Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le sel de Guérande : terroir et artisanat

Le sel de Guérande provient des marais salants de Guérande où il naît de la seule alchimie de l’océan, du soleil et du vent.

 

Le paludier a pour mission de récolter le sel en été dans les salines qu’il doit aussi entretenir tout au long de l’année. En automne, le sel doit être protégé en prévision de l’hiver, et en cas de grandes marées. En hiver, le travail est un peu plus calme, mais le paludier se doit de protéger les marais des gelées. Au printemps, il doit vider les salines où l’eau de pluie s’est accumulée et retirer la vase et les algues.

Le métier de paludier est l’une des rares professions agricoles qui utilise une technique exempte de mécanisation et d’apports de produits chimiques.

Chaque année à Guérande, un paludier peut produire de 60 et 90 tonnes de gros sel et de 2 à 3 tonnes de fleur de sel (une production qui peut être variable selon le climat). Le gros sel est « ratissé » sur le fond argileux du marais, naturellement gris, il est riche en magnésium et en oligo-éléments tandis que la fleur de sel, cueillie à la surface, d’un blanc immaculé, est constituée de fins cristaux neigeux.

Depuis des siècles, les paludiers sont les héritiers et les gardiens d’un patrimoine unique.

 

Un paludier de Guérande :

 

Noirmoutier : gueuleton avec un bon vivant saunier !

 

Retrouvez notre sélection de sel sur Au Bon Sens ! :

 

***

 

Prenez soin de votre terroir avec Au Bon Sens !

 

Au Bon Sens, sur E&R :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2713118
    Le 25 avril à 13:33 par thom_19
    Le sel de Guérande : terroir et artisanat

    Merci à Eet R pour cet article. Une petite précision historique : lors de la marche germanique dans tout l’empire, romains, les Vénètes, une fois arrivés dans la vallée du Rhône, se séparèrent en deux. Une partie alla s’installer dans la région appelée la Vénétie, mais un autre rameau resta en gaule et une partie de ce rameau s’installa en Bretagne. Ce sont ces Vénètes qui furent les premiers paludiers de Guérande.
    Ca, c’est pour la gueule à PYR, ce soit disant patriote qui déteste les germains ( mais qui adore les anglais et leurs alliés sémites), et prétend que la France n’a pas de racines germaniques !!! Il suffit d’étudier l’allemand pour se rendre compte du nombre de mots français qui viennent de Germanie

     

    Répondre à ce message

    • #2713252
      Le 25 avril à 18:47 par questionneur
      Le sel de Guérande : terroir et artisanat

      PYR est l’acronyme de ?

      Merci

       
    • #2713273
      Le 25 avril à 19:34 par fajs
      Le sel de Guérande : terroir et artisanat

      Et évidemment lorsque les Francs se sont répandu en suivant la Loire, ils sont tombé sur les Vénètes en Bretagne et leur ont tapé sur la gueule régulièrement pour résoudre les conflits entre les vénètes et les "encore gaulois" (poitevins du sud de la Loire).
      J’ai bon ? Oui/non ?

       
    • #2713310
      Le 25 avril à 20:47 par eric
      Le sel de Guérande : terroir et artisanat

      Pierre-Yves Rougeron

       
    • #2713461
      Le 26 avril à 06:43 par Antoine
      Le sel de Guérande : terroir et artisanat

      les Vénètes sont des Celtes pas des Germains. Une partie s’est installée en Vénétie (Veneto en italien, bref Venise), quant à l’autre branche personnes ne sait pourquoi. Sans doute un comptoir commercial. Quoi qu’il en soit avant le déploiement des romains et leur insondable bêtise.

       
  • #2713135
    Le 25 avril à 14:27 par SR.F
    Le sel de Guérande : terroir et artisanat

    Si l’obtention du sel par évaporation de l’eau de mer était facile et rapide ,le sel n’aurait jamais été aussi cher que l’or au XVI éme siècle.

    Par le principe de la mécanique des fluides le sel ,comme le sucre ,comme l’huile ,comme le talc ,comme l’eau oxygéné,comme la farine sont des désinfectants.

     

    Répondre à ce message

  • #2713139
    Le 25 avril à 14:38 par cftc
    Le sel de Guérande : terroir et artisanat

    Bravo E&R, donnez le goût du terroir, de l’authentique, vous ferez fuir les hypocrites.

     

    Répondre à ce message

  • #2713148
    Le 25 avril à 15:09 par frédéric
    Le sel de Guérande : terroir et artisanat

    C’est marrant car hier j’expliquais justement à mon fils comment était "fabriqué" le sel. Et paf vous nous refilez une vidéo sur le fameux sel de Guérande. Merci pour ce petit moment de culture général.

     

    Répondre à ce message

  • #2713169
    Le 25 avril à 15:54 par alex
    Le sel de Guérande : terroir et artisanat

    Bon travail de france ; sinon sans critiquer le Sel, je ne pourrais perso pas en mettre sur de la viande griliée, je crois etre déshabitué. je n’en met sur aucun plat (sauf exeptionnellement :)

     

    Répondre à ce message

  • #2713467
    Le 26 avril à 06:57 par Mich
    Le sel de Guérande : terroir et artisanat

    La récolte du sel (de mer) est encore fait de manière traditionnelle, où la mécanisation et le processus d’industrialisation difficile ; c’est pourquoi il a subi facilement les foudres des organismes de santé, au contraire du sucre (largement exploité par des multinationales), pourtant un véritablement poison, et on le rencontre de plus en plus ! Quand on vous que le mondialisme veut notre bien...

    Sinon, anecdote perso, j’aime beaucoup les plats suffisamment salés (j’ai horreur des plats trop fades), et si vous êtes comme moi, passez vite au sel de Guérande (je ne sale depuis un moment plus qu’avec ça), son "pouvoir salant" est supérieur à un sel de table (car ce dernier contient des additifs "recommandé" par l’OMS (encore eux), l’iode et fluor, deux poisons encore...). Du coup je sale moins quantitativement. Très franchement vous sentirez la différence.

     

    Répondre à ce message

    • #2713628
      Le 26 avril à 12:50 par sedevacantiste
      Le sel de Guérande : terroir et artisanat

      Le sel de Guérande est vraiment bon, goûteux. Ce n’est effectivement pas le cas de tous les sels, même naturels. On n’a pas besoin d’en mettre beaucoup pour le sentir.