Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le monde entier se moque des Parisiens paralysés par 5 cm de neige

Il neige sur Paris. Le phénomène est rare, mais très commenté. Les transports patinent, les RER s’arrêtent, des malheureux dérapent en allant au boulot, c’est carrément Paris sous les bombes. Petit tour du monde du parisian bashing.

 

 

Pardon, erreur de vidéo, on voulait mettre quelque chose de plus fun :

 

 

Le quasi-blocage de la capitale a fait rire le monde entier : alors que dans les pays froids la vie continue sous un mètre de neige, chez nous, le bobo a vécu un épisode neigeux traumatisant.

 

 

 

 

Jean Messiha, l’intellectuel du FN, a légèrement perdu la raison pendant la polémique Mennel, mais a repris ses esprits pendant le traumatisme neigeux :

 

 

Les trois flocons tombés sur Paris ont permis de relancer la guerre climatique. Est-ce la preuve que le réchauffement c’est du pipeau ou au contraire est-ce une des conséquences du réchauffement ? Le Figaro a pris le parti des réchauffistes en titrant, le 7 février 2018 :

Grand froid : un phénomène neigeux spectaculaire...
qui n’a rien d’exceptionnel

JPEG - 137.1 ko
Descente du Sacré-Cœur en surf

 

Suit une introduction alignée sur la pensée dominante :

« La vague de froid et les chutes de neige qui sévissent dans une partie de l’Hexagone ne remettent pas en cause le réchauffement climatique.
Avec la neige qui a couvert toute l’Île-de-France les 6 et 7 février (12 centimètres dans la capitale) et la baisse durable des températures en dessous de zéro, il peut sembler que la période actuelle de froid sorte de l’ordinaire. Il n’en est rien. Même s’il désorganise les transports publics et perturbe les routes de la région, le phénomène météorologique actuel n’a rien d’exceptionnel. »

Et la déclaration de la scientifique de service :

« L’événement de neige est important, mais il se reproduit de manière régulière. Nous avions connu deux événements comparables, en mars 2013 et également en décembre 2010, avec des niveaux de neige équivalents ou supérieurs à ceux actuels », rappelle Béatrice Vincendon, ingénieur à la direction de la climatologie et des services climatiques de Météo-France. De plus, la quantité de neige tombée est encore loin du record. Le 3 mars 1946, 40 cm de neige avaient été relevés à Montsouris, à Paris. Un épisode de neige comparable à l’actuel se produit de manière récurrente « en moyenne, tous les dix ans à Paris, tous les dix à vingt ans à Melun et quatre fois par siècle à Orly. »

Le coup de massue qui vient mettre un terme aux doutes des sceptiques est asséné par Pascal Scaviner, responsable des prévisions chez Météo-Consult (une société du Groupe Figaro, NDLR) :

« De fait, malgré le coup de froid qui s’abat sur l’Hexagone, l’épisode récent est un “épiphénomène qui ne remet pas en cause le réchauffement moyen de la température en France comme dans le reste du monde”. »

Donc, quand il fait froid, c’est une exception qui confirme la règle du réchauffement, et quand il fait chaud, c’est le réchauffement. La conclusion de l’article est grotesque malgré tout le respect qu’on doit à Jean-Michel Soubeyroux, de Météo-France :

« Même avec le réchauffement climatique, les aléas des épisodes neigeux et de froid continueront de toucher notre pays jusqu’à la fin du siècle. Ils seront peut-être moins fréquents... Même s’il faudra s’adapter à la chaleur, nous ne devons pas oublier qu’il pourra continuer de faire froid en hiver ! »

Quelle lucidité ! Revenons maintenant sur deux vagues de froid qui ont touché la France ces dernières décennies. Dans un article qui fait le bilan de l’hiver 2009-2010, Météo-France analyse la chute de témpérature que notre pays a connue.

« Avec une température moyenne sur la France située 1,2 °C sous la normale saisonnière, l’hiver 2009-2010 se positionne parmi les hivers froids, mais non exceptionnels, de ces dernières années. Aussi froid que son prédécesseur, mais plus doux que l’hiver 2005-2006, il s’est cependant singularisé par la succession de trois vagues de froid bien marquées mi-décembre, début janvier et mi-février.

Ces basses températures associées à un temps plutôt perturbé ont favorisé de fréquentes chutes de neige en plaine sur l’ensemble du pays. En terme d’occurrences de neige, l’hiver 2009-2010 se positionne ainsi comme l’un des plus neigeux de ces trente dernières années. Toujours en raison du froid persistant, la neige a fréquemment tenu au sol. Les épaisseurs ont été parfois conséquentes, mais cependant assez loin des records historiques. »

 

Nous avons retrouvé, toujours sur le site météofrance.fr, la vague de froid de février 1956. Accrochez vos doudounes :

« Il y a 60 ans, l’Europe et la France en particulier plongeaient brusquement dans une vague de froid intense et historique. Dans la nuit du 31 janvier au 1er février, après des mois de décembre 1955 et janvier 1956 très doux, un froid glacial s’abattait sur l’Hexagone, pour plusieurs semaines. Retour sur cet épisode mémorable qui a fait de février 1956 le mois le plus froid jamais enregistré sur la France depuis 1900. »

 

On peut voir les deux pics négatifs des 2 et 5 février 1956. Et ce ne sont que des moyennes. Les pics record eux, arrivent, ville par ville :

« Pendant 3 semaines, un flux de nord-est ramène de l’air glacial sur la France, qui se retrouve alors prise entre un puissant anticyclone situé sur l’Europe continentale et des basses pressions sur la Méditerranée occidentale.
En s’engouffrant dans la vallée du Rhône, cet air glacial génère un mistral d’une extrême violence. Les rafales atteignent ainsi 180 km/h à Istres et 160 km/h à Orange.
Partout sur le territoire, le thermomètre plonge – parfois de plus de 15 degrés en 24 heures – pour atteindre des valeurs minimales records : -11°C à Lorient, -14°C à Boulogne sur Mer, -15°C à Paris et à Bordeaux, -17 °C à Beauvais et à Marseille, -18°C à Lille, -19°C à Cognac et à Toulouse, -20 °C à Aix-en-Provence, -21 °C à Macon, -22 °C à Agen, -23 °C à Metz et -25 °C à Nancy et Colmar. Au Pic du Midi (2880 m d’altitude), on enregistre -32,9 °C le 10 février.
Les rivières et les fleuves, et par endroit le littoral, sont gelés. »

On ne parierait pas sur une nouvelle glaciation, celle qui a vu le développement de Néandertal, mais pas non plus sur le réchauffement climatique que nous vendent les vendus du mondialisme. Il y a eu au Quaternaire (qui dure depuis 2,58 millions d’années) pas moins de 17 périodes glaciaires dont chacune a duré de 50 000 à 100 000 ans !
Profitons donc des quelques chaleurs à venir, qu’elles soient de la nature ou des hommes.

Les articles d’Hacène Arezki, sur E&R :

La science contre la désinformation
sur Kontre Kulture

 

 






Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1898574

    El les Européens étaient très loin de faire les malins quand ils sont arrivés sur la côte est de l’Amérique du Nord, eux ont vraiment crû qu’ils étaient arrivés en enfer, et sans l’aide des autochtones, aucun n’aurait survécu...

    Simple petite piqûre de rappel à nos cousins du grand nord.

     

    Répondre à ce message

  • #1898615
    Le 11 février à 11:56 par ONCLE MICK JAGGER
    Le monde entier se moque des Parisiens paralysés par 5 cm de (...)

    Ils sont gentils ceux qui se foutent de notre gueule dans les pays de part le monde :
    il n’empeche que ce fut galère cette semaine sous la neige : j’adore quand elle tombe, cela est une pur poésie de voir ses arbres ses maisos revetir l’habit blanc de l’hiver(le vrai) mais qand ca part en sucette ,du fait qu’elle perdure et cela se transforme en verglas : la c’est plus sympa : alors eux des pays sous dévellopé qui pourrait souligner que nous sommes des fiotes parce que nous flippons es qu’il y a 5 cm de poudreuse : je leurs dis deja d’une de ce faire des crepes, puis de rester dans leurs conneries crasse : car nous sommes en France et non en russie ou au canada ou au pole nord : paris et sa banlieue(surtout banlieue) ce fut hard via les transports, les écoles, et touti quanti.
    Je ne parle pas, des bobos ou autres spotifs (neuneu) qui faisait du ski ou de la luge a paris : eux sont dans une autre sphère : hors du temp et hors sol : ils vivent dans une bulle : le monde pourrait s’éfondrer autour d’eux qu’ils continuraient a écouter jjulien doré ou bioncey en brunchant a Montmartre....................
    JE défendrai toujours la France face aux autres pays qui vivent a l’age de pierre en faisant les gros bras.
    Vive la France, et boutons les envahisseurs de nos contrés : et envoyons des boules de neige a tout ces crétins du monde entier.

     

    Répondre à ce message

  • #1898634

    J’ai peut etre la mémoire qui flanche, mais je me souviens d’un hiver relativement rude, dans le début des années 80. Beaucoup de neige, plutot froid avec des tempés négatives assez longtemps, mais surtout des pluies verglacantes, bien plus dangereuses... On en avait pas fait tout un cirque, et le pays continuais de tourner malgré tout. Après je peux me tromper.

     

    Répondre à ce message

    • #1898703
      Le 11 février à 13:43 par Hacène AREZKI
      Le monde entier se moque des Parisiens paralysés par 5 cm de (...)

      Il y a eu de nombreux épisodes de froid vif et de neige au début des années 1980 (1980, 81, 82, 83). L’épisode le plus marquant, c’est janvier 1985 : jusqu’à -40 °C dans le Doubs, -18 °C à Paris, -23 °C à Troyes ou Clermont-Ferrand, -22 °C à Reims ; -7 °C et 38 cm de neige à Nice. À Paris, ce fut le mois le plus froid depuis 1838. Le mois de février a été pas mal aussi. Rebelote en janvier 1987 : moins froid (c’est relatif, hein ?! -13 °C à Paris, -10 °C à Marseille), mais plus de neige.

       
  • #1898702

    Marre du parisien bashing...
    Pour être honnête, il na pas neigé un ou 3 cm mais plus de 15cm, voir 20 en région parisienne.

    Et non ce n’est pas habituel, donc la ville se fige.

    Et je vous vois venir les provinciaux ou pire les Québécois qui se "gossent de nous"

    Comparons ce qui est comparable.
    La dernière tempête de neige parisienne avant cet épisode, remonte a Janvier 2013.

    Pas de pneu neige a Paris non, par contre au Québec c’est OBLIGATOIRE.
    Et les pour les Français habitants la montagne (qui se moquent) pardon d avoir cristallisé l info, nous parisiens egocentriques, mais on est 12 millions a vivre dans cette région.

     

    Répondre à ce message

    • #1898780

      D’après les vidéos il est peut-être tombé entre 10 et 15 cm, pas plus. Mais c’est déjà pas mal.

      En 2010, j’habitais en IDF, et on avait connu la même chose. Apocalypse avec 13cm de neige. 1h pour faire 1km en voiture. Zéro déneigement, zéro équipement, zéro comportement adapté.
      Beaucoup de Franciliens n’avaient pas pu regagner leur domicile après leur journée de travail.Les fortes gelées (en dessous de -10°C) par-dessus n’avaient pas arrangé la situation.

      J’habite maintenant en Suisse, il tombe souvent la même chose chaque hiver, et pas de chaos semblable, car ici les pneus neige sont (fortement) recommandés de novembre à avril et les déneigeuses actives dès 4h du matin.

       
    • #1898788

      « Pas de pneu neige a Paris »

      Bravo... C’est pas comme si la météo ne prévenait pas. Vous attendez une obligation légale pour assurer votre propre sécurité.

      « on est 12 millions a vivre dans cette région »

      Encore bravo... Ce n’est pas de Paris sous la neige dont le monde se moque, mais de vous les parisiens parqués et dressés comme des moutons incapables de faire quoi que ce soit sans les instructions de vos bergers.

       
    • #1899227

      Ami Christian, quand on parle à une femme et qu’on est pas le dernier des paltoquets, on commence par retirer son béret.
      N’oubliez pas que si il y a 12 millions de moutons en région parisienne, il y a 55 millions de blaireaux dans le reste de la France.
      Et moi ? (me direz-vous immanquablement)
      Moi, je fais partie des pigeons... je suis la blanche colombe de la paix... J’attends le moment propice pour venir vous chier sur la tête.
      Vous avez raison finalement Christian... Gardez votre béret.
      Amitiés Camarade de la réconciliation.
      Louis

       
  • #1898722

    A leur décharge, les Parisiens ayant rarement des épisodes neigeux, ils ne sont pas équipés et manque d’expérience en matière de conduite sur neige (la conduite nerveuse des Parisiens est totalement contre-indiquée en cas d’épisode neigeux). Qu’il tombe 5 ou 30 cm de neige ne change rien au fait que sans pneus d’hiver (à ne pas confondre avec les pneus cloutés) et sans déneigeuses, les routes deviennent en effet impraticables.

    Dans les régions où les hivers sont chaque année rigoureux, les communes sont équipées et organisées pour que les axes principaux restent dégagés. De même que les habitants sont majoritairement équipés de pneus d’hiver et de chaînes dans les cas les plus extrêmes. Idem dans les pays où la neige tombe chaque hiver...

     

    Répondre à ce message

  • #1898734
    Le 11 février à 14:23 par Moira Forest
    Le monde entier se moque des Parisiens paralysés par 5 cm de (...)

    J’ai vécu à Paris dans les années 80 et ait connu là-bas deux gros coups de froids en janvier 85 et janvier 87. Il n y avait pas eu un tel désordre. A mon avis, depuis cette époque, les gens sont encore plus déconnectés des réalités naturelles (et pas qu’à Paris et sa banlieue). Les services publics ont vu leur moyen fondre comme neige au soleil et il y a un plus grand stress, sans doute une plus grosse peur de perdre son emploi en cas de retard ou d’absence à son lieu de travail qu’à l’époque.

    Dommage, car j’ai pensé aux enfants de Paris et sa banlieue, eux n’ont du y voir que du merveilleux et j’en suis ravie pour eux.

     

    Répondre à ce message

    • #1898760

      Dans les années 80, il y avait aussi quelques millions d’habitants de moins qu’en 2018.
      Avouons que la conduite à Paris, c’est déjà la pagaille sans neige (en cause : une trop forte concentration de population)... Alors avec neige et sans équipement adapté, c’est le chaos général.

       
    • #1898769
      Le 11 février à 15:11 par Moira Forest
      Le monde entier se moque des Parisiens paralysés par 5 cm de (...)

      @ Héloïse, si je ne me trompe pas, la population de Paris intra muros est stable depuis cette époque. Le gros problème est sans doute l’extension de la banlieue : les gens viennent de plus en plus loin de la banlieue voire de plus loin (Oise, Yonne, Loiret...) à cause des loyers prohibitifs. Il n y a pas toujours de moyens de transport collectif et ils sont condamnés à prendre la voiture, quelque soit le temps....

       
  • #1898957

    Le titre de l’article : "Le monde entier se moque des parisiens paralysés par 5cm de neige",n’est pas tout à fait précis. Il fallait plutôt pointer les"responsable"politiques locaux et nationaux,et non les parisiens. Notons d’abord les nombreux incidents et accidents impliquant ces derniers temps une grosse société publique,la SNCF,et ce en plein saisons estivale et automnale : paralysie de la Gare Montparnasse par deux fois ces derniers mois,le grave accident qui a coûté vers fin 2017 la vie à quelques écoliers lors de la collision d’un bus scolaire avec un train,la fuite d’une coulée boueuse qui a paralysé le RER A,il y a quelques mois,etc...Et toutes ces défaillances se sont produites hors saison hivernale...Notons,également,les dernières dégradations de la propreté de Paris avec le pullulement des rats et le degré alarmant de la qualité de la chaussée des grandes artères de la capitale.
    Alors où chercher les causes profondes de ces graves
    dysfonctionnements ? Il n’est pas besoin d’être un grand expert dans le domaine des grands acteurs de la vie économique,des services publics et des grandes infrastructures pour désigner comme premiers responsables les politiques,et non les valeureux hommes et femmes du terrain. Je dis bien hommes et femmes du terrain. Ces véritables combattants de la pérennité du service public ne méritent que bel hommage et reconnaissance de la part de la population . En revanche,ces opportunistes de politicards,qui n’ont qu’une obsession maladive en tête : décrocher une"gamelle",moyennant intrigues et quémandage de postes.
    Si vous regardez le"parcours professionnel"de ces politicards,il n’y a que
    futilités et opportunisme . Pas le moindre service tangible,méritant respect et louanges,rendu à la nation...Or,on ne voit à la télé que leurs sinistres tronches. A l’opposé,les braves agriculteurs,les hommes du terrain des secteurs de l’équipement,des transports,de l’eau potable,de ramassage des ordures ménagères,de l’enseignement,de la santé et des autres services,on ne les voit presque jamais. Et pourtant,sans eux,aucune vie harmonieuse et sereine en société n’est possible...
    Il est grand temps de voir,de fond en comble,les rouages de recrutement du personnel politique. Une rupture avec les basses intrigues actuelles et les supercheries opérées en sous terrain,fragiliserait davantage le pays et le rend vulnérable. Évidemment,l’oligarchie n’est pas étrangère à ce désastre. ( à suivre )

     

    Répondre à ce message

  • #1898961

    La rupture avec cet état catastrophique,dis-je,n’est possible que si un corpus de principes immuables sont à ériger comme passage incontournable pour accéder aux grands postes de responsabilités politiques ou technocratiques. On en citera en premier,celui de l’obligation d’avoir travaillé et contribué substantiellement à la réalisation de projets sur le terrain.
    Ignorer les Héros du service public,et céder aux intrigues des politicards parasites,ne fait pas de mal physique à ces braves gens,et pourtant il détruit irrémédiablement la substance vitale du pays. ( Fin )

     

    Répondre à ce message

  • #1899070

    Tokyo 10M d’habitants, 10 000 employes municipaux, Paris 2M, 54 000 employes municipaux. On marche sur la tete.

     

    Répondre à ce message

  • #1899526
    Le 12 février à 20:59 par sorcière bien aimée
    Le monde entier se moque des Parisiens paralysés par 5 cm de (...)

    Chers internautes,

    Beaucoup de bruit pour rien comme dirait Shakespeare !
    Pendant ce temps là le coup de la CSG sur janvier est passé incognito, un peu de poudre de Perlimpinpin et le tour est joué ! Un scandale sur Hulot dont rien est clair.. de la bagarre pour du Nutella, cela occupe les moutons !!!
    Chapeau l’artiste, tchin tchin champagne
    Mes amitiés Emmanuel, une admiratrice cachée

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents