Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

#SuperTrump n°32 – "Nous fêtons le 230e anniversaire de notre brillante Constitution"

Chaque semaine, le pôle Traduction d’E&R vous propose de retrouver en exclusivité les prises de parole de Donald Trump à l’intention des Américains. L’occasion régulière de mesurer le décalage entre les propos réels du Président et les recensions malhonnêtes des médias alignés sur les intérêts de l’atlanto-sionisme.

Allocution hebdomadaire numéro 32 du 15 septembre 2017 :

 

Voir aussi :

22 octobre
#SuperTrump n°35 – "Nous prions Dieu d’accompagner nos morts"
18 octobre
#SuperTrump n°34 – "Nous allons cesser de punir nos entreprises"
5
29 septembre
#SuperTrump n°33 – "La famille a toujours été le cœur de notre grande nation"
12
12 septembre
#SuperTrump n°31 – "Notre politique favorise le travail, la famille, l’Amérique"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
9
9 septembre
#SuperTrump n°30 – "Quand une partie de l’Amérique est touchée, nous le sommes tous"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
5
4 septembre
#SuperTrump n°29 – "Élevons-nous contre ceux qui tentent de semer la haine et la division"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
13
10 août
#SuperTrump n°28 – "Nous retrouvons la prospérité car nous privilégions les Américains"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
4
5 août
#SuperTrump n°27 – "Nos héros illustrent l’esprit américain : courage, amour, sacrifice"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
4
30 juillet
#SuperTrump n°26 – "Nous érigerons beautés et merveilles de nos propres mains"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
5
20 juillet
#SuperTrump n°25 – "Les élus qui ont instauré l’Obamacare ont menti"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
11
12 juillet
#SuperTrump n°24 – "Trois mots essentiels : fabriqué aux États-Unis"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
9
5 juillet
#SuperTrump n°23 – "Nous renforçons notre politique migratoire"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
6
29 juin
#SuperTrump n°22 – "L’Obamacare a été un désastre total"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
2
26 juin
#SuperTrump n°21 – "Il y a de la dignité dans chaque emploi honnête"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
6
13 juin
#SuperTrump n°20 – "Il faut une vision courageuse et ambitieuse"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
5
9 juin
#SuperTrump n°19 – "Nous avons pavé la voie d’une nouvelle ère de coopération"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
2
1er juin
#SuperTrump n°18 – "Notre premier budget sera un socle pour la sécurité"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
2
24 mai
#SuperTrump n°17 – "Il faut en finir avec le terrorisme"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
22
16 mai
#SuperTrump n°16 – "Nous sommes ici pour créer les emplois et l’avenir que vous méritez"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
13
11 mai
#SuperTrump n°15 – "Je propose la plus grande baisse d’impôt de toute l’histoire du pays"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
15
4 mai
#SuperTrump n°14 – "La seule chose qui m’anime est mon allégeance au peuple américain"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
7
26 avril
#SuperTrump n°13 – "En matière d’emploi, nous tenons nos promesses"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
4
20 avril
#SuperTrump n°12 – "L’Amérique chérit depuis toujours la liberté de culte"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
18
13 avril
#SuperTrump n°11 – "La sécurité commence aux frontières"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
43
5 avril
#SuperTrump n°10 – "Je nomme le juge Gorsuch à la tête de la Cour suprême"
L’allocution hebdomadaire du président des États-Unis
9

Trump face à l’Empire, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Normalement, les mondialistes doivent aussi contraindre les USA et donc, à terme , réécrire la constitution américaine. Réécriture impossible pour l’aile gauche du mondialisme : d’où sans doute l’explication de l’élection de Trump : là où un socialiste ou un mondialiste échouerait - réécrire la constitution sans que cela soit perçu négativement par les Patriotes-, un président de droite- patriote, reactionnaire- peut réussir ; et même le faire au grand jour sans se cacher ; de sorte que ces agissements passent pour nationalistes aux yeux des masses.

    Ainsi, cela expliquerait l’élection du président Trump- car personne n’accède au sommet des responsabilités s’il n’est pas coopté par le système. A mon avis, c’est ainsi que le système nous a bernés : laisser monter un candidat anti-système, ou prétendu tel, qui dénigrera le réchauffement climatique, le mondialisme, l’immigration tout en préparant le démantèlement des institutions américaines selon les plans des Globalistes. Ai-je raison ? Ai-je tort ? Nous verrons bien...

     

    • L’élection de Trump peut aussi se comprendre par le fait qu’il n’y a pas un "système", mais des "systèmes", à savoir des pôles d’influence et des secteurs d’activités qui se battent aussi entre eux pour accéder au pouvoir.
      Ainsi au niveau mondial, on peut constater que les puissances financières anglaises et américaines sont copains comme cochon quand il s’agit d’enfoncer les puissances financières européennes, mais que la city de Londres et Wall Street se foutent sur la g***le quand leurs intérêts divergent.
      Aux USA l’avantage de la guerre, pour l’industrie de l’armement, peut être en adéquation avec celui du complexe pétrolier dans les pays arabes, mais pas forcément avec celui du commerce automobile, par exemple, si sa survie tient à ses exportations au moyen orient.
      Trump comme Clinton sont soutenus par des puissances commerciales et financières, la campagne électorale du businessman a mieux été dirigée que celle de la vieille sorcière, c’est tout.


  • Quel intérêt de continuer à glorifier Trump au moment où il menace la Corée du Nord de destruction ?

     

    • La réponse à ta question se trouve dans l’introduction : « L’occasion régulière de mesurer le décalage entre les propos réels du Président et les recensions malhonnêtes des médias alignés sur les intérêts de l’atlanto-sionisme. »

      Je rajouterais qu’il n’y a aucune glorification de Trump et qu’un autre intérêt de ces communiqués est d’éviter de ne pas sombrer dans le manichéisme (Trump est méchant ou Trump est gentil).


    • moi je n’y crois plus.
      on s’est vraiment fait avoir comme des gros couillons. Ils sont très forts ces ricains. Ceux qui ont voté pour lui doivent s’en mordre les doigts aujourd’hui. Moi heureusement je suis pas américain, donc mes doigts ça va. Pauvre Amérique, pauvre monde.


    • Philippot, les menaces de Trump envers l’Iran et la Corée du Nord ne viennent pas des médias, mais de son propre twitter et de son discours à l’ONU.

      Quant à la constitution américaine, elle fut composée exclusivement par des franc-maçons.


    • @donald



      Philippot, les menaces de Trump envers l’Iran et la Corée du Nord ne viennent pas des médias, mais de son propre twitter et de son discours à l’ONU.




      Ai-je dit le contraire ? Il n’empêche qu’il y a le plus souvent un décalage entre les discours et la politique de Trump et ce qu’en disent les médias, raison pour laquelle il est intéressant de prendre connaissance des allocutions hebdomadaires de Trump. Mieux vaut vérifier à la source plutôt que de croire ce que raconte BFMTV.

      La Constitution américaine a été rédigée par des francs-maçons ? Comme toutes les constitutions, et alors ?


    • @Lau.

      Aucune raison effectivement. Trump c’est le Tsipras américain, prometteur mais au final il se couche. D’ailleurs la pression est tellement forte qu’on ne peut pas forcément leur reprocher.

      Super Trump, mouais, super impérialiste comme tous ses prédécesseurs et concurrents. Je suppose qu’en tant que milliardaire et homme d’affaire, ça ne doit pas le gêner plus que ça.


  • Sacré Trump, dissident dans le blabla mais néonconservateur dans les actes.


  • Et s’il nous disait plutôt pourquoi il s’échine à enquiquiner le petit gros de Corée du Nord, alors que ce dernier veut simplement s’assurer qu’on ne le raye pas de la carte comme un Saddam ou un Mouammar ?


  • Et si Trump agitait le chiffon rouge de la Corée du nord pour pouvoir s’occuper tranquillement de l’etat islamique, en sachant pertinemment que la Corée du nord ne veut pas d’une guerre nucléaire, ni mêmes les usa. En sachant aussi que Kim Jong comme Donald Trump bombent le torse pour legitimer leur posture de chef auprès de leur peuple respectif. Et si Trump était un génie qui détournait l’attention pour s’occuper des vrais problemes : Stoper la derferlante migratoire ("Paris is not Paris anymore"), laiser poutine s’occuper de l’etat islamique pour pour....pour avoir les mains assez libres dans son propre pays pour faire passer la tax reform et amener une vague d’inflation massive (avec l’espoir de mieux rémunerer le travail)

     

    • Trump à le même discours sur la Corée du nord depuis minimum 20 ans. Allez sur youtube et vous verrez des archives où on le voit, lui, l’air beaucoup plus jeune, dire qu’il doit négocier pour neutraliser la Corée du Nord (jouer de la diplomatie, pas forcément négocier avec la Corée du nord directement) ou sinon c’est l’option militaire. Il n’a pas changé de discours et pourtant à l’époque il n’était pas président et n’avait pas non plus ’’l’état profond’’ sur le dos.