Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le féminisé Martin Weill tente de confondre le "masculiniste" Jordan Peterson

Jordan Peterson, sur E&R :

Ce que Weill ne peut comprendre, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • gnegnegne vous êtes un méchant monsieur gnegnegne les femmes son toutes victimes des hommes gnegnegne je suis un homme féministe moi gnegnegne

     

    • #2101474
      le 13/12/2018 par on nous prend tous pour des philosophes
      Le féminisé Martin Weill tente de confondre le "masculiniste" Jordan (...)

      Ce type (Martin Weill), je devrait plutôt dire ce gamin, mais bon, a quand même 33 ans, a 33 ans , on fait plus homme normalement, des copains de mes fils (7 et 9 ans) font plus viril que lui, si un gars comme lui, se trouve devant un collège en train de fumer une clope, je pourrais lui mettre une fessée cul nu
      Vous imaginez la situation, si les gendarmes nous arrêtaient ??
      Alors messieurs , on pratique la fessée, sur la voie publique ?
      Putain ma femme me foutrait une beigne
      Surtout si je lui racontais « mais ce petit con fumait une clope »
      Elle me dirait et en plus tu trouves des excuses a tes déviances
      Putain on vit vraiment une drôle d’époque


    • @ on nous prend tous pour des philosophes.
      Les juges sont féministes (de plus, 60% sont des femmes) et pour venger ce affront à un des leurs (ce jeune féministe de 33 ans), vous risquez d’être condamné pour (1) pédophilie fantasmée (délit très sévèrement puni aux USA comme vous pourrez le voir sur les vidéos YouTube de Chris HANSEN, "to catch a predator"), car vous NE saviez PAS qu’il avait plus de 18 ans. De plus il est interdit de (2) fesser les (3) scolaires mineurs comme les majeurs en (4) public. 4 bons motifs pour vous mettre au trou 5 ans. Ah Mais !!!


  • Le Replay sur TMC est dégueulasse. Du journalisme de fond de chiottes... Ou on met des gourous immondes dans le même sac que Jordan Perterson. Juste scandaleux.


  • J’ai arrêté au bout de 9’.

    Je comprends pas que ce féminisé de Martin Weill s’exprime au nom des femmes ? Il n’est pas lui-même. Porte-parole : il est éteint. Aucune amplitude, ni saveur, ni stature intérieure d’homme s’affirmant. Il joue un rôle.

    Il m’apparaît jeûnot sans périences bouffi de certitudes, d’idéologies. Il n’y a d’échanges, ni de dialogues possibles avec des gars pareils.

    La chute va être dure, dure !!! .... car le principe de réalité et l’ontologie des êtres dans leur nature profonde revient toujours au galop précisément lors de circonstances, d’événements, de détails de la vie courante sur le principe de réalité. La vie se charge bien de les provoquer, en tous cas. Et les féministes comme une certaine communauté se chargeront bien de s’en débarrasser après usage ou « dérapage impardonnable » .

    Le chaos social révèle le chaos sociétal lequel accentue le chaos social.

     

    • Ce n’est pas Martin Weill qui est intéressant. C’est Jordan Peterson qui mérite d’être écouté jusqu’au bout parce qu’il nous donne une leçon de respect de… comment dire ? d’exactitude !!


    • Il faut au moins reconnaître que le jeune, malgré son idéologie marquée, ne démérite pas face Jordan Peterson qui n’est pas n’importe qui, lequel a de l’expérience, de l’expertise, possède la science de son art, maîtrise la dialectique, Jung, Campbell, Szasz et bien d’autres, tout en adoptant ce côté agressif, suffisamment courtois, pour perdre nombre d’interlocuteurs. Martin Weill du haut de sa jeunesse et de sa méconnaissance du sujet, n’échappe pas à la règle et comme le disent les Maîtres de conférences et directeurs de thèse à l’étudiante qui vient d’échouer à ses partiels et qui propose un rencard pour étudier le sujet plus profondément : « Rendez-vous... l’année prochaine, Mademoiselle... »
      Il est bien de trouver des sparring-partners qui supposent qu’ils vous mettrons k.o. et qui vous permettent de conserver tout ce que vous avez en dessous de la ceinture, ceci toutes catégories confondues. C’est comme avec Conversano sans son hystérie : le coup de pompe étant ici verbal.
      En tout état de cause et au coeur de ce qui devait être un combat, le passage sur les signaux sexuels à l’heure de #metoo(I’m treacherous) est d’une grande beauté : la petite Bettencourt-Meyers tremblant désormais pour sa troisième place hexagonale...

      « Elle était maquillée
      Comme une star de ciné...♫ »


  • Le grand capital detruit les familles et detruit le role du pere. Apres cela des marchands investissent ce segment de marche. D’un certain cote, si on n’arrive a selectionner parmi ces "marchands" un pere de substitution de valeur ( soral ou peterson par ex) ,et que l’on a pas eu un pere "particulierement remarquable ou present",c’est pas si mal et on peut estimer que quelque part on en a pour "son argent" et que ca compense.Apres faut avoir la volonte de chercher activement ce modele de substitution de qualite plutot qu’attendre qu’il soit mis en avant par facebook ou de claquer son pognon en drogue ou alcool. Bien sur le mieux serait de grandir dans une famille tip top,mais bon on fait avec la main qu’on a eu au depart comme tout le monde.

     

    • Je partage le même ressenti que vous. Ayant manquer d’une figure de père dés mon plus jeune âge et arrivant sur ce monde au moment où les exemples de masculinités ne couraient plus les rues. (Tel que Bruce lee à cette époque...et encore, en 1988, j’arrivais à la fin du pauvre Bruce...),
      la venue récente depuis ces 15 dernières années de figures tel que cet homme, est un rafraichissement intellectuel tirant chacun d’entre nous vers le haut, tel une figure du père manquant et surtout absent pour la majorité des enfants de baby-boomers....


  • Je pense que Jordan Peterson est certainement l’anglo-saxon le plus proche d’Alain Soral, tant sur le fond que sur la forme.

    Cela dit il est intéressant de constater les forces et faiblesses qui les différencient, pour aussi en extraire les oppositions et aquintances :

    - le flegme viril alié à une certaine froideur à l’anglaise très efficace pour mettre en douceur la putasserie journalistique face à elle même, et très utile pour l’image de contrôle de soi ainsi renvoyée, que l’on soit anglo- saxon ou pas. En opposition avec le punch viril chaud bouillant alié à l’universalisme français, qui peut certes désarçonner la journalope et l’auditoire sur ses principes qu’il croyait acquis éternelement , et donc la mise en échec par le k.o de son logiciel mais aussi se faire de nombreux ennemis à cause justement du style qui oblige l’adversaire à l’humiliation en reconnaissant sa défaite, chose que la majorité des féministes hommes et femmes n’accepteront jamais directement, féminisation de leurs caractères oblige.

    Je verrais bien une alliance providencielle des deux chacun dans leur style, qui impose le respect des 2 côtés de la manche (et du manche).

    Merci Alain, pour la réconciliation idéologique avec ce qui se fait de plus sérieux sur le sujet de la virilité et de la noblesse d’être un homme chez nos amis rosbeef.

     

    • Alain Soral est Franc là où Jordan Peterson cache, sous la pudeur vicieuse anglo-saxonne, son abandon total et sa dépendance totale au monde capitaliste actuel : il n’est qu’un éminent porte-parole d’un vieil empire solide, rien de plus.

      Sous toute autre condition de vie, Alain Soral prendrait mieux encore toute son ampleur tandis que Peterson redeviendrait un homme faible et dépendant. Il ne faut pas sous-estimer la force de caractère qui lui est donné par la force de l’empire auquel il appartient. Sans cet empire, Peterson serait peu de chose. Il contribue à former de parfaits Gentlemen, ce qui ne peut fonctionner sous l’esprit Français.

      J’aime beaucoup Peterson depuis toujours mais il n’a pas la même conception de la liberté qu’un esprit français.

      Par ailleurs, ce journaliste est un con.

      PS : cette interview lui fut si désagréable qu’il a rédigé quelques lignes la nuit même (en anglais) : https://nationalpost.com/opinion/jo...


    • PS : Peterson est anglo-saxon, mais Canadien. Ce n’est pas tout à fait un rosbif bien qu’il soit un sujet de la Reine, et ce petit détail lui profite au mieux puisque dans l’imaginaire commun, le Canada c’est le nouveau monde regorgeant d’une puissance humaniste inégalée (à tort puisqu’en réalité, inéprouvée, yet).


  • Le tout est hyper monté et le traquenard est évident. Peterson a parlé dans le National Post de cette rencontre (le journaliste reposait sans cesse les mêmes questions et semblait ne pas comprendre), Peterson ne comprenait pas ces répétitions.

    C’est évident au montage : Weill apparaît calme, sérieux, semble vouloir comprendre, Peterson (après coupures généreuses des questions répétitives de Weill) paraît trop nerveux, méchant à la limite.

     


    • C’est évident au montage : Weill apparaît calme, sérieux, semble vouloir comprendre, Peterson (après coupures généreuses des questions répétitives de Weill) paraît trop nerveux, méchant à la limite.




      Si on ne s’arrête que sur la forme et que l’on coupe le son peut-être, mais si l’on écoute l’échange, c’est exactement le contraire qui apparaît : Weill est instable, agressif, menteur, bête et méchant, alors que Peterson est solide, calme, profond, intelligent et pertinent.


    • C’est donc à l’inverse le montage qui permet d’éluder l’évidence, évidence dont il ne serait possible de se rendre compte qu’en l’absence précisément du montage qui permettrait ainsi de voir l’entrevue réelle, c’est-à-dire in extenso. Même si l’on s’en doute. On imagine bien en effet la technique éculée (généralement appelée technique du connard) des questions répétitives de la jeune endive qui fait semblant de ne pas comprendre. Il aurait fallu que Peterson fasse comme l’équipe d’E&R qui accompagnait le rusé A. Soral pour contre-filmer les interviews. Mais on est d’accord sur le fond.


    • Peterson a décrit cet entretien dans le National Post, traduit en français par Pour une école libre. On voit bien que le montage est massif et que le journaliste a sans cesse répété les mêmes questions pour énerver Peterson.


  • Oui, Peterson ne comprend pas que c’est un méta-débat : Weill n’est nullement intéressé par le fond (les bonnes répliques seront de toutes façons coupées au montage), mais par la forme. Donc la forme prime pour le Quotidien et donc Weill doit faire sérieux (universitaire) et Peterson apparaîtra (par montage en élimina les questions répétitives qui servent à enrager Peterson) comme le nerveux, agressif (indigne universitaire).
    _


  • Bonnjour, et merci pour ce lien. Je découvre cet universitaire et il est véritablement fascinant, en particulier ces cours sur les archétypes jungiens.

    Je ne partage pas toutes les idées promues sur ER, néanmoins j’en apprécie la forme, les articles, et surtout sa curiosité intellectuelle.

    Bien à vous


  • Ouh mais qu’il a l’air intéressant, ce jungien que je ne connaissais pas !
    Justement les lectures jungiennes me manquaient - je vais m’y intéresser derechef.
    Merci ER !

     

    • « Les ouvrages de Carl Jung nous conduisent vers une sphère qui va bien au-delà de la simple analyse du comportement humain. Il fut le pionnier de la psychologie profonde et, dans sa prolifique oeuvre, on retrouve une merveilleuse alchimie entre la psychanalyse, la spiritualité, la religion, la philosophie et le monde de l’onirique. Peu de personnalités ont suscité autant d’intérêt que ce grand analyste de la psyché. »

      « On dit de Jung qu’il n’avait pas besoin de beaucoup plus de cinq minutes pour impressionner n’importe quelle personne. C’est ce qu’a expliqué Graham Collier, pilote de la RAF pendant la Seconde Guerre Mondiale et professeur de philosophie à l’Université de Géorgie, qui a eu l’opportunité de connaître le célèbre psychanalyste suisse quand il avait 75 ans. Il raconte avoir été impressionné par son regard ironique, presque malin, et par les silences respectueux qu’il gardait toujours en attendant la réponse de son interlocuteur ».

      C. G. Jung a construit un pont entre l’homme occidental et l’homme oriental. Un passage auquel nous sommes tous conviés en ces Temps de révélations.


    • Merci, Enki, pour cette belle citation (de qui ?).
      Pour ma part, j’en suis convaincue depuis longtemps. J’ai dans ma bibliothèque la célèbre photo de Jung déjà âgé qui, ses petites lunettes rondes relevées sur le front, nous regarde avec ce regard à la fois bienveillant, intelligent et averti.
      Le monde d’aujourd’hui a grand besoin de cette intelligence. Il est urgent que les humains retrouvent le sens du symbolique - la littéralité nous mène à la fin de l’humanité (en tant que qualité).


  • Et Rothschild il gagne combien ? C’est typique de la mentalité gauchiasse de reprocher aux petits entrepreneurs l’argent qu’ils gagnent ! En revanche ils sont moins critiques en ce qui concerne l’argent des bobos, des politicards, banksters...


  • Ravie qu’E&R relaie Jordan P. Je le suis depuis un moment et j’apprécie chacune de ses videos. Les remarques faites ci-dessous concernant ce journaliste sont récurrentes et se retrouvent sous chacune de ses videos mais une des meilleures qui a fait un buzz d’enfer c’est justement celle où il a mis KO une journaliste connue pour son agressivité et son féminisme. Jordan P. connut d’abord un succès foudroyant gràce à son bouquin "12 rules for life" mais ses interventions sur les plateaux TV en ont fait une star car il détruit non seulement le féminisme mais le politiquement correct. Il faut lire les articles de presse le concernant. C’est à mourir de rire et en tant que bonne femme, je suis ravie qu’il remette enfin l’homme à sa place. Allez, encore une petite lumière au bout de ce tunnel. On y arrivera.


  • Ce qui est pénible, ce sont surtout les plans de coupe sur Weil. Il me fait penser à la journaliste qui intervewait Charly Sheen avec des yeux exhorbités, comme si elle tenait absolument à ce qu’on sache qu’elle était choquée.


  • Peterson argumente son discours et ça nous change... Je note qu’il est constamment sur la défensive (dans ses postures et dans ses intonations), ce qui nous renseigne sur le niveau de tyrannie féminisante qui règne actuellement en Anglosaxonie. Il est évident qu’en période de décadence, les femmes ont le pouvoir (en attendant de se faire violer le jour où les Barbares se ramènent pour effacer de la carte du temps les peuples dégénérés). Donc les femmes désirent inconsciemment de se faire violer par les barbares et les mâles dégénérés désirent inconsciemment de se faire massacrer ou réduire en esclavage par les mêmes dits barbares...


  • Comment, quand on est un homme, peut on donner tord à monsieur Peterson ?
    Je suis sûr qu’au fond tous ces journalistes émasculés voudraient être du côté des masculinistes ou au pire ils les jalousent .

     

    • A mon avis c’est surtout qu’il est plus facile pour une jeune homme (mais aussi les vieux et dans ce cas c’est encore plus malhonnête) d’adopter la posture féministe. Cela requiert seulement de la lâcheté et du conformisme. Et ça leur donne le beau rôle auprès d’une partie de la gente féminine. Ce sont des jouisseurs.
      Lorsque l’on tient le discours de M. Peterson, il faut l’incarner et être responsable vis à vis de ces dames. Et se défendre virilement des vils coups de ces mâles très efféminés.

      Mordicus


  • Il est évident que Quitudien est coutumier de la manipulation et du montage fait de manière à ce qu’ils aient ce qu’ils veulent par rapport à l’idée de départ du reportage : ils voulaient montrer que les masculinistes étaient pas bien, ils prennent les meilleurs morceaux et tournent ça de telle manière à ce que le mec interrogé soit caricatural. Julien Rochedy (École Major) a aussi interrogé par Quotidien à ce sujet, mais ils ont décidé de ne rien diffuser de l’entrevue finalement car pas assez caricatural sans doute. Pensez donc, les décérébrés qui regardent cette émission de fiottes verraient leurs idéaux remis en question !


  • Ce qui est remarquable dans cette video, c’est l’entretien lui même. C’est impensable en France, vu les mentalités !

    Par contre, les questions débiles (et on sent l’agacement bien légitime de monsieur Peterson) du journalistes sont consternantes voire parfois malhonnêtes. Ca rappelle les méthodes de "nos" journalistes.

     

  • J’aimerais attirer l’attention des internautes sur son explication sur les différences salariales. Notez qu’il ne dit pas "les hommes gagnent davantage car ils sont supérieurs". Il dit "il y a une différence salariale entre les mères et les autres catégories." Eh bien oui, faire des enfants et s’en occuper, ça prend du temps qu’on ne passe pas à travailler à sa "carrière". C’est ainsi. Et c’est même plus qu’une simple question de temps. La maternité représente un bouleversement physique et psychologique. Et celles qui essaient de continuer à bosser comme si rien ne s’était passé se font une immense violence. On ne va pas impunément à l’encontre de son instinct fondamental. La vraie défense des femmes consisterait à réaffirmer la valeur de cette contribution essentielle à la continuation de la communauté et à les encourager à donner le temps nécessaire à cette tâche si noble et si magnifique.


  • Cet entretien est intéressant à plus d’un titre, comme la plupart des interventions de Jordan Peterson, véritable cas d’école pour qui veut débattre dans nos sociétés ultra aseptisées.
    Passons sur le pseudo journaliste Martin Weill, qui a le niveau d’un scribe de chez closer, tellement sa rhétorique est une régurgitation de la pensée unique qui n’est que le faux nez de la propagande de la théorie du genre.
    Notre époque ne tient pas compte du réel parce qu’elle a besoin de la controverse afin d’abaisser suffisamment le niveau d’esprit critique de la population et in fine instaurer un nouvel ordre tant sur le plan sociétale que sociale (l’un influençant l’autre).
    Je comprend l’agacement de Jordan Peterson, car il lui faut sans cesse reformuler ses réponses avec la plus grande précision possible, pour bien développer sa pensée, si bien qu’à un moment il oblige le journaliste à faire l’effort de poser des questions pertinentes (du grand art).
    Bref ses analyses rejoignent pas mal de recherches sérieuses sur le sujet et qui font plutôt consensus, recherches qui mériteraient d’être mieux connus du grand public, pour une meilleure compréhension des questions sociétales qui méritent mieux que les poncifs dont on rabats les oreilles depuis trop longtemps !


  • Peterson est un personnage extrêmement suspect. Je le suis depuis son arrivée sur la scène médiatique et je peux vous dire que ce type est sans doute pire que les clowns lgbt auxquels il s’oppose et qui lui ont permis de se faire une réputation d’homme de bon sens défendant les valeurs traditionelles.

    Peterson est un mondialiste qui défend le système néolibéral en chute libre en essayant de vendre à des jeunes hommes paumés le mythe dévalué de l’individualisme radical, le tout enrobé de pseudo-spiritualité Jungienne aux relents sinistres.

    Je conseille aux curieux le bouquin Jordanetics de l’auteur alt right Vox Day qui dissèque la pensée de Peterson et en conclue que loin d’être un simple psychologue altruiste volant au secours de la virilité occidentale meurtrie Peterson a tout du faux prophète préparant l’avénement de la fausse religion unique du nouvel ordre mondial. Ca peut sembler gros mais pour bien connaitre le type ça me semble être un diagnostic correct.

    Faites bien attention à qui vous prétez l’oreille et gardez en permance à l’esprit le verset biblique parlant de loups déguisés en brebis.


  • #2102773

    « Lorsque tu débats avec un homme de droite, commence par le traiter de fasciste. Le temps qu’il passera à démontrer que ce n’est pas vrai, sera du temps en moins pour lui à argumenter sur le fond du problème » – Joseph Staline

     

    • #2102972

      “L’imprécision du langage est désormais utile aux journalistes, et cela tombe bien, puisqu’ils seraient tous incapables d’écrire mieux.”
      - Guy Debord
      "C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde."
      Boris Vian


Commentaires suivants