Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le président de l’Ordre des médecins encore une fois à plat ventre : "La deuxième vague arrive"

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Patrick Bouet met en garde contre une « deuxième vague » de coronavirus qui « arrive plus vite que nous le redoutions ». Le médecin généraliste met en cause la « technostructure du ministère de la Santé ».

 

La France devra affronter, « si rien ne change », une épidémie généralisée de Covid-19 pendant de longs mois, avec un système de santé « incapable de répondre à toutes les sollicitations », a prévenu le 27 septembre le président du Conseil national de l’Ordre des médecins.

« La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions », a déclaré Patrick Bouet dans un entretien au Journal du Dimanche, alors que l’Hexagone connaît une recrudescence des cas de contamination.

« Mercredi [23 septembre], Olivier Véran a choisi un langage de vérité, mais il n’est pas encore allé assez loin. Il n’a pas dit que, si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter pendant plusieurs longs mois d’automne et d’hiver une épidémie généralisée sur tout son territoire », a-t-il ajouté.

 

Patrick Bouet entrevoit une « épreuve » si rien ne change

Le pays n’aura pas de « base arrière dans laquelle puiser des renforts humains, avec un système de santé incapable de répondre à toutes les sollicitations », a encore fait savoir Patrick Bouet.

« Ce qui nous attend est une épreuve. Mais les professionnels de santé, à l’origine du miracle du printemps, ne pourront pas pallier à nouveau les carences structurelles. Beaucoup sont épuisés, traumatisés », a-t-il mis en garde.

Le médecin généraliste a regretté que « le bilan de la première période n’ait pas été fait pour mieux se préparer à celle-ci ». Selon lui, il aurait fallu pendant l’accalmie « mettre en œuvre un processus de retour d’expérience » en organisant « des réunions au ministère de la Santé avec tous les acteurs de la crise ». « Il était clair que les gens allaient se relâcher pendant les vacances et que les contaminations estivales des littoraux nourriraient les Covid urbains de septembre. »

Le président du Conseil national de l’Ordre des médecins a ainsi mis en cause la « technostructure du ministère de la Santé ». D’après lui, il est « urgent de créer un comité de pratique, une sorte de pendant au Conseil scientifique centré sur l’organisation, la logistique, le concret, et de le doter d’une déclinaison au niveau de chaque département ».

« Faute de quoi, c’est le Samu, et donc l’hôpital, qui devra à nouveau tout gérer, avec à la clé le même embouteillage qu’au printemps au numéro d’appel d’urgence », a déclaré Patrick Bouet. « Il faut que la médecine de ville soit à même de bien coopérer avec l’hôpital. »

Pour éviter un nouvel emballement incontrôlé de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement a imposé cette semaine aux principales villes du pays un sévère tour de vis, dont Paris et Marseille, s’attirant les foudres de certains restaurateurs et élus des Bouches-du-Rhône.

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

94 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Si comme Raoult le dit (enfin, son bras droit) la situation à Marseille s’améliore,



    On constate une diminution du nombre d’hospitalisations », plaide-t-il ce 24 septembre. « Ça fait quelques jours que, le matin, ils nous restent quatre, cinq lits de vide. C’est à dire que les urgences ne nous ont pas demandés d’hospitaliser des patients ».



    comment expliquer les patients marseillais qui vont bientôt être transferés à Paris, pour soulager les services réanimation des hopitaux marseillais ?

    Quid de ce que disent les méddecins de Marseille nord (le 17/09/2020)



    L’hôpital a recruté une centaine de soignants en renfort, mais la situation est préoccupante avec plus de 130 personnes en réanimation dans le département. "Sur les Bouches-du-Rhône, où la situation est beaucoup plus embêtante, pour vous donner un ordre d’idée, il nous reste qu’une dizaine de lits pour les patients Covid-19, une trentaine au total sur 300", explique le professeur Laurent Papazian, chef de la réanimation à l’hôpital Nord de Marseille.



    Je veux bien croire qu’il y a anguille sous roche, mais alors quoi ? Tous les hopitaux et hospitaliers qui envoient des patients à Paris sont complices ?

     

    Répondre à ce message

    • La contradiction est flagrante mais pas argumentée, il faudrait avoir toutes les informations pour conclure, ces informations ne sont pas divulguées, elles mettraient probablement en évidence la différence de protocole de soin qui fabrique des morts ou des guérisons et toute la différence entre le protocole Raoult et celui des services hospitaliers aux ordres des ennemis du Professeur.

       
    • Les chefs et les directeurs certainement, par intérêt : Argent , promotion . Par peur : Carrière, dénigrement .
      Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir du lobby pharmaceutique qui a forcement placé des corrompus serviles dans les postes clés . D’autant que la démonstration est déjà faite chez les "éminents"professeurs et experts chargés de la santé dans le gouvernement et de la propagande dans les médias .
      Je suis sur que des personnels hospitaliers comprennent et voient l’embrouille ne serait ce que sur les causes de la mortalité ou de la non saturation des services , mais ils choisissent la sécurité de l’emploi plutôt que la vérité. De plus si certains veulent réagir ou le font , n’imagine pas que les médias vont les promouvoir . Ils ont laissé passer quelques uns avant de les diaboliser, de les traiter de fous , de complotistes. Et la cerise : Proche de l’extrême droite , forcement nazi , raciste et antisémite . Selon cette mécanique bien huilée . Donc les gens réfléchissent a deux fois avant de la ramener .

       
    • Les opérations de transfert de malades sont de la pure com. En mars, quand on passait en boucle les exflitrations par hélico et tgv, les lits des cliniques privés restaient désespérément vides et ceux des aphp n’étaient pas complets. Aujourd’hui, les chambres n’ont plus deux lits mais un, Covid oblige. Bref, tout est fait pour rendre la situation explosive très vite. Tests foireux et tardif, refus de soigner en amont et fermeture des lits pour activer la pleureuse sur le 20 h.

       
    • @question

      Tous les hopitaux et hospitaliers ne sont pas
      complices, mais ceux que tu cites dans
      le journal, très certainement.

      comment expliquer les patients marseillais qui vont
      bientôt être transferés à Paris

      A Marseille, y a plus rien.
      C’est du grand théâtre pour les endormis.
      Ça participe au narratif de la peur.
      C’est aussi pour punir l’IHU Marseille et Raoult
      d’avoir flingué leur belle épidémie avec
      son traitement à l’hydroxychloroquine et
      Ça vaut d’avertissement pour les autres.
      Des mafieux aux manettes du pouvoir.
      Ça ne pourra que mal se terminer si ils persistent
      dans leurs conneries.

       
  • #2556153

    Pour la deuxième vague,
    il faut s’adresser à Bill et Mélinda Gates qui
    vous l’annonce avec le sourire.
    Tapez dans votre moteur de recherche préféré.

     

    Répondre à ce message

  • "Une p´tite M.G. trois compères
    Assis dans leur bagnole
    Sous un réverbère
    Lisent leur canard d´un air très fier
    Nouvelle vague
    Nouvelle vague
    Et dans ce canard qu´est-ce qu´on y lit ?
    Des tas d´histoires écrites par des gens rassis"
    Richard Anthony.

     

    Répondre à ce message

  • Il était pas épicier ouvert le dimanche soir dans une vie antérieure ?
    Il lui manque le ptit crayon derrière l’oreille..

    Avec tout le respect dû aux épiciers.

     

    Répondre à ce message

  • Le regard perdu dans l’azur de mon horizon, tel un coup d’œil lancé sur la mer latine, je vois très bien cette deuxième vague : seulement elle reste au large ; mistral, tramontane et vent d’est ont beau la balayer, rien n’y fait. Pas plus que la lune, reine des marées. Seuls les nuages moutonnent pour rappeler que sur terre ceux de Panurge suivent le troupeau et les ordres des bergers : qui exigent que leurs moutons soient dévots, à défaut d’être détruits.

     

    Répondre à ce message

  • #2556367

    On dirait un acteur d’un remake d’une nuit en enfer de Robert Rodriguez et Tarantino

     

    Répondre à ce message

    • Moi je le vois bien, avec un col pelle à tarte et un pantalon patte d’éléphant moule couilles en tergal , avec des bottines à talons compensées, un veston à paillettes sans manche, en train de chanter Born to be alive de Patrick Hernandez, en boîte de nuit disco, sous des boules a facettes et des spotlight

       
  • #2556368
    Le 28 septembre à 06:46 par Qué passa gringos !!
    Le président de l’Ordre des médecins encore une fois à plat ventre : "La (...)

    Lui manque plus que le sombrero et les cartouchieres

     

    Répondre à ce message

  • La seule chose à comprendre est celle-ci : d’un côté big pharma et ses larbins vendus, de l’autre un protocole de soin précoce bon marché et efficace. Entre les deux 25000 morts de trop comme meurtres en bande organisée, un pays ruiné de fond en comble, chantage aux hôpitaux mouroirs, brutalités de toutes sortes, putsch terroriste anticonstitutionnel et l’impossibilité d’admettre la chloroquine sous peine de succomber en justice, le tout en sachant que ce sont ces enculés innombrables qui sont aux manettes et prêts à tout pour sauver leurs ignobles peaux...OK ?

     

    Répondre à ce message

  • Avec leurs mensonges, ils sont en train de saper la confiance des gens dans les médecins et les pharmaciens.
    J’ai demandé à mon toubib, s’il me prescrirait de la Chloroquine si jamais je choppais le virus. ‘Nan, c’est dangereux pour le cœur. Mais une cortisone fera bien l’affaire’.
    J’ai demandé à un jeune c.. de pharmacien, si je pouvais avoir de la Chloroquine. ‘Nan, c’est dangereux pour le cœur’. Alors j’ai rétorqué que j’avais pris de la Nivaquine pendant de nombreuses années quand j’allais en Afrique. Il me répond ce mufle : ‘Mais vous n’aviez pas le même âge’.J’ai dit qu’il faisait un sale boulot et qu’il était enchainé à BigPharma.
    Moi désormais, les toubibs allopathes et les pharmaciens, ce sera l’exception.
    Je vais prendre un médecin homéopathe. Et si je choppe le virus, avec ma petite voiture, c’est direct l’IHU de Marseille pour me faire soigner selon le protocole Hydroxychloroquine + Azytromycine.

     

    Répondre à ce message

  • 4 milliards d’humains se soignent à la chloroquine/azitromycine avec d’excellents résultats pendant que les enculés tuent les malades ici- maintenant pour ne pas avoir à subir les conséquences de leur infâme corruption.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents