Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Champs de la colère : des femmes de paysans sortent du silence

Les femmes d’agriculteurs en difficulté – c’est rien de le dire – s’expriment : « On est en train de crever dans nos fermes. »
400 agriculteurs se sont suicidés en 2016.

 

Partie 1 :

 

Partie 2 :

 

Un débat sur France 5 a suivi la diffusion de ce documentaire.

L’agriculture française en danger, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

84 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • "Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France". Voilà les mots qu’aimait à répéter Sully, l’ami et le ministre du roi Henri IV.

     

    Répondre à ce message

  • jai jamais compris pourquoi les paysans ne se contentait pas du RSA qui est bien souvent superieur a leur revenu et ne commencait pas a cultiver pour eux meme uniquement, quitte a echanger produit contre produit a dautres paysans et a envoyer le peuple et la banque se faire foutre...si quelqu’un peut m’expliquer

     

    Répondre à ce message

    • #1929393

      Certains agriculteurs touchent le RSA car ne déclarant qu’un faible revenu.
      Ils sont alors "obligés" d’investir les subventions de l’Europe dans des tracteurs toujours plus gros et pas adaptés aux travaux de leur exploitation par exemple.
      Les revendeurs de tracteurs se frisent les moustaches...

      D’autres galèrent, sans subventions, avec des charges, en essayant de composer avec les boulets de la MSA et auraient tout intérêt à se mettre au RSA, s’il ne tenaient pas à leur exploitation et à leur métier.

      D’autres se mettent cotisants par solidarité, tels des Uber paysans, et tirent tous les petits agriculteurs vers le bas.

       
    • #1929836
      Le 26 mars à 14:18 par Yves-Sans-Logement
      Les Champs de la colère : des femmes de paysans sortent du silence

      @Michou
      Tu peux pas dire ça des cotisants solidaires, chacun fait ce qu’il peut, et survivre quand on a terres, cheptel,crédit et autres, c’est très dur , chacun de nous s’adapte , c’est tout !
      On fait avec les moyens du bord

       
    • #1929846

      @Michou :



      D’autres se mettent cotisants par solidarité, tels des Uber paysans, et tirent tous les petits agriculteurs vers le bas."



      Qu’est ce qu’il faut pas lire , sérieusement...
      Tu vois la concurrence chez les cotsol’ ? Tu préfères quoi ? Que tout les paysans paient des charges exorbitantes et remboursent des crédits de folie pour " nourrir le monde " ?
      ’Commencez à me gonfler sévère vous qui n’acceptez aucune critique d’où qu’elle vienne.
      Vous voulez quoi au juste ? Continuer à bosser sur des exploit’ de 50 - 100 Ha seuls, toucher plus de prime, vendre plus cher, moins de cotisations , taxes et annuités ?
      10 pour cent d’honnêtes et 90 pour cent de crevures, on a beau retourner le probleme dans tous les sens, vous puez la merde dans la majorité des cas .
      Vous ne voulez de soutien qu’en terme de clients, à gerber ...

       
    • #1930201

      Mon intention n’était pas de fustiger les cotisants par solidarité.
      Juste de dénoncer ce système injuste, calqué, entre autres, sur le mode Uber.
      Même si je croise un tas de babas-cool au RSA (+CMU), cotisants "par solidarité" (250€/an, quelle solidarité ? avec qui ?) qui peuvent pratiquer des prix de vente inférieurs aux agriculteurs (qui ne veulent pas s’asseoir sur leur retraite, s’ils y arrivent...), car n’ayant pas les charges de la MSA, ni ses recalculs surprise injustifiés...

      Les charges ne sont pas forcément exorbitantes, par rapport au salariat, pour une retraite à 700€ maximum et le droit de se payer une complémentaire santé, pour essayer de recoller les morceaux après plus de 42 ans de dur labeur...

      Et pas besoin de crédit de folie. On peut en nourrir du monde avec 2 hectares, en agriculture biologique. Mais faut se lever tôt et se coucher tard. Et être présent sur les marchés, surtout quand il fait beau, car c’est quand les légumes poussent et que les gens en achètent que l’on peut faire le CA de l’année.
      A part si l’on est au RSA, en cotsol’hen, on peut profiter de l’été, car y’en a un peu qui tombe tous les mois sans rien faire...

      Je ne doute pas qu’il y ait des gens bien sous ce statut.
      Mais je vois plus de profiteurs/assistés par le gouvernement de Macron que de personnes en réelle difficulté à ce jour...

      Après j’accepte la critique.
      Mais faut pas venir me la faire à l’envers non plus.
      Beaucoup de gens essaient de gratter, en ces temps de débandade généralisée, que ce soit dans l’agriculture ou dans n’importe quel autre secteur d’activité...

      De mon coté, je côtoie un agriculteur qui a une grosse exploitation, qui touche des aides de l’Europe, qui est bosseur et très respectable, même s’il n’a pas bac+10.
      Il me fait même le labour avec son gros tracteur, que je ne peux pas me payer, sur son temps libre...
      Et j’en connais aussi d’autres très sympathiques.
      Et d’autres beaucoup moins, qui "puent la merde" de vache également.

       
    • #1930377

      @Michou :
      1 agriculteurs sur 10 est cotsol’, la majeure partie en culture céréalière.
      En maraichage, c’est 1 sur 5 .
      Si la gamelle est meilleure chez les cotsol’, pourquoi tu ne réduit pas ton exploit’ ?
      Tu marches sur la tête ...
      J’attends avec impatience la fin de la PAC, que ça remette les choses en place.
      L’argent, l’argent, l’argent . Rien que ce mot là à la bouche.
      350€ par mois pour 50 pour cent des agriculteurs, c’est du revenu agricole disponible, c’est à dire une fois toutes charges payées et annuités remboursées. C’est peu je l’admet, mais combien de salariés ont ça ? Et puis y’a pas de surprise, 80pour cent des formations agricoles , c’est de la gestion avec études de cas, tout est écrit noir sur blanc : les aides c’est pour partie le salaire, c’est assez rabâché comme ça pour jouer les surpris après coup.
      Par chez moi, l’entraide est limitée entre petits, touts petits. Les gros soit se gavent en écrasant les petits, soit se font coups de pute sur coups de pute pour de la jalousie pure est simple et passent leur temps a se plaindre .

       
  • Les producteurs se suicident, poussés par les manigances des parasites de la finance qui eux, n’ont jamais travaillé et coûtent très très cher aux (vrais) travailleurs.
    Il me semble que la solution est simple et qu’elle doit intervenir avant que les parasites aient gagné la partie.

     

    Répondre à ce message

  • #1930000

    En fait, pour bien faire comprendre l’ampleur du phénomène à tous ceux qui ont pas compris...

    il faudrait que tout les éleveurs laitiers qui pensent à se suicider, se suicident effectivement en même temps...d’un coup

    on verrait mieux que le vivre ensemb’ ne profite qu’à l’immigration :-(

    3ème effet Kiss cool

     

    Répondre à ce message

  • #1930146

    Oui mais ils sont encore trop "Français" donc forcément facho, antisémite, raciste etc.... Quand je pense à tous ces abrutis qui parlent des "privilèges" de tel ou tel salarié, comme si leur politicien et autres banksters n’étaient pas eux privilégiés puisque possédant la quasi totalité des richesses sans jamais rien produire !
    Au fait, on ne les vois pas toutes les féministes sur le coup là ?? Elles doivent êtres trop occupés à quémander des postes haut placés à des weinstein en puissance ces petites bourgeoises cosmopolites, tant qu’elles ne s’attaquent pas aux vrais problèmes !

     

    Répondre à ce message

  • #1930161

    C’est tout le monde qui crève de pratiques absurdes. D’ailleurs, il n’y a plus d’agriculteurs, on dit désormais exploitants agricoles, et pour cause. Le problème est bien plus vaste que l’aspect purement économique, c’est notre rapport à la terre et à la production agricole qui doit changer.

    "Mon opinion est que si 100% des gens étaient agriculteurs, ce serait l’idéal." Masanobu Fukuoka

     

    Répondre à ce message

  • #1930205

    Ben oui mais à force d’écouter tous les conseils :

    - contrôle laitier
    - conseiller en gestion
    - banquier
    - technicien culture
    - technicien lait
    - commerciaux, etc...

    L’agriculteur est devenu le muscle de ce secteur d’activité, il a délégué sa cervelle à toute cette vermine qui l’essore jusqu’au nœud de la corde !!!

     

    Répondre à ce message

  • Non mais c’est claire nette , cette politique agricole est une guerre contre les français et leur valeur chrétienne justes . Ca c’est le foutage de guelle . le producteur vend le produit a perte ou une rentabilité de merde alors qu’il est vendu 3 fois par les distributeurs et les grandes surfaces gérées par les agents sionnistes et proches du pouvoir de merde qui gouverne la france . le front national doit assumer sa responsabilité et défendre les agriculteur .

     

    Répondre à ce message

  • #1931673

    c’est dramatique de se suicider mais il faut reconnaitre qu’à la sortie de la guerre, il fallait refourguer tous les produits chimiques, et les agriculteurs se sont engouffrés dans la jolie histoire qu’on leur a raconté, qu’ils allaient devenir riches car plus de production, qu’ils pouvaient avoir des crédits pour avoir du beau matériel, etc, etc.....sauf qu’à la longue, ils se sont rendus compte du piège qui s’est refermé sur eux, à tel point que certains se tuent ce qui est inacceptable sur le plan humain évidemment. Les 3/4 ont cru les sirènes de la FNSEA, le larbin des lobbies, et maintenant ils sont coincés. En plus, la reconversion en bio pour ceux qui voudraient se lancer et arrêter au passage de massacrer des animaux en participant à l’industrialisation des élevages, ne sont pas aidés. Donc, le mieux qu’ils ont à faire, c’est de virer tout ce petit monde, se regrouper en coop et vendre direct aux consommateurs. Certains l’ont fait, c’est plus long, mais c’est le prix de leur liberté, et de leur vie. Il y a une vraie demande de la part des consommateurs qui ne veulent plus consommer des poisons, et qui ne veulent plus participer à la souffrance animale. Ne pas oublier que tout ça est malgré tout calculé, car ce sont uniquement les petites exploitations qui ne s’en sortent pas, le but étant évidemment de les pousser à la faillite, et les grosses récupéreront les terres pour agrandir leur propre exploitation et ils se retrouveront non plus des indépendants propriétaires de leurs terres, mais des employés agricoles. Ne pas oublier non plus que certaines terres intéressent les promoteurs immobiliers.

     

    Répondre à ce message

  • Je vous invite à regarder cette vidéo touchante et plein de bon sens.
    https://youtu.be/HEpXGaRiosI

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents