Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Suisses refusent la suppression de la redevance pour financer leur audiovisuel public

Ce dimanche 4 mars, les électeurs suisses se prononçaient notamment sur l’initiative « No Billag » qui visait à supprimer la redevance obligatoire qui finance le service public audiovisuel. Le texte a été balayé à 71,6 % par les votants.

 

L’électeur avait l’occasion de se débarrasser d’une redevance obligatoire qui est l’une des plus chères d’Europe. Les arguments en faveur de la suppression de la redevance, soutenue par les Jeunes Libéraux Radicaux et par l’UDC, n’ont visiblement pas fait mouche. En janvier dernier, Nicolas Jutzet, l’un des chefs de file de la campagne No Billag, nous exposait les raisons pour lesquelles cette initiative était bénéfique.

 

 

Les adversaires des initiateurs disposaient d’un budget de campagne bien plus important et la quasi-totalité de l’establishment s’est mobilisée pour influencer l’opinion publique afin qu’elle rejette l’initiative. Malgré ce vote, un grand nombre de citoyens ne se retrouve pas dans le traitement de l’information qui est fourni par la RTS et par d’autres chaînes qui bénéficient de la subvention de la redevance. Ils lui reprochent notamment une vision angélique et complaisante de la crise migratoire.

Parmi les recrues du service public figure Thomas Wiesel qui incarne, pour beaucoup, le bobo bien-pensant jusqu’à son paroxysme. Il anime désormais une émission hebdomadaire qui s’inspire largement des late-show à l’américaine ou de Yann Barthès. Sa première prestation dans l’émission Mauvaise Langue lui a même valu une critique acerbe dans le journal 24 heures .

Extrait de sa deuxième émission où il consacre une séquence à la famille Le Pen :

 

La redevance devrait bientôt passer de 451 à 365 francs par année, mais rien ne garantit qu’elle n’augmentera pas de manière progressive lors des années suivantes. Reste à savoir si ce net résultat n’empêchera pas le service public de se remettre en question et de procéder aux réformes promises par ses dirigeants. Internet a permis l’émergence de nombreux médias qui proposent une information alternative et qui séduit un nombre croissant de personnes. Leur mobilisation n’a pas suffi cette fois-ci mais rien n’indique qu’elle n’aura pas plus de succès dans une votation future même si nous sommes, à l’heure actuelle, très loin d’un changement radical.

Il reste un gros travail à faire pour contrer l’influence des médias institutionnels sur l’électeur qui n’a tout simplement pas eu le courage ou la lucidité de renverser la table.

Dernières nouvelles de Suisse, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ils savent que la "télé de marché" est plus voyoue que la "télé publique" .

     

    • Sacrés Suisses, ils ont refusé par référendum d’avoir une semaine de vacances supplémentaire et voilà maintenant qu’ils veulent garder leur télé et leur radio publiques, qui leur coûtent 450 euros par ménage et par an ! Et ils gagnent deux fois plus que les Français .


  • Mon Dieu que ce Thomas Wiesel est nul. C’est un cousin à Elie ?


  • La champions league est retransmise sur la telivision suisse, peut etre une piste... A comparer France2 retransmet le football feminin...


  • Je ne comprends pas bien le principe : les citoyens votent directement concernant les sujets qui les concernent au premier plan et leur décision est appliquée par les dirigeants ? Le concept est révolutionnaire !

     

    • Oui, ça s’appelle la "démocratie directe".
      Les modifications de la Constitution sont soumises à ce qu’on appelle le "référendum obligatoire", ce qui signifie que la modification doit être approuvée par vote direct par la majorité du peuple et des cantons.
      Un groupe de citoyens peut aussi soit s’opposer à une loi qui a été votée par le Parlement (dans ce cas cela s’appelle un "référendum" dans le jargon helvétique), soit faire une proposition de loi (dans ce cas cela s’appelle une "initiative populaire"). Le groupe de "référendaires" ou d’"initiants" doit récolter (dans la rue, par courrier, etc) 50’000 signatures manuscrites (dont l’authenticité est contrôlée par les autorités locales) en 100 jours pour le référendum ou 100’000 signatures en 18 mois pour l’initiative et alors, s’ils réussissent, le texte doit être obligatoirement soumis au peuple. Dans ce cas, oui, le peuple vote directement sur l’objet. Ensuite, le parlement doit élaborer une loi d’application pour appliquer la volonté populaire (cette loi d’application est l’occasion pour le parlement d’édulcorer - certains diront trahir - la décision). Il arrive qu’une 2ème initiative soit lancée pour forcer le Parlement à appliquer une 1ère décision de manière plus stricte...
      Ce système a des conséquences importantes lors des discussions parlementaires dans l’élaboration des lois. En effet, le Parlement doit s’efforcer de trouver un compromis acceptable par une majorité : dans le cas contraire, un référendum sera lancé par les plus mécontents. On entend souvent les députés dire à la tribune, à propos d’une mesure qu’ils considèrent trop extrême « ça ne passera jamais devant le peuple ». Donc le vote populaire est comme une épée de Damoclès qui force le Parlement à chercher une voie « médiane ». C’est le fameux « compromis helvétique ».
      C’est grâce à ce système de démocratie directe que la Suisse n’est pas entrée dans l’EEE (référendum du 6 décembre 1992). Si elle l’avait fait, il est clair qu’elle serait aujourd’hui membre de l’UE. Vive la démocratie directe !


    • C’est ce qui s’appelle la démocratie directe !!
      Perso j’ai voté pour la suppression car je ne regarde plus la TV suisse (allemande et romande)
      depuis 12 ans. Je m’informe par le biais d’internet.
      Les prises de conscience prennent du temps pour voir le jour mais il ne faut jamais désespérer !


  • Wiesel comme Elie . . . France Suisse mêmes médias et même tribu médiatique .


  • En s’attaquant frontalement à tout financement public de l’audiovisuel, je pense que l’initiative faisait une erreur stratégique. Il aurait été plus subtil de ne pas interdire complètement le service public audiovisuel mais d’exiger qu’il ne soit payé que (1) par l’impôt fédéral (proportionnel au revenu et non pas fixe par ménage comme l’est une redevance) et (2) par un paiement par l’usager en fonction des émissions effectivement regardées/écoutées.
    Ce soir on a le sentiment que les mougeons ont voté pour payer eux-mêmes la propagande qu’ils subissent et que le sujet est enterré pour un moment. Dommage...

     

    • L’initiative voulait la suppression de Billag, qui est une entreprise privée chargée de récolter la redevance.

      La subvention de la TV/Radio restait possible grace au budget "culturel" de l’état.

      L’initiative était donc juste, mais la propagande de masse a eu raison du peuple Suisse (qui restent des gros moutons).


    • Voici un extrait du texte soumis au vote :
      Article 93 Radio et télévision
      (...)
      4 Elle [la Confédération] ne subventionne aucune chaîne de radio ou de télévision. Elle peut payer la diffusion de communiqués officiels urgents.
      5 Aucune redevance de réception ne peut être prélevée par la Confédération ou par un tiers mandaté par elle.
      6 En temps de paix, la Confédération n’exploite pas ses propres chaînes de radio ou de télévision.

      C’était donc bien l’interdiction de l’audiovisuel public. Par contre, la loi d’application aurait pu prévoir que la Confédération subventionne certaines émissions jugées nécessaires pour le bon exercice de la démocratie (mais pas une chaîne de télévision ou une radio).


  • Soit ils sont victimes d’une fraude électorale massive soit se sont des moutons .

     

    • C’est encore plus étonnant vue qu’il y a a peine un mois les sondages donnaient le Oui gagnant avec 55-60% des votes, de la a passer a 20% et en plus de manière presque parfaitement homogène a travers tous les cantons et toutes les comunes, c’est statistiquement un peu douteux. Et ce n’est pas la première fois.


    • A marcel

      j’avoue que vu comme cela c’est louche ...

      surtout que que la fin de la redevance c’est la fin de l’info d’etat ... les gouvernements y sont ils réellement prêt de nos jours ?

      Mais bon ... on va encore nous traiter de complotistes ... en plus De racistes fascistes xenophobes et mangeurs d’enfants .


    • Je confirme, ce sont des moutons ! On leur a fait peur, ils ont cru qu’ils n’auraient plus d’émissions débiles auxquelles ils sont attachés ! Ce soir ici on se sent bien seul-e !


    • @giustizia
      Mais non, tu n’es pas seul(e). Je suis aussi dans les perdants.


    • @ giustizia
      On se sent bien seul, c’est cette graphie qui est correcte puisque le sujet est ON, donc sujet neutre. Et que le masculin inclut le neutre par défaut, et éventuellement, au pluriel, le féminin.
      Le pronom ON de toutes façons, étant neutre, inclut masculin et féminin.
      Giustizia pouvait écrire : "je me sens bien seule". Elle ne parlait alors que d’elle et nous savions que giustizia est une femme. S’adressant à tous (donc toutes incluses), le masculin est impératif.
      Si giustizia englobe d’autres personnes qu’elle dans son sentiment, elle n’a pas le droit linguistique d’écrire seul(e). C’est au mieux une redondance incorrecte, et au pire une sorte d’exhibitionnisme féminin qui s’ignore, voulu par des gens malveillants et manipulateurs aux commandes, pour dégoûter tout le monde de la féminité.
      Dans le cas le plus courant, les gens mettent cette graphie parce qu’ils l’ont lue quelque part.
      La répéter, c’est se laisser faire par les marâtres qui nous détestent.
      Comme dit Paterson : la gent politique n’a pas à nous imposer ses lubies sur l’orthographe et la grammaire.


    • @ e-superflu : merci, vous avez raison, on doit écrire le mieux possible en ces temps de grand n’importe quoi. Ce que je voulais dire, c’est que nous les Suisses dissidents, nous sentons bien seuls devant ce genre de résultat de votation, qui montre que le peuple en général se comporte comme des moutons. Il faut savoir que lorsque nous recevons nos bulletins de vote, ils sont accompagnés d’une brochure explicative, qui conseille ce qu’il faudrait voter pour aller dans le sens du Conseil fédéral. C’est donc plié, puisque les moutons votent comme on leur dit de voter !


    • @ Giustizia
      Bien sûr que nous sommes ultra-minoritaires. La chape de plomb du conformisme de la pensée est aussi lourde en Suisse qu’ailleurs (peut-être même davantage).
      Je vous conseille de vous endurcir et de vous préparer psychologiquement car on va revivre ça le 10 juin (initiative Monnaie pleine).
      Allez courage, compatriote !


    • @ Guili Guili : faut avoir les reins solides de nos jours... salutations !


  • Pour quelle participation ?

     

  • Les suisses ont une TVA de 7% seulement sur les automobiles et autre.
    Les français sont raquetés de partout
    En France si on supprime une taxe, c’est louche cf Taxe d’hab.
    Et de toute façon l’avis des français, l’état s’en moque.

     

  • 1) Certes les médias publiques suisses diffusent parfois une vision partiale des choses.
    Mais : 2) Le parti à l’origine de l’initiative est un parti libéral qui veut la fin de tout service public et la loi du marché et de la jungle qui domine tout.
    Même si certains salariés SNCF sont impolis et peu impliqués dans leur travail, ce n’est pas pour autant que je demande le démantèlement de la SNCF comme le demandent les banques et l’UE.
    3) Si la redevance est chère en Suisse, c’est car ils offrent un service quadrilingue. Donc au lieu d’avoir 2 chaînes et 3 stations dans tout le pays, on a ça pour chaque langue.
    Il ne m’étonnerait guère que ces libéraux a l’initiative de la proposition veulent une chaîne unique en anglo-américain...
    4) En gros, pour faire un parallèle, ils proposent aux Suisses de virer Arte et France 5, pour remplacer ça par du TF1-M6. Non merci... c’est encore pire.
    Les Suisses sont attachés à leur modèle de service public de proximité et font halte à l’américanisation.
    5) Le télé suisse publique a quand même proposé de bonnes émissions comme ce documentaire sur les jeunes suisses qui redécouvrent la nature, les plantes, la forêt, relayé ici même. Essayez d’avoir ça sur ABC, CBS ou NBC...
    6) N’oublions pas les interview sulfureuses de Darius Rochebin sur des sujets sensibles, que vous aimez bien ici. C’était il y a quelques années, depuis en effet, un serrage de vis a été fait.
    Mais ne disons pas que la télé suisse est la pire du monde. C’est toujours mieux que TF1 détenue par Bouygues dont 20% sont détenus par des fonds de pensions US.
    ’’TF1 est privée, donc on s’en fout, on n’y met pas un kopek, donc ils font ce qu’ils veulent’’, me direz-vous.
    Ah, bon ? Et quand vous payez vos impôts et autres taxes pour refaire la voirie et que c’est Bouygues qui a chopé tous les contrats, vous croyez que votre argent va où ? Une part va à TF1 !
    7) Enfin, rappelons encore une fois que ce sont les jeunes libéraux qui sont à l’origine de l’initiative. Or il me semble voir vu, lors de la campagne présidentielle française de 2017, dans le 19:30 de RTS Un, la télé publique, un reportage à la gloire des jeunes libéraux, qui avaient passé la soirée à regarder le premier débat de TF1. Ensuite, ils plastronnaient en disant que ’’Macron est jeune, c’est le renouveau !’’.
    De une, ils ont la télé publique ouverte quand ils le veulent, de deux ils y ont chanté les louanges de Macron. Donc ce sont les derniers à se plaindre et à se faire passer pour des dissidents.

     

    • Il n’y a pas plus pro-américain que la RTS...


    • bonsoir ,je suis suisse et membre de ER .Dans ma commune qui doit compter 5000 habitants les seules affiches soutenant l’initiative ont été collées par mes soins sur des panneaux d’affichage publiques et ont été arrachées promptement ,sûrement par loyauté envers la patrie et la démocratie ...de gauche .Et je me permets de préciser sans vouloir vous offenser ,que l’UDC (parti de Mr .Freysinger -voir l’excellente discussion Soral-Freysinger) était le SEUL parti à encourager à voter pour l’initiative .Sur ces quelques mots ,bravo à Jutzet pour sa détermination et son abnégation ,nos ancêtres sont sûrement très fier de lui .Et à l’occasion si des conférences ainsi que la création d’une branche ER romande de soutien (à Lapierre ,San Giorgio ,Imran Hussein ,ou qui sais je) pour de la logistique d’organisation serait possible ,croyez bien à ma participation .


  • #1912849

    "l’électeur qui n’a tout simplement pas eu le courage ou la lucidité de renverser la table."
    - toxicomanie (nom féminin) :
    Habitude de consommer de façon régulière et importante des substances susceptibles d’engendrer un état de dépendance psychique et/ou physique.


  • Si la Suisse est riche, ce n’est pas grâce à son industrie ou son agriculture mais grâce aux banques qui acceptent l’argent des plus pourris. Cela permet à son peuple de vivre en démocratie. Un îlot de bonheur dans un océan de malheur. Un îlot pas peu responsable de malheur des autres non plus...

     

  • #1912885

    même si nous sommes, à l’heure actuelle, très loin d’un changement radical.



    Que voulez-vous ? Le peuple suisse, comme le peuple français, est un peuple de vieux bourgeois baby-boomers. La tyrannie de la classe malfaisante.


  • Apparement, la suisse aussi produit beaucoup d’as de la génuflexion ...

    Triste époque ...


  • Les suisses ne sont pas réputés être un peuple révolutionnaire donc sans surprise.

     

  • Dans le cas de conserver la télévision public, il est nécessaire de lancer également une votation (référendum suisse), mais cette fois, sur les programmes débiles ou désastreux qui n’honorent pas les redevances des citoyens.
    Nous devrions faire en France des référendum sur tous les programmes merdiques pour les faire remplacer....

     

  • Dommage que ce ne soit pas passée. Tant pis ! Mais la prochaine votation du 10 Juin 2018 sera encore plus révolutionnaire et je m’attends à ce que tous les partis à l’unisson se lèvent et disent non. En effet, l’initiative "monnaie pleine" interdira aux banques privées de créer de l’argent sur rien par la dette ce qui est le cas. Ce sera la banque national suisse qui s’occupera de cela. Je vous invite à aller sur leur site " initiative-monnaie-pleine.ch" pour plus de renseignement. J’ai l’intime conviction que si l’initiative passe, ce sera une événement historique par rapport au contexte économique qui est basé sur la dette et sur rien.

     

  • Je suis Suisse, lausannois, de souche.
    Je suis soralien,il va de soi.
    La votation Billag … ?
    Comme d’habitude les Suisses ont obéï à l’injonction des médias et des campagnes onéreuses de communications. Ainsi qu’aux instituts de sondage.
    Pays soi disant de grande démocratie, la Suisse encore une fois s’est auto-flagellée.
    Certes pour les demis artistes suisses romands, la RTS, et radio officielle, rapportent des droits d’auteur (CHF 99,90 par année pour être généreux),… Certes on pourrait croire qu’une forme de culture locale serait encouragée par les média ssuisses romands officiels.
    Bien que…
    Bien que l’information locale soit un marché réel pour le capitalisme. Pour preuve le 20Minutes, qui comme en France, s’attarde sur des choses locales.
    OK…. Soit.
    Globalement,… ce que je cherche à dire : n’espérez rien d’une démocratie. L’élite en place a les moyens d’orienter et le débat et le vote. « Le peuple votera comme nous lui dirons de voter ».
    Pour preuve ?
    Pour preuve le résultat de ces différentes votations en Suisse :
    Un revenu de base pour tous ? NON
    Congé paternité ? NON
    Suppression de la redevance radio-télé ? NON
    Des soins dentaires remboursés ? NON
    Des médicaments à moindre prix ? NON
    La santé à un prix abordable ? NON
    Droits égaux pour les personnes handicapées ? NON
    Six semaines de vacances ? NON
    Sécurité du logement à la retraite ? NON
    Suppression de la TVA et de l’impôt fédéral direct ? NON
    Âge de la retraite raisonnable ? NON
    Baisse de la taxe sur l’essence ? NON
    Les Suisses un vrai peuple de crétins ? Non… un peuple lobotomisé par ces élites comme tous les autres.

     

Commentaires suivants