Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

Ce portrait du fasciste belge Léon Degrelle réalisé il y a 40 ans frappe par son acuité et sa modernité politiques. Un exemple parmi beaucoup d’autres : c’est lui qui va lancer l’expression de banksters qu’il va coller – non sans raisons – à ses ennemis politiques. Un homme d’exception dans la fureur du XXe siècle.

« Ce qui me révoltait c’était l’injustice sociale. Si je n’avais pas eu cette chape de christianisme qui nous écartait, j’aurais été bien plus volontiers socialiste... Pour moi la politique ça consiste à rendre les gens heureux, ça consiste pas à édifier des constructions savantes. Et il est évident que les gens étaient malheureux et que le socialisme était nécessaire : il fallait faire sauter cette baraque empoisonnée du grand capitalisme ! Eh bien dès cette époque-là il y a eu deux choses qui dès le collège m’ont passionné : c’est la grande construction ordonnée de l’État. Les principes d’autorité, de responsabilité, de durée, qui sont la base du rexisme. Et la passion sociale. »

Comprendre les deux guerres en profondeur
avec Kontre Kulture

 

La Belgique et l’Europe dans les années 30 et 40, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2090879

    Excellent documentaire entre histoire réel et auto-mythe.
    Je rajouterai, comme écrit dans Réfléchir et Agir, que Charlier a réalisé ce documentaire parce qu’il avait le souvenir de Degrelle quand son père l’avait emmené à un de ces meetings quand il avait 5 ans.
    Cerise sur le gâteau (tjrs par R&A) : Ce documentaire a été déprogrammé par la télévision française sur l’insistance de Simone Veil et a été remplacé par un feuilleton à succès : "Holocauste".


  • #2090895

    L’expression "bankster" vient pas de Céline plutôt ? Il me semble


  • #2090932

    Avez-vous déjà entendu UN SEUL homme politique clamer haut et fort publiquement être avide et corrompu ?!?

    Croyez-vous que les pouvoirs, les cités, s’érigent sans injustice et sans crime ?!?

    Mais que les peuples sont plus bêtes que bête !!! :-z


  • #2090951
    le 30/11/2018 par lincredule2
    Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

    Sur Léon Degrelle, je conseille la lecture du livre de la Duchesse de Valence, Louise Narvaez : "Degrelle m’a dit".

     

  • #2090960
    le 30/11/2018 par A. Lassalle
    Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

    Il faut savoir que lorsque ce documentaire est sorti, au début des années 1990, Simone Weil a fait interdire en France sa diffusion, des fois que d’aucuns comprennent que l’histoire, que l’on nous raconte depuis 73 ans, n’est peut-être pas tout a fait conforme à la réalité.

    En visionnant ce documentaire, on comprend que l’histoire à parfois de fâcheuses tendances à se répéter, et que curieusement les mêmes causes ont tendance à générer les mêmes effets.

    Léon Degrelle s’est-il trompé de camp ? A chacun de se faire son opinion. En tous cas il n’avait pas choisi de soutenir les banques anglo saxonnes, qui déjà à l’époque avait la main mise sur les nations européennes, cette opportunité leur ayant été offerte par la défaite de Napoléon à Waterloo. Et cela dure ainsi depuis 1815.

     

    • #2091154
      le 30/11/2018 par Zharradan
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      S’il vous plaît, par pitié, ne confondez pas Simone WEIL avec Simone VEIL !
      Je vous laisse aller vérifier vous-même votre confusion.
      Errare humanum est
      Amicalement


    • #2091253

      C’était en 76...et le premier ministre Barre,sans l’avoir vu mais à la demande de Jean-Pierre Pierre Bloch,l’a fait déprogrammer et remplacer par un feuilleton que la télé ne voulait pas au départ.."holocauste".... !!!

      Jean Michel Charlier a donc sorti un livre avec l’entrevue complète de Léon Degrelle que ce film ne montre que partiellement !


    • #2091309
      le 01/12/2018 par A. Lassalle
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      A Zarardhan, merci de votre remarque Cher Monsieur, soyez assuré que je n ’ai pas confondu les deux personnes, il s’agit simplement d’une erreur de patronyme du moins dans son orthographe.
      Salutations.


  • #2091015

    Il faudrait corriger la citation. Écoutez-bien, il dit :
    Si je n’avais pas eu cette chape de christianisme qui nous écartait DU PEUPLE, j’aurais été bien plus volontiers socialiste.


  • #2091038

    Tout état est par essence capitaliste... Degrelle en tant que personne (et personnalité historique) est intéressant, mais il ne faut pas faire l’impasse sur les illusions et incohérences de ce type de parcours (le fascisme, rexisme, nazisme) qui se voulait anticapitaliste, pour un rehaussement spirituel, une fortification de l’âme des européens, mais adoptait par ailleurs tous les travers politiques et idéologiques permettant au capitalisme de perdurer dans la forme fasciste ; celui-ci n’étant en dernière instance qu’un capitalisme d’état autoritaire. Soit une forme concurrente et réactionnaire du capital Yankee, régressive par rapport au mouvement historique de celui-ci. Il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet, mais les fascistes/nazies ont été les idiots utiles de leur époque... Que cela serve aux générations actuelles : il ne s’agit pas de courir après le capitalisme en voulant réorienter celui-ci vers une transcendance, une forme plus élevée pour les âmes des hommes, en réformant le système capitaliste : c’est toujours voué à l’échec ; il s’agit au contraire de lui courir devant, toujours plus loin vers un au-delà du capital, contre tout projet réformiste, pour l’abolition radicale de l’économie-politique.

     

    • #2091048
      le 30/11/2018 par Alain SORAL
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      Fais le même commentaire sur le destin du "socialisme réel" en URSS et on sera d’accord !
      AS.


    • #2091066

      Je ne sais pas si j’ai bien compris ton commentaire mais il me parle. Moi je suis intéressé par le libertarisme (des Libertariens) tout comme je suis fasciné par ce qu’a réussi à faire l’Allemagne Nationale-Socialiste (Ouvrière) de 1920 à 1940. Un capitalisme contrôlé par l’Etat (qui l’oriente plus ou moins, et en lisse les éventuelles dérives) dans le souci du Bien Commun.
      Et d’ailleurs si j’ai commencé à lire sur l’Allemagne de cette période, c’est parce qu’à l’école personne ne nous a expliqué pourquoi et comment Hitler a redressé le pays de façon si spectaculaire. C’était du jamais vu dans l’histoire du monde, pourtant cet épisode était plus ou moins passé sous silence...
      De toute façon, l’économie est une fausse science (une science molle) surtout parce que certaines de ses recettes marchent avec certaines populations et pas d’autres, dans certains contextes et pas d’autres etc. Passionnant mais cela engendre des discussions sans fin...


    • #2091078
      le 30/11/2018 par Pelletier
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      Le grand mérite de ce reportage c’est d’abord et avant tout de montrer que les gens de cette époque étaient des hommes comme les autres avec leurs aspirations nobles et humanistes. Il avaient aussi une haute idée de la destinée de leur peuple et du pouvoir de la politique. Le reportage pourrait s’appeler "Un homme", tout simplement, comme on a pu le faire pour le professeur Faurisson, c’est à dire en dédiabolisant et pour faire contraste avec toute la propagande qui veut nous faire croire que tous les nationaux-socialistes étaient intégralement des "monstres", sans une once d’humanité. Alors que la froide extemination vengeresse du peuple allemand montre combien le clan soviéto-capitaliste a été d’une barbarie inouïe et incomparable.


    • #2091086

      @Alain Soral Bien évidemment ! Le capitalisme d’état bolchevique est le versant "de gauche" d’un fourvoiement des idées d’émancipation du carcan capitaliste. Il ne pouvait en être autrement puisque les possibilités d’une telle émancipation n’était pas encore advenu au XXème siècle ; le capital ayant encore les assises matérielles suffisantes, et encore suffisamment fonctionnels - donc un pouvoir d’aliénation sur les esprits, pour proroger son emprise sur nos vies. Le XXIème siècle sera sans doute celui de la crise de l’implication réciproque capital/travail : il ne demande qu’à nous tous d’être à la hauteur de ce rendez-vous historique, non pour repartir à nouveau dans un cycle capitaliste qui ne réglera rien, mais pour créer une forme nouvelle de vie humaine radicalement non capitaliste.


    • #2091234

      Le monde qui est autour de toi EST capitaliste. Ton lave-linge EST capitaliste. Ton réfrigérateur EST capitaliste. Ta voiture EST capitaliste, etc...
      Es-tu prêt à renoncer à tout ça ? La majorité des gens sont-ils prêts à renoncer à tout ça ?
      Donc, entre le capitalisme international prédateur et le capitalisme national d’état, mon choix est vite fait ! De deux maux, le moindre mal...
      Proudhon, Sorel, me paraissent être au plus près de ce qui est possible de faire...

      P.S. : seul un drame absolu (guerre nucléaire, problème climatique majeur,...) pourrait nous éviter de choisir mais je ne sais pas si c’est souhaitable...


    • #2091266

      @yul Dans votre cas c’est surtout votre esprit qui EST capitaliste... Plus sérieusement, vous confondez l’objet fabriqué, répondant à un besoin humain, et son mode de production. Il n’est pas nécessaire d’être en capitalisme pour répondre à ses besoins réels d’être humain, l’histoire nous l’enseigne. Vivre en un mode de production (avec tout ce que cela implique sur le plan matériel et immatériel : son rapport à soi et aux autres, à son milieu naturel, etc.) qui n’est plus le capitalisme, qui n’est plus de l’ordre de la marchandisation de l’homme et de son milieu, de l’aliénation à la marchandise qui s’est faite Monde, à l’accaparement de l’argent perçu comme seul but de l’existence, n’implique pas de vivre comme à la Préhistoire. Pour le comprendre encore faut-il prendre un peu de recul face à sa vie quotidienne qui nous englue dans un présent perpétuel, lire et creuser ces questions qui seront au cœur de notre vie à venir. Effectivement cela demande de pouvoir se dégager du temps ; et tout est fait de nos jours pour nous en empêcher.


    • #2091347
      le 01/12/2018 par stormocle
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      Le personnage est exceptionnel. L’histoire produit rarement autant d énergie et de conviction en un seul homme. Mais le fascisme comme le capitalisme d état soviétique étaient voués à céder le pas au capitalisme de marché qui a tiré une fois de plus les ficelles de cette immense boucherie inter-eurpeenne à son profit. Le prochain Degrelle ne devra pas tomber dans le panneau : il fera tomber l imposture de là comédie politique qui fait s affronter gauche et droite du capital. En tout cas chapeau pour ce parcours, qui semble démontrer que l histoire peut produire des être portes par un destin qui les transcende de façon exceptionnelle, quasi irrationnelle.


  • #2091096

    " Chance Degrelle, chance éternelle " : en 1945 il a réussi à rallier l’ Espagne, in extrémis(te), son avion s’est crashé sur la plage de Saint Sébastien !


  • #2091110
    le 30/11/2018 par Andries Termote
    Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

    Personnage sinistre. Il était le leader de la "légion wallonne" pendant la guerre 1939-1945. Cette "légion" devait aller combattre au "front oriental" en Bielorussie et Russie. Hitler l’ appréciait si fort qu’ il disait on qu’ on aimerait avoir un homme comme Degrelle comme "gendre". Mais is savait toujours bien parler. Si vous voulez une évocation de cette guerre atroce (température, extrèmes privations, represailles..), lisez le grand roman de l’ auteur flamand Hugo Claus "L’ étonnement"...
    Dans les années 1970 Maurice Dewilde de la télé flamande BRT a eu des heures de discussions tendues avec lui dans son asile en Espagne.


  • #2091146

    Propos d’une étonnante actualité, il est vrai


  • #2091186
    le 30/11/2018 par Mayol de Lupé
    Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

    Parmi les grands hommes du XXéme siècles
    Il nous reste des héros pour prendre exemple
    Force & Honneur


  • #2091198

    Un grand Homme, parti de lui même sur le front de l’Est, alors qu’il aurait pu rester "planqué" avec les huiles molles de l’époque.
    Un grand Homme, à la fois poète et guerrier, dur et altruiste, fidèle à son idéal.
    Dommage qu’il se soit fait avoir par le nazisme, création des banksters de wallstreet...

     

    • #2091288
      le 30/11/2018 par L’infante d’Espagne
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      @Leonce
      Je ne crois pas une seule seconde que Hitler et le mouvement nazi aient été d’une quelconque manière les créatures de Wall Street.

      Certes, je peux me tromper, voire lourdement me tromper, m’illusionner complètement...
      Mais je suis tout ouï pour être remis dans le droit chemin de ce qui appartient pour certains à l’ordre de l’évidence...


    • #2091326
      le 01/12/2018 par Maximiliano
      Léon Degrelle : autoportrait d’un fasciste

      Mais je suis tout ouï pour être remis dans le droit chemin de ce qui appartient pour certains à l’ordre de l’évidence...



      C’est beau ca !


    • #2091340

      Peut-être ne le savez-vous pas , mais vous pouvez parfaire votre Kulture chez KK , nul doute qu’après avoir fait le bon choix , vous n’écrirez plus >>"""nazisme, création des banksters de wallstreet..."".... Je pensais que ceux qui venaient discuter ici avaient réussi à se débarrasser de ce genre d’oripeaux , mais il est vrai que chaque semaine, au moins 2 à 3 chaînes rabâchent, diffusent leur propagande .. Je dirais même que depuis quelques mois, il l’accentuent, voyant les nationalismes monter .. Ah,j’oubliais , inscrivez vous sur VK, et là vous aurez accès à des tas de vidéos ( on disait films ) de cette époque, c’est ... stupéfiant !


    • #2091708

      Quand on croit, c’est que l’on ne sait pas @L’infante d’Espagne. Il faut donc lire sur ce sujet l’ouvrage d’Antony C. Sutton, « Wall Street et l’ascension d’Hitler » aux très bonnes éditions « Le Retour aux Sources ». Bonne lecture.


  • #2091201

    Le personnage fut " droit dans ses bottes " jusqu’au bout .( après on ne peut pas être d’accord avec son engagement ) par contre , sa déclaration finale est à méditer ! ...


  • #2091275

    Un témoignage d’une grande sincérité au service de dévouement, d’abnégation. A ces titres, un seul mot : respect.


  • #2091336

    Ça nous change des conneries qui passent chez nous à la télé avec les voix off de Kassovitz, que je ne regarde jamais, celui-ci je l’ai regardé d’une traite, c’est un vrai personnage ce type, et je vie en Belgique depuis toujours. (Ici il est tabou).


  • #2091339

    Remarquez qu’il y a deux personnes interviewées en parallèle pour lui apporter la contradiction, pour remettre en cause ses propos.
    L’extrait choisi en introduction pour illustrer sa foi, c’est : "Je n’ai jamais joué au football sans demander au bon Dieu : faites que je marque !"
    ...
    Sans prendre parti, je n’ai pas l’impression que le documentaire soit entièrement à son honneur.


  • #2091671

    Son éloquence, son engagement, trouble et émeut. On en a les larmes aux yeux.


  • #2091707

    Quelle intensité dans des propos, mec parle avec ses tripes !!


  • #2092331

    Il faudrait un orateur de cette carrure dans le mouvement. C’est magnifique de l’écouter. Soral est remarquable, mais il faut avouer que Degrelle, c’est le sommet.


Commentaires suivants