Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les divergences internes au féminisme au sujet de l’hétérosexualité

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quand je dis que l’Occident est un hôpital psychiatrique à ciel ouvert.... Je plains vraiment les jeunes hommes (18-25 ans), surtout dans les grandes métropoles : ca doit pas être drôle tous les jours !

     

  • .
    Même si les féministes font beaucoup de bruit et sont omniprésentes dans les media quiconque à des enfants jeunes adultes sait qu’elles sont inexistantes dans la vie courante. Elles font partie du carnaval bienpensant comme les antifas et les LGBT, du folklore de mauvais goût ou une petite secte dont tout le monde rigole en aparté.

    Ce genre de vidéo a tendance à me faire flipper : dans quel enfer vont vivre mes enfants ? mais quand j’en leur touche un mot : mon fils (24 ans) et ma fille (21 ans) me rassurent : tout ça c’est du cinéma
    .Vivent-ils dans le même onde que Mox majorum ou bien sont-ils déjà la génération suivante : plus lucide, plus équilibrée, moins manipulable ? ...raisonnable et pudique en plus.

    A mon avis,le féminisme s’est sabordé le jour où il est apparu que des lesbiennes prétendaient dicter aux autres femmes ( l’immense majorité) quels devaient être leurs rapports avec les hommes.

     

    • Tout à fait d’accord,c’est ce que je constate aussi, ces feministes et lgbt sont en fait une minorité qui a droit à toutes les audiences et qui veut imposer ses délires, ou faire croire qu’elle représente quelque chose, mais c’est faux, tout est comme ça, une minorité agissante et non représentative, impose sa vision tordue des choses, en dépit de tout cela, le bon sens prévaut, même si une autocensure s’exerce, en bas, et c’est bien ce qui les exaspère !


    • #2405993
      le 11/03/2020 par Que toute chair fasse silence
      Les divergences internes au féminisme au sujet de l’hétérosexualité

      Même constat autour de moi.
      Les féministes : partout dans les médias, nulle part dans le monde réel.
      Les gens en ont rien à foutre de ces inepties, ils ont une vie.


    • Bonjour

      J’habite au Canada , Montréal pour être plus précis , et croyez le ou non ,
      ici le féminisme est comment dire " naturel " c’est quelque chose d’ancré dans
      les moeurs , je suis de très près l’actualité en France , et je ne pense pas me tromper
      en disant que la France adopte un modèle Nord-Américain , la jeunesse d’aujourd’hui mimétise
      ce même schéma de pensée " progressiste " , quand je converse avec des collègues de travail
      sur ce genre de sujets , je passe pour un néandertal . . .


    • Je vous suis tout à fait : je ne sais pas dans quel Magic Kingdom vivent les gens dont nous parle le Youtubeur que je ne les vois pas ou, en tout cas, si nous les entendons (de plus en plus ?), ils ont que peu de préhension sur la nature humaine qui nous entoure.
      À part l’éternel contingent d’homosexuels des deux sexes ici et là, il n’y a que les détraqués qui peuvent se retrouver confrontés à ce type de questionnement : cela n’est toujours pas la majorité.
      Je n’ose même pas évoquer ces sujets autour de moi, dans mes divers milieux, les gens me prendraient pour un illuminé : les idéologues débiles qui écrivent, qui poussent à la roue, il y en a c’est sûr, on ne peut le nier ; mais c’est alors qu’il y a peu d’écho tant le panel se comporte "sexuellement" comme toujours, certes, de manière plus libérée.

      Plus loin, j’attends encore la féministe qui va me déconstruire...


    • Ma femme poursuit une rééducation après une opération du genou dans un institut de kinésithérapie. Une dizaine de kinés (presque tous femelles), une vingtaine de patients majoritairement féminins. Quelqu’un un jour est tombé sur un article de journal écrit en "inclusive". Il s’est étonné et renseigné sur "l’originalité" de cette orthographe. Il a fait circuler l’article, certains présents ont parlé de fautes, d’autres de coquilles, PERSONNE n’a su identifier l’écriture féministe. On se polarise beaucoup ici et ailleurs sur ces phénomènes qui n’ont pas beaucoup d’impact sur la vie du citoyen lambda. J’écris de Lille...


    • Certes @Anita elles sont ultra minoritaires, nous sommes tous d’accord MAIS leur discours est absolument et psychologiquement toxique (j’insiste sur ce mot). Personne ne riposte, encore moins les mecs, parce qu’on connait la réplique : "toi t’es un mec donc ferme ta gueule". Heureusement qu’il y a des femmes comme Virginie Vota ou les Antigones (et tant d’autres surement) pour leur répondre.

      Il existe une possibilité pour les hommes : la violence pure. Mais est-ce une solution ? Je rejoins ce qu’a dit Michel Drac dans une de ses notes de lecture : le retour de baton se fera contre ce discours féministe, et il fera mal, très mal....



    • "toi t’es un mec donc ferme ta gueule"



      Je suis le fameux mâle, blanc, certes, pas encore de 50 ans mais le « Ferme ta gueule », même les gars n’ont jamais osé, jusqu’à maintenant, quelles que soient les circonstances. Il ne faudrait donc pas qu’une fille s’y risque, parce que, comme le disait Pascal - pas le grand frère, mais l’illustre flingueurs des Tontons -, « Il ferait vilain temps ».
      D’où l’importance de réapprendre les effets indésirables de certaines prévisions météo à « ces » propagandistes.


  • Bonne analyse, synthétique et claire, qui permet de simplifier un peu le problème, pour l’aborder.
    D’un côté les féministes extrêmes, que je qualifierai de cinglées, qui prônent le broutage de minou comme émancipation ultime........ok Diesel, c’est quoi l’projet en fait... ?

    De l’autre côté, les "nouveaux couples" où comme on disait avant, "Madame porte la culotte" !
    J’en vois plein, même dans ma campagne paumée, où le peu de jeunes en couples, sont en fait des "camps de redressement" (comme dit l’auteur de la vidéo), où SYSTÉMATIQUEMENT, "Monsieur" pousse la poussette, berce le chiard, lui donne le bib’ et change les couches !
    Pendant ce temps, Madame discute avec une copine, ou fait du smartphone....peut-être gère-t-elle ses amants, après tout c’est facile, elle a une nounou toute trouvée à la maison, et elle n’a pas besoin de la payer en plus !

    Donc la deuxième catégorie est déjà en place, et j’avais déjà remarqué ça il y a plus de dix ans, en environnement urbain cette fois.

    Comme disait le camarade Paul82, je plains vraiment les jeunes hommes ( 20-25 ) de maintenant....courage les gars, courage.......


  • La découverte de la sexualité est un propulseur d’égo. Le plaisir que l’on y prend est des plus intenses, intense comme la mort. Quelque chose de difficile à retrouver après des années et décennies, et qui pousse aux excès et déviances afin de tenter vainement de casser de relatives habitudes.
    J’en sais quelque chose. On est tous passé par là, ou alors ça vous pend au nez.

    Établir une relation de couple stable est le travail d’une vie, à côté duquel 10 secondes d’orgasme ne valent absolument rien. Travail qui consiste à maîtriser et dominer son égo, pour entrer dans l’altérité véritable.

    Diogène préférait se palucher cinq minutes que de subir pendant des heures (jours, années) les relations sociales qui aboutissent à l’acte. J’ai autant de respect pour ça que pour la chasteté ou la fidèle monogamie.

    Mais la tyrannie du sexe social me révulse au plus haut point. Je me rappelle d’un « plan », une bisexuelle violée à répétition dans son enfance par un sexagénaire, qui essayait de me vendre à une de ses copines en parlant de moi et devant moi comme d’un bon produit d’occasion.

    Ce que les féministes (lesbiennes ou hétéro, bi etc) essaient de transmettre aux gamines, c’est une marchandisation de la performance visant à éveiller l’égo, le nourrir et en faire une arme de domination. Leur idéologie n’aboutira jamais au partage, cela ne fait absolument pas partie de leurs objectifs.

    Il est important que les jeunes filles ne laissent pas leur raison, leur esprit, leur âme s’embrumer, s’embuer à la découverte du plaisir. Regardez-les, une simple allusion au sexe suffit à les convaincre qu’elles sont dans un univers qui leur est destiné, comme si on avait dit « gâteau » à un enfant...

    L’égo flatté est du plus mauvais conseil sur le long terme. Les vieilles frustrées disparaîtront sans héritage spirituel.


  • Le féminisme comme l’homosexualité militante est l’equivalent du delire victimaire de qui vous savez.

    Quand tu n’es rien par toi-meme, t’essayes d’exister par ton prétendu status de victime.

    Personne ne va voir des films fait par des femmes car elles ne savent pas faire des films. Les Wachowski ont fait Matrix quand ils avaient une bite et que des merdes que personne ne va voir après s’être fait coudre un vagin.

    Leur bible c’est "Les Monologues du vagin".

    Monologue car incapable de dialoguer.
    Vagin, car elles se réduisent a cet aquis plutôt qu’a un cerveau qu’elles auraient développé par leur propre mérité.

    Le Féminisme c’est avant tout la destruction de la femme par la femme.


  • La nature est bien faite quand même, elle incite les dégénérés à ne pas avoir d’enfant


  • Ces spécimens ont vraiment des problèmes psychiatriques. Je pense que c’est le résulta d’une politique en manque de spiritualité qui a volontairement façonné ce que l’on peut appeler (car ça existe la preuve), des mutants, des choses complètement sans repères, des féministes ect...
    Pauvre société, heureusement que tout cela est voué a l’échec pour que l’on reparte du bon pied.


  • Il n’y a pas si longtemps que cela, une femme n’avait pas le droit de vote, ne pouvait ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de son mari, faire les études qu’elle voulait, avoir la profession de son choix, subissait des écarts de salaire indécents, était censée s’épanouir dans le ménage et la vaisselle, devait supporter les baffes et le cocufiage sans broncher, son horizon indépassable étant celui de "pondeuse" de 6 ou 7 gosses en à peine 10 ans.

    En fait, elle avait juste le droit de la fermer, et ça, c’est une réalité, et oui, c’est vrai !

    Mais aujourd’hui, nous avons le droit de vote, nous pouvons ouvrir un compte en banque où et quand nous voulons, faire les études que nous souhaitons, choisir notre profession dans n’importe quel domaine, avoir une égalité salariale majoritairement indiscutable, utiliser des robots ménagers, porter plainte si baffes il y a, rendre la pareille en cas de cocufiage sans devoir monter sur un bûcher, maîtriser pleinement nos grossesses, et même entretenir une relation avec un homme beaucoup plus jeune que nous sans être clouée au pilori, et ça, c’est AUSSI une réalité, celle d’aujourd’hui !

    Alors, arrêtez de nous emm.... avec vos délires absurdes d’écriture inclusive, vos théories à l’emporte-pièce exigeant de féminiser les noms de profession, un entraîneur faisant entraîneuse au féminin, bande de nouilles ! - j’avoue avoir été tentée de remplacer le n par un c, juste pour vous hérisser le poil, les velues… - et votre sexualité de lesbiennes, parce que la sexualité à coups de sex toys, de youporn et sans homme, désolée de vous le dire, mais c’est la misère sexuelle !

    Alors, vous savez quoi ?!

    Offrez-vous donc une paire de boucles d’oreilles, de bas et d’escarpins, détendez-vous et laissez-vous aller - ça vous changera - et vous aurez peut-être la chance de vous rendre compte alors que la complémentarité hommes-femmes est un merveilleux cadeau de la Nature, et qu’un homme désirant, c’est MAGIQUE !

    Mais aujourd’hui, je vous refuse le droit de vous parer du nom de femmes, parce que vous êtes seulement, définitivement, et irrémédiablement comme les cigarettes : des NUIT GRAVE, pour les hommes, mais AUSSI pour LES Femmes, avec majuscule !!