Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Le risque d’un conflit est bel et bien réel" à Taïwan, entre la Chine et les USA

La multiplication des raids chinois dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan répond à des objectifs définis par Pékin. Antoine Bondaz, spécialiste de la Chine, explique les enjeux de ces manœuvres.

 

Vingt-huit bombardiers et avions de chasse chinois ont survolé la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan récemment. Treize, le 23 janvier, puis quinze le lendemain. « La fréquence de ces incursions s’accroît de façon considérable », note Antoine Bondaz, spécialiste de la Chine à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), qui en a comptabilisé plus de 380 en 2020 et 53 pour les vingt-cinq premiers jours de janvier.

 

 

Lignes rouges – Jean-Baptiste Mendes reçoit Antoine Bondaz, chercheur spécialiste de la politique étrangère et de sécurité de la Chine à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), responsable du programme « Taïwan sur la sécurité et la diplomatie ».

Selon le chercheur, les objectifs de Pékin sont de « tester la défense aérienne de Taïwan », de « démoraliser la population en mettant en scène la supériorité militaire de la Chine » et également d’envoyer un message à Washington afin de « tester les garanties de sécurité américaines envers Taïwan ». Ce qui est assumé par Pékin.

Le Bureau des affaires taïwanaises, organisme du gouvernement chinois, s’est exprimé ce 27 janvier. Il a prévenu que ces exercices militaires constituent un « avertissement solennel » aux États-Unis et aux « indépendantistes » taïwanais. « Nous ne promettons pas d’abandonner le recours à la force » a ainsi menacé la porte-parole du Bureau chinois. Alors que la nouvelle Administration Biden a envoyé ce 24 janvier le porte-avions USS Roosevelt en mer de Chine méridionale, « le risque d’un conflit est bel est bien réel » pour Antoine Bondaz.

L’épisode précédent sur E&R :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • ola cohen @lolaweb71
    PARFAIT... Pour entrer en Chine, les Chinois exige maintenant de pouvoir rentrer en vous ! Les passagers qui arrivent en Chine doivent se soumettre à un nouveau test de dépistage du Covid-19, effectué non plus dans le nez ou la gorge, mais dans le rectum.
    une autre façon de se faire mettre .....

     

    Répondre à ce message

  • Ha les Chinois ,il ne faut pas les énervés sinon boom boom boom
    10 000 000 de Chinois qui meurent sous les bombes atomiques c’est pinuts
    Oncle Sam face à Pere Sun Yat-sen et Oncle Mao ,Oncle Sam va chier liquide.

    Justement si les mondialistes veulent faire des emplettes ,avoir le cul bordé de nouille en Chine il doivent montrer patte blanche et le cul soigné.
    Bah oui il y a un nouveau test PCR,écouvillon dans le cul ,après le suppo v’la l’écouv dans le derche,j’en connais dans le milieu du show baise parisien qui seront ravis.
    Macron il fera comment pour rentrer en Chine bah comme tout le monde allez zou,l’arroseur arrosé !
    Ne vous inquiétez pas Mr Macron cela ne pique pas !

     

    Répondre à ce message

  • Prolixe indigent et consensuel, quel ennui d’écouter ces experts universitaire de même pas 30 ans d’age.

     

    Répondre à ce message

  • Les amerlocks ont intérêt à déguerpir vite fait ! Sinon il repartiront la queue entre les jambes ou ... sans la queue ! La Chine ce n’est pas l’Iran ou la Syrie !

     

    Répondre à ce message

  • Depuis des décennies les travailleurs chinois triment douze heure par jour pour nous fournir tout, a un prix ridicule, décidé depuis wall street.

    Cette extorsion a lieu grâce à la menace militaire permanente qu’exercent les américain depuis Taïwan, ces mecs ne testent pas leurs missiles dans le Névada ou a Hawaï mais bel et bien en face des côtes chinoises.

    Sur mon p’tit porte conteneur de 350 mètres, 100 000 tonnes de cargaison, majoritairement des déchets lorsque l’on y va, et toute la merde consumériste quand on repart, on devait sans cesse faire des zig zag pour éviter ces zones de tirs établies au préalable.

    Mais je participe a un braquage ! Nom de Dieu ! C’est certain ! ... Les américains ont le fusil et moi le camion, et on se casse comme ça... Ôh ! ôh ! quel scandale !

    Il est fini ! Ah ! Ah ! Ah !

     

    Répondre à ce message

    • Personne ne trime pour toi, Erwan mais toi tu trimes pour les US et leurs sociétés et tu retrimes pour acheter tes besoins à Leclerc qui sont tous fabriqué en Chine.
      Résultat Us 1ere puissance financière Chine 1ère puissance industrielle. Toi, Erwan tu travail et tu consomme. Et ton président c’est pas toi qui le choisi ;) A bon entendeur.

       
  • Pour ceux qui qui comme moi ont connu les heures anxiogènes de Cuba dans les années 60 entre URSS et USA constatent bien un bégaiement de l’histoire mais en sens inverse cette fois. En un mot : ATTENTION !

     

    Répondre à ce message

  • Cela fait plus de 70 ans qu’il y un risque de conflit imminent perpétuel. Ce n’est jamais arrivé et cela n’arrivera probablement pas. Éternelles gesticulations des deux côtés qui n’aboutiront pas vers un conflit armé. D’abord la Chine n’a pas besoin de tirer un seul missile sur Taiwan pour mettre à genoux ce pays. Un simple blocus économique sévère qui laisserait toutefois passer le nécessaire vital pour les populations (alimentaire, médicaments) suffiraient largement. Taiwan n’oserait probablement pas répliquer par la force si confronté à un tel blocus tant la disproportion des forces en jeux est colossale et irréductible. Ensuite la Chine n’a aucun intérêt à se montrer violente envers les Taïwanais si l’objectif est la réunification. Une agression qui ferait souffrir les petites gens ferait naître un ressentiment durable qui toucherait l’ensemble de la population et pas seulement les indépendantistes taïwanais. Certes la Chine gagnerait aisément un conflit armé, mais c’est la suite qui deviendrait problématique dans ce cas de figure. Traditionnellement dans ce genre de situation l’agresseur peut faire baisser le ressentiment des populations soumises en leur apportant une nette amélioration socio-économique par rapport à la situation antérieure (nouvelle libertés, amélioration des conditions matérielles...), or la Chine ne peut rien apporter de mieux que ce qu’a déjà Taiwan en terme de prospérité économique, libertés individuelles et politiques...Dans tout ces domaines Taïwan est supérieure à la Chine et de très loin. Enfin la Chine ne considère pas Taiwan comme un territoire ennemi à anéantir mais comme une province appartenant à part entière à la république populaire de Chine, de ce fait bombarder cette île est perçu comme aberrant. C’est un peu comme si on s’infligeait de gros coups de marteau et hache sur une main paralysée plutôt que de tenter de résoudre le problème de manière plus douce et rationnelle comme la rééducation physique...

     

    Répondre à ce message

  • Les Américains se coucheront. Ils savent qu’un conflit chaud avec la Chine n’est pas dans leurs intérêts. Et depuis quand les USA prendraient le risque de perdre gros pour aider un "allié" ? Les USA n’ont pas d’alliés mais que des pions.
    Depuis longtemps la Chine aurait pu mettre le grappin sur Taiwan, elle ne l’a pas fait non pas par peur des USA, mais parce qu’elle ne veut pas se mettre à dos l’ensemble de la population taïwanaise et ainsi rendre beaucoup plus difficile l’éventualité d’une réunification. Employer la force contre Taiwan rendrait totalement illégitime une éventuelle réunification. Il y a approximativement la moitié des Taïwanais qui ne sont pas foncièrement hostile à une réunification tant que sont respectés les libertés fondamentales (droit à la propriété privée, libertés économiques, libertés religieuses...) Par contre en cas d’agression destructrice c’est l’ensemble de la population qui serait hostile à la Chine...les Taïwanais ont parfaitement conscience de la supériorité en terme socio-économique de leur île et en sont fiers et très jaloux. Ils n’accepteront probablement pas une régression à la chinoise.

     

    Répondre à ce message

  • On s’achemine vers une autonomie d’un Taiwan désarmé qui conservera tout ces prerogatives mais sera sous contrôle militaire et politique de la Chine.
    Un peu comme Honk Kong.

     

    Répondre à ce message

    • #2654720

      Enfin, dans ce fatras de commentaires ineptes, une analyse intéressante, voire une probabilité.

      Taïwan n’est qu’un état-tampon entre deux superpuissances, lesquelles s’arrangeront sur son dos et l’ex-Formose rentrera lentement mais sûrement dans le giron continental.

      L’analogie avec Hong-Kong est pertinente, Taïwan n’est pas le Tibet...

       
  • #2654869
    Le 30 janvier à 14:16 par Tortue géniale participative
    "Le risque d’un conflit est bel et bien réel" à Taïwan, entre la Chine et les (...)

    Analyse superficielle qui ne mentionne pas l’essentiel : les raisons qui poussent la République Populaire à récupérer son ancienne province malgré la présence US à Formose (du portugais Formhosa, c’est ainsi que les explorateurs portugais baptisèrent Taïwan lorsqu’ils y accostèrent au XVIIème siècle).
    C’est la présence de TSMC, la Taïwan Semi Conductor Manufacturing Company, seule entreprise disposant d’usines permettant la gravure de semi-conducteurs en 5 nanomètres. Trump a interdit aux taïwanais de vendre leurs puces au chinois Huaweï, provoquant l’ire de Pékin. TSMC prévoie de passer à une finesse de gravure de 3 nm dès 2022, c’est cette technologie qui équipera les futures "Smart Cities" régies par le nec plus ultra en matière d’IA (Intelligence Artificielle), à ce niveau on est plus très loin de Skynet (cf Terminator 2).
    Même l’américain Intel, pionnier dans le domaine des microprocesseurs, n’arrive pas à égaler TSMC, car ayant des difficultés à finaliser leur process en 7 nm.
    Quant aux européens ils sont au fraises, comme d’habitude avec une finesse de gravure de 28 nm. Pour illustrer mon propos, je renvoie mes camarades au propos de Poutine : "celui qui sera leader en matière d’IA dominera le monde".
    La Chine essaiera tôt ou tard de remettre la main sur Taïwan, sans doute vers 2025. Si elle ne le fait pas, elle laisse la prédominance stratégique aux USA.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents