Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

Rappel

 
 

Livres de Alain Soral (80)







Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #152496
    Le 15 mai 2012 à 10:22 par mescalito22
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    Le VOTE du 1er tour est une BÊTISE. Au 2e tour, c’est une TRAÎTRISE !
    Ce n’est que mon avis et je le partage...

     

    Répondre à ce message

  • #152987
    Le 15 mai 2012 à 22:52 par Michel Patrice
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    ” [...] La mondialisation, justement, modifie la façon de voir la souveraineté des nations. Lorsqu’on s’est rendu compte que l’individu pouvait avoir accès à l’univers et que rien ne pouvait l’empêcher de communiquer avec ses semblables [...], on a cru pendant quelques temps que la mondialisation [...] réduirait de façon draconienne le rôle de l’État. [...].

    Et, pourtant, aussi séduisante pour l’esprit que soit cette thèse, ce n’est pas comme cela que ça s’est passé. On a rapidement constaté que la mondialisation ne présentait pas que des avantages pour l’individu assis devant son ordinateur et parlant au monde. Lorsque les barrières commerciales avec l’Asie sont tombées et qu’en Occident, des industries entières sont disparues [...], on a compris que le monde changeait et même très vite.”

    "Certains en ont conclu qu’il fallait lutter contre la mondialisation. Mais être contre la mondialisation, c’est comme être contre la marée, ce n’est pas ce qui va l’empêcher de monter. On ne peut pas être contre mais on peut tenter d’en aménager les effets. Encore faut-il que quelqu’un soit responsable de construire ces digues et ces quais. De la même façon, il faut que quelqu’un organise l’éducation, la formation professionnelle, la recherche, l’innovation, la protection des plus fragiles, empêche les abus, réglemente les entreprises.

    Il n’y a que l’État pour faire cela. À travers l’histoire, on n’a jamais trouvé autre chose pour protéger le citoyen. [...] Entre l’individu devant son ordinateur et un monde vaste, immense, souvent excitant, parfois menaçant, il n’y a que l’État sur lequel le premier peut s’appuyer au besoin."

    Jacques Parizeau
    dans La Souveraineté du Québec

     

    Répondre à ce message

    • #153272
      Le Mai 2012 à 11:54 par Smith
      Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

      La dichotomie Etat/marchés est une illusion. Qui a dérégulé les marchés de biens/services via l’Omc et qui a dérégulé la circulation du capital ? : les Etats, et la France a joué sa partition la-dedans.Les Etats n’ont d’autres politiques que de défendre les intérêts de leurs industriels et financiers dont le personnel est souvent interchangeable avec le personnel de l’Etat ( Lagarde...) Le Capital ne fait pas de sentiment, pas plus de compassion que d’amour de son pays, il recherche le profit, où qu’il puisse le trouver.L’Etat est son instrument, pas l’instrument des peuples, comme on le voit plus clairement en Espagne, en Italie, en Grèce où l’on va ppeut etre mettre bientot un gouvernement de "techniciens", comprenez de professionnels du racket des peuples au service des banques.

      Alors nous faire croire qu’il faudrait un bon Etat pour protéger son peuple, c’est une escroquerie. Seul la révolte à vaste échelle de ces peuples rackettés pour exproprier les banques et multinationales (le vrai pouvoir) et réorganiser l’économie rationnelement selon les besoins, aussi difficile soit cette tache, seule cette voie est porteuse d’avenir. La Démocratie n’existera que lorsque la société maîtrisera son économie.

      Sur la fausse séparation Etat/marchés, lire par exemple La Finance imaginaire.

       
    • #157504
      Le Mai 2012 à 12:04 par francky
      Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

      Cher ami québecois (une partie de ma famille vit à Montréal et ont adopté la nationalité canadienne) il faut faire la distinction entre la mondialisation des échanges - contre lequel on ne peut rien et qui au demeurant est très utile à l humanité - et le mondialisme idéologie judéo/maçonnique/anglo-protestante qui elle doit être combattu avec force et vigueur jusqu’à son anéantissement...

       
  • #153222
    Le 16 mai 2012 à 10:22 par Georges
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    Essayez vous donc au Nationalisme Intégral de Charles Maurras, l’aboutissement du nationalisme.

     

    Répondre à ce message

  • #153299
    Le 16 mai 2012 à 12:30 par Rom1
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    Très bon Alain, comme d’habitude. Cependant petite remarque par rapport au sois-disant glissement de l’internationalisme marxiste vers le mondialisme trotskyste. L’internationalisme Marxisme n’était-il pas déjà un mondialisme en devenir (un mondialisme prolétarien) ? C’est un passage du manifeste du parti communiste qui me fait me poser cette question :

    " Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot.
    Déjà les démarcations nationales et les antagonismes entre les peuples disparaissent de plus en plus avec le développement de la bourgeoisie, la liberté du commerce, le marché mondial, l’uniformité de la production industrielle et les conditions d’existence qu’ils entraînent.
    Le prolétariat au pouvoir les fera disparaître plus encore. Son action commune, dans les pays civilisés tout au moins, est une des premières conditions de son émancipation.
    "

     

    Répondre à ce message

  • #153467
    Le 16 mai 2012 à 17:04 par SIF
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    C’est pourquoi la nouvelle présidente du FN souhaite renouer les liens avec Israël et gommer les anicroches de son père mais le passé (ou présent) antisémite du front national lui colle encore à la peau. Une stratégie d’ailleurs qui n’est pas du gout de tous, certains analystes politiques juifs l’on condamné et ne sont pas dupes sur ces nouvelles intentions.

    Derrière l’anti-islamisme, l’anti-islam ?
    Est ce qu’elle est financée par l’État d’Israël ? Nous ne pouvons ni l’affirmer ni le confirmer mais Farid Smahi semble être assez proche de la direction du parti pour pouvoir en dévoiler les ressorts. Par contre fait-elle de l’anti-islamisme ? Cela est clair et elle le revendique haut et fort. En fait sous le titre « anti-islamiste » Marine Le Pen attaque en réalité la pratique de l’islam en France. Elle le démontre par ses récentes positions contre le commerce halal ou pour l’interdiction totale du hijab ou lorsque que son parti empêche la construction de mosquées ou lorsqu’elle qualifie d’Occupation les prières de rue des musulmans du XIX ème arrondissement qui faute de place prient été comme hiver dehors sur le trottoir… la liste serait longue

    En attendant, les offensives politico-médiatiques n’ont jamais autant raffermi les liens unissant les
    musulmans et ce même les plus éloignés. Il faut bien comprendre que l’islam est une religion qui grandit à chaque fois qu’on l’attaque. Plus l’on diabolisera les musulmans, plus les gens s’intéresseront à l’islam, c’est en tout cas ce que beaucoup de français de souches convertis à l’islam nous confirment.

     

    Répondre à ce message

  • #153613
    Le 16 mai 2012 à 22:01 par Julien
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    2)J’ai quelques question, si quelqu’un peut m’aider à comprendre ça serait super. A un moment dans la vidéo, Alain Soral dit que Besancenot est financé par les mondialistes,comment sait-il que Besancenot est financé par les mondialistes de la grande finance mondiale, ou sont les preuves ?

    Et une deuxième question comment sait il que l’union européenne et les instances mondialistes veulent détruire les nations ? Ou a t-il trouvé ces informations ? Merci.

     

    Répondre à ce message

    • #153718
      Le Mai 2012 à 02:25 par Stephane
      Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

      Reste sur le site 10 jours et tu vas finir par comprendre ;-)

       
    • #153831
      Le Mai 2012 à 10:37 par moderateur
      Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

      Il faut lire Comprendre l’Empire et chercher par soi-même les références sur Internet et dans les bibliothèques.
      Il faut aussi savoir que Soral ne fait pas un travail universitaire pompeux et chiant bourré de références bibliographiques. En bon sociologue, il livre son analyse, fruit de l’aller-retour entre sommes livresques et terrain, entre théorie et praxis. Et c’est difficile de donner une référence pour une confidence ou un témoignage donnés.

       
  • #154162
    Le 17 mai 2012 à 23:20 par Nominoe
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    Les Etat-Nations sont à dimensions fausses issus de guerre et d’annexions illégitimes.

    OUi à l’europe Fédérale des vrais Peuples enracinnés, débarrassée du joug de la finance...Bretagne-europe, Ecosse-Eur, Occitanie-Eur, Flandre-Eur..Pays-Basque-Eur, Ile-de-france-Eur......

     

    Répondre à ce message

  • #155029
    Le 19 mai 2012 à 19:38 par nounours
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    J’ai lu le livre. C’est intéressant, il y a des fulgurances, d’excellentes remarques qui tombent justes. L’auteur est un pourfendeur de Tartuffe. Il rappelle utilement la modernité de l’idée de Nation.
    Il n’en reste pas moins que j’ai encore du mal à voir dans la définition de l’empire que donne Alain Soral autre chose qu’un complot judéo-Anglo-saxon aux contours très flous. Pour avoir vécu et travaillé quelques années dans les iles Britanniques, je ne nierai pas la prévalence de la finance dans la vie actuelle britannique ... au grand dam de beaucoup de britanniques .. mais de là à réduire la culture anglo-américaine à cela .. de plus en travaillant en France, je n’ai vu aucune différence sur cette emprise ... malheureusement !! L’empire est partout dira-t-on, je dirai plutôt un capitalisme financier et un consumérisme échevelé qui ont touché toutes les cultures et les nations....

    Autre point, l’auteur semble faire de l’Islam un potentiel bloc de résistance contre le monde marchand judéo-protestant ... mais l’islam est parfaitement compatible avec le monde marchand et le libre-échange ... La mecque est et a toujours été historiquement un grand centre d’échanges commerciaux . Les arabo-musulmans de la péninsule arabique sont des grands commerçants et des grands voyageurs, très favorables au libre-échange, très américano-compatibles. Ils ne sont pas le tout de l’Islam mais ils en sont bien le coeur même s’ils en sont des représentants parfois bien immoraux !
    Autre point, le monde juif, c’est 15 millions d’hommes, le monde musulman : 1,3 Milliards ! le monde chrétien 1,7 autre Milliard ! Je ne suis pas de confession juive mais je peux comprendre que les réalités géopolitiques et démographiques rendent l’état d’Israël très nerveux depuis sa re-création. Est-ce pour autant que la politique extérieure d’Israël est efficace à long-terme ... Aux Israéliens d’en juger .. ils seront les premiers pénalisés de leurs propres erreurs.

     

    Répondre à ce message

    • #155283
      Le Mai 2012 à 14:24 par Titus
      Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

      Alain Soral ne réduit pas la culture anglo-saxonne à la finance, c’est faux !
      Si tu as lu Comprendre l’Empire et que tu es incapable de voir et comprendre la logique des réseaux de pouvoirs et d’influence à l’œuvre depuis deux siècles ainsi que leurs déterminismes vétéro-testamentaires, je ne sais pas ce qu’il te faut.

      Il faut hiérarchiser les déterminismes et distinguer les effets et les causes. Le consumérisme globalisé ne vient pas de nulle part.

      Alain Soral ne condamne pas le commerce international ni la mondialisation, mais l’idéologie mondialiste.
      l’Islam n’est pas libéral sur le plan des mœurs. C’est un obstacle à l’hégémonie de la culture libérale de la marchandise. Comme tout ce qui est de l’ordre de la fidélité à l’Héritage et à la Tradition chez les différents peuples du monde.

       
  • #156823
    Le 23 mai 2012 à 21:12 par Smith
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    La question que je me pose en voyant cette vidéo : Soral dit vouloir affronter le mondialisme, un courant idéologique voulant unifier la planète sous l’emprise de l’empire... mais cette idéologie si elle existe, ne me semble être que le reflet de ce qu’ont besoins les capitalistes pour prospérer. Exemple : L’Union Européenne est utile pour mobiliser l’argent des peuples afin de l’offrir au monde de la finance.

    Or n’est-ce pas se tromper de combat que de ne se focaliser que sur l’attaque d’une idéologie(mondialisme), c’est-a-dire le reflet dans la conscience de la domination réelle du Capital sur nos vies ?

    Que propose Soral par rapport au Capitalisme ? Faut-il le réformer ? Faut-il faire une révolution et orgnaiser différement l’ordre économique ? En quoi le retour à une souveraineté nationale pourrait-il aider à lutter contre la réalité d’un capitalime mondialisé ?

    La vérité c’est qu’après 1929, il y a eu en 1944 Bretton Woods pour réguler la circulation du Capital et donc une entente entre nations pour réguler le Capitalisme. Mais au profit du plus fort : USA. Comment faire disparaître de tels rapports de force entre nations ? Si la France quittait l’UE elle maitriserait quoi dans le capitalisme ? Franchement je ne vois pas. A part me dire qu’on aura une banque centrale française pour créer de l’inflation je ne vois pas. Et avoir sa politique monétaire propre n’a jamais suffit à éliminer la pauvreté car ce ne sont pas les travailleurs qui gèrent les affaires de la société.

    Soral appel à la révolte des peuples, mais pour faire quoi ? Tant qu’on exproprie pas la classe capitaliste, les peuples peuvent bien se révolter, jamais ils n’auront les leviers économiques détenues par l’élite possédante. Il faut pour cela une lutte pour arracher ce pouvoir. Or ce pouvoir du capital est international, et la lutte doit l’être aussi pour avoir une chance.

    Or, aboutissement de ce que je dis : prêcher la souveraineté nationale s’est faire perdre de vue que l’unité des travailleurs est essentielle à cette révoltion sociale, c’est participer à ce bon vieux "diviser pour régner". Le retour à la nation est une illusion, car la nation n’a pas plus de pouvoir face au capital que n’en a l’UE. Et les Etats de ces nations n’en ont jamais la volonté. La nation c’est les capitalistes et les travailleurs. Une classe vit du travail de l’autre. Le taux d’exploitation évolue selon la rapacité où les toussotements parfois très violents de tout le système. Faire croire que la nation serait l’alpha et l’oméga de la cause des peuples me semblent affaiblir le combat social internationalisé, chemin difficile mais seul porteur d’espoir pour l’avenir...

     

    Répondre à ce message

  • #156831
    Le 23 mai 2012 à 21:26 par Smith
    Le Nationalisme comme résistance au mondialisme

    Soral dit vouloir affronter le mondialisme, un courant idéologique voulant unifier la planète sous l’emprise de l’empire... mais cette idéologie si elle existe, ne me semble être que le reflet de ce qu’ont besoins les capitalistes pour prospérer. Exemple : L’Union Européenne est utile pour mobiliser l’argent des peuples afin de l’offrir au monde de la finance.

    Or n’est-ce pas se tromper de combat que de ne se focaliser que sur l’attaque d’une idéologie, c’est-a-dire le reflet dans la conscience de la domination réelle du Capital sur nos vies ?

    Que propose Soral par rapport au Capitalisme ? Faut-il le réformer ? Faut-il faire une révolution ? En quoi le retour à une souveraineté nationale pourrait-il aider à lutter contre la réalité d’un capitalime mondialisé ?

    La vérité c’est qu’après 1929, il y a eu en 1944 Bretton Woods pour réguler la circulation du Capital et donc une entente entre nations pour réguler le Capitalisme. Mais au profit du plus fort : USA. Comment faire disparaître de tels rapports de force entre nations ? Si la France quittait l’UE elle maitriserait quoi dans le capitalisme ? Franchement je ne vois pas. A part me dire qu’on aura une banque centrale française pour créer de l’inflation je ne vois pas. Et avoir sa politique monétaire propre n’a jamais suffit à éliminer la pauvreté car ce ne sont pas les travailleurs qui gèrent les affaires de la société.

    Soral appel à la révolte des peuples, mais pour faire quoi ? Tant qu’on exproprie pas la classe capitaliste, les peuples peuvent bien se révolter, jamais ils n’auront les leviers économiques détenues par l’élite possédante. Il faut pour cela une lutte pour arracher ce pouvoir. Or ce pouvoir du capital est international, et la lutte doit l’être aussi pour avoir une chance.

    Or, aboutissement de ce que je dis : prêcher la souveraineté nationale s’est faire perdre de vue que l’unité des travailleurs est essentielle à cette révoltion sociale, c’est participer à ce bon vieux "diviser pour régner". Le retour à la nation est une illusion, car la nation n’a pas plus de pouvoir face au capital que n’en a l’UE. La nation c’est les capitalistes et les travailleurs ensembles. Or une classe vit du travail de l’autre. Le taux d’exploitation évolue selon la rapacité où les toussotements parfois très violents de tout le système. Faire croire que la nation serait l’alpha et l’oméga de la cause des peuples me semble être une erreur car cet objectif divise la force des travailleurs et renforce le sentiment national qui détourne de la lutte des classes au grand plaisir des capitalistes, nationaux ou pas.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents