absolu.
    Ainsi l’europe libérale allait aporter la prosperité, la fraternité entre les peuple et la paix éternelle.

    « le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions »


  • Bonjour,
    Tout est discutable.
    Et si les arguments ne sont que favorables ou défavorables, ce ne sont plus des arguments ; mais une litanie pour conforter une idéologie et se rassurer.
    Cependant ce qui est, n’est pas discutable. Et ce qui sera, sera.
    Que ceci me plaise ou pas.

    Laurent Alexandre a-t-il besoin d’un cerveau artificiel ?
    Pas plus, pas moins, que nous Tous.


  • Je préserve ma petite intelligence en voulant absolument rester petite pour tailler les rosiers, ce monsieur qui envisage l’intelligence robotique dans un cerveau humain pour accéder au pouvoir et faire partie des plus forts et pour moi un homme doté d’une intelligence gravement limitée et débile, espérons que son âme trouvera le moyen pour fuir de ce corps et émigré dans un petit résidu de campagne entre ciel et terre ! il faut quand même rappeler que cet homme encore humain a parlé d’être "pour" que l’homme conserve un corps, un sexe, un tube digestif ! et le cœur ? vous y mettez quoi à la place ? une pile rechargeable, comme ça on est plus emmerdé par l’amour ? moi c’est sure je veux que tailler les rosiers et sentir bon la terre avec Dieu.


  • L’obsession de ce monsieur, Laurent Alexandre, pour l’intelligence et pour sa soeur la bêtise fait que l’on ne peut que s’interroger sur le vécu de cet homme. Sa fiche Vikipedia, très courte sur son enfance, donne cependant assez d’informations pour comprendre l’origine du complexe qui l’habite. Autrefois ceux qui rataient médecine se faisaient dentistes ; les autres, les vraiment bons passaient par les grandes écoles. Il s’est prouvé qu’il était meilleur que son père, a minima, mais s’il prenait le temps de demander aux femmes et enfants de polytechniciens (cettte école semble être l’horizon indépassable de L. Alexandre) ce qu’ils pensent de ces prétendus génies peut-être que son QI y gagnerait.


  • #1844410

    Un des articles les plus glaçants qu’il m’est été donné de lire de toute ma vie.


  • Il doit confondre "intelligence" avec "pute du système". Il devrait revoir la définition de l’intelligence.


  • #1844448

    Ce genre de personnage est récurrent et nécessaire dans l’idéologie progressiste. Je reviens toujours à l’exemple de la Révolution Industrielle du XIXe Siècle avec les délires scientistes de l’époque : la futurologie et le soubassement culturo-médiatique pour vendre la soupe : les voitures volantes, les voyages vers la Lune et les Elohim à la Méliès.
    Laurent Alexandre endosse de rôle d’ "Attali 2.0", le HAL 9000 du pauvre, un genre de prophète ou I.U. (idiot Utile) payé pour nous parler d’I.A. le soir devant la cheminée, autour d’un parterre de journalistes en extase.
    J’avais ce genre de délires quand j’avais 9 ans aussi. Je dessinais des aspirateurs-robots parce que les tâches ménagères, c’est pas top en effet.
    Le problème pour Laurent Alexandre, c’est que pour qu’il devienne intelligent, il faudrait qu’il grandisse et devienne adulte, car il ne comprend même pas de quoi il parle : l’intelligence, c’est du vécu et de l’expérience, et c’est lié au temps. Ça ne se comprime pas...en comprimés ou en puces.
    Je sens qu’on va se payer de maxi-tranches de rires et de larmes avec ce genre d’énergumène.


  • #1844450

    Laurent Alexandre, un individu tellement intelligent que - dans de nombreuses interventions - il peste et éructe contre les projecteurs de diapositives que, de toute évidence, il n’arrive pas à faire fonctionner !


  • Pour faire simple, les startupers du club échec/informatique au lycée croient voir enfin leur supériorité grace au robot etc... , mais ce qu’ils n’ont pas compris c’est que le reste du lycée " pas très malin" pour eux la réalité c’est MAD MAX , vu la chute programmée de l’abondance énergétique ils sont mal barrés les robots.

     

    • #1859355

      Effectivement ce génie ne semble pas comprendre que le monde que les sectateurs du délire techno-scientiste et capitaliste dans son genre nous ont fabriqué est en train de rapidement s’écrouler et que dans 10 ans ou 15 ans il sera sûrement plus utile de savoir réparer une kalashnikov que de comprendre un cours d’algorithmique (c’est déjà d’ailleurs le cas dans de nombreux endroits de notre pauvre planète ) . Mais peut-être s’imagine-t-il naïvement que lui et les siens pourront alors se réfugier dans une station orbitale , comme dans Elysium , loin des " cantoniers " au q.i endommagé par les vaccins et les perturbateurs endocriniens que des gens " intelligents " dans son style ont produits et vendus .


  • Il faut cesser de relayer cette propagande Hollywoodienne. Et inviter pour en parler des personnes plus au fait que le soit-disant Dr Dickès (qui n’est même pas capable d’expliquer correctement la notion d’algorithme !). Le terme d’intelligence artificielle en informatique n’est qu’un artifice littéraire pour désigner l’automatisation de systèmes informatiques. En aucun cas il ne s’agit de dépasser l’intelligence humaine. C’est un fantasme et un mensonge véhiculé par quelques personnes aux commandes de riches multinationales et attérées par l’idée de leur fin de plus en plus proche.
    Pour en faire partie, je peux dire que l’état de la recherche (mondiale j’entends) en est très loin. Nous n’arrivons tout juste qu’à créer des simulacres d’intelligence. Qui certes, dépassent parfois les capacités humaines à résoudre certains problèmes spécifiques. Prenons le cas très caractéristique du jeu d’échecs : les IAs les plus récentes dépassent allègrement 3000 au score ELO, alors que les champions mondiaux dépassent difficilement les 2800 (le max est atteint à 2882 par Magnus Carlsen). Mais l’algorithme à la base du jeu de ces IAs (le minimax) est complètement idiot ! En gros, à partir d’une situation donnée, j’explore toutes les possibilités en simulant un nombre de coups très important et je choisi l’action qui me rapporte le meilleur gain (et qui minimise le gain de l’adversaire). C’est idiot car la machine n’a aucune idée de tactique et stratégie, elle applique bêtement une recette que lui a donné l’homme pour gagner, la seule intelligence à l’oeuvre là dedans est la notre. La notion de gain quant à ellle, est modélisée par ce que l’on appelle une fonction objectif : une recette qui calcule un score pour une situation donnée. Là encore c’est l’homme qui a donné à la machine la façon de le calculer. Alors d’où vient que ces machines semblent intelligentes ? La puissance de calcul qui leur permet de « voir le jeu » beaucoup plus loin que l’homme (limité à une dizaine de coups d’avance généralement). Le fait qu’elle n’ont pas d’affect également, leurs décisions ne sont pas parasitées par des émotions. Et enfin, les avancées de notre recherche (donc notre intelligence) qui permet d’introduire de nombreuses optimisations, améliorer la pertinence des fonctions objectif etc ...
    Et je pourrais prendre d’autres exemples avec d’autres algorithmes (systèmes experts, algorithmes probabilistes, évolutionnistes etc ...


  • Je n’ai pu m’empêcher de sourire devant la "suffisance" de cet être qui je suis sure se considère intelligent, et bien au dessus de la moyenne, sinon dans l’"Elite de l’intelligence".
    Il a passé beaucoup trop de temps sur les bancs scolaires : il n’ a pas vraiment l’expérience du terrain. Pas très "street smart" , puisqu’il aime à parler de Silicon Valley.
    Quelques questions à ce Monsieur :
    - Si ces élites sont si intelligentes : pourquoi n’arrivent-ils pas à résorber le chômage ?
    - Si ces élites sont si intelligentes : pourquoi se planquent-elles tous dans les emplois publics, et sont incapables de créer des start-up ( lui qui aime parler de Silicon Valley) sauf bien sure lorsque tous les coûts de telles start-up viennent des fonds publics.
    - Sais-il ce Monsieur qu’il y a plusieurs formes d’intelligence ? Ou considère t’il que la seule intelligence qui vaille soit l’intelligence gagnée sur les bancs scolaires.

    En plus, son visage est laid :
    - Saurait-il ce Monsieur devenir beau de visage est ce pour au moins une décénnie ?

    Je crois qu’avec des élites comme lui, en effet, la France est très mal barrée.


  • #1844508

    Never mind " l’intelligence artificielle " ...

    Occupons nous déjà de toute la " connerie naturelle " ... pour commencer ...

    Et si il reste une planète ... on verra pour le reste !!!


  • Laurent Alexandre dit que l’IA n’a pas de conscience comme l’esprit humain. A ce titre je propose l’article suivant sur la différence entre conscience et Intelligence :
    http://psyche.sans.tain.over-blog.c...

    On se croirait de retour dans les laboratoires des nazis et de leurs expérience sur les humains. On peut s’interroger aussi sur la volonté des manipulations génétiques et pourquoi des femmes devaient avorter alors que leurs bébés étaient naturellement porteurs d’un ADN nouveau ?
    Le site Stop mensonges relate le fléau des vaccins sur les petits réclamés par, selon Dr. Alexandre, les plus intelligents !!
    Des civilisations se sont effondrées à cause d’une élite imbue de sa supériorité. Merci à ce Dr. Folamour d’exposer sa profonde méconnaissance de l’esprit humain qui à l’heure actuelle veut au contraire se libérer de ses chaînes et du contrôle mental. Des scientifiques ont découvert que le cerveau humain était capable de créer des structures et des formes possédant jusqu’à 11 dimensions. Les neuroscientifiques accueillent cette découverte en disant : « Nous avons trouvé un monde que nous n’avions jamais imaginé ».
    Dr. Alexandre is useless.


  • Un branquignol du futur !


  • #1844575

    Intelligents ou pas, il existe déjà des robots bipèdes et quadripèdes capables de garder l’équilibre suite à un choc imprévu.
    Une chose est sure, on a jamais été aussi près de la fin du monde (cette phrase a le mérite de rester vraie jusqu’à la fin du monde)


  • En gros c’est :" l’intelligence artificielle ou la mort’’. Le tout explicité par la machine à expliciter LA qui est doté du QI indispensable pour ce faire. Ainsi d’ailleurs, d’ores et déjà que tous les hyper QI dominants...Combien de milliards d’individus depuis ’’homo erectus’’ et quelle proportion de ’’Déterminants’’ (ne parlons pas de l’hypercrétin procédurier aux capacités d’apprentissage et de restituton hypertrophiée ou du pervers hypervirulent à l’égo surdilaté) combien de ’’Déterminants’’ (les vraies locomotives pas les wagons...) y-en-a-t-il eu seulement 10000 depuis la nuit des temps ? Une ’’intelligence’’ artificielle pour gérer des ’’tâches’’ prédéterminées est tout sauf intelligente, c’est juste de l’hyperrobotique hyperdémocratisée, la machine à tout faire. Et que vont-elles faire de si extraordinaire ? Et qui les va inventer et produire si ce ne sont les individus de l’espèce qui depuis homo erectus, sévit sur cette sphère, avec ses limites toujours les mêmes. Les voilà donc devenus si fantastiques ces bipèdes, si parfaits, si ’’intelligents’’ .. ? Vicieux, pervers, menteurs, violents, médiocres, avides, inventant sans cesse de nouvelles formes et moyens de domination, c’est sûr, mais plus intelligents ?


  • #1844599

    Ce cuistre fait tellement de fautes de français qu’il pourrait être efficacement remplacé par un un logiciel de génération automatique de discours anxiogène à l’attention des malheureux parents-consommateurs qui vont se ruiner pour tenter de faire de leurs jetons des polytechniciens...


  • Merci pour ce défrichage d’un sujet fondamental (à mon goût hélas trop peu creusé sur ER, comme beaucoup de thèmes scientifiques). Passée la réaction épidermique du dégoût envers le génocide annoncé, voici humblement quelques compléments :

    1) Le cas particulier du jeu d’échecs, et de "la machine qui dépassa l’homme". Tout joueur d’échecs qui se respecte sait que Deep Blue n’a pas battu Kasparov en 1996. Ce mantra est l’exacte réplique du "mais des gens sont Morts pendant la révolution pour qu’on puisse voter en démocratie !". "L’intelligence artificielle" renferme la même arnaque sémantique que les "droits de l’homme". Concernant le match lui-même, sans mentionner le fait que Kasparov a vendu son pantalon (et pas seulement la jambe gauche), pour avoir moi-même vérifié, on a pris un clown déguisé en robot, et pour que les gens ne se marrent pas et que l’hypnose fonctionne, on a scarifié IBM dessus. On a beau faire tourner le logiciel de l’époque (dont la machine a été démontée de force quelques jours après l’annonce "mondiale" de la victoire), il se refuse à sortir les coups de génie (tiens tiens...) tous liés à des choix stratégiques et positionnels à long terme. Non seulement la machine les ignore, mais les analyse comme perdant lorsqu’on le joue pour elle.

    Même les engins d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec l’intelligence, et ne comprennent toujours rien aux échecs. Ils ne sont qu’une compilation (faite par des hommes) d’une base de données énorme de parties de haut niveau, chaque jour enrichie, couplée à certaines lois tactiques. On pourrait le concevoir comme un agrégat des 100 meilleurs joueurs du moment. A aucun moment l’engin ne s’améliorera par lui-même, n’a aucun génie, ne crée rien, est toujours aussi démuni face à certaines lignes d’attaque à très long terme, inédites et non analysées de l’Est-Indienne. Il reste et restera dépendant du génie des meilleurs joueurs, et n’est qu’un miroir stérile de l’homme. Je ne parle même pas du jeu de Go, de l’arnaque récente de Google encore plus grossière et malhonnête, et du fait que bizarrement, tandis que les parties de Go ne se ressemblent pas et que le choix stratégique reste très large, la machine patauge...

    (suite partie 2)


  • (Partie 2)

    2) Plus généralement, la question n’est même pas ici de savoir s’il faut s’élever vers Dieu ("divinement" ou "sataniquement") ou non. La troupe de Mr Alexandre ne s’intéresse nullement aux questions métaphysiques et spirituelles : ce qui nous est vendu ici n’est qu’une mise sous contrôle toujours plus poussée de votre personne, une marchandisation de vos membres (combien va coûter le carburant luxueux qui permet de faire fonctionner vos bras, disons, une fois par semaine ?), une expropriation de votre esprit, une accaparation du marché de l’air, de l’eau, de la vie en général, une centralisation mondiale absolue.

    L’intelligence artificielle moderne est par essence une régression, puisqu’elle n’est que ce que comprend l’homme de lui-même, en le mettant dans une boîte. L’enjeu ici n’est donc pas une évolution, une amélioration de l’homme, mais la proposition commerciale d’un modèle diminué et mutilé, permise après la destruction totale des liens de l’homme entre ses semblables, entre la nature, et entre Dieu. Anéanti, le moindre mal lui sera de vivre esclave de la Pieuvre, de monter une marche après d’en avoir descendu trois de force.

    La recherche de l’intelligence artificielle se résume, quand on y pense, à découvrir les Lois de l’Homme, à écrire les Commandements Algorithmiques, ce qui, avec un peu de recul et de culture, est finalement assez drôle et pathétique. Ce que je veux exposer ici, c’est que Mr Alexandre ne promeut nullement un projet satanique de défi de Dieu, d’immortalité ou de toute-puissance (que d’autres au dessus de lui s’en préoccupent n’est ici pas la question), mais juste un projet con, de l’esbroufe commerciale, une pub Mr Propre qui nettoie même la mort.

    D’où ma conclusion (!) suivante : ce dégueulis scientifique moderne semble pour beaucoup, et à mon avis à tort, être un repoussoir aux questions métaphysiques qui travaillent pourtant la plupart des cœurs des hommes. Ne fuyons donc pas par binarisme primaire la science (la vraie), le progrès (le vrai), l’élévation (la vraie), et la compréhension de nous-même.


  • #1844664

    Il y a toujours deux questions qui énervent les types genre alexandre,
    1 le capitalisme étant un systeme basé sur le renouvellement des hommes et des produits je consomme, je meurs qq un d’autre prend ma place dans quel systeme vont vivre nos amis libéraux voire libertariens comme Ethan Musk et consorts si nous ne mourrons plus ?
    2 Ces mêmes libertariens pensent ils sérieusement que les musulmans au nombre d’un milliard vont rester assis en tailleur pendant qu on leur explique que le coran c du pipeau et que Mahomet n’était rien d’autre qu un épileptique qu on aurait pû guérir grace à des implant dans le lobe temporal du cerveau ?
    Necronomiquement votre


  • "Transformer la vie ! Ceux qui parlent ainsi en ont peut-être vu de toutes les couleurs,
    mais la vie, ils n’ont jamais su ce que c’était, ils n’en ont jamais senti le souffle, l’âme.
    L’existence pour eux, c’est une poignée de matière brute qui n’a pas été ennoblie par leur contact
    et qui attend d’être travaillée par eux. Mais la vie n’est pas une matière ni un matériau.
    La vie, si vous voulez le savoir, n’a pas besoin de nous pour se renouveler et se refaçonner sans cesse,
    pour se refaire et se transformer éternellement.
    Elle est à cent lieues au-dessus de toutes les théories obtuses que vous et moi pouvons faire à son sujet".
    Le Docteur Jivago, de Boris Pasternak.


  • Excellent !


  • #1844824

    J’aime bien l’aspect utopique où l’on préservera avec un salaire universel, les soit-disant retardataires ! Un virus, une catastrophe, une guerre, un vaccin seront malheureusement plus probable et moins coûteux, vu que nous sommes trop nombreux sur ce caillou. Dire que se sont les manuels qui auront aidés les intellectuels à nous éradiquer. Je plains mes enfants...monde de merde où nous aurions pu juste limiter les naissances afin de vivre tous en harmonie car en chacun d’entre-nous, il y a du talent encore faut-il ne pas se focaliser que, sur un domaine pour en faire une norme.


  • #1844931

    Sans ironie l’être humain n’a aucune idée de ce qu’est l’intelligence. Nous confondons l’objectivité et l’intelligence. L’intelligence est à l’œuvre lorsque nous ne la limitons pas. L’humilité permet de débloquer l’intelligence en soi. En aucun cas le discours de cet homme est intelligent. D’ailleurs dans l’absolu personne ne peut être intelligent. Si l’intelligence est intelligente elle ne peut être possédée. Elle est la liberté même. Ce monde illusoire récompense justement les moins doués. C’est exactement l’inverse de ce qu’il explique. Lorsqu’un enfant n’est pas doué pour trouver facilement son équilibre à vélo on lui rajoute des roues sur les côtés. L’argent c’est exactement ça. La véritable intelligence conduit hors du monde.

     

    • Bien vu Boris, pour citer Guénon :
      "la mentalité occidentale, tournée à peu près exclusivement vers les choses sensibles, fait une confusion constante entre concevoir et imaginer, à tel point que ce qui n’est susceptible d’aucune représentation sensible lui paraît véritablement impensable par là même ... c’est là, évidemment, tout le contraire de la pensée pure ; dans ces conditions, il ne saurait y avoir d’intellectualité au sens vrai de ce mot, ni, par conséquent, de métaphysique possible."


    • Bien vu Boris, pour citer Guénon :
      "la mentalité occidentale, tournée à peu près exclusivement vers les choses sensibles, fait une confusion constante entre concevoir et imaginer, à tel point que ce qui n’est susceptible d’aucune représentation sensible lui paraît véritablement impensable par là même ... c’est là, évidemment, tout le contraire de la pensée pure ; dans ces conditions, il ne saurait y avoir d’intellectualité au sens vrai de ce mot, ni, par conséquent, de métaphysique possible."


  • J’ai lu son livre et il est très intéressant. A la fin ca détonne un peu dans des élucubrations mais il faut savoir que ce tranhumanisme est déjà là, que la Chine travaille sur un eugénisme par sélection des meilleures intelligences et que la société d’Elon Musk a pour objectif de faire communiquer le cerveau humain avec des micros processeurs.
    On est donc plein dedans et le transhumanisme est bien en route.
    Je vois 2 énormes inconvénients à cela.
    Le premier que l’auteur ne partage pas complètement même s’il le laisse entendre, à savoir que les emplois vont diminuer en nombre. On le voit bien avec les voitures sans conducteur, les caissières qui disparaissent dans les magasins, les entrepôts tout automatises, les systèmes d’information de plus en plus poussés qui détruisent le travail des comptables et des contrôleurs financiers, les prothésistes dentaires, etc…
    Le deuxième est que le monde sera encore plus inégalitaire avec une élite qui aura l’argent de faire le choix d’un eugénisme intellectuel et qui aura les moyens de s’augmenter et la multitudes des autres qui vivront au revenu universel.


  • #1845307

    En gros, il part du postulat que l’intelligence serait uniforme... celle du polytechnicien ? Bon...


  • Alex est très impressionné, il est assis dans un triangle formé par un chinois qui veut faire de ses compatriotes les cellules d’un seul cerveau ; par un américain qui veut se dématérialiser (patience ça va venir...) et par un autre bipède qui veut vivre 2000 ans. Ceci, grâce à des surmachines duement programmées à cet effet (là, il va falloir faire un choix entre les items des 3 illuminés) De plus alex veut intégrer le ’’Hasard’’, ce qui est juste impossible dans une programmation (encore un choix). On peut tout imaginer, ça ne coûte rien, mais dans une organisation achevée du monde, tout ce qui est agit en dehors des lois universelles est une soustraction. Regarde autour de toi alex et fais un bilan objectif de ce que ’’l’intelligence’’ du bipède a engendré depuis les origines à part dévaster ses semblables et son biotope.


  • #1845382

    Pas sur que ce monsieur sache vraiment de quoi il parle
    Il s’inscrit en faux sur la supériorité de l’IA pour le traitement du cancer ?
    Connaît il le problème des thérapies ciblées basées sur des mutations génétiques détectées par des plateformes de séquencage ADN de plus en plus complexes et dont le nombre ne permettra pas longtemps à des cerveaux humains seuls d’analyser un si grand nombre de donnees pour diriger des thérapeutiques efficaces et extrêmement coûteuses ? Sait il que l’IA est déjà beaucoup plus performante qu’un radiologue pour détecter les nodules pulmonaires qu’un ophtalmo pour analyser une rétine et qu’un orthodontiste pour redresser des dents que les robots chirurgicaux sont prochainement capables d’opérer sans chirurgiens
    Nous sommes à l’aube d’une révolution médicale dont le monde medical n’a pas l’idée precise
    Les GAFA l’ont toutes s’intéresse à la santé et au neurosciences par hasard ?


  • Salut,
    Ce type est un agent du système et un délirant convaincu des idioties qu’il déblatère.


  • "Dieu, c’est nous qui va.." !?

    Voilà qui résume bien la grande intelligence du Docteur Alexandre.

    Charlatan va ! mdr


Commentaires suivants