Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le cas Raymond Barre

Raymond Barre a été doublement remercié pour ses bons et loyaux services au monde financier anglo-saxon, lequel monde avait fermement décidé, une fois De Gaulle éliminé, de prendre la France pour cible.

 

Les financiers anglo-américains ont « récompensé » Raymond Barre, en tant qu’heureux continuateur de la doctrine Pompidou, d’avoir si bien et si efficacement agi pour étouffer la réforme de l’entreprise voulue par De Gaulle (alors appelée « participation »).

C’est ainsi que le fameux Barre a :

- reçu de l’argent sur un compte en suisse ;

- vu une spectaculaire avancée promotionnelle de sa double carrière « d’économiste » – doctrinologue stipendié – et de « politique ». Pour rappel, le monde financier anglo-saxon, dûment et fidèlement relayé par la haute fonction publique « française » compradore, a commencé à attaquer l’économie française dans le début de la seconde moitié des années 1970 (ma famille fut aux premières loges de ce nouveau concept de « ciblage » économique). Les aléas de la société Alstom énergie ne sont que les derniers sursauts de cette volonté de destruction du modèle politique et économique français qui avait émergé à la fin de la Seconde Guerre mondiale par la grâce du CNR.

Or, si les réalisations du CNR n’ont pas réussi à pérenniser, sur la durée, l’entier contrôle de la politique monétaire et économique – indispensables au contrôle « politique » – de la France, c’est précisément parce qu’elles ont omis de réformer le concept d’entreprise. Car c’est par le moyen de l’entreprise anonyme hypertrophiée et des multinationales apatrides que les financiers ont finalisé leur contrôle sur le phénomène politique. En voulant remédier à cette omission fatale, De Gaulle a été chassé du pouvoir par la classe politique et les grands bourgeois qui détenaient – et détiennent toujours – le contrôle de la France.

À cet égard, les français doivent absolument conserver deux choses à l’esprit :

- ceux qui dirigent actuellement la France sont les émanations et descendants directs de ces mêmes « zélites » économiques compradores qui sévissaient au début du XXème siècle. Je recommande aux lecteurs curieux les nombreux ouvrages d’Annie Lacroix-Riz pour comprendre comment les collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale sont restés quasi intégralement au pouvoir après la guerre ; ce sont eux qui ont ligoté la France aux multinationales en l’intégrant à la CEE devenue UE. La collaboration des « zélites françaises », débutée au tout début du XXème siècle sous les auspices financiers anglo-américains, brillamment poursuivie sous ceux de l’Allemagne nazie puis, sans transition, sous ceux de la collaboration atlantiste, est en cours de reconquête de sa ligne initiale : la collaboration financière totale, qui se cache sous les oripeaux du modèle anglais de « règlementation » ;

- ces mêmes personnalités troubles qui ont fait de la trahison des intérêts de la France leur cheval de bataille se saisissent actuellement de la « nécessaire » réforme de l’entreprise pour aller encore plus loin dans la disparition du modèle politique, économique et sociétal de la France et de l’Europe continentale en le « fusionnant » (mot pris au sens propre et figuré) au monde financier anglo-saxon. Ainsi, ce n’est plus seulement le droit civil qui disparaît en tant que droit commun mais encore les particularités françaises et continentales du droit commercial, matérialisé en 1807 par le Code de Commerce napoléonien. Du droit et de la justice, en tant que recherche collective de la vérité, il ne doit plus rien subsister ! Telle est la volonté de nos maîtres financiers anglo-saxons qui visent, sans relâche, à l’élaboration d’un gouvernement mondial ploutocratique.

Que tous les prétendus « économistes » et « juristes » qui conservent une once de bon sens et l’idée de l’intérêt commun – gage de démocratie et de liberté – se dressent contre toute cette vilénie, ce complot contre les peuples et contre la liberté. Car la sanction de l’inertie sera la disparition non seulement d’un modèle politique, mais aussi et surtout de la civilisation elle-même !

Valérie Bugault

 

Retrouvez Valérie Bugault dans le cadre des formations E&R :

Retrouvez Valérie Bugault, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2239814
    le 15/07/2019 par Snayche
    Le cas Raymond Barre

    "l’Europe continentale en le « fusionnant » (mot pris au sens propre et figuré) au monde financier anglo-saxon."
    Il s’agit bien du traité transatlantique ?
    On est dans la merde car ça correspond effectivement à la fin de la civilisation par la domination de l’argent sur l’humain.

     

    • #2239881
      le 15/07/2019 par anticipation, action, révolution !
      Le cas Raymond Barre

      C’est Macron et sa fine équipe qui sont dans la merde, ils vont le comprendre à la rentrée.


    • #2239899
      le 15/07/2019 par Marie
      Le cas Raymond Barre

      Tonton Raymond dormait souvent dans l’hémicycle
      Qu’importe son magot dormait en Suisse
      dormez vous aussi bravés gens !!’
      maintenant je comprends mieux les GJ
      je suis écœurée par ces politicards


    • #2240050
      le 15/07/2019 par Pamfli
      Le cas Raymond Barre

      Le gros Raymond dormait également dans le TGV, je l’ai croisé en fait il pioncait tout le temps d’où sa marionnette des Guignols : 100% de son énergie était dépensé dans la digestion, une sorte de Thierry Casasnovas inversé.


    • #2240651
      le 16/07/2019 par listener
      Le cas Raymond Barre

      Et d’un témoin direct, Barre mangeait salement. Il faisait retomber des feuille de salades sur sa cravate. C’était un spectacle.


  • #2239842
    le 15/07/2019 par Domino
    Le cas Raymond Barre

    Autrefois, pour conquérir un pays, il fallait une armée. Les financiers ont inventé d’autres procédés (sans pour autant abandonner les premiers) : la subversion/corruption des élites et la dette. Parallèlement, ils détruisent les sociétés de l’intérieur en minant leurs fondements (droit de la famille, immigration, droit des minorités etc...)

     

    • #2240209
      le 16/07/2019 par Dominette
      Le cas Raymond Barre

      Identifier ces banquiers aiderait à comprendre par qui nous sommes exterminés ?


  • #2239857
    le 15/07/2019 par listener
    Le cas Raymond Barre

    Il faut avoir le courage de reconnaître que la fameuse "participation", c’est de la pure connerie. Sauf si on fait de l’entreprise un nouveau féodal.

    Car on peut toujours "participer" aux fruits de l’entreprise, si elle se casse la gueule, l’entreprise, et fait faillite et si son "chef" se tire la malle, les salariés se trouvent grugés avec leur "participation", comme tous les créanciers , y compris la banque (qui est en général mieux informée que les salariés et a vu venir).. .

    Le problème de l’économie en général, et ce dont Barre n’a jamais parlé dans ses bouquins à chier, c’est l’instabilité, l’incertitude, le jeu et la mort.La mort de l’entreprise. Elles ont une durée de vie assez courte. Dans une société donnée (une fois les frontières posées), l’élément le plus stable, et celui qui joue le moins, et celui qui vit le plus longtemps, c’est toujours l’état, censé œuvrer dans l’intérêt d’une population précise et avec sérieux.

    Evidemment que les "entreprises" ont un rôle à jouer, mais leur instabilité foncière (car elles jouent, elles gagnent, elles perdent et elles spéculent) les disqualifient pour être des éléments de stabilité. Seul l’état assure ce rôle de "garant ultime".

    Sauf a laisser au entreprises le rôle que tenaient autrefois les féodaux. Alors à ce compte, si un féodal déconne, il se trouve aux prises avec ses vassaux révoltés et termine empalé. Mais le féodalisme, c’était déjà les micro-états. Et l’état refuse d’être un grand féodalisme.

    La "participation", c’est une dégoisade de bourgeois qui pontifie le dimanche après la messe sur la "condition ouvrière".. De Gaulle était un bourgeois du Nord.

    Si les ouvriers entendent "participer aux fruit de l’entreprise", ils peuvent acheter des actions en se rendant chez un agent de change. S’ils ne le font pas, c’est qu’ils préfèrent aller boire. Mais les obliger à boursicoter... Voilà qui semble en effet assez absurde. Ce que l’ouvrier a de sympa, c’est que, justement, il s’en fout. Préférons l’ouvrier cigale au bourgeois fourmis.

     

    • #2240524
      le 16/07/2019 par jeandelalune
      Le cas Raymond Barre

      "Si les ouvriers entendent "participer aux fruit de l’entreprise", ils peuvent acheter des actions en se rendant chez un agent de change. S’ils ne le font pas, c’est qu’ils préfèrent aller boire"

      oui, les ouvriers sont tous des cons et des alcoolos c’est bien connu !

      disons que ce monde n’est pas le leurs

      la participation souhaitée par CDG bloquait une partie du K *
      c’est vrais qu’il s’agissait de ripoliner ( cf F COUSIN ) ce meme K
      MAIS BON ! c’était deja ça
      mais les absolus des pourfendeurs du K préféraient theoriser sur la survenue du grand soir lors palabres sans fins
      et puis, le monde ouvrier avait pu voir les crs de CDG a l’action lors des grèves 1968, dès lors tout ce qui venait de CDG etait "caca"

      pompidou a laissez couler avant de couler lui même

      barre a soutenu le monde de la monnaie pas celui de l’economie entrepreneuriale

      balladur ( alias barre-bis ) a eu le cynisme lors des privatisations de parler en bon gaulliste de façade " d’actionnariat populaire "
      des "gauchiasses" y voyaient une belle avancée sociale
      5 actions par tete de pipe a un cours très étudié, et badaboum en 87, le crack

      qu’a fait l’ouvrier ? il les a vendues,
      a qui ? aux amis de barre
      pourquoi ? avec 5 actions on a rien, on ne s’emmerde pas avec

      il s’agissait de diluer ce meme K pour qu’il finisse a bas prix dans les poches de qui l’on sait sans en donner l’impression , chapeau balladur


  • #2239937
    le 15/07/2019 par arletty
    Le cas Raymond Barre

    Très intéressant et vrai ,ce point de Mme Bugault .
    c’est également vrai que le rempart Gaulien qui fit ce qu’il a pu pour contrecarrer LE système , ( UE ,OTAN ,... ) fut anéanti par les "mêmes" , ( ils l’ont terrassé avec les événements de 68 , qui furent -à mon avis - téléguidés par , une fois de plus , les "mêmes" ! ).
    A cette époque , mon défunt père , gaulliste de la première heure ,avait flairé cette affaire , vu l’opiniâtreté du Gal à vouloir conserver au maximum l’indépendance de son pays , surtout vis à vis du mastodonte anglo-saxon , qui avait investi tous les autres pays européens .


  • #2239988
    le 15/07/2019 par BarreToi
    Le cas Raymond Barre

    C’est ce gros magouilleur qui avait dit (avant d’exit) que les « Juifs » faisaient des choses nauséabondes et glaçantes. Sauf pour le pognon, quelque part. Il espérait le purgatoire ou quoi ?


  • #2240043
    le 15/07/2019 par Enki
    Le cas Raymond Barre

    "Le peuple est patriote, les bourgeois ne le sont plus" Général de Gaulle en 1963. Le furent-ils un jour ?

     

    • #2240118
      le 15/07/2019 par listener
      Le cas Raymond Barre

      L’Action Française avait rallié beaucoup de bourgeois au patriotisme. Malheureusement, le pape l’a condamnée. Si De Gaulle qui justement avait été action Française, a dit cela, c’est que la majorité des bourgeois avait préféré Pétain et, il est vrai, là, que la classe populaire n’a pas suivi et la popularité de Pétain s’est effondrée lors de Montoire. Mais cette majorité de bourgeois pétainistes restaient patriotes avec un discours de renaissance tendant à respecter le traité d’armistice (ah ! les "traités").

      Les seuls à avoir une vision "européenne" et à commencer à négliger la France, et à se moquer des français chauvins et ratapoils (cf le personnage de "Barbichou" qui a préfiguré Cabu) c’étaient les collaborateurs ... Réfléchir là dessus.

      On a du mal à se rendre compte d’une époque où tout le monde se déclarait patriote, des communistes au royalistes. C’est tout nouveau, l’exécration de la France. On se demande, finalement, d’où cela vient. . Je pense que c’est l’esprit collabo qui est resté camouflé maintenant dans l’adoration de "l’Europe". Une espèce de veulerie snobe..

      Mais De Gaulle est resté marqué par le fait que très peu de gens importants l’on rallié. Il est vrai que les "gaullistes" n’étaient pas tous sympathiques. Et que lui-même était assez méprisant envers le peuple : il parlait des "pêcheurs de l’île de Sein" (qui étaient tous partis en Angleterre avec leur barques pour rallier les premiers la France Libre) avec assez peu de considération.

      il faudrait vraiment oublier cette sale époque. La France était au fond du trou et mériterait surtout de la pitié.


  • #2240076
    le 15/07/2019 par jjp
    Le cas Raymond Barre

    Merci Valérie.


  • #2240158
    le 15/07/2019 par Deux Goals et 22 joueurs
    Le cas Raymond Barre

    Valérie Bugault, c’est peine perdue que d’ouvrir les yeux à des "veaux", ils préfèrent vociférer contre des hooligans.


  • #2240198
    le 16/07/2019 par paramesh
    Le cas Raymond Barre

    Raymond Barre, cas d’école.
    Je l’ai eu comme prof d’économie politique à la fac de Nanterre en1970, juste avant qu’il ne se lance en politique, petit bonhomme insignifiant et sans charisme. Comment une petit prof de fac sans fortune et déjà sur le retour arrive à se payer, après être devenu premier ministre, une propriété de plusieurs hectares à la pointe de saint jean cap Ferrat pour une fortune à l’époque et de l’ordre des 20 millions d’euros actuellement,(d’ailleurs le fisc enquête dessus en ce moment) et sans compter les comptes bancaires à l’étranger. Comment un premier ministre arrive à se faire autant d’argent en si peu de temps ? cherchez l’erreur.
    Par contre ce qui m’éclate dans l’histoire c’est que quand le traitre a fini d’être utile, le système récupère le salaire de sa trahison.

     

    • #2240648
      le 16/07/2019 par listener
      Le cas Raymond Barre

      En France, faire de la politique enrichit...


  • #2240236
    le 16/07/2019 par Socrade
    Le cas Raymond Barre

    Elle est impressionnante cette fille, vraiment l’auteur kontreculture typique, la personne autonome en rationalité qui est arrivé à découvrir le pot aux roses par elle-meme, pour elle en partant de la comptabilité d’entreprise !

    Faut que je me trouve des papiers de migrant pour pouvoir prendre le TGV et aller à sa formation en septembre :D


  • #2240272
    le 16/07/2019 par dixi
    Le cas Raymond Barre

    La politique est une usine à gavage, par le fric mais aussi par la panse .Il a été bien engraissé le bougre, lorsqu’il venait à l’Assemblée nationale après avoir fait son rot, il faisait sa petite sieste journalière .Pour lui c’était la station-service nationale .Il venait faire le plein . On voit très bien sur la photo après le ravitaillement..


  • #2240494
    le 16/07/2019 par christophe
    Le cas Raymond Barre

    pouf pouf pouf !!!


  • #2240512
    le 16/07/2019 par anonyme
    Le cas Raymond Barre

    "qui détenaient le contrôle de la France" non !pardon, en français on dit "qui détenaient les commandes" de la France"
    apprenez l’anglais ça vous aidera !! le gag !


  • #2240751
    le 16/07/2019 par jeandelalune
    Le cas Raymond Barre

    citant le mot "vilénie" Me Bugault a le mot juste,

    voyez barre qui en mai 1981 est parti avec la caisse "noire" de matignon
    a l’epoque , il n’avait aucune justification a fournir, il n’en a donnée aucune

    en mai 1981 , toujours, a t il instauré un contrôle des changes afin de limiter la fuite
    des capitaux ? surtout pas

    voila deux faits illustrant deux actions viles et basses

    pour le panegyrique de celui ci je vous laisse le soin de le parcourir :
    https://academiesciencesmoralesetpo...
    .


  • #2240956
    le 17/07/2019 par Shlomohamed Pestékoléra
    Le cas Raymond Barre

    Ah ces (((Anglo-Saxons))) !


  • #2242235
    le 18/07/2019 par domus
    Le cas Raymond Barre

    bizarre que ça sorte maintenant, car ne serait-ce pas , grâce à internet, qu’une certaine vidéo circule où il dit ce qu’il pense de ce fameux lobby ! Il faut bien salir sa mémoire...


Commentaires suivants