Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le renseignement français met en garde contre "la violence insurrectionnelle"

Les Gilets jaunes dans le collimateur

Une note du SGDSN détaille les contours de la nouvelle stratégie des services de renseignements. Si le terrorisme demeure la principale priorité, les Gilets jaunes sont également implicitement visés à plusieurs endroits dans le document.

 

La stratégie nationale du renseignement. C’est ainsi que se nomme ce document, daté de juillet 2019, et mis en ligne sur le site du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), rattaché au Premier ministre. Repéré par nos confrères du Monde, ce rapport de 13 pages est l’œuvre de la Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme et « constitue la feuille de route de Renseignement. Elle en décrit à la fois les enjeux prioritaires, les objectifs qui sont poursuivis et les adaptations qui doivent en découler en termes d’organisation », d’après le site du SGDSN.

Le document détaille « quatre grandes priorités » : « la menace terroriste », « l’anticipation des crises et des risques de ruptures majeures », « la défense et la promotion de nos intérêts économiques et industriels » et « la lutte contre les menaces transversales ». Selon le texte, ces priorités ont « vocation à être déclinées opérationnellement dans un nouveau plan national d’orientation du Renseignement (PNOR) ».

 

Les « crises de sécurité intérieure » font leur apparition

Si les Gilets jaunes ne sont pas clairement cités, plusieurs insinuations renvoient au mouvement social que connait l’Hexagone et qui vient de fêter ses 8 mois. « L’anticipation, l’analyse et le suivi des mouvements sociaux et crises de société par les services de Renseignement constituent une priorité », observe le texte, alors que les services de renseignements avaient eu toutes les peines du monde à pouvoir dresser une typologie clairement établie des Gilets jaunes.

Par ailleurs, cette feuille de route mentionne les black blocs, ces groupes structurés issus de l’ultragauche qui n’hésitent pas à user de violences durant les manifestations. « La montée en puissance des mouvements et réseaux à caractère subversif constitue un facteur de crise d’autant plus préoccupant qu’ils visent directement à affaiblir voire à ruiner les fondements de notre démocratie et les institutions républicaines par la violence insurrectionnelle », est-il expliqué. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner avait d’ailleurs dénoncé leur présence dans les cortèges de Gilets jaunes. Le document note « la captation des revendications traditionnelles que ces mouvements s’emploient à infiltrer afin de les radicaliser ».

Cette feuille de route énumère également les différentes actions violentes contre les personnes ou contre les biens comme le « sabotage » ou la « pénétration dans les enceintes protégées ». Cela en référence à la scène survenue le 5 janvier, en marge de l’Acte 8, durant laquelle des manifestants, dont certains Gilets jaunes, avaient enfoncé la porte du ministère du porte-parolat, occupé à l’époque par Benjamin Griveaux, depuis engagé dans une campagne électorale qui s’annonce tumultueuse à Paris, à l’aide d’un engin de chantier.

« La radicalisation de ces modes d’action appelle à une vigilance accrue des services de Renseignement dans leur fonction d’anticipation et de défense de l’État pour prévenir les violences de toute nature et la déstabilisation de nos institutions », est-il rappelé. Le texte fait apparaître qu’il est « essentiel pour conduire la politique de l’État de connaître les mouvements qui agitent notre vie sociale et a fortiori les courants qui traversent notre société ». Pour ce faire, il est préconisé une meilleur « connaissance de la vie locale » passant par « un lien » à entretenir avec « ses acteurs » comme les élus, le tissu associatif local ou les médias.

Enfin, le document précise qu’étant donné que les « crises de société » trouvent « une traduction particulière dans les expressions de voie publique », il faut les « anticiper » pour deux raisons : « garantir la liberté de manifestation » mais aussi « prévenir les violences » qui peuvent se retrouver dans les « manifestations festives ou sportives, voire [dans les] affirmations de vie en société » comme les « revendications d’ordre communautaire, religieux, éthique ».

Il est intéressant de noter que dans une ancienne version de la « stratégie nationale du renseignement », publiée en octobre 2014, il n’était à aucun endroit question de crise intérieure. De quoi réaffirmer l’importance du Service central du renseignement territorial, les nouveaux Renseignements généraux reformés en décembre 2014 sous l’impulsion du gouvernement de Manuel Valls, déjà au centre de plusieurs polémiques quant aux fichage des Gilets jaunes.

 

Cliquez ici pour consulter le document de la Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme

 

La prise de conscience rend en effet subversif, sur E&R :

Le pouvoir a les chocottes, sur E&R :

Et il est prêt à tous les mensonges pour se maintenir, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "pour prévenir les violences de toute nature et la déstabilisation de nos institutions".

    Il y a belle lurette que la France est "destabElysée" par la folle au pouvoir et les précédents "loque à terre" du petit château.

     

    • « de nos institutions »

      Ambigu !

      En quoi le Renseignement se préoccupe des institutions, c’est pas leur boulot !

      En fait c’est sous-entendu "de nos institutions... républicaines"... sinon ils auraient dit simplement "des institutions" ou "des institutions françaises".

      Puisque c’est la France entière qui est concernée. Mais non en fait c’est la République, c’est-à-dire pas la France.
      Et dans leur logorrhée subile et perverse ils essaient d’emmener avec eux les petites mains du Renseignement, qui est déjà mité c’est vrai, mais voilà : il y a bien deux camps, la France et la République.

      C’est du détail, mais à la façon de Maître Vigiuer : je décortique... Le diable est dans les détails de toute façon.

      Et est-ce raisonnable de dévoiler sa stratégie en la rendant accessible à tous donc aussi aux Gilets Jaunes ?

      Nous prendrait-on pour des buses ? Le document opératif n’est probablement pas celui-là.


    • Et tout cela pour protéger l’Occupant sioniste qui gangrène notre nation car en effet oui ce sont bien eux qui ont mit en place cette nouvelle surveillance (et perte de liberté) pour se protéger eux-mêmes !
      Vivement 2022 et le RIC en toute matière...


  • Est-ce les "institutions" que les services de renseignements doivent à tout crains défendre, ou les privilèges de l’oligarchie mondialiste corrompue, au pouvoir, ?

    Car en s’acharnant avec une répression inouïe sur les gilets jaunes, enfants du peuple de France, comme l’a fait le gouvernement, les fonctionnaires des services de renseignements deviennent ipso facto eux aussi des "collabos", et doivent être honteux de leurs basses oeuvres de délation.


  • "Frédéric Péchenard le dit lui-même"

    "Mettre en prison les 26.000 fichés S, ou ceux qu’on jugerait dangereux est impossible, car l’inscription dans un fichier n’est pas une preuve de culpabilité", a ajouté le ministre. "Frédéric Péchenard (élu LR et ex-directeur de la police nationale), qui n’est pas réputé pour être laxiste, le dit lui-même. Quant à l’expulsion d’étrangers en situation régulière et connus pour radicalisation, c’est déjà le cas. Nous avons réalisé 20 expulsions en 2017, un nombre jamais atteint auparavant", a fait valoir le ministre de l’Intérieur.

    https://actu.orange.fr/politique/ge...

     

  • "Menacent les fondements de la république" (sic) ? Mais justement, il faut les mettre à bas ces fondements. Qu’est-ce qui est plus sanglant, plus criminel, plus ultra violent, plus arrogant que la république et la secte qu’elle a engendrée ??


  • Le renseignement français met en garde contre "la violence insurrectionnelle"

    =

    Nous avons atteint les limites de nos compétences et de nos capacités de noyautage.

    =

    au prochain soulèvement qui arrivera immanquablement, la rue St Honoré devra choisir entre la capitulation et l’armée.

    =

    Si l’armée n’est plus sûre, l’armée d’en bas étant hostile à celle d’en haut, et celle d’en haut comme celle d’en bas divisée contre elle même, la capitulation de la rue St Honoré signifiera la guerre civile.

    =

    La guerre civile pour être future est donc certaine et la première que ça va décoiffer c’ est Madame Ocedar, Cougar de Pinocchio.

    =

    Ce sera une guerre civile à 3x3, inédite en France, du moins dans ces dimensions :

    - pays légal vs pays réel et pays allogène
    - pays allogène vs pays légal et pays réel
    - pays réel vs pays légal et pays allogène.

    Chacun sera donc exposé à prendre une balle dans le front et une balle dans le cul à tout instant et en même temps.

    Ils ne vous le disent pas parce que ce sont des enkulés mais on vous le dit parce qu’on vous aime bien quand même :

    - celui des trois qui sera le plus arriéré technologiquement, ou le plus démuni scientifiquement, c’est lui qui perdra la guerre, quel que soit son nombre ou ses soutiens financiers.

    - Façon indiens d’Amérique (du Nord et du Sud).

    - (...)

    De profondis.

     

  • #2246572

    Les officines de "renseignements" sont les pires. Ils agissent dans une zone grise, largement maintenue dans l’invisibilité. Ces services sont toujours les petites mains des coups fourrés peu avouables. Eux, on est sûr qu’il ne travailleront jamais pour le peuple.


  • "la violence insurrectionnelle"...
    C’est fantastique..chez les autres. Mais à domicile on exige que les otages/victimes, supportent sans révolte ce qui les provoque ailleurs. La défense des zinstitutions comme gagne-pain de tous les chimpanzés sans scrupules perchés dans les structures d’un appareil d’état qu’ils ont aménagé à leur intention ; machine à cash vendue au plus offrant avec des prestataire prêts à tout, à condition de toucher le prix du ticket d’entrée. Ce pays est trahit.



  • " Il est intéressant de noter que dans une ancienne version de la « stratégie nationale du renseignement », publiée en octobre 2014, il n’était à aucun endroit question de crise intérieure"




    .
    Sauf que la France est en crise intérieure depuis le putsch maçonnique en 1789.

    Et ils ont oublié d’écrire que le cœur de cette crise n’est pas Le Gilet Jaune, mais le terreur et le rackettage fiscal, les taxes forcés et injustes, les salaires de misère, la migration massive et non désirée de non-européens

    Les pauvres, ils pensent que le Peuple les subira encore longtemps.

    Au Nom du Christ, nous sommes tous, et nous serons tous et pour toujours les Gilets Jaunes.


  • Apparemment, tous les GJ un peu remarquables ou remarqués sont sur écoute depuis longtemps.


  • C’est pour mettre les jetons et jeter la suspicion au cœur des campagnes ou pourrait s’organiser la revolte ou des actions ciblées .


  • le terrorisme qu’il soit là pour déstabiliser des pays ou pour freiner des mouvements sociaux, est toujours l’outil des capitalistes crée par eux
    il n’y a donc en réalité qu’un ennemi visé par le "renseignement français", c’est le prolétariat qui se manifeste dans la lutte de classe


  • Il me semble qu’il y a une ambigüité dans l’esprit tordu de ces grattes papiers, car si ils considèrent que la raie publique est européiste la logique voudrait qu’ils surveillent aussi les "frexiteurs"...


  • On parle de l’immigration massive africaine ?


  • C’est quand même malheureux que nos sercvices de sécurité soient amené à fliqué les GJ, mouvement ô combien légaliste (personne n’ a appelé au coup d’Etat), et qu’on met sur les même plan les GJ et ces v3rmines de Black Block, autrement plus dangereux car structurés.


  • "visent directement à affaiblir voire à ruiner les fondements de notre démocratie et les institutions républicaines par la violence insurrectionnelle"

    - Primo : la république n’est pas un régime démocratique. Le seul régime démocratique qui existe c’est ... la démocratie (désolé pour le faible suspense)

    - Secondo : s’il n’y avait pas eu de violence insurrectionnelle, il n’y aurait pas eu la révolution judéo-maçonnique en 1789 et ces messieurs de "la gestapo républicaine" n’existeraient pas.

    - Tertio : Il faut rappeler à ces messieurs de "la gestapo républicaine" "le droit des peuples à disposer d’eux même". Ce qui signifie que si le peuple à envie de foutre à terre la république, il en a le droit.

    - Cerise sur le gâteau : très récemment, "La gestapo républicaine" a accoucher d’un mégot de cigarette pour l’incendie de Notre Dame de Paris (ça en dit long sur leur efficacité et leur motivation au travail).

    Conclusion : Ces messieurs du renseignement sont clairement des traîtres à la Patrie.

     

  • ...visent directement à affaiblir voire à ruiner les fondements de notre démocratie...
    où ça ? Quelle démocratie ?
    un pays où la surveillance de la population se généralise ?


  • Les services de renseignements sont mis au turbin, parce que rien ne remonte des syndicats corrompus et endormis par la prébende !
    ти́ше ! ти́ше !
    [ chut ! mutus, modus vivendi ! ]


  • #2246748

    Tout cela relève d’une grossière théorie du complot. Pourquoi des citoyens, pourquoi des nationaux, auraient-ils l’idée saugrenue de semer le chaos au sein du pays ?


  • les zones de non droits , ça le renseignement il accepte et ferme sa bouche , il fait canard ... car ça collabore sec .
    trop bons trop cons !

    le message est passé .



  • Si le terrorisme demeure la principale priorité, les Gilets jaunes sont également implicitement visés à plusieurs endroits dans le document.



    C’est très simple, pour le pouvoir terrorisme et "insurrection populaire" sont une seule et même chose... s’il n’a pas tiré sur les GJ à balles réelles, c’est simplement parce qu’en face ça n’a pas sorti les fusils.


  • mais oui ! mais oui !
    voilà ceux qui pourrissent la france depuis 40 ans : les gilets jaunes

    bon sang mais c’est bien sur !

    on n’avait pas mit les bonnes lunettes

    merci nos bon maîtres !


  • #2246863
    le 26/07/2019 par Je ne suis pas un rebelle, c’est les autres qui sont des moutons (...)
    Le renseignement français met en garde contre "la violence insurrectionnelle"

    « La radicalisation de ces modes d’action appelle à une vigilance accrue des services de Renseignement dans leur fonction d’anticipation et de défense de l’État pour prévenir les violences de toute nature et la déstabilisation de nos institutions »
    Va Fan Culo


  • #2246866
    le 26/07/2019 par Je ne suis pas un rebelle, c’est les autres qui sont des moutons (...)
    Le renseignement français met en garde contre "la violence insurrectionnelle"

    La France dort d’un sommeil profond et léthargique
    Et les flics sont ses domestiques
    Les chiens de garde sautent sur tout c’qui bouge
    Et ça tombe comme des moustiques
    Mais parfois la France fait des cauchemars
    Quand ses fils se mettent à gronder
    La France dans son sommeil agité
    Touche ceux qui passent à sa portée
    Ohé, Ohé......
    Rien à faire pour la réveiller


  • Dites les planqués de la SGDSN, vous n’avez pas remarqué que l’ennemi est vêtu d’un costard cravate ? Vous êtes très cons parce que nous, nous avons les noms de ceux qui représentent le danger majeur pour le pays. Si pour vous l’homme du peuple est le danger, c’est que c’est vous qu’il faut éliminer.


  • Alors maintenant les services de renseignement Français donnent par voie de presse leur feuille de route ? Deux solutions : soit on se fout de notre gueule, ou soit on se fout de notre gueule.
    Enfin, quoique, vu les nazes que nous nous coltinons...


  • le gouvernement chouchoute les trafficants ,les pédophiles, les violeurs et autres justificaeurs pour plus de flics et de cameras , mais massacre du Gilet Jaune.

    ces exécutants s’isolent du pays réel et jouent le jeu de ceux qui leurs pissent à la raie en coulisse ...

    mais une tape sur l’épaule et ils sont content ils prennent cela pour de la reconnaissance. triste personnages du renseignement.

    à moins qu’ils soient triés comme les boulets de l’élysée ?
    dans ce cas il y a préparation de guerre civile .


  • #2247578

    "des services de Renseignement dans leur fonction d’anticipation et de défense de l’État"




    C’est quoi concrètement "l’Etat" de nos jours, le savent ils vraiment ces gens du "renseignement" ?


  • Nos élites corrompus depuis une quarantaine d’années sont de véritables "pompiers pyromanes"(avec tout le respect pour les pompiers),qui n’hésitent pas a stigmatiser quand cela va mal ;en l’occurence,en ce moment,les G.J qui ont dénoncé des "tabous"
    et un système qu’une majorité de français refusent d’admettre...Ne nous trompons pas
    d’ennemis... !!Les traitres et grands argentiers ne font pas partis du peuple... !


  • ’’Le renseignement français’’...
    Le noyautage, l’instrumentalisation, les faits avérés de trahison qui n’ont pas été clairement désignés comme tels et évidemment pas poursuivis ; impliquent de définir ce qu’est réellement ce qu’on désigne sous cette appellation. L’acharnement de l’appareil d’état contre la population autochtone est indiscutable et factuel. Le rôle des institutions vouées au renseignement, à la coercition, à la surveillance, est essentiel dans l’organisation de cette stratégie qui ne peut que viser à l’évincement afin de spoliation. Ce pays est trahit.


Commentaires suivants