Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour les jeunes qui la découvrent, la série Friends est sexiste, homophobe et grossophobe

Vérifiez vous-mêmes : il n’y a effectivement pas d’apologie de l’homosexualité, de l’obésité et de la diversité dans Friends. C’est affreux, mais c’est comme ça. La série des années 90 est basée sur un thème éternel : les garçons veulent coucher avec les filles. Et c’est scandaleux !

 

 

Friends parle beaucoup de drague, de sexe, mais gentiment. On n’est pas dans Connasse sur Canal+, la série vulgaire faite par trois pétasses pour deux arrondissements parisiens. Friends ne s’attaque pas au mâle blanc hétérosexuel, c’est peut-être ce que les minorités sexuelles agissantes lui reprochent.

Grâce à la pression des minorités LGBTi, un remake de Friends est à craindre qui s’intitulera Friend.e.s avec des colocs transsexuels, obèses et gay. On ignore si la série aura le même succès, car les minorités sexuelles ne sont pas encore majoritaires non seulement dans l’opinion, mais aussi dans la population. On peut donc dire que le grand public, celui qui fait ou défait le succès d’une série, est homophobe, de fait.

Ah, oui, dernière chose, et d’importance : la série originelle étant basée sur l’humour et l’autodérision, les créatures LGBTi pratiqueront-elles l’humour sur elles-mêmes ? On rappelle que faire de l’humour sur un.e LGBTi est passible d’amende, voire de prison. Le manque d’humour signerait peut-être la mort précoce du projet.

Pensez-y, les LGBTi ! Les séries bien-pensantes ne trouvent pas leur public.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Entre 1994 et 2004, les aventures de la plus célèbre bande d’amis – interprétés par Jennifer Aniston, Matthew Perry, Courtney Cox, Lisa Kudrow, Matt LeBlanc et David Schwimmer – ont égayé le quotidien de millions d’Américains et de téléspectateurs du monde entier. Les personnalités touchantes et attachantes de ces colocs plein d’autodérision ont même valu à Friends le titre de la meilleure série de tous les temps par The Hollywood Reporter.

 

JPEG - 60.1 ko
Aniston n’est pas très gay

 

Un esprit pas très gay-friendly

Ayant grandi dans une société qui s’interroge chaque jour un peu plus sur ses valeurs et ses préjugés, la génération actuelle porte un regard différent sur bon nombre de chansons, films et séries. Et dans le prisme de 2018, ce dont on riait il y a 10 ou 20 ans peut parfois faire grincer des dents. C’est ce qu’explique The Independent, qui a donné la parole à plusieurs jeunes Britanniques se disant « mal à l’aise » avec la manière dont la sitcom aborde la question les rapports femmes-hommes et les thématiques LGBTQ+.

[...]

Il [Chandler] redoute par exemple les fameux « hugs » (câlins fréquemment échangés, y compris entre hommes, aux États-Unis) et n’en revient pas que Joey ait un oreiller rose. « Si tu continues comme ça, tu te retrouveras bientôt avec des doigts dans ton machin ! », ose-t-il alors lui lancer. Ses remarques lourdes et méprisantes à l’égard de son père transgenre, qui exerce comme drag queen à Las Vegas, sont également pointées du doigt.

[...]

Des personnages sexistes ?

En janvier 2017, Cosmopolitan publiait un article listant les « 11 choses assez choquantes dans Friends qui ne passeraient plus aujourd’hui ». Parmi elles : le côté queutard coureur de Joey. Pour lui, « Chaque femme est une conquête avant d’être un être humain », tandis qu’il « cherche une coloc féminine pour pouvoir coucher avec elle », déplore le magazine. Pour couronner le tout, il compare les femmes à de la « crème glacée » dont il invite Ross à « prendre une cuillerée ».

[...]

Manque de diversité

Dernier problème : le manque de diversité de la série, dont tous les protagonistes principaux sont blancs, hétéros et relativement aisés. « Il n’y a eu que deux personnages non-blancs » dans les 236 épisodes de Friends : Julie, la copine de Ross, qui est d’origine asiatique, et la docteure [on aurait écrit le docteur, NDLR] afro-américaine Charlie Wheeler, souligne The Independent.

Pour toutes ces raisons, conclut le journaliste Tom Fordy dans le Telegraph, « sexistes, pathétiquement immatures et résolument conservateurs », les personnages de Friends sont aux « antipodes » de la société moderne.

Faites-vous votre propre idée grâce à cette compilation vidéo (en anglais) sobrement baptisée « Homophobic Friends », un montage des 50 minutes les plus controversées de la série.

 

Lire l’article entier sur m.slate.fr

 

 

Bonus

L’ancêtre de la série Friends est allemande et s’appelle Freunde !

 

Découvrez sans hypocrisie les rapports H/F
sur Kontre Kulture

 

La drague est une culture, voir sur E&R :

 

Les ravages de la bien-pensance sur les rapports H/F, sur E&R :

 






Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Et moi je suis voiturophobe depuis que je fais du vélo, est-ce pour autant que j’ai envie d’exterminer tous les automobilistes, expliquez leur bon sang.

     

    Répondre à ce message

  • FRIENDS reste une très bonne série, emblématique d’une époque désormais révolue. J’ai tellement ri devant et ça c’est le plus important. On peut pas passer 100% de son temps devant des vidéos d’économies et de politiques.
    Oui ca reste une caricature de l’american way of life, oui c’est une fiction. Et alors ?

     

    Répondre à ce message

    • Je partage votre opinion , une série emblématique qui restera un témoignage de la société des années 80/90. Ce fut un phénomène mondial , un peu partout , sur la planète les gens regardaient Friends, ce qui ne veut pas dire que la série a profondément modifié les modes de vie et les sociétés. On peut se demander , comme pour la poule et l’oeuf, si c’est la série qui a impacté les comportements ou si la série n’est que l’observation de ce qui se passait ...Comparée à d"autres séries, Friends se situe parmi les meilleures , avec des navets, le succès ne dure jamais très longtemps .Par charité , je ne parlerai pas des séries françaises, que dire de " poubelle la vie " ?

       
  • Pourquoi perdre son temps à contempler ces sottises mal doublées en français, avec du rire en boîte et des hommes qui n’en sont pas ? Du commérage non stop pratiqué par les hommes comme les femmes, entre quatre murs de poulailler... qui déteint sur les comportements adolescents.
    La recette : un défilé de gens supposés décoratifs pour les femmes, bêtas pour les "hommes", tout ce petit monde lifté-maquillé-bronzé-fringué à grands frais, sans souci ni cervelle ni élan ni vocabulaire... ni la moindre drôlerie.
    Même épuisé par une journée au chantier ou dans les gynécées des bureaux et des écoles, qui a envie de voir ces imbéciles ricaner et défiler sur l’écran gris de sa vie grise ?

     

    Répondre à ce message

  • Récemment partisan de la dissidence. J’éprouvais une certaine honte à avoir tant aimé cette série dans ma jeunesse. Mais j’ai trouvé encore plus débile que l’adolescent que j’étais. Me voilà rassuré. Merci à eux.

     

    Répondre à ce message

  • Les séries télévisées font partie de la grande panoplie déployée par le Système pour rendre le peuple le plus abruti possible.

     

    Répondre à ce message

  • Un peu trop d’arcades sourcilières chez Aris thon, on a l’impression très nette que la mandibule est carrée si les cheveux ne la dissimulaient, si si elle est carrée, épaules larges , peu de hanches, long humérus.
    Bien trafiqué mais subsistent des particularités de la bombe anatomique, pas vrai Ursula Andress.

     

    Répondre à ce message

  • #1879893

    Merci pour le bonus,j’avais pas autant rigolé depuis le 18 janvier 1991...

     

    Répondre à ce message

  • C’est une plaisanterie ??!!
    Pour faire court :

    La série Friends est LE précurseur de la propagande du système !!
    Je vous rappelle que Ross est trompé par sa femme avec une autre femme, couple lesbien mis en scène qui aura la garde de son fils Ben.
    Que Phoebe sert de mère porteuse à son meilleur ami et lui donne les triplets dont elle accouchera.
    Que le père de Chandler est bel et bien Transsexuel.
    Et tout cela l’air de rien biensur... et le pire c’est que ça marche ! La preuve, vous ne l’avez même pas vu chez E&R alors que vous êtes pourtant les premiers à identifier ce genre de propagande. Je rappelle qu’on était dans les années 90 et que c’était le début de la mise en place de toute cette boue du système, il fallait donc rester discret mais commencer à infester les cerveaux des jeunes de 20 - 30 ans que nous étions à l’époque !

     

    Répondre à ce message

  • Pourtant « friends » c’était déjà de la propagande libérale pour trentenaire à l’époque. Pas vraiment une série « générationnelle » pour les étudiants des années 90 qui ne pouvaient pas vraiment s’identifier au contexte (trop américain, new yorkais et bourgeois). La série générationnelle des années 90 c’était Hartley coeur à vif - Heartbreak High (c’était encore la période « grunge » et le rap commençait à peine à être à la mode), série australienne orienté réalisme (loin de la niaiserie idéaliste des formats américains) et dont le contexte sociale se rapprochait le plus de ce qu’il se passait socialement en Europe à la même période.

    Friends c’était rigolo mais jamais réellement accroché...

     

    Répondre à ce message

  • Je regarde cette série pour faire la sieste, comme je regardais auparavant Derick. Cela permet de bien dormir 1H en début d’après midi. Mais j’adore Lisa Kudrow dans ce rôle. :)
    Si cela n’est pas assez gay-friendly, ils n’ont qu’à faire leur propres séries. Cela pourrait ressembler à poubelle la vie qui passe tout les soirs de la semaine sur la 3 et que je ne regarde pas.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents