Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Des S-400 et d’autres systèmes militaires russes dernier-cri se répandront" au Proche-Orient

Des systèmes de défense antimissile russes S-400, dont les premiers composants ont déjà été acheminés en Turquie, pourraient bientôt être livrés dans d’autres pays du Proche-Orient, estime le député russe Leonid Sloutski.

 

Commentant le début de l’acheminement des composants des S-400 en Turquie, le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Leonid Sloutski a indiqué qu’outre Ankara, d’autres acteurs de la région étaient intéressés par l’acquisition des systèmes.

« Avec la Turquie, ce n’est que la première vague. Des S-400 et d’autres systèmes militaires russes dernier-cri se répandront dans la région. Nous allons coopérer étroitement. Les volumes de cette coopération sont grands et je suis sûr qu’ils peuvent être augmentés. Il y a des pays importants qui parlent de besoins similaires et, bien entendu, ces besoins seront satisfaits », a-t-il déclaré.

Selon le député, « des livraisons seront effectuées dans un avenir proche ».

Rappelons que la Défense turque a annoncé que les premières pièces des systèmes de défense antimissile russes S-400 lui avaient été livrées vendredi 12 juillet. Samedi matin, la partie turque a confirmé l’atterrissage du quatrième avion avec des composantes. Le ministère russe de la Défense a indiqué, à son tour, que la livraison des éléments restants des systèmes serait effectuée en stricte conformité avec les conditions du contrat passé avec la partie turque et dans les délais prévus.

 

S-400 russes pour la Turquie

Le contrat russo-turc est estimé à plus de 2,1 milliards d’euros. Selon le ministère turc de la Défense nationale, Ankara déploiera les systèmes sur son territoire dès octobre 2019.

Washington a prévenu la Turquie à plusieurs reprises que le contrat conclu avec Moscou pourrait avoir un effet « dévastateur » sur l’achat d’avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Recep Tayyip Erdogan a également plusieurs fois indiqué qu’il n’avait pas à obtenir de permission de qui que ce soit pour assurer la défense de son pays, soulignant qu’il s’agissait d’« une affaire réglée ».

 

*

Le président bolivien confirme son intention d’acheter du matériel militaire russe

 

L’intention de la Bolivie d’acquérir du matériel militaire russe, dont des hélicoptères, a été confirmée par son Président dans une interview accordée à Sputnik à l’occasion d’une entrevue avec Vladimir Poutine à Moscou le 11 juillet.

 

« La force aérienne [bolivienne, ndlr] conseille d’acheter le matériel militaire à la Russie pour la protection civile, en raison des inondations et catastrophes naturelles qui se passent », a-t-il affirmé.

Auparavant, Evo Morales, a fait savoir que la Bolivie pourrait remplacer ses avions d’entraînement américains T-33 par des appareils élaborés en Russie. Il a souligné que l’armée bolivienne avait « un grand intérêt » pour les armes et équipements militaires russes, qui suscitaient « beaucoup de confiance » dans le pays latino-américain.

En juin 2018, le Kremlin avait jugé possible d’élargir la coopération entre la Russie et la Bolivie dans le domaine militaro-technique ainsi qu’en matière de prospection de gaz naturel.

 

Bilan de la visite de Morales en Russie

Lors d’une entrevue, Evo Morales et Vladimir Poutine ont discuté de la nécessité du renforcement des efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme.

Le président bolivien a affirmé que son homologue russe était « à la tête de la lutte pour la protection de l’ordre international, pour la non-utilisation de la force dans les affaires internationales, pour la non-acceptation de l’ingérence dans les affaires intérieures des autres États et pour la défense de la souveraineté des pays ». « Sur ce point, nous sommes épaule contre épaule », a-t-il annoncé dans une déclaration commune sur le renforcement de la coordination dans les affaires internationales.

Concernant la situation iranienne, les deux présidents se sont prononcés sur leur « rejet des sanctions unilatérales à l’égard de l’Iran » et ont exprimé leur « détermination pour continuer à mener une coopération commerciale mutuellement avantageuse avec l’Iran ».

Le président russe a annoncé que les échanges commerciaux entre la Bolivie et la Russie allaient être développés et que certaines missions avaient déjà été déléguées à la commission intergouvernementale pour la coopération commerciale.

(Source : fr.sputniknews.com)

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants