Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Champs de la colère : des femmes de paysans sortent du silence

Les femmes d’agriculteurs en difficulté – c’est rien de le dire – s’expriment : « On est en train de crever dans nos fermes. »
400 agriculteurs se sont suicidés en 2016.

 

Partie 1 :

 

Partie 2 :

 

Un débat sur France 5 a suivi la diffusion de ce documentaire.

L’agriculture française en danger, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

84 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tous les paysans, enfin presque, sont chasseurs. Qu’ils aient le courage. Il y a du fumier dans les écuries de la France, qu’il faut nettoyer.

     

    • Vu sous cet angle, c’est vrai que quitte à oser le suicide autant en faire quelque chose d’efficace... Mais ces méthodes sont déjà utilisées par d’autres je pense.

      Salauds de paysans, encore trop chrétiens sans doute !


    • Grave !!! faites poussez du "chanvre " ...


    • Je suis 100% d’accord avec cela. Je n’ai jamais compris comment ils pouvaient partir alors que c’est le système qui les a foutus dans cette impasse. Les mecs se suicident en silence par centaine, RIEN ne se passe. Tu as un dingue de djihadiste qui tire dans le tas et tue 3 personnes, ça fait la une pendant des jours et on en parle pendant des mois et on créé de nouvelles lois.

      Si j’étais paysan sur le point de "partir", je ferais comme tu le suggères c’est clair.


  • Et ils attendent quoi, les zagriculteurs, pour s’organiser et utiliser leurs forces ( nombre et matériels) ? Mais comme la plupart des français, ils ont perdu leurs couilles...

     

    • Et t’en fais quoi de tes couilles matador, passe dont me voir je vais t’en présenter plus d’un qui vont t’en faire rabattre, essaye déjà de mettre le réveil tous les matins et tu viendras parler de courage...
      Des guignols qui rêvent de regarder les autres partir devant pour se battre...
      Bon weekend.


    • Les agriculteurs en ont pas le temps
      Déjà qu’ils crèvent de faim et roulent sous les dettes, alord s’ils doivent en plus faire du politique....


    • Matador a raison. Se suicider c’est une idée à la con si tu fais rien avant, moi,si j’avais pris la décision de me suicider, je peux te dire qu’avant de passer à l’acte j’aurais déjà fait le ménage dans le merdier à ma façon et qu’on aurait entendu parler de moi dans tous les médias du monde pendant des semaines.
      Bonne fin de semaine.


    • A Laurent
      pas de leçon a recevoir d’un hableur provocateur....plusieurs années chasseur alpin 27 eme BCA. Mes couilles sont au moins aussi grosses que les tiennes...


    • #1928510

      La TV parle de Koh lanta... s’ habituer à vivre moins bien qu’un migrant, en mangeant des sauterelles, des vers de terre, se battre pour une poignée de riz, j’oubliait aussi le pot nutella.
      Alors que la TV oublie de parler des agriculteurs qui crèvent tous les jours faute des mauvaises gestions du gouvernement !
      La TV oublie de dire que le pays, la France a largement les moyens de nourrir sa population sans avoir a passer par l industrie agro chimique Monsanto


    • Matador, le hableur provocateur à mis sa gueule et son adresse sur le site.
      https://www.egaliteetreconciliation...
      Pour moi la montagne, c’était la Maurienne et l’alpage, quatre mois et demi sur l’Alpe à traire des vaches sans redescendre c’est autre chose que de randonner avec des flingues qu’on jamais fait la guerre.


    • matador, tu places tes couilles au mauvais endroit. si les chasseurs alpins (ou tout autre militaire, en incluant les gendarmes avait des couilles), cela se verrait, ils préfèrent chougner sur leurs primes mais suivent bien sagement les ordres les plus débiles. ça fait belle lurette que nos militaires n’ont plus de couilles


    • A Laurent et paramesh
      Un qui trait des vaches ( je suis petit-fils de paysan breton et je sais très bien ce que c’est ) et qui est tout fier d’avoir eu un article, et l’autre qui manifestement n’a pas l’âme d’un guerrier, ce qu’il faut être aujourd’hui ( viens je ’emmène en survie 3 jours mini, tu risques de pleurer) En cas de besoin on fait quoi de toi ??
      Et puis tous les deux, je vous emmène retourner des poches d’huitres sur les parcs ostréicoles, on verra ce que vous valez vraiment, tu verras c’est pas traire des vaches lol...au delà de vos théories et de vos grandes gueules ...Bah on est pas sorti avec çà...des faux durs lol


    • Vous êtes affligeant d’immaturité. Vos histoires de « couilles », maintenant ça ! On va sûrement s’en sortir avec des vrais durs comme ça, surtout avec une tête si bien faite. Il ne vous suffisait pas de vous ridiculiser une première fois qu’il vous a fallu remettre ça ?!


  • Pas vu le reportage mais 1er commentaire en amont.
    Voilà la France, les paysans qui aiment leur terre leurs animaux qui travaillent par vocation.
    Que fait l’État : des lois pour 1% de la population qui déjà bénéficient systématiquement de passes-droits : lutte contre antisémitisme virtuel et la haiiiine sur le net, loi contre le "harcèlement" de rue etc etc etc tous ses budgets pourraient bénéficier aux agriculteurs qui "grâce" à l’Europe se sont fait entuber sur toute la ligne.
    Sans compter un désintérêt croissant de tous les politiques de tout bord qui mise à part parader au salon de l’agriculture en ont mais strictement rien à battre...

     

  • 50 ans que vous votez comme des cons aussi. De quoi se plaignent-ils ? On récolte ce qu’on sème.

     

  • Arf, comment ne pas exploser avec ce reportage (pas vu encore la fin) ?

    Dès le départ on nous IMPOSE une grille de lecture, à savoir que les responsables sont Macron et son ministre de l’agriculture.

    Une "bonne" manière de ne pas désigner la cible réelle : la libre concurrence et la dérégulation des marchés au sein du machin Union Européenne...

    Donc laissons crever les agriculteurs (je préfère le mot "paysan") au nom de la "liberté" européenne.

     

  • Dernièrement ils étaient « en marche » et pour l’Europe subventioniste, leurs femmes en souffrent ?
    Monsanto rachète ou embauche peut-être (à salaire équivalent à ce qu’ils touchent, évidemment).
    C’est mort ! Ils se sont fourvoyés, il faut assumer.
    (Et je passe sur le bio avec pesticides autorisés et tout le toutim). Qu’on bouffe leur merde ou celle des gros, dans l’assiette... Ils peuvent manifester, le soutien déclinera.
    ER aura fait le taf, cependant. Combat d’arrière-garde à saluer.

     

    • Le peu de cohérence de vos propos révèle le peu de cohérence de votre pensée.


    • Permacultivé, ça sent le pseudo de "producteur" à la culture youtubesque...
      Etre agriculteur de nos jours c’est perdre de l’argent en travaillant 400 heures par mois pour nourrir des ânes qui pensent qu’on les empoisonne.


    • Accuser les consommateurs « d’ânes » ne te grandit pas.

      Les « ânes », c’est les conventionnels qui pleurnichent ou se pendent.

      Et oui, les produits phytosanitaires sont mauvais pour la santé.

      Tu verras, quand tu finiras cancéreux, tu vas rigoler.


    • « Accuser les consommateurs « d’ânes » ne te grandit pas. »
      ...
      Les « ânes », c’est les conventionnels qui pleurnichent ou se pendent.
      Il n’y a pas un truc qui cloche ? Sinon, j’ose espérer que ce genre de message ne tombera pas sous les yeux d’une veuve de paysan. Bref, nous sommes au moins d’accord sur le fait qu’il y a des ânes et que l’on peut utiliser ce terme sans se rabaisser. Tout dépend c
      Enfin, Laurent71 a parfaitement raison de parler d’âne puisque d’une part ce message va à l’encontre de l’esprit d’E&R et que d’autre part, quand on a affaire à quelqu’un dont c’est le métier, au lieu de lui asséner des opinions condescendantes du haut de je ne sais quelle hauteur, il est plus sain et intelligent de poser des questions pour apprendre des choses, sait-on jamais ! Et y compris des questions sur les sujets qui fâchent donc, comme les pesticides ou autres. Plutôt que d’asséner des jugements péremptoires sur une profession comme si elle formait un tout uniforme. Heureusement que la plupart des agriculteurs sont des gens passionnés par leur métier et courageux et qu’ils n’ont pas besoin d’encouragement.


    • Yankee98, t’as toujours rien compris, je pratique la technique agronomique biologique mais je refuse de payer une labellisation, je nourris déjà suffisamment de parasites comme ça.
      Bon nombre de labellisés et même dans leur grande majorité continuent de fonctionner avec des pulvés et achètent des intrans azotés sous label Bio type granulés de poils de porcs ou de plumes de poulets non issus de l’agriculture biologique, le seul moyen de faire propre, c’est la tradition, donc la polyculture élevage.
      J’ai plus de respect pour un conventionnel qui fait son travail correctement en l’assumant, que pour un bio label qui dégueule sur les collègues histoire de se faire bien voir par le bobo qui tient le porte monnaie.
      J’ai remarqué avec le temps que quand tu discutes technique avec des exploitants, les conventionnels disent ce qu’ils font, les bios disent ce qu’ils ne font pas...
      Qui a quelque chose à cacher ?
      Continue de vendre des étiquettes, tant que tu produis rien tu n’es qu’un parasite.


    • « Yankee98, t’as toujours rien compris, je pratique la technique agronomique biologique mais je refuse de payer une labellisation, je nourris déjà suffisamment de parasites comme ça. »
      Ça me fait marrer ça, et c’est très juste. Un jour que je discutais avec un type qui vendait des pommes sur un marché (jus, confitures, etc.), et qu’il m’expliquait comment il bossait, j’ai fini par lui dire sur un ton amusé : mais c’est mieux que du bio ? Et vous n’êtes pas labellisé ? Le gars m’a répondu logiquement : vous déconnez ? Ça va me coûter à tous les niveaux, aussi bien à l’entrée qu’à la sortie puisqu’au final, même si je maintenais mes prix, les gens qui ne me connaissent pas seraient persuadés que je suis cher ou que j’ai augmenté. Les étiquettes, c’est aussi et souvent une manière de ne pas s’interroger et de faire confiance sans savoir donc. Et pour certains clients de se faire mousser. Attention, il m’arrive aussi d’acheter des produits estampillés « bio » mais je n’en fais pas un flan. Et quand on voit certains trucs emballés et suremballés en petit conditionnement (genre produits Bjorg), là on rigole carrément.


  • Que va proposer le gouvernement ?
    Régler les frais d’inhumation des agriculteurs suicidés, comme le fait le roi du Maroc pour les victimes de la dernière émeute pour la nourriture ?
    Je ne crois pas que le gouvernement pourrait faire quoi que ce soit d’autre, pour la simple et bonne raison que les ordres viennent d’en haut.


  • À tous les agriculteurs au bord du suicide , si vous en êtes à ce point acculé financièrement...
    balancez quelques pieds de weed vous solderez rapidement les tracteurs ...
    Et en plus il fumeront bio !!!
    pas de la merde du marché noir qui finance je ne sait quelle mafia ( enfin si je sais ) ...


  • #1928408

    Le budget de faramineux alloué annuellement à l’inutile DILCRAH serait mieux employé à assurer la dignité de cette belle paysannerie française qui remplit nos estomacs.


  • personnellement pas une larme pour les paysans, because je les fréquente de très près, et leur éthique, leur morale, n’est franchement pas reluisante !
    ils sont seulement victimes de leur mercantilisme et c’est bien dommage, et ce, depuis les fins fonds de l’avènement de l’agriculture au néolithique avec toutes ces cohortes d’avanies qui vont avec et en découlent comme l’appropriation de la terre et le droit d’en faire ce que l’on en veut à seules fins personnelles
    sniff !!!.. peu me chaut.

     

    • Tu les fréquentes de près, et tu prends un billet au passage ? Tu leurs vends quoi ? De l’engrais ? du matériel agricole ? Ou mieux du conseil !
      Viens me fréquenter de près, ça va te chauffer les étiquettes.
      Pour ce qui est du mercantilisme, j’ai vendu des chevreaux la semaine passée à 54 centimes hors taxe le kilo, cette semaine ils sont montés dans le camion sans prix...
      Pour accaparer la terre il faut sacrément se retrousser les manches, 75% de la surface agricole utile en France est louée à des tiers...
      En passant Francis Cousin c’est souvent la bonne excuse pour ne rien faire...


    • #1928592

      @aurent71
      Salut camarade
      Tu t’époumones pour rien, ces gars savent tout , et s’ils étaient à notre place, ils feraient la révolution, avec eux tout irait bien, en fait c’est nous les nuls
      Ils connaissent tous la terre, et ses caprices, l’administration et la gestion de l’agriculture, les normes qui changent au grès du vent et des humeurs , les intempéries, les problèmes financiers, mécaniques, météorologiques, épidémiques , plus les problèmes de tous les jours, de tout un chacun, familles, enfants, couples, voitures, crédits, travaux, habitat, maladies ,études des gosses, assurances, etc....
      @aurent71 c’est nous les cons, de leurs banlieues, de leurs balcons, de leurs pavillons, ils vont te dire comment gérer un cheptel, des hectares et tous les aléas que ça comporte, clôtures, eau, électricité, foin, paille, bouclage vermifugeage, contrôle vétérinaire,mise bas (vêlage, agnelage, bref la gestation , la reproduction et j’imagine le photopériodisme chez les animaux, etc...) ces gars sont trop bon, trop fort, ça sert à rien de lutter @aurent71
      Bon je finis mon café , je te souhaite à toi et aux tiens un bon dimanche des rameaux , et je vais bosser, puisque après on part à l’Eglise avec toute ma petite famille
      Que Dieu te bénisse, j’espère un jour te rencontrer (par E&R qui sait ?)


    • Personnellement, pas un sourire pour les négociateurs-acheteurs de chaînes de supermarchés, affairistes, politiciens et autres vautours, qui rabiotent des centimes aux producteurs, agriculteurs, éleveurs... et les taxent jusqu’à l’os.
      L’éthique, la morale de ces affairistes n’est franchement pas reluisante !
      Nous sommes tous victimes de leur mercantilisme et c’est bien dommage, et ce, depuis les fins fonds de l’avènement du nomadisme avec toutes ces cohortes d’avanies qui vont avec et en découlent comme l’appropriation de la terre agricole d’autrui et le droit d’en faire de la spéculation immobilière ou du désert à seules fins personnelles.
      Je ne peux dire que peu me chaut. C’est mon steak et mon pain qu’ils volent !



    • Tu leurs vends quoi ?




      rien du tout ! je vis parmi eux et c’est pas triste !!!!...rien que le saccage écologique, les chicanes pour 10m2 pour un pré de 8hectares ou un chemin par exemple, etc...et,c..
      ce que je peux dire c’est qu’ils sont tous loin d’être dans la misère, mais ils regardent toujours dans la gamelle du voisin, des fois qu’elle soit plus pleine que la leur.... et c’est classé zone de montagne.


    • ps :



      j’ai vendu des chevreaux la semaine passée à 54 centimes hors taxe le kilo




      si vous vendez des chevreaux c’est donc que vous vendez aussi du lait de chèvre et/ou faites du fromage

      ma voisine, productrice, vends le cabécou de 35/40gr 1.20 euro. mais bon, le prix moyen est de 1euro le cabec commercialisé directement par producteur au consommateur, alors que je trouve le même produit chez mon fromager (pas une grande surface) de la grande ville la plus roche (25km) à 20/30% moins cher.
      cela dit et tout en sachant qu’il faut en moyenne 6 litres de lait pour faire 1kg de cabec, tous calculs fait cela "rentabilise" le litre de lait à 4euros/4.5euros.
      on est loin des 30 centimes dont on nous rebat les oreilles.
      ya un lézard quelque part, comme dirait l’autre !



      ces gars savent tout




      je n’ai pas cette prétention ! je me borne juste à constater !
      depuis plus de 40 ans que je vis où je suis j’ai vu les choses péricliter et les seuls responsables sont les paysans. maintenant pratiquement plus de vaches et autres animaux dans les prés, juste d’immenses tas de fumier et des cadavres d’arbres aux bords des routes dont les restes qui ne sont pas ramassés par international paper, restent à pourrir lentement.
      - qui élève en stabu les animaux baignant dans la merde jusqu’aux genoux, ctd en univers concentrationnaire ?
      - qui m’empoisonne moi et le milieux où je vis avec tous ces produits phytosanitaires ?
      - qui brade le patrimoine forestier, tous ces chênes, tous ces hêtres, ces bouleaux, pour faire de la pate à papier pour écrire toutes sortes conneries que l’on peut lire à l’envie ?..... évidemment maintenant il n’y a presque plus de champignons, puisque qu’il n’y a plus de bois, et en saison c’est la guerre avec quelques pneus crevés. bande de cons !
      pour résumer, c’est simple, je vis dans un ancien moulin au bord d’un ruisseau. en 40 ans j’ai vu disparaître les écrevisses, les moules, les truites et toutes sortes de petits crustacé. maintenant le printemps qui était un vacarme assourdissant est presque silencieux, rares sont les chants d’oiseaux et de sauterelles.

      circulez !!! rien rien à voir !



    • Viens me fréquenter de près, ça va te chauffer les étiquettes.



      ha oui ? alors ? à part me menacer physiquement, vous répondez quoi au constat que je dresse ?
      accessoirement : tant, tant et tant le "kilo", pauvre type qui montre et prend sa vessie pour une lanterne et qui vend sans autres formes de procès, à part le prix au kilo, l’excédent vivant de sa production au couteau du boucher


    • #1929303

      @banzai
      Et au fait tu fais quoi toi ?
      Toilettes sèches, permaculture, rencontre entre écolo-bobo, dans ton moulin ?
      Moi j’ai 7 hectares bientôt plus (prairies et bois), des brebis, cochons, chèvres, lapins, oies, canards, poules, poulets, dindes, etc... j’ai pas de tracteur, sauf celui quand parfois on m’aide, je touche pas la PAC, et j’ai renoncé aux subventions, et aux aides (BPREA, DJA et tutti quanti) mais c’est pas pour ça que je crache sur mes voisins paysans français, ici c’est E&R, pas Umma.con ,ni FdS ou Suavelos, encore moins la Horde ou L214
      Nous la terre, on l’aime, on la travaille, elle nous fait vivre, on parle pas d’un moulin de bobo avec trois écrevisses et deux nénuphars , on parle de sueur, de cornes sur les mains, de combat quotidien, pour garder un savoir faire, pour subvenir aux nôtres
      Nous l’écologie c’est 24/24, c’est pas un loisirs , on produit et on mange se que l’on produit
      Arrêtez de nous traiter comme des merdes , paysan c’est pas un métier de fiottes, et j’aimerais vous voir venir nous parler ainsi face à face
      Donc les experts en suçage de burnes lâchez nous de vos balcons et de vos pavillons de gonzesses
      Moi j’ai tout lâcher pour reprendre ma ferme, avec femme et enfants ,j’ai 20 piges de crédit et je viens pas vous chier dans les bottes, alors ne venez pas chier dans les miennes
      A bon entendeur salut
      C’est ça la solidarité nationale cracher sur le paysan français derrière son petit clavier (enfin le patriotisme, quand on se surnomme banzai, ça me fait sourire, pourquoi pas kebab, falafel, macdo ou wehrmacht ??)
      Salut à Laurent71 et tous les autres merci E&R


    • Banzaï, si je t’ai pas répondu tout de suite, c’est que j’étais au boulot, donner du foin, traire, faire boire les chevreaux plus quelques clients qui passent à la ferme, on a pas tous nos dimanches facilement...
      300 euros la tonne de lait, c’est pour les vaches, c’est pas le même coût de production que le lait de chèvre et pour du fromage il faut ajouter les charges de transformation et en vente directe les coût de commercialisation.
      Pour ta voisine, à quatre cabécou au litre elle tourne à 4,80 du litre, c’est une belle valorisation, la moyenne en Saône et Loire pour du fromage fermier peine à dépasser les 1euros 50 du litres(y a pas de bobos chez nous...).
      En même temps si elle fait une production saisonnée en système pâturant sur des prairies naturelles ou du parcours(landes, friches.), elle atteindra difficilement les 350 kilos de lait par chèvre, un lait dont le goût variera en fonction des lieux de pâture des stades de l’herbe, de la saison et du cycle de lactation, si de plus elle transforme du lait cru avec des ferments naturels, c’est un produit unique, ça n’a pas de prix.
      Ton crémier, pour tirer le prix tout en conservant une marge, il achète du frais de fromagerie industrielle qu’il affine chez lui avec des ferments du commerce.
      La fromagerie industrielle est livrée par des élevages industriels en zéro pâturage ou hors sol, avec des troupeaux désaisonnés(lait toute l’année.) en ration ensilage et correcteur azoté(soja.) ou ration sèche et concentré à gogo, les chèvres passent la tonne de lait par an, lait qui sera pasteurisé et affiné avec des ferments industriels, un produit moyen identique toute l’année, bref pas de quoi écrire une thèse.
      Si les bêtes ne pâturent plus c’est pour produire plus, les bêtes sont dans la merde jusqu’au jarret, la paille c’est une charge...
      on en est arrivé là, parce que ce monde est plein à ras la gueule de débiles un iPhone à mille balle à la main et 40 balles par mois pour regarder la ligue un, qui connaissent le prix de tout mais la valeur de rien, pour dire : L’cabécou l’est trop cher ! Pour manger au prix au kilo de la merde, mange de la merde !


    • Banzaï, l’hiver quand mon troupeaux est tari, je suis bûcheron, je fais un peu de taillis pour le chauffage, mais le gros de mon activité c’est l’abattage de grumes en prestation de service, principalement du chêne.
      Je coupe dans des forêts privées pas en domaniale, mes clients sont une famille de parisiens qui possèdent un château, quatre fermes de 100 hectares et 95 hectare de bois d’un tenant, je coupe aussi des bois qui appartiennent à axa assurance, au crédit agricole et des fonds de pension américains, mais c’est les paysans qui brade le patrimoine forestier...
      Je vis sur une commune de presque 5000 hectares composée de 1000 hectares de forêt, le reste c’est quasiment que de la surface agricole utile.
      Nous sommes 800 habitants pour 7000 bovins, 300 ovins et 170 caprins, c’est une vrai zone de production agricole et pourtant pas de soucis d’environnement et on est pas en reste pour ce qui est de la faune sauvage, nous observons même de plus en plus d’espèces qui ne nous étaient pas coutumières, on fauche les foins au milieux des cigognes, en Saône et Loire !
      C’est un pays d’herbe et d’eau, des tas d’étangs tous poissonneux et pleins d’écrevisses...
      Pour mes chevreaux, il n’y a plus qu’un acheteur qui fait la France l’Allemagne et le Benelux, las de me faire voler j’ai essayé la vente directe, trouvé les clients, engraissé les bêtes et quand je suis passé par l’abattoir(qui est en cheville avec les engraisseurs et l’acheteur.) ils m’ont pris trente balles par carcasse et m’en ont saisi un quart...
      Bénéfice net égale perte...
      C’est vrai que c’est pas grand chose à côté de regarder les écrevisses crever dans le ruisseau...
      A propos, dis, à chaque fois que tu tires la chasse ou que mémère fait une lessive, ça va où ?


    • #1929583

      @Laurent71
      Salut Laurent y a-t-il un moyen de t’envoyer un mail ?
      Ou de te donner le mien ?
      S’en que tout le monde le voit, pour prendre contact
      Merci


    • Encore un qui a perdu une et même plusieurs occasions de la fermer. Moi ce qui me fait rire, pour rebondir sur ce que dit Laurent71 au sujet de la valeur, ce sont les gens qui veulent ou qui pensent acheter pas cher, mais en ne regardant que le prix et sans jamais s’interroger en effet sur la contrepartie. On est content, on a fait une affaire parce qu’on a acheté pas cher. On a donc acheté pas cher un truc qui ne vaut possiblement rien. La belle affaire ! Il s’en trouve même très certainement parmi ceux-là pour critiquer le monde agricole dans son ensemble. Et le rôle du consommateur dans tout ça ? Que nenni ! C’est toujours l’autre. Loin de moi l’idée de dresser un tableau idyllique mais faudrait voir à pas raconter n’importe quoi non plus.


    • salut à vous, travailleurs de la terre bien burnés et qui mettent (très/trop) facilement les gens dans des cases pour leur confort moral.
      je réponds tardivement car je me suis demandé si cela en valait la peine.
      bon voila ! c’est un choix ! et à propos de ce "fameux" moulin
      -depuis 20 ans j’ai vécu à peu près seul dans une seule pièce de 45/50 m2 qui fait à la fois cuisine, séjour, chambre, la sdb est bien souvent dehors, surtout l’été dans le ruisseau...et là c’est le panard !
      - je n’ai pas de chiottes, ni fosse septique, ni tout à l’égout, ni même de "toilettes sèches" ; tous les matins je creuse un trou dans mon bois et c’est jouissif, comme en ce moment fin d’hiver/ début printemps je vois la reprise des végétaux avant tout le monde et que je me dis que je suis encore bien vivant (dans le plein sens du terme). mais malgré ça je paie la redevance SPANC
      - mon revenu mensuel est de 844 euros, mais je me plains pas, je me dis que c’est le prix de mon insoumission.
      - l’hiver je me chauffe et fait la cuisine avec une cuisinière à bois que je récupère chez un voisin contre de menus services dans mes compétences. àh oui, je n’ai pas l’eau chaude" et depuis deux ans je n’ai pas changé la bouteille de butane.
      - je fais un jardin en saison, mais étant donné le déficit d’ensoleillement dû à la position géographique, j’ai bien souvent des déboires (brouillard, gelées précoces)
      - actuellement, j’ai cinq poules pour les œufs dont je donne l’excédent à deux voisins peu fortunés. quatre chats (recueillis) et trois chiens
      - je pratique l’amitié et l’entraide avec plaisir et dans mon entourage je suis malgré tout estimé par une grande majorité malgré mes protestations que je ne manque pas de manifester à propos des excès agricoles et de leur mesquinerie.
      pour conclure si certains ici n’acceptent pas la critique et sont inconscients des dégâts qu’ils occasionnent à eux même et à leur entourage, je n’y peu rien, laissons pleurer les "femmes". tout en ayant aucune science infuse je ne suis pas juge, mais partie oui !
      cordialement et surtout amicalement à tous


    • « salut à vous, travailleurs de la terre bien burnés et qui mettent (très/trop) facilement les gens dans des cases pour leur confort moral. »
      Ce que vous avez fait dès votre message initial, comme c’est ballot !!! Vous ne manquez vraiment pas d’air. Faites ce que je dis mais pas ce que je fais, hein !
      Sinon ce que vous faites est vraiment extraordinaire, sérieux ! C’est époustouflant. Bref, vous avez donc raté de multiples occasions de vous taire jusqu’à la dernière donc. Si ça pouvait vous servir de leçon et vous permettre de parler de manière moins grossière et moins générale, on peut toujours rêver ! Et tout le monde est juge et parti, y compris les tartuffes qui n’en conviennent pas. Ce qui ne met pas pour autant sur un pied d’égalité d’ailleurs.


  • C’est sans doute la situation la plus grave au moins autant que l’immigration de masse que connait la France depuis des décennies.

    Je ne porte aucun jugement sur ces paysans et leur métier, mais je leur conseille vivement de s’intéresser de très prés au livre de Nicolas Fabre ( de son vrai nom Nicolas Pezeril) : Guide du neo-rural. Alors, certes, les paysans ne sont pas des neo-ruraux bien entendu mais les conseils de ce jeune homme sont édifiants, une exploitation peut en réalité tout à fait s’en sortir haut la main sans passer par des normes et structures de la production agricole actuelle qui sont catastrophiques à la fois pour la Nature et pour les paysans. Ces derniers s’endettent considérablement pour un bénéfice misérable. Je ne suis pas un spécialiste mais je pense sincèrement que ce livre vous sera utile, vous savez, un livre contrairement à un film... cela peut changer une vie. De toute façon ils n’ont plus rien à perdre.


  • Vivement qu’on en découse...


  • Je vis au milieux des Paysans sans en être un.
    Ils travaillent beaucoup, vraiment beaucoup.
    Ils ont beaucoup de bon sens, ils sont parfois assez fins et intelligents (pas tous) mais malheureusement ils sont largement incultes et profondément stupides politiquement parlant. Ils n’ont ni le temps ni l’envie de remédier à ça, d’autant qu’ils n’en ont pas conscience. Il faut dire que chez eux la télé fonctionne encore beaucoup plus qu’internet.


  • Au vu de certains commentaires, je me permet de réagir en tant qu’habitant des campagnes, n’ayant jamais voulu vivre en ville.
    La paysannerie Française comme d’ailleurs partout dans le monde se sont certes fourvoyés en acceptant progressivement les lois du marché. Mais qui somme nous pour les blâmer alors que la plupart des citoyens de ce pays se sont eux même fourvoyés en acceptant de se faire manipuler par cette oligarchie qui les méprise.
    Alors oui nos paysans ont besoin de notre soutient indéfectible, car ce sont des générations et des générations qui ont façonnés notre beau pays et qui ont contribué à ses lettres de noblesse.
    Certes certains en ont bien profité à l’insu de leur camarade comme des consommateurs en favorisant une agriculture devenue poison dans nos assiettes. Mais qui soutient des initiatives locales d’agriculture raisonné comme les ruches ou autres circuits de distribution court qui recrée du lien entre consommateur et producteur ?
    Le combat doit se faire dans la durée et j’essaie de les soutenir en participant en tant que bénévole, dans une tentative de contribuer à ce revirement que la plupart des paysans de ma région appellent de leur vœux.

     

    • Vous avez tout juste Julot ! En Suisse aussi on a les circuits courts de distribution, et récemment, dans mon panier du mois, j’ai reçu un "cadeau" pour les 5 ans de fidélité. C’était un paquet de lentilles et du sel aromatisé, ça m’a fait chaud au coeur alors que dans la grande distribution (où je ne vais plus) on n’est que des numéros !


    • Salut julot, la ruche qui dit oui c’est 7.5% du prix de tes produits qui va dans la poche de Xavier Niel...


  • Si le peuple ne prends pas son destin en main, ni le gouvernement ni quoi que ce soit ne pensera à nous "petit peuple". Des solutions existent, sans violence, bien sur mais, avec beaucoup de courage et de sacrifice.


  • Bonjour,
    Je suis paysan bio dans le Poitou sud vendee.. J’adore voir ses gens passionnes du metier, avec une belle complementaritee homme femme s’aimant et aimant leurs enfants en cultivant leurs patrie. C’est beau, et je crois que c’est l’exemple qui nous reste de notre belle culture.. Sachez que les problemes dont on fait face sont completement organises pour nous detruire. Tant que l’on sera en marche vers cette foutue mondialisation on ne s’en sortira pas. Nous subissons la speculation, le mensonge, l’escroquerie grace a leur systeme financier. Tout est explique sur le site d’E&R.. l’agriculture est en plein dedans.. SVP, achetez votre nourriture chez vos producteurs du coin. Intermarchier, leclerc et toute ces merdes, juste pour le PQ.

     

    • Salut resistant, le problème, c’est qu’il nous manque deux générations sur les marchés, les gens "veulent" du circuit court, mais dans les faits le seul qui les intéresse c’est celui entre le canapé et le frigo pour pas perdre des yeux la télé...


    • Oui Résistant, vous dites vrai. J’ai aussi remarqué, dans les ventes directes à la ferme, que les enfants accompagnant leurs parents sont habillés en "enfants" et non comme des futures gravures de mode ! Ils jouent et parlent comme des enfants, n’ont pas de téléphones dans leurs mains ! Cela en dit long sur l’éducation, car tout commence de là.


  • #1928561

    340 euros les milles litres, ils sont cons ou quoi pourquoi ils ne le vendent pas eux même en direct ?

     

    • Don Diego de l’ananas, passer de la production stricte à la vente directe, c’est se rajouter deux métiers : transformateur et commerçant.
      Comment un gars qui ne peut déjà pas payer ses dettes en bossant 3450 heures par an va trouver le temps et les fonds pour investir dans un nouvel outil de travail et une nouvelle activité, rien que pour du lait cru, machine à microfiltration, embouteilleuse, machine à operculer, le tout dans un laboratoire aux normes, ensuite matériel de vente, banque frigo, véhicule pour aller au marché, et bien sûr les clients sont tout de suite au rendez vous, jamais un invendu...
      Essaye de placer ça entre deux traites quotidiennes 365 jours par an, plus les vêlages, le travail pour nourrir le troupeau...
      Tu te demandes si ils sont cons, je me demande si tu as déjà travaillé.


    • Merci à l’UE pour la libre concurrence, merci à la technologie qui permet l’augmentation de la production et ainsi la baisse des prix de vente rendant impossible le remboursement du crédit.
      Merci aux subventions de la PAC, favorisant l’agriculture intensive par rapport à l’agriculture biologique. Merci aux consommateurs préférant les produits à bas couts et donc de mauvaise qualité nutritive et venant de loin.
      Merci au pétrole qui, sans lui, rien n’aurait été possible.

      Dans l’espoir d’une disparition rapide du pétrole et donc d’un retour aux sources de la civilisation.


  • Ils sont blonds , clairs , bleus de prunelle , droits , vertueux, , beaux ,costauds : bref trop celtes, trop gaulois ; et c ’est pour cela qu ’ils sont en bute au mépris arrogant , au ressentiment haineusement racisme de l ’espèce des trafiquants comme disait Céline qui a pris totalement le pouvoir dans ce pays .

     

    • Ils sont blonds , clairs , bleus de prunelle , droits , vertueux, , beaux ,costauds : bref trop celtes, trop gaulois

      Mais ça on s’en fout, ce qui compte c’est se battre, après c’est sur que si on les jalouse pour ça c’est de la bassesse de la pire espèce et quelque part un complexe d’infériorité qu’ils ont (ceux qui les attaquent).

      ps : moi aussi suis dans ces critères la et je le précise pour pas passer pour ceux que tu viens de dénoncer


  • Bonjour,

    Je suis petite-fille de paysans conventionnels, mon grand-père est décédé d’une leucémie, certes il avait dépassé les 80 ans, il travaillait toujours chez lui même s’ils avaient vendus leurs terres, maintenant que ma grand-mère est seule ... il y a toujours un potager.

    Me concernant, je me réoriente dans le domaine de l’agriculture biologique, mon rêve serait d’être autonome, vivre à la campagne avec ma famille ...


  • Lisez si vous par bonheur vous trouvez ce bouquin. Haut les fourches de Henri dorgeres historique d un syndicat agricole qui défendait les agriculteurs et paysans par la force et le nombre avec sa formation nommée les chemises vertes. L auteur y évoque déjà les spéculateurs , les capitalistes verreux, les gens ruines malheureusement la seconde guerre viendra mettre un terme à ce mouvement qui avait choisi la défense des siens en priorité. Maintenant il reste très peu d espoir pour leurs descendants


  • Je ne vais pas cracher sur les agriculteurs, autrefois, paysans. Dans un reportage, Laurent disait : "agriculteur, c’est le métier, paysan, c’est le mode de vie". Dans les faits, il a globalement raison, mais avant c’était paysan, point. Je conseille ce reportage, https://www.youtube.com/watch?v=SvC.... On comprend mieux ce qui s’est passé, et les manipulations dont ont été victimes les paysans. Le problème est que depuis au moins 30 ans, on a oublié les paysans, éradiqué les paysans, fait de l’agriculture un métier comme un autre, de l’agriculteur un chef d’entreprise, un mec qui bosse dans un tracteur et va faire ses courses au supermarché. C’est quoi ce délire ? J’ai pour ma part eu la chance de connaître la paysannerie, on mangeait à 90% ce que l’on récoltait et les animaux que l’on soignaient. L’argent qui rentrait de la vente d’une vache de temps en temps, quelques fruits de saison ou céréales ne servaient principalement qu’à entretenir le matériel (que l’on se prêtait entre voisins et que l’on réparait soi-même bien souvent). Il y a peu, je suis revenu à la terre. Pas pour y être agriculteur (je vous raconte pas les démarches avec projets de viabilité à la con que l’on m’a proposé d’effectuer quand j’ai dit à pôle emploi que je m’installait paysan). J’ai pas honte d’être paysan, je vis chichement, je mange mes légumes, mes poulets, mon gosse n’a pas 50 paires de pompes de marque américaine, je vais pas au cinéma, je fais pas le tour du monde en avion, et alors ? Cultiver pour soi, vendre ce que j’ai en trop. Un agriculteur qui a faim ? Je ne peut pas le concevoir. Les amis, reprenez vos terres pour VOUS, d’abord ! Les supermarchés et autres coopé attendront !Soldez vos crédits, faites simple ! "Endetté un jour, docile pour toujours" (Coluche il me semble). Redevenez des Paysans ! Arrêtez cette histoire d’agriculteur, vous voyez bien que vous êtes entrain de péter les plombs. J’en dirait une autre de Coluche "La société ne veut pas de nous ? Qu’elle se rassure, on ne veut pas d’elle", sketch du clodo, mais quand on gagne plus un kopeck et qu’on pense à se foutre en l’air on en est pas loin non ? C’est pas facile de changer de paradigme quand on a connu une manière de faire pendant toute sa vie, mais je pense que c’est la seule solution. Je ne vous blâme pas, je veux vous soutenir, je pense simplement que vous ne devriez pas combattre et réclamer du fric à nos oppresseurs, mais plutôt vous émanciper, comme Dieudo.


  • Lire : "lettre à un paysan sur le grand merdier qu’est devenu lagriculture"

    La campagne française fut dévastée après guerre par les techno francais qui sont parti chercher aux states "lefficacité" agricole.

    Les dégâts sont lourds il faudra des décennies pour que nos campagnes s’en remettent.
    Ça fait sûrement parti du plan oligarchique de couper l’homme de son lien à la terre nourricière.


  • Je voudrais féliciter tout d’abord les paysans de ce pays .Mais faut pas se leurrer, ce qui vous arrive aujourd’hui, et ça depuis des décennies, ce sont nos chères élues qui vous ont mis dans cette situation, avec l’aide de l’UE, des grandes surfaces et des banquiers .Tout ce petit monde s’est donné la main afin de vous faire crever .Le but était de fabriquer des fermes usines, pour être mieux contrôlés et payer les prix les plus bas .Pour le reste circulez, il n’y a rien à voir .La petite paysannerie ne les intéresse plus .
    Le but de ses grandes surfaces, qui sont en même temps les banques, veut arriver à être indispensable, détenant la production, la transformation, la distribution .Nourrir la population, c’est la tenir par les couilles .


  • "Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France". Voilà les mots qu’aimait à répéter Sully, l’ami et le ministre du roi Henri IV.


  • jai jamais compris pourquoi les paysans ne se contentait pas du RSA qui est bien souvent superieur a leur revenu et ne commencait pas a cultiver pour eux meme uniquement, quitte a echanger produit contre produit a dautres paysans et a envoyer le peuple et la banque se faire foutre...si quelqu’un peut m’expliquer

     

    • Certains agriculteurs touchent le RSA car ne déclarant qu’un faible revenu.
      Ils sont alors "obligés" d’investir les subventions de l’Europe dans des tracteurs toujours plus gros et pas adaptés aux travaux de leur exploitation par exemple.
      Les revendeurs de tracteurs se frisent les moustaches...

      D’autres galèrent, sans subventions, avec des charges, en essayant de composer avec les boulets de la MSA et auraient tout intérêt à se mettre au RSA, s’il ne tenaient pas à leur exploitation et à leur métier.

      D’autres se mettent cotisants par solidarité, tels des Uber paysans, et tirent tous les petits agriculteurs vers le bas.


    • #1929836

      @Michou
      Tu peux pas dire ça des cotisants solidaires, chacun fait ce qu’il peut, et survivre quand on a terres, cheptel,crédit et autres, c’est très dur , chacun de nous s’adapte , c’est tout !
      On fait avec les moyens du bord


    • @Michou :



      D’autres se mettent cotisants par solidarité, tels des Uber paysans, et tirent tous les petits agriculteurs vers le bas."



      Qu’est ce qu’il faut pas lire , sérieusement...
      Tu vois la concurrence chez les cotsol’ ? Tu préfères quoi ? Que tout les paysans paient des charges exorbitantes et remboursent des crédits de folie pour " nourrir le monde " ?
      ’Commencez à me gonfler sévère vous qui n’acceptez aucune critique d’où qu’elle vienne.
      Vous voulez quoi au juste ? Continuer à bosser sur des exploit’ de 50 - 100 Ha seuls, toucher plus de prime, vendre plus cher, moins de cotisations , taxes et annuités ?
      10 pour cent d’honnêtes et 90 pour cent de crevures, on a beau retourner le probleme dans tous les sens, vous puez la merde dans la majorité des cas .
      Vous ne voulez de soutien qu’en terme de clients, à gerber ...


    • Mon intention n’était pas de fustiger les cotisants par solidarité.
      Juste de dénoncer ce système injuste, calqué, entre autres, sur le mode Uber.
      Même si je croise un tas de babas-cool au RSA (+CMU), cotisants "par solidarité" (250€/an, quelle solidarité ? avec qui ?) qui peuvent pratiquer des prix de vente inférieurs aux agriculteurs (qui ne veulent pas s’asseoir sur leur retraite, s’ils y arrivent...), car n’ayant pas les charges de la MSA, ni ses recalculs surprise injustifiés...

      Les charges ne sont pas forcément exorbitantes, par rapport au salariat, pour une retraite à 700€ maximum et le droit de se payer une complémentaire santé, pour essayer de recoller les morceaux après plus de 42 ans de dur labeur...

      Et pas besoin de crédit de folie. On peut en nourrir du monde avec 2 hectares, en agriculture biologique. Mais faut se lever tôt et se coucher tard. Et être présent sur les marchés, surtout quand il fait beau, car c’est quand les légumes poussent et que les gens en achètent que l’on peut faire le CA de l’année.
      A part si l’on est au RSA, en cotsol’hen, on peut profiter de l’été, car y’en a un peu qui tombe tous les mois sans rien faire...

      Je ne doute pas qu’il y ait des gens bien sous ce statut.
      Mais je vois plus de profiteurs/assistés par le gouvernement de Macron que de personnes en réelle difficulté à ce jour...

      Après j’accepte la critique.
      Mais faut pas venir me la faire à l’envers non plus.
      Beaucoup de gens essaient de gratter, en ces temps de débandade généralisée, que ce soit dans l’agriculture ou dans n’importe quel autre secteur d’activité...

      De mon coté, je côtoie un agriculteur qui a une grosse exploitation, qui touche des aides de l’Europe, qui est bosseur et très respectable, même s’il n’a pas bac+10.
      Il me fait même le labour avec son gros tracteur, que je ne peux pas me payer, sur son temps libre...
      Et j’en connais aussi d’autres très sympathiques.
      Et d’autres beaucoup moins, qui "puent la merde" de vache également.


    • @Michou :
      1 agriculteurs sur 10 est cotsol’, la majeure partie en culture céréalière.
      En maraichage, c’est 1 sur 5 .
      Si la gamelle est meilleure chez les cotsol’, pourquoi tu ne réduit pas ton exploit’ ?
      Tu marches sur la tête ...
      J’attends avec impatience la fin de la PAC, que ça remette les choses en place.
      L’argent, l’argent, l’argent . Rien que ce mot là à la bouche.
      350€ par mois pour 50 pour cent des agriculteurs, c’est du revenu agricole disponible, c’est à dire une fois toutes charges payées et annuités remboursées. C’est peu je l’admet, mais combien de salariés ont ça ? Et puis y’a pas de surprise, 80pour cent des formations agricoles , c’est de la gestion avec études de cas, tout est écrit noir sur blanc : les aides c’est pour partie le salaire, c’est assez rabâché comme ça pour jouer les surpris après coup.
      Par chez moi, l’entraide est limitée entre petits, touts petits. Les gros soit se gavent en écrasant les petits, soit se font coups de pute sur coups de pute pour de la jalousie pure est simple et passent leur temps a se plaindre .


  • Les producteurs se suicident, poussés par les manigances des parasites de la finance qui eux, n’ont jamais travaillé et coûtent très très cher aux (vrais) travailleurs.
    Il me semble que la solution est simple et qu’elle doit intervenir avant que les parasites aient gagné la partie.


  • En fait, pour bien faire comprendre l’ampleur du phénomène à tous ceux qui ont pas compris...

    il faudrait que tout les éleveurs laitiers qui pensent à se suicider, se suicident effectivement en même temps...d’un coup

    on verrait mieux que le vivre ensemb’ ne profite qu’à l’immigration :-(

    3ème effet Kiss cool


  • Oui mais ils sont encore trop "Français" donc forcément facho, antisémite, raciste etc.... Quand je pense à tous ces abrutis qui parlent des "privilèges" de tel ou tel salarié, comme si leur politicien et autres banksters n’étaient pas eux privilégiés puisque possédant la quasi totalité des richesses sans jamais rien produire !
    Au fait, on ne les vois pas toutes les féministes sur le coup là ?? Elles doivent êtres trop occupés à quémander des postes haut placés à des weinstein en puissance ces petites bourgeoises cosmopolites, tant qu’elles ne s’attaquent pas aux vrais problèmes !


  • C’est tout le monde qui crève de pratiques absurdes. D’ailleurs, il n’y a plus d’agriculteurs, on dit désormais exploitants agricoles, et pour cause. Le problème est bien plus vaste que l’aspect purement économique, c’est notre rapport à la terre et à la production agricole qui doit changer.

    "Mon opinion est que si 100% des gens étaient agriculteurs, ce serait l’idéal." Masanobu Fukuoka


  • Ben oui mais à force d’écouter tous les conseils :

    - contrôle laitier
    - conseiller en gestion
    - banquier
    - technicien culture
    - technicien lait
    - commerciaux, etc...

    L’agriculteur est devenu le muscle de ce secteur d’activité, il a délégué sa cervelle à toute cette vermine qui l’essore jusqu’au nœud de la corde !!!


  • Non mais c’est claire nette , cette politique agricole est une guerre contre les français et leur valeur chrétienne justes . Ca c’est le foutage de guelle . le producteur vend le produit a perte ou une rentabilité de merde alors qu’il est vendu 3 fois par les distributeurs et les grandes surfaces gérées par les agents sionnistes et proches du pouvoir de merde qui gouverne la france . le front national doit assumer sa responsabilité et défendre les agriculteur .


  • c’est dramatique de se suicider mais il faut reconnaitre qu’à la sortie de la guerre, il fallait refourguer tous les produits chimiques, et les agriculteurs se sont engouffrés dans la jolie histoire qu’on leur a raconté, qu’ils allaient devenir riches car plus de production, qu’ils pouvaient avoir des crédits pour avoir du beau matériel, etc, etc.....sauf qu’à la longue, ils se sont rendus compte du piège qui s’est refermé sur eux, à tel point que certains se tuent ce qui est inacceptable sur le plan humain évidemment. Les 3/4 ont cru les sirènes de la FNSEA, le larbin des lobbies, et maintenant ils sont coincés. En plus, la reconversion en bio pour ceux qui voudraient se lancer et arrêter au passage de massacrer des animaux en participant à l’industrialisation des élevages, ne sont pas aidés. Donc, le mieux qu’ils ont à faire, c’est de virer tout ce petit monde, se regrouper en coop et vendre direct aux consommateurs. Certains l’ont fait, c’est plus long, mais c’est le prix de leur liberté, et de leur vie. Il y a une vraie demande de la part des consommateurs qui ne veulent plus consommer des poisons, et qui ne veulent plus participer à la souffrance animale. Ne pas oublier que tout ça est malgré tout calculé, car ce sont uniquement les petites exploitations qui ne s’en sortent pas, le but étant évidemment de les pousser à la faillite, et les grosses récupéreront les terres pour agrandir leur propre exploitation et ils se retrouveront non plus des indépendants propriétaires de leurs terres, mais des employés agricoles. Ne pas oublier non plus que certaines terres intéressent les promoteurs immobiliers.


  • Je vous invite à regarder cette vidéo touchante et plein de bon sens.
    https://youtu.be/HEpXGaRiosI


Commentaires suivants