Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le 10 septembre 1977, à 4h40, Hamida Djandoubi est guillotiné aux Baumettes

Voici le résumé de l’affaire Djandoubi par Wikipédia :

Un soir de 1973, Djandoubi contraint Élisabeth à avoir des relations sexuelles tarifées avec huit autres hommes. La jeune femme porte plainte pour proxénétisme en mai 1973. Après avoir été convoqué au commissariat de police, Djandoubi jure de se venger. La plainte est classée sans suite. Il rencontre la même année deux adolescentes, Annie et Amaria, auxquelles il promet, à l’une et à l’autre, le mariage. Commence alors une relation à trois, dans laquelle progressivement la violence vient s’immiscer.

Djandoubi retrouve Élisabeth presque par hasard. Il l’invite à son domicile, où elle se rend le 3 juillet 1974. Élisabeth y subit une longue séance de torture en présence d’Anna et Amaria ; elle est frappée à coups de bâton et de ceinture et brûlée sur certaines parties du corps. Elle est ensuite transportée, nue et sans connaissance, dans la campagne, près de Salon-de-Provence, à une quarantaine de kilomètres de Marseille. Djandoubi l’entraîne dans un cabanon de pierres, où il l’achève en l’étranglant. Le corps non identifiable est retrouvé par des enfants quelques jours plus tard. Le 28 juillet 1974, il recueille une adolescente en fugue âgée de quinze ans, Houria, la séquestre et la viole.

Le 9 août 1974, Amaria et Houria, qui ont pu fuir, portent plainte au commissariat du VIe arrondissement de Marseille pour viol aggravé sur une adolescente de quinze ans, séquestration, coups et blessures et menaces de mort. Deux jours plus tard, Djandoubi est arrêté. Il reconnaît les faits et accepte de collaborer avec les autorités, notamment lors d’une reconstitution le 8 novembre 1974, espérant ainsi obtenir la clémence. Lors de son discours de 1981, Robert Badinter voit en Hamida Djandoubi un « unijambiste […] qui, quelle que soit l’horreur – et le terme n’est pas trop fort – de ses crimes, présentait tous les signes d’un déséquilibré ». Le procureur général Chauvy parle à l’époque d’« une âme démoniaque », les experts psychiatres considérant qu’il avait « une intelligence supérieure à la normale mais constituait un colossal danger social ».

 

Le Monde a diffusé le dossier remis à Me Badinter par la juge Monique Mabelly, commise d’office pour assister à l’exécution à l’époque, sur les derniers moments du condamné.

« On ouvre la porte de la cellule. J’entends dire que le condamné sommeillait, mais ne dormait pas. On le "prépare". C’est assez long, car il a une jambe artificielle et il faut la lui placer. Nous attendons. Personne ne parle. Ce silence, et la docilité apparente du condamné, soulagent, je crois, les assistants. On n’aurait pas aimé entendre des cris ou des protestations. Le cortège se reforme, et nous refaisons le chemin en sens inverse. Les couvertures, à terre, sont un peu déplacées, et l’attention est moins grande à éviter le bruit des pas.

Le cortège s’arrête auprès d’une des tables. On assied le condamné sur une chaise. Il a les mains entravées derrière le dos par des menottes. Un gardien lui donne une cigarette à bout filtrant. Il commence à fumer sans dire un mot. Il est jeune. Les cheveux très noirs, bien coiffés. Le visage est assez beau, des traits réguliers, mais le teint livide, et des cernes sous les yeux. Il n’a rien d’un débile, ni d’une brute. C’est plutôt un beau garçon. Il fume, et se plaint tout de suite que ses menottes sont trop serrées. Un gardien s’approche et tente de les desserrer. Il se plaint encore. À ce moment, je vois entre les mains du bourreau, qui se tient derrière lui flanqué de ses deux aides, une cordelette.

Pendant un instant, il est question de remplacer les menottes par la cordelette, mais on se contente de lui enlever les menottes, et le bourreau a ce mot horrible et tragique : "Vous voyez, vous êtes libre !…" Ça donne un frisson… Il fume sa cigarette, qui est presque terminée, et on lui en donne une autre. Il a les mains libres et fume lentement. C’est à ce moment que je vois qu’il commence vraiment à réaliser que c’est fini – qu’il ne peut plus échapper –, que c’est là que sa vie, que les instants qui lui restent à vivre dureront tant que durera cette cigarette. »

Djandoubi demandera une deuxième, puis une troisième cigarette, qui lui sera refusée. Il sera alors conduit sur le lieu de son exécution.

« La demande de cette dernière cigarette redonne sa réalité, son "identité" au temps qui vient de s’écouler. On a été patients, on a attendu vingt minutes debout, alors que le condamné, assis, exprime des désirs qu’on a aussitôt satisfaits. On l’avait laissé maître du contenu de ce temps. C’était sa chose. Maintenant, une autre réalité se substitue à ce temps qui lui était donné. On le lui reprend. La dernière cigarette est refusée, et, pour en finir, on le presse de terminer son verre. Il boit la dernière gorgée. Tend le verre au gardien. Aussitôt, l’un des aides du bourreau sort prestement une paire de ciseaux de la poche de sa veste et commence à découper le col de la chemise bleue du condamné. Le bourreau fait signe que l’échancrure n’est pas assez large. Alors, l’aide donne deux grands coups de ciseaux dans le dos de la chemise et, pour simplifier, dénude tout le haut du dos.

Rapidement (avant de découper le col) on lui a lié les mains derrière le dos avec la cordelette. On met le condamné debout. Les gardiens ouvrent une porte dans le couloir. La guillotine apparaît, face à la porte. Presque sans hésiter, je suis les gardiens qui poussent le condamné et j’entre dans la pièce (ou, peut-être, une cour intérieure ?) où se trouve la "machine". À côté, ouvert, un panier en osier brun. Tout va très vite. Le corps est presque jeté à plat ventre mais, à ce moment-là, je me tourne, non par crainte de "flancher", mais par une sorte de pudeur (je ne trouve pas d’autre mot) instinctive, viscérale. »

Robert Badinter, devenu garde des Sceaux en 1981 sous François Mitterrand, témoignera dans Le Monde en 2016 de cette exécution.

« Entre l’exécution d’Hamida Djandoubi et l’abolition de la peine de mort, le 9 octobre 1981, il y a eu de nouvelles condamnations à mort, mais plus aucune exécution. En effet, ces verdicts de mort ont tous été cassés par la chambre criminelle de la Cour de cassation. A l’époque, il n’y avait pas d’appel des arrêts de Cour d’assises. C’était donc le seul moyen de susciter un nouveau procès. J’ai été appelé à défendre ainsi, pendant cette période, cinq accusés qui avaient été condamnés à mort et dont la condamnation avait été cassée. Les cinq fois, la Cour d’assises de renvoi a refusé de prononcer à nouveau la peine de mort. »

Badinter revient sur le débat qui a agité la France en 1980-1981 :

« Ainsi la peine de mort était devenue l’un des grands sujets de la bataille électorale de 1981. François Mitterrand a eu le courage de dire qu’il était abolitionniste. Le président Giscard d’Estaing déclarait qu’il fallait attendre que le sentiment d’insécurité s’apaise. Autant dire qu’on aurait encore la peine de mort aujourd’hui… »

Un point important de cette interview, c’est l’affirmation de l’inutilité – selon Badinter – de la guillotine dans la lutte contre la criminalité.

« À cette époque, l’opinion publique n’était pas du tout favorable à l’abolition…

Le jour du débat sur l’abolition à l’Assemblée nationale, Le Figaro avait fait un sondage : 62 % des personnes interrogées se déclaraient en faveur de la peine de mort, 33 % contre. Pour les crimes "atroces", les opinions favorables atteignaient 73 %. Je savais qu’il fallait attendre une nouvelle génération pour que les esprits changent et que les Français mesurent qu’ils pouvaient vivre sans la guillotine, qui s’est révélée comme dans tous les Etats abolitionnistes inutile dans la lutte contre la criminalité. Il a fallu attendre vingt ans pour que soit commémorée l’abolition, et qu’elle soit considérée comme un honneur pour la gauche. Pour moi, c’est un grand privilège d’avoir servi cette cause en France et de l’avoir vue triompher de mon vivant. »

Aujourd’hui, il n’y a plus de peine de mort, quasiment plus de peine de prison à perpétuité, quant aux peines de sûreté, elles se font rares. Les peines de prison longues sont souvent divisées par deux, et les petites peines, inférieures à deux ans, carrément annulées. L’insécurité a littéralement explosé, qu’elle soit de basse ou de haute intensité.

Sur ce terreau, le nombre d’homicides a lui aussi augmenté (970 en 2020, le nombre le plus élevé depuis 1972). La dissuasion ne fonctionne plus et la peine de mort, qui n’est peut-être pas utile du point de vue de la dissuasion des grands crimes ou des crimes horribles, souvent le fait de psychopathes, était en fait la dernière pierre sur la pyramide des peines. En l’enlevant, c’est tout le système dissuasif qui s’est écroulé. Deux exemples parmi tant d’autres :

 

 

 

 

 

 

La décapitation, pour horrible soit-elle, avait une puissance symbolique que la Justice a volontairement abandonnée. Elle a perdu sa force. En face, la violence n’a plus de retenue dans notre société et Badinter, en tranchant la tête de la dissuasion, a laissé se déchaîner les forces asociales, criminelles et délictuelles.

On le sait, en coupant la tête d’un Roi, la France s’est coupée de ses traditions, de son passé profond, de sa colonne vertébrale catholique et monarchique. De sa force.

Badinter, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

104 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Lui était coupable apparemment mais les centaines guillotiné pendant la guerre d’Algérie pour délit d’opinion et fait de résistance ça fait réfléchir.



    une guillotine très active
    222 Algériens ont été officiellement exécutés pendant la guerre d’Algérie. 142 l’ont été sous la IVe République : 45 pendant que François Mitterrand était garde des Sceaux (ce sont les premières), soit une exécution tous les 10 jours en moyenne.


     

    • @ZABANA ET FERRADJ

      On aimerait vous entendre sur les Agériens qui découpaient les parties génitales de leurs victimes pour les mettre dans la bouche des cadavres... La plupart des Français ignorent que ce fut aussi le cas au Bataclan.


    • Guerre d’Algérie par ci, guerre d’Algérie par là.
      Et les blancs mis sous esclavage par vos soins, et la barbarie, et l’esclavage arabo-musulman, et les razzias, la conquête arabo-musulmane, le terrorisme islamique, on en parle ?
      Tout le monde peut faire dans la victimisation, il n’y a aucun lien avec cet article et la guerre d’Algérie si ce n’est que le coupable est maghrébin, AUCUN.
      Musulman-juif, même procédé de victimisation permanente, l’erreur de la France, c’est d’avoir colonisé l’Afrique, on serait moins en train d’entendre les pleurniches permanentes et la repentance


    • @ Messieurs ZABANA et FERRADJ.

      Dans la mesure ou les faits monstrueux de tortures et assassinat imputables au Sieur Djandoubi, qui reconnait lui-même les faits, sont incontestables, la peine de mort en pareille cas étant prévue par le code pénal, la peine a été appliquée.

      Discuter de son application ensuite, est une affaire morale complexe.

      Je suis personnellement devenu au fil du temps contre la peine de mort, non pas pour des raisons morales, mais pour des raisons techniques. Quant on connait en effet, la manière dont est rendu la justice, on se dit que pour éviter les erreurs judiciaires toujours possibles, mieux vaut remplacer la peine de mort par la prison à vie. Cela laisse toujours la possibilité de libérer, en cas d’éléments nouveaux un innocent, injustement condamné.

      Quant aux condamnés et exécutés algériens, pour des raisons au fond politiques, afin d’éviter toutes les erreurs et horreurs commises de part et d’autre, il eut fallu que nos politiques soient à même d’appréhender le problème et ses enjeux dès 1945, en entamant des discussions et négociations, avec des responsables nationalistes représentatifs comme Messali Hadj, et autres.

      Cela n’a pas été fait, et c’est très regrettable, car cela aurait permis à n’en pas douter, d’éviter une guerre finalement inutile, et beaucoup de malheurs pour les deux communautés en présence, à commencer par ces exécutions "politiques" inutiles, avec le recul du temps.

      Que tous les morts de cette bien déplorable affaire reposent en paix.
      Et qu’enfin commence une réconciliation sincère et durable, entre les peuples algérien et français, qui s’ils en ont la ferme volonté peuvent s’entendre, et développer une véritable amitié, car ils ne sont pas si différents, que d’aucuns pourraient le penser ou le faire croire.


    • Ils n’étaient pas guillotinés pour délits d’opinion mais parce qu’ils commettaient des actes et/ou attentats terroristes, comme de placer une bombe dans un café.


    • La france entre 58 et 62, c’est 300 attentas et 50 policiers tués...
      Va te faire "maroquiner" zavatta...


    • Vous pourriez sans doute dire pourquoi ils ont été exécutés...alors il faudrait le dire,afin que tous se rendent compte que ce n’est pas parce qu’ils ont planté des choux...mais pour avoir,comme aujourd’hui,car c’est une caractéristique, posé des bombes en lâches,le plus souvent contre des innocents.
      Nous avons ,français,fait la guerre, à diverses époques,contre le monde entier,et avec le monde entier nous avons fait la paix.Ceux qui restent dans le ressenti,comme par hasard toujours les mêmes,et c’est encore une caractéristique, ne sont pas les bienvenus dans notre pays.


    • C ’ était en effet Mitterand qui signait ou plutôt ne signait pas les recours en grâce dans ce contexte de guerre voulue par lui et ses amis hommes " de gauche" de la quatrième République judéo -maçonnique ; encore un paradoxe de ce type qui envoya nombre de gens à la guillotine , droits communs et "politiques " ( une guillotine était installée à demeure à Alger avec un bourreau ( et aides ) spécial pour la servir ) et qui par pur opportunisme se voulut celui par lequel celle -ci fut remisée dans un fort militaire ou elle se rouille depuis . Mitterand ne fut qu ’un opportuniste narcissique et sans aucune conviction qui aura fait un tort immense à la France .


    • On se demande pourquoi autant d’algériens ont débarqué en France depuis 62, si la France s’y était si mal conduite...cela fait 40 ans qu’il aurait fallu abolir le regroupement familial , véritable bombe à retardement,et réserver les prestations sociales à ceux qui travaillaient et n’avaient pas de casier ; expulser tous les autres mais pour cela il aurait aussi fallu abolir le droit du sol.


    • On appel ça du maintien de l’ordre.


    • à Zaza (et certains autres)
      Djandoubi était tunisien,pas algérien et sinon quel rapport avec la guerre d’Algérie ?! Ceux d’entre les maghrébins qui sont ici, franchement vous croyez que c’est quoi ?! Je ne connais pas l’Algérie, mais la Tunisie oui, j’y ai vécu un peu il y a quelques années et là bas, tu te promènes tranquille le jour, la nuit. J’ai même dormi dans une petite maison la porte ouverte car il faisait trop chaud ! Je faisais les courses au marché de la ville toute seule sans problème. A la campagne pas un flic à l’horizon. Et j’ai jamais entendu un mot contre la France ou les Français (j’ai enseigné la langue aux enfants du village), la colonisation n’en parlons pas, les gens montrent un pont, un bâtiment "ça date des Français !" naturellement. Faut l’savoir comme dit le patron. Les gens biens restent chez eux, c’est tout.


    • Le paradoxe fait que les algériens soient ceux qui font le plus de bruit (grandes gueules), "nous les meilleurs, nous les guerriers, nous nous nous..." et d’être aussi non seulement les derniers de la classe et mais ceux qui pleurent le plus sur un passé qu’ils n’ont pas connu, les autres nord-africains ont aussi été colonisés mais pour autant ont plus de dignité, je n’entends pas les Tunisiens, les Marocains sans cesse quémander des excuses (et des sous) à la France ou l’Espagne, pas plus que les Égyptiens avec les Britanniques ou les Libyens avec l’Italie.


    • @ On n’entend que les Algériens chouiner à propos de leur colonisation ? pour faire oublier leur nullité crasse, peut-être.
      La Tunisie et le Maroc,bon an, mal an s’en sortent économiquement, exportent des produits agricoles ou manufacturés, reçoivent des touristes
      L’Algérie , elle, dégringole à chaque décennie un peu plus bas. Elle a gaspillé sa manne pétrolière,n’est pas capable de produire sa bouffe et achète absolument tout à l’étranger.
      Jouissif.


    • Pour délit d’opinion et faits de résistance contre les ordures incapables du FLN, combien d’Algériens ont ils été assassinés et dans quelles conditions ? N’oubliez pas d’y réfléchir aussi...


  • Je reste toujours impressionné par cette volonté et capacité à promouvoir la "valeur d’une vie" avec toutes les espérances qui y sont mises pour celle justement qui n’en a eu rien à faire de celle d’autrui et qui n’aura pas assez de la sienne pour "racheter" celle qu’elle aura prise...


  • Les supplices infligés à la malheureuse Elisabeth Bousquet sont d’une atrocité inimaginable, et la mesquinerie de son tortionnaire est insondable (donner de l’urine à boire à la victime qui réclamait un peu d’eau, interdire aux 2 jeunes filles de l’aider à descendre les escaliers, l’obliger à ramper vers le lieu de son exécution, dans l’état où elle se trouvait). Le Naour a écrit un livre sur cette histoire, qui a vite disparu des rayons et n’a pas été promu, selon moi pour ne pas enflammer un mouvement favorable à la peine de mort.


  • Badinter qui n’est pas catholique a donc brillamment plaidé le cas Djandoubi en arguant du fait qu’il était "unijambiste". Cela vaut bien une place au Panthéon à côté de Simone ce trait de génie.

    Si on reprend le pouvoir, l’histoire oubliera Miterrand, Chirac et même VGE, pour se souvenir des 2 personnes les plus importantes en France. Simone qui a fortement limité la reproduction des français en libérant la femme, tout en faisant rentrer des millions algériens en France ; et Robert qui a permis à tous les délinquants, majoritairement non français d’origine de ne pas avoir peur.

    Avortement subventionné des françaises - 10 millions, importation de masses d’individus biologiquement differents + 10 mimlions, laxisme judicaire, voilà la recette magique de la destruction.

     

    • @gilles, vous faites des fautes d’orthographe.Relisez bien l’article & le contexte.


    • Nor explique-moi, car hormis les fautes de totograf, je suis exactement dans le sujet.

      Badinter a servi les intérêts du Sanhedrin à travers ce cas particulier d’un allogene tuant apres torture un francais, ce qui, dans un pays souverain aurait mérité une élimination rapide sans publicité.
      Simone et Robert sont les deux grands personnages de l’histoire de France post 1945. Aujourd’hui, les chances pour la France, au lieu d’avoir des fonctions objectives de destructions du pays, seraient plus patriotes que le français moyen.
      Il suffit juste de se rappeler du nationaliste Alain Mimoun, qui est à l’opposé des millions de Benzema qui ont reçu l’ordre de détester la méchante France, ne renieront jamais la sainte CAF, CMU et laxisme.
      Au bled, et dans presque tous les pays du monde, essaye juste de mal parler à un policier ou un représentant de l’ordre, l’idée te passe même pas par la tête.

      40 ans après l’abolition, il y a régulièrement, des chances pour la France qui massacrent les forces vives du pays.
      Une réponse hormis les fautes de totograf.


    • Les fautes d’orthographe...quand le sage montre la lune, nor regarde le doigt.


    • Un unijambiste. Un client pour Christian mais pas pour Moshé. Si j’ai bien compris !


  • C’était une ordure qui a mérité son sort, encore eût-il pu bénéficier de circonstances atténuantes compte tenu de son handicap.
    Beaucoup plus nombreux sont ceux qui ont échappé à ce juste châtiment, des assassins de sang-froid aux criminels en série, des violeurs multirécidivistes aux monstres qui tuent personnes âgées ou enfants.
    La peine de mort est une nécessité pour ceux qui commettent de tels actes. Ceux qui traitent de "barbares" ses défenseurs sont de parfaits imbéciles ou des franc-maçons qui ont la "tripe sensible mais le cœur sec".

     

  • « Djandoubi retrouve Élisabeth presque par hasard. Il l’invite à son domicile, où elle se rend le 3 juillet 1974. » Donc cette femme là, Elisabeth, après avoir été forcé à faire pour Huit hommes la tepu et après avoir porté plainte...retourne chez ce saint-homme ? ...si elle est morte étranglé c’était son destin visiblement parce qu’être aussi conne c’est soit faux soit de nature divine

     

    • C’est surtout ce point qui m’a fait tiquer.
      Comment se rendre tranquillement au domicile de son ancien géôlier et qui l’a forcé à coucher avec 8 hommes... et surtout sur lequel elle avait déposé plainte.
      Elle cherchait la mort, elle l’a eu... bravo !


  • Il y a deux peines capitales :

    - celle du criminel qui paie de sa vie le fait de l’avoir ôtée à autrui.
    - et celle de la société qui ne peut cicatriser la blessure que lui a causée le criminel grâcié en tuant sa victime.

    La question n’est donc pas de savoir si la peine serait juste au regard de l’auteur, les faits étant avérés.
    Dès lors que l’absence de peine capitale serait encore plus injuste au regard de la nation qui exige que son sang versé soit compensé par le sang du condamné.

    « Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé. »

    — Genèse IX:6

     

    • Pur sophisme impur que votre analyse crétine.
      Vous oubliez bien vite l’Impératif catégorique kantien.


    • "Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse" est le principe de la morale naturelle. Ou sa version positive : " Ce que tu veux qu’on te fasse, fais le aux autres"

      Quand on parle de morale, on ne parle pas encore de justice. La justice a elle un rôle d’expiation et de réparation. Le coupable doit subir une peine proportionnée au crime commis : il y a injustice si elle n’est pas assez lourde ou trop lourde.

      La loi du Talion "Oeil pour oeil, dent pour dent" est un principe de justice et s’appuie sur le principe de morale naturelle. Si tu as fait quelque chose à quelqu’un, c’est que tacitement tu acceptes de le subir toi-même.

      Donc la punition proportionnée à l’homicide volontaire est la peine de mort.
      Toute peine inférieure est une injustice.
      La culpabilité étant acquise, seule l’atténuation de l’aspect volontaire (par des circonstances : légitime défense par exemple) devrait pouvoir réduire la peine.


    • @pleinous 35

      Méfiez-vous de Kant : il vous fait passer pour plus ignorant blasphémateur et fanfaron que vous ne l’êtes :

      05 Quant au sang, votre principe de vie, j’en demanderai compte à tout animal et j’en demanderai compte à tout homme ; à chacun, je demanderai compte de la vie de l’homme, son frère.

      06 Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé. Car Dieu a fait l’homme à son image.

      Vous comprenez maintenant l’inanité de nos discussions ?


  • c’est marrant je savais pas que c’était un arabe qui est le dernier exécuté à mort officiel en France ...
    Comme quoi...

     

  • La guillotine est une mauvaise chose car de par son caractère horrifique (cette machine de bois et de métal est ce qu’on pouvait imaginer de pire à la fois en terme de simplicité et d’épouvante) elle pollue complètement le débat sur la peine de mort
    en URSS c’était une balle dans la nuque, même la pendaison est moins horrible

     

    • Pourtant son introduction fut un progrès.
      C’etait déjà une belle avançée par rapport aux tortures et autres supplices.


    • " La pendaison est poins horrible " ; peut être : la décapitation est sans doute une mort douloureuse dans la mesure ou même décollée la tête ( donc la machine à souffrir ) survit quelques secondes , minutes ? et reste probablement encore consciente un court instant mais qui doit paraître une éternité .La pendaison peut être très douloureuse en cas de résistance physique du patient ou mauvais positionnement de la cravate et se solder en une lente , horrible asphyxie consciente et désespérée ; la chaise électrique ne l ’est pas moins : le corps grille , le cerveau se met à bouillir , il faut parfois recourir à deux , voire trois décharges ; le gaz est encore plus lent . . . ; l ’injection léthale est aussi très douloureuse par l ’emploi ( peut -être voulu ) de produits non adaptés et peut se comparer à l ’asphyxie du poisson hors de l ’eau avant l ’arrêt cardiaqe . La guillotinne paraissait sous la révolution un mort très douce surtout aux quelques aristocrates qui "mirent la tête à la fenêtre" ( les promoteurs de la machine assuraient que cette mort s ’accompagnait d ’un souffle d ’air frais sur le cou ; mais pour les paysans et autres gens du peuple accoutumés aux égorgements d ’animaux , ce supplice n ’avait rien de bien rassurant .


    • Son caractère horrifique en ferait peut être réfléchir plus d’un. En tout cas pris la tête dans le sac, il ne recommencera pas.


  • #2518178

    « Hamida Djandoubi un « unijambiste […] »




    Un client a Jacques Attali, pour ses pantalons, donc ??


  • Le bon temps , ou on laissais pas aux ordures une deuxieme chance de massacrer une autre gamine.
    L’humanisme et le droit de l hommisme qu’on nous vend aujourdhui sont à l’usage exclusif des crapules de cette espèce , probablement pour nous habituer et justifier la clémence qui est également accordée aux ordures d’en haut qui sont tout autant malsaines et néfastes

    Pour le pauvre petit travailleur , ou le simple délit d’opinion il n’y a aucune pitié , j’entend encore Phillipe Tesson dire que de voir fusiller un humoriste ( Dieudonné) le réjouirait au plus haut point...mais probablement pas un pédophile qui dépecerait ses petites victimes, parceque lui il est dans ’ le camps du bien et de l’humanisme"

    En fait pour ces ordures la peine de mort peut être envisageable mais uniquement quand le "crime " est contre le pouvoir et les puissants.


  • Les français qui sont contre la peine de mort ne doivent pas oublier qu’ils ne sont pas contre quand un terroriste se fait tuer par la police presque en direct sur BFM TV.
    Or c’est clairement comparable au terrorisme mafieux, pédophile, financier, délinquant, criminel ou autre, apportant souvent la mort ou la misère...

     

  • 40 ans plus tard, rien n’a changé, les Badinter de ce pays importent et couvent toujours des Hamida Djandoubi par millions sous le regard bovin de ce qu’il reste d’un peuple français complètement abruti et infantilisé.

     

  • Oui la peine de mort est terrible et ne doit, ne devrait, être appliquée qu’en cas de certitude absolue de crime odieux avec préméditation. Mais sa disparition a rendu la peine de mort des victimes banales.


  • La guillotine c’est comme la liberté d’expression, soit c’est pour tout le monde soit c’est pour personne. En république quand la guillotine était peine capitale, c’était toujours le peuple qui prenait, rarement la pourriture politique. Les BHL SARKOY HOLLANDE MACRON de l’époque y échappaient bien que plus nuisibles puissance 1000 qu’un taré qui tue 5 personnes.
    Au moins en monarchie coupait la tête du roi c’était possible.
    Macron pas prêt d’y passer.
    Y a que Pétain depuis deux siècles qui a failli vraiment y passer, mais la France n’était plus une république à ce moment, juste sur un plan légaliste "une dictature".
    Dictature et monarchie tout est possible quand le pays gronde, quant à la république dite "démocratique", elle apparait comme une sorte de monstre sanguinaire dont on ne peut pas s’exfiltrer.


  • s’il y a crime il devrait y avoir châtiment. si on abolie la peine de mort on doit rendre la perpétuité réelle et pénible.. pas donner 20 ans pour sortir au bout de 12 années pour "bonne conduite" ou autres fumisteries.

    perpétuité et pénibilité devrait aller ensemble : interdiction de rester coucher dans le lit aprés les 8 heures de sommeil réglementaires (on est debout ou assis à son petit bureau), sortie à la cour une heure par jour, 2 ou 3 visites de famille maximum par an, travaux forcés de catégorie 1, 2 ou 3 selon la gravité du crime.. ca permettra de compenser un peu les familles et de décharger l’état qui doit nourrir ces crapules.

    cachot évidemment pour toute violence à l’intérieur de la prison.

    mesures fortes contre toute association qui oeuvre pour la pleurniche et la promotion de l’abolition de la vraie perpétuité (poursuite pour motif d’atteinte à la sécurité de la nation).

    vous verrez un peu le paradis que deviendra la France.

     

    • Je suis d’accord avec toi quand à la création d’une réelle peine à perpétuité mais je ne vois pas en quoi la torture psychologique changerait quoi que ce soit. L’idée est de mettre les dangereux à l’écart pas de leur pourrir la vie.


    • #2518536
      le 04/08/2020 par il faut parler de ce qu’on connaît
      Le 10 septembre 1977, à 4h40, Hamida Djandoubi est guillotiné aux (...)

      Le paradis n’existe pas par la terreur, mais par la foi. En prison la violence est souvent une nécessité pour pas finir par faire les pipes et le café. Étonnant ces gens qui n’y ont jamais mis les pieds, qui n’ont même jamais subit ne serait-ce qu’une garde à vue de quelques heures, mais qui savent mieux que les autres ce qu’on y subit. Aujourd’hui en prison on y va pour conduite sans assurance ou pour délit de porter encore ses couilles. Le cachot dont tu parles c’est déjà la situation d’aujourd’hui, met un chien au cachot une journée tu verras dans quel état il en ressort, ça n’a rien de paradisiaque... Vu l’état de l’humanité actuelle, on a la politique qu’on mérite. C’est Dieu qui change les situations quand l’homme le mérite, quand la majorité ne le mérite pas, c’est une minorité qui paye pour la bassesse morale de tous. La prison n’a jamais aidé personne un part un ou deux prophètes. Si on devait mettre à vie en prison tout ceux qui sont inadaptés à cette société, la majorité y serait en prison à vie... Ça tombe bien, nous y sommes presque.


  • Là où les français-excusez-moi- sont d’une stupidité sans bornes, c’est que la peine de mort a été abolie, oui, mais pour les assassins, pas pour les innocents, les victimes, les citoyens lambda...
    _J’ai visionné près de 200 numéros de FELA (Faites Entrer L’Accusé), les auteurs sont-dans des proportions effrayantes, des noirs ou des nord-africains, qui ne craignent plus d’épouser la Veuve.
    Voilà où l’on en est, grâce à des enfants de chœur, comme les français actuels.


  • La peine de mort pour les crimes crapuleux (mort ou mutilation par sadisme, jet d’acide au visage, commission d’enquête au-dessus de tout soupçon) est tout à fait souhaitable. Les psychopathes sont lâches, ils ont peur de la mort. Une telle peine les dissuadera. Aucune indulgence pour les "déséquilibrés". Ils ont tué, ils doivent payer, quelle que soit leur dinguerie.
    Pendant le confinement, des gens dangereux, relâchés d’hôpitaux psychiatriques et bourrés de traitements qui peuvent faire passer à l’acte, erraient dans les rues, s’adressant à n’importe qui sans voir la personne.
    Aucune peine de mort possible s’il y a doute, ou pour motif politique ou crime de pensée, évidemment.


  • il est vrai aussi que lorsque des ordures
    des monstres, des sadiques démoniaques
    comme Fourniret ou Dutroux
    ont encore leur tête sur les épaules
    on peut parler alors d’injustice !

     

    • Ca m’aurait étonné qu’on ne voit pas un petit maghrebin venir la ramener parce qu’il n’est pas content qu’on parle d’un de ses cousins criminel...
      Le genre a qui tu dit que la racaille et les musulmans integristes sont un gros problème en france, il te répond colonisation ...


  • Laissons faire !
    Les Français ne sont pas encore mûrs pour la reprise du pouvoir !
    Pour cela il faut un consensus...


  • Il ne faudrait pas tout mélanger, la peine de mort c’est la barbarie institutionnalisée ! Cela relève plus de la vengeance que de la justice !
    Le problème de la justice aujourd’hui ne vient pas de la disparition de la peine de mort, mais de la façon dont elle est appliquée. Certaines idéologies progressistes imposent leur dictat, comme par exemple pour ce migrant violeur, relaxé au prétexte qu’il ne connait pas les codes de son pays d’accueil ! Des peines trop faibles et bien souvent pas appliquées .
    Personnellement je serais très partisan de la généralisation des travaux d’intérêts généraux pour la petite délinquance, et d’une sorte de bagne pour les crimes très graves .
    Il n’y a aucune raison que la société entretienne gratuitement des criminels ... ce qui ne veut pas dire que l’on doit, nous même, leur ôter la dignité d’être humain . Le crime de l’un ne peut servir à justifier le crime de l’autre, même si cet "autre" est l’état !
    Un état injuste et brutal peut un jour ou l’autre devenir l’ennemi du bien .. voir les persécutions d’Alain Soral, et sa récente arrestation !

     

  • #2518293

    Il me semble que l’acteur Christopher Lee, qui a déjà tué des ses propres mains alors qu’il était membre des services secrets britanniques, est venu spécialement pour assister à l’exécution ; il était grand amateur de ce genre de spectacle.


  • C’était un timbré : bon débarras...
    L’unique moment où le criminel se repent sincèrement, c’est à quelques minutes de passer sous la guillotine...


  • Finalement, la guillotine, c’est drôlement salissant.
    La pendaison est tout aussi efficace et bien plus propre.

     

  • « Le procureur général Chauvy parle à l’époque d’« une âme « démoniaque ».

    Les explications psy sont inappropriées ... à ce niveau d’une telle violence non-humaine ... dépassant l’imagination.

    La démonologie est à prendre très au sérieux puisqu’une culture de mort, de prédation, de vampirisation tout azimut, de dégradation sont dans une œuvre malsaine : signes patents que nous sommes envahis par des esprits démoniaques se nourrissant d’êtres faibles, investissant leurs corps en leur faisant accomplir de tels actes !

    Le procureur Chauvet a bien vu à qui il avait affaire comme nous voyons aujourdh’ui à qui nous avons affaire avec nos délités pédo-criminels et leurs rituels. Quelle différence entre leurs crimes et celui de ce Djanjoubi ?


  • On pourrait aussi réhabiliter la chambre a gaz. Son efficacité il y a 70 ans était deja ’incroyable’. Alors imaginez avec les progrès technologiques ce que ca pourrait donner.
    A mon humble et bien superficielle opinion, ce qui pose problème avec la peine capitale, c’est qu’on ne peut être sur de la culpabilité d’un suspect.
    Il y a de gros doutes avec Christian Ranucci. Patrick Dils aurait pu être exécuté aussi alors qu’il était innocent.
    Dans les cas de meurtres sordides, il faut vite trouver un coupable et tout le monde ne peux pas se payer Eric Ducon Moretti
    Et puis il y a des cas contraires comme Pierre Goldman. Défendu par Kiejman, future avocat de Mitterrand. Sans ses appuis communautaires, Goldman y serait passé.
    Quand a Badinter qui est si attaché a l’abolitionnisme en France et a innocenter n’importe quel criminel, il faudra qu’il nous explique pourquoi il est aussi curieusement muet quand a l’Etat ségrégationniste, rasciste et exterminateur d’enfants qu’est L’état d’Israel.
    Etat dont lui aussi doit être éternellement attaché

     

    • Les récits d ’exécutions par chambre à gaz aux US sont glaçants : mort très , très lente et très douloureuse , le patient dans les angoisses de l ’agonie tente de se briser le crâne contre le dossier de son siège pour essayer d ’en finir vite et appelle , supplie qu ’on l ’achève .


    • Pas de doute s’agissant de Ranucci. Un imposteur (G. Perrault) a fait toute sa carrière littéraire autour d’un livre truffé d’erreurs (Le Pull-over rouge) pour répandre l’équivoque sur sa culpabilité. Laquelle ne résiste pas à l’épreuve des faits.
      Le mythe de l’erreur judiciaire fait vendre...Quant à Dils, même si je ne suis pas parfaitement convaincu de son innocence, il n’aurait de toute façon jamais été guillotiné compte tenu de son âge (16 ans) et de sa débilité.
      Celui qui s’en est le mieux tiré est incontestablement Omar Raddad, dont la culpabilité ne fait à mon sens pas de doute, et qui garde, en liberté car gracié à l’époque par cette nullité cocainée de chirac, sa tête sur les épaules.


  • La seule sentence que méritait cette crapule. Bon débarras !


  • L’homme, s’il décide de vivre en société - pour sa protection - doit respecter cette société et ses règles. Je suis pour la peine de mort car elle seule peut freiner l’assassinat. Il faut pendre ou guillotiner l’assassin en public. Seule manière de faire réfléchir ...


  • Dans "le tribunal des flagrants délires" émission mythique de radio sur France Inter au début des années 80, le procureur Desproges commençait ses diatribes d’un salut au public ("chéri mon amour") et finissait, saluant ainsi l’avocat de la défense Luis Rego, par ce qu’il faut entendre aujourd’hui, presque 40 ans après, non l’avocat "le plus Badinter" (jeu de mot avec la station), mais le plus bas de la Terre. Ce cynique grand bourgeois panthéonisé de son vivant ne vaut pas la corde pour le pendre.
    En 2020 son démon de client serait relâché après 10 à 12 années de prison...pour recommencer. Pour ce genre de cas, la peine de mort s’impose comme une évidence.
    Une pensée émue à tout proche de sa martyr Élisabeth. J’avoue ne pas avoir souvenance de cette atroce affaire, j’avais 12 ans au moment des faits.


  • #2518337
    le 03/08/2020 par Moi ou un autre quelle importance
    Le 10 septembre 1977, à 4h40, Hamida Djandoubi est guillotiné aux (...)

    "Un soir de 1973, Djandoubi contraint Élisabeth à avoir des relations sexuelles tarifées avec huit autres hommes. La jeune femme porte plainte pour proxénétisme en mai 1973. Après avoir été convoqué au commissariat de police, Djandoubi jure de se venger. La plainte est classée sans suite."

    C’est là qu’est LE scandale ! Huit viols au moins...et plainte classée !
    Ce récit crypto apitoyant de cette ordure de Badinter est à vomir pour le si peu des atrocités sans nom que son démon de client a infligé à cette pauvre Elyzabeth, INNOCENTE elle.

     

  • Quel hasard, je tombe sur cet article alors je regarde en ce moment pour une nième fois l’affaire Michel Fourniret.

    Perso : je suis pour la peine de mort pour les meurtres et crime vraiment atroces, mais avec des conditions assez strictes afin d’éviter d’avoir une justice cowboy. Ca permettra d’éviter la récidive, diminuer d’une moindre mesure ces crimes. Mais avec la PM je pense pas qu’il y aurait dissuasion ni une diminution des crimes crapuleux et autres délinquances , qui eux nécessite une societe plus juste avec comme matrice : valeur travail/morale et charite dans une moindre mesure.


  • " « À cette époque, l’opinion publique n’était pas du tout favorable à l’abolition… "

    L’opinion publique a toujours été très majoritairement contre l’abolition de la peine de mort. Pour être condamné à mort il fallait commettre un assassinat avec beaucoup de circonstancs agravantes.

     

    • Heureusement que la peine de mort est abolie, sinon, dans le contexte actuel de la justice à nous d’aujourd’hui, c’est Soral et Dieudo qui y seraient passés.


    • C’est surtout les pédo-satanistes qui sont protégés de la peine de mort. A côté d’eux Djandoubi était un enfant de cœur...de ce qu’on sait il ne bouffait pas de gamins au petit dej...
      La peine de mort après 81, c’était pour tout ceux qui dérangeaient un peu trop les plans ... Nos bourreaux savaient maquiller... Aujourd’hui aussi, les bourreaux détruisent socialement et psychologiquement, séparent les hommes de leur femmes, puis les femmes de leurs enfants... On se demande pourquoi...
      Ha merde j’ai oublié de beugler avec le troupeau, c’est à cause des algériens bééee nous on préfère les sionistes bèèèhhh


  • Je ne comprend pas Badinter veut nous tirer une larmichette !!!
    1000 % pour la peine capitale
    Tu fais des saloperies tu meurs basta
    Ps je pense à cette Elisabeth à Houria Amaria
    Les gars comme Hamida n ont qu une place l enfer


  • La loi de 1981 sur l’abolition de la peine de mort est une victoire pour tous les assassins et un bras d’honneur aux victimes et à leurs familles. C’est comme çà qu’il faut voir les choses. D’ailleurs tous leurs lois sont pour détruire : tuer les enfants dans le ventre des mamans ( Veil), pilules et préservatifs pour stériliser ( Neuwirth), épargner les meurtriers pour qu’ils puissent continuer à frapper ( Badinter), museler le peuple ( Fabius-Gayssot).


  • Il foutaient déjà la merde même avant le regroupement familial. Vous vous rendez compte que le dernier condamné à mort en France est un arabe.
    Quel symbole ! Ma mère me disait que dans les années 50 en France, dans les bals populaires, les arabes cherchaient la bagarre et foutaient la merde.

     

    • Alain Soral a aussi écrit dans un de ses livres qu’à l’époque où le cités étaient encore paisibles et où les communautés coexistaient pacifiquement, une seule communauté posait problème, foutait la merde :

      - les Algériens.

      Notons aussi que les Algériens n’ont pas le sens du bien commun (cf la façon dont lis jettent leurs ordures dans les rues, etc.) ; chose bien expliquée par Soral également.

      > Il y a qqch dans cette communauté de profondément con et asocial.


    • "Il y a qqch dans cette communauté de profondément con et asocial"

      A.S décrit trés bien l’incompatibilité ethnico-culturelle avec ses hystériques du Maghreb , qu’ils soient séfarades ou musulmans :
      https://youtu.be/37SIjzS6SZU?t=2911

      C’est là où on peut dire qu’une réconciliation est impossible car seul le sous-chien veut du calme pour prospérer.

      L’hystérie, l’impudeur, la pleurniche, exiger des autres, foutre la merde et casser les couilles quand on s’ennuie, l’absence de raison (objectivité) en privilégiant le "moi je" et le tribal en réfutant le factuel, l’absence de remise en question en étudiant les liens de causalité... Autant de traits en commun entre les femmes et cette culture ethnico-biologique.


    • Attention de ne pas mettre dans le même sac ceux dont vous parlez et ceux qui ont adopté avec zèle les meilleurs côtés des pays d accueil et qui ne font pas de vagues, et ils sont nombreux. Ce sont de bons français dignes d’être reconnus comme tels. L immigration de masse est une stratégie du capital qu il faut dénoncer, mais faisons preuve d objectivité.


    • @Chris oui et ils cherchaient aussi déjà la merde dans les bars et les boites des grandes villes dans les années 70 et 80, harcelaient les filles et insultaient les garçons et finissaient souvent,sauf quand ils étaient en grande supérorité numérique,par prendre sur la courge mais certains alors sortaient des barres de fer,des rasoirs et des couteaux, les Gitans et les Loubards aussi mais le plus souvent pour des réglements de comptes entre-eux ou des embrouilles de gonzesses sinon dans l’ensemble ils faisaient moins chier le monde...


  • Le fait que la guillotine soit tombée pour la dernière fois en France en 1977 c est ça qui m inquiète énormément ...
    Sans la peine Capitale réinstaurée pour ce genre de raclures nous avons perdu d avance pour ceux qui confieraient encore leur sécurité à L Etat
    La nomination de Dupont Moretti n est pas innocente , et dans l inversion totale des valeurs de notre société cela signifie , que les Français doivent supporter que la racaille leur foute sur la gueule voire les tuent ... gratuitement ou pas
    Toutefois , le contexte dangereux et de sauvagerie que ce Gouvernement cultive , entretient , sans rien faire , à part , nous faire chier avec un masque qui sert à rien ( leur valse d une ville à l autre pour baratiner la population ) va engendrer des Français qui rendront la justice immédiatement ( une minorité a déjà compris qu elle était livrée aux prédateurs et n attend plus rien de l Etat )
    Quand alain Soral passe 48H en rétention , pour des propos politiques , j aimerais savoir la suite pour ceux qui ont agréssé sauvagement les motards de la police
    La réponse nous en dit long sur l éat de déliquescence de cette justice, totalement gangrénée par les rouges et les Franc maçons
    C est toute cette clique infiltrée dans la justice qui porte atteinte aux interets fondamentaux de notre pays et du peuple !!! pas Alain Soral


  • #2518436

    J’avais assuré à ma femme que Vaulx-en-Velin c’était en Mongolie, merci de confirmer ma thèse.
    Quant à la peine de mort pour les grosses ordures violeurs, pédophiles, je la trouvais trop douce déjà, je préfère les techniques du moyen âge.
    Ça n’est qu’une opinion.
    Bonne journée à tous.


  • Fourniret et sa salope de femme sont bien vivants après avoir enlevé violé et massacre 7 jeunes filles...

     

    • Sept petites filles ou fillettes. Le crime est pire encore.
      La "jeune fille" étant au minimum une adolescente, ou une femme jeune, non pourvue de compagnon, jusqu’à 22-23 ans, environ (de nos jours). Ensuite, c’est une jeune femme.
      La jeune fille, à l’origine, c’est une presque-femme : pubère, mais vierge. Les nouvelles mariées appréciaient qu’on les appelle encore "mademoiselle". Les femmes célibataires, passé 26 ans, appréciaient qu’on leur dise "madame".
      En allemand, le vocable jeune fille (Mädchen) est précédé d’un article ni féminin, ni masculin, mais neutre, comme l’enfant.
      En français, nous distinguons la qualité féminine de cette jeune personne, qui n’est plus un(e) enfant.
      Epstein ou Maxwell corrompait des jeunes filles, Fourniret tuait des enfants.


  • "Je savais qu’il fallait attendre une nouvelle génération pour que les esprits changent et que les Français mesurent qu’ils pouvaient vivre sans la guillotine"

    On mesure désormais à quel prix, et les dernières lignes de cet article le montrent.


  • Maintenant, c’est la France qui perd la tête...


  • Il est édifiant de voir à quel point les acharnés de la peine de mort pour une poignée d’assassins, détournent leur regard des 500.000 enfants morts en Irak, des 20.000 morts à cause du confinement et de l’interdiction de la Chloroquine, de Macron qui fait passer la distance des pesticides de 50 m à 1 m, des 11 millions de morts annuels de la malbouffe, des 9 millions de gens qui meurent de faim chaque année, car plus le crime est important et vaste, et plus la conscience se refuse à le regarder.
    Les producteurs du tabac assassinent 75.000 crétins en France chaque année, l’État en ses ministres et préfets devrait donc passer par la guillotine ! Couic pour tous ! .

     

  • Restauration de la peine de mort pour deux types de crime :
    1/ meurtre de moins de 16 ans
    2/ actes de terrorisme entraînant des morts .

     

    • Et crimes horribles de flagrant délit comme celui de la jeune femme traînée sur plusieurs centaines de mètres.


    • J’en ajouterai 4 autres :
      3) meurtre avec violence sur la personne d’une femme ou d’une personne âgée
      4) meurtre sur tout policier (homme ou femme), enseignant, soignant et militaire
      5) actes liés à l’organisation et la direction d’un trafic de drogue
      6) actes liés à l’organisation et la direction de trafic d’êtres humains et de proxénetisme

      J’ajoute que tant que nos politiques, journalistes et législateurs ne subiront pas dans leurs chairs et dans leurs âmes tout ce que nous-mêmes ou nos enfants devons subir tous les jours, les salauds, dépravés et assassins auront la belle vie en France.


  • et dire que ce sont les mêmes Francs-Maçons
    à qui leurs aïeuls révolutionnaires de 1789
    qui ont guillotiné à la chaine des milliers d’innocents Français
    Catholiques, royalistes en faisant rouler leurs têtes
    quand celles-ci n’étaient pas plantées sur des pics
    et qui aujourd’hui ont fait abolir la peine de mort
    et qui sont pour la plupart des avocats du diable du type Acquittator
    et des défenseurs des droits de l’homme qui vole, viole et assassine
    et qui pour la plupart sont les pires ennemis de l’intérieur de la France
    que sont la plèbe et la fange de la pire vermine allogène
    que sont ces spécialistes et ces experts du parasitisme et du vampirisme !


  • Moi j aurais remplacé la guillotine par la sulfateuse, à chacun son époque...

     

  • Je ne connaissais pas cette histoire sordide. si j’étais juré d’assise, j’hésiterais entre la prison à vie (la vraie, pas avec aménagement-de-peine) ou la peine capitale.

    Et que certains anti-peine de mort ne viennent pas me gonfler : vous voudriez ce genre d’individu comme voisin ? Vous me direz qu’on peut commuer la peine en bannissement à vie. Certes, mais alors il faut d’abord des frontières dignes de ce nom. Quant aux erreurs judiciaires....


  • Je ne peux cautionner cette violence, cette sauvagerie, parfois même cette barbarie...
    Mais le français d’origine algérienne que je suis peut parler du racisme, des discriminations à l’embauche, au logement, lors de contrôles innombrables au faciès non motivés, les insultes, sale bicot, sale bougnoule, tu vas finir dans la Seine (époque Parisienne...), dans le Rhône (...époque lyonnaise...), dans la Garonne (...époque toulousaine...), et toujours cet incapacité à accepter l’inacceptable, l’humiliation publique et répétée....
    Que crée cette humiliation quotidienne, ces violences institutionnelles devenues la norme, à l’image, mais dans une moindre mesure, de l’humiliation quotidienne subie par les palestiniens...
    Une bombe à retardement sur laquelle nous sommes assis...
    3ème loi de Newton...
    Toute action entraine une réaction...
    Cette loi concerne les corps physiques en mouvement, mais ne pourrait elle pas s’appliquer aux phénomènes sociaux ?

    Alors tous les policiers ne sont pas indigne de porter l’insigne, mais beaucoup, de plus en plus même, le deviennent, tout comme de plus en plus de jeunes "banlieusards" s’ensauvageonnent...
    Mais à quoi d’autres pouvions-nous nous attendre ?
    50 ans de politique de la Ville...vaste fumisterie...les zones franches où se sont installées des entreprises, bénéficiaires d’allégements de charges et sensées embaucher, ont-elles joué le jeux ?
    Oui, pour faire bosser des femmes de ménages et des agents de sécurité la nuit...
    Les causes de la situation actuelle sont multifactorielles, vouloir les rendre simplistes est trop facile, énumérer les innombrables raisons ici serait trop long...
    Sans me faire l’avocat du diable, beaucoup ici savent que cette ingénierie sociale a été savamment orchestrée par des gens cyniques...À qui profite le crime... ?
    Dans la situation qu’est celle de ces jeunes sans avenir, que feriez-vous ?
    Du trafic et de l’économie souterraine comme tout bon capitaliste d’aujourd’hui...
    Si chaque jour dans une cité entièrement blanche, des petits maghrébins venaient vous demander si vous n’avez pas de produits ? Combien de temps faudrait-il à un plus malin que les autres pour répondre à cette demande ?
    Cette argent est réinjecté dans l’économie, évite l’explosion sociale et double effet kiss cool, les stups (cannabis et herbe) en endorment certains. Concernant la coke, elle est devenue banale et elle ravage désormais toute notre jeunesse...
    Ne tombons pas dans le piège de "guerre civile" ...

     


    • Je ne peux cautionner cette violence, cette sauvagerie, parfois même cette barbarie...
      Mais le français d’origine algérienne que je suis peut parler du racisme, des discriminations à l’embauche, au logement, lors de contrôles innombrables au faciès non motivés, les insultes, sale bicot, sale bougnoule, tu vas finir dans la Seine (époque Parisienne...), dans le Rhône (...époque lyonnaise...), dans la Garonne (...époque toulousaine...), et toujours cet incapacité à accepter l’inacceptable, l’humiliation publique et répétée....
      Que crée cette humiliation quotidienne, ces violences institutionnelles devenues la norme, à l’image, mais dans une moindre mesure, de l’humiliation quotidienne subie par les palestiniens...
      Une bombe à retardement sur laquelle nous sommes assis...
      3ème loi de Newton...
      Toute action entraine une réaction...
      Cette loi concerne les corps physiques en mouvement, mais ne pourrait elle pas s’appliquer aux phénomènes sociaux ?



      Ben voyons ! Qu’es ce que vous faites chez nous ? , l immigration arabo-islamique est la première action hostile qui entraine la comprehensible reaction raciste des indigènes gaulois .


    • @ Camel-Léon :
      Je veux bien essayer de comprendre votre ressentiment, mais vous devez absolument réaliser une chose : vous faites, et j’en suis désolé pour vous, partie de cette immigration qui occasionne trop de problèmes en France, et je ne vois jamais les gens se plaindre des agissements des autres immigrations...

      Le général de Gaulle l’avait déjà très bien dit en son temps : ceux qui se plaignent le plus de racisme en France sont également ceux qui nous causent le plus de soucis !

      Tout est une question d’attitude et de comportement...


  • Je suis contre la guillotine,
    car elle incarne la république maconnique mère de tous nos maux.
    Donc, je dis oui à la pendaison.
    C’est sûr qu’au niveau quantité industrielle d’execution sommaire, la guillotine est parfaite, mais au niveau spectacle c’est nul car trop rapide.
    Esthétiquement on peux exposer un pendu un certain temps, et c’est moins salissant que le sang qui gicle d’un étêté.
    Enfin bon, les gouts et les couleurs, s’il faut vraiment en passer par le retour de la guillotine tant pis, tant qu’on sort de la république.
    Plus sérieusement, le seul moyen d’eviter la peine de mort est d’avoir une peine à perpétuité réelle.

     

    • abolition de la peine de mort ! soit
      mais alors rétablissement du bagne de Cayenne
      avec constructions de prisons à haute sécurité
      sur l’ile du diable pour les condamnés à la prison à perpétué
      avec applications réelles et immédiates des peines incompressibles
      et sans grâce ni réduction de la condamnation à la perpétuité !
      aux bagnards ad vitam aeternam


    • Si on ose pas rétablir la peine capitale, alors rétablissons le bagne ! et pas à Cayenne, la taubira serait capable de le faire démonter, mais sur les îles Kerguelenn, avec la pluie, le froid, les vents et la mer glacée !

      Une garantie de non retour...


Commentaires suivants