Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour les jeunes qui la découvrent, la série Friends est sexiste, homophobe et grossophobe

Vérifiez vous-mêmes : il n’y a effectivement pas d’apologie de l’homosexualité, de l’obésité et de la diversité dans Friends. C’est affreux, mais c’est comme ça. La série des années 90 est basée sur un thème éternel : les garçons veulent coucher avec les filles. Et c’est scandaleux !

 

 

Friends parle beaucoup de drague, de sexe, mais gentiment. On n’est pas dans Connasse sur Canal+, la série vulgaire faite par trois pétasses pour deux arrondissements parisiens. Friends ne s’attaque pas au mâle blanc hétérosexuel, c’est peut-être ce que les minorités sexuelles agissantes lui reprochent.

Grâce à la pression des minorités LGBTi, un remake de Friends est à craindre qui s’intitulera Friend.e.s avec des colocs transsexuels, obèses et gay. On ignore si la série aura le même succès, car les minorités sexuelles ne sont pas encore majoritaires non seulement dans l’opinion, mais aussi dans la population. On peut donc dire que le grand public, celui qui fait ou défait le succès d’une série, est homophobe, de fait.

Ah, oui, dernière chose, et d’importance : la série originelle étant basée sur l’humour et l’autodérision, les créatures LGBTi pratiqueront-elles l’humour sur elles-mêmes ? On rappelle que faire de l’humour sur un.e LGBTi est passible d’amende, voire de prison. Le manque d’humour signerait peut-être la mort précoce du projet.

Pensez-y, les LGBTi ! Les séries bien-pensantes ne trouvent pas leur public.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Entre 1994 et 2004, les aventures de la plus célèbre bande d’amis – interprétés par Jennifer Aniston, Matthew Perry, Courtney Cox, Lisa Kudrow, Matt LeBlanc et David Schwimmer – ont égayé le quotidien de millions d’Américains et de téléspectateurs du monde entier. Les personnalités touchantes et attachantes de ces colocs plein d’autodérision ont même valu à Friends le titre de la meilleure série de tous les temps par The Hollywood Reporter.

 

JPEG - 60.1 ko
Aniston n’est pas très gay

 

Un esprit pas très gay-friendly

Ayant grandi dans une société qui s’interroge chaque jour un peu plus sur ses valeurs et ses préjugés, la génération actuelle porte un regard différent sur bon nombre de chansons, films et séries. Et dans le prisme de 2018, ce dont on riait il y a 10 ou 20 ans peut parfois faire grincer des dents. C’est ce qu’explique The Independent, qui a donné la parole à plusieurs jeunes Britanniques se disant « mal à l’aise » avec la manière dont la sitcom aborde la question les rapports femmes-hommes et les thématiques LGBTQ+.

[...]

Il [Chandler] redoute par exemple les fameux « hugs » (câlins fréquemment échangés, y compris entre hommes, aux États-Unis) et n’en revient pas que Joey ait un oreiller rose. « Si tu continues comme ça, tu te retrouveras bientôt avec des doigts dans ton machin ! », ose-t-il alors lui lancer. Ses remarques lourdes et méprisantes à l’égard de son père transgenre, qui exerce comme drag queen à Las Vegas, sont également pointées du doigt.

[...]

Des personnages sexistes ?

En janvier 2017, Cosmopolitan publiait un article listant les « 11 choses assez choquantes dans Friends qui ne passeraient plus aujourd’hui ». Parmi elles : le côté queutard coureur de Joey. Pour lui, « Chaque femme est une conquête avant d’être un être humain », tandis qu’il « cherche une coloc féminine pour pouvoir coucher avec elle », déplore le magazine. Pour couronner le tout, il compare les femmes à de la « crème glacée » dont il invite Ross à « prendre une cuillerée ».

[...]

Manque de diversité

Dernier problème : le manque de diversité de la série, dont tous les protagonistes principaux sont blancs, hétéros et relativement aisés. « Il n’y a eu que deux personnages non-blancs » dans les 236 épisodes de Friends : Julie, la copine de Ross, qui est d’origine asiatique, et la docteure [on aurait écrit le docteur, NDLR] afro-américaine Charlie Wheeler, souligne The Independent.

Pour toutes ces raisons, conclut le journaliste Tom Fordy dans le Telegraph, « sexistes, pathétiquement immatures et résolument conservateurs », les personnages de Friends sont aux « antipodes » de la société moderne.

Faites-vous votre propre idée grâce à cette compilation vidéo (en anglais) sobrement baptisée « Homophobic Friends », un montage des 50 minutes les plus controversées de la série.

 

Lire l’article entier sur m.slate.fr

 

 

Bonus

L’ancêtre de la série Friends est allemande et s’appelle Freunde !

 

Découvrez sans hypocrisie les rapports H/F
sur Kontre Kulture

 

La drague est une culture, voir sur E&R :

 

Les ravages de la bien-pensance sur les rapports H/F, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La sitcom est surtout le support le plus abouti et le plus génial de la communaute pour imposer de nouveaux débats et de nouvelles normes. Il suffit de faire un pitch des series, toutes créés, écrites et réalisées par des communautaires de combat : madame est servie :"un homme seul sans emploi déménage pour devenir l’homme a tout faire d’une femme active cadre, mere célibataire"
    The big bang theory :" des geeks, males beta, sont en réalité les héros modernes"
    Friends"les trentenaires sont célibataires, collectionnent des histoires de cul, et doivent vivre le bonheur de la collocation à New york , car il faut accepter que l acces à la propriété est inaccessible de nos jours"...etc etc etc...

    Absolument toutes les sitcoms sont en realite des outils de destruction societale.

    Et les thèmes employés dans friends par exemple sont effrayant : de la mère porteuse pour les couples gay à la banalisation du porno dans presque tous les épisodes.

    C’est probablement pour cacher cette évidence que cet article sur friends à été écrit. Un contre feu de plus.

     

    • Je dirai pas mieux ... si ce n’est , est ce pour cacher cette évidence ? Ou alors la participation à liquidation d’une norme pour en imposer une autre ? La première étant une préparation à la seconde , et l’autre tout simplement celle en vigueur dans l’esprit de nos dominants dominés


    • "Absolument toutes les sitcoms sont en realite des outils de destruction societale."

      lol, à ce tarif-là, Shakespeare, c’est carrément l’apocalypse !


    • Malheureusement palm beach cult, je ne pense pas avoir bien tort...je veux bien t’en concéder une un peu plus familiale, mais c’est l’exception qui cache la foret...
      A la différence des chefs d oeuvre de la littérature, voir même des films de Disney quand ce dernier était encore vivant, la malveillance est la règle dans les sitcoms.

      Si tu suis les leçons dune oeuvre classique, tu sais ce qu est le bien , le mal, l héroïsme...Et tu feras les bons choix dans la vie, car c’est le but que s’est fixé par exemple Shakespeare quand il s est mis à son pupitre pour écrire sa pièce : exalter la beauté, dénoncer les pièges, l’escroquerie, parler des problèmes éternels...

      Si tu suis les leçons de "will and grace" ou de "friends", tu peux esperer finir seul, dans un monde de consommateur superficiel, entouré de chats, et à te demander :"What s the fuck ?"...

      Le test du pitch et des intentions sous-jacentes de l’auteur, auquel je me suis amusé, est assez revelateur, et je n’ai cité que des cas de séries gentillettes. Madame est servie est par exemple très pervert. Qui l’eut cru ?

      Romain : je suis bien d’accord que le but est précisément d aller toujours plus loin. Mais oser dire que friends n’est pas gay friendly, c’est du niveau du "grand mensonge"...il y a l’idée de mener en bateau incroyable. ..


    • Palm Beach post, juste un exemple pour illustrer le propos.
      Prenons Roméo et juliette que tout le monde connait : un amour impossible entre les rejetons de familles rivales. Les amants tentent de défier l’ordre établi, et....ils meurent à la fin.
      C’est beau, c’est tragique, mais la morale n’est pas que l’ordre établi est horrible, qu’il faut le détruire, et que cela fonctionne mieux après... La morale est que l’on ne transgresse pas sans conséquence. Une société à intérêt à suivre ce précepte pour perdurer.

      La version sitcomisée serait Roméo et jules, qui s’aiment , s enfilent, et triomphent du système après leur coming out (car c’est un devoir pour les gays de faire leur coming out selon hollywood, et c’est en général un point de tension dramatique dans un episode, qui est toujours suivi par un nirvana relationnel..., et je n’ose imaginer le nombre de familles réelles brisées par ce nouveau dogme idiot...) et ils ont beaucoup de bébés avec l’aide de mères porteuses.

      Le but est la transgression. Et c’est pour cela que les sitcoms vieillissent très mal : elles s attachent à des microphenomenes sociétaux du moment, et ne permettent pas à la société de perdurer mais au contraire renversent la société dans tous ses fondamentaux, sur de nouvelles bases evidemment foireuses :

      La femme met "sa carrière" avant tout et en particulier sa famille.
      L’homme beta est glorifié et domine l’alpha.
      Les sorcières représentent le bien.
      Les fantômes sont gentils.
      Le modèle familial est raillé et les modèles alternatifs (familles recomposées, monoparentales, gay, ...)sont normalisés.
      La nouvelle mode semble être la polyandrie : on est un raté si on a pas eu un 3-some, et de plus en plus c’est la tromperie généralisée qui est amenée sur le devant de la scène.
      Les drogues sont cool.
      Il n’y a plus de genre défini. ..

      Ce n’est vraiment plus que cela. En poussant toujours plus loin les choses.


    • @ zuleya



      Malheureusement palm beach cult, je ne pense pas avoir bien tort...



      Quand les moralistes pas imbus de leur personne pour deux sous, sûrs qu’ils sont d’avoir raison, comprendront que faire la leçon aux autres est clairement le meilleur moyen d’encourager les gens à rester dans l’erreur consumériste, le monde ira bien mieux ... et ce jour est encore loin.
      Oui, j’ai été fan de cette série ; pas parce qu’elle était "communautaire", mais bien parce qu’elle était bien écrite et même intéressante pour comprendre le comportement des hommes et des femmes en règle générale. Et non, je ne suis pas devenu sioniste, ou ultra-consumériste ou fan de séries TV qui ont perdu tout l’intérêt que pouvait avoir celle-là à l’époque où elle est sortie.
      Que vous n’aimiez pas et que vous disiez que c’est de la merde ; c’est votre droit.
      Mais jeter à la boue, sans réfléchir plus loin que le bout de votre nez, les gens qui peuvent apprécier ce genre de chose en pensant que votre grille de lecture étriquée puisse s’appliquer à la complexité humaine ... C’est exactement ce genre de défaut qui plombe la dissidence.


    • Matrix c’est étrange j’ai rarement été en désaccord avec toi mais la je te sens vexé.
      Je pense avoir été assez spécifique dans mes justifications.
      Pour la petite histoire, j’ai moi aussi été admiratif de cette cette série et des sitcoms en général.j’en suis revenu, meme si je les trouve encore "géniales" comme je l’ai dit.
      Le.moralisme est malheureusement de l’autre côté. C’est tout le problème


  • Je regardais Friends fin 90, j’ai toujours trouvé çà con : les séries américaines TV ne sont pas fines, rires enregistrés, personnages débiles, scénarios improbables... c’est bien lourd.
    Maintenant c’est vu comme un truc dépassé, d’arrière-garde... Maintenant il faut du "encore plus con" - mais pour les jeunes ou pour le LGBTQIX.. ?
    Dans ce cas ils vont devoir retirer de la vente les coffrets DVD ?... çà serait pas plus mal pour moi, mais pas pour les mêmes raisons.

    Vive la culture française traditionnelle !


  • J’ai beaucoup apprécié cette série, qui traitait toutefois d’homosexualité tant dans la relation que dans l’homo parentalité (ex de Ross), et déjà à l’époque c’était le bémol pour beaucoup ! Alors leur nouvelle série ils peuvent se la garder !


  • j’ai été un grand fan de Friends, j’ai même eu la chance d’aller 2 fois sur le tournage et j’ai fais de la figuration, dans l’épisode 11 de la S10 "the one when the streaper cries", puis le temps est passé et après des années de réveil sur E&R , je trouvé que cette série avait véhiculé tous les clichés de la bien pensance, Gpa : Pheobe accouche pour son Frère qui sort avec sa Prof de 30 ans de plus..tiens !!ça me rappelle un truc.., Ross se fait larguer par sa femme lesbienne, alors c’est vrai que l’on peut compter les afroamericains sur les doigts, mais comptez les blancs dans" Le prince de Bel Air"... malgré cette analyse tardive, je refuse de gâcher mon plaisir à revoir cette série , bourré de talents ( à voir en anglais bien sur !) avec des gens sincères, Matt Leblanc est un amour, Aniston une fille super sympa, et Pheobe est mariée à un Francais très sympa


  • Jamais j’aurais cru devoir défendre un jour Hélène et les Garçons.

     

  • J’aime les brunes, mais je préférais Aniston et Phoebe.... Les séries américaines nous vendent du cul, parfois voire souvent.... C’est problématique d’être hétéro de nos jours....


  • Je les remate en ce moment. Ça me fait toujours marrer, même si c’est pas la folie.

    Et dans la vraie vie du citoyen lambda, tout l’monde n’a pas forcément un noir ou un LGBT dans son groupe d’amis. Peut-être dans ses connaissances, à la rigueur.

    Mes meilleurs ami(e)s ont toujours été des blancs et blanches hétéros. À l’exception d’une amie asiatique. Et 2 femmes bi. On fait des blagues vulgaires et de mauvais goût (comme tout l’monde).

    Ça n’empêche pas d’avoir beaucoup de sympathie pour d’autres personnes aussi diverses que variées à l’extérieur de ce groupe.

    J’ai un pote de classe d’origine africaine qui connait plus de blagues racistes que n’importe qui. Qu’est-ce qu’on rigole, quand il me les balance. Et il a tout mon respect.

    Je m’entends aussi très bien avec 2 ou 3 gays. Qui sont généralement très sympathiques.

    Est-ce que cela fait de nous des racistes ou des homophobes ? Certainement pas !


  • Un papa drag queen ou une mère porteuse qui porte les gosses de...son frère, c’était avant gardiste pour l’époque ( année 90 ). Comme d’habitude les LGBT cherche la victimisation à outrance... Y a qu’à revoir tout le cinéma américain à travers le prisme LGBT tant qu’on y est... John Wayne c’est pas assez gay friendly jtrouve...


  • X Files, la série "conspi", avait été accusée de véhiculer des idées nauséabondes. C’est vrai qu’elle n’est pas très LGBT-compatible non plus. La nouvelle série fait d’ailleurs un flop en ce moment... Pour cause de politiquement correct ?
    Faudra-t-il bientôt brûler toute la production Disney de 1929 à 2012 ?
    Est-ce que seuls les films de l’histoire du cinéma faisant des allusions plus ou moins voilées au lobby resteront sur les plateformes de VOD ?
    Que d’interrogations essentielles en ce très bas monde...


  • sexiste, homophobe et grossophobe
    Il en manque un qui est d’actualité et de plus en plus répandu "CONOPHOBIE" .C’est un virus qui touche de plus en plus d’association et se répand jusqu’à la tête de l’état .Ne se soigne pratiquement pas et même s’aggrave au fil du temps .Ce virus est de plus en plus virulent .On en meure pas ,mais ça gâche la vie de personnes au contact .


  • Comment est-ce qu’ un individu normalement constitué peut perdre son temps à regarder ces merdes ?

     

  • LGTB et féminisme sont issues de la religion des puritains ce n’est pas pour rien que cela vient des USA ( qui ont été chasser avant de l’Angleterre ) , c’est le contraire de la culture latine c’est a dire la notre , d’où la destruction programmé des pays latins tel la France et l’Italie .


  • La série était (car je la pense finie) nullissime. Il faut du courage pour l’anlyser.
    Mais j’aime bien big bang theory, bien que les personnages soient surjoués à fond. Les derniers épisodes sont d’ailleurs de moins en moins bons. Le personnage de l’indien (pas l’amérindien hein, faut pas rêver) est vaguement un homo ou plutôt un bi refoulé (chacun ayant en lui des deux sexes). Mais l’éternel élu est encore plus caricatural, nabot difforme et obsédé, les rôles féminins encore plus tartes si possible. Le personnage principal, Sheldon, est une critique des ressortissants du middle-west (bien que texan...), je crois que l’acteur est homo. Je regarde ça dans l’avion. Mais ça reste bourré de stéréotypes, comme se moquer des traditions de chacun, la blonde est une pute, serveuse (pléonasme !), la plus petite tout aussi décolorée, une idiote, l’Indien veut échapper à un mariage arrangé etc
    Mais même des daubes pareilles, ici on ne peut pas faire. C’est affligeant.


  • Et dire que j’ai tjrs trouvé cette série neuneu et mièvre et qu’il faut maintenant la défendre pour préserver un peu de salubrité mentale face à tous ces démons communautaires.
    Internet et les réseaux sociaux sont vraiment des accélérateurs de la connerie humaine.


  • Le générique de R.e.i.c.h vaut bien toutes les saisons de Friends. Pas de minorités ? Et Ross et sa soeur ? C’est quoi ? Alors si il n’y pas assez de, il va falloir me dire de quoi il y a trop ?


  • Quand les Professionnels de l’indignation vont exhumer la série "mariès,deux enfants",ils vont probablement s’évanouir !Dans le genre sexiste grossophobe,Al Bundy c’est le must !


  • Et pourtant la serie "friends" est trés judéo centrée, sur les 6 personnages 2 sont juifs (monica et ross) et dans certains épisodes il y avait dans leur coffe shop preferé un chandelier à 7 branches qui tronait sur un meuble, et souvent des guest de la communauté, tel ben stiller, y intervenaient.

     

  • Cette étude a au moins le mérite de révéler quand s’est mis en place ce puritanisme LGBTQazerty ..., c’est à dire doucettement au milieu des années 2000 (fin de la série : 2004) pour atteindre un niveau paroxystique actuellement.
    Ces minorités dites opprimées mais tout à fait agissantes vont se prendre un de ces retours de flammes en exaspérant tout le monde comme cela.


  • Il ne faut pas qu’ils regardent "Marié deux enfants" parce que là ils vont tomber en syncope les pauvres, Al Bundy n’aimait pas trop les tarlouses. Mais c’est vrai que le politiquement correct n’était pas encore la norme à l’époque de cette série.

     

  • Il faut rajouter que toutes les "femmes" de cette série sont des transgenres. Des hommes transformés en femmes.
    Bon visionage


  • C’est marrant comme les anti-racistes sont les 1er à voir la couleur de l’autre, n’y aurait-il pas ici une contradiction ? (lol)


  • C’est surtout de la grosse merde cette série !


  • Deux précisions :

    1. Les "jeunes" cités dans l’article sont uniquement des femmes : une gamine LGBetc. de twitter, et des "journalistes"...

    2. La série en question a été créée par... une FEMME et un HOMOSEXUEL .


  • La repentance obligatoire de crimes que nous n’avons pas commis s’essouffle. Il faut bien trouver autre chose pour culpabiliser l’homme blanc. Tintin est déjà passé à la moulinette, Carmen aussi. Aujourd’hui, c’est Friends. Demain “Martine a la plage” “Fort Boyard” et tous les films avec Lino Ventura ....

     

    • okay moi je ne suis pas blanc, j ai les cheveux crépus et je ne suis pas anti blanc, j aime Soral et Dieudonné ça fait un bon melange , café creme, en plus j adore le café créme on dit que c est le petit dejeuner francais lol, et puis merde quand meme !!!! c est quoi cette nouvelle mode d opposer les blancs aux noirs , les noirs aux blancs , surtout que quand fine quel crotte defend les blancs ca me fait rire grave, bref je ne me reconnais pas dans cette nouvelle philosophie à la con, où chacun essaie de tirer la couverture vers soi, et dieu sait que partout ou je vais je parle de Soral et cie mais je me fais tirer dessus par des blancs et des noirs , faut trouver le juste milieu, en fait je suis albinos donc pas de soucis entre le racismen anti blanc et anti noir et j aime autant le chocolat noir que blanc
      vive la france libre et vive E&R et son président


  • Et moi je suis voiturophobe depuis que je fais du vélo, est-ce pour autant que j’ai envie d’exterminer tous les automobilistes, expliquez leur bon sang.

     

  • FRIENDS reste une très bonne série, emblématique d’une époque désormais révolue. J’ai tellement ri devant et ça c’est le plus important. On peut pas passer 100% de son temps devant des vidéos d’économies et de politiques.
    Oui ca reste une caricature de l’american way of life, oui c’est une fiction. Et alors ?

     

    • Je partage votre opinion , une série emblématique qui restera un témoignage de la société des années 80/90. Ce fut un phénomène mondial , un peu partout , sur la planète les gens regardaient Friends, ce qui ne veut pas dire que la série a profondément modifié les modes de vie et les sociétés. On peut se demander , comme pour la poule et l’oeuf, si c’est la série qui a impacté les comportements ou si la série n’est que l’observation de ce qui se passait ...Comparée à d"autres séries, Friends se situe parmi les meilleures , avec des navets, le succès ne dure jamais très longtemps .Par charité , je ne parlerai pas des séries françaises, que dire de " poubelle la vie " ?


  • Pourquoi perdre son temps à contempler ces sottises mal doublées en français, avec du rire en boîte et des hommes qui n’en sont pas ? Du commérage non stop pratiqué par les hommes comme les femmes, entre quatre murs de poulailler... qui déteint sur les comportements adolescents.
    La recette : un défilé de gens supposés décoratifs pour les femmes, bêtas pour les "hommes", tout ce petit monde lifté-maquillé-bronzé-fringué à grands frais, sans souci ni cervelle ni élan ni vocabulaire... ni la moindre drôlerie.
    Même épuisé par une journée au chantier ou dans les gynécées des bureaux et des écoles, qui a envie de voir ces imbéciles ricaner et défiler sur l’écran gris de sa vie grise ?


  • Récemment partisan de la dissidence. J’éprouvais une certaine honte à avoir tant aimé cette série dans ma jeunesse. Mais j’ai trouvé encore plus débile que l’adolescent que j’étais. Me voilà rassuré. Merci à eux.


  • Les séries télévisées font partie de la grande panoplie déployée par le Système pour rendre le peuple le plus abruti possible.


  • Un peu trop d’arcades sourcilières chez Aris thon, on a l’impression très nette que la mandibule est carrée si les cheveux ne la dissimulaient, si si elle est carrée, épaules larges , peu de hanches, long humérus.
    Bien trafiqué mais subsistent des particularités de la bombe anatomique, pas vrai Ursula Andress.


  • Merci pour le bonus,j’avais pas autant rigolé depuis le 18 janvier 1991...


  • C’est une plaisanterie ??!!
    Pour faire court :

    La série Friends est LE précurseur de la propagande du système !!
    Je vous rappelle que Ross est trompé par sa femme avec une autre femme, couple lesbien mis en scène qui aura la garde de son fils Ben.
    Que Phoebe sert de mère porteuse à son meilleur ami et lui donne les triplets dont elle accouchera.
    Que le père de Chandler est bel et bien Transsexuel.
    Et tout cela l’air de rien biensur... et le pire c’est que ça marche ! La preuve, vous ne l’avez même pas vu chez E&R alors que vous êtes pourtant les premiers à identifier ce genre de propagande. Je rappelle qu’on était dans les années 90 et que c’était le début de la mise en place de toute cette boue du système, il fallait donc rester discret mais commencer à infester les cerveaux des jeunes de 20 - 30 ans que nous étions à l’époque !


  • Pourtant « friends » c’était déjà de la propagande libérale pour trentenaire à l’époque. Pas vraiment une série « générationnelle » pour les étudiants des années 90 qui ne pouvaient pas vraiment s’identifier au contexte (trop américain, new yorkais et bourgeois). La série générationnelle des années 90 c’était Hartley coeur à vif - Heartbreak High (c’était encore la période « grunge » et le rap commençait à peine à être à la mode), série australienne orienté réalisme (loin de la niaiserie idéaliste des formats américains) et dont le contexte sociale se rapprochait le plus de ce qu’il se passait socialement en Europe à la même période.

    Friends c’était rigolo mais jamais réellement accroché...


  • Je regarde cette série pour faire la sieste, comme je regardais auparavant Derick. Cela permet de bien dormir 1H en début d’après midi. Mais j’adore Lisa Kudrow dans ce rôle. :)
    Si cela n’est pas assez gay-friendly, ils n’ont qu’à faire leur propres séries. Cela pourrait ressembler à poubelle la vie qui passe tout les soirs de la semaine sur la 3 et que je ne regarde pas.


Commentaires suivants