Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Inrocks : Comment les thèses de Robert Faurisson continuent d’alimenter la fachosphère

Pour savoir qui parle, et d’où il parle, ne jamais oublier que Les Inrocks sont l’organe hebdomadaire sociétal de la Banque Lazard (Europe) dirigée par le banquier Matthieu Pigasse.

« Il est responsable mondial des fusions-acquisitions et du conseil aux gouvernements de la banque Lazard, dont il est directeur général délégué en France ainsi que propriétaire et président des Nouvelles Éditions indépendantes (qui contrôle le magazine Les Inrockuptibles et Radio Nova), et actionnaire du Groupe Le Monde et du Huffington Post. » (Source : Wikipédia)

La « messe » est dite.

Le journal Les Inrocks, en perdition depuis des années, a été sauvé de la débâcle par le banquier punk qui avait besoin de sa danseuse, et aussi d’un petit titre de presse en déficit chronique, ce qui permet à un groupe financier de payer moins d’impôts. Même les derniers 329 000 euros de subvention (annuelle) ne suffisent pas à payer les dizaines de CDI maison.

En face, de l’autre côté du fleuve du Bien, les sites de réinformation cartonnent. il serait peut-être temps que le Système et ses représentants se posent les bonnes questions... au lieu d’utiliser des Igounet et des Reichstadt, que personne ne lit et ne respecte tant ils travaillent objectivement au profit du pouvoir sioniste, pour tenter de contrer la contre-information qui monte du Net.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Alors que l’opinion publique salue la mort d’une figure du négationniste, sur internet, les sites complotistes, antisionistes et antisémites rendent hommage à leur martyr.

 

Robert Faurisson a-t-il popularisé le négationnisme ? Quelle était, cinquante ans après ses premières déclarations publiques, son audience ? Il faudrait pour répondre, s’accorder sur ce dont il est question. Cet universitaire qui rêvait de grandeur a renouvelé le négationnisme de la vieille extrême-droite française pétainiste ; a su agréger les tendances des années 1970 et 1980 ; a incarné, enfin, un renouveau du négationnisme, complotiste et « antisioniste », relayé massivement sur Internet. Pour tous ces groupes différents mais pas toujours distincts, il est « le professeur Faurisson », une référence intellectuelle et scientifique dans un monde clos à la recherche de repères pouvant paraître crédibles et, relativement, présentables.

Bien que l’auteur d’une tribune dans Le Monde en 1978, et l’invité de l’antenne d’Europe 1 en 1980, très vite, Robert Faurisson cesse de faire illusion auprès du grand public et des médias et perd à deux reprises des procès qu’il a attenté pour diffamation : l’un contre Robert Badinter, ancien Garde des sceaux, l’autre contre Ariane Chemin, journaliste au Monde. Ce négationniste est officiellement « un menteur professionnel », « un falsificateur », et « un faussaire de l’histoire ». C’est sur Internet que ses thèses ont eu le plus grand écho.

Il est mort ce dimanche 21 octobre. Depuis, les médias se sont fait l’écho de son parcours. L’historienne Valérie Igounet, auteure d’une biographie de l’individu (Robert Faurisson, portrait d’un négationniste, Denoël, 2012), nous confiait être surprise du nombre de sollicitations qui lui ont été présentées. Simultanément, un autre ensemble de réseaux et de médias rend hommage au « professeur Faurisson », portant un discours radicalement différent mais construit.

Alors qu’il était mis au ban de la communauté scientifique et de la scène publique, l’homme s’est réfugié dans le monde parallèle du web (où les lectures se comptent en millions d’après les chiffres de similarweb). Vidéos et articles y reprennent ses « travaux » et « recherches », face aux impostures des « soi-disant historien »s, et des condamnations en justice présentées comme le musèlement d’un homme qui tente de clamer la vérité.

 

Leur « professeur Faurisson »

Entre lui et la fachosphère, l’acmé a lieu en 2008. Le 26 décembre de cette année, Robert Faurisson fait une entrée fracassante sur le devant de la scène en se disant « antisioniste ». Dieudonné le reçoit lors de son spectacle au Zénith sous un tonnerre d’applaudissements, pour lui remettre le prix de « l’infréquentabilité et de l’insolence ». En présentant le négationniste d’alors 79 ans, l’humoriste dit vouloir simplement réaliser « un coup d’enfer », il « ne le [connaissait] pas il y a quelques années », mais il est certain que Robert Faurisson est « une personne qui va les [le terme est, dans sa bouche, volontairement ouvert à interprétation. NDLR] faire grimper au rideau ».

 

 

Ce n’est pourtant pas une rencontre hasardeuse qui amène ce négationniste du siècle dernier au cœur d’une nébuleuse antisioniste et complotiste moderne. Valérie Igounet nous explique qu’à la même période, « on parle déjà de lui sur Égalité et Réconciliation [le site d’Alain Soral. NDLR], il est au cœur de cette nouvelle vague. Il fait de nombreuses interviews, notamment sur méta tv. Il est alors complètement conscient de ce qu’il fait ». Alain Soral, dans sa vidéo d’hommage, affirme avoir « peut-être fait beaucoup pour que Dieudonné rencontre Faurisson ».

 

Derrière la « liberté d’expression »

C’est progressivement que se mettent en place les conditions propices à l’arrivée d’un personnage tel que Robert Faurisson dans cet univers fermé. Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch (l’Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot) est revenu pour nous sur ces différentes étapes. On trouve d’abord Thierry Meyssan, fondateur du réseau Voltaire pour la liberté d’expression. En 2001-2002, il adhère aux théories du complot concernant les attentats du 11 Septembre. « À partir de 2003, des liens apparaissent avec l’Iran et le Hezbollah », et, en 2005, le conseil d’administration du réseau est brièvement remanié pour y faire entrer Claude Karnoouh, un ancien historien négationniste ayant soutenu Robert Faurisson dans les années 1980.

Dans un second temps, on voit apparaître, autour de Thierry Meyssan Dieudonné et Alain Soral. Tous deux participent, en 2005, à la grande réunion internationale « Axis for Peace », que l’historien Jean-Yves Camus décrit alors comme « la coalition des antisionismes antagonistes ». Elle se déroulait à Bruxelles. En 2007, Dieudonné se lance dans la campagne présidentielle, mais n’obtient pas les parrainages nécessaires. À ses côtés, on trouve, notamment, Ginette Hess-Skandrani, exclue des Verts pour ses propos pro-négationnistes, ou Maria Poumier, qui sera présente, en 2012, à Téhéran au côté de l’humoriste et de Robert Faurisson, et qui est aussi auteure d’un article-hommage sur son site. Rudy Reichstadt résume : « à mon sens, dès 2006-2007, la connexion avec la mouvance négationniste est déjà en place ».

 

Une nouvelle jeunesse

Ainsi, à partir de 2008, Robert Faurisson fait son entrée dans un milieu déjà sensibilisé à ses idées et retrouve, avec elles, une nouvelle jeunesse. Sa « phrase de 60 mots », prononcée pour la première fois sur Europe 1 en 1980, trouve tout son sens dans ces milieux sensibilisés à la cause Palestinienne et au rejet d’Israël :

« Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des Juifs forment un seul et même mensonge historique qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière dont les principaux bénéficiaires sont l’état d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – mais non pas ses dirigeants – et le peuple palestinien tout entier. »

[...]

Valérie Igounet et Rudy Reichstadt s’accordent pour dire que Robert Faurisson, s’il a pu donner un temps l’illusion d’une démarche apolitique intellectuellement critique, vient bel et bien d’un milieu d’extrême droite aux origines pétainistes. Il apparaît lors de conférences communes aux côtés d’Ernst Zündel, négationniste allemand se réclamant du national-socialisme et d’Adolf Hitler. Mickael Prazan et Valérie Igounet ont réalisé, sur ce sujet, le documentaire Les faussaires de l’histoire. Quoiqu’il en soit, auprès de ce nouveau public présent sur internet, le « professeur Faurisson », retrouve « la vedette », qu’il a cherché à avoir toute sa carrière, nous explique Valérie Igounet. Comme dans les années 1970, son « habileté médiatique », et l’utilisation de son aura universitaire lui assurent un statut prestigieux auprès de son nouveau public.

[...]

Alain Soral, vendredi 26 octobre, a publié une vidéo de 20 minutes, allongé en pyjama blanc rayé sur un canapé orange, regardant le plafond, à la manière d’une consultation chez un psychiatre. Il tient à y expliquer « cette sensibilité qui amène à se poser des questions et à se tourner vers les travaux du professeur », et son « combat indiscutable, on va le dire comme ça puisqu’on a pas le droit de le discuter ». Il explique comment, arrivant à Paris, il a « découvert d’autres juifs que les juifs que le cinéma américain nous montrait », et « des gens qui étudiaient l’histoire de façon dépassionnée, beaucoup moins idéologique ».

[...]

Pour Rudy Reichstadt, Vincent Reynouard désormais est « le gardien du “temple faurissonien”. Il fait du négationnisme une véritable croisade personnelle ». Inquiet, le fondateur de Conspiracywatch nous rappelle quelques chiffres. D’après un rapport commun avec l’institut Jean Jaurès, 2% de la population considère, « à propos du génocide des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale », que « c’est une exagération, il y a eu des morts mais beaucoup moins qu’on le dit ». Un autre rapport commandé par la Fondation pour l’innovation politique et réalisé par l’IFOP en 2014, avance le chiffre de 16% pour quantifier la part de la population française croyant en l’existence d’un complot sioniste mondial.

Lire l’article entier sur lesinrocks.com

À lire chez Kontre Kulture :

 

Autour de la mort du roi du révisionnisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pourquoi donc ont-ils si peur si le révisionnisme historique est minoritaire ?

     

    • Peut-on réviser la Genèse, ce qui reviendrait à réviser l’Ancien Testament.
      L’Aryen est un représentant supposé de la race blanche.
      La race blanche "de souche", la race blanche "pure", la race blanche "authentique".
      La Nazisme étant truffé de symbole kabbalistiques et ésotériques, ce n’est donc pas un concept scientifique mais religieux.
      Il faut donc non pas se tourner vers les laboratoires mais la "Mère" des religions.
      Tout d’abord, Hitler et son comparse Goebbels (surtout Goebbels) étaient loin de ressembler à des Teutons, blonds aux yeux bleus.
      C’est pourtant ce qu’est censé être un "Aryen".
      Et pourtant ça n’a choqué personne en Allemagne en son temps.
      C’est donc que l’Aryen — à cette époque— ne désignait pas le Teuton et que c’est ce qu’on nous aurait vendu après guerre.
      Il faut de plus rappeler que Hitler n’était pas Allemand mais austro-hongrois. Et à mon avis, vu son accent et ses roulements de "r" plus hongrois que austro.
      C’est un "r" hongrois et non germanique.
      Rappeler aussi que Hitler est également un contemporain et "compatriote" de Théodor Herzl.
      En résumé, Herzl en a rêvé... Hitler l’a fait.
      Mais revenons à la question aryenne qui serait la race blanche de souche.
      Comme dit précédemment c’est un concept religieux, il faut donc se plonger dans la Table des Peuples sous l’époque de Noé.
      Noé eut trois fils :
      — Sem qui donnera la race sémitique, Hébreux, Arabes etc...
      — Cham qui donnera principalement la race Africaine
      — Japhet qui donnera la race blanche
      Aucun des trois n’est pris comme référence par l’aryanisme, car un Aryen n’est frère avec personne.
      Si l’on prend le second degré —leurs fils— c’est encore trop proche pour signifier un véritable clivage raciale.
      Il faut donc taper dans le troisième degré —le petit-fils— comme référence à une différence raciale.
      Je vais faire court car limité par le nombre de caractères.
      Concernant l’aryanisme —donc la race blanche— celui qui nous intéresse ici est donc Japhet, l’Ancêtre, le Père de la race blanche.
      Alors regardons dans la Table des Peuples quels sont les ascendants de Japhet.
      Il a tout d’abord un fils du nom de Gomère. Ce n’est pas encore lui qui nous intéresse concernant le clivage racial.
      Gomère eu à son tour un fils —qui sera le vrai clivage racial— qui devint Patriarche biblique.
      Son nom est... ASHKENAZ !
      Ashkenaz, la race blanche authentique... purifiée de sa parenté avec Sem et Cham.
      J’arrête ici, il me reste plus que 30 caractères disponibles.


    • Parce que même minoritaire, on peut découvrir la réalité et la dire........


    • Parce qu’il est naturel de défendre coûte que coûte des intérêts si mal acquis.

      Le tout dans leur cadre fasciste, où il ne peut y avoir qu’une version à leur profit exclusif, une seule voix qui s’exprime, la leur, et une seule direction pour le bétail, sous peine de poursuites judiciaires.


    • Ils ne veulent simplement pas qu’on leur tue la poule aux œufs d’or !
      Si vous saviez ce que "l’ananas" rapporte, ça vous couperait le souffles


    • @Drago
      Merci pour votre propos intéressant, cependant je voudrais être bien sûr d’avoir compris : vous nous dites que le projet "aryen" de l’Allemagne Nazie vient de ... Aschkenaz ? Vous auriez des pistes à suivre pour étayer le sujet et se faire sa propre idée ?


    • Parce que des pans entiers de l’Histoire restent soit censurés, soit inconnus.

      @Drago
      Il existe même du harcèlement envers les roux et parfois les blonds, pourtant ils ne montent pas d’assoces anti-raciste. Je le sais pour l’avoir vu et vécu : les roux étaient accusés de ’’puer’’ et les blonds aux yeux bleus étaient traités de nazis. On parle des années ’80, imagine la suite...


    • Je vais tenter à nouveau de poster cette idée.
      Voyez l’effet du révisionnisme qui viendrait à s’emparer des masses et s’imposer comme la vérité : Qu’est ce qu’il se passe ?

      Quelle serait la réaction des foules ?

      C’est une des premières cause du refoulement du révisionnisme, ce potentiel insurrectionnel envers les juifs.
      Celui qui entend réviser l’histoire devrait admettre ce temps long. C’est le gage minimum de sérieux.

      On ne fait pas l’histoire brusquement, ni pour sa génération ! sinon ça s’appelle de la politique !


    • @Drago
      Sans remettre en cause votre analyse mais pour essayer de la compléter, il faut savoir (copié/collé) quel ’intelligence est un facteur essentiellement génétique. 85% des variations intellectuelles observées sont d’origine génétique. Les 15% restant sont déterminés par ce qu’on appelle « l’environnement non partagé », à savoir essentiellement l’environnement prénatal, les maladies dans l’enfance et l’environnement nutritif dans la prime enfance.

      Il y a 9 principales subdivisions génétiques dans l’espèce humaine, neuf races qui se distinguent génétiquement les unes des autres, c’est la définition du terme race au sens biologique du terme, à savoir « subdivision d’une espèce qui hérite des caractéristiques la distinguant des autres populations de l’espèce. Au sens génétique une race est une population qui diffère dans l’incidence de certains gènes des autres populations, conséquence d’une isolation, le plus souvent géographique. »
      Et il y a même des personnes qui prétendent qu’au sein d’une même subdivision, par exemple la blanche , il y aurait des différences de QI entre les blancs, blancs, blonds aux yeux bleus et les blancs, plutôt mat,brun aux yeux noir...Parait-il...


  • Est ce que quelqu’un connait le point de vue du fondateur de Conspiracywatch, homme qui se dit inquiet, à propos de la courageuse et objective déclaration du général Collin Powell , à pros de ces terribles armes de destruction massive que l’Irak laïque de Sadam Hussein possédaient ?...

     


  • ce qui permet à un groupe financier de payer moins d’impôts. Même les derniers 329 000 euros de subvention (annuelle) ne suffisent pas à payer les dizaines de CDI maison.




    Est-ce que c’est valable aussi pour valeurs actuelles, surtout quand on sait qui est le propriétaire.

     

    • Faites pas attention à la saillie : c’est de la propagande dissidendesque !

      Une affaire en déficit est une affaire en deficit : la subventionner pour payer moins d’impôts est un argument de clodo ayant forcé sur le gasoil.

      Vous allez comprendre en une phrase : la connerie du subventionneur est inversment proportionnelle au taux d’imposition.

      Si pour 1000 € de soutien à votre canard en déficit,

      que personne ne lit sauf pour savoir ce qu’il ne faut surtout pas croire,

      vous "éludez" 10% d’impôts, soit 100€,

      alors votre perte sèche est donc de 900€.

      Soutenir une entreprise en déficit n’aurait d’intérêt raisonnable qu’avec un taux d’imposition de 100%.

      Mais, dans ce cas, ce qui serait encore plus raisonnable, ce serait d’aller à la pêche, dernière activité non taxée.

      Pourquoi, dans ces conditions, des gens intelligents et avares, subventionnent des entreprises en déficit ?

      D’abord parce que l’orgueil qui va de pair avec l’or rend con.

      L’argent nourrit la vanité qui rend bête.

      Retors mais bête : il croit réellement qu’Inrock lui sert à quelque chose d’autre qu’à le discréditer devant Dieu et les hommes.

      Inrock est le cache sexe de sa vanité, l’alibi de sa suffisance.

      Il a acheté et subventionne son canard uniquement pour s’admirer.

      C’est un handicapé mental.

      Il relève des instances médicales.

      EN République, spécialement ploutocrate, seuls les névrosés nous gouvernent.


  • En fin d’article, on lit ceci :

    « Personne ne nie par exemple la réalité de la bataille de Valmy. Mais vous trouverez toujours des antisémites pour nier la réalité de la Shoah. »

    Pourtant, révisionnisme il y eut concernant cette bataille :

    https://www.france-pittoresque.com/...
    http://anti-mythes.blogspot.com/200...
    http://www.histoire-fr.com/mensonge...

    On alla même jusqu’à parler de la bataille de Valmy comme d’un "mythe républicain" :

    http://www.enssib.fr/bibliotheque-n...

    En somme, Rudy Reichstadt met dos à dos la Shoah à une bataille où ne s’est pas tiré un coup de canon (donc, dont les modalités furent purement mensongères) et qui fut ensuite instrumentalisée au nom d’intérêts politiques.

    Rudy Reichstadt, soit vous êtes un révisionniste de l’holocauste à la subtilité magistrale soit vous êtes le dernier des abrutis.

     

  • Les Inrocks font donc la promotion de Faurisson. Parce que leurs références...
    Un article « indépendant » aurait pu influencer les âmes simples, là c’est baisé.
    Mais pourquoi font-ils ça ? Ils ont perdu le sens commun.
    Autant je suis pour que les révisionnistes s’expriment, autant je suis pour que leurs détracteurs puissent leur répondre. Euh, j’ai dit une connerie, là ?

     

    • Exact. Montrer une chose du doigt amène l’autre à l’observer. Ce phénomène est bien connu mais tout le monde ne l’a pas bien compris apparemment. Cet article du magasine les Inrocks va pousser ses lecteurs à se pencher sur la question. Cela s’appelle se tirer une balle dans le pied.


    • Oui, Marcinrocks, il est bien que les détracteurs des révisionnistes aient le droit de s’exprimer. Mais pas de faire régner la terreur ! Et si ces détracteurs calomnient les révisionnistes, ceux-ci devraient pouvoir les faire condamner par des tribunaux, envoyer des droits de réponse dans la presse qui a relayé ces calomnies, s’exprimer dans les universités… Le compte n’y est pas et vous le savez comme moi.


  • Cette Valérie Igounet devrait remercier et bénir le Professeur Robert Faurisson, car elle lui doit sa "carrière" .....
    En effet cette illustre inconnue est sortie du néant uniquement parce qu’elle a commis quelques écrits et un film tv, dont les seuls sujets étaient la critique haineuse du Professeur et de son œuvre !!!


  • ’très vite, Robert Faurisson cesse de faire illusion auprès du grand public", le grand public ne savait même pas qui était cette personne avant que Dieudonné ne le fasse monter sur scène, j’ai commencé à lire régulièrement les journaux et les hebdomadaires seulement à partir de 1980 et je n’ai jamais vu d’article sur le professeur Faurisson ou du moins je n’en ai pas le souvenir.

    Pour que le "grand public" se fasse une idée il aurait fallu qu’il passe à la télévision et qui connait Rassinier.

    Quand le journal le monde a oompris sa bourde ils ont essayer d’éteindre l’incendie par tous les moyens et l’incendiaire a été désigné à la vindicte.

    De sa tombe maintenant, il est comme AS, il attend des arguments et pas des mensonge proférés par un Elkabach à son encontre.


  • Dans l’article : « le chiffre de 16% pour quantifier la part de la population française croyant en l’existence d’un complot sioniste mondial ». Qui a fait le sondage ? C’est, à l’accoutumée, inversé. Je dirais plutôt 84%.


  • C’est la honte absolue.
    Trois phrases extraites de jugements de tribunaux c’est tout ce que les journalistes peuvent évoquer pour qualifier le défunt et son action.
    On brode sur la personnalité, le parcours,les amitiés, et puis ça s’arrête là.
    Pas un mot sur les travaux,ni sur fameux le "débat" !

    Entendu que cette sombre histoire a été tirée au clair il y a bien longtemps ! Nul besoin d’y revenir, et puis..c’est interdit ! Alors à quoi bon ?

    C’est malheureux de traiter les gens de tous les noms : de racistes, de complotistes et de ne rien pouvoir produire en terme d’argument ou de débat de fond.
    Même le fameux "quart de preuve", il est aux abonnés absents.
    Que dire d’autre ?


  • "les sites antisionistes et antisémites" tiens tiens ils n’ont toujours pas trouvé les preuves qu’antisémite = antisioniste ???


  • "Alors que l’opinion publique salue la mort d’une figure du négationniste..."

    Je ne savais pas qu’on pouvait "saluer" la mort de quelqu’un.

    Ça m’a fait penser à un passage de Bagatelles (la dispute avec Nathalie), où l’on trouve cette phrase : "Vous chiez maintenant sur les cadavres tellement vous êtes pervertis..."


  • C’est intéressant , d’un coté la " fachosphère " ces 1% de gens , qui voudraient absolument croire aux thèses révisionnistes , comme si leur opinion sur le sujet tenait d’une simple croyance, d’une foi aveugle,ou qu’ils étaient né comme ça.
    Et de l’autre coté, les gens biens (ou normaux ) qui croient à .tout ce qu’on leur dit de croire .

    Dans la réalité le gros de ces 99 % n’ont juste pas envie de se pencher sur la question , ça ébranlerait trop leur vision du monde , et surtout la vision qu’il ont d’eux même, car on a réussi a les culpabiliser et les effrayer d’ eux même par des décennies de propagande, qui ont fait de chaque Français des nazis qui s’ignorent .
    Quand on évoque dans les médias un "retour des années 30" , C’est typiquement de cela dont ont parle, Ce prétendu instinct de "haine" des Français, de TOUS les Français , pas uniquement de la" fashophere ." (Et encore on ne parle même pas des Allemands ...les pauvres )

    Ces 99% veulent simplement se rassurer et prouver que la "bête immonde " qui a été séquencée par le CRIF et SOS racisme dans leur ADN de collabo ne recommencera plus jamais.


  • "Alain Soral, vendredi 26 octobre, a publié une vidéo de 20 minutes, allongé en pyjama blanc rayé sur un canapé orange, regardant le plafond, à la manière d’une consultation chez un psychiatre".

    quel mensonge, quelle infamie... le pyjama n’est meme pas rayé !


  • Ou comment les Thèses interdites par la liberté d’expression à sens unique du Professeur Robert Faurisson continuent de faire peur aux journaleux miliciens soumis à la propagande et aux mensonges de la mafia sioniste...


  • "Révisionnisme", "Complotisme", "Nazisme" que des "ismes" pour un schisme. Si Macron arrive à me faire regretter Chirac, eux arrivent à me faire regretter, je croyais que seule l’église était dogmatique.


  • Je ne lis que le commentaire d’E&R en introduction de quenelle !

    lire l’article des Inrocks ? Pourquoi faire ? On sait d’avance la guimauve bla, bla bla ...

    il serait peut-être temps que le Système et ses représentants se posent les bonnes questions... ils ne se la poseront jamais les bonnes questions puisqu’ils sont dans le camp du BIEN ! bonnes et BIEN ça va ensemble, non ? puisque c’est bon pour eux dans leurs intérêts sionistes matériels et du fric .... et donc BIEN pour eux !

    Quand on est dans une impasse et qu’on rencontre un mur de PIERRE surtout celui des lamentations, eh bien on trouve ... un roc !

    Celui-ci est scellé dans la PIERRE dite philosophale pour les FM et dans l’Arbre des Séphiroth pour ceusses de la communauté des lumières qu’on en est tellement éblouit que c’est la confuze partouze !

    Mélanchons les couleurs apparaît oh .......un caca d’oie !

    Chaque royaume a sa spécificité, sa souveraineté, son autonomie, son originalité, sa différence immuable !

    Le royaume d’Angleterre ne peut pas se mélanger au royaume de France, car c’est la guerre ! Et pourtant, l’Écossais Faurisson a tant fait pour le royaume de France ?

    Le roc, c’est du faurisson comme du vrai ryssen ! :)

    Le Christ par Jésus va vers le Juste pour accomplir la vérité commune, celle qui EST comme UN mais authentiquement diversifié dans la multitude à Sa Ressemblance comme un père de famille nombreuse qui reconnaît sa progéniture, ses garçons comme ses filles, dissemblables mais UN en Lui.

    C’est ça que la France défend.

    Les Inrocks très corruptibles, devenus très corrompus d’habiles corrupteurs à souhait qu’ils ne le réalisent même plus puisque no limit au niveau de la création monétaire mais nul en Esprit, ne peuvent que déverser leur hargne d’eux-même, leur propre mépris d’eux-même sur ceux qui leur montre - preuves à l’appui et dans leur caca - leur monstruosité de fachos réels. Comme il sont dans l’inversion accusatoire, c’est toujours l’autre le facho, accusé avant même d’avoir ouvert la bouche !

    Nul ne peut appartenir à deux royaumes à la fois, sinon gare ! Pourtant les trains, ils ont connu ....


  • Vous savez quoi ?

    Ces imbéciles nous montrent la marche à adopter dorénavant...malgré eux...
    Si vous avez lu, compris, assimilé le propos scientifique défendu par le Professeur ; alors apprenez par cœur cette fameuse phrase de soixante mots pour mieux la restituer dans les conversations amicales ou de famille quand l’occasion s’en présentera. Et elle se présentera, soyez-en certains !
    Cette fameuse phrase de 60 mots peut devenir le talisman des hommes libres d’aujourd’hui.

    Vous voyez ; en vieillissant je me suis rendu compte, comme d’autres avant moi, du manque de sérieux du français moyen. Et à vous dire le vrai, je trouve que le camp nationaliste en est la quintessence - de ce manque de sérieux !
    Il ne faut plus se lasser de le gueuler sur les toits : le français n’est pas sérieux, fuit le sérieux et c’est ce qui explique qu’il est vaincu.

    Je vois : la veulerie de marine Alliot, l’insupportable cabotinage dilettante de JMLP, l’histrionisme politique de Philippot, la vacuité irrécusable de Dupont Aignan, l’amphigourisme prétentieux d’Asselineau etc. et je me dis que celui qui semblait n’être qu’un frêle esquif jeté dans la tempête de l’Histoire, Robert FAURISSON, était en fait un commodore de sagesse et de rigueur. Comme il tranchait sur la grisaille ambiante !
    Pour conclure, merci à alain SORAL et à ER d’avoir été fidèle à un tel homme.
    Tout ceux qui, derrière Soral ont soutenu le Professeur, hommes et femmes, avaient reconnu en quelque sorte un alter ego sublimé ...enfin...j’avoue que c’était mon cas...et comprenant celà, j’ai pris JMLP en grippe.

    Faurisson, cet homme, a été sérieux. Le moins que nous puissions faire - à son exemple- si les mots ont un sens ; c’est de l’être enfin : sérieux. Rompant ainsi définitivement et sans nostalgie avec l’inconsistance d’une certaine France.

    LA FRANCE ? C’EST NOUS !

     

    • @ZAÏS
      Votre commentaire est une perche tendue pour que je raconte cette anecdote authentique et récente...
      Il y a un peu plus d’un mois, j’effectuais un covoiturage d’une dizaine d’heures, via une plateforme très connue, certainement la plus connue.
      Mon "chauffeur" et son amie, un couple d’une soixantaine pour lui, la cinquantaine pour elle, lui retraité "de la recherche", elle traductrice.
      Très vite, j’ai senti que j’allais me marrer un peu...
      Elle était très sympa, une expérience de vie intéressante par sa culture allemande et française à la fois, et ses connaissances des deux systèmes éducatifs. Lui, plus obtus, j’avais reniflé d’entrée de jeu une bien-pensance qui ne tarderait pas à se révéler...
      Dans l’échange avec elle, qui a parcouru pas mal de sujets donc, arrivent les notions de "complotisme, conspirationnisme"... et par extension, ou plutôt dans la continuité, M. Faurisson et Dieudonné (j’ai pas osé citer Soral, je crois que le conducteur aurait foutu tout le monde dans le fossé...)...Extraits :"Faurisson ?? Ce néo-nazi ??" ou "Dieudonné ?! Et son salut nazi ???" dans les grandes lignes...
      Autant vous dire que ça a jeté un froid, alors que la discussion était intéressante et malgré mon propos calme et efficace... Après quelques minutes d’un silence de plomb, suite à mes derniers dires, je me suis même permis de demander à mes interlocuteurs :"dites, vous ne boudez pas quand même ?" avec un sourire en coin à peine caché... Figurez-vous qu’ils ne m’ont pas répondu... Et si elle a eu tout de même l’intelligence de faire fi de nos désaccords à la suite de l’échange, lui m’a soigneusement ignoré et a même évité de me dire "au revoir" à la fin... Pour quelqu’un qui a le double de mon âge (un peu moins)...
      C’est ce que j’appelle une "mini-quenelle", au lieu de poser la main opposée sur l’épaule, on la pose à la base du poignet !


    • @ Zais Les 60 mots ? Y a mieux les 14 mots et les 88 préceptes Ahahahahahah !


  • Je dirais que si E&R est "subventionné" par le peuple, les Inrocks crèveront bien avant, car dire que l’opinion publique est antisioniste etc... euh c’est se la mettre à dos.
    À moins qu’ils ne s’adressent pas au public ?! Qui lui rend bien d’ailleurs.


  • Il faudrait me payer pour lire cet article.. Et encore..


  • Ces " 16 % " qui vont faire tomber ce 1% qui pollue le monde entier .. I.N.E.L.U.C.T.A.B.L.E


  • les choses vont peut être rentrés dans l’ordre, puisque nous serons plus nombreux à penser qu’ils mentent .
    Il faudra alors, un second Tribunal de Nuremberg qui sera favorable aux plus grand nombre d’un même avis !



  • Alors que l’opinion publique salue la mort d’une figure...




    ... qui n’a jamais perdu la face.

    Cependant au delà de cette petite addition, peut-être que l’opinion est tout simplement ignare, ce qui ne serait pas, convenons-en, de salut public.
    Si encore l’auteur s’était « borné » (pour parfaire dans la continuité) à écrire « l’opinion - en France - d’une certaine fange... »
    Car par chez moi, personne n’a salué quoique ce soit, qui que ce soit : ignorants qu’ils sont.


  • #2071593

    Article indigent, pénible à lire, partant dans tous les sens, mais qui évite soigneusement de parler du sujet principal.
    Avec comme références, Igounet et Reichstadt (silence de mort dans la salle), dont la prose est indiscernable l’un de l’autre d’ailleurs, comme l’auteur de l’article. Des perroquets.
    Quoi que je préfère les vrais oiseaux à ces drôles d’oiseaux.


  • Les seuls négationnistes, sont ceux qui refusent et interdisent les débat contradictoire sur la question. Ceux-là suscitent la méfiance ou le désintérêt, vis à vis de cette époque mortifère, auprès des gens qui seraient pourtant enclins à s’y intéresser. Histoire de savoir. On n’impose pas l’ Histoire, car c’est un formidable moyen de manipulation des masses. Comme les religions et la politique. Or, on se méfie ou on doute de la politique. Comprenne qui pourra !



  • Cet universitaire qui rêvait de grandeur



    C’est sûr que pour quelqu’un rêvant de grandeur le révisionnisme est la voie royale ! Marginalisation sociale intégrale (perte de son travail, de ses amis, divorce, renié par ses propres enfants...), condamné à vivoter chichement sur des minimas sociaux et sur ses acquis datant d’avant la marginalisation...passages à tabac, agressions des membres de sa famille, empoisonnement des ses animaux de compagnie, peine de prison...le révisionnisme est clairement une carrière qui rapporte !

    Ce qu’il y a d’incroyable c’est que même mort ils ne peuvent pas s’empêcher de parler de Faurisson ! Il n’y a rien à faire ils sont incapables de tirer des leçons des erreurs passées ! Ils ne perdent pas une occasion pour réitérer les mêmes erreurs ! En effet se sont les grands médias qui ont été les artisans de la notoriété de Faurisson en lançant des campagnes diffamatoires outrancières qui ont permis de faire connaître le personnage au grand public et de susciter ainsi de la curiosité pour ce qu’il avait à dire. Par exemple dans mon cas c’est l’hystérie suscité par le personnage dans les grands médias qui a fait que j’ai commencé à trouver bizarre qu’un petit bonhomme d’apparence inoffensive et insignifiante puisse provoquer une telle hystérie collective et de ce fait, aiguillonné par la curiosité, je suis allé voir ce que Faurisson pouvait bien dire pour susciter un tel remue-ménage aussi extravagant et disproportionné. En effet pour moi le révisionnisme c’était un peu comme la terre plate, un truc fantaisiste de plaisantins ou de provocateurs et qui donc ne valait même pas la peine que l’on s’y attarde...or face à l’hystérie suscitée et l’obstination du Professeur contre vent et marée, en dépit d’une terrible persécution je me suis que ce gugusse n’était pas un plaisantin ni un provocateurs mais croyait sincèrement en ce qu’il disait...donc j’ai été voir ce qu’il avait à dire...sans cette énorme publicité des grands médias je n’aurais probablement pas été incité à m’intéressé au sujet...

     

  • C’est drôle de dire qu’ « en 2001-2002, il (Meyssan) adhère aux théories du complot concernant les attentats du 11 Septembre ».
    Manière de refaire l’histoire. Sauf erreur, il a été le premier à douter de l’hisoire offocielle et à le dire.
    Mais c’est plus facile de sois-entendre qu’il s’agit de "théories du complot" qui viennent de nulle part.
    Une fois qu’on a établi des liens entre différentes personnes que l’on qualifie de négationnistes... on n’a rien démintré du tout !


  • "l’utilisation de son aura universitaire lui assurent un statut prestigieux auprès de son nouveau public"

    - Donc un public faisant l’effort de la réflexion au-delà de l’écume du "roman international"....

    - Aucune sorte d’aura pour le pauvre petit jaloux de Rudy écervelé...

    Voilà, juste 2 petites quenelles dans le fion des inrock qui nous lisent...et nous font leurs aveux.


  • 16% c est juste ceux qui on pas eu peur de parler. Le jour où le barrage cédera .... houlala !


  • Faurisson ce n’est pas la fachosphère, c’est l’exactitudosphère.


  • Sans la Vieille Taupe, lieu communiste radical contre l’argent et l’Etat, jamais l’affaire Faurisson n’aurait pu débarquer dans l’horizon du temps qui passe...

    Tu parles d’une fachosphère !!!

    Les Inrocks, pauvre espace inculte du crétinisme de la marchandise spectaculaire !!!


Commentaires suivants