Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le féminisme victime de la théorie du genre

Les chiens ne font pas des chattes

Le titre est un peu alambiqué mais on va développer. Une école technologique à dominante masculine a abaissé ses critères de sélection pour intégrer plus de femmes, ça se passe en Australie. De l’autre côté, en remontant du Pacifique sud vers le Pacifique nord, un homme devenu femme, une transsexuelle donc (peut-être faut-il dire un transsexuel) a éclaté son adversaire, une 100 % femme, lors d’un combat de MMA. Le trans lui a carrément pété le crâne. Quel rapport entre ces deux événements ?

 

La discrimination positive des minorités soi-disant opprimées. Cette méthode destinée à mener vers l’égalité des sexes ou des genres montre ses limites.

Les statistiques disent que les femmes choisissent moins que les hommes les filières scientifiques et cela est vrai partout, dans n’importe quel pays qui propose ces études supérieures.

 

 

Il n’est pas certain que la méthode employée par les dirigeants de cette université de Sydney soit la bonne, le problème n’étant pas le niveau intellectuel des femmes mais l’appétence du sexe féminin pour les sciences. La norme en la matière, c’est 80/20, 80 % d’hommes, 20 % de femmes. Et c’est un grand maximum.

Le narrateur de la vidéo s’interroge pour savoir d’où vient la réticence des femmes à s’investir dans les filières dites de sciences dures :

« Est-ce que c’est un conditionnement social, est-ce que c’est une nature biologique, est-ce que c’est de l’inné, est-ce que c’est de l’acquis, est-ce que c’est l’éducation qui fait ça ou est-ce qu’il y a une nature intrinsèque profonde chez la femme qui la pousse vers la filière où on parle beaucoup, où on échange, on interprète, et qui les fait aussi fuir les sciences dures, les sciences où le rationnel est prédominant, les sciences où on ne peut pas avoir tort ou raison en fonction de l’humeur des hormones mais où la vérité est avérée et ne change pas, et je dis la vérité parce que je considère les mathématiques comme la branche la plus démocratique au monde, parce que dans les mathématiques, il est très difficile de mentir. »

Voilà qui ne va pas faire plaisir à Caroline Fourest et qui rappelle la brutale diatribe de Zemmour à la blonde Tchakaloff.

La suite, c’est la logique de la discrimination positive d’une minorité (mais les femmes ne sont pas une minorité, ce sont plutôt les féministes qui en sont une !) qui va faire mal au féminisme, une sorte de retour de bâton d’une logique perverse.

Dans le MMA féminin, un homme devenu femme, un transsexuel donc, a battu une vraie femme et lui a littéralement fendu le crâne. L’ouverture de ce sport aux transsexuels a donc eu des conséquences dramatiques.

Sur la photo de une, nous voyons le transgenre Fallon Fox préparer son combat contre la femme Tamikka Brents. Le combat sera bref, et violent, capturé ici en vidéo par des spectateurs (car la fédération américaine vend très cher ses images) :

 

 

Tamikka souffre de nombreuses blessures et d’une fracture du crâne.

Ce qui a permis le féminisme, la conscience d’une certaine « classe » (même si c’est un genre) chez un certain nombre de femmes est en train de le détruire par ce même principe. La discrimination positive provoque naturellement, par la loi de l’action-réaction, sa propre résistance, ou son propre retournement. On ne peut pas violer impunément les lois de la nature.

L’auteur de ce tweet ironise : « Rappelez-moi en quoi la masculinité est une construction sociale ? »

 

 

Dernière pointe d’humour pour finir, avec cette chronique scientifique sur France Inter après l’annonce de Google sur la suprématie quantique :

 

 

Femmes et féministes, sur E&R :

 






Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2313671
    Le 4 novembre à 01:20 par Un ploemeurois
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Je viens de découvrir ce qu’est un "froute" par deux jeunes femmes féministes bobos rennaises (lorsqu’on les interroge sur la PMA !).

    Le concentré de décadence bretonne est à Rennes : https://www.youtube.com/embed/s_Gbs...

     

    Répondre à ce message

    • #2313902
      Le 4 novembre à 12:55 par berutureb
      Le féminisme victime de la théorie du genre

      Vidéo vue, juste hallucinant, elle qui disait en plus juste avant avoir passé 20 minutes à arracher les affiches étant contre la PMA, ce qu’elle fait est juste ignoble, incarnation du gaucho dégueulasse.
      Connaissant Rennes, je confirme, la Bretagne est infestée de gauchistes de ce genre, d’antifas, de punks à chien, un jour, j’ai même vu une jeune femme pisser littéralement dans la rue devant tout le monde, sans pression.
      Putain, on est mal barrés entre les gauchos, la racaille, nos politicards et les toquards qui comprennent rien à rien

       
  • #2313689
    Le 4 novembre à 02:31 par Seb
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Le MMA c’est quand même LE sport de bourrin (parmi les sports de bourrin que sont les sports de combat).

    Pas bien vu de dire ça ici avec tous les hommes virils derrière leur écran, mais qu’au XXIe siècle on en soit encore aux jeux du cirque romains, c’est guère mieux que les transgenres, la PMA ou autre délires sociétaux.

     

    Répondre à ce message

    • #2314512
      Le 5 novembre à 02:34 par domus
      Le féminisme victime de la théorie du genre

      Seb : bien dit ! Mais si l’égalité passe par le fait que les femmes aussi ont le droit de choisir un sport de se foutre sur la tronche, ça en dit long sur le recul de l’humanité.

       
  • #2313690
    Le 4 novembre à 02:38 par Goy HaLal
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Il ne me semble pas que le coup de "l’Université Australienne" ait grand chose d’inédit :
    allez sur le site de n’importe quelle Université (que ce soit en France, Belgique, USA, Portugal (...) ou que sais-je), et regardez pour "postuler pour une Bourse Doctorale en Mathématiques" (ou même un poste d’Assistant)...
    ...Vous y verrez très certainement figurer une clause qui stipule notamment que :
    - "L’Université applique l’(in ?)Égalité des Chances** : les femmes sont donc particulièrement encouragées à postuler"
    - "A compétences égales (= ?), ce sera systématiquement la candidature de Femme qui sera retenue" (**vive la fameuse égalité des chances hein)
    - "Un quota d’au moins* 40% (parfois 50%) des Bourses Doctorales est réservé aux Femmes" (*NB : il s’agit d’un minimum ; il n’y a par contre, a priori pas de "Maximum")

    ...J’avoue ne pas savoir quelle proportion de femmes postule, mais au vu du très faible nombre à faire des études en Mathématiques (et encore moins pour la Recherche ; sinon il y en a effectivement quelques-unes en option "Didactique"...), je doute qu’on arrive près des 40%...

    PS : je précise qu’en Sciences Dures il est obligatoire* d’obtenir officiellement une Bourse pour effectuer un Doctorat... (*on ne peut pas se l’auto-financer, contrairement aux sciences humaines ; c’est simplement illégal, à ce que je sache...)

     

    Répondre à ce message

  • #2313741
    Le 4 novembre à 07:28 par Espritos
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    S’ il est devenu trans c’est a cause des médiats qui sont des prédateurs subjectifs , ces derniers affirment qu’il faut lever les tabous qui sont les interdits , or si les tabous existent depuis toujours c’est pour une raison évidente qui a échappé à tout le monde ( il faut remercier l’industrialisation des écrans ) : sert a protéger l’intimité or il n’y a que les régimes totalitaires veulent connaitre l’intimité physique et psychologique voir d’encourager l’exposition de ces derniers , donc tout ceux qui veulent promouvoir ces idioties veulent un régime totalitaire .

     

    Répondre à ce message

  • #2314117
    Le 4 novembre à 17:30 par Sedetiam
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Un type sans manche mais avec des nichons, qui tente de faire le bonhomme sans en avoir les couilles, devant une bonne femme, m’épatera toujours : pour sûr que le terme de « p’tite fiote » n’est pas prêt de quitter mon vocabulaire.
    C’est d’ailleurs celui que j’emploie au regard des lascars qui rouent de coups leurs bonnes femmes et que vilipende Marlène, à grands coups de propagande et autres rodomontades. Seulement voilà, ce progressisme, il convient de l’avaler : que dalle ! Que soient créées autant de catégories qu’il y a de genres à se goinfrer, en ce cas.
    Vainqueur, mais p’tite fiote !

     

    Répondre à ce message

  • #2314357
    Le 4 novembre à 21:22 par Mouwaaaa,.........,. mouwaaaa !
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Vraiment mignonne celle en bikini

     

    Répondre à ce message

  • #2314364
    Le 4 novembre à 21:34 par Brebis_garée
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Nan mais j’y crois au truc du MMA c’est juste incroyable qu’on en soit arrivé là... non mais sérieusement... j’ai envie de dire PUTAIN ! Faut que je me calme

     

    Répondre à ce message

  • #2314438
    Le 4 novembre à 23:05 par Charles
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    Va-t-on voir notre ministre de la justice prendre des mesures discriminatoires pour que la parité soit respectée dans nos prisons qui comptent plus de 80% d’hommes ?
    Il y a le choix ; soit une politique d’éducation renforcée pour diminuer la criminalité masculine, soit une politique d’incitation à la criminalité chez les femmes...
    Il y a un docu sur la Suède qui montre que plus les femmes ont de liberté de choix de leur profession et plus elles tendent à se se rapprocher des stéréotypes de professions dites féminines.
    Le fait que le cerveau des femmes et des hommes soient différents et ne fonctionnent pas de la même façon a sans doute quelque chose à voir avec les préférences de chacun. Mais bon, les lois de la nature ne semblent pas rédhibitoires pur les fanas de l’égalitarisme à outrance.

     

    Répondre à ce message

  • #2314518
    Le 5 novembre à 02:57 par domus
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    "le problème n’étant pas le niveau intellectuel des femmes mais l’appétence du sexe féminin pour les sciences. " . Je reformule donc : " le problème n’étant pas le niveau intellectuel des hommes mais l’appétence du sexe masculin pour la couture ". Comme quoi, chacun fait ce qui lui plait, homme ou femme, peu importe, le principal étant d’être compétent, et la compétence n’est pas affaire de sexe, mais de cerveau. Bah oui, toujours et encore ....

    Quant à la vidéo des gorilles, magnifique, certains humains devraient en prendre de la graine.

     

    Répondre à ce message

  • #2316439
    Le 7 novembre à 18:20 par Julien de Mars
    Le féminisme victime de la théorie du genre

    C’est marrant comment le type de la vidéo sur l’université australienne parle du fait que la femme serait programmée pour utiliser d’autres parties de son cerveau que chez l’homme et qu’il nous laisse comprendre qu’il n’existe pas de Dieu. Comme si le hasard ou le chaos pourraient être à l’origine d’une quelconque programmation... Pareil quand il parle des scientifiques qui se demandaient comment ça se faisait qu’on était « programmé » à croire en quelque chose qui nous dépasse. Donc en fait le hasard nous aurait programmé pour je ne sais quelle raison à croire en Dieu.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents