Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le manspreading ou "étalement masculin", un combat vraiment utile ?

Les hommes sont-ils tous des salauds (dans les transports en commun) ? Réponse de Marjorie Cambier.

 

Pour les transports en commun,
chez Kontre Kulture :

La tyrannie de la névrose féministe, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je me suis accroché, j’ai tenu jusqu’au bout ; ouf. Insupportable la donzelle, pourtant mgnonne mais, les mimiques plus la voix plus le discours ça fait beaucoup à la fois.
    Après, peut-etre que le problème vient du fait qu’autrefois les voyoux étaient mieux éduqués que les fils de bonne famille d’aujourd’hui.


  • Mouai. Hormis le fait qu’elle juge le manspreading inexistant, elle serait quand même prête à soutenir les executive women carriéristes, les "femmes tueuses" pour reprendre l’expression d’un sociologue censuré, afin qu’elles puissent égoïstement s’occuper d’elles et faire disparaître la souche française au profit de carrières à la Anne-Sophie SADOUN, dite LAPIX. Les psy, pour moi, sont les plus tarés de notre bande, et je ne dis pas ça parce que cette communauté est au guidon du métier.


  • Personellement, je m’étale autant que possible et je rigole....

     

    • J’ai un bel exemple de "woman spreading" : il y a des années je prends le métro et m’asseois à côté de mon père . A la station Saint Georges monte Michèle Barzach et elle s’asseoit devant nous au milieu de la banquette en bois, occupant deux places à la fois : cette "élue" impérieuse (mais virée par Chirac) nous signifiait ainsi qu’elle comptait au moins autant que deux pauvres goyim .


  • #1802477

    1) Ce débat éminemment philosophique, qui tourmente les plus grands esprits de ce siècle, nous vient une fois de plus des yankees. Peuple inculte et gros qui prend beaucoup beaucoup de places dans le métro et sur la planète ! On devrait donc dire ’très gros cul-spreading’.
    2) Quand y’a du monde dans les transports on se lève. Quand on est éduqué.


  • Du bon sens dans un cadre de non-sens, un petit peu de reel au sein de la gigantesque illusion politique. C’est gentil et ca met en relief la dissonance cognitive du milieu. Il lui reste plus qu’à sauter des deux pieds et défendre le peuple et la famille plutot que "l’émancipation de la femme".


  • Très juste mademoiselle (ou madame), le manspreading c’est de la pure homophobie !

    Question : Les militants du manspreading font-ils une exception pour les trans ?

    Tout cela démontre que cette hystérie pseudo féministe n’a aucun sens, ça me fait penser aux libtards américains avec leur "safe space".

    Non le vrai féminisme est un combat noble qui consiste à rendre les femmes plus libres, plus autonomes, mais aussi plus responsables, plus intelligentes et donc plus belles !

     

  • #1802501

    Bon début d’intervention mais une fin qui glisse vers le féminisme le plus lourdingue avec la pseudo-inégalité salariale et surtout "La femme qui ne veut pas avoir d’enfant et qui est regardée comme une alien" parce que j’ai plutôt l’impression que la femme-extra-terrestre suscitant du mépris est celle qui a beaucoup de moutards !

     

  • Une remarque de bon sens ça fait plaisir. Avec un point de vue rationnel, biologique, sociologique et fonctionnel qui nous change du dogme féministe habituel.

     

  • Spreading veut dire écarter. Je suppose que par les temps cours il est moins vulgaire de faire du fesse-spreading d’autant plus que c’est encouragé entre gens du même bord. Je ne crois pas que ce soit feu Pierre Bergé qui m’aurait contredis. Ce n’est même pas le féminisme qui est en question mais la féminisation de la société. Les sujets stupides dont les femmes raffolent tant et qui, y a peu encore, restaient dans un espace confiné sont devenus maintenant des débats d’intérêt national. Surfant ainsi sur la vague des telé-réalités, the voice, koh lanta, star-academy et autres truc débiles.


  • Ce n’est pas l’affaire des "hommes" car ce comportement comme l’a très justement rappelé Marjorie n’est pas l’apanage des hommes, n’est pas genré. C’est juste de l’incivilité et de la bêtise ou les deux à la fois et cela reste quand même très rare. Je peux dire que moi-même en temps qu’homme, j’ai déjà été "victime" de ce genre de comportement de la part d’un gros lourdaud dans un bus à qui j’ai rappelé où se trouvait la ligne de milieu et lui ai demandé de garder ses jambes en deçà... Je veux dire par la que ce n’est pas "contre" les femmes en particulier, c’est juste un manque global de savoir-vivre - du vivre ensemble en novlangue - et d’éducation. Je ne cautionne pas du tout la technique qui consisterait à jeter l’opprobe sur tous le hommes à cause du comportement de certain - très peu nombreux. Je ne me sens donc pas concerné par cela et je pense que les accusations gratuites et non fondées n’ont jamais permis à une cause d’avancer tout au contraire.


  • Alors que sur les plages les hommes portent des shorts de bain parfaitement décents, les femmes pratiquent le " buttocks spreading " : elles étalent leurs culs quand ils sont beaux en montrant le plus possible de leurs fesses .


  • Que pensent les féministes du "cul spreading" des filles en quasi string sur les plages ?

     

    • #1802608
      le 16/09/2017 par Philippe Télé-Thon acteur de gauche raté
      Le manspreading ou "étalement masculin", un combat vraiment utile (...)

      @mateur
      On dit le « Ass spreading » ou en français « ton gros cul s’étale » mais ton franc-glais ça peut pas continuer, merde quand même !
      Quant au string, c’est surement un trop petit slip, pour un aussi gros cul, un peu d’amour, de partage et d’indulgence camarade .


  • Interdisez plutôt à certains jeunes de faire profiter leur musique de merde !


  • des paroles sensées et visant l’entente hommes femmes.
    ça change des coups de vices médiatiques, entretenants les séparations et les ressentiments.
    le véritable féminisme se fait subvertir par des prostituées aux ordres de "males trés friqués" ( à vous de trouver les noms pour mieux cerner la ligne politique) .
    oui il y a bien au moins deux féminismes .
    à qui les medias préférent donner la parole ?


  • féministe + accent parisien = dur pour moi de tenir jusqu’au bout...

     

  • Ça commence grave à faire chier cette americanisation puritanisation tout ça pour masquer le capital, peut-être que ça marche bien chez les Anglo-Saxons mais chez des latins.

    À quand la lutte contre le prout making.


  • Et le woman-spreading, si on en parlait : il y a des femmes qui s’étalent avec leur sac à main, leurs parfums à odeur chimique... bref qui mordent sur leur voisinage proche dans les transports en commun.
    Est-ce que ça autorise pour autant à généraliser ça à toutes les femmes pour les stigmatiser, globalement, comme contribuant au woman-spreading ?
    Ca prouve bien que le féminisme vise avant tout à diviser, accuser, culpabiliser... pour mieux régner

     

    • Il y a une semaine, j’ai pris le métro, et il y avait en face de moi une fille avec sac-à-dos.
      Complètement étalée, les jambes écartées avec une jambe carrément allongée (elle s’adossait sur son sac-à-dos), elle empiétait l’espace des autres. Elle avait l’air de pas se prendre pour de la merde, malgré l’insignifiance de son visage (je ne m’en souviens plus). Ou bien elle se la jouait "femme libérée".
      A côté de moi, il y avait un homme assez baraqué. Il l’a regardé d’un air légèrement désapprobateur, mais la ensuite ignorée.
      Moi j’étais écoeurée. Je n’aime pas trop les éclats, et je n’ai rien dit, je n’ai pas de réparti et perds parfois mes moyens.... mais j’aurais sans doute du.
      C’était en tout cas une attitude calculée de sa part. Peut-être pour se faire remarquer malgré son insignifiance ?

      Par contre les hommes qui écartent leur cuisses quand ils sont assis, ça ne me gêne pas tant qu’ils ne sont pas à moitié allongés comme cette fille. En général, je regarde les gens dans les yeux et le contact physique ne me fait pas horreur comme à certaines. Si ça n’est pas voulu, pourquoi s’offusquer ? Un métro n’est pas un salon SPA, si on veut être tout seul, il faut prendre une voiture.


  • Je n’ai jamais compris ce délire sur le fait d’aider les femmes qui ne veulent pas d’enfants... 1/ C’est déjà tellement partout le cas. 2/ Concrètement il n’y a rien à faire, vu que c’est une non-action de leur part... 3/ Les femmes qui ont besoin d’aide sont celles qui ont justement des enfants ! Difficile de faire beaucoup d’enfants, de ne pas travailler, etc. comme avant... (c’était encore la norme chez moi il y a une génération) Les féministes parlent toujours de "choix" (avoir ou ne pas avoir d’enfants, c’est le choix de la femme), or dès qu’on propose des aides sociales pour les mères au foyer (comme le FN l’évoquait parfois), tout de suite il y a levée de bouclier !

    Plus idiotes utiles du Capital et du libéralisme, tu meurs...


  • "Ne faut il pas plutôt lui demander a se pousser"
    Cette fille est du genre a demander a se pousser avant meme d’avoir laissé le temps de le faire sans qu’elle ait a demander avec un petit ton pet sec et menacant.La menace etant evidemment qu’elle hurle,ameute les flics etc...
    Un homme digne de ce nom,ramene ses jambes et essaie de laisser la place qui lui revient a la personne qui s’assied a coté que ce soit un homme ou une femme.
    Il y a des cons ou des racailles qui aiment bien prendre 2 sieges.
    Ca represente 5% des voyageurs.Faire une généralité sur les hommes pour quelques cons est une manipulation mentale,voulue par l’oligarchie sataniste et evidemment portées par les pseudo féministes enervées qui veulent montrer qu’elles sont les plus fortes quand factuellement elles ne le sont pas.Leur attitude habituelle,les provocations,les insultes,les hurlements,evidemment de préférence vis a vis d’hommes normaux et respectueux car elles prennent moins de risque.Elles sont en general toutes soumises avec les racailles et elles les admirent.Et si il y a une reaction virile a leurs insultes,menace de porter plainte,depot de plainte etc...
    Donc lutte contre "le manspreading"strategie de l’oligarchie sataniste pour continuer a deviriliser les hommes,soutenue par les conglomérats pseudo féministes.
    Pour information a cette demoiselle soit disant sexotherapeute,un homme en remontant ses testicules peut parfaitement serrer ses jambes.
    Pour finir il y a également un probleme global dans les transports en commun.La faible largeur des sieges.Le faible confort,le manque de trains vis a vis d’une population en idf trop importante car immigration massive et mauvaise gestion des territoires du fait de l’oligarchie financiere et des collaborateurs.

     

  • Cette vidéo est une belle illustration de la parabole de la paille et de la poutre.

     

  • Selon moi (j’ai 66 ans) une sexothérapeute (sexotherapute ?) devrait être une femme très charnelle, genre call-girl de luxe avec un superbe décolleté sur une superbe poitrine, avec une voix chaude et un regard de velours...
    Là, l’intervenante genre "rassurez-vous les filles je suis féministe" , je suis pas convaincu que ça marcherait avec moi.
    Enfin tous les goûts sont dans la nature mais ici on est presque dans le transhumanisme...

     

  • Bien que d’une taille moyenne(1,75) je sais que dans le métro parisien, plus particulièrement lorsque vous êtes assis sur un banc à deux places en face à face à un autre même banc, si vous voulez comme moi, alors que je suis généralement courtois et même galant à l’occasion, faire en sorte qu’une personne (homme ou femme d’ailleurs) puisse s’asseoir en face de vous, vous devez impérativement soit vous mettre en biais côté intérieur, soit écarter les jambes et donc dans les deux cas empiéter légèrement(car je suis mince) sur la place voisine. La solution serait donc que les places près des fenêtres soient réservées aux femmes et les places intérieures aux hommes ? Ou alors que l’on instaure une séparation stricte des sexes entre wagons ! Est-ce cela que les féministes veulent ?


  • Et les hommes se plieront à ce nouveau caprice féministe, car dans le fond c’est l’Occident tout entier qui souhaite sa propre castration. Les raisons profondes de cette idéal de castration sont religieuses, mais ni juives ni musulmanes.

     

  • J’ai quand meme ecoute jusqu’au bout pour comprendre ce que les amazones hexagonales appellent aujourd’hui ’emancipation’
    Comme on est en France, cette khonnerie de manspreading, pur produit de l’empire, ne devrait pas contaminer nos futiles et oisives bourgeoises du vieux continent
    Je constate seulement que les femmes SDF qui se multiplient dans les rues des grandes villes europeennes ne soulevent pas l’indignation de nos guerillos en porte-jarretelles et n’est pas inscrit dans leur agenda numerique
    Et tout ca me conforte dans mon opinion que ces Madame Bovary d’operette sont complements bidons


  • Je vais paraphraser Alain Soral - et peut-être Marx, qui sait : le féminisme, c’est une escroquerie, ce qui compte c’est le rapport pauvres / riches, ceux qui ont du pouvoir et ceux qui n’en ont pas ; en plus, ça fait belle lurette que les femmes ont les mêmes droits civiques que les hommes en France - donc éventuellement combat d’arrière-garde. Du pur triturage de méninges de désœuvrées postmodernes qui ne savent plus que pour vivre, il faut manger, que pour que l’espèce se perpétue, il faut enfanter.


  • Je crois que c’ est parce qu’ elles ont l’ impression de se faire voler leur prérogative qui de par la nature, est d’ écarter les cuisses pour recevoir la semence masculine .
    Avant j’ étais plein de prévenance et de courtoisie a l’ égard des femmes , mais elles ont perdu toute dignité , elles sont exhibitionnistes et de plus en plus vulgaires, et comme elles ne sont plus soumises, je les ignore et je les terrifie lorsqu’ elles viennent me prendre la tête avec leur concepts débiles et démoniaques . C’ est pas moi qui viendrait protéger leur vertu, même pas leur vie, qu’ elles assument leur stupidité . Quand elles se feront violer par les barbares , ce qui ne saurait tarder, personne n’ écoutera leur cris, car personne ne voudra assumer sa virilité et sa tendance a protéger les femmes tant décriées par ses femelles décérébrées . C’ est l’ égalité chérie défend toi et arrête de chialer comme une tapette !.

     

  • #1803423

    Elle joue pas le rat cuisinier dans ratatouille, il me semble la reconnaître ? ou alors c’est un sosie


  • Pour ma part, je ne me contente que de womanspreading ; à la seule et unique condition qu’il ne dépasse pas le 40 en taille française et qu’il s’accompagne d’un brainspreading propice à l’échange hétérosexuel...
    Et puisque l’on prend de l’altitude redescendons vers un point milieu derrière lequel se loge le coeur, mais qui doit en revanche être à l’opposé de ce qui est attendu pour le point plus bas et qui nécessite là, un womancleavage, où le 95C represente un minimum...
    Car ne nous voilons pas intégralement la face : 90% des types se mettent instinctivement au garde-à-vous devant ce qui leur semble être leur idéal, remballent les gaules et sont prêts à toutes les compromissions pour se faire bien voir de celle(s) qui en porte(nt) les aspects. Là (res)sortent tous les bouquins de savoir-vivre, de drague et autres jeux de séduction.
    9% sont les « j’en foutre » qui ont d’autres orientations ou intérêts, jusqu’aux bien éduqués qui rangent tout, tout le temps.
    Les 1% que souligne la conférencière Marjo, ne remballent jamais rien jusqu’à ce que, suffisemment costaud, tu leurs pètes les rotules.

    Donc le manspreading, j’ai presque envie de leur dire qu’on s’en bat les noix.

    Et pour l’anecdote qui contredit les féministes - et autres jeteurs d’oprobe à la pseudo racaille des transports en communs -, lors de mon dernier voyage en TGV, en 1ère, une vieille bouboule blanche (qui ne mérite pas, là, l’appélation bienséante de « personne agée bien portante »), qui devait se sentir comme chez elle, a fait le voyage en compartiment, les pieds dans ses Crocs™ posés sur le siège en face, les roulettes de sa valise sur le siège d’à côté et pas un képi pour lui faire bouffer les 38€ d’amende, quand bien-même ils sont passés et repassés durant les deux heures du trajet. Photos à la clefs.


Commentaires suivants