Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les 4 hommes qui ont tabassé un policier et sa femme devant leurs enfants sont libres

Un policier et sa femme ont été tabassés en novembre 2017 par quatre individus devant leurs enfants. Les agresseurs ont été appréhendés, mais la justice les a laissés libres avant le procès. Ça se passe en France, aujourd’hui.

 

 

Dans Le Figaro du 10 janvier 2018, un article est intitulé : « La Chancellerie n’entend pas céder à l’émoi des forces de l’ordre ». Les message est clair : la justice ne cèdera pas aux revendications des policiers.

 

JPEG - 75.3 ko
Nicole Belloubet, garde des Sceaux

 

« Hors de question d’ouvrir la boîte de Pandore »

Pour les autres requêtes, la Place Vendôme n’entend pas céder : la demande d’établir des peines planchers pour les délinquants ayant commis des violences sur des personnes dépositaires de l’autorité publique restera lettre morte. Contestées puis abolies lors du dernier quinquennat, il y a peu de chance que ces peines – qui concernaient d’ailleurs uniquement les récidivistes – soient rétablies pour une seule catégorie d’infraction.

De même, l’idée d’une suppression des aménagements de peines, en cas de violence sur les policiers, ne peut que hérisser les magistrats. « Hors de question d’ouvrir la boîte de Pandore et de susciter des revendications sur beaucoup d’infractions », souligne ce haut magistrat, tandis qu’à la Chancellerie on rappelle incidemment « l’égalité de tous devant la peine et le principe de l’individualisation de cette dernière ».

- La Rédaction d’E&R -

 


 

« Cheville cassée, côte cassée, gazé, pris des cailloux »...
Quand les policiers de la BAC de Sarcelles racontent leur quotidien

Après les récentes agressions de policiers à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), à Viry-Châtillon (Essonne) et près de la place de la République à Paris, les policiers ont à nouveau dénoncé « la haine anti-flics ».

 

Pour comprendre le quotidien des policiers dans les quartiers les plus sensibles, franceinfo a suivi le quotidien de la brigade anti-crimminalité (BAC) de Sarcelles (Val-d’Oise). La BAC de Sarcelles couvre quatre communes : Sarcelles, Villiers-le-Bel, Garges-lès-Gonesse et Saint-Brice-sous-Forêt, soit 150 000 habitants. Dans ce département, en 2017, 208 policiers se sont vus prescrire un arrêt de travail pour blessure en service.

« On va faire le tour du quartier, on va patrouiller et c’est de l’improvisation ». C’est avec ces mots que Jérôme, major de police et chef de la BAC de Sarcelles, résume sa journée de travail. Il a 25 « baqueux » sous ses ordres.

La patrouille se dirige vers un immeuble où « des gens se sont plaints que des jeunes vendaient des produits stupéfiants dans un hall » d’entrée. Le groupe de jeunes se laisse contrôler sans trop de difficultés jusqu’à ce que l’un d’eux hausse le ton, très rapidemment. Les fonctionnaires isolent très vite cet homme d’une vingtaine d’années pour éviter l’effet de groupe, souvent à l’origine des dérapages.

« Ils testent notre autorité surtout, explique Jérôme. Ce n’est pas la fête, c’est un contrôle de police. Il y a un minimum de discipline à observer. Et il y en a qui remettent ça en cause régulièrement. »

« Nous, le but c’est de contrôler. On ne veut pas aller à l’affrontement. Si on n’a pas le choix, on ira à l’affrontement. ’Force doit rester à la loi’ et on la fera appliquer. » (Jérôme, chef de la BAC de Sarcelles)

Un peu plus tard, les policiers sont appelés en renfort dans une autre rue. « Il y a des collègues de la BAC qui ont contrôlé un scooter démuni de clé, donc ils voulaient qu’on aille vérifier avec eux pour faire une protection au moment du contrôle », raconte Sébastien.

 

Une violence au quotidien

Comme beaucoup de leurs collègues, Jérôme et Sébastien ont eu du mal à supporter les images de la jeune policière rouée de coups de pieds à Champigny-sur-Marne et pourtant les violences font partie du quotidien de ces deux fonctionnaires expérimentés. En 17 ans de BAC à Sarcelles, Jérôme fait le compte de ses blessures.

« J’ai déjà eu : cheville cassée, vis dans la cheville, côte cassée, gazé de la tête aux pieds, pris des cailloux... Enfin, tout ce qu’on veut quoi. »

Il a déjà eu jusqu’à 70 jours d’incapacité totale de travail (ITT). C’était il y a quelques années. Sébastien, lui, se souvient d’une mission dans un appartement « où ça a complètement dégénéré ». Il a vu un collègue « se prendre des enchaînements de droites et de gauches en pleine tête ».

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 

Un ex-policier aborde le problème du contre-ordre politique sur la sécurité :

 

Le difficile travail de maintien de l’ordre pendant les manifestations :

 

Une palpation qui tourne mal :

Comprendre pourquoi les racailles bénéficient de l’immunité du Système
avec Kontre Kulture

 

Le problème des racailles, sur E&R :

 






Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1879752

    Ce genre de démocratie fait rêver d’une dictature.

     

    Répondre à ce message

  • Mettez un politicien à la place du policier dans cette situation et attendez le résultat !
    Toujours responsables jamais coupables...

     

    Répondre à ce message

  • c’est sûr que ca tranche avec le gamin qui a prit 3 mois ferme pour avoir simplement montré son c..l à un hélico de la gendarmerie qui passait au dessus .

    Non c’est pas une fake news , c’est pire, c’est la France de 2018.
    Fort avec les faibles , faible avec les forts
    http://www.20minutes.fr/justice/219...

     

    Répondre à ce message

    • Tout a fait...c est tellement grave que je ne comprends pas pourquoi ça ne fait pas la Une de tous les quotidiens...
      moi meme ayant été agressé par une bande alcoolisée, devant ma femme et mes enfants, et n ayant rien obtenu en justice( agresseur meme pas inquités) je compatis avec cette famille...

       
  • #1879994

    Nous revenons progressivement à l’état naturel des choses.

    Qui est ce que nos aïeux appelaient la barbarie...

    Mais les grandes confrontations n’ont pas encore commencées.

    Nous n’en sommes qu’à la phase de dissociation entre les différentes futures factions belligérantes.

    Mais de fait, le pays, la France, à déjà éclatée dans les consciences et dans les faits. Alors le reste va se produire sans aucun doute à mon sens.

    Le problème de fond vient de l’incapacité nouvelle du citoyen paisible à se montrer implacable. La nature va rétablir cela.

     

    Répondre à ce message

  • C’est dans la logique des choses d’une France totalement caviardée de magistrats aux ordres du gouvernement qui est lui-même au ordre d’une mafia planétaire qui entend nous imposer le Nouvel Ordre Mondial.
    Les astres ne sont pas encore alignés, il reste des choses à mettre en place, pour provoquer une guerre civile entre musulmans et cathos.
    Les sionistes ne risquent rien, quand ça pétera ils seront dans des bunkers devant des TV à regarder le massacre... Sommes-nous aussi stupides ?

     

    Répondre à ce message

  • #1880125
    Le 14 janvier à 22:45 par Махсуд Махкамов
    Les 4 hommes qui ont tabassé un policier et sa femme devant leurs enfants (...)

    La même justice pourrie condamne un SDF français qui fouille dans une poubelle...

    Un jour, il faudra juger les juges.

     

    Répondre à ce message

  • Tout ça c’est fait exprès, on laisse notre Police NATIONALE crever.
    La Police NATIONALE contrecarre les plans européens et plus largement mondialistes quelque part. Donc il faut gommer tout ce qui fait référence à la nation, une et indivisible. Le logo de la Gendarmerie Nationale ne comporte plus le fameux "bleu-blanc-rouge", c’est pas si anodin que ça ...
    Avec Macron, une police Européenne va naître, c’est à dire des milices privées totalement hermétiques aux revendications des autochtones des différents pays dans lesquelles elles interviendront. Et nous materont la gueule sans pitié quand on aura compris le piège bien qu’il sera trop tard.
    Comment poignarder un pays en plein cœur autrement qu’en lui ôtant sa propre défense ?
    C’est pour ça que ce laxisme est totalement voulu. Il n’ a pas pas d’explications cohérentes à ça, autre que ce que je viens de citer.

     

    Répondre à ce message

  • Les flics n’ont qu’a pas servir ces élites de merdes traitres, je suis dure mais à la fin il y en a marre !!! ils se plaignent, se font tabasser mais ils servent ce système qui nous broient, ils n’ont aucune solidarité avec nous le peuple, pourquoi on en aurait ???? Et quand viendra le crash final, ils seront du côte de leurs maîtres !!!!!

     

    Répondre à ce message

  • Je n’ai pas dit une société sans flic, mais une société ou les flics servent vraiment le peuple, qui paie ses impôts.... et pas au service de ces connards qui nous gouvernent, qui vivent aussi à nos crochets....

     

    Répondre à ce message

  • Et bien désolé de vous contredire ! Mais j’ai lu un article de journal ( 20 minutes ) qui relate les avancés de l’enquête au près de la sûreté départementale , en charge de l’enquête ! D’abord il ne s’agit pas de 4 hommes , comme vous le dites ! Mais ils s’agit de 3 hommes et 2 femmes ! Ils ont été entendu et laisser libre ! Car l’enquête qui as avancé , pointe vers un différent routier qui as dégénérer en rixe violente ! Entre le policier ( hors service ) et sa femme , et les 5 occupent de la voiture ! À ce stade , l’enquête vient d’établir que les mise en cause , ne connaissait pas le policier ! Ce policier aurait menti pour se venger , de la rixe qui a mal tourné pour lui ! Car il semblerait aussi qu’il avait consommer de l’alcool lors de la soirée d’anniversaire auquel lui et sa famille aurait participer ! Je suis déçu de lire que E&R se livre à se genre de relais de propagande ! Sans même vérifier ces sources !!!

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents