Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

En 325, le concile de Nicée pose les bases du fonctionnement de l’Église...

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

À lire, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

109 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1960372

    D’un côté, on dit que le pouvoir religieux et le pouvoir politique doivent être couplés (royalistes français), et de l’autre que la politisation est un poison...

    On critique Vatican 2, ok. On critique la réforme, ok. Maintenant, on se met à remonter encore plus et à critiquer Nicée... c’est quoi la prochaine étape ? Déconstruire Jésus aussi ?

    Tout cela donne du grain à moudre aux 2 autres religions révélées qui rétorquent aux catholiques que le porc et les fruits de mer auraient dû rester interdits, que Jésus n’est pas le fils de Dieu, que Marie ne doit pas être vénérée...

     

    • #1960483

      Non cela augmente la sincérité de ceux qui osent regarder la vérité en face, le concil de Nicée est une des principales sinon l’unique raison pour laquelle les chrétiens sont pour beaucoup tombés dans l’ignorance aujourd’hui.


    • #1960679

      Titus > dans cas-là pourquoi les pro cathos ne parlent que de Vatican II ? Ont-ils peur de quelque chose sur ce concile de Nicée ?


  • #1960388

    Vidéo intéressante, mais qui se trouve dans l’erreur, celle de croire que la Foi n’est que spiritualité et doit n’avoir aucune implication temporelle, donc politique. C’est un sophisme qui voudrait, au nom du spirituel, couper le spirituel de toute prise temporelle, donc de moyen d’influer sur les choses du Monde. Hors ne pouvoir influer sur les choses du Monde, c’est ne pouvoir sauver des âmes. Jésus n’était pas qu’esprit : Dieu lui-même s’est fait chair, il est entré dans le Monde pour diffuser sa Parole ; il a donc eu besoin de matérialiser le spirituel pour amener ses enfants à l’écouter.

    Dire que la chrétienté ne doit être que spirituelle c’est se tromper lourdement : c’est faire le jeu du Démon en se coupant de moyens d’actions. La chose qui importe n’est pas de ne rien faire de Politique, c’est simplement de ne pas soumettre le spirituel au Politique afin que le Politique, l’humain, ne domine pas Dieu en le rendant secondaire, tout comme la chair ne doit dominer l’esprit.

    Le spirituel est d’ailleurs intrinsèquement Politique, et l’auteur de la vidéo en parle lui-même en relatant les chrétiens persécutés... car ne serait-ce que défendre et assumer sa Foi chrétienne face à une religion officielle, c’est déjà un acte Politique ! C’est inscrire sa Foi dans un rapport de force qui, qu’on le veuille ou non, à lieu. C’est déjà prendre position par rapport à un pouvoir temporel, et donc agir politiquement...

    Le Politique du spirituel, ce n’est que l’implication incontournable du spirituel dans le Monde dûe à notre propre matérialité.

     

    • #1960543

      Exactement. Séparer le spirituel du temporel est une arnaque ...
      sans force, le droit n’existe pas. Séparer le spirituel du temporel revient à faire de la religion une simple option culturelle...


    • #1960580

      Le Christ n’avait rien à faire avec le pouvoir temporel. C’est une des leçons que le chrétien peut tirer de la deuxième tentation telle qu’on la lit dans l’Évangile selon Luc, chapitre 4.

      « Jésus, rempli de l’Esprit-Saint, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit dans le désert, pendant quarante jours tenté par le diable. [...] L’ayant élevé, il lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et le diable lui dit : “Je vous donnerai toute cette puissance avec leur gloire, car elle m’a été remise et je la donne à qui je veux. Si donc vous vous prosternez devant moi, elle sera toute à vous.” Jésus répondant lui dit : “Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton dieu, et tu ne serviras que lui seul.” » (Nouv. Test. selon l’abbé Crampon, en vente chez Kontre Kulture.)

      Le Christ n’a pas contesté que « tous les royaumes de la terre », donc le pouvoir politique, appartiennent à Satan. Où commence le pouvoir politique ?...


    • #1960646

      Le Christ n’a pas contesté que « tous les royaumes de la terre », donc le pouvoir politique, appartiennent à Satan. Où commence le pouvoir politique ?...



      Le politique commence, j’y ai déjà répondu, ne serait-ce qu’en défendant sa Foi face à un pouvoir temporel. La deuxième tentation est son refus de la proposition de Satan qui lui proposait de devenir lui, personnellement, Roi du Monde, donc de désobéir à la volonté divine.
      Cela ne signifie aucunement qu’une fois son sacrifice accompli sa doctrine ne doive pas influer sur les choses du Monde... Influer dans quel but ? Gouverner ?.. non ! simplement sauver les âmes, et pour qu’elle soient sauvées il faut nécessairement que la Parole prenne sa place ici-bas.

      Vous demandiez quand commence le pouvoir politique ? Eh bien il commence dès la racine, c’est à dire en notre chair, qui évolue en ce Monde, où pour être en cohérence avec ce que l’on croit on choisit d’agir ou de ne pas agir en société en vertu de cette croyance.



      Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.




      Cette parole suffit à nous faire comprendre que si on aime Dieu entièrement et totalement, alors on agit en sa présence en chaque instant. Hors cela la Laïcité par exemple ne le tolère pas. Donc si en vertu de ces paroles vous refusez la laïcité, vous faites déjà acte politique !... que vous le vouliez ou pas

      Défendre sa Foi est déjà en soi un acte Politique. S’il ne l’est pas pour vous, il l’est pour le pouvoir qui, en face de vous, vous combat vous et le Christ !

      Dire, en matière de Foi, pas de politique, revient à désarmer complètement le croyant on lui intimant tout simplement de ne pas défendre ce en quoi il croit, et ainsi de renier le Christ qui, lui, témoignait de qui il était et à quelle volonté il obéissait. Le serviteur n’est pas plus que le maître : nous aussi avons à témoigner de quelle volonté nous obéissons.


    • #1961118

      temporelle, donc politique




      L’erreur (de raccourci) est là, à mon avis, et elle est ÉNORME. Es-tu d’accord que si tout le monde était chrétien (... temporelle, donc personnelle...), il n’y aurait aucune nécessité à faire de la politique, à organiser la société et notamment l’usage de la force ? Autrement dit il n’y a pas de lien direct à faire, la politique est une rustine qui dépend d’humains, et ce qui compte, plutôt qu’ils aient l’orgueil de se croire à même d’imposer leur vision religieuse aux autres, c’est qu’ils soient personnellement chrétiens, et par conséquent leur politique sera bonne et guidée par Dieu. Sans faire de bruit, sans labelliser ou le crier sur les toits, donc sans lier politique et spiritualité.


    • #1961264

      L’erreur (de raccourci) est là, à mon avis, et elle est ÉNORME. Es-tu d’accord que si tout le monde était chrétien, il n’y aurait aucune nécessité à faire de la politique, à organiser la société et notamment l’usage de la force




      Votre projection sur un monde totalement chrétien n’est qu’une hypothèse sans aucun lien avec la réalité... et le temporel et le politique ne peuvent que composer avec la réalité. Ce monde ne sera jamais totalement chrétien...

      C’est vous qui faites une lourde erreur en voulant absolument sortir le religieux du politique. La chrétienté dès son apparition a dû faire face à des oppositions ; elle était déjà persécutée lorsque le sanhedrin harcelait le Christ. Si bien que déjà, par la seule volonté de défendre sa position le Christ était dans le domaine politique, non qu’il lorgnait sur un poste ici-bas, bien au contraire, mais que du seul fait d’être en opposition à la doctrine pharisienne il avait de fait une influence sur le déroulement des choses ici-bas.

      Défendre sa Foi c’est politique, dénoncer les tenants du Pouvoir c’est politique, chasser les marchands du Temple c’est politique... en vérité la seule politique valable est en lien avec Dieu.


  • #1960389

    Donc en gros, faut redevenir juif quoi ?
    (Ah, on me dit dans l’oreillette qu’ils ne le veulent pas...)

     

  • #1960399
    le 07/05/2018 par Romain FONTANELLA
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Et t’en entends parler comment du Christ si l’institution n’évolue pas comme elle a évolué, ou comment nous devons imaginer que tu aurais voulu qu’elle évolue cher "MessieYouTubeur" ?

    Mais qu’est ce qu’il est con c’est pas vrai ! Le gars il a fait une vidéo de 40 minutes sans jamais lire une ligne de catéchisme et il a cru qu’il avait abolit l’institution de 2000 ans au milliard de fidèles.


  • #1960402

    Juste et débordant de vérité.

     

    • #1960746
      le 08/05/2018 par Francois Desvignes
      Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

      Sophismes en chaine et propagande du protestantisme soft .

      Deux exemples (je me suis arreté à 15 minutes).

      Concernant le Credo :

      Le Credo n’a pas été une construction du Concile de Nicée, il a été créé à la demande des apôtres Jean et Pierre à la suite de l’Ascension. Ces derniers avaient demandé à la Sainte Vierge de prier Dieu qu’Il leur donnât en une prière, une synthèse parfaite de la Foi caholique. Marie leur répondit de se réunir au cénacle avec Matthias qui avait remplacé Judas et les 12 apôtres, ont chacun réicité à leur tour une proposition du Credo à leur insu (l’Esprit Saint parlait par leur bouche), la première (Credo in unum deum) ayant été prononcée par St Pierre et la dernière, par Matthias (Et vitam venturi saeculim). Ce texte est le Symbole des Apôtres.

      Le Concile de Nicée n’a fait qu’ expliciter (et non créer) le Symbole des Apôtres .

      Concernant le Pouvoir religieux de César.

      Avant l’Édit de Milan, l’Empereur est représentant spirituel et temporel des dieux sur terre : il cumule les pouvoirs spirituels et temporels, pape et césar à la fois. Lui manquer de respect ou ne pas sacrifier est crime contre les dieux puni de mort (cause juridique des persécutions)

      Avec l’Édit de Milan en 314 et la conversion de l’Empire au Christianisme, tout pouvoir vient de Dieu mais aucun de ceux qui ont le pouvoir ne peuvent cumuler le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel (définition de la laïcité chrétienne selon l’histoire de la pièce à l’effigie de César). l’ Empereur est Empereur temporel par la grâce de Dieu et le pape chef de l’Église et d pouvoir temporel par l’Élection divine.

      La réunion sur une même tête du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel (idéologique) signe le retour à la barbarie : Union soviétique, République française. (Marianne seule déesse, seule souveraine, déesse contre Dieu et souveraine contre le peuple))


  • #1960408

    Constantin, qui s’est converti en passant sur son lit de mort, a acheté les évêques du concile à prix d’or, Constantin, adorateur du sol invictus (culte solaire) soleil triomphant, d’où certain élément importés dans le christianisme, le 25 décembre renaissance du soleil après solstice d’hiver, la croix, représentant la rose des vents, la mitre en forme de gueule de poisson ouverte, culte indo-iranien de Mithra, les 12 apôtres les 12 mois de l’année, Marie, Magna Mater, l’autre nom donné au pape, souverain pontife, pontifex maximus charge la plus élevée en prestige et en obligations au sein de la religion publique romaine etc...
    Le christianisme originel a été très altéré, corrompu même, par les romains.

     

    • #1960683

      Ça doit être ça. On voit sur des icônes des saints avec une auréole triangulaire symbole de la Trinité. C’est peut-être là aussi l’origine du triangle maçonnique. Ça montre à quel point le message du Christ à été perverti.


  • #1960415
    le 07/05/2018 par Brebis_garée
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Magnifique ! Je pense que l’utilité de cette vidéo sera sous-estimée.


  • #1960477

    le christianisme originel, s’est répandu chez les humbles de la société romaine, a faillit faire sauter l’empire, les massacres de chrétiens ne servaient à rien.
    N’oublions pas que chez les romains l’Etat était intimement lié à la religion romaine, des institutions et des cultes paiens, on comprends facilement pourquoi le christianisme a été littéralement dévitalisé, par les institutions romaines.
    Celui donc qui veut être ami du monde se constitue ennemi de Dieu, Jacques 4/4.
    Parole révolutionnaire,


  • #1960509

    Sans concile de Nice, pas de christianisme !!!
    En vérité, aucune idée, aucune religion ne peut se passer de la force, donc du glaive. Séparer le spirituel du temporel est une escroquerie : dés lors , l’idée se trouve démunie et s’asséche aussi sûrement qu’une plante privée d’eau. Sans l’empire romain, pas de christianisme...

     

    • #1960780

      Cette séparation est effectivement une escroquerie, l’escroquerie laïciste qui n’a jamais existé dans les sociétés traditionnelles. Par exemple chez les Celtes le spirituel et le temporel était intimement liés. Le pouvoir était était le résultat de la dialectique entre les pouvoirs temporel et spirituel, le roi étant soumis à l’autorité spirituel du druide (dans l’idéal, dans les faits il y a toujours eu des rivalités pouvant parfois se matérialiser dans des conflits aux conséquences plus ou moins dramatiques...)
      Un pouvoir temporel séparé du spirituel mène forcément à la barbarie moderne. Sans le spirituel il n’y a plus de garde-fou pour empêcher les abominations, le pouvoir temporel devient qu’un pur exercice de domination mécanique, froid, cynique, sans transcendance, dans l’immanence pure où seul compte la satisfaction des plus bas instincts (cupidité, volonté de domination...) D’ailleurs l’existence même des Droits de l’homme est une démonstration de cela. Cette déclaration est l’introduction d’un simulacre de spirituel dans un pouvoir laïcisé...


  • #1960517

    L’Eglise est devenu une organisation impérialiste sur un modèle militaire.

    Il faut bien expliquer cette persécution de païens.
    - Code Theodosius I : 392 Interdiction par Théodose I de tous cultes païens et suppression de la liberté de pensée. Le souverain chrétien ordonne la fermeture et la destruction de tous les temples.
    - Code Theodosius II : 435 Edit renouvelant la peine de mort pour les païens pratiquants. Nouvel édit ordonnant la destruction des temples encore intacts.

    Toutes traces du paganisme a été détruite, temple, livres.
    Cela explique la renaissance avec le retour de toute la connaissance grecque préservé par les musulmans.
    (Je ne suis pas pro musulman, mais il faut leur laisser ce crédit)

    Je recommande aussi la vie de Tolstoï par Henri Guillemin.

     

    • #1960607

      Merci pour le crédit, trop peu de gens le savent et ceux qui en ont connaissance le minimise comme beaucoup d’intervenants ou spécialistes, voire experts en l’islam, genre radio courtoise.


    • #1961141

      Le problème avec certains chretiens, ils font les saintes nitouches sur les conquêtes des musulmans et oublient très vite l’histoire du christianisme.
      de toute façon si tu a foi dans ta religion et heureux dans celle-ci tu n’a pas besoin de dénigrer ou rabaisser l’an foi des autres.


    • #1964414

      C’est majoritairement faux. La majorité des écrits antiques ont été préservés par les moines copistes. L’apport des musulmans a été plus minime et bien plus tardif. (tout était déjà bien conservé dans les bibliothèques abbatiales)
      La plupart des traductions ont été réalisé directement du grec en latin par les byzantins, et en occident la transmission n’a jamais cessé dans les abbayes et lieux de vies chrétiens, et de façon très appuyé dès l’époque carolingienne.
      Les scriptorium se comptent par dizaines en Europe. Ils sont encore là. De plus, l’histoire du livre est passé par ces lieux, c’est impossible de le nier...
      Il y a le livre de Jacques Heers ou encore celui de Claire Colombi qui en disent plus à ce sujet.
      Alain Soral l’a confirmé dans sa dernière vidéo.


    • #1965235

      Joarc
      Vous êtes dans l’erreur.
      Les librairies des monastères ne comportaient que des ouvrages chrétiens, les ouvrages païens avaient été détruits.
      Juste un exemple parmi d’autre :
      On le comprend quand on étudie l’histoire de la logique et l’histoire des sciences.
      Il y avait 2 logiques à l’époque : l’ancienne (logica vetus) de 500 à 1200 et la nouvelle (logica nova) de 1200 à la renaissance.
      Aristote était l’autorité absolue dans ces 2 logiques et cette division reflète simplement la disponibilité de ses ouvrages.
      Avant 1200 les chrétiens n’étaient familiers qu’avec la traduction de Boethius de 2 livres de l’Organon (Categoriae et Deinterpretaione).
      Le reste vint après par les musulmans surtout le très important Analytica century.
      Toledo devint un centre de traduction.
      Par exemple le moine italien Gerad de Cremona passa pas moins de 40 ans en Espagne et il traduisit 87 livres de l’arabe.
      Ces traductions nombreuses concernaient surtout des livres de science.
      Les universités européennes mirent beaucoup de ces nouveaux livres dans leur curiculum. Cette redécouverte des livres grecque et surtout avec l’oeuvre d’Aristote changea à la fois les sciences et les humanités en Europe.
      La logique grecque fut traduite en arabe dés le VIII siècle et se mouvement s’accéléra au XIX après avoir traduit l’intégralité de l’Organon.
      Voir le livre de Rens Bod " A new history of the humanities"


    • #1965658

      @ Joarc

      Merci de rétablir la vérité. Il suffit d’ailleurs de sorti un peu de chez soi et d’aller discuter avec les responsables de ces monastères sur ces histoires et ne pas simplement lire l’histoire à travers les bouquin de fernand nathan.... pour découvrir toutes les betises dites au sujet de l’Eglise sur ce thème.
      L’Eglise a préservé un nombre considérables d’écrits païens. Et les preuves sont encore là, dans les innombrables bibliothèques chrétiennes et scriptoriums à travers l’Europe, ou encore, à travers les différentes technologies employés à cette époque.

      Plus que ça, l’Eglise a été le trasmetteur numéro un comme l’affirme l’historien allemand protestant Friedrich Prinz ;

      "C’est un des paradoxes les plus étonnants de l’histoire mondiale de voir que ce sont précisément l’Église et ses monastères qui sont devenus les transmetteurs les plus importants également des textes de cette nature... (plus loin) De toute manière, on en est arrivé à une reprise avec intérêt de cet antique héritage très profane..."

      Sans parler du colossal travail de Jacques Heers que vous avez cité.
      Sur un ton plus général, il y a aussi l’excellent travail de la médiéviste Régine Pernoud qui démonte pas mal de bêtises sur le moyen-âge et l’Eglise.

      Le mythe (progressiste) de Al-Andalus (pour reprendre le titre du très bon livre de l’universitaire Serafin Fanjul) qui fait partie des contes de cette religion (et rien de plus) à la dent dure.

      Mais bon, dans une europe où 97% des étudiants sont persuadés qu Galilée a été soumis à la torture (!), et 30% brulé vif (selon une enquête du Conseil de l’Europe réalisée parmi les étudiants en sciences) la culture de la bêtise a encore de beaux jours devant elle.


    • #1965893

      #Joarc
      On appelle cela le déni.
      L’Eglise est malade, si elle veut se refaire une santé, il est temps qu’elle fasse sa propre psychanalyse et arrête de refouler les Démons qui là hantent.

      Le Paradoxe se résout facilement.
      C’est à la renaissance, pour lutter contre la réforme qu’eu lieu la contre réforme.
      Avec la création des Jésuites.
      La nouvelle stratégie fut l’éducation, éduquer au maximum dans la foie catholique, mais aussi dans les autres savoirs, lire, écrire, compter, mathématique...
      Le plan était que des gens bien éduqués n’iraient par rejoindre les protestants.
      C’est donc à partir de la renaissance ou les bibliothèques des monastères se sont remplies d’ouvrages païens fraichement traduits en plus de ceux chrétiens déjà là.
      Si le savoir grec avait été disponible pourquoi la re-naissance ?

      Mais l’enseignement des Jésuites était contrôlé.
      Avez-vous entendu parler des infinitudes, ce nouveau concept mathématique découvert au XVII siècle ? Il fut la base de calcul différentiel et intégral et des mathématiques expérimentales et inductives.
      Les jésuites s’y sont opposés de manière farouche entre 1600 et 1650. L’Église y voyait un danger pour ses dogmes. Tout ceci est très bien documenté avec les ordonnances papales, etc. Pendant 50 ans ou plus, l’ Église catholique s’est opposée à la science. Ce fut la ruine de l’Italie, qui cessa d’être le pays phare en Europe. Le flambeau fut repris par les Anglo-saxons puis les Français.

      Il faut arrêter avec ce fanatisme, accepter les erreurs sinon il est impossible d’aller de l’avant.
      En 2018 il n’est plus possible de cacher les choses.


    • #1966510

      Jay

      a la lecture de plusieurs de vos messages vous confondez chretien et catholique, interressez vous a l’histoire chretienne véritable et notamment celle d’orient (orthodoxe) et comprenez que le spirituel ne peux et ne pourra jamais se taire devant le matériel, être chrétien ce n’est pas adhérer à un système de pensée mais c’est une manière d’être, une réalité qui se vie au quotidien et qui spiritualise l’être et la matière au fur et mesure que l’on approfondie sa connaissance sur Dieu avec l’aide du Saint Esprit, d’epectase en epectase comme le dis si bien Grégoire de Nysse.

      je suis désolé de devoir vous dire que vous êtes dans l’erreur lorsque vous dite que les Chretiens doivent rester "cool" car d’autre on le droit de pensées différemment, que faite vous a ER si ce n’est justement combattre le mensonge ER l’injustice que d’autres essayent de dissiper dans le monde, un Chretien peut il se taire devant cela non ! Il y a qu’une vérité et notre devoir et de le dire peux importe si tu trouves cela intégriste ou fermer d’esprit : la vérité de se négocie pas et le Christ est recussité !!


    • #1966790

      Merci Thomas, vous confirmez ce que je pense du Christianisme.
      L’impossibilité de penser différemment. Et si l’on pense différemment on est des hypocrites, des infidèles, des païens, des incroyants, des polythéistes, que sais je encore.Tous doivent être combattu avec force, par devoir, sans négociation, au nom de la SEULE VERITE chrétienne. Par tous les moyens ?


    • #1968032

      Bonsoir Jay, je vous sent vindicatif envers la religion et je m’attriste pour cela !

      je pense que vous tombez dans la caricature car le christianisme véritable n’a jamais rien combattue par la force (se dire chrétien ne veux pas dire être chrétien) au contraire il a toujours subie et subie encore (la vie du Christ, des apôtres, des saints, des martyrs depuis 2000 ans le témoigne encore !!!), les dérives de quelques uns (par manœuvre politiques ou ambition personnelles) masquent malheureusement le témoignages vivants des nombreux autres !

      Vous vous trompez profondément lorsque vous pensez qu’un chrétien ne peux penser différemment, c’est faux, il ne peux simplement pas se trahir soi même. Vous avez donc totalement raison de souligner que nous nous opposons par devoir, sans négociation au nom de la vérité, car il n’y a qu’une vérité par essence et cette dernière a été révélé par le Christ que vous l’acceptiez ou pas. Si vous pensez différemment vous êtes dans l’illusion ! Si vous voyez quelqu’un en montagne prendre un chemin facile qui se jette dans un précipice vous allez bien sure lui indiquer le difficile qui arrive au sommet ! Si la personne refuse de vous écouter vous allez lui en dissuader de plus en plus car vous savez qu’elle se dirige vers une mort certaine, malheureusement cette personne peux également se braquer de plus en plus...Le phénomène est le même, l’allégorie de la caverne quand tu nous tiens.

      Alors il est vrai que tous les chrétiens ne sont pas tous saints,le plus souvent nous manquons de discernements, en tant qu’homme nous sommes pleins de défaut, mais un véritable chrétien ne peux que avoir de la compassion car il aime les hommes et rejette seulement le péché.

      J’aimerais tellement pouvoir vous montrer toutes ces vérités, pouvoir vous convaincre que Dieu est la présent, malheureusement Il veux que nous restions libre et ne nous forcera jamais par des manifestations grandioses, Il œuvre toujours en secret dans les choses les plus infimes, regardez il est venu parmi nous sous l’apparence d’un nourrisson n’est ce pas extraordinaire : le créateur de l’univers est venu sous l’apparence la plus vulnérable qu’il soit, un bébé ! Mais tant que vous n’êtes pas prêt à lui ouvrir votre cœur, personne ne peux rien pour vous, même pas vous même !!

      A qu’elle tristesse de vous savoir loin de ces réalités, toutes les occasions offertes de grandir spirituellement , s’il vous plait de vous braquez pas et pardonnez nous notre maladresse !


  • #1960573

    Très juste.
    Et pourtant, le Christianisme a produit une civilisation et des valeurs honorables.
    Malgré l’ombre décrite dans cette présentation du drame de Nicée et ses conséquences, combien de lumière christique pour notre continent ?
    Lisez : "Les Saints au Moyen-Age" le sublime ouvrage de Régine Pernoud.

     

    • #1960887

      La parole de Dieux a été préservée, ou plutôt était, préservée. C’est le média qui était corrompue et qui souhaitait s’en approprier l’exclusivité alors que le message du Seigneur se veut justement universel. C’est quand même un comble.

      D’ailleurs, et avant d’avoir eu connaissance de ces faits, j’ai toujours trouvé ridicule toutes ces cérémonies destinées à complexifier un message qui se veut à la porté du plus simple esprit. De même que l’interprétation au second, au troisième ou au quatrième degré du nouveau testament.

      Je trouve néanmoins que les églises sont des lieux exceptionnels où l’on ressent le sacré. Mais je pense qu’il s’agit simplement de l’imprégnation du temps et des dizaines de milliers d’âmes qui sont venus y communier.

      Ainsi certains hommes d’église pourrissent deux fois le message du Christ. Une première fois en acceptant tous les dogmes du mondialisme et une seconde en accueillant en son sein des pédophiles et autres tordus en tout genre.

      Personnellement je me sens comme un brebis égarée. Si j’adhère largement au message du Christ dans ma chair, je ne puis accepter ce que me propose le pape. Pourtant j’aime aller dans une église, sentir son parfum, son âme, sa présence, sa force.

      Je me sens perdu dans ce monde, j’ai l’impression que plus rien n’a du sens. Il n’y a personne pour répondre à ces question métaphysique. Quand on discute avec un personne d’église, on parle à un mur, à un type totalement enfermé dans son dogme car en réalité il n’a aucune réponse à mes questions.


    • #1960980

      Civilisation honorable ? J’en doute fort.
      On est juste des barbares cachés par un super avancement technologique.
      Et en plus ce cache a été développé malgré la religion.
      La mentalité n’a jamais changé dans le fond, juste la forme.
      Désir de dominer l’autre, de le convertir, de le rendre esclave.
      Désir impérialiste sans limites avec l’aval de la religion pour avoir la conscience tranquille.
      Désir de détruire tous les autres qui sont différents.,c’est le complexe de l’anxiété de la différence.
      Il suffit d’étudier un peu l’expansion de notre civilisation honorable vers l’Ouest ( Les Amériques ) et vers l’Est ( l’Asie).
      Je ne parle même pas de tout ce qui se passe en Europe, au sein même de notre civilisation.


  • #1960588

    Une analyse typiquement protestante.

    Les prétendues vérités ponctuelles de cette vidéo importent peu. Le passage où il est question de critiquer que le culte ne se fasse plus à la maison (paléo-christianisme) mais qu’il soit contrôlé par l’église naissante (avec les cierges, les encens, les rites, les tenues sacerdotales réglementées etc.), ce passage est même ridicule. Car c’est comme ça et uniquement comme ça qu’on peut matérialiser (rendre réel) un grand projet civilisationnel. De toutes les épopées humaines, l’Église a peut-être été et est peut-être encore la plus grandes de toutes.

    "La grande politique", dans la bouche de Nietzsche, cela peut se référer à Alexandre le Grand, à Rome ou à Napoléon... ou aussi à Hitler (selon d’autres) mais indéniablement et surtout à l’Église, qui n’est rien d’autre que deux continuités dans le temps : la continuité de Rome pour ce qui est du pouvoir politique et du droit canonique, et la continuité du Christ pour ce qui est de la spiritualité et de la théologie.

    Après, braquer une lunette sur les "trahisons de l’Église" cela est vraiment d’une navrante puérilité. Le projet du Christ, une fois concrétisé dans le réel, ne pouvait pas être parfait car mené par des êtres imparfaits, des hommes ("mon royaume n’est pas de ce monde"). Et pourtant j’adhère pleinement à la critique adressée aux évolutions récentes (le ralliement... ou Vatican II) mais dans l’ensemble, parfaite ou imparfaite, c’est cette institution d’Europe (et nulle autre) qui nous a constitués. Sans la sauver elle, nous ne pourrons pas nous sauver nous.

    Je réponds donc à Nietzsche : la grande politique à venir passera désormais par la réhabilitation de l’Église et par l’oubli de toutes vos conneries philosémites, herr Nietzsche.

    Je réponds aussi à l’auteur de cette vidéo : désolé mais je ne suis pas convaincu. Nos pires ennemis nous asservissent maintenant mais avant 1790 ils étaient dans des ghettos et justement grâce à l’institution que vous critiquez si durement. Ils y retourneront à coup de bâtons s’il le faut, mais il faudra d’abord restaurer le grand projet civilisationnel que vous n’avez pas l’air d’avoir compris.

    Le retour à la grande politique se fera donc, qu’on le veuille ou pas, en remettant à nouveau l’Église à la place qui est réellement la sienne, à Rome, et sur le trône réel du Christ. Ben tiens, Rome... justement... c’est pas un joli lieu pour un gouvernement mondial ? :)

     

    • #1960671

      assez d’accord avec vous, pélagie


    • #1960763

      Rome... justement... c’est pas un joli lieu pour un gouvernement mondial ?



      et non, pas plus que Jérusalem. ou la mecque.
      c’est le principe même de gouvernement mondial qui est à vomir.
      Trois religions "révélées" qui prétendent gouverner le monde, trois religions, très très jeunes dans l’histoire de l’humanité, qui se prétendent universelles et qui prétendent éradiquer toutes les religions antérieures.
      Pour en revenir au christianisme primitif, peut être aurait on pu plus intelligemment suivre la voie de Marcion et laisser l’élection des évêques par les croyants.
      la seule religion fondée sur l’amour de l’autre qui remplace l’amour de l’autre par la domination de l’autre (le pouvoir) sous Constantin.
      Alors que toutes les religions traditionnelles sont fondées sur l’harmonie qui est a-historique, les trois religions du livre sont historiques car messianiques.
      Or l’histoire n’est que le déroulé dans le temps des luttes pour le pouvoir car TOUT POUVOIR IMPLIQUE LA DIVISION (le contraire du message du christ qui est union : l’ ekklesia)
      Une religion qui se prétendrait universelle devrait au minimum se prétendre a-historique et donc éloignée de toute politique soit une religion purement spirituelle.


    • #1960824
      le 08/05/2018 par Francois Desvignes
      Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

      @ Pelagia

      Merci

      Dieu qui ne se trompe jamais ne peut nous tromper et donc l’Église qu’il fonda sur Pierre existera jusqu’à la consommation des siècles.

      Ce n’est pas parce qu’elle est éclipsée selon la formule de la Salette, que la Lumière du Monde ne brille pas et n’éclairera plus.

      Elle brille toujours et éclairera jusqu’aux extrémités de la terre pendant que d’autres s’occuperont de repasser leurs tabliers dans leurs sous-sols.

      @Paramesh

      On ne reproche pas au gouvernement mondial d’ambitionner d’être mondial.

      On lui reproche :

      - de contrefaire l’Eglise universelle (catholique) en la circonvenant et en la singeant et ce faisant de faire une OPA sur la Maison de Dieu

      - de s’arroger une qualité qui n’appartient qu’à Dieu d’être seul Dieu Créateur, seul Prêtre Souverain, Seul Rédempteur de l’Humanité, et en ces qualités d’avoir seul reçu et mérité la triple Couronne, Souverain Dieu, Souverain Prêtre, Souverain Roi. Et d’être donc seul à cumuler SOUVERAINEMENT les trois Etats, DIeu, Prêtre et Roi des rois, depuis toujours et à jamais.

      Aussi est-Il Seul César Souverain, et Seul Prêtre Souverain, pour être seul Dieu Créateur.

      Seul Lui est Roi universel des rois temporels, et Seul Prêtre parfait devant Son Père depuis le Commencement des Temps.

      Le N.O.M. blasphème donc quand du haut de son pouvoir collectif et occulte il revendique d’être à la fois seul Roi et seul Prêtre, uniques et universels, Qualités qui n’appartiennent qu’au Christ.

      Mais c’est pour son blasphème qu’il faut le condamner par pour son ambition universelle.

      Car s’ils reconnaissaient la Divinité Christ, au lieu d’être l’assemblée des Gargamels complotant contre nos vies par haine de Dieu, ils seraient marchands de cerises au marché municipal et tout irait très bien : Dieu nous gouvernant du Ciel.

      L’instrument du malheur du Monde, c’est eux.


    • #1960923

      paramesh, je vous réponds :

      "Rome... justement... c’est pas un joli lieu pour un gouvernement mondial ?"

      Cette phrase avait besoin d’un minimum d’intelligence pour être comprise. Il ne fallait pas la prendre à la lettre car elle est avant tout une ironie, un clin d’œil se référant à Jacques Attali, qui a dit "même si on peut imaginer, rêver, d’un Jérusalem devenant capitale de la planète qui sera un jour organisé autour d’un gouvernement mondial, c’est un joli lieu pour un gouvernement mondial". Attali est dans son camp (c’est de bonne guerre) mais son camp n’est pas le notre. Le notre patauge dans la boue alors que le sien est une puissance matérielle qui agit réellement pour aboutir à une unité mondiale... tout en marquant des points sans arrêt. Peu importe que cette unité mondiale soit en elle-même souhaitable ou pas, peu importe qu’elle soit matériellement possible ou pas, avec une capitale à Jérusalem, Rome, Buenos Aires ou Tombouctou.. on s’en fout. Le projet "Jérusalem capitale mondiale", lui, EST RÉEL. Ils y croient parce qu’ils existent depuis 5000 ans et que depuis 1948 ils entrevoient des signes selon lesquels les conditions de possibilité se sont enfin réunies. Le premier tour du monde a été accompli par bateau en 1522 et beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis. Le monde n’est plus une étendue plate et infinie que l’on pourra toujours explorer en suivant les troupeaux de mammouths nourriciers. Nous, humains, avons compris que nous sommes sur une planète, et cette planète est un cul de sac dont on ne peut pas sortir (le reste c’est de la science-fiction). Les Kikuyus, les Cheyennes ou les Kanaks n’ont pas pu échapper en s’installant sur la planète Mars. Ils sont gouvernés d’une main de fer sur leurs propres territoires ancestraux par quelque chose d’autre qu’eux-mêmes. Et nous aussi, ici en France. Tout simplement parce que les sphères de domination ne sont ni des tribus qui chassent le mammouth sans savoir ce qu’il y a derrière les montagnes à l’horizon, ni des états-nations à la Charles de Gaulle. La planète est désormais partagée entre trois ou quatre espaces géopolitiques qui sont en réalité de très puissants réseaux financiers dont la source motrice est strictement de nature soit religieuse, soit intelectuelle.

      Ça s’est mis en place petit à petit depuis le Néolithique et l’humanité, finalement, est en train de tendre à l’unité, qu’on le veuille ou pas.

      Je conclue : RIEN n’est a-historique, et surtout pas les religions.


    • #1960924


      prétendent éradiquer toutes les religions antérieures.




      Ça n’est pas du tout l’Islam. Les quatre Khalif bien guidés sont bien guidés contrairement à ceux qui suivirent ?

      Les musulmans ont au moins la notion que l’extension d’un territoire sous prétexte d’une extension d’une influence, malheuresement s’est parfois fait sous l’emprise de gouverneurs à la recherche de biens terrestres plutôt que servir le bien... Les musulmans ne refusent pas les biens terrestres mais ça n’est pas sensé être un but, c’est juste un moyen.

      Il y a une nécessaire compétition entre les religions, compétition pour faire le bien. Pourquoi, une religion prétendant être une autoroute tout confort vers la vie éternelle devrait elle avoir peur dès chemins de traverses rocailleux, de routes impraticables ou de véritables cul-de-sac ?

      La vérité est de toute façon multiple car Dieu lève le voile sur certaines vérités et pas d’autreschacun sera juger par rapport aux révélations qu’il aura reçu et accueils en son fort intérieur. C’est pour ça que l’on se doit un respect mutuel en sachant qu’on est bien incapable de connaître ce que recèle les cœurs des uns et des autres ni les intentions de Dieu à notre égard.


    • #1960949
      le 08/05/2018 par ilFilosofodelCorpo
      Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

      Une réaction typiquement catholique c a d toujours dans la pensée binaire de base, les oetestands sont les méchants et nous les gentils.

      Comment prendre au sérieux un concile qui a été voulu à des fins politiques de conservation du pouvoir et de contrôle des peuples ?

      La séparation spirituel temporel n a jamais existé même chez Jésus, un acte de foi étant un acte politique. C’est que le temporel ne doit pas prendre le pas sur la spirituel et tout conditionner. Il doit être en relation dialectique avec le spirituel, ce que l Église catholique a oublie, par tous ses dogmes qui n ont aucune racine dans la Bible. Jésus n a jamais bâti son église sur l apôtre Pierre, il a juste signifié que son église sera solide comme un roc, a l image de Pierre qui avait une constitution physique solide. Le terme petra en grec est cette idée de grande solidité.

      Et évidemment que les hommes ont besoin d organisation politiques. Ils peuvent aussi avoir la foi en même temps. Quel truisme ! Cette séparation n est pas la réponse aux dérives du catholicisme, la vraie réponse est que notre incarnation, c a d le temporel soit à sa juste place. La vidéo voulait dire que c tres facile de retoirner un homme, le pape inclus, en lui donnant des terres où il a un grand pouvoir, afin qu’ il s y attache plus qu’ à sa foi. Acheter ainsi un homme, cela s appelle de la corruption, en bon francais.


    • #1961335

      @Paramesh
      Tout à fait.
      Les religions abrahmiques sont dîtes historico-centrées.
      On enlève les histoires et il ne reste pratiquement plus rien.
      Tout repose sur l’histoire d’un prophète ou d’un fils et de sa vie.
      Le problème c’est que cela éloigne la prise de conscience interne (spirituelle) et la tourne vers l’extérieur.
      Cela devient finalement qu’une forme de matérialisme caché et un culte de l’Ego.
      Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre d’étudier les descriptions du Paradis (le but) pour se rendre compte que cela ressemble en tout point à ce monde, mais sans les obstacles à la gratification des sens.


    • #1961381

      @ François Devignes et Pelagia,
      vos deux réponses sont la parfaite illustration de ce que j’avance, le catholicisme (le protestantisme itou) est un universalisme conquérant (et les missionnaires continuent encore aujourd’hui leur oeuvre de mort pour les autres cultures, au nom de Jésus, mais grâce à une technologie et un progrès totalement matérialistes et bien sûr un paquet de pognon.
      Je les vois agir en Inde et en Asie du sud est et constate leur responsabilité dans la mort des cultures tribales (particulièrement à Bornéo et en Nouvelle Guinée. le second problème est que le christianisme se répand en parfaite symbiose avec le capitalisme le colonialisme et les "valeurs occidentales",
      il se répand car il a du pouvoir, pas parce qu’il est meilleur. sans canonnières pas de chrétiens ni en Chine ni au Japon. Thailande jamais colonisée 0,7% de chrétiens, Vietnam colonisé : 8% de chrétiens, Inde colonisée 2% mais l’islam était passé avant, ils avaient déjà donné (17%)
      . et le plus drôle c’est qu’on nous vend çà comme un progrès (l’histoire)
      la croix la démocratie, la télé et le vaccin. on est bien loin du message du christ.
      maintenant que l’europe est colonisée par l’islam, peut être comprendrez vous enfin que chaque culture a besoin de sa propre religion, sinon c’est le totalitarisme universaliste de celui qui est le plus fort économiquement,démographiquement ou militairement et çà c’est pas un progrès


    • #1961442

      "Je les vois agir en Inde et en Asie du sud est et constate leur responsabilité dans la mort des cultures tribales "
      Juste un petit commentaire :
      On le voit particulièrement en Chine et en Indochine ou le passage des missionnaires chrétiens français et anglais fanatiques, a détruit les racines bouddhistes et confucéennes. Ajoutons a cela l’exploitation de ces peuples économiquement et le racisme, le tout avec encore l’aval du christianisme d’amour et nous arrivons a un vacuum civilisationnel qui s’est vite rempli par le communisme nationaliste et anti capitaliste occidental, créant encore toute sorte de problèmes.

      Cette vague de missionnaires tant catholiques que protestants existe encore en Inde du Sud et du Nord Est, créant des mouvements politiques sécessionnistes et parfois même terroristes, risquant à la longue de faire encore des bains de sang comme lors de la sécession du Pakistan ou du Bangladesh.


    • #1963494


      Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre d’étudier les descriptions du Paradis (le but) pour se rendre compte que cela ressemble en tout point à ce monde, mais sans les obstacles à la gratification des sens.




      Vous n’y êtes pas du tout... Le but des épreuves sur terre est en aucun cas le paradis ! Celui-ci n’est qu’une récompense, voir la cause direct de l’acquis d’un savoir. Il est souvent fait référence à la possibilité ou pas de voir la face de Dieu, d’être préventis ne serais que sentir l’odeur du paradis... Sachez qu’il y a plusieurs étages au paradis et en enfer... Que les meilleurs seront avec les prophètes à la droite de Dieu... Comprenez vous les métaphores ?!...

      Effectivement, on en appel à nos sens... Pourtant le Qur’an dit que rien ne ressemble à Dieu... Vous faites du littéralisme d’un texte religieux alors que c’est exactement ce que prône le wahhabisme qui attribue des formes humaines à Dieu (un pied, une main, un trône pour s’assoir). Les savants musulmans ont dénoncés cet anthropomorphisme et statué que loin d’avoir des membres humains, selon l’avis de certains il s’agit de ne pas nier la possibilité d’une matérialisation (on ne saurait comment), vu que pour Dieu tout est possible.

      Cependant, les wahhabites s’appuient sur Ibn Tamiya pour basculer dans l’antromorphisme.

      Il est très clair dans la tradition que les descriptions du paradis ne sont qu’une aide symbolique pour décrire, ce qui est indescriptible...

      Bien évidemment vous pensez aux vierges (unique) éternellement (continuel) vierges et aux plaisirs de l’ivresse du vin. Qui niera que le vin et surtout l’orgasme permet d’accéder à des plaisirs « extra-terrestres », comme un avant-goût d’un au-delà (de nos réalités terrestres) ?

      Nous savons également que l’or et l’argent malgré leur matérialité ont toujours une valeur désirable dans l’au-delà, sûrement dû au fait qu’ils ont été conçu comme monnaie d’échange ou d’étalon ici-bas. Le pétro-dollar américano-saoudien n’en devient qu’encore plus maléfique !!!

      ...L’Islam est très clair... comment expliquer l’inexplicable, si ça n’est en comparant avec ce qui est connus dans notre expérience terrestre.


    • #1964135

      Peter
      Si le but n’est pas la récompense du paradis, quel est t il ?
      Si ce paradis a des plaisirs indescriptibles, cela ressemble encore plus à un chèque en bois.


    • #1964525

      Le but de notre passage sur terre est l’épreuve et donc l’instruction.. comme je l’ai dit : plusieurs étages au paradis.. et donc différents niveaux de réussite...

      La connaissance de Dieu est effectivement la pleine satisfaction... et l’échec serait de ne pas s’approcher de Sa Majesté. Tout est une question de connaissance. Il suffit de lire le Qur’an : c’est un thème central...

      Vous êtes matérialiste, alors évidemment pour vous il s’agit d’un chèque en bois ?
      Vous confondez but et récompense... ce qui est typique pour un occidental moderne déchristianisé. En réalité, si vous étiez un brin objectif il s’agit bien d’un chèque en blanc... car tout ce que l’on peut souhaiter ardemment en tant qu’être humain sur terre n’est absolument rien comparé au ravissement d’être en compagnie de Dieu...

      En tout cas... si vous avez mieux comme plaisir sur terre que faire l’amour à une femme de toute beauté qui vous est toute dévouée et dont l’orgasme partagé sera incessant (et le plaisir tjrs renouvelé comme pour la première fois) : faites le nous savoir ? L’héroïne ou la coke peut-être ? Le saut en parachute ? Le meurtre rituel d’enfants, sûrement pas ?

      Je crois au contraire qu’une description allégorique (et à la fois littérale..) de ce que pourrait être la béatitude au paradis par l’utilisation de ce qui est bien connus (et le plus apprécier) de nos sens : c’est bien ce qu’il y a de plus efficace.

      Le message révélé à des hommes instruits et fins poètes, tout comme à des bédouins peu raffinés, se communique toujours aussi bien aujourd’hui ?..

      Le problème avec vous Jay, c’est sûrement que vous n’avez jamais lu de poésie et de ce fait vous êtes perméable à la prose quoranique concernant l’au-delà ? Peu importe si vous ne comprenez pas l’arabe et n’êtes pas sensible à l’art de la poésie, les exégèses musulmans ont fait le boulot. Vous ne pourrez dès lors, plus prétendre ne pas savoir de quoi cela relève ?

      Un petit aperçu :
      https://www.alajami.fr/index.php/20...
      Rejouissez vous sur les forums d’ER vous augmentez votre niveau de compréhension. D’ailleurs ont y gagneraient si vous nous parliez plus d’hindouisme ? En sanscrit, le prénom indien Jay signifie « victorieux » je crois. Votre pseudo, c’est "Victor" ?

      Cordialement


    • #1964775

      Peter
      "Le but des épreuves sur terre est en aucun cas le paradis"
      "Le but de notre passage sur terre est l’épreuve"

      La question demeure qu’elle est le but des épreuves.

      Peter, vous êtes libre de choisir l’Islam. Cela ne me dérange pas.
      Ce qui me dérange c’est l’impérialisme religieux, vous voyez ce que je veux dire.

      Restons sur l’échange d’idée, et ne cherchez pas à deviner qui est derrière le pseudo pour le descendre (quand on a plus d’arguments) comme c’est souvent le cas dans les forums.


    • #1965244

      Le but de l’épreuve d’un examen c’est bien pour vérifier que vous avez acquis un savoir, c’est même souvent l’épreuve (la réussite ou l’échec) qui permet d’en tirer des leçons. C’est par nos œuvres que nous accédons à la vie prochaine... par notre savoir que nous embarqueront...

      « Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’ est Lui le Puissant, le Pardonneur. » (Coran, 67 : 2)

      « J’ai préparé pour mes serviteurs vertueux ce qu’aucun œil n’a jamais vu, ni aucune oreille n’a jamais entendu, ni aucune personne peut concevoir » (Rapporté par Moslim, Al Boukhari).

      Votre question en réalité n’est pas de savoir pourquoi le paradis à été créer mais pourquoi l’Homme a été créer... Car la récompense n’est rien par rapport à l’existence du récompensé. L’Homme a été créer pour pouvoir reconnaître l’existence de Son Créateur et implicitement l’Adorer...

      Seul le Quran peut nous renseigner sur la finalité, encore faut-il ne pas être influencé par un vocabulaire fortement teinté de tradition judéo-chrétienne...
      https://www.alajami.fr/index.php/20...


  • #1960612

    Je ne sais pas si cela va apporter de l’eau au moulin, mais bon, sait-on jamais. Je trouve que dans sa chronologie, il oublie un élément :
    - + 325 : Concile de Nicée
    - + 610 : "Apparition" de l’Islam
    - + 754 : États Pontificaux

    Je pense que c’est important car visiblement Chrétiens et Musulmans ont un point commun (au passage, merci Pierre Jovanovic) :
    - C’est l’archange Gabriel qui a annoncé à Marie la venue de Jésus.
    - C’est l’archange Gabriel (Djibril en arabe ?) qui a dicté le Coran à Mahomet

    La question que je me pose donc c’est : Au vu de ce lien, l’Église aurait-elle failli/dévié/dérapé au point que Dieu/Allah veuille rectifier le tir avec l’Islam 600 ans plus tard ?

    PS : Je précise que mes connaissances en la matière sont limitées (erronées ?)

     

    • #1960895

      La vérité est que le coran appartient à tous les croyants du monde.
      Il y a la vie de tous les. Prophètes, etcc.
      Le lessage de dieu est apparu a travers les prophètes car, le monde était barbare.

      Jesus, Mahomet et tant d autres ont permis de transmettre le message de dieu.
      Et celuo ci ce trouve dans le coran,intact, inchangé.

      Donc quand on insulte les musulmans, on insulte tous les croyants du monde.


    • #1960908

      Salut jalon

      Il y a cette lettre et ces circonstances à connaître pour le questionnement que tu évoques à juste titre :

      https://www.google.fr/amp/s/histoir...


    • #1960927

      En effet la question se pose. Une chose à e te omise dans cette vidéo c’est qu’il restait un courant de pensée lors du concile de nicee qui considérait Jésus comme prophète il me semble. Une chose est sûre c’est que toutes les religieux de toutes les religions ont modifié le réel message de Dieu, message d’amour et de modestie.


    • #1960973
      le 08/05/2018 par JackSuperFly
      Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

      Effectivement, il est probable qu’il ait eu "redressement local" dans la marche descendante du cycle. Le Christianisme est aussi un de ces redressements ; ils tendent à ramener le cours vers la centralité, avant de dévier à leur tour en se fragmentant d’avantage.


    • #1961142

      Pour répondre à votre question par l’Islam et donc le dernier livre révèlé du Dieu des monothéistes , il y a bien cet mise en garde au sujet du dogme post concile de Nicée au sujet du Messie fils de Marie,
      Et cela dans une période où les chrétiens se divisent sans parvenir à se mettre d’accord entre dogme trinitaire Nicéen et dogme du Dieu Unique des Nestoriens se revendiquant véritables représentants des premiers Chrétiens "Nazaréens"

      - Ô Familiers de l’Écriture, n’exagérez pas dans le Culte dûe, et ne dites au sujet d’ Allah (Le Dieu) que la Vérité.
      Vraiment, ce qu’est le Messie Jésus le Fils de Marie : Le Messager d’Allah et Sa Parole projetée en Marie, et Esprit procédant de Lui.
      Mettez alors, par Allah et Ses Messagers, en œuvre le Dépôt confié !
      Et ne dites pas "Trois" !
      Que vous vous absteniez est meilleur pour vous !
      En vérité, ce qu’est Allah : Un Dieu adoré Unique
      Immersion insondable en Lui : Il n’a nul besoin de progéniture ! Pour lui ce qui est dans les cieux et sur la terre.
      Il suffit à Allah d’en être Le Garant. Quran 4.171 ( Sourate Les femmes)


  • #1960616

    Cette intervention mérite un débat avec des catholiques sérieux je veux dire de tradition comme : CSSPX

    Je note à mon humble niveau, des raccourcis grossiers comme passer de Charlemagne à Napoléon 1ER, qui ce dernier, tenait en respect le pape et voulait par orgueil se couronner lui-même pour montrer sa toute puissance franc-maçonne...La dérive actuelle de l’église est toute révélée dans Vatican II ,concile pastoral piloté par le B’nai Brith (franc-maconnerie juive talmudo-sioniste) : lire utilement sur Vatican II "ils l’ont découronné" de Mgr Lefebvre 1988 et Les juifs et Vatican II" de Léon de Poncins. Concernant M.Henri Guillemin, il m’a beaucoup apporté par ses conférences sur le mouvement de 1789, Napoléon, Robespierre et la Commune, mais il est connu pour ne jamais parler des juifs talmudo-sionistes ni de leurs serviteurs les francs-maçons. Son dernier livre "l’affaire Jesus", montre son peu de foi, c’est sans doute pour cela qu’il a préféré être enterré en Suisse plutot qu’en Bourgogne, terre bénie de France par Notre Seigneur Jesus Christ. Aussi il n’est pas possible de tout jeter ainsi, les papes avant 1960 ont majoritairement bien tenu le siège de Vicaire du Christ et dénoncé les idées fausses comme le modernisme (voir encycliques Sylllabus 1864 et Pascendi 1907). Pour conclure j’affirme que ce chemin unique que le Christ indique à Thomas EST CELUI que le pouvoir mondialiste kabbalisto-sioniste ne cesse de combattre et veut interdire par l’indifférentisme religieux (entre autres...). 18 siècles de Catholicisme ont porté de bons fruits et l’on voit clairement le résultat depuis la révolution dite française (230 ans), c’est le retour de tyrannie et de la barbarie. Alors oui le règne social de Notre seigneur Jesus Christ est le seul qui, adossé à un pouvoir politique croyant, peut donner un monde harmonieux dans la diversité.

     

    • #1960937

      Merci de votre commentaire, "XC".

      Cela dit, je crois que vous avez commis une petite faute de frappe en tapant "CSSPX" au lieu de "FSSPX"... je me trompe ?


  • #1960645

    intéressant, mais probablement un peu court. Et surtout assez partial/partiel.
    Voici les sources trouvées sous la vidéo
    Sources et citations :
    Henri Guillemin - Malheureuse Eglise
    Étienne Trocmé - Le christianisme des origines au Concile de Nicée
    Voltaire - Correspondances
    Citation des évangiles.
    _C court... et Voltaire ?!?
    Bref, le concile de Nicée mériterait certainement une analyse plus approfondie. Les orientations théologiques et organisationnelles, etc.(partie 2 et 3 de la vidéo ?)
    Et surtout plus nuancée... Les plus, les moins.
    Par exemple, en quoi cela a préparé l’Eglise à affronter l’effondrement de l’Empire romain ? Ou encore, quel impact de Nicée sur les origines de l’histoire de France (Clovis, etc)... Ces 2 évènements étant concomitants et arrivant environ 150 ans plus tard (j’ai pas vérifié les dates exactes).
    Bref Nicée a-t-il eu un impact sur le rôle majeur de l’Eglise au moyen-âge ? Et si oui, lequel ? Pourquoi ?

     

  • #1960652

    Tout à fait autre chose... je n’ai pas senti d’attachement à l’Eglise ou du Christ pour le coup, chez cet intervenant. Ne parlons pas d’amour...
    bref, c’est un point de vue qui se veut informé (les sources sont vraiment maigres pour le coup) sur l’histoire du christianisme.
    le point intéressant : la présence de Constantin, l’absence du pape de l’époque au Concile de Nicée.
    Bref, merci pour le partage, cela aura été l’occasion de se remémorer quelques dates de notre histoire.


  • #1960675

    Le christ a dit : « Mon royaume n’est pas de ce monde. »
    Quand les gens parlent de la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel, ce n’est plus la même chose, ici il s’agit d’un marchandage de ce monde. Le christ est la vérité ! Point barre. Pas de marchandage.

     

    • #1960859

      La séparation du pouvoir spirituel et temporel est la conséquence d’un phénomène métaphysique : les cycles du temps et de l’espace. L’éter étant l’élément antérieur dans la manifestation / non-manifestation de l’apparition de ce monde.
      En Inde, ce monde se déploie en quatre yuga : l’âge d’or/ Satya Yuga (qui corespond au paradesha / le paradis), il n’y qu’une seule caste ou pas de caste ; puis vient l’âge d’argent/Treta Yuga avec la dominance de la caste : religieux / moine / maître spirituel, ils commandent la société ; après vient l’âge de bronze/ Dvarapa Yuga où les guerriers commandent après s’être révolté contre la première caste ; puis vient l’âge de fer/ Kali Yuga, l’âge des conflits, de l’ignorance, commandé par les marchands, les voleurs. Ce dernier Yuga commence plus ou moins en 3102 av JC et termine plus ou moins à notre époque, la date précise dépend de la taille de notre bêtise. Contrairement à ce que raconte les gens du new-age, il n’y aura pas beaucoup de survivants. Les survivants vont monter au ciel (comme le prophète Isai, la vierge Marie, le Christ). Et après un nettoyage de ce monde, un nouveau cycle va démarrer, avec un Adam.
      Les gens du New-Age ont corrompu la transmission du message en orient comme ceux qui ont fait la même chose avec le message du Christ en Occident.
      La distinction du pouvoir temporel et spirituel n’est pas une séparation, mais c’est un phénomène qui est plus complexe qu’il en a l’air. Notre ignorance fait partie d’une autre ignorance plus grande, comme à l’inverse notre connaissance n’a pas d’autre origine que la connaissance de Dieu.


  • #1960759

    Qui est l’auteur de cette vidéo ?
    On a souvent bien des surprises comme pour Asselineau...
    l’UPR a désormais sa " fraternelle " maçonnique
    Dans le jargon maçonnique, une " fraternelle " est un groupe réunissant les initiés de différentes obédiences. L’ Union populaire républicaine de François Asselineau, candidat souverainiste ...
    http://www.contre-info.com/lupr-a-d...


  • #1960790

    Ne soyez pas dupe de ces séduisantes escroqueries. La séparation du temporel et du spirituel n’a jamais existé dans les sociétés traditionnelles, c’est un concept luciférien. Par exemple chez les Celtes le spirituel et le temporel était intimement liés. Le pouvoir était le résultat de la dialectique entre les pouvoirs temporel et spirituel, le roi étant soumis à l’autorité spirituel du druide (dans l’idéal, dans les faits il y a toujours eu des rivalités pouvant parfois se matérialiser dans des conflits aux conséquences plus ou moins dramatiques...)
    Un pouvoir temporel séparé du spirituel mène forcément à la barbarie moderne. Sans le spirituel il n’y a plus de garde-fou pour empêcher les abominations, le pouvoir temporel devient qu’un pur exercice de domination mécanique, froid, cynique, sans transcendance, dans l’immanence pure où seul compte la satisfaction des plus bas instincts (cupidité, volonté de domination...) D’ailleurs l’existence même des Droits de l’homme est une démonstration de cela. Cette déclaration est l’introduction d’un simulacre de spirituel dans un pouvoir laïcisé...
    Reléguer le spirituel à la sphère privée c’est tout simplement l’abolir, cela produit ce que l’on peut voir aujourd’hui, c’est à dire de "cathos" qui bien que capable de mobiliser des millions de personnes pour protester contre le mariage pour tous sont en définitive totalement impuissants et incapables d’arrêter l’inéluctablement avancée de la barbarie moderniste.

     

    • #1960892

      C’est exact pour Lucifer. Dans son "abrégé de démonologie" Jean Vaquié explique bien que le démon, étant pur esprit, déteste la matière et fait tout pour en dévier l’Homme. Meme si quelques arguments sur des déviances d’un certain clergé sont recevables, réduire la pratique de la Foi ainsi est un piège du Malin.


    • #1960985

      Le problème est que vous confondez le spirituel avec la morale, le bien et le mal, qui sont des notions en rapport avec le monde matériel dualiste.
      Le spirituel n’est ni bien ni mal, il est au delà.
      Tout ce que vous dîtes est juste, il faut seulement remplacer le mot spirituel par moral.


    • #1961007

      bien argumenté, je suis avec vous à 100%
      XC


  • #1960809
    le 08/05/2018 par Douve Opaque
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Se pourrait il que les élites juives aient eu une influence dans la conversion monothéiste de l’Empire Romain ?
    Les premiers chrétiens étaient juifs, le christianisme adopte l’ancien testament comme mythologie fondatrice, ...

    Je ne pense pas que cela ait pu nuire au judaisme, bien au contraire : la vulgarisation de son contenu comme manifeste idéologique nous aura imposé l’identification aux valeurs abrahamiques, jusqu’à cautionner les premières croisades, qui n’ont jamais cessé.

    Certains accusent les religions chrétiennes d’être fondamentalement anti-judaïsme, d’avoir occasionné une Nième expulsion des juifs de leur terre promise... Mais finalement, le christianisme n’aurait il pas plutôt permis au judaïsme d’inverser les rôles de domination impériale dans cette grande épopée méditerranéenne ?

    Si quelqu’un a des informations ou références à ce sujet, je suis preneur.


  • #1960822
    le 08/05/2018 par Jean pseudo
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Oui oui , Ben , vive les sectes multiples et variées , les FM , qui ont commis de multiples génocides à compter de 1789 , détruits des sites entiers , déportés des ecclésiastiques , infiltrés l’église elle même en 200 ans , au plus haut niveau hiérarchique pour la rendre compatible avec leur " Mondialisme " ... bref , la détruire . Au profit d’une Seule qui doit rester intacte évidemment : celle du peuple élu ! ( qui lui, a vocation à diriger le monde )
    Il ne s’agit pas d’oublier les méfaits ou dérives , à certaines époques , de dignitaires , mais " jeter l’eau du bain avec le bébé " c’est suicidaire ! À ce moment là , faites un topo sur l’église orthodoxe - ça sera aussi accablant , par certains côtés - bref : dites tout de suite que les droits de l’homme , et son gouvernement mondial ayant pour capitale Jérusalem est vraiment la vraie église du Christ , ce sera plus vite fait !
    Ps : j’aimerais connaître la position de Mme Sigault à ce sujet !

     

    • #1960962

      La position de Marion Sigaut sur le sujet n’est vraiment pas difficile à deviner : c’est la même que celle de Pierre Hillard, d’Alain Escada et de tous les catholiques pour qui la religion n’est pas un supermarché.


  • #1960866

    L’esprit derrière la séparation des pouvoirs temporel et spirituel produit ces aberrations de la modernité comme "catholique à la maison, médecin pratiquant l’avortement à la clinique."


  • #1960918

    En 380 Théodose 1er promulgue l’Edit de Thessalonique : seul le christianisme (et le judaïsme !) est autorisé dans l’empire . Les païens qui refusent la conversion, qui refusent de reconnaître qu’un rabbin est le sauveur de l’humanité - sont mis à mort . Puisqu’on vous dit que le christianisme est une religion de CHARITE et d’AMOUR !

     

  • #1960953
    le 08/05/2018 par Petitroupeau
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Il faut un clergé, bien formé qui transmet les sacrements, contrairement à ce que dit l’interlocuteur le christ a voulu des intermédiaires ordonnés par ses soins (sacrements) sinon c’est l’anarchie, sinon rien n’est transmis. On le voit lors de la converdion de st Paul sur le chemin de Damas celui ci est renversé par notre seigneur lui même l’appelant à la conversion mais il ne va pas plus loin en laissant l’enseignement De sa doctrine a un intermédiaire qui est ananie. Il lui dit va le voir il t’enseignera ma doctrine ce qui prouve que dieu souhaite l’intervention d’un clergé même si dans l’absolu il n’en aurait pas besoin mais il le veut ainsi car l’obéissance est une vertu, Jésus Christ en a montré l’exemple tout le long de sa vie sur terre , il a démontré que l’obéissance est une bonne chose. Même si les prêtres et souverains pontifes ne se comportaient pas bien il disait au peuple quand même de se tourner vers eux pour les rites, l’homme être de chair en a besoin. Il ne faut pas tout jeter. On peut suivre les traditions inspirés du saint esprit bien souvent en faisant du discernement justement on en fait si l’on possède la bonne doctrine et celle ci est donnée par un clergé inspiré, cela existe, tous les clercs ne sont pas des gens mauvais, le saint esprit parle par leur bouche aussi sinon l’on fait mentir le christ qui a souhaité une église et un clergé.


  • #1961016

    Que Jésus ait existé ou pas, fût-il exceptionnellement bon et beau ou pas, le drame du christianisme c’est qu’il a été volé aux sémites chez eux, et qu’il a permis à l’Empire (Romain) d’étendre son pouvoir en Europe, en Orient, puis dans toutes les colonies modernes des nations chrétiennes (résultat USA/Russie, merci, amen).
    L’Islam (Andalousie, Carthage, Byzance,Palestine, Syrie, Égypte.. Xinjiang !) , apparaît donc au moment opportun pour fédérer l’Europe à la mesure de ses "soyeuses" ambitions et justifier, par exemple, le Royaume de Jérusalem, le sionisme et la déportation industrielle de chocolat et d’ananas ..


  • #1961017

    video tres interressante. merci er.Quelque part les precisions apportees sur le clericalisme dans la video me rassure a propos de l’immigration de masse et le grand remplacement. Apres tout si le pape est d’accord,si apres tout le monde doit se soumettre a l’islam qu’est ce que j’en ai a foutre ? le pape sera recompense de sa soumission par des richesses,le clerge catho perdra son boulot,et moi je serai un citoyen de seconde zone .Citoyen de seconde zone quelque part je le suis deja, une conversion de facade pour etre tranquille et prier a la maison pas de probleme. Pis quand on voit la richesse des pays musulmans,ca donne tout de suite envie...
    tiens parait que salman autorise l’ouverture d’eglise en arabie saoudite.Me demande qu’est ce qu’il a obtenu en echange ?

     

    • #1961297

      “que tous le monde doit se soumettre à l’islam”

      faut vraiment avoir de la me*** dans les yeux ou être de très mauvaise foi pour pas reconnaître que les occidentaux sont les puissants de ce monde.
      il suffit juste de voir les bases occidentales dans les pays musulmans... mais par contre aucune base musulmane en occident.
      si cela vous rassure la gay pride et le mariage pour tous c’est pas l’islam qui vous l’a imposé.


  • #1961021

    Toujours le même objectif, partout, détruire ce qui a fait Notre France, détruire notre Religion, la Foi de Nos Ancêtres...

    Oui, c’est toujours la même rengaine : parce que cette vidéo, une de plus, cherche simplement à nuire au Christianisme en prenant les mêmes arguments connus et défendus depuis des lustres par nos Pères.

    Et l’objectif reste le même à chaque fois : touchez le petit "être" fragile, sans connaissance, pour éviter qu’il ne s’intéresse à la Religion qui a pleinement participé à l’élévation de nombreux de nos anciens.

    Comprenez simplement que ce sujet fait partie de nombreux arguments utilisez chez les Athées, les Franc Maçons, les Protestants et les Musulmans lorsqu’ils font du prosélytisme. L’objectif visé est toujours le même, discréditer la religion de notre beau pays :
    - Buvez donc, tête baissée, l’eau qu’ils distribuent. Mais vous avez le choix, aussi, d’allez vous même à la source et de vous faire votre propre opinion sur le sujet.

    La religion Catholique est belle et sa révélation est progressive. Évitez donc les anachronismes, voyez l’œuvre, brique par brique, prenez le temps d’étudier, il n’y a pas plus belle religion sur terre qui permet de s’élever complètement pour celui ou celle qui le souhaite du plus profond de son âme.


  • #1961071
    le 08/05/2018 par un Juif passant par là..
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Vidéo intéressante pour un site qui se dit catholique et papiste.. en tous les cas c’est une belle évolution des esprits chez E&R. Pour ceux qui s’y intéressent, les curieux, vous devriez vous interroger sur la façon dont était organisée la société juive à l’époque des rois d’Israël :
    le roi d’Israël n’avait ni le pouvoir de décider de la guerre, ni le pouvoir de légiférer les lois, ni le pouvoir sacerdotal. Son rôle était d’unifier les tribus d’Israël. Son pouvoir était donc limité :
    1) par le Grand prêtre (cohen Gadol) que l’on interrogait pour avoir la réponse des Cieux. Réponse rendue par son pectoral qui donnait la réponse si on pouvait aller en guerre par un oui ou non.
    Du point de vue sacerdotal : Seul le Grand prêtre pouvait rentrer dans le Saint des Saints pour demander le pardon du peuple juif et de l’humanité le jour du Kippour.
    2) Quant au Sanhédrine, composé de 71 juges qui formaient l’élite du peuple juif, seuls eux pouvaient légiférer et devaient aussi donner leur accord pour faire une guerre ; car c’étaient leurs enfants qui allaient faire la guerre et non le fils du Roi...
    Cette organisation de la société dictée par la Thora, a empêché ce que 2000 ans de religions inspirées par le personnage Jésus n’ont su empêcher : pas de guerres de conquêtes(colonisation), pas de lois iniques issus de rois au cerveau belliqueux...
    Il n’y a qu’à voir comment les évangiles conçus à l’époque du concile de Nicée pour s’en apercevoir :
    Romain 13 v. 1-7
    "Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l’autorité ? Fais-le bien, et tu auras son approbation. Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. C’est aussi pour cela que vous payez les impôts. Car les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impot..."

     

    • #1961227
      le 08/05/2018 par Un juif passant par là
      Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

      Ma conclusion :
      l’organisation de la société helléno-chrétienne n’a bien sûr rien à voir avec l’organisation de la Thora, la société du royaume d’Israël, du roi David et du roi Salomon ; et finalement, c’est un problème dans l’épicentre qui sépare sur ce point juifs et chrétiens (et musulmans).

      Tout ceci laisse à penser que tout a bien été réécrit et scellé (pour les chrétiens et non les musulmans) pour le concile de Nicée (par Eusèbe de Césaré probablement) pour unifier le pouvoir autour de l’Empereur et ses progénitures. Le concile de Nicée a, non seulement établis le "Credo", mais aussi à enfouis tous les autres "évangiles" qui ne racontaient pas Jésus comme il convenait pour Eusèbe et ses collègues... et Constantin. (évangiles apocryphes qu’on a retrouvé miraculeusement à Nag Hamadi et à Qumran.)

      Quant aux juifs qui eux, connaissaient la Torah et les lois et leurs histoire sainte, ne se sont pas laissé prendre dans cette nasse habilement ficelée, sous couvert d’un pseudo-amour.... derrière lequel se cache une manipulation qui n’a rien à envier au meilleurs techniciens d’ingénierie sociale...


    • #1961764

      Quant aux juifs qui eux, connaissaient la Torah et les lois et leurs histoire sainte, ne se sont pas laissé prendre dans cette nasse habilement ficelée, sous couvert d’un pseudo-amour..



      Ils ont donc crée l’état d’Israël pour nous montrer l’exemple,
      merci pour la rigolade.
      car l’escroquerie est de parler de pouvoir royal étatique faible) alors que l’on parle de la pertinence d’un pouvoir politique pour une religion. l’ancien et le nouvel Israël sont des théocraties, point barre, .
      de plus le pouvoir royal juif n’avait pas moins de pouvoirs que le monarque français (que ce soit pour la législation (les parlements) que pour monter une armée (l’ost)


  • #1961073

    Bonjour, sur ce sujet je conseille l’excellent livre : « le jour où Jésus devint Dieu , où la querelle D’arius » car il situe bien ce qui a précédé et et amené le concile en question.


  • #1961145

    Un commentaire sur la minute 1’ :

    – "...Constantin [au concile de Nicée] va convoquer les trois cent évêques les plus influents de l’empire romain". La mention des plus influents est parfaitement gratuite. Tous les évêques diocésains en capacité de venir étaient invités. Et quelle influence pouvaient avoir les évêques d’une religion illégale partout dans l’empire et très régulièrement persécutée ? De plus, Constantin n’a pas convoqué le concile, c’est le pape Sylvestre Ie qui l’a convoqué. Constantin a incité les évêques à s’y rendre, et mis à disposition les relais impériaux pour faciliter les voyages.

    – "C’est ce concile qui va poser les bases du fonctionnement de l’Eglise chrétienne". Nouvelle erreur. Une connaissance sommaire des textes ecclésiastiques antérieurs prouve le contraire. De même que la seule lecture des décrets de Nicée, puisqu’on y rappelle des règles et doctrines déjà connues. On notera aussi le vague du terme "fonctionnement".

    – "L’histoire officielle" ne dit pas que "Constantin, [a] abandonné la religion romaine pour se convertir à la religion naissante du christianisme". Aucun historien sérieux n’ignore qu’en 325 la religion n’est plus "naissante". L’ "histoire officielle", si on entend par là l’enseignement universitaire : fourmille en théorie très diverses mais souvent proches de celle que défend cette vidéo. Là encore, l’auteur induit en erreur ses auditeurs, avec une étonnante liberté.

    Voilà pour la minute 1’... La suite n’est pas moins riche en approximations, contradictions, et malheureusement inventions.

    Les idées de ce genre sur le concile de Nicée, mises en circulation depuis le XIXe siècle, ont été étudiées dans un ouvrage (que l’on peut consulter sur internet) l’Histoire apologétique de la papauté, par Mgr Fèvre, ch. I, pp. 67-sq.

    Si quelqu’un est intéressé : une histoire claire et savante du concile se trouve dans l’ouvrage de l’abbé Darras (aussi consultable sur internet) : Histoire générale de l’Eglise [version longue], vol. IX, ch. III, part. 3, pp. 228-sq. (Il est question de la vie de Constantin au début du volume).

     

    • #1964412

      Excellent commentaire, merci. Les chrétiens croyaient en la Divinité du Christ bien avant le Concile. Rien à voir avec Constantin. Il n’y a historiquement même pas de tradition apostolique niant la divinité de Jésus.
      Or, c’est l’outil de base des détracteurs du Concile.

      Mais les mythes ont la dent dure. Il faut bien que certains tapent du catholiques parfois, histoire de se sentir important et subversif.


  • #1961151

    Merci E&R de diffuser cette contradiction aux discours que vous aviez relayés lors du 500ième anniversaire de la Réforme protestante. Comme tous ceux de bonne foi (si on peut dire) le constatent, ce discours argumenté et appuyé en plus sur la tradition catholique (paroles de vierges...) se tient aussi et mérite d’être médité.

    D’un côté on sent une nécessité que la politique respecte la religion et s’appuie sur sa morale, d’un autre on voit le danger pour les croyants de s’en remettre entièrement à une structure religieuse d’origine humaine, qui s’est compromise factuellement et gravement à plusieurs reprises, et éloigne de la foi véritable et du message du Christ, ainsi que de son exemple.

    Après, c’est un débat théologique avant tout, il est évident que les non-croyants pour qui la religion n’est qu’identitaire et folklore ne seront jamais d’accord, aucun intérêt à lire des commentaires complètement fermés et rejetant en bloc toute réflexion.


  • #1961162

    Quelqu’un propose de voir, derrière la propagation du Christianisme dans l’empire romain, la main des juifs ; à cause de l’Ancien Testament commun aux uns et aux autres. Et il ajoute, à propos de cette pseudo déduction : "si quelqu’un a des informations ou références à ce sujet, je suis preneur".

    Voici, en sens contraire, désolé : quelques réflexions et quelques réelles "informations" que je vous prie de considérer.

    Remarquez, je vous prie, pour commencer, sans jeu de mot, que les premiers chrétiens n’étaient pas juifs, mais chrétiens ; que les premiers persécuteurs ont été les juifs (voyez dans les Actes des apôtres) ; juifs que les chrétiens accusaient de renier le Messie promis par l’Ancien Testament. Quant saint Pierre établit son siège à Rome, les juifs firent de telles émeutes, qu’un décret les fit chasser de la ville (voyez Suétone sur le règne de Claude).

    Ensuite les Juifs étaient assez mal vus dans l’empire romain ; voyez ce que disait le philosophe Sénèque à leur sujet, par exemple.

    Enfin, les juifs ont toujours été accusés par les auteurs des trois premiers siècles, de pousser discrètement à la persécution contre les chrétiens : voyez par exemple ce que dit Tertullien au IIe siècle dans son traité Contre les Juifs (que vous trouverez en français sur internet).

    Et pour finir, sur une note utile, permettez-moi une question : ne serais-ce pas l’animosité contre le monothéisme ou un Ancien Testament que vous ne connaissez pas qui vous induit en erreur ?

     

    • #1961565

      A Constantin,

      Vos remarques et questions fondées sur des
      connaissances historiques sérieuses et croisées,
      prouvent votre intérêt pour la recherche de la vérité .
      Votre contribution honore un débat ou la bonne foi
      élémentaire est trop souvent absente .


  • #1961166

    L’Église instituée par Jésus Christ, principe de toute royauté : Roi par nature divine, roi légal par descendance davidique (oui Dieu est légaliste puisqu’il est auteur de la Loi) et Roi par le mérite de son sacrifice, a des droits et des devoirs exclusifs car la vérité est une et le mensonge multiple. Cela choque les consciences modernes tant elles sont éprises de "Tolérance" première des vertus maçonniques. On voit le résultat aujourd’hui.

    Le faits sont les suivants :
    - Dès les premiers siècles le christianisme a été ravagé par les hérésies et la Foi véritable aurait péri sans l’aide de Dieu. Il fallait que l’autorité du magistère énonce clairement les vérités enseignées oralement dans l’Église depuis les origines et surtout réfuter les erreurs afin de prévenir les dissensions et les errances spirituelles : affirmation des dogmes
    - Tous les territoires chrétiens hérétiques ont été perdus en envahis, conséquence inévitable de l’apostasie, seuls les royaumes catholiques (les orthodoxes sont catholiques ) ont résisté.
    - Les siècles qui ont suivit Constantin ont démontré que sans l’unité des chrétiens autour du Pape et de la Sainte Doctrine tout l’occident chrétien aurait péri.
    Rappelons qu’au temps de Clovis la plus grande partie du monde chrétien était tombé aux mains des rois ariens germaniques (ostrogoths, wisigoths, burgondes, Vandales ...) il n’a pas rejoint le camp des forts par calcul politique comme on aime le faire croire mais celui des faibles (Vers la même époque Rome est sous domination des Ostrogoths et le Pape sera jeté en prison par Théodoric pour y mourir de faim.)

    Conclusion :
    - L’intégrité de le Tradition doit être conservée par la seule autorité légitime
    - Le pouvoir temporel et spirituel sont évidement liés. Le Chrétien a besoin d’être protégé spirituellement par l’autorité spirituelle mais il a aussi besoin d’être protégé physiquement par l’autorité temporelle, car l’activité spirituelle est rendue impossible si l’on a plus de corps (ça parait basique mais certains semblent l’oublier).
    Par ailleurs corps et âme sont d’une même substance. On ne peut dissocier pensée, parole et acte sans devenir de grands malades.
    - le Saints de l’Église ont été bien inspirés par l’Esprit Saint et nous les remercions.

     

    • #1961287

      @Louis
      xxxxPar ailleurs corps et âme sont d’une même substance xxxx

      Le corps et le mental nécessite « d’une constante alimentation », mais qu’est qui vous fait dire que l’âme est une substance ?


    • #1961717

      Bonjour Louis. Le dieu du (des) christianisme(s) et du (des) monothéisme(s) est effectivement légaliste, autoritaire, doctrinaire, moraliste, raisonnable ou compréhensible, et il ne l’est pas moins que les autres dieux, que les philosophies ou la science. Seulement le Christ est-il ce dieu ?
      Et oui, pourquoi l’âme et le corps seraient-ils différents quand le salut signifie, pour le Christ, la résurrection ?


  • #1961303

    Si Constantin fonda le Christianisme politique, on ne doit pas omettre des doutes sur son attachement au canons qu’il venait de forger.
    Son confesseur, et baptiseur a l’aube de sa mort était arianiste, et longtemps apres les exsurgences christiques ont dominés et firent le lit de l’Islam.
    Considéré comme un simple opportunisme syncrétique l’Islam apparaît au contraire et des son fondement pleinement une hétérodoxie , toute la difficulté de cette dichotomie hérétique chrétienne fut et est encore de lui donner l’aspect d’une religion.


  • #1961354

    Pour en revenir sur la notion de temporel et spirituelle.
    Les deux doivent être séparés.
    Sinon voici ce qu’il va se passer.
    Le spirituel avec le temps va se corrompre par cette proximité, cette complicité.
    C’est inéluctable.
    Le spirituel doit absolument rester totalement indépendant !!
    Il ne sert qu’à donner la connaissance, rien de plus.
    Sinon c’est la catastrophe que l’on peut voir dans l’histoire du christianisme et de l’Islam.

     

    • #1961380

      Le spirituel avec le temps va se corrompre par cette proximité, cette complicité.
      C’est inéluctable.



      Non, car la source du spirituel c’est Dieu, qui est esprit, et Dieu ne se corromp pas... Il est hors du temps. Le spirituel en ce monde est soumis à la matière, et la matière fait partie de la temporalité.

      Ce qui est intemporel dominera toujours ce qui est temporel, car l’intemporel est l’infini, et le temporel est la finitude.
      Le spirituel est corrompu depuis longtemps dans le coeur de l’Homme, mais l’Homme n’est pas tout, et Dieu est tout, et en lui tout est préservé, en lui tout est sauvegardé.


    • #1961444

      Meiev
      C’est une blague ou quoi ?
      Avez-vous lu les commentaires précédents sur l’origine du christianisme avec sa proximité du pouvoir de Rome ?
      Je trouve même votre remarque très dangereuse, car toutes les exactions pourraient être justifiées par votre idéologie.


    • #1961519

      Bonjour Jay. Vous remarquiez pertinemment par ailleurs la confusion, dans le propos de certains, du spirituel avec la Morale. Ne la feriez-vous pas avec sa grande soeur, la Raison ?


    • #1962161

      @Jay

      Non, ce n’est pas une blague. J’ai déjà explicité mon point de vue sur ce fil, avec des arguments. Nul besoin que le spirituel soit mêlé au temporel pour qu’il y ait des exactions : les goulags ne se sont pas remplis au nom de Dieu et en brandissant la Bible.

      J’ai dit : le spirituel est corrompu dans le coeur de l’Homme ; aussi pour le rendre plus pur il ne faut pas s’éloigner de Dieu, mais s’en rapprocher, lui qui est la Source du spirituel, source incorruptible.

      Et pour s’en rapprocher pleinement il faut vivre en sa présence, chaque jour, en chaque instant. Le spirituel était déjà mêlé au temporel dès lors que le Christ devait se défendre face aux pharisiens.

      Dire que les deux doivent être séparés c’est simplement dire aux chrétiens : lorsqu’on rabroue votre Foi, taisez-vous. Lorsqu’on veut votre mort, laissez-vous faire. Cessez de témoigner de votre Foi. Cessez de vouloir agir en conformité de vos principes. Que votre spiritualité se taise face à vos adversaires temporels... soyez seulement de bonnes victimens consentantes même face à une politique anti chrétienne.


    • #1962548

      "Dire que la chrétienté ne doit être que spirituelle c’est se tromper lourdement"
      C’est ce que vous dîtes plus avant.
      Je vous comprends. Car si le l’église chrétienne ne doit garder que le coté spirituel, il ne restera plus grand chose et peut être même rien du tout.


  • #1961552


    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?



    ...ou faudrait-il dire :



    Le christianisme, drame de la culture Européenne ?



  • #1961586

    Tout est dit. Malgré tout je n’en veux pas au clergé car dans ce monde toutes les belles idées finissent par se corrompre quoi qu’on fasse et même Jésus n’a pas apporté la solution.


  • #1961984
    le 09/05/2018 par Catholique français
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Je hume en cette vidéo un parfum de protestantisme.

    La critique du cléricalisme et du pouvoir temporel de l’Église catholique (et orthodoxe aussi il me semble à cette époque) est une spécialité des « réformistes ».

    Renier entièrement ce concile consisterait à dire que l’ensemble de la foi catholique peut être une hérésie (si l’arianisme n’est pas l’hérésie alors le contraire l’est) et diviserait la chrétienté en de multiples sous-ensembles hérétiques menant une guerre théologique sans fin.

    D’ailleurs, en ce qui concerne le pouvoir temporel, on pourra objecter qu’avec la perte des états pontificaux c’est chose révolue. Je trouve intéressant de noter que Notre Seigneur Jésus Christ ait toujours refusé le pouvoir temporel quand la foule voulait qu’il le prît.

    Je digresse, mais concernant le pouvoir temporel de NSJC, je pense qu’il est seul roi sur Terre mais que cette royauté doit être reconnu par chacun et dans les cœurs pour se manifester.

    Je ne suis ni clerc ni théologien. Je reste ouvert à la critique.
    Bien cordialement
    T.

     

    • #1962151

      Vous êtes ouvert à la critique, parfait.
      La voici :
      Que vous soyez chrétien, que vous pensiez que c’est la meilleure option ( ce qui est normal sinon, on ne pourrait pas pratiquer) cela ne pose aucun problème.
      Le problème se pose si vous voulez imposer, par force, par fraude ou par ruse (cela se fait encore actuellement malheureusement en Inde chez les populations pauvres et pas très cultivées) votre religion à ceux qui ont choisi quelque chose de différent en leur expliquant que leur voie ou religion est bogus et qu’ils vont juste aller en enfer.
      Dieu ou la Vérité Absolue est quelque chose de complexe et il n’y a pas qu’une seule manière de l’approcher. (C’est aussi valable pour n’importe quelle personne mortelle de ce monde, que dire alors de la Personne Suprême.)
      Il faut arrêter avec les hérésies et les non-croyants (dans le christianisme) et accepter que d’autres pensent différemment.
      Bref faut rester cool.


  • #1962301

    Merci pour cette vidéo, effectivement le PÉRE et le fils ne peuvent êtres associés à la volonté impérial, car c’est libre que le pére nous a créé et c’est librement que chacun doit choisir de se soumettre ou non à la volonté de l’unique et éternel créateur incréé. Mais il ne faut pas oublier ces millions d’âmes profondément juste et rempli d’amour qui ont au fil des siécles enrichi l’église pour une minorité de porc qui auraient trouvé d’autres moyens de semer haine et division.
    .


  • #1962319

    Cet vidéo qui s’en prend aussi à nos frères orthodoxes n’’a aucun sens à l’heure de la réconciliation, d’autant que les églises n’ont plus ce type de pouvoir depuis longtemps...
    Constantin était un pont entre l’Orient et l’Occident. Retrouvons ce bel esprit constantinien.

    L’église apostolique est éternelle, comme prédit dans les écrits. Et cela en agaçe plus d’un depuis de nombreux siècles. Tous (empires, militaires, mouvements politiques et philosophiques, autres religions...etc) s’y sont lamentablement cassés les dents. Et cela n’est pas seulement dû au pouvoir temporel, au contraire... Mais à une Vérité, à une doctrine supérieure (divine) qui transcende les âges et les générations.
    Les chiens aboient, la caravane passe.
    Laissons-les aboyer.


  • #1962323
    le 10/05/2018 par edouard marie
    Le concile de Nicée : drame du christianisme ?

    Un Concile Catholique n’est pas un drame c’est un acte du Magistère. Quiconque s’oppose à un concile Catholique n’est plus Catholique et n’a rien à dire à ce sujet, son avis naturaliste et ses vues humaines sont sans intérêt.

    Par contre le conciliabule de vatican d’eux, faux concile, copploté par des apostats, modernistes et lui le drame de la Chrétienté, qu’il abat provisoirement, en la désarmant spirituellement.

     

    • #1962988

      Oui car il a abolit sans le dire le concept de Vérité en instaurant la "libérté religieuse" condamnée par les papes (un comble, nous sommes donc dans l’acceptation totale de l’hérésie) comme une sorte de dogme. Pareil pour la liberté de conscience condamnée comme insanité et vendu comme droit fondamental par la secte Vatican II. La vérité étant violente et intolérente par nature (les martyrs chrétiens le savent), la subversion humaniste de ces faux prélats modernistes féminisés l’a supprimée. Ces infâmes ont reniés leur Dieu. Il n’y a pas de mots. C’était le début du Règne de l’antiChrist au Vatican.
      Voilà pourquoi la virilité des hommes d’ Eglise et du message a disparu chez les imposteurs, car Dieu fait bien toutes choses.


  • #1962571

    Bonjour Luc1257. Êtes-vous protestant ?
    Votre discours mélange beaucoup de choses.
    En effet quand le politique prend le contrôle du religieux ce n’est pas du cléricalisme, mais du gallicanisme.
    De plus si l’on suit votre raisonnement, Clovis, Charlemagne et le Royaume de France sont tout autant de drames successifs…
    En réalité le politique et le religieux doivent s’efforcer à marcher de pair, malgré les rivalités qui ne manqueront pas de survenir. Car il n’y a pas de Politique sans justice, pas de justice sans morale, et pas de morale sans religion.
    L’actuelle morale Républicaine est bien issue de l’église maçonnique qui règne en maître caché. Car la distinction Public/Privé est un leurre des Lumières.

    Comparez la morale maçonnique qui enseigne la « tolérance » du prochain, avec la morale chrétienne qui enseigne « l’Amour » du prochain : la religion maçonnique enseigne que le prochain est un « mal » qu’on tolère, tandis que pour la religion chrétienne le prochain est un « bien » qu’on aime. Idem si l’on compare la valeur du « profit individuel » maçonnique contre la valeur du « service » chrétien… etc.
    Politique et Religion sont donc distincts mais aussi inséparables pour avancer. C’est toujours le diable qui amalgame ou divise.
    Salutation.

     

  • #1964930

    Bonjour à tous, je voudrais remercier chaleureusement E&R d’avoir relayé mon travail.
    Un grand merci également à tous ceux qui ont laissé des commentaires encourageants.
    Aujourd’hui c’est le 13 mai, jour de l’apparition de Marie à Fatima, qu’elle puisse éclairer chaque homme de bonne volonté sur la voie de la Vérité.


  • #1966520

    Je pense que l’erreur est de s’arrêter au concile de Nicée exclusivement, bien qu’imparfait il était nécessaire mais il ne faut pas oublier que des conciles il y en a eu 7 permettant de préciser et d’approfondir de plus en plus le dogme.... (je m’arrête à 7 car je suis orthodoxe, les autres conciles occidentale ne sont pas valides)

    se baser sur un seul concile est une erreur, car elle limite l’œuvre de Dieu....


Commentaires suivants